AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Sous un ciel de plomb [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


Espion

Messages : 54
Xp's : 327
Date d'inscription : 28/06/2016
Présentation : Ici
Carnet : Ici

Feuille de personnage
Vie:
80/100  (80/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Disponible !
MessageSujet: Sous un ciel de plomb [Terminé] Mer 20 Juil 2016 - 9:42

28 Nehaïah 1248

Le jeune homme était presque sorti de ce fichu désert. Cela faisait des jours et des jours qu'il marchait, à la recherche de la civilisation. Il avait dévié sa trajectoire par rapport à celle de Jade afin de s'orienter vers une autre direction. Malgré toutes les péripéties qu'il avait vécu, son objectif restait très clair : trouver des indices sur Lydia. Le jeune homme avait cru entendre que le nord constituait un refuge idéal pour les fugitifs. Il fallait cependant faire attention. On ne sais pas ce que ce genre d'endroit pouvait réserver.

Des montagnes se dressèrent devant Aaron. Même si elles ne semblaient pas abriter la moindre civilisation, c'était toujours mieux que ce fichu désert qui s'étendait sur des centaines de kilomètres. Le jeune homme s'approcha doucement de cette chaîne rocheuse qui s'étendait au loin. Sa cape flottait au rythme du vent, et son visage était entièrement dissimulé. Pour le coup, la tempête s'était calmée, et son habit arrivait à lui offrir une protection optimale contre les nombreux jets de sable.

Le jeune Récleyès arriva au milieu de ces montagnes vertigineuse, qui s'élevaient telle une forteresse imprenable. Il marchait silencieusement. Le vent s'était arrêté, étouffé par ces édifices de pierres. Aaron tenait machinalement son bras gauche qui le faisait atrocement souffrir. Il fallait qu'il trouve un refuge, et vite. Le jeune homme décida de faire une petite pause, en attendant que la douleur passe.

Il s'asseya dans le creux de la roche. Le jeune homme observa le ciel qui se couvrait. La pluie ne semblait pas trouver sa place dans une région aussi aride. Pourtant, des nuages étaient bel et bien présent. Peut-être n'étaient-ils constitués que de sable et de poussière. Ou peut-être qu'ils attendaient de se trouver plus au sud pour déverser leurs flots ? Quoi qu'il en soit, le jeune homme n'aurait pas craché sur une bonne averse. Bien que le soleil était à peine levé, la chaleur était déjà intense.

Quelques minutes défilèrent, puis Aaron fini par s'assoupir. Ses yeux étaient bien trop lourds et son corps bien trop épuisé pour pouvoir continuer ainsi. Malgré la chaleur et le ciel de plomb, le jeune homme n'éprouva aucune difficulté à s'endormir. On ne distinguait plus que sa cape qui continuait à remuer faiblement au rythme de la brise.


Dernière édition par Aaron Sihn le Mar 16 Aoû 2016 - 17:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chasseuse

Messages : 88
Xp's : 239
Date d'inscription : 16/07/2016
Age : 20
Présentation : Nya ?
Carnet : ~ Meow ~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: A voir ^^
MessageSujet: Re: Sous un ciel de plomb [Terminé] Mer 20 Juil 2016 - 12:53


Le clan s'était installé depuis déjà plusieurs semaines au fond d'une gorge où coulait presque comme par miracle un petit torrent de lave. C'était un endroit idéal, abrité des vents violents qui pouvaient balayer la région en cette saison. Vu comment se présentaient les choses, ils allaient s'établir ici pendant un petit bout de temps, au moins le temps que les choses se tassent depuis leur dernière escarmouche avec l'armée. Bien que les siens aient l'avantage du terrain, ils étaient moins nombreux et avaient souffert. La clan tournait donc au ralenti, léchant ses plaies tel un animal blessé. Ivi n'y pouvait pas grand chose, elle était simplement chargée de s'assurer que les réserves de viande restaient fournies.

Après avoir ajusté ses griffes autour de ses paumes et poignets et vérifié son stock de carreaux (qui se faisait malheureusement de plus en plus faible) ainsi que ses réserves de lave et de viande séchée, elle se mit en route la tête haute. Elle voulait échapper à l'atmosphère étouffante du campement avant qu'on lui demande de surveiller les gosses. Elle ferait la sieste dehors. Enfin la "sieste"... Elle lézarderait au soleil en laissant ses sens en éveil. Il ne manquerait plus qu'elle s'endorme et se laisse surprendre par un prédateur. Il était pourtant de notoriété publique que la Vallée voulait ta mort.

Elle s'éloigna rapidement du camp, ses sens en éveil. Même si elle n'avait pas particulièrement l'intention de chasser, elle ne cracherait pas sur de la viande fraîche. Et puis c'était dans ses habitudes de toute façon. Un gros insecte passa alors devant ses yeux. Elle passa alors bien une petite heure à lui courir après, autant par jeu que pour tenter de l'étudier de plus près. Vu de loin, il n'avait pas beaucoup d'intérêt. Mesurant quelques cinq centimètres de long, il était d'un maronnasse uniforme. Mais comme tous les insectes, lorsqu'on prenait la peine de les regarder en détail, ils s'avéraient beaucoup plus surprenants et riches en pointes, striures, pinces et mandibules.

Elle grogna de frustration lorsque celui-ci lui échappa une nouvelle fois pour se poser hors de sa portée. Tant pis, ça sera pour une autre fois. En une fraction de seconde, elle s'en détourna pour se trouver un nouveau centre d'intérêt. Elle jeta un coup d’œil circulaire. Elle n'avait pas oublié où elle se trouvait. Elle ne pouvait pas, c'était presque gravé en lettres de feu dans son esprit. Son insouciance apparente ne faisait que camoufler sa prudence, devenue seconde nature.

Une étude attentive du paysage l'informa qu'elle n'avait aucune idée de là où elle se trouvait. Ce qui était plutôt une mauvaise nouvelle. Mais ça encore, elle pouvait s'en sortir, elle savait s'orienter dans la région et n'avait pas pu trop s'éloigner en si peu de temps. Seulement, une deuxième mauvaise nouvelle pointait à l'horizon. Le temps se couvrait. Au vu de la forme des nuages, du changement de l'odeur de l'air et surtout du calme étrange qui semblait tout à coup régner autour d'elle une tempête était en approche. Elle serait là d'ici une grosse demi-heure. Pas le temps d'essayer de rejoindre le campement.

Il lui faudrait trouver un abri d'ici là, ce qui était plus facile à dire qu'à faire dans la plaine rocheuse où la liare se trouvait. Sa meilleure option était de rejoindre les pitons qui se dressaient à l'Ouest. Ils pourraient briser le vent et avec un peu de chance elle pourrait trouver une cavité suffisamment à couvert pour se reposer en attendant que le temps se fasse plus clément. A peine sa décision était prise qu'elle s'élança au pas de course. Elle n'avait pas une minute à perdre et l'orage avançait bien plus vite qu'elle. Pour la discrétion on repassera mais ça n'était pas sa préoccupation majeure là maintenant tout de suite.

Au détour d'un croisement, alors qu'elle avait le nez en l'air dans l'espoir de trouver un semblant de grotte, elle failli buter sur un corps allongé au sol enveloppé dans une cape couleur de poussière, elle l'évita in extremis manquant de lui envoyer un coup de pied au passage.
Elle se demanda un instant s'il était mort, car aucun liare sain d'esprit ne s'allongerait ici à moins d'être déjà aux portes de la mort. Bah, ça ne coûtait rien de vérifier. S'il était vivant, tant mieux pour lui, sinon tant mieux pour elle. Il portait peut-être des objets dont il n'avait plus l'utilité après tout.

En s'approchant, elle remarqua rapidement qu'il respirait. Bon bah tant pis. Elle n'allait pas prendre les possessions d'un vivant. Par contre il dormait. Il. DORMAIT. Il était donc soit stupide, soit suicidaire.
Deuxième constatation : ce n'était pas un liare. Ou alors un liare sacrément bizarre, avec une peu rosée et pas de cornes. Vision plutôt perturbante pour une personne jamais vraiment sortie de sa cambrousse. Peut-être un humain ? Elle avait déjà croisé certaines de ces créa...

Un coup de tonnerre dans le lointain, la rappelant soudain à son objectif initial. Elle tourna les talons, laissant l'étranger à son sort avant de se raviser. Elle n'allait pas passer à côté d'une si bonne occasion d'en apprendre plus sur cette race presque mythique à ses yeux. Elle s'agenouilla donc à son côté, retira les griffes d'un de ses poignets et flanqua une bonne paire de baffes au dormeur.

- Debout ! Si tu tiens à la vie, ne reste pas à dormir ici. Une tempête arrive.

Elle se releva prestement, ses yeux courant sur les falaises qui les entourait à la recherche d'un creux, d'un surplomb. Il fallait parer au plus urgent. Quoi que fasse l'homme à ses pieds elle n'avait pas l'intention de traîner ici.


Dernière édition par Ivinea Loryed le Dim 11 Juin 2017 - 12:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Espion

Messages : 54
Xp's : 327
Date d'inscription : 28/06/2016
Présentation : Ici
Carnet : Ici

Feuille de personnage
Vie:
80/100  (80/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Disponible !
MessageSujet: Re: Sous un ciel de plomb [Terminé] Mer 20 Juil 2016 - 23:40

Les minutes déffilaient lentement, tels les grains d'un sablier. Aaron ne bougeait toujours pas, abattu par son périple. Fort heureusement, son abris de fortune lui assurait une bonne protection contre le vent qui commençait à se lever. Cela faisait un moment qu'il n'avait pas eût de repos réparateur. De temps en temps, il ouvrait un oeil par curiosité, croyant entendre un bruit, un souffle, mais non. Il s'agissait toujours de la brise qui se faufilait entre ces parois rocheuses murant la totalité de cette contrée. Le jeune homme en déduit donc qu'il n'y avait pas de quoi s'affoler. Il n'y avait pas la moindre trace d'habitation ici. En outre, la vie se faisait rare dans un endroit pareil. Peut-être que les premières traces de civilisation ne se découvriraient qu'au bout de quelques longues heures de marche. Aaron ferma donc les yeux une bonne fois pour toute, et arrêta de se torturer davantage l'esprit.

Le calme fût malheureusement de courte durée. Des pas semblaient se rapprocher de plus en plus de la "cachette" du jeune Récleyès. Ce dernier ne les entendis pas, car il était parti pour de bon dans un sommeil profond. Un bruit de tonnerre lointain retentit faiblement. Le jeune homme eût à peine le temps de reprendre ses esprits qu'il senti une main lui giffler le visage avec une impunité qui le mit hors de lui. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, Aaron se dressa sur ses deux jambes et dégaina son surin, bien décidé à faire payer une telle insolence.

Mais alors qu'il cherchait à connaître le vrai visage de son "aggresseur", une silouette des plus chimérique se dressa devant lui . Etait-ce des cornes qu'il voyait ? Ou une quelconque coiffe ridicule d'un peuple du désert ? Quoi qu'il en soit, le jeune Récleyès ne pu cacher sa confusion à la vue d'une telle apparence. Bien qu'il tenait son surin toujours aussi fermement, son bras lui faisait attrocement souffrir. En revanche, il avait toujours assez de force pour égorger quelqu'un.  

- Debout ! Si tu tiens à la vie, ne reste pas à dormir ici. Une tempête arrive.

"Si il tenait à la vie ?" avait-elle la moindre idée ce qu'il venait de traverser ? Entre eux deux, ce n'était certainement pas lui qui ne tenait pas à la vie. Et ça n'est certainement pas sa colère montante qui ferait dire le contraire. Aaron fini par se calmer après quelques secondes. Il rangea soigneusement son arme. Cela ne servait à rien de créer de la tension inutilement. Cette personne n'avait pas d'intention hostile envers lui. Bien que cela ne justifiait aucunement une telle impolitesse, le jeune homme était quelque peu réconforté de trouver un visage au milieu de toute cette roche.

- Cela fait plusieurs semaines que j'affronte des mauvaises bourrasques, celle-ci ne s'annonce pas bien méchante.

A ce titre, le jeune homme se demandait comment il avait fait pour survivre dans un envirronnement hostile depuis tout ce temps. Mais son interrogation fût immédiatement éclipsée par d'autres questions bien plus importantes. D'où venait cette jeune femme ? Y-avait-il un village non-loin d'ici ? Pourquoi possédait-elle ces... choses sur la tête ? Tant de phrases allaient et venaient dans la tête d'Aaron. Finalement, il se décida à remettre les choses en ordre dans son esprit.

- Pourrais-tu me dire où trouver un endroit pour manger et finir ma nuit ?

Visiblement le tact n'était pas au rendez-vous chez Aaron. A l'heure actuelle, sa seule priorité était de survivre. Et si par définition il avait une auberge où une quelconque bourgade dans le coin, il y aurait forcément des gens pour l'aider à trouver ce qu'il cherchait. Mais ces cornes... ces fameuses cornes l'intriguaient. Le jeune homme préféra éviter la question pour le moment, de peur de toucher un sujet sensible, ne sait-on jamais. Il se risquait quelquefois à jeter un regard sur ces ossements mystiques qui s'élevaient de la tête de la jeune femme vers le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chasseuse

Messages : 88
Xp's : 239
Date d'inscription : 16/07/2016
Age : 20
Présentation : Nya ?
Carnet : ~ Meow ~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: A voir ^^
MessageSujet: Re: Sous un ciel de plomb [Terminé] Jeu 21 Juil 2016 - 12:47


Sans surprise, le réveil fut un peu brutal pour l'inconnu à ses pieds qui bondit sur ses pieds en brandissant un... poignard ? Petit en plus. Euuh... C'était sensé lui faire peur ça ? Le regard qu'elle lui jeta se fit plus interrogateur qu'alarmé. Il avait l'air pas mal remonté et confus. Moui, à la réflexion elle aurait probablement été de mauvaise humeur si quelqu'un l'avait réveillée à grand renfort de baffes. Ce qui est fait est fait se dit-elle en haussant mentalement les épaules. Quelques secondes après, comme s'il avait conclu que la situation ne nécessitait pas de se défendre contre un danger imminent (elle ?) il rangea son ridicule coutelas. Tant mieux, elle avait autre chose à faire que de se chamailler avec cet homme/liare dégénéré. Ce qui lui rappela de rattacher les griffes à son poignet. Malgré le temps, ils n'étaient jamais à l'abri d'une mauvaise rencontre et dans ce cas elle préférait pouvoir utiliser ses deux mains.

- Cela fait plusieurs semaines que j'affronte des mauvaises bourrasques, celle-ci ne s'annonce pas bien méchante.

"Mauvaise bourrasque" ? "Pas bien méchante" ? Je ne sais pas bien d'où tu viens mon gars, mais ce que tu dis n'a aucun sens. Tu vois ? Même Ivi est d'accord avec moi : Parfaitement prise au dépourvu par cette remarque -qui ressemblait plus à un gamin en train d'essayer de recoller les morceaux de son égo blessé- elle lui jeta un regard à mi-chemin entre le narquois et le dubitatif. Décidément, son opinion de la personne qui se tenait en face d'elle ne cessait de se dégrader. C'était à se demander comment il avait pu survivre dans la Vallée jusque là. Quoique, on était pas si loin d'une sortie. Si ça se trouve, c'était tout bonnement la première fois qu'il mettait les pieds ici ? En même temps si c'était vraiment un humain, ça ne serait pas vraiment étonnant. Une bonne partie des Liares du pays ne venaient déjà pas ici...

Elle mourait d'envie de le bombarder de questions pour en apprendre plus sur cet étrange individu. Sauf que ce n'était pas la priorité. Son instinct lui hurlait de se remettre à chercher un abri au pas de course. Le vent se faisait déjà plus fort et le temps plus lourd. Elle examina donc avec attention les parois de la passe dans laquelle ils se trouvaient. Là-bas peut-ê...

- Pourrais-tu me dire où trouver un endroit pour manger et finir ma nuit ?

A cette phrase, Ivinea ne put s'empêcher de laisser échapper un rire. Par les cornes de Simius, cela confirmait bien ce qu'elle avait pensé quelques instants plus tôt : il n'avait aucune idée de là où il se trouvait. C'en était presque mignon. Le temps de confirmer que ce qu'elle avait trouvé une cinquantaine de mètres plus loin pourrait s'avérer un abri suffisant pour les quelques heures à venir et elle se retourna vers son interlocuteur.

- Je connais des endroits où passer la nuit en sécurité et manger un bon repas chaud. Mais aucun à moins d'une demi-journée de marche au moins. Et la tempête ne va pas attendre une demi-journée.

Elle fixa ses yeux verts dans ceux qu'un violet étrange de l'inconnu, histoire de bien ponctuer ce qui allait suivre. Un sourire en coin étira ses lèvres, révélant le bas de ses crocs.

- Je ne sais pas bien ce que tu entends par "mauvaises bourrasques". Et tu ne semble pas savoir où tu te trouves non plus. Bienvenue dans la Vallée des Âmes, où même le climat veux ta mort !

Elle ponctua sa phrase d'un plus grand sourire et étendit les bras pour montrer le paysage aride autour d'elle. Elle était plutôt fière de son effet.

- Ma maison. Maintenant, à moins que tu n'aies envie de te faire à moitié déchiqueter par tous ces merveilleux éclats de pierre autour de nous qui vont bientôt se mettre à voler, je te propose de me suivre. Histoire que je ne t'aie pas réveillé pour rien.

Sur ce, elle se retourna et commença à trottiner vers la crevasse qu'elle avait aperçu plus loin, espérant avoir été suffisamment convaincante pour qu'il la suive. Après, s'il ne venait pas, elle ne pouvait plus rien pour lui.


Dernière édition par Ivinea Loryed le Mar 26 Juil 2016 - 16:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Espion

Messages : 54
Xp's : 327
Date d'inscription : 28/06/2016
Présentation : Ici
Carnet : Ici

Feuille de personnage
Vie:
80/100  (80/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Disponible !
MessageSujet: Re: Sous un ciel de plomb [Terminé] Jeu 21 Juil 2016 - 23:38

Aaron se demandait ce qui avait bien pu susciter autant d'amusement de la part de la jeune femme. Tout ce qu'il demandait, c'était un refuge, rien de plus. Quoi qu'il en soit, la donzelle ne se fit pas prier pour lui répondre que ce genre d'endroit n'était pas à côté, et qu'en plus de ça, la tempête approchait. Mais avant que le jeune Récleyès ne rétorque, la femme cornue lui indiqua qu'il se trouvait dans la Vallée des âmes, qui était son domaine. Un nom étrangement mystique pour un endroit aussi peu accueillant. Selon la jeune femme, les tempêtes de cette région étaient puissantes au point de faire virevolter la roche. De ce fait, elle l'invita non sans une pointe d'ironie à la suivre.

Aussi bizarre que cela puisse paraître, Aaron n'avait guère envie de tester l'intensité des ouragans du coin. De ce fait, il s'empressa de suivre cette énigmatique personne qui semblait (pour une raison qui lui échappait) emplit d'un enthousiasme assez déstabilisant. Le ciel commençait à devenir de plus en plus menaçant. Il fallait accélerer le pas. Le jeune homme espérait que le lieu dans lequel elle l'emmenait n'était pas loin. Afin de rompre un peu la monotonie du trajet, Aaron se risqua à prendre la parole. Chose qu'il ne faisait que très rarement, mais au point où il en était...

- Sans indiscrétion... ce sont des vraies cornes ?

Bien que de multiples questions lui trottaient dans la tête, celle-ci lui brûlait le plus les lèvres. Par quelle sortilège ces deux entités improbables arrivaient à tenir sur sa tête de manière si naturelle ? Cela n'avait aucun sens. Et pourtant elles étaient bien là, cela fascinait le jeune homme bien qu'il tentait de contenir sa stupéfaction. Au final, paraissait-il aussi bizarre pour elle, qu'elle ne l'était pour lui ? Jusqu'à présent, la jeune femme n'avait pas émit la moindre surprise à son égard. Peut-être qu'elle était humaine en fin de compte...

Le jeune homme chassa toutes ces pensées qui s'imbriquaient difficilement dans son crâne. Il essaya de faire un rapide bilan de la situation. Certes, il ne semblait pas plus avancé dans ses recherches à l'heure actuelle, mais avec un peu de chance, il réussirait à dénicher quelques informations. Ce n'était plus qu'une question de temps à présent. Étrangement, sa patrie commençait à lui manquer. Le calme des terres ravagées, la vie quasi inexistante, le néant... mais l'heure n'était malheureusement pas à la nostalgie.

Ainsi la jeune femme vivait dans cet endroit. Le jeune Récleyès se demandait à quoi la vie pouvait ressembler dans un coin aussi ... rocheux. En tout cas, elle paraissait plutôt hospitalière envers lui, ce qui semblait plutôt chose rare dans cette contrée. Son bras gauche s'en souvenait douloureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chasseuse

Messages : 88
Xp's : 239
Date d'inscription : 16/07/2016
Age : 20
Présentation : Nya ?
Carnet : ~ Meow ~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: A voir ^^
MessageSujet: Re: Sous un ciel de plomb [Terminé] Ven 22 Juil 2016 - 16:46


Le bruit de pas qui se fit entendre lorsqu'elle se mit en marche la rassura sur le fait qu'elle avait su se montrer convaincante. Il faut dire que peu de personnes appréciaient la perspective de se faire taillader à mort. Pas qu'elle les jugent bien sûr, mais ça dénotait d'un cruel manque d'instinct de survie (bon d'accord, ceci est un jugement). La jeune liare jetait des régulièrement des coups d’œil dans son dos, autant pour vérifier que l'inconnu la suivait bien que par méfiance. Envers lui et envers le reste des bestioles qui pouvaient bien avoir envie d'un petit casse croûte avant une soirée orageuse. Mais aucun mouvement suspect ne se profilait à l'horizon, ce qui la rassurait un peu.

Un coup de tonnerre retentit à nouveau, plus proche cette fois. Elle observa le ciel. Ils auraient largement le temps d'atteindre la crevasse et de s'y abriter, à condition que celle-ci ne soit déjà occupée... Ou tout du moins occupée par une bestiole peu impressionnable. Aussi étrange que ça puisse paraître, Ivinea aimait vivre dans ce chaos inhospitalier et à première vue monotone. Et pas seulement parce qu'elle ne connaissait pas grand chose d'autre dans le monde. Malgré deux décennies à parcourir ce petit bout de terre, celui-ci ne cessait de la surprendre, de la stimuler. La Vallée affutait ses sens comme autant d'armes et de boucliers. Elle inspira avec délice l'air au goût de cendre et d'orage proche.

- Sans indiscrétion... ce sont des vraies cornes ?

La voix de l'inconnu venait de rompre le calme de leur marche. A propos d'inconnu, il faudrait peut-être qu'elle lui demande son nom ? Chaque chose en son temps Ivi. Vous aurez tout le temps de papoter une fois à l'abri entre des parois rocheuses. Cela dit, la question qu'il venait de lui poser était tout à fait déroutante. Les cornes faisaient partie de son être et de son quotidien depuis toujours à tel point qu'elle ne s'était jamais imaginé qu'il pouvait ne pas en être de même pour tout le monde. Elle lui jeta un regard perplexe, ne sachant pas trop quoi répondre. Elle-même s'était plus ou moins demandé s'il faisait partie de ces gens qui n'en avait pas. Ou s'il se les était faites couper et  avait été envoyé ici. Et même s'il était un "humain"... Les humains n'avaient pas de cornes ?

Elle porta sans y réfléchir la main à l'une de ses cornes. Presque conique elle se dressait sur une dizaine de centimètres au dessus de sa tête et ne pousserait sans doute plus, à son grand dam. Pour ne pas laisser le silence s'éterniser, elle bafouilla un pitoyable "Oui bien sûr". Qu'elle regretta presque aussitôt. Ce manque d'assurance ne lui ressemblait pas.

Ils touchaient à présent au but. La petite grotte se trouvait juste au dessus d'eux à à peine deux ou trois mètres du sol au niveau d'un replat. Elle pouvait s'atteindre relativement facilement en grimpant et en escaladant la dernière partie. Elle se retourna vers son compagnon d'infortune, ayant regagné un peu d'assurance en repoussant sa question dans un coin de sa tête. Plus tard l'interrogatoire, Ivi !

- Je vais vérifier s'il y a du monde là haut.

Elle hésita à lui proposer de venir. Il faisait bien ce qu'il voulait après tout mais elle ne voulait pas l'avoir dans les pattes si les choses tournaient mal. Hésitante sur la conduite à tenir face à cet homme, elle grimpa rapidement la paroi, attentive aux signes d'une quelconque activité. Arrivée au niveau du replat, elle constata la présence d'ossements. Ceux-ci semblaient cependant être relativement anciens.

Elle se tassa légèrement sur elle-même, prête à bondir en cas de danger et raffermit sa prise sur les griffes. Avec prudence elle jeta un œil dans la trouée de la roche. Et fut immédiatement soulagée. Celle-ci avait été la tanière d'un grand carnivore. Mais le plus important était que ce n'était plus le cas. Ils avaient de la chance. En plus de ça, la grotte était largement grande pour les accueillir tous les deux et qu'ils gardent un espace vital.

Retrouvant un grand sourire, elle jeta à l'inconnu :

- C'est tout bon ! Avec un peu d'aménagement on devrait pouvoir passer une soirée relativement tranquille là dedans.
A condition que tu te tiennes tranquille bien sûr,
ajouta-t-elle malicieusement, sans vraiment d'idée derrière la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Espion

Messages : 54
Xp's : 327
Date d'inscription : 28/06/2016
Présentation : Ici
Carnet : Ici

Feuille de personnage
Vie:
80/100  (80/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Disponible !
MessageSujet: Re: Sous un ciel de plomb [Terminé] Sam 23 Juil 2016 - 0:14

A la simple évocation de ses cornes, la jeune femme semblait s'être renfermée comme par réflexe, bien qu'ayant affirmer qu'elles étaient naturelles. Visiblement Aaron avait touché une corde sensible. Mieux valait éviter d'aborder ce sujet à l'avenir. Malheureusement le fait que ces excroissances étaient authentiques ne faisait qu'attiser de plus en plus la curiosité du jeune Récleyès. Il décida cependant de ne rien ajouter pour le moment, de peur de s'aventurer davantage sur un terrain glissant. Fort heureusement, son esprit ne fût pas torturé très longtemps. La jeune femme s'arrêta nette après seulement quelques minutes de marche, et semblait diriger son regard vers une parois rocheuse qui s'élevait sur une petite hauteur.

Elle indiqua au jeune homme son intention d'aller inspecter les lieux. Ce dernier n'émit pas la moindre objection et attendit sagement en bas de ce mur de pierre. Alors que la jeune femme grimpait sur la roche, Aaron en profita pour sortir de sa poche un maigre morceau de papier et une plume usée par le temps et le voyage. Regardant autour de lui, le jeune homme tenta de cartographier la zone. Ce genre d'information pouvait se révéler utile autant pour lui que pour sa hiérarchie. Il ne fallait rien laisser au hasard.

A peine avait-il eu le temps de terminer que la femme cornue affirma que l'endroit était sûr. En outre, la soirée se déroulerait sans trop d'encombre.

"A condition que tu te tiennes tranquille bien sûr"

Le jeune homme fût plutôt troublé par ces mots. Était-ce une simple plaisanterie, ou une manière très polie de mettre en garde un individu dont on se méfiait ? Aaron se contenta d'approuver de façon significative les propos de la jeune femme. De toute façon, il n'était pas en mesure de faire quoi que ce soit dans de pareilles circonstances. Et puis, la jeune femme ne semblait pas du genre à se laisser faire. De ce fait, Aaron n'était pas du tout dans l'optique de créer d'éventuels problèmes. Pour l'instant, sa priorité était de se mettre à l'abri avant que cette tempête ne déferle sa rage contre son corps meurtri.  

Il escalada péniblement la façade poussiéreuse. Une fois arrivé en haut, il observa un court instant la crevasse qui se tenait devant lui avant de s'enfoncer dedans. Elle n'était pas immense, mais au moins il y avait toujours plus d'espace que dans son coin miteux. Au moins, elle semblait bien plus apte à l'abriter. Sans un bruit, Aaron posa soigneusement son sac et s'assit par terre, adossé contre le mur rocheux. Il regarda dehors, attendant de voir à quoi ressemblaient les ouragans de ces terres brûlées.

Quelques longues minutes déffilèrent. Le calme était enfin revenu dans la tête du jeune homme. Il s'adressa à sa compagne de fortune, d'un air quelque peu réservé, mais sincère.

- Merci de m'avoir réveillé.

Si cela pouvait sonner étrange dans la bouche du jeune Récleyès, c'était bel et bien de la gratitude qu'il exprimait. Bien qu'Aaron était de nature entêté et parfois impulsif, reconnaître ses torts n'était pas une chose si rare chez lui. Il fallait se rendre à l'évidence, si la jeune fille n'avait pas été là pour lui bouger le train, il aurait fini sous des tonnes de gravas.

- Puis-je connaître le nom de celle qui arpente ces terres de feu ?

Et le voilà qui semblait presque amical. Mais sous cette interrogation ce cachait un intérêt qui ne demandait qu'à être rassasié. Aaron voulait à tout prix en savoir plus sur cette individu. Rien que le fait d'imaginer tout ce savoir qu'elle pouvait receler le faisait bouillonner d'impatience.


Dernière édition par Aaron Sihn le Dim 24 Juil 2016 - 0:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chasseuse

Messages : 88
Xp's : 239
Date d'inscription : 16/07/2016
Age : 20
Présentation : Nya ?
Carnet : ~ Meow ~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: A voir ^^
MessageSujet: Re: Sous un ciel de plomb [Terminé] Sam 23 Juil 2016 - 11:40


L'homme escalada la paroi difficilement et trèèèèès lentement aux yeux d'Ivinea. A bien le regarder, il semblait blessé et épuisé. Elle se demanda ce qui avait bien pu lui arriver pour qu'il finisse dans cet état. Bien entendu, son premier réflexe fut de penser à la rencontre avec une bête sauvage. Cette pensée ne sortait décidément jamais de sa tête de Liare !
Mais ce n'était pas vraiment logique, déjà parce que bien que ses habits soient usés, elle n'apercevait aucune déchirure pouvant provenir de griffes ou de crocs ni aucune trace de sang. Ensuite parce qu'un homme qui se serait fait attaquer par une bête sauvage ne prendrait pas le risque de s'endormir au milieu d'un sentier.

Tout en menant cette réflexion, elle "nettoyait" un peu leur futur abri, jeta les os trop vieux et gardant ceux qui pourraient encore avoir une quelconque utilité. Ce qui fut relativement vite fait. Elle se demanda s'il était nécessaire d'obstruer l'entrée avec une peau où si la caverne était suffisamment profonde. Tout à fait indifférent à ce genre de réflexion intérieure, son compagnon -appelons le ainsi faute de mieux- se glissa enfin dans la crevasse.

Ivinea regarda alors l'horizon. La tempête serait sur eux dans quelques minutes maintenant. L'horizon était noir de nuages avec de vagues reflets violets et quelques éclairs l'éclairaient parfois d'une lueur spectrale. Un épais nuage de poussière s'élevait à moins d'un kilomètre de là. Le bruit commençait à peine à leur parvenir. Comme le vacarme d'une centaine, d'un millier de chevaux paniqués. Il était provoqué par les éclats de pierres soulevés du sol, certains pouvant atteindre la taille de la paume de la main lors des tempêtes les plus violentes, qui s'entrechoquaient et se brisaient entre eux et sur les parois. Une de ces créations magnifiquement dangereuses de Mère Nature. Ou bien était-ce Filéole ? Qu'importe, elle n'y connaissait rien en religion.

Le calme avant la tempête fut brisé par un remerciement. Qui rappela à Ivinea qu'il ne faisait pas bon de traîner dehors plus longtemps. Elle savait ce qu'elle voulait savoir. La tempête ne serait pas trop violente. Tant mieux.
L'homme semblait sincère et elle le gratifia d'un nouveau sourire. Elle s'assit alors en presque en face de lui après s'être formé un confortable coussin de poussière recouvert d'une couverture qu'elle emmenait toujours avec elle. Elle n'allait pas se priver de son petit confort même dans ces circonstances.

- Puis-je connaître le nom de celle qui arpente ces terres de feu ?

Oh, c'était joliment demandé ! En plus maintenant qu'ils étaient à l'abri, il était à sa merci. Elle allait pouvoir le bombarder de questions. A commencer par son nom à lui aussi et ce qu'il était, même s'il ne faisait plus beaucoup de doute pour Ivinea qu'il ne pouvait pas être Liare. Son apparence et ses réactions étaient beaucoup trop étranges.

- Ivinea Loryed. Mais tu peux m'appeler Ivinea, ou juste Ivi. Tu as de quoi  manger ? Je dois avoir un peu de rab' sinon...

Elle fouilla dans son sac à la recherche de sa gourde de lave (toujours bien bouchée, sécurité oblige) et de lanières de viande séchée. Elle s'appuya au mur avec un soupir de satisfaction et commença enfin à se détendre. Sécurité. Ce mot prend tout son sens dans la Vallée tant il est rare et précieux.

- Et toi alors ? Qui es-tu et d'où viens-tu ? Ça crève les yeux que tu n'es pas du coin. Et d'ailleurs tu n'es même pas Liare, non ? Sans vouloir te vexer bien sûr. Je n'ai jamais vu personne qui te ressemblait. Enfin pas de cornes, si, ça arrive mais c'est rare...

Il va falloir t'habituer à être bombardé de questions, cher inconnu-qui-ne-le-restera-plus-longtemps. J'espère que tu aimes parler ! Ou au moins écouter la pipelette en face de toi te poser une myriade de questions.


Dernière édition par Ivinea Loryed le Lun 25 Juil 2016 - 19:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Espion

Messages : 54
Xp's : 327
Date d'inscription : 28/06/2016
Présentation : Ici
Carnet : Ici

Feuille de personnage
Vie:
80/100  (80/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Disponible !
MessageSujet: Re: Sous un ciel de plomb [Terminé] Sam 23 Juil 2016 - 22:28

Ivinea Loryed. Un nom qui sonnait étrangement noble dans les oreilles du jeune homme. Ce qui l'interpella le plus, c'est que la jeune femme lui révéla spontanément son nom de famille, alors qu'ils ne se connaissaient quasiment pas. Peut-être était-ce là une marque de confiance ? D'après le ton qu'elle employait, elle ne semblait pas craindre le jeune Récleyès. Ce dernier était quelque peu rassuré. Pour une fois qu'il suscitait autre chose que la crainte... cela changeait un peu ses habitudes. Au final ce n'était pas plus mal.

Dans un élan d'entrain, la femme cornue lui proposa de quoi se restaurer. Aaron par réflexe refusa poliment d'un signe de la main, bien qu'il avait extrêmement faim. Cet idiot était capable de se priver de manger rien que par fierté. Il ne fallait pas lui en vouloir, c'était sa nature. Pendant toute son enfance, on l'avait forcé à se débrouiller par ses propres moyens. Depuis, il éprouvait énormément de réticence à se faire aider par quelqu'un. Le fait qu'il avait accepté de suivre Ivi était déjà un bel exploit en soi. Afin de palier l'absence de nourriture dans son estomac, le jeune Récleyès saisit sa petite gourde et ingurgita une ration d'eau. En secouant machinalement l'objet, il se rendit compte qu'il n'en restait plus beaucoup. A ce rythme, le jeune Récleyès espérait qu'il tomberait rapidement sur une auberge.

La jeune femme cornue enchaîna rapidement sur un charabia sans nom. Si Aaron était quelqu'un qui percutait très vite ce qu'on lui disait, il avait beaucoup de mal à comprendre ce qu'Ivinea lui demandait. Déjà, elle voulait savoir qui il était, soit. Jusque-là tout était parfaitement clair. Mais ce n'était pas cela qui lui posait problème. "Et d'ailleurs tu n'es même pas Liare, non ? Sans vouloir te vexer bien sûr."

Même pas "Liare" ? Quel était donc ce mot barbare ? Définissait-il ceux qui portaient des cornes ? Aaron était plus que troublé. Il voulait se montrer de bonne foi, mais pour le coup, il était complètement perdu. D'après la jeune femme, une personne dépourvue de cornes n'était pas chose courante dans le coin. A cet instant, le jeune homme comprit qu'il ne frôlait pas les terres habituelles de Madelle.

- On m'appelle Aaron. Je voyage à travers le pays, à la recherche de ... découvertes. De toutes les personnes que j'ai croisé, tu es bien la seule qui possède ces ossements sur la tête. A croire que je suis tombé sur-

Aaron s'arrêta net. Les propos d'Ivinea remontèrent à la surface. "Les Liares !" Ce mot se cogna violemment dans son esprit. Les créatures de feu, les volcans, la roche, les cornes, tout s'assembla dans sa tête. Pourquoi n'y avait-il pas pensé plus tôt ? Sûrement parce qu'il n'aurait jamais cru pouvoir rencontrer ces êtres volcaniques. Pourtant, elle se tenait là, devant lui. Le jeune homme n'en revenait pas. Sa gorge se serra de plus en plus. Il était presque tétanisé, incapable d'émettre le moindre son. Après quelques secondes, la respiration d'Aaron redevint régulière, et ce dernier pu enfin bafouiller quelques mots.

- A-attends.. tu es... une Liare ? Une vraie ? Comme celles décrites dans les livres ?

Pour lui, ces créatures étaient sacrées, au même titre que les dieux. Il ne vouait pas de culte particulier à ce peuple, mais il était hautement admiratifs envers eux. Les yeux du jeune homme brillaient. Il ignorait si c'était de la honte ou de l'excitation qu'il éprouvait, mais en tout cas, le jeune Récleyès était dans tous ses états. Il tenta de garder son calme tant bien que mal afin de ne pas affoler la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chasseuse

Messages : 88
Xp's : 239
Date d'inscription : 16/07/2016
Age : 20
Présentation : Nya ?
Carnet : ~ Meow ~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: A voir ^^
MessageSujet: Re: Sous un ciel de plomb [Terminé] Lun 25 Juil 2016 - 19:47


L'homme assit en face d'elle accusa sans trop broncher la salve de questions qu'elle lui avait adressée. Enfin... il avait l'air un peu surpris quand même, mais elle avait l'habitude. Le contraire l'aurait plutôt étonnée finalement. Elle semblait même l'avoir perdu sur la fin. Elle avait été parfaitement claire et concise pourtant !

Il ne lui fallu pas bien longtemps pour se remettre et pour décliner son identité. Aaron donc. Un nom agréable à l'oreille. C'était important ça. Surtout pour une personne ne sachant pas écrire pour qui l'esthétique de l'orthographe était un monde inconnu. Il voyageait ? Il avait donc du voir beaucoup de choses ! Comme la grande cité de Glasgo et ses lacs de lave ! Des dragons peut-être ? Ivi rêvait de rencontrer un dragon et d'y survivre assez longtemps pour pouvoir le raconter aux autres.

Elle mâchonnait pensivement une lanière de viande séchée tout en l'écoutant. Elle fronça légèrement les sourcils en entendant décrire ses cornes comme de simples "ossements sur la tête". D'accord les siennes n'étaient pas de toute beauté, mais elles représentaient bien plus que ça à ses yeux ! Tout Liare qui se respecte présentait une paire de cornes. C'en était presque une fierté nationale. Le plus bizarre était qu'il disait parcourir le pays. Comment pouvait-il n'avoir jamais croisé quelqu'un avec des cornes ?

C'est alors qu'il s'arrêta, comme choqué. Quoi, il y avait un danger ? Ivinea regarda immédiatement autour d'elle à le recherche d'un quelconque problème, lâchant du même coup son morceau de viande qui tomba sur ses genoux. Elle fixa ensuite son regard sur lui, il semblait avoir le souffle coupé. Il n'avait pas pu avaler quelque chose de travers, vu qu'il ne mangeait rien. Et puis il la fixait étrangement. A se demander s'il venait de lui pousser une deuxième paire de cornes, ce qu'elle s'empressa de vérifier. Non, tout allait bien de ce côté là. Et elle ne se sentait pas changée le moins du monde. Elle allait lui demander quel était le problème quand il sembla se calmer un peu.

- A-attends.. tu es... une Liare ? Une vraie ? Comme celles décrites dans les livres ?

...
Ah oui, elle ne s'attendait pas à ça. C'était bizarre qu'on lui pose ce genre de question. Bon elle lui avait posé plus ou moins la même en négative.
...
Elle ne savait plus trop quoi dire là. Ni penser en fait.
Il est temps de te reprendre Ivi.  Mets toi deux baffes mentales, ça devrait aller mieux après.

- Euh oui... Enfin j'imagine. Je n'ai jamais lu de livres... Juste entendu parler.

Elle secoua la tête pour chasser le gros point d'interrogation qui avait pris place dans sa tête. Enfin, pour retransformer ce point d'interrogation de perdition en point d'interrogation de curiosité serait sans doute une vision plus juste. Attendez. S'il parle de livres et de leur contenu, c'est qu'il devait savoir lire ! Il devait savoir pleiiiins de choses !

- Bon, en tout cas ça répond à ma question. Si tu n'es pas Liare tu es quoi, Humain ? Parle-moi des Humains, on en croise pas souvent par ici ! Et tu sais lire du coup ? C'est génial ! Il paraît que les livres contiennent toute la connaissance du monde !

Et voilà, une deuxième personne complètement excitée et bien décidée à profiter de cette cohabitation forcée pour en apprendre le maximum sur cette étrange race sans cornes (semble-t-il d'après les investigations antérieures).


Dernière édition par Ivinea Loryed le Dim 11 Juin 2017 - 12:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sous un ciel de plomb [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas

Sous un ciel de plomb [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Ne jamais sous estimer un potentiel adversaire. [terminé]
» Présentation du Comte Ciel Phantomhive † Terminée †
» Sous un ciel de guerre, le métal chante toujours juste. [Aurah-Fini]
» ô nuit belle nuiiit sous un ciel, d'Italiiie ♥
» Sous un ciel lourd comme une meringue [sp Xerxes]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Le Monde des Liares :: La Vallée des Âmes-