AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Chat perché !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


Chasseuse

Messages : 88
Xp's : 239
Date d'inscription : 16/07/2016
Age : 20
Présentation : Nya ?
Carnet : ~ Meow ~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: A voir ^^
MessageSujet: Chat perché ! Mar 19 Juil 2016 - 23:44


Chat perché !

le 27 Asmobor 2052




Avec un soupir, Ivinea se laissa retomber au sol à côté de sa proie encore fumante. Celle-ci lui avait donné une bonne chasse et méritait tout son respect. Le petit cervidé était un des rares herbivores que l'on trouvait dans la région et il n'avait pas pour habitude de se laisser transformer en steak sans résistance. Tous les chasseurs, liares mais pas seulement, l'approchaient avec prudence. Malgré sa petite taille, celui-ci pouvait s'avérer hargneux et pouvait facilement éventrer l'ennemi peu attentif d'un coup de bois. Distraitement, plus par habitude que par réelle ferveur, la jeune femme remercia Niria de son aide pour la traque et pour lui avoir accordé la victoire sur un si bel animal.

Il faut dire que de la chance, elle en avait eu. Déjà, de tomber sur les traces de sa proie relevait du miracle. De un, parce que la roche, ça ne prend pas des masses les empreintes. De deux, parce qu'il n'était pas si courant d'en croiser sans s'enfoncer de façon hasardeuse dans la Vallée. Et, étant native du coin, Ivinea était bien placée pour savoir qu'un (ou une dans son cas) Liare seul n'était jamais en sécurité ici. Or elle préférait chasser seule, jugeant les autres membres du clan affreusement incompétents.

Il fallait d'ailleurs qu'elle se dépêche, l'odeur du sang allait attirer les carnassiers alentours et elle n'avait pas particulièrement envie de finir dans la peau du traqué. Le problème était qu'elle était seule justement. Et que cette proie pesait quand même son poids. Avec un second soupir, d'anticipation celui-ci, elle chargea la bête sur ses épaules tout en inspectant les environs. Pas de son ni de mouvement suspect en vue.

Son arbalète à la main, elle se mit rapidement en route. Elle avait essayé de courir mais s'était rapidement rendue à l'évidence. Si elle ne voulait pas finir le nez dans la caillasse au bout de trente mètres, il valait mieux abandonner l'idée. Zut ! Elle qui voulait se dépêcher de retrouver un coin confortable à côté du feu du clan pour somnoler... Elle allait devoir prendre son mal en patience.

Après une longue marche relativement calme, elle arriva en vue des lumières du camp. Par calme je veux dire qu'elle n'avait fait la rencontre que d'un rapace chapardeur qu'elle avait abattu d'un trait -ce dont elle était relativement fière- et un petit carnassier qu'elle avait fait fuir d'un grondement. Du menu fretin en comparaison à ce qui rodait dans les environs.
Les épaules douloureuses, elle se laissa alors aller à un instant de détente. Grave erreur. Comme pour la détromper un bruit de pierre roulant sur le sentier (si tant est qu'on puisse appeler une ligne caillouteuse entourée de rochers un peu plus hauts un sentier) retentit.

Immédiatement, la jeune femme bondit sur un escarpement proche - avec une grâce approximative, mais on excuse après une journée à traquer, tuer et porter un animal d'une bonne cinquantaine de kilos s'il-vous-plait-merci - et y déposa son fardeau. Elle se tourna avec méfiance alors en direction du nouveau venu dont elle n'avait pas encore déterminé la nature.

Encore un voleur ? Un ennemi ? Un Tanflamm ? Cette dernière pensée fit sourire Ivi, qui serait presque prête à abandonner son butin si c'était pour avoir le loisir d'observer son Seigneur à elle pendant quelques instants.


Dernière édition par Ivinea Loryed le Ven 22 Juil 2016 - 18:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Exilé

Messages : 72
Xp's : 416
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 16
Présentation : ~Par ici~
Carnet : ~Clique donc~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Chat perché ! Mer 20 Juil 2016 - 11:33

  • Ysenbal Otta
  • ft. Ivinea Loryed
Chat perché !
Mainstok était derrière moi, à présent. Si la ville ne me paraissait pas aussi insupportable que Glasgo, il n'empêche que je ne m'y étais pas vraiment senti à l'aise, voire, pas du tout. Et pourtant, j'avais réussi à m'habituer à Karnès, c'est pour dire.

Cela devait faire une petite quinzaine de jours, depuis ma rencontre avec ce... "couple", appelons ça comme ça, de Liares. J'avais néanmoins peu de chances de les recroiser un jour. Contrairement à moi, ils n'avaient pas l'air si pressés de quitter ces terres. Or, c'était tout ce qui m'importait en ce moment même, et c'était d'ailleurs ce que j'étais en train de faire. Marcher, encore.

J'avais essayé de repartir de Mainstok en empruntant le chemin par lequel j'étais arrivé, mais dans l'autre sens. Tactique admirable, à condition que l'on se souvienne du chemin en question. Ce qui n'était bien entendu pas mon cas. Si, depuis le temps où je m'étais habitué à voir de la végétation, j'étais capable de me repérer en forêt, les roches se ressemblaient décidément trop, et il en allait de même pour ces semblants de sentiers. Néanmoins, je croyais dur qu'en continuant tout droit, je finirais par atteindre le bout de cette vallée interminable, et c'est pourquoi je marchais encore et toujours.

Une fois de plus, mon trajet s'était déroulé sans encombres, pour le moment. Quelques bruissements ci et là, certes, mais aucun animal suffisamment couillu pour bondir de sa cachette et me faire les crocs. Donc, aucune grosse bébête dangereuse, j'imagine. Et ça, c'était vraiment bizarre. Qu'on aille pas me dire qu'il fallait déloger de leur terrier les pires prédateurs du coin pour casser la croûte. Ce que tout le monde s'accordait à dire, c'était que l'endroit était dangereux, et ce aussi bien pour un chasseur belliqueux que pour un simple marchand de passage.

Je devais avoir pensé un peu trop fort car comme pour confirmer mes doutes, un bruit mat suivi d'un petit nuage de poussière attira mon attention, un peu au dessus du sentier. Puis, plus rien. Je m'arrêtai quelque secondes, observant l'endroit en question les yeux plissés avant de reprendre ma marche. Un oiseau venu se poser, peut-être ? Un gros oiseau ? Tentant de me rassurer par cette pensée, je fus bien obligé d'admettre que cet oiseau avait bougé une fois de plus quelques pas loin.

Ce n'est qu'un abruti de piaf, Ysenbal, t'as jamais vu un abruti de piaf de ta vie ? Bien sûr que si. Mais le problème, c'était que je ressentais comme une présence derrière moi, et pas juste un abruti de piaf. C'était comme si un regard appuyé vrillait mon dos, et c'était franchement inquiétant. Je fis volte-face, scrutai les environs, refit un ou deux pas, me retourna brusquement de nouveau. S'il y avait bien quelque chose, ça avait le mérite d'être discret et précautionneux, comme un gros félin, comme... Un Tanflamm. Oh la, non, ça serait fâcheux si j'avais réussi à m'attirer les foudres d'un Tanflamm.

Là maintenant, j'avais envie de m'assurer de la nature de ce qui me suivait. S'il s'agissait bien d'un animal, il se déciderait soit à m'attaquer, soit à fuir. Et s'il s'agissait d'autre chose... A tout hasard, je ramassai un petit caillou sur le sol et, d'un adroit lancé, l'envoyai là où se trouvait sûrement la source du bruit. Je n'entendis pas tout de suite le roulement de mon projectile sur le sol. Touché.

...Je pouvais éloigner l'hypothèse de l'oiseau dans la mesure où rien ne s'envola.
Le 27 Asmobor 1248
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chasseuse

Messages : 88
Xp's : 239
Date d'inscription : 16/07/2016
Age : 20
Présentation : Nya ?
Carnet : ~ Meow ~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: A voir ^^
MessageSujet: Re: Chat perché ! Mer 20 Juil 2016 - 15:41


Ivi ne put s'empêcher de ressentir une pointe de déception en s'apercevant que le nouveau venu avait tout d'un liare. Plutôt petit, il portait une magnifique paire de cornes... qui lui étaient parfaitement inconnues. Pas un membre de son clan donc. Un voyageur de passage ? Un autre nomade ? Peu de gens traversaient la Vallée seuls à moins d'en avoir l'habitude. A moins que... Un éclaireur de l'armée ?

A cette seule pensée, son corps se tendit et elle se tassa un peu plus dans sa cachette, ralentissant sa respiration pour tenter de ne plus faire qu'une avec la roche. Je me permettrai de faire remarquer que, contrairement à certains de ses comparses, elle en était bien incapable mais on va faire comme si.

L'inconnu, probablement masculin de ce qu'elle pouvait en juger de son perchoir, semblait agité. Qui ne le serait pas dans de telles circonstances ? D'autant qu'elle était quasiment certaine qu'il l'avait repérée ou au moins qu'il avait ressenti sa présence. Si seulement son saut avait été moins lourd. Elle n'était pas fière d'elle pour le coup. Elle qui prenait pourtant soin de se faire ombre et souffle de vent, elle avait fait preuve d'un manquement cruel à son credo.

Vu sa proximité avec le camp, elle préféra se faire discrète. Elle aurait bien aimé savoir ce qui se cachait sous ces deux grandes cornes, mais la voix de la prudence lui chuchotait qu'il n'était pas nécessaire de prendre des risques inutiles. Ce n'était même pas un Tanflamm. C'était sans compter sur l'inconnu, qui au lieu de reprendre son chemin se retourna dans sa direction pour fixer approximativement la cachette d'Ivinea.

Qui eu alors tout le loisir de découvrir son visage. Blanc. Enfin plutôt gris très clair. Avec le contour des yeux et le bouche foncé. Étrange. Elle n'avait jamais vu de Liare avec une telle peau. Il était malade ? Ou alors les Liares de l'Ouest ressemblaient tous à ça ? Après tout, les anciens répétaient que les citadins étaient bizarres. Elle le voyait mal là où elle était tapie et ressentit la curiosité s'allumer dans un coin de son esprit. Il était intéressant.

Ne pouvant vraiment détacher son regard de lui, elle l'observa ramasser un quelque chose sur le sol, très probablement un caillou, il n'y avait pas grand chose d'autre dans le coin. Qu'est-ce qu'il comptait bien faire avec ça ? L'étudier ? Probablement pas. Elle n'avait jamais rencontré de Liare qui étudiait les cailloux. Qui étaient parfaitement monotones dans le coin, pour ne rien arranger.

A sa grande surprise, il lança le caillou dans sa direction. Elle ne s'y attendait tellement pas que l'idée de tenter de l'esquiver ne lui traversa pas l'esprit. Elle glapit lorsque lorsqu'elle reçu la pierre sur la joue. Elle n'était pas bien grosse mais ce n'était pas franchement agréable. Son glapissement se mua rapidement en feulement. Elle était repérée de toute façon. Pourquoi se cacher maintenant ?

Il avait cru quoi ? La faire fuir avec du gravier ? C'était complètement stupide ! Elle sortit de sa cachette et le foudroya du regard du haut de son perchoir, avant de l'invectiver :

- Non mais ça va pas non ? Depuis quand on lance des cailloux pour faire sortir les choses de leur cachette ?

En toi cas ça a marché pour toi... Ne put s'empêcher de lui susurrer une voix dans son esprit. Cette pensée lui fit montrer les crocs. Elle avait déjà suffisamment mal dans son amour propre de s'être fait avoir comme une bleue pour ne pas avoir besoin d'en rajouter elle-même.

- Tu as plutôt de la chance que ça ne soit que moi. Tu n'as jamais entendu parler des bêtes qui rôdent dans la région ? Tu aurais fait quoi si tu en avais énervé une ? Couru très vite ? Abruti, ajouta-t-elle mentalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Exilé

Messages : 72
Xp's : 416
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 16
Présentation : ~Par ici~
Carnet : ~Clique donc~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Chat perché ! Ven 22 Juil 2016 - 17:16

Ysenbal Otta a écrit:
  • Ysenbal Otta
  • ft. Ivinea Loryed
Chat perché !
J'esquissai un mouvement de recul lorsque l'étrange bestiole laissa échapper une sorte de couinement. Que diable cela pouvait-être... Oh. Elle avait enfin décidé à se montrer. Avant d'avoir pu réagir, une voix forte m'incendia sur place:

- Non mais ça va pas non ? Depuis quand on lance des cailloux pour faire sortir les choses de leur cachette ?

... Une Liare, donc. La bête se trouvait n'être qu'une Liare. J'avoue avoir omis cette hypothèse, mais eh, est-ce qu'on pouvait vraiment me le reprocher ? Je pouvais pas savoir que les Liares du coin avaient des sales habitudes, comme, je sais pas, suivre les pauvres gens ! J'en aurais des choses à lui dire, moi aussi, mais la surprise m'empêcha de formuler correctement mes phrases:

- Oh, euh...

C'était ridicule, Ysenbal. La prochaine fois, ne dit rien et laisse Madame te réprimander. D'ailleurs, la madame en question répliqua aussitôt:

- Tu as plutôt de la chance que ça ne soit que moi. Tu n'as jamais entendu parler des bêtes qui rôdent dans la région ? Tu aurais fait quoi si tu en avais énervé une ? Couru très vite ?

Inutile de me le rappeler, je savais très bien que mon lancé de caillou était une idée stupide, voire dangereuse dans le cas où la cible aurait été une créature du coin. Mais j'imagine qu'on pouvait aussi inclure les Liare femelles à crinière broussailleuse dans cette catégorie. Parce que la moralisatrice me faisait à présent les crocs. Je fis deux pas en arrière, lui présentant mes deux mains levées en une tentative plus ou moins hasardeuse pour calmer la situation.

- J'admets que c'était idiot de ma part...

Je restai silencieux quelques secondes avant d'ajouter avec un ton quelque peu cinglant:

- Mais si ça n'était "que toi", tu aurais pu avoir la décence de te montrer directement.

C'est vrai ça, qui prend quelqu'un en filature en plein milieu d'une vallée désespérément vide à part un prédateur ? Quand bien même cette demoiselle avait un quelque chose de bestial dans sa manière d'être, elle ne semblait pas être le genre à jouer les brigands et à faire la misère aux voyageurs. Autrement, je n'aurais pas eu le loisir de penser à la question que je serais déjà en position de faiblesse. Je soutins son regard furibond pendant encore un temps avant de pousser un soupir. C'était justement parce qu'on était seul dans une vallée désespérément vide qu'on ne cherchait pas des crosses à quelqu'un. D'ailleurs, j'ignorais si nous étions véritablement seuls. Qui sait, peut-être qu'il y avait toute une meute de Liares comme elle non loin d'ici. J'aurais l'air malin, avec mes allures de citadin fragile.

- Et maintenant ? Tu vas me laisser rentrer chez moi ou tu vas pas lâcher le morceau ?

J'avais fait de mon mieux pour adopter une voix des plus neutres mais ça n'était pas la première rencontre douteuse que je faisais depuis longtemps. J'avais fini par prendre le pli.
Le 27 Asmobor 1248
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chasseuse

Messages : 88
Xp's : 239
Date d'inscription : 16/07/2016
Age : 20
Présentation : Nya ?
Carnet : ~ Meow ~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: A voir ^^
MessageSujet: Re: Chat perché ! Ven 22 Juil 2016 - 19:13


Aussi bizarre que ça puisse paraître, le Liare en face d'elle avait l'air parfaitement surpris. Surpris de quoi d'ailleurs ? De voir une simple jeunette sortir de la cachette ? Aurait-il préféré croiser un Tanflamm lui aussi ? Tu divague, Ivi. Ou alors tout simplement de se faire ensevelir sous une avalanche de mots par une Liare en colère ? Il devait d'ailleurs la trouver bien menaçante (ou alors il n'appréciait pas de se faire invectiver) car tout dans son attitude semblait dire "OK je me rends, on se calme".

- J'admets que c'était idiot de ma part...

Encore heureux mon cher ! Même un gosse ne jetait pas de cailloux sur un Tanflamm sans avoir une très bonne raison de le faire. Et non, observer la réaction dudit Tanflamm énervé n'est pas une "très bonne raison". Et le fait qu'elle-même ait essayé étant plus jeune sera passé sous silence pour le bien de son argumentation intérieure.

- Mais si ça n'était "que toi", tu aurais pu avoir la décence de te montrer directement.

Moui ça se tenait. Mais elle avait ses raisons aussi. Elle croisa les bras dans une parfaite réplique de gamine mécontente. Même si elle avait probablement été incohérente dans ses reproches, la raison première pour laquelle elle s'était cachée était qu'elle avait cru à un énième prédateur. Et celle pour laquelle elle ne s'était pas montrée avait été la méfiance face à un inconnu. Teintée d'une bonne dose de curiosité. Elle avait simplement agi comme elle l'aurait fait pour un animal sauvage. Observer en silence son nouveau centre d'intérêt, se faisant invisible à ses yeux (mais pas à son intuition il semblerait).

Bon, il était peut-être temps de passer à autre chose, non ? Après tout elle n'était pas rancunière et sa joue la piquait à peine. Son orgueil avait été le seul vrai blessé mais il se remettait facilement. Elle lui jeta un dernier regard noir pour la forme avant de ramasser l'Esifret et le rapace qui gisaient au sol. Elle bondit (toujours un peu lourdement à cause de sa charge) et se dressa en face du Liare. Il s'avéra plus petit qu'elle, si on oubliait ses cornes. Qui étaient décidément dignes d'admiration.

- Et maintenant ? Tu vas me laisser rentrer chez moi ou tu vas pas lâcher le morceau ?

Il avait l'air de s'être un peu calmé aussi. Ivinea était à présent à peu près persuadé qu'il ne s'agissait pas d'un éclaireur. Les éclaireurs n'agissaient pas ainsi : venir  pratiquement non armé (de ce qu'elle voyait en tout cas) en terre ennemie. Elle lui fit un grand sourire. A propos de lâcher le morceau... Elle lui tendit le rapace qu'elle avait abattu à peine une heure plus tôt, presque en guise d'excuse.

- Tiens, cadeau ! J'ai suffisamment de viande pour le moment et celui-ci n'était pas prévu à la fête donc tu peux l'avoir. Quant à ce que je faisais là haut... Je me mettais à l'abri du potentiel danger que tu représentais.


Elle s'était mis à le tutoyer naturellement. Ivinea tutoyait tout le monde. En tout cas jusque là, ce genre de politesse n'avait pas fait parti de son éducation. L'ensemble du clan était une grande famille et elle ne connaissait pas grand monde en dehors de celle-ci. Elle se mit à tourner autour de lui en le détaillant de haut en bas, essayant de comprendre à quoi elle avait affaire.

- C'est où chez toi ? Je n'ai jamais vu un Liare qui ressemblait à ça... Pourquoi tu es aussi pâle ? C'est normal chez toi ? C'est nous qui avons une peau plus sombre ?


Elle ignora totalement la question rhétorique qu'il lui avait posé. Il avait piqué sa curiosité. C'était rarement une bonne idée de piquer sa curiosité quand on voulait avoir la paix. Donc elle n'allait probablement pas "lâcher le morceau". Dommage pour toi mon gars !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Exilé

Messages : 72
Xp's : 416
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 16
Présentation : ~Par ici~
Carnet : ~Clique donc~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Chat perché ! Dim 24 Juil 2016 - 1:03

  • Ysenbal Otta
  • ft. Ivinea Loryed
Chat perché !
Elle me souriait, à présent, après m'avoir dédié ses plus beaux regards noirs. Puis, elle me tendit un rapace fraîchement abattu, que j'acceptai par réflexe. Une fois le volatile en main, je me rendis compte que je n'avais rien pour le transporter. On verra plus tard.

- Tiens, cadeau ! J'ai suffisamment de viande pour le moment et celui-ci n'était pas prévu à la fête donc tu peux l'avoir. Quant à ce que je faisais là haut... Je me mettais à l'abri du potentiel danger que tu représentais.

Je ne savais pas ce qui était le plus mignon entre le cadeau soudain ou le fait qu'elle m'ait pris pour un potentiel danger. Parce qu'à présent qu'on était face à face, ce fut sans surprise que je constatai sa grande taille. Et si elle avait réussi à avoir un volatile ainsi qu'un cervidé trônant sur ses épaules, elle n'aurait pas eu trop de mal à prendre le dessus sur moi. Enfin ça, elle ne pouvait pas le savoir.

- ... Merci. C'est une... jolie prise ?

Je n'en avais aucune idée, en fait, mais je n'avais jamais chassé de ma vie. Alors oui, rien qu'abattre un oiseau me semblait plutôt fortiche. Avant d'avoir pu ajouter quelque chose, la Liare esquissa soudainement un pas de côté, puis un en avant, pour finalement tourner autour de ma personne comme... un rapace tiens. Un peu alarmé par ce comportement soudain, je fus coupé court dans mes pensées quand elle commença à débiter toute une série de questions:

- C'est où chez toi ? Je n'ai jamais vu un Liare qui ressemblait à ça... Pourquoi tu es aussi pâle ? C'est normal chez toi ? C'est nous qui avons une peau plus sombre ?

Je ne répondis pas tout de suite, occupé à suivre tant bien que mal du regard la chasseresse qui n'avait cessé ses rondes.

- Oh là, doucement, doucement, finis-je par lâcher avec un petit rire nerveux pas très à l'aise, j'ai du mal à te suivre.

Elle n'était pas la première personne à s'interroger sur mon physique. Mais très peu de ces gens là allaient jusqu'à m'assaillir avec leur interrogations. Je finis par me tapoter la joue de la main en affirmant:

- Pour te répondre, c'est juste du maquillage. Tu vois ? Rien de plus.

Si ma peau avait été naturellement de cette teinte, je serais parti dans de longues explications. Parce que lorsqu'il s'agissait de partager mes connaissances, je devenais une source intarissable de paroles. C'était juste dommage que les plus curieux soient les écumeurs de bar, qui finissaient immanquablement par s'endormir la chope à la main. La Liare en face de moi, en revanche, n'avait rien d'une écumeuse de bars. Et c'était rafraîchissant.

J'hissai ma nouvelle charge par dessus mon épaule, la tête affublée du long cou de l'oiseau pendait à présent mollement dans mon dos. Aucune idée de ce que j'en ferai une fois rentré. Si la viande se conservait par quelque miracle jusqu'à Karnès, je pourrais éventuellement la donner à cuisiner à la vieille. Elle se débrouillait pas mal quand il s'agissait de cuisiner le faisan. Pour une Namès.

- Tu n'es pas de Mainstok, je me trompe ? Il y a des campements dans le coin ? Beaucoup ?

J'aurais bien aimé éviter de croiser la route d'une troupe de Liares méfiants dans les prochaines heures. L’individu ici présente n'était pas méchante, mais je savais par expérience qu'on ne pouvait pas en dire autant de tout les occupants de la Vallée. Bêtes féroces comprises.
Le 27 Asmobor 1248
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chasseuse

Messages : 88
Xp's : 239
Date d'inscription : 16/07/2016
Age : 20
Présentation : Nya ?
Carnet : ~ Meow ~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: A voir ^^
MessageSujet: Re: Chat perché ! Mar 26 Juil 2016 - 0:50


C'était assez marrant de voir ses réactions alors qu'elle tournait autour de lui pour le détailler. Il avait l'air dérouté, peut-être même un peu gêné. Et il lui demanda de ralentir. Il parlait certainement du flot de paroles (et d'interrogations) qui sortaient de sa bouche. Tsk. Elle avait l'habitude de dire beaucoup de ce qui lui passait par la tête et là en plus elle était excitée comme une puce. Elle s'était un peu calmée avec les gens de son clan une fois qu'elle avait réalisé qu'il ne pouvaient pas (et ne voulaient pas forcément non plus) lui répondre.

- Pour te répondre, c'est juste du maquillage. Tu vois ? Rien de plus.

Oh ! Juste ça ? Elle fit une moue déçue. Elle s'attendait à une explication moins... simple. Tant pis, ça sera pour une autre fois. C'est vrai qu'en y regardant de plus près, on pouvait voir que sa pâleur ne concernait que son visage et pas ses mains par exemple. Elle arrêta alors de lui tourner autour, ayant vu ce qu'il y avait à voir. Et puis elle ne tenait pas à le mettre plus mal à l'aise qu'il ne l'était déjà. Même si c'était drôle.

Lorsqu'elle le vit charger le rapace sur son épaule, elle sentit une légère bouffée de fierté l'envahir. Ce n'était pas souvent qu'elle touchait un oiseau en plein vol. Encore moins du premier coup. Ça faisait un joli cadeau du coup : pas trop abimé, avec de jolies plumes et de la viande sur les os.

- Tu n'es pas de Mainstok, je me trompe ? Il y a des campements dans le coin ? Beaucoup ?

Ah, Mainstock... Ses murs en dur, ses cheminées, son odeur mélangeant la cendre et la pourriture, les soudards allongés devant les tavernes aux petites heures de l'aube... La ville, quoi. Elle comprenait qu'on puisse y trouver un certain sentiment de sécurité, mais certains de ses habitants s'avéraient collants et pénibles. Et finalement comparé aux grands espaces de la Vallée, elle s'y sentait un peu à l'étroit. Mais il avait deviné juste. Un bon point pour toi, Jolies-Cornes !

- Ça se voit tant que ça ? Probablement autant que le fait que toi, tu n'es pas du coin ! fit-elle en riant. Je suis une nomade. Il n'y a pas beaucoup de campements alentours. La Vallée est grande et les clans qui y vivent à l'année sont peu nombreux. Le mien en fait parti cela dit.

Elle s'interrompit, hésitant révéler l'emplacement de son camp à un Liare qu'elle venait juste de rencontrer et dont elle ne connaissait même pas le nom, ni l'origine. Même s'il n'était pas éclaireur pour l'armée. D'autant plus que ça ne l'intéressait peut-être pas.

Mais là, maintenant, tout de suite, elle avait franchement envie de rentrer. La bête sur ses épaules commençait vraiment à lui peser et elle n'avait qu'une envie, se rouler en boule à côté du feu avec Jolies-Cornes qui devait avoir tout plein d'histoires à raconter. Un Liare qui osait traverser la Vallée (sans en être un de ses habitants bien sûr) avait généralement des choses à dire. Et il n'avait pas paru réfractaire à l'idée de lui répondre, ce qui était sans conteste un point positif. Elle se mordilla la lèvre (aouch ! ses dents étaient un peu trop pointues pour ce genre de choses) avant de planter ses yeux dans les siens.

- Mon clan s'est établi pas très loin. A vrai dire, il est déjà en vue (pour qui sait où chercher bien sûr). Si tu veux, tu pourrais m'accompagner ? Je te propose un repas chaud en échange de ce que tu as à me raconter sur là d'où tu viens, ce que tu aurais pu voir en venant ici, des histoires... Ah et ton nom aussi, ça serait un bon début ! Moi c'est Ivinea, ravie de te rencontrer !

Elle lui jeta un regard à mi-chemin entre l'anxieux et le curieux. Alleeeeez ! Dis oui ! S'il-te-plaiiiit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Exilé

Messages : 72
Xp's : 416
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 16
Présentation : ~Par ici~
Carnet : ~Clique donc~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Chat perché ! Mer 27 Juil 2016 - 23:55

  • Ysenbal Otta
  • ft. Ivinea Loryed
Chat perché !
- Ça se voit tant que ça ? Probablement autant que le fait que toi, tu n'es pas du coin ! Je suis une nomade. Il n'y a pas beaucoup de campements alentours. La Vallée est grande et les clans qui y vivent à l'année sont peu nombreux. Le mien en fait parti cela dit.

J'hochai de la tête, gravant l'information quelque part pour la retenir. C'est bête de ne pas connaître les différents mode de vies de ses propres confrères. Enfin, jusqu'à peu, c'était tout juste si j'étais au courant de l'existence d'un peuple qui vivait bien tranquillement, quelque part dans l'océan. Qui sait, peut-être même qu'il y avait toute une population ailée qui vivait au dessus de nos têtes. Je divaguai.

Lorsque je reportai mon attention sur la Liare, je pus m'apercevoir que cette dernière me fixait toujours, comme prête à parler. J'attendis quelques secondes, voir si elle voulait ajouter quelque chose. Apparemment non. Je commençai à tourner les talons avant de lui lancer:

- Bon eh bien, sur ce...

- Mon clan s'est établi pas très loin. A vrai dire, il est déjà en vue. Si tu veux, tu pourrais m'accompagner ? Je te propose un repas chaud en échange de ce que tu as à me raconter sur là d'où tu viens, ce que tu aurais pu voir en venant ici, des histoires... Ah et ton nom aussi, ça serait un bon début ! Moi c'est Ivinea, ravie de te rencontrer !

Décidément, elle avait un bon débit de parole. C'est tout juste si j'avais réussi à tout comprendre d'un coup.

- ...Ysenbal, de même. Hum, pour en revenir à ta proposition...

Je restais hésitant. En fait, je n'avais pas vraiment pu y réfléchir et je fus pris un peu au dépourvu. Au moins, je savais (si elle n'était pas du style roublarde) dans quoi je m'embarquais. Maiiis c'était comme qui dirait un peu déconcertant de se faire inviter par une plus-ou-moins-parfaite-inconnue surtout quand cette dernière vous avait déjà fait cadeau d'une belle bête. Maiiis d'un autre côté... L'idée de pouvoir me poser après des journées agitées avant de reprendre la route me tentait un peu, je devais l'admettre. Maiiis encore d'un autre côté, cela impliquait non pas seulement la compagnie de la dénommée Ivinea mais probablement aussi celle des membres de son clan, et il y avait toujours cette partie de moi qui ne pouvait décidément pas supporter les "siens". Je lui lançai un regard indécis, tandis qu'elle même ne m'avait pas lâché des yeux. Bon.

- Eh bien, j'imagine que je peux bien faire une petite halte par chez toi..., lui répondis-je en passant une main embarrassée dans mes cheveux. Mais je ne pourrai pas m'éterniser. Enfin... Merci.

Quand bien même les humains restaient des êtres très sociables, jamais je n'en avais vu sympathiser aussi rapidement que cette demoiselle. Même intéressés. Cette dernière semblait échapper à toute norme sociale, si tant est que les Liares du coin en avait de base. C'était déroutant, quand on avait fréquenté les Namès et leur politesse forcée durant quelques petites années.

Le soleil commençait à décliner, offrant quelques zones d'ombres ci et là. Nous nous mîmes en route, à mon plus grand soulagement. J'imagine que les pires bestioles devaient se manifester aux heures les plus sombres, là où le gibier profitait d'un poil de fraîcheur. Même en étant accompagné par une habituée du coin, je ne me sentais pas tranquille. Ce qui me rassura quant à ma décision: si j'avais poliment refusé son offre, j'aurais dû continuer à marcher seul dans un lieu méconnu de mes sens et infesté de nuisances diverses et peu amicales. Peu importe le déroulement des prochaines heures, ça serait sûrement mieux que tenir compagnie aux Tanflamms et autres bébêtes. Du moins je l’espérais.
Le 27 Asmobor 1248


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chasseuse

Messages : 88
Xp's : 239
Date d'inscription : 16/07/2016
Age : 20
Présentation : Nya ?
Carnet : ~ Meow ~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: A voir ^^
MessageSujet: Re: Chat perché ! Ven 29 Juil 2016 - 0:49

Ivinea attendait nerveusement la réponse que Jolies-Cornes - je veux dire Ysenbal - allait lui donner. Elle faisait de son mieux pour prendre son meilleur air de chaton mignon. Elle en était presque à piaffer d'impatience. Où à faire ses griffes sur son pantalon en cuir pour se passer les nerfs. Presque. Elle avait encore sa dignité.

C'était étrange quand on y pensait, qu'elle souhaite autant la compagnie d'un presque parfait inconnu. Elle ne le craignait pas plus que ça, car sa petite inspection de toute à l'heure l'avait à peu près convaincue sur le fait qu'il ne représentait aucun danger. Quoique, on peut être surpris de l'ingéniosité de certains Liares. Bref. Au delà de ça, il n'avait peut-être rien à raconter. Ou alors il n'en avait pas envie. Ou alors elle allait le faire fuir à le harceler comme ça. Les seniors du clan avaient tenté du lui apprendre le tact et le calme. Ils avaient échoué. Le mieux était de ne pas devenir l'objet de son attention.

- Eh bien, j'imagine que je peux bien faire une petite halte par chez toi... Mais je ne pourrai pas m'éterniser. Enfin... Merci.

You won !!! Le cœur d'Ivinea balançait entre sauter sur place ou le prendre dans ses bras. Elle se retint de faire la première chose car aucun Tanflamm digne de ce nom ne sautillait sur place de bonheur. Et elle abandonna (juste à temps) la deuxième aussi, de peur qu'il prenne ça pour une agression et fuie. Ça serait dommage quand même...
Elle se contenta donc de révéler l'ensemble de sa dentition de carnivore dans un grand sourire et de lâcher un ronronnement qui seyait peu à sa condition de chasseresse. Mais elle n'en avait absolument rien à faire.

- Dans ce cas, je te laisse me suivre. Ou marcher à côté de moi. Comme tu veux.

Oui ça lui arrivait de prendre la parole sans poser de questions. Pas souvent, j'en conviens. Elle profita de l'occasion pour jeter un dernier regard admiratif aux cornes de son invité. Décidément, elle en était presque jalouse. Puis elle se reconcentra sur l'instant présent. Elle tendit l'oreille. Elle n'entendait rien d'autre que le doux son de la prise dans la Vallée et leurs respirations. Pas de craquement, de roulement ou de souffle qui pourraient indiquer la présence d'une vie quelconque à moins de dix mètres.

Elle se mit donc en route, toujours à l'affut. Elle se taisait, retrouvant l'attitude prudente commune à tous les habitants de la Vallée. Paradoxalement, elle appréciait le silence autant qu'une conversation animée. Tout semblait calme alors que le soleil descendait dans le ciel, le teintant de couleur sang et feu. L'heure du Tanflamm. La meilleure de la journée.

Elle descendait la petite butte sur laquelle ils se trouvaient, fixant l'horizon. De loin, le campement ressemblait à une ensemble de rochers dispersés sur la plaine. C'était voulu. Les feux ne brûlaient que la nuit, mais leur emplacement était choisi avec soin pour être le moins visible possible. Ils ne reconnaissaient pas l'autorité du soit disant "Roi des Liares" et étaient donc traqués. Mais la proie, connaissant mieux le terrain, se muait souvent en chasseur et les commandants ne comptaient plus le nombre de leur patrouilles retrouvées égorgées ou tout simplement portées disparues.

Ils étaient donc d'une prudence à la limite de la paranoïa. Ivinea s'arrêta à une centaine de mètres du campement qui commençait à se révéler à leurs yeux. Pour qui savait voir, de l'activité était perceptible entre les tentes, mais aussi beaucoup plus près. Des guetteurs. Elle lança alors un long hurlement qui pouvaient se rapprocher de celui d'un loup. Sauf qu'il n'y avait pas de loup dans la Vallée. Après quelques secondes, elle entendit des glapissement non loin et vit quelques silhouettes émerger de derrière les rochers.

- Ivi ! Qu'est-ce que tu nous rapportes !

Un grand Liare mâle, de quelques été de plus qu'elle, venait de l'interpeller et s'approchait à petites foulées. La susnommée se fendit alors d'un grand sourire et posa l'Esifret au sol. Ses épaules criaient grâce. Elle n'avait donc pas l'intention de le porter plus loin si quelqu'un d'autre pouvait s'en charger. Elle vit alors l'expression de Naïlo -le guetteur- se transformer de la satisfaction à l'hostilité alors que son regard passait du gibier à Ysenbal.

- Lui aussi il est à manger ? Où est-ce que tu as ramassé ce gringalet ? Il faut que tu arrêtes d'adopter des chiots sur le bord de la route tu sais !

Il n'en fallu pas plus pour que l'expression d'Ivi change radicalement. Le sourire disparu et un des sourcils se souleva. Naïlo, reconnaissant ces symptômes eu à peine le temps de penser à amortir sa chute. Ivinea avait bondit, l'avait attrapé par la gorge et lui avait crocheté les jambes dans le même mouvement.

Résultat, il se trouvait par terre, le coccyx douloureux, avec une Liare énervée au dessus de lui pressant ses griffes contre son cou. Une fois assurée qu'il ne bougerait pas, elle sourit à nouveau.

- Mon lapin (non, ce mot n'était pas choisi au hasard), je ne vais pas à la chasse au voyageur, tu sais. Je l'ai invité et lui offre l'hospitalité de notre clan. Tu connais l'hospitalité n'est-ce pas ? Une des valeurs des nomades de la Vallée...

Satisfaite de sa victoire, elle se releva et épousseta légèrement sa tunique. Elle jeta un dernier regard à Naïlo qui boudait.

- Je te laisse te charger de l'Esifret. Tu es mignon et tu ne me l'abîmes pas ?
Désolée pour cette interruption et bienvenue dans notre modeste campement,
ajouta-t-elle à l'attention d'Ysenbal.

En s'avançant, elle désigna les tentes et la poignée de Liares curieux qui s'étaient approchés pour observer l'énième dispute entre les deux meilleurs ennemis du clan. Prenant Ysenbal par la main, histoire de couper court à toute discussion supplémentaire, elle le mena près du foyer central, dans lequel ne subsistait des braises attendant d'être ravivées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Exilé

Messages : 72
Xp's : 416
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 16
Présentation : ~Par ici~
Carnet : ~Clique donc~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Chat perché ! Dim 14 Aoû 2016 - 13:16

  • Ysenbal Otta
  • ft. Ivinea Loryed
Chat perché !
J'observai, avec un mélange de surprise et d'intérêt, la façon dont le campement et ses occupants s'animaient et se détachaient du paysage. S'agissait-il de rebelles ? Ou bien tout simplement, était-ce une technique pour éviter les attaques de bêtes sauvages ? Non, sûrement pas. Les animaux n'étaient pas assez stupides pour se laisser berner par un simple camouflage.

Néanmoins, lorsque ses compagnons quittèrent leurs cachettes pour se diriger vers nous, je ne pus m'empêcher d'éprouver un certain malaise. Je jetai un coup d’œil en coin à Ivinea, en me demandant si elle s'était posé la question de « si ma présence allait poser un quelconque problème ». Mais comme celle-ci semblait ravie de retrouver les siens et de leur exposer ses prises, je me contentai de me murer dans le silence pour le moment.

Les éclats d'une voix enthousiaste s'approchait de nous. Mes yeux se posèrent vers la source. Un de ses amis proches, très certainement, à en voir le sourire de la chasseresse, qui s'était débarrassé de sa charge.

- Lui aussi il est à manger ? Où est-ce que tu as ramassé ce gringalet ? Il faut que tu arrêtes d'adopter des chiots sur le bord de la route tu sais !

Les complications commençaient. Je lançai un regard furibond au provocateur, préparant à me targuer d'une réponse bien placée mais ma voisine fut plus rapide. Avant que l'un de nous deux ait eu le temps de réagir, elle avait bondit sur son ami (qui ne devait pas être tant son ami que ça) pour le plaquer au sol, dans une position visiblement pas confortable pour la victime mais délicieusement avantageuse pour l'attaquante.

- Mon lapin, je ne vais pas à la chasse au voyageur, tu sais. Je l'ai invité et lui offre l'hospitalité de notre clan. Tu connais l'hospitalité n'est-ce pas ? Une des valeurs des nomades de la Vallée...

Je ne pus réprimer un sourire amusé à l'apostrophe « Mon lapin ». En attendant, j'espérais que Jeannot était bien le seul à ignorer les valeurs de son propre clan, sinon, on risquait de se retrouver avec une petite douzaine de Liares se massant le coccyx et leur gorge endolorie. Ivinea finit alors par se relever, à mon plus grand soulagement. Je ne tenais vraiment pas à assister à une bagarre, surtout si j'étais le prétexte pour se taper sur le caillou entre Liares belliqueux.

- Je te laisse te charger de l'Esifret. Tu es mignon et tu ne me l'abîmes pas ?
Désolée pour cette interruption et bienvenue dans notre modeste campement.


Ces derniers mots m'étaient adressés, et je hochai de la tête avec une sorte de sourire condescendant. Avant de suivre mon hôte, je m'accordai un dernier petit coup d’œil derrière mon épaule, là où le Liare précédemment attaqué par Ivinea et à présent tout bougon ramassait le cervidé. Mais vraiment rapide, le coup d’œil, car Ivinea avait saisi ma main et m'entraînait vers ce que je réussi à distinguer comme étant les restes d'un feu, où quelques braises rougeoyaient encore. Je gardai les yeux rivés sur nos mains, haussant un sourcil, pas très habitué au contact physique ni très à l'aise à ce sujet. Enfin. Je doutai qu'elle y mette quoique ce soit derrière, idem pour les autres membres de son clan. Il allait falloir que je m'efforce de mettre de côté mes habitudes en société humaine pour faire le moins tâche possible, même le temps d'une soirée seulement.

Une fois arrivés devant le foyer, je m'éclaircis la gorge, n'ayant pas parlé depuis un bout de temps déjà. Tout autour s'alignait des tentes, pour la plupart occupées. Quelques Liares étaient de sortie, et l'un d'eux s'occupait de raviver le feu, en raison de la populace qui s'amassait petit à petit autour de ce dernier. Les flammes s'élevèrent très rapidement, comme si une Vérité avait été utilisée dans le processus. Je décidai de ne m'asseoir que lorsque Ivinea ferait de même, histoire de ne pas passer pour celui qui prend ses aises beaucoup trop vite. Finalement, je pris enfin la parole, me raclant au passage la gorge une seconde fois :

- Maintenant, je suis tout à fait disposé à répondre aux questions que tu pourrais me poser...

Je me permis un petit rire avant d'ajouter:

- Et je pense que j'en aurais aussi pour toi. Même si tu m'offres déjà l'hospitalité... Au passage, tu es bien sûre que je ne dérange pas ?

C'était un peu tard pour ce genre de question, à présent que nous étions installés devant le foyer crépitant. Mais que voulez vous ? Les vieilles habitudes sont tenaces ! Je pouvais bien sentir les regards intrigués et parfois méfiants des autres membres de son clan, mais c'était tout à fait légitime. La tête reposant sur une main, assis en tailleur, j'attendis le potentiel flot de questions de mon interlocutrice. Ou tout autre manifestation de sa part. Au moins, ce qu'il y avait de bien avec ce genre de curieux, c'était qu'on n'avait pas à se confronter au terrible silence qui venait ponctuer les conversations ennuyeuses.
Le 27 Asmobor 1248
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Chat perché !

Revenir en haut Aller en bas

Chat perché !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Chat perché [PV Fhury]
» Activer le chat
» Invitation au Chat
» Chat a gogo
» Le petit chat m'aimait

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Le Monde des Liares :: La Vallée des Âmes-