AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Le danger peut porter une robe de bal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Alchimiste

Messages : 192
Xp's : 546
Date d'inscription : 26/08/2016
Présentation : Pour vous servir
Carnet : Ses voyages

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Le danger peut porter une robe de bal Ven 29 Déc 2017 - 23:31


Le 4 Samùn 1249

Le printemps arrivait sur Arnlo, et avec lui son cortège de réceptions fastueuses qui prenaient pour prétexte de célébrer la fin de l'hiver, la fonte des neiges et le renouveau de la nature. Le climat de la Plaine Isolée ne correspondait pourtant guère aux printemps idylliques décrits par peintres et poètes, et les immenses étendues de steppe étaient plus souvent noyées par la pluie que réchauffées par le doux soleil chanté par les bardes. Les rizières commençaient à se remplir d'eau à cette époque, et allaient sécher au coeur de l'été sous le soleil de plomb qui brûlait toute la plaine. Dans les villes, les habitants ne sortaient plus que couverts d’épaisses peaux huilées pour se protéger de la météo et ceux qui pouvaient se le permettre ne quittaient l'abri de leurs riches demeures que pour celles de leurs pairs.

Rhys faisait partie de cette dernière catégorie. Il aimait cette saison où les salons les plus à la mode étaient pleins à craquer et où les nobles trompaient leur ennui dans de petites intrigues mesquines à huis clos. C'était un pain béni pour lui, qui amassait autant de rumeurs qu'il pouvait en retenir. Elles devenaient ensuite une monnaie d'échange prisée et il avait pu par le passé mettre la main sur des ingrédients rares grâce à un ragot bien placé dans une oreille stratégique. Il ne doutait pas qu'il faisait lui-même l'objet de nombreux commérages, d'autant qu'il en faisait lui-même circuler une bonne part, le plus souvent fausse – rien de tel pour maîtriser l'information.

Le bal donné ce soir-là par le marquis et la marquise de Malary n'avait rien à envier aux plus grandes festivités de l'année. Leur maison brillait de mille feux depuis la rue et nul dans la ville n’ignorait leur fête. La moitié de la population y était invitée, et l'autre y avait travaillé depuis des jours. Traiteurs, tailleurs, joailliers, palefreniers, artisans en tous genres, l'événement avait fourni du travail à nombre de gens. Et si Rhys se fiait aux antériorités, le résultat allait valoir le détour. Son attelage s'arrêta devant la terrasse illuminée et le cocher vint lui ouvrir la porte pour l'accompagner jusqu'à l'entrée où un valet prit le relai. Ces simagrées étaient exaspérantes, mais il était hors de question de se présenter à une telle soirée détrempé comme un rat noyé. Tous les plus grands seraient présents, et il n'était pas impossible que la Lady elle-même fasse une apparition. C'était une occurrence rare évidemment, mais depuis le retour des Récleyès, elle donnait l'impression de se montrer plus souvent en public. On pouvait toujours rêver…

Une fois à l'abri dans l'immense hall, il confia manteau et lyre à un domestique. Il était là en qualité d’invité et non de barde, mais il préférait toujours l'avoir avec lui. Il n'était pas rare qu'on lui demande de jouer au cours de la soirée, ce qu'il prenait plaisir à accepter avec une fausse humilité, et cela ajoutait juste cette petite nuance d’improriété à son image, ce dont il se délectait. Une fois dans une tenue plus appropriée à la situation qu'un manteau boueux, il se dirigea vers le salon sur les indications du serviteur, qui l’annonça. L’hôtesse l’accueillit, étincelant de mille feux.

Marquise, vraiment, vous vous êtes surpassée cette année.” Il lui fit un baise-main, laissant volontairement traîner son geste. “Vous avez décidément le plus beau salon de la ville.

L'intéressée eut un rire coquet, masquant son ravissement derrière une main gantée de dentelle.

Vous devez savoir que les flatteries ne vous mèneront nulle part avec moi, mon cher Rhys.” Elle lui adressa un grand sourire qui démentait ses paroles. Puis, comme un autre invité arrivait derrière lui, elle se dirigea dans sa direction. “Ne me laissez pas vous accaparer. Oh, et vous devriez pouvoir trouver ce cher Zaine quelque part. Il est arrivé il y a quelques minutes.

Rhys s'inclina pour masquer l'aspect artificiel de son sourire. Croiser son frère à ce genre d'occasion n'avait absolument rien pour lui plaire. Ce n'était pas rare, mais il faisait toujours tout pour ne pas se retrouver en sa présence.
Sur ces entrefaits, il regarda autour de lui, et s'avança vers le salon. Il était temps de se mêler au reste des invités.


Rhys: #9966cc


Dernière édition par Rhys Songsteel le Dim 31 Déc 2017 - 10:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Maître des Ombres

Messages : 826
Xp's : 2425
DC : Drake Val Ary, Enara VerteFeuille, Ria
Date d'inscription : 08/06/2015
Age : 20
Carnet : Winter is coming ~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
5/9  (5/9)
Disponibilité Rp: Impatiente de RP !
MessageSujet: Re: Le danger peut porter une robe de bal Dim 31 Déc 2017 - 10:40

Encore un bal ? Ces festivités ne s’arrêtent donc jamais ? Il n’y a rien à dire, décidément j’adore cette ville ! Et dire que j’avais longtemps boudé cette ville, pensant qu’elle d’abritait que de vieux humains aigris, amassant fortunes avant de le mettre dans un coffre sur lequel ils passaient leur journée assis de peur qu’on leur vole. Je suis certaine que de telles personnes existent mais je n’ai pas encore fait irruption chez eux semblerait il ! Mais il faut avouer que c’est peut être parce que je n’ai pas encore eut beaucoup l’occasion de « visiter » les maisons depuis mon arrivée, trop occupée à chercher une tenue pour briller lors des bals et me faire connaître.

Le précédent, donné en bordure de la ville dans un superbe manoir avait été une très belle réussite. J’avais appris les rudiments des jeux de la Cour, riant fort, parlant peu mais écoutant beaucoup, évitant les boissons alcoolisées pour ne pas souffrir d’oublis ou de lapsus. Puis, alors que les langues se déliaient grâce aux fameuses liqueurs servies par des valais en uniforme impeccable, j’étais à mon tour entrée dans la danse, parlant de mon personnage comme s’il s’agissait de moi-même, parlant de la Guilde comme d’un honnête commerce basé sur un bel héritage. Crystal de Faertas avait eut du succès ce soir là, d’abord interrogée sur ses produits de prédilection – les étoffes rares (affirmation étayée par ma robe rendue scintillante par sa Vérité de Lumière) ainsi que les objets de collection – puis sur ses méthodes employées. A cela, j’avais répondu que j’engageais d’honnêtes petites gens pour partir à la recherche de produits valant le déplacement avant d’y mettre le prix. Cette technique inventée au cours d’un interrogatoire un peu trop poussé avait suscité beaucoup d’étonnement mais personne ne l’avait remis en cause. Ma réputation de marchande émérite était faite.

Voilà que deux jours à peine après ce bal, je ne pensais pas devoir me replonger à nouveau dans la peau de mon personnage mais je sais que cela sera une partie de plaisir : Crystal de Faertas et moi nous entendons à merveille ! J’avais donc passé la journée à chercher une robe digne de l’événement du soir, une merveille chaque année d’après les commérages ! J’avais d’abord songé remettre la même robe que le premier soir mais, après m’être renseignée ça et là, j’ai vite compris que ce n’était pas une bonne idée. Elle avait bien trop marqué les esprits et j’étais censée être une femme riche, sacrebleu ! Une Dame comme Mademoiselle de Faertas ne s’habille pas deux fois de la même façon ! Voilà comment je m’étais retrouvée à faire de nouveau les boutiques, allant et venant dans les robes vêtue d’une robe rouge et blanche que j’avais récupéré grâce à ma chapeline, il y a quelques temps déjà. Mais après des heures à tourner dans les rues et à entrer dans les échoppes, je dois me rendre à l’évidence : rien de ce que je peux voir ici n’est à la hauteur de la robe scintillante que je portais la dernière fois. Lassée et trempée jusqu’aux os par la pluie que je n’avais pas anticipé, j’avais fini par me rendre à l’évidence : il fallait que je rentre bredouille et que je trouve une solution.

En arrivant dans ma suite, à l’Auberge de l’Aina, payant au passage une part de la somme totale de la location à l’aide d’une bourse dérobée dans un magasin, j’entreprends de réfléchir aux possibilités qui s’offrent à moi. J’avais bien piqué quelques robes ça et là mais c’était grâce à la Chapeline, je n’avais pas de possibilité de les retrouver à nouveau désormais … J’en avais bien quelques unes dans mon Sac sans Fond comme celle qui était destinée à Miradelphia mais … Mais une robe royale, n’est ce pas une merveilleuse idée, à la hauteur de l’image que je souhaite donner ? Il ne me faut pas plus de temps pour prendre une décision. Je plonge la main dans mon sac et en sort la magnifique robe de satin et de velours aux teintes bleutées. Encore une fois ce soir, je serai la plus belle.

***

Vêtue de ma robe royale et recouverte d’une fourrure prêtée par l’Auberge, je sors du véhicule pour rejoindre la maison où la soirée a déjà dû commencer. La façade est abondamment éclairée mais, malgré la beauté du lieu, je ne prends pas le temps de m’attarder, ne voulant pas arrivée mouillée à l’intérieur. Cela aurait été du plus mauvais effet. Comme la fois précédente, un garde surveille les entrées des invités mais cette fois ci, personne ne m’arrête pour me demander mon nom. Je doute que mon visage soit assez connu pour justifier ce comportement et présume plutôt que les maîtres de maison ont choisi de ne pas importuner leurs invités avec ces contrôles aussi humiliants que futiles. Après tout, n’avais je pas réussi à rentrer alors que personne ne me connaissait et que Crystal de Faertas n’existe pas ?

Sûre de moi, j’entre dans la grande salle. Je n’ai pas besoin de m’interroger longtemps pour savoir si je dois commencer par le buffet ou par chercher une connaissance, un jeune homme me rejoint sans attendre. « Mademoiselle de Faertas. » Tandis qu’il me prend la main pour y déposer un baiser, je tente de me rappeler de son nom mais il a déserté ma mémoire. J’ai rencontré bien trop de personnes différentes lors du bal chez Sieur Jade et son épouse. « Vous vous souvenez de moi ? Milan de Resco, nous nous sommes vus l’autre soir. » J’acquiesce avec un sourire : « Bien entendu, nous avons parlé un moment de musique et d’art, comment aurais je pu oublier cela ? » L’homme, visiblement ravi que je me souvienne de lui, m’adresse un grand sourire avant de me raconter les derniers événements de sa vie. Je l’écoute d’une oreille disserter sur la beauté des huiles teintées pour le corps tout en balayant la salle du regard.

C’est alors que je remarque un visage connu. Une autre personne que j’ai rencontrée il y a deux jours ? Non, cette personne là semble venir d’un passé plus lointain … Mais où aurais je pu rencontrer un riche Parlèm fréquentant ce genre de bal auparavant. Ce ne sont généralement pas des personnes avec qui je travaille et je ne vois que très exceptionnellement les propriétaires des biens que je vole. C’est alors que j’ai un flash back. Une entrevue au fond d’une taverne improvisée sous une tente, une tenue d’allumeur de lanterne, une fiole de Rheina Color qui a valu à une pauvre femme de finir nue au beau milieu de la Fête de la Vérité, ma cape d’invisibilité pour surprendre mon acquéreur … A quelques mètres de moi, grand et blond, se trouve celui pour qui j’ai travaillé à la Fête de la Vérité. Nous avions rendez vous à l’Auberge des Fleuves Jumeaux un mois après la Fête mais je n’avais pas pu m’y rendre … S’en souvient il ? Y était il allé ? Désireuse de ne pas perdre un acheteur potentiel, je lui avais fait envoyer une lettre. L’a t il seulement reçu ? Loin du souvenir que j’en est, dans lequel il était vêtu d’une tenue excentrique et bariolée, il est ce soir habillé avec une magnifique tenue, visiblement de très bonne facture. Ses longs cheveux blonds ont été traités avec soin et je m’attendrais presque à le voir maquiller afin de parfaire l’ensemble et, peut être, d’ajouter cette petite touche d’excentricité qui lui allait si bien. Mais alors que je m’apprête à aller à sa rencontre, je m’arrête. J’existe ici sous un autre nom, grande Dame impressionnant ses semblables par sa richesse, mais lui ne connait que Winter Eliwën, la voleuse …


MAITRE DES OMBRES


Elle n'a qu'un désir, la marâtre immortelle | C'est d'enfanter toujours, sans fin, sans trêve, encore | Mère avide, elle a pris l'éternité pour elle | Et vous laisse la mort. | ©️ FRIMELDA




Dernière édition par Winter C. Eliwën le Lun 8 Jan 2018 - 17:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Alchimiste

Messages : 192
Xp's : 546
Date d'inscription : 26/08/2016
Présentation : Pour vous servir
Carnet : Ses voyages

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Le danger peut porter une robe de bal Lun 8 Jan 2018 - 14:21

Lui qui pensait passer une si bonne soirée, elle allait maintenant être ternie par les efforts qu'il allait devoir déployer pour esquiver son frère sans que cela se remarque. Oh, bien sûr qu’il appréciait Zaine, autant que le reste de sa fratrie, mais il allait sans dire que leurs chemins avaient divergé il y avait bien longtemps. Une partie de ce qui faisait la popularité de Rhys était qu'il venait d'une famille ancienne, sage à en être ennuyeuse, alors que son propre train de vie plus mouvementé était pour le moins contrastant avec l'image que l'on attendait de lui. Bien. Il était temps de se reprendre et d'entrer dans la danse s'il ne voulait pas attirer l’attention sur son hésitation. Il se décora de son plus charmant sourire et pénétra dans le salon magnifiquement éclairé.

À son entrée, quelques regards se tournèrent vers lui. Il était resplendissant et n'avait pas grand chose à envier à certaines dames. Il arborait une tenue de lin crème à la coupe sophistiquée visiblement créée par un tailleur de talent spécifiquement à sa demande. La simplicité de l'étoffe ne servait cependant qu'à  rehausser les ajouts de velour violet et les nombreuses broderies dorées qui l’ornaient. Les couleurs étaient rendues plus vibrantes encore par une discrète modification alchimique du vêtement, que seul un oeil averti aurait pu déceler mais qui le rendait presque hypnotisant. Il avait abandonné pour l'occasion son éternel chapeau à plumes, pas du tout adapté à la météo, mais n'avait pas manqué de rappeler sa marque de fabrique avec quelques plumes minuscules et effilées au coin de son oeil droit.

Une jeune femme vint le saluer dès son entrée. Elle était nouvelle en société, tout juste adulte, et n'avait pas encore perdu comme ses aînés l'émerveillement que suscitait une telle réception. Elle était suivie par une chaperonne qui jaugeait d'un oeil austère ses relations avec la gent masculine de la soirée. À la fois amusé et irrité par les codes rigides et datés de la noblesse, Rhys se fit un devoir de donner le bras à la jeune fille pour l'attirer insensiblement hors de vue de la vieille femme, utilisant un groupe de bavards pour les dissimuler, tout en faisant la conversation.

Ah, Mademoiselle Lisa de Tobar ! Quel plaisir de vous voir enfin voler de vos propres ailes ! Vous êtes resplendissante, votre famille doit être absolument fière de vous.
La jeune fille parvint à rougir coquettement au compliment.
Vous me flattez, Monsieur. Ce n'est cependant pas ma première sortie ! N'étiez-vous pas présent au bal des Arlern la semaine passée ?
Malheureusement non. J'étais prisonnier d'un voyage d'affaire des plus ennuyeux et ne suis rentré qu'après. Vous n'imaginez pas ma déception !
Il secoua la tête d'un air déçu pour illustrer ses propos. La demoiselle le gratifia d'un rire cristallin.
Oh, vos affaires doivent être tout sauf ennuyeuses, vous connaissant ! Vous donc avez manqué l'arrivée d'une nouvelle venue. Personne ne la connaissait, mais elle portait une si jolie robe, et elle était très belle ! Elle vous aurait forcément plu. Elle devait être immensément riche. Peut-être fera-t-elle une nouvelle apparition ce soir, qui sait ?

Avant qu’elle ne puisse lui révéler son nom, leur conversation fut interrompue par la chaperonne, qui les arrêta d'un “Mademoiselle Lisa !” réprobateur. Rhys la laissa partir avec un clin d'oeil, avant de chercher un autre visage connu. Enfin, un autre visage à qui il avait envie de parler, car pour être franc, il connaissait déjà la plupart des autres invités. Il finit par repérer quelqu'un d'intérêt un peu plus loin, quelqu'un qui l'avait également vu. Il remit immédiatement son visage, n'oubliant jamais ceux avec qui il avait fait affaire. Tout se mit en place dans son esprit : nouvelle, riche, très belle. Il s'agissait donc de Winter Eliwën, cette dame si mystérieuse. La voleuse avait manqué leur dernier rendez-vous et était restée très énigmatique dans son explication, mais un personnage aussi romanesque laissait imaginer toutes les raisons possibles d'un tel empêchement.

Il attendit que son interlocuteur la quitte pour l’aborder. Après tout il n’était pas assez impoli pour interrompre une conversation.
Ma Dame.” Il s’inclina devant elle pour la saluer. “Nous n’avons pas été présentés, il me semble. Rhys de Canhall, pour vous servir. On m’a tant parlé de vous, c’est un véritable plaisir d’enfin vous rencontrer.

De l’extérieur, tout portait à croire qu’ils se rencontraient effectivement pour la première fois. Lui était à peu près persuadé qu’elle l’avait également reconnu, puisqu’elle le fixait avant qu’il ne l’aborde. Cependant, il se doutait qu’elle ne s’était pas présentée par son vrai nom lors de son entrée en société et ne voulait pas la mettre dans l’embarras. Après tout, ils étaient censés travailler ensemble.


Rhys: #9966cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Maître des Ombres

Messages : 826
Xp's : 2425
DC : Drake Val Ary, Enara VerteFeuille, Ria
Date d'inscription : 08/06/2015
Age : 20
Carnet : Winter is coming ~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
5/9  (5/9)
Disponibilité Rp: Impatiente de RP !
MessageSujet: Re: Le danger peut porter une robe de bal Jeu 11 Jan 2018 - 14:09

De quoi ai je l’air, ainsi plantée au milieu du passage, cherchant une idée pour échapper à l’éventualité d’une situation gênante dans un avenir proche ? Un serveur, très beau garçon soit dit en passant, s’approche pour me proposer un amuse bouche. Après un rapide coup d’œil sur son plateau garni, j’opte pour un petit feuilleté surmonté d’une crème orangée à l’allure fort appétissante. Ravie de ce service que je n’avais que très peu vu dans les bals précédent, je retrouve une esquisse de sourire et avance, à l’opposé là où j’ai vu l’allumeur de lanterne, à la recherche d’un visage connu mais moins dangereux.

C’est donc avec un plaisir évident que j’accueille l’arrivée d’un jeune homme d’Arnlo, portant un nom de plante dans mes souvenirs. Je ne l’apprécie pas le moins du monde car sa lourdeur n’a d’égale que sa stupidité mais il fera l’affaire pour cette fois. « Crystal ! Quel plaisir de vous vori en ces lieux ! » Trop de familiarité à mon goût ! Je le laisse me faire un baise main bien que cela me répugne quelque peu, ravie de porter des gants en ce jour de fête (j’ai appris qu’il s’agissait d’une mode ici !), en tentant un sourire poli. « Je ne suis pas certain que vous souveniez de moi, vous avez eut tant de succès le soir de notre rencontre que vous ne pouvez pas avoir retenu tous les noms ! » Je ris, flattée d’être vue ainsi. Je ne sais pas s’il s’agit aussi d’une mode de se représenter à chaque fois que l’on recroise quelqu’un que l’on a déjà vu mais je bénis cette façon de faire. « Jasmin de Belreuil, pour vous servir. » Il s’incline bas, un grand sourire aux lèvres avant de se redresser pour me demander : « Vous êtes venue accompagnée ce soir, ma Dame ? » Je bégaie, incapable de trouver rapidement une réplique appropriée. Ah, si seulement j’avais à portée de main un homme sans ambigüité mais avec l’option sauvetage en mer ! Il n’y a pas à dire, j’ai beau croiser Vomito aux quatre coins de Madelle, il n’est quand même pas là quand il faut ! « Pas ce soir non. » Il me sert un regard lubrique tandis que je lance un coup d’œil aux alentours à la recherche d’une aide potentielle.

Malheureusement pour moi, la seule que j’aperçois est le jeune homme blond de la Fête de la Vérité, qui s’approche d’ailleurs de nous sans me lâcher du regard. Il n’y a pas de doute possible, c’est bien vers moi qu’il vient et cette fois je ne vois pas de moyen d’y échapper. Je regarde Jasmin qui me propose subtilement un « petit fourré au fromage » en désignant la sortie d’un geste de main. Tant pis, l’allumeur de lanterne sera toujours une meilleure option que celle là ! Je ris comme si le jeune homme venait de me dire une bonne blague avant de me tourner vers le nouvel arrivant. Mon cœur bat à cent à l’heure mais je n’ai pas le choix de toute manière, il va bien falloir que je me confronte à cette situation et, dans le meilleur des mondes, que j’arrive à lui expliquer que je ne me fais pas appeler Winter ici. Ce serait si triste de gâcher ma réputation à peine arrivée ! J’ai eut si peu de temps pour en profiter et elle a encore tant de potentiel …

Il s’incline poliment, sans exagération contrairement à l’affreux personnage qui vient de nous quitter, et enchaîne tandis que je réfléchis toujours à un moyen d’expliquer mon souci. « Nous n’avons pas été présentés, il me semble. Rhys de Canhall, pour vous servir. On m’a tant parlé de vous, c’est un véritable plaisir d’enfin vous rencontrer. » Malgré mes efforts, je ne pense pas avoir réussi à retenir une expression d’étonnement sincère. Nous nous étions présentés à la Fête de la Vérité, lorsque nous avions conversé, son prénom me revient à présent. Est il au courant ? Lui a t on donné mon nom ici et a t il comprit seul ? Car cet homme à l’air tout sauf stupide et il fait parti ici des rares personnes pour qui j’ai un respect sincère, bien que je ne le connaisse que très peu. « Sir, enchantée. » Je le regarde dans les yeux en exécutant à mon tour une petite courbette. Que dire ? « Crystal de Faertas. J’ignore ce qu’on vous a bien pu vous raconter sur moi ! » Je lui souris, de plus en plus certaine qu’il comprend tout à fait, d’où ses paroles mesurées. « Je viens à peine d’arriver sur Arnlo, il y a une semaine tout au plus ! Mais j’ai cru comprendre que les nouvelles vont très vite ici, il vaut mieux être prudent dans nos paroles, n’est ce pas ? » Je ris puis, alors qu'un serveur passe à proximité et j’attrape un feuilleté avec une mousse de poisson, définitivement dégoûtée des ‘petits fourrés au fromage’. J’enchaîne avant d’en prendre une bouchée : « Et vous ? Je m’excuse mais on ne m’a pas encore raconté en quoi consistent vos affaires dans la région. » Et vu le costume, ici il n’y a aucun risque qu’il ne soit que cracheur de feu ou autre joyeux luron destiné à l’amusement de la foule.


MAITRE DES OMBRES


Elle n'a qu'un désir, la marâtre immortelle | C'est d'enfanter toujours, sans fin, sans trêve, encore | Mère avide, elle a pris l'éternité pour elle | Et vous laisse la mort. | ©️ FRIMELDA


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Alchimiste

Messages : 192
Xp's : 546
Date d'inscription : 26/08/2016
Présentation : Pour vous servir
Carnet : Ses voyages

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Le danger peut porter une robe de bal Lun 15 Jan 2018 - 15:37

À voir l'expression grandement contrariée de cette petite pintade de Jasmin de Belreuil, la conversation n'avait dû être close que du côté de Winter. Rhys dut déployer tous les sang-froid dont il était capable pour retenir un sourire sarcastique d'apparaître sur son visage. Si ce cloporte avait décidé qu'elle allait lui donner ce qu'il voulait, la pauvre allait avoir du mal à détacher ses griffes de son bras. Il lui faisait cependant toute confiance pour y arriver, cette demoiselle avait plus d'un tour dans son sac, il avait été le premier à en faire les frais, quelques mois plus tôt. Ce n'était donc pas la grandeur d'âme chevaleresque ou la compassion qui le fit écarter subrepticement Jasmin pour l'exclure de la conversation. Non, c'était son petit plaisir personnel appuyé sur la détestation de ce genre de personne.

Ravi de faire votre connaissance, Crystal de Faertas. Vous avez raison, évoluer dans cette cité peut être un défi, mais je n'ai aucun doute : vous allez adorer cela.

Il était ravi de la situation. Ce monde d’apparences et de faux-semblants amenait à des dialogues inventifs et sous-entendus. Il était comme un poisson dans l'eau. Jasmin tenta de reprendre la parole, mais Winter fut plus rapide et il n'osa pas la couper. Rhys en aurait frétillé de bonheur. Il avait une sainte aversion pour ce jeune freluquet et toute sa génération qui n'était pas capable de la moindre subtilité dans leurs relations. Lui-même allait devoir se montrer imaginatif pour répondre à la question de la voleuse. Elle savait qu’il avait des activités plus ou moins cachées, mais pas les les oreilles indiscrètes qui trainaient à proximité, et il était tout simplement hors de question que quelqu’un comme Jasmin de Belreuil ait ne serait-ce qu’un simple doute là-dessus. Ou alors il pourrait juste dire la vérité: pour une fois qu'il participait à ce genre d'événement sans but ultérieur… Cela pourrait changer au cours de la soirée, qui sait ? Mais pour l’instant, un sourire superficiel et un geste dérisoire de la main plus tard, il répondit :

Je ne suis ici qu'en qualité d'ami, ma Dame. Le Marquis et la Marquise connaissent ma famille depuis ma plus tendre enfance et j'ai le bonheur d'être invité chaque année.

Finalement, faire semblant de comprendre la question de travers était peut-être le plus simple. Cela évitait de se prendre les pieds dans le tapis et lui laissait plus de temps pour réfléchir à une formulation appropriée.
Jasmin étouffa un ricanement grossier, s'apprêtant sans doute, pour retrouver le feu des projecteurs, à révéler la réputation dissolue qui était sienne dans certains milieux, ainsi que son cortège de rumeurs plus ou moins inadaptées à la situation actuelle. Faisait mine de l'ignorer, Rhys se tourna légèrement, trouvant le moyen de faire face à Winter tout en présentant presque son dos au jeune homme. La musique venait de changer, abandonnant la valse pour une autre dans quelconque, bien plus simple. Il profita de cette chance de pouvoir parler à la jeune femme plus discrètement. Il s'inclina à nouveau devant elle, une main tendue.

Ma Demoiselle, m'accorderez-vous cette danse ?

Il se demandait si elle savait danser, mais avec ce qui s'annonçait, le risque paraissait moindre. Il n'était juste jamais agréable ni d'essuyer un refus devant un rival, ni de se faire marcher sur les pieds. Il espérait qu'elle saurait saisir la proposition sous-entendue, quitte à se dissimuler dans la foule des invités un peu plus loin.


Rhys: #9966cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Maître des Ombres

Messages : 826
Xp's : 2425
DC : Drake Val Ary, Enara VerteFeuille, Ria
Date d'inscription : 08/06/2015
Age : 20
Carnet : Winter is coming ~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
5/9  (5/9)
Disponibilité Rp: Impatiente de RP !
MessageSujet: Re: Le danger peut porter une robe de bal Jeu 18 Jan 2018 - 17:33

A mon plus grand étonnement, Rhys ne me trahit pas. Quel Dieu doit on remercier pour cela ? Y a t il un Dieu de l’Intelligence qui aurait visiblement prit le jeune homme blond – mais rejeté Monsieur de Belreuil visiblement – sous son aile ? Sinon tant pis, je prierai Polliope, Dieu de la Sagesse, pour lui faire savoir que le collectionneur est une réussite. Je ne serai donc pas démasquée, pour le moment. Lorsqu’il me fait remarquer que je devrais adorer les jeux de la Cour, je ne peux m’empêcher de sourire. S’il savait à quel point je me régale ! Ces potins, que l’on peut créer, modifier puis redistribuer à sa guise sont un délice pour ceux qui aiment manipuler les mots ou les âmes, même si je ne suis pas sûre d’avoir envie de savoir dans quelle catégorie je devrais être classée.

Rhys, en tout cas, rentre sans nul doute dans la première catégorie et il manie les phrases avec une aisance incontestable, délivrant seulement les informations qu’il désire et lorsqu’il a décidé que le moment était opportun mais pas avant. J’en déduis donc que je n’ai pour l’instant absolument aucune chance d'en savoir un peu plus sur la nature de ses activités dans le monde des Parlèms. Est il collectionneur ici aussi ? Est il un noble respecté qui se repose sur sa fortune et dont la seule préoccupation est de la faire fructifier ? A t il un commerce, comme les Jelica par exemple ? Je me demande si son attitude mystérieuse est sa façon de se comporter à Arnlo ou si elle est due à la présence de Jasmin de Belreuil. Ce dernier, rejeter de la conversation, ouvre et ferme la bouche comme un poisson béat à mesure que nous lui arrachons les occasions de placer ses viles paroles. C’est fort possible qu'il s'agisse de la présence perturbante du courtisan, il est vrai qu’à sa place je ne délivrerai aucune information devant cet individu.

Annonçant qu’il vient ici depuis qu’il est tout petit, Rhys confirme ce que je pensais : cela doit être en grandissant dans le milieu étrange de la richesse et de la courtisanerie que l’on doit développer cette façon de pensée et l’art des phrases à double sens. Mais alors que je m’apprêtais à lui répondre, l’homme se baisse en une courte révérence et, me tendant la main, m’invite à danser. Un homme m’invite à danser. La première réplique qui me vient à l’esprit est cinglante et dégouline de sarcasme mais je crois qu’elle n’est nullement appropriée à la situation. Un homme m’invite à danser. C’est bien la première fois de ma vie. Que faire ? Je n’ai jamais dansé de toute ma courte vie ! Je ne doute pas que cela doit être fort agréable, surtout en bonne compagnie; et j’ai d’ailleurs bien envie de lui accorder cette danse, comme ils disent dans le jargon d’ici, mais je n’ai pas envie de me ridiculiser. Quelle idée de se présenter à un bal sans s'être entraînée au préalable à exécuter quelques pas, seule dans sa chambre avec son miroir pour seul témoin ?

Je jette un rapide coup d’œil à l’horrible créature, au physique pourtant agréable, à qui mon (peut-être futur) cavalier tourne maintenant pratiquement le dos. Si je dois choisir entre les deux, ma décision est prise sans hésitation aucune. J’attrape de mes doigts gantés la main que me tend le jeune homme blond et fais un pas vers lui. Alors que nous nous avançons vers l’endroit de la grande pièce où évoluent les danseurs, je me rapproche de Rhys pour lui murmurer à l’oreille : « Ici, vous pourrez me parlez de ce que vous voulez en étant à l’abri des oreilles qui traînent mais soyez prudent ! Je n’ai jamais dansé et vous risqueriez d’y perdre vos pieds. » Avec un sourire désolé, je m’applique néanmoins à suivre les pas de mon partenaire. J’espère que notre discussion ne me demandera pas trop de concentration car je ne pense pas être capable de faire ces deux choses là à la fois.

Mais, alors que nous commençons a évolué au milieu des danseurs - sans trop de catastrophes pour le moment ! -, je lève la tête un instant pour comparer ma prestation à celle des Parlèms, habitués à ces pas qu’ils doivent trouver simplissimes. Peut on baisser dans l’estime des autres car on ne sait pas danser ? Que l’on puisse penser ce genre de chose au sein de la Cour d’Arnlo ne m’étonnerait pas beaucoup. Mais, en regardant autour de moi, je remarque alors une jeune personne, de l’autre côté de la salle. Entourée de gardes du corps qui ne semblent pas vouloir laisser qui que ce soit approcher, elle évolue avec une grâce sans pareil, comme si les Dieux s’étaient penchés sur son cas pour la rendre parfaite. Le résultat est plutôt réussi d'ailleurs. Mais alors que je la regarde, je remarque que je ne suis pas la seule : en quelques instants à peine, la jeune demoiselle semble être au centre de toutes les attentions désormais. Je me penche vers mon cavalier et lui demande tout bas, pour que personne d’autre que lui ne puisse m’entendre : « Pardonnez mon ignorance mais ... qui est cette personne ? Elle a l’air d’avoir une certaine importance ici. »


MAITRE DES OMBRES


Elle n'a qu'un désir, la marâtre immortelle | C'est d'enfanter toujours, sans fin, sans trêve, encore | Mère avide, elle a pris l'éternité pour elle | Et vous laisse la mort. | ©️ FRIMELDA


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le danger peut porter une robe de bal

Revenir en haut Aller en bas

Le danger peut porter une robe de bal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Tout peut porter à confusion... [Daven K. Drack]
» Histoire de robe... [Janane]
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» Peut-on se passer de la farine de blé ?
» Le palais Sans-souci en Danger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Le Monde des Humains :: La plaine isolée :: Arnlo-