AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Quête] Mon or, rendez-moi mon or !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Esprit Vagabond

Messages : 264
Xp's : 648
Date d'inscription : 16/12/2015

Feuille de personnage
Vie:
0/0  (0/0)
Prestige :
0/0  (0/0)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: [Quête] Mon or, rendez-moi mon or ! Sam 16 Juil 2016 - 19:27

Mon or, rendez-moi mon or !


Mise en Contexte
 
Un marchand bedonnant vient vous trouver alors que vous buviez à la taverne tranquillement. Il vous prie de bien vouloir l'aider, vous qui avez l'air fort. Des gens lui doivent de l'argent et refusent de le rembourser. Il s'agit de deux frères costauds qui habitent non loin. L’utilisation de la force n’est pas nécessaire, leur faire peur pourrait être suffisant... Dans tous les cas, il vous propose vingt pour cent de ce que vous lui ramènerez.

Déroulement de la Quête

Aucune intervention de Mj prévue, vous êtes libre de vous exprimer !




le destin vous guidera toujours, le fuir ne sert à rien car il vous suivra jusqu'au bout du monde

Merci d'envoyer un mp au compte de Deth, vous aurez une réponse plus rapidement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Marchande

Messages : 83
Xp's : 425
Date d'inscription : 10/04/2016
Age : 16
Présentation : http://madelle.1fr1.net/t1404-messalina-raajil-un-caractere-bien-trempé
Carnet : Carnet de bord d'une bien têtue marchande...

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [Quête] Mon or, rendez-moi mon or ! Sam 16 Juil 2016 - 22:20

MESSALINA RAAJIL

Quête

Rendez-moi mon or!
 Je profitais un maximum de l'alcool. Enfin un peu de répit ! Entre deux villes, deux marchés, et de nombreux jours de marche, quoi de mieux qu'une escale chez un vieil ami ? Au beau milieu des terres de Faras, entre Déoli et Terna, se trouve un petit patelin, l'endroit idéal pour faire un pause. Et surtout, contenant une des meilleurs auberges que j'ai eu l'occasion de voir ; le repère du bon vieux Serge. Toute simple, pas de la grande nourriture, mais la bière y est excellente et les gens y ont le rire facile. Et en plus, il y a un petit pré à côté pour Lalaith. Que demander de plus ?

 Je relevais la main pour demander une bière supplémentaire, tandis que les chopes commençaient à s'amasser sur la petite table en bois. Le tavernier éclatait de rire en le voyant, et alla ouvrir le tonneau pour y remplir un verre de plus, avant de venir vers moi et de me lancer en plaisantant ;« Et bien, tu ne viens pas souvent, mais quand tu viens tu rentabilises la taverne pour quelques semaines ! ». Je rigolais à la plaisanterie, et l'invitait à s'asseoir à mes côtés, pour profiter des quelques instants de répits qui lui lançaient les autres clients. Il s'asseyait, et on discutait pendant quelques minutes de tout ce qu'il s'était passé depuis la dernière fois. Ah, ce bon vieux Serge. Seule Déesse savait à quel point nous avions des choses à nous raconter.

 Et à priori, Elle devait peut-être en avoir marre de nos petites discutailles, car les portes de la taverne s'ouvrirent d'un coup, pour laisser entre un homme essoufflé, et passablement affolé. Je ne savais pas ce qui l'amenait ici, mais, à voir sa petite bedaine dépassant sous son manteau de fourrure, il ne devait pas vraiment avoir l'habitude de ce genre d'exercice. Et, à voir la tête du tavernier, il ne devait pas non plus être un habitué des lieux. Il faut dire, il ne ressemble pas vraiment à la clientèle typique de lieux : en plus de son manteau passablement cher, il portait quelques bijoux, un pantalon de couleur éclatante et à ses doigts brillaient des bagues qui, à mon avis, ne devaient pas être du toc. Serge se levait de ma table, prêt à servir l'homme.


« On peut vous aider, Monsieur ? »


« Mon or ! Quelqu'un…. S'il vous plaît ! »


 Avec ça, le vieux riche fit une tête complètement paniquée, qui déclencha quelques rires au fond de la salle, et me fit, je l'avoue, un peu sourire. Cet homme avait un sérieux problème, qui a mon avis ne se résumait pas à son or… Mais passons. Ce bon vieux Serge invita tout de même l'homme à s'asseoir à notre table, et lui servit une bière pour le calmer et le rafraîchir un peu, ce qui, au bout de quelques minutes, eût l'air de faire son effet. J'en profitais donc pour le requestionner au sujet de son problème.


« Ah ! Mademoiselle, écoutez, c'est horrible, c'est un crime, une tragédie… Mon or, mes plus précieuses marchandises… Je les ai vendu il y a de là une semaine à deux frères, qui habitent au bout du village. Et bien ! Ces gredins, ces vipères, ces canailles ! Ils refusent de me payer. Et ils sont aussi fort qu'un bœuf ! Que faire, Mademoiselle, que faire ? »


-Monsieur, je vous comprend, j'ai parfois moi-même affaire à ce genre de personnes, en tant que marchande... » J’eus un petit sourire amusé « Même si je finis toujours par obtenir mon dû »


-Dans ce cas, me fit remarquer Serge avec un sourire, pourquoi ne pas aider ce cher Monsieur ?»


 J'envisageais un instant la proposition, abasourdie. Moi ? Mais j'avais mieux à faire ! Ma bourse commençait à se vider, et ce n'était pas la soirée passée ici qui risquait de la remplir… Mais le marchand prit la parole, me prenant les mains.


« Ah, Mademoiselle, ce serait merveilleux ! Pourriez-vous me rendre ce service ? Vous aurez une par de leur dette en récompense, bien entendu... »


 … Voilà qui devenait plus intéressant. Je continuais de discuter avec cet homme, sous le regard encourageant de Serge, avant que le marchand ne m'indique la somme que je pourrais y gagner. Et, rien qu'à l'annonce de tout ceci, je finis par accepter de me rendre le lendemain chez ces birgands. C'est fou ce qu'on ne ferait pas pour de l'or !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Marchande

Messages : 83
Xp's : 425
Date d'inscription : 10/04/2016
Age : 16
Présentation : http://madelle.1fr1.net/t1404-messalina-raajil-un-caractere-bien-trempé
Carnet : Carnet de bord d'une bien têtue marchande...

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [Quête] Mon or, rendez-moi mon or ! Dim 17 Juil 2016 - 23:09

MESSALINA RAAJIL

Quête

Rendez-moi mon or!
 … Et voila, lendemain de promesse arrosée, et tous les soucis qui vont avec. Pourquoi avais-je accepté ? Car, soyons franc, je n'avais aucune idée sur comment procéder. Les vauriens que je rappelais à l'ordre, moi, je leurs faisaient disparaître quelques objets, et je les faisais chanter ensuite. Mais comment faire, alors qu'il ne s'agissait pas de ma marchandise ? Je pouvais employer la même technique, mais c'est le vieux qui risquait de prendre après. Donc moyen. Non, il leurs fallait un bon coup de trouille, qu'on soit sûrs qu'il ne touche pas au marchand après. Mais justement, quoi ?

 Je me levais cependant, malgré mon léger mal de tête et mon envie de rester au lit. J'avais fait une promesse, à moi de l'honorer ! J'enfilais rapidement ma chemise et ma jupe, serrais mon corset et passais mon foulard dans mes cheveux, et me voila fin prête. Je prenais mon sac et sortais de ma chambre, descendant doucement les marches de l'auberge. Mais trop tard, le marchand m'avait déjà repérée, et m'adressait de grands signes de main avec un sourire tout aussi gigantesque. Je me forçais de lui rendre, bien que le cœur n'y fut pas vraiment. A mon plus grand damn, le bougre contait vraiment sur moi. Je venais m'asseoir à ses côtés, et Serge vint nous servir le petit déjeuner, en m'adressant un clin d’œil encourageant. Donc je m'efforçais de garder bonne allure et de rassurer le marchand sur ma réussite, bien qu'au fond je n'y croyais pas vraiment moi-même.

 Je pris donc mon sac, ma chèvre et mon courage, et me dirigeait,  vers la maison des deux vauriens, avec pour seule aide des indications sur la façon de m'y rendre. Après, sur place… Il ne me resterait plus qu'à improviser en fonction de la tête des gaillards. Et dire que le soleil n'était même pas encore levé ! Ce qu'on ne ferait pas, pour de l'or… J'arrivais. En tout cas, à voir la tête de leur maison, ils devaient largement avoir de quoi payer le marchand : Bien que rustique, la maison restait plutôt grande, avec même un petit patio dans lequel se trouvait un âne, qui semblait bien nourrit. Bref, ils ne devaient pas vraiment être accablés par les dettes, et pourtant…

 Je m'avançais discrètement, prenant même le soin d'esquiver quelques rayons de Lumière au passage. Même si je n'étais pas encore complètement invisible, on ne pouvait distinguer de moi qu'une forme floue, qu'une silhouette vague, presque fantomatique. Je m'avançais tranquillement pour me coller sous une des fenêtres, me rendant encore plus discrète pour lancer un coup d’œil à l’intérieur de la maisonnée, tandis que Lalaith me rejoignait en trottinant. Les deux frères était en train de prendre leur petit déjeuner, une table rempli de met gras et divers. Les vauriens étaient aussi grands qu'on me les avaient décris, et, par dessus le marché, semblait relativement forts, sans doute capable de me porter avec un seul bras. Autrement dit, ce n'étais pas gagné d'avance.

 Mais alors, l'un deux tournait la tête vers moi, et vite, très vite je me baissais, nous rendant invisible, moi et Lalaith, au passage. Il se levait, regardait par la fenêtre, fixait tout autour de lui, et plus particulièrement l'endroit où je me trouvais quelques minutes plutôt. Génial, en plus j'avais affaire à de vrais chiens de garde ! Mais le frérot ne semblait pas vouloir se contenter de ce qu'il voyait, et se dirigeait vers la porte. Vite, je m'écartais, me cachant dans un buisson à proximité. Le demi-géant s'avançait, se penchait à l'endroit où je me trouvais quelques minutes plus tôt. Sacrebleu ! J'avais oublié d'effacer mes empreintes, qui elles, pouvaient être visibles si on s'y penche attentivement. Non, pas moyen, je ne pouvait pas être repérée aussi vite. Et déjà, l'autre frère s'avançait, demandant à son frangin ;

« Alors ? C'est quoi ?

-Rien, juste encore une de ces bestioles ! Regarde ces sabots. Je suis sûr qu'elle allait piquer du foin à l'âne. »

 Lalaith ! Par la Déesse, merci, ma chèvre, tu me sauvais ! Effectivement, tes empreintes se détachaient dans le sol, toutes fraîches, bien plus distinctes que les miennes. Et bien, désolée, ma belle, mais j'allais profiter de l'occasion. Je te donnais une petite tape sur l'arrière train, te faisant avancer, et réapparaître au passage. Dès qu'ils virent la chèvre, les deux frères se mirent à la poursuivre, comme je le souhaitais. Vite, pendant ce temps, j'en profitais pour me glisse par la porte, toujours invisible. Et pour Lalaith ? Je ne m'en faisais pas, elle était dégourdie ! Maintenant, restait plus qu'à trouver quoi faire pour leur faire rendre l'argent.

 Effectivement, je ne m'étais pas trompée sur le potentiel de Lalaith, car les deux revinrent vite, sans la chèvre. Ils maugréaient, et reprenaient leur repas. Bien, ils ne se doutaient de rien. Mais rester là, à les observer, n'allait pas me permettre de récupérer l'or.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Marchande

Messages : 83
Xp's : 425
Date d'inscription : 10/04/2016
Age : 16
Présentation : http://madelle.1fr1.net/t1404-messalina-raajil-un-caractere-bien-trempé
Carnet : Carnet de bord d'une bien têtue marchande...

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [Quête] Mon or, rendez-moi mon or ! Dim 17 Juil 2016 - 23:10

MESSALINA RAAJIL

Quête

Rendez-moi mon or!
J'observais encore longtemps les deux vauriens, et je remarquais qu'ils jetaient régulièrement des coups d’œil à la fenêtre. Chiens de garde, il n'y a pas à dire. Quoi, ils tenaient donc tant à leur précieux foin ? Non, c'était autre chose. Il semblaient… Inquiets. Et je doute que deux grands gaillards comme eux craignent ainsi une chèvre. Mais tiens, quelque chose me revenait en tête, un souvenir de la soirée dernière, quelque chose dont m'avait parlé Serge. Une rumeur qui faisait trembloter les plus crédules du village, un simple fait qui aurait alimenté des légendes urbaines. Je lui avais rit au nez quand il me l'avait raconté, mais je finalement, je l'avais bien retenue…

C'était l'histoire d'une famille, qui aurait vécu non loin d'ici il y a une maintenant quelques d'années… Comme toutes les histoires de ce genre, tout commençait bien, la famille était prospère, le couple était amoureux, et il y avait même un gosse qui venait combler leurs bonheur. Mais voila ; Monsieur était crédule, très naïf, confiant et bienveillant envers tout le monde. Pas le genre de mauvais homme en soit, mais il prêtait de l'argent à n'importe qui, à tour de bras. Et personne ne lui rendait. La famille devient très vite miséreuse, et, par un très rude hiver, le bébé vint à mourir, de maladie et de faim. La mère, ne pouvant plus supporter cette pauvreté incessante et la mort de son fils, aurait mis fin à ses jours. Et le père, on ne sait pas trop, il serait soit devenu fou et serait sombré dans l'alcool, soit il serait allé vivre dans la forêt, à jamais dégoûté des hommes. Enfin, ce n'est pas lui qui nous intéresse, mais sa femme !

Certains malins raconteraient qu'elle revenait encore, pour punir les endettés. Et bien ! J'allais profiter de ces légendes urbaines, et les alimenter un peu. Je me retirais derrière un mur, dans un petit couloir adjacent. Toujours invisible, je pris une voir plaintive, et accusatrice à la fois, pour murmurer faiblement.

« Votre faute…. »

Et c'eut l'effet escompté. Les deux frères frémir, et venait ce genre de dialogue digne des plus grand froussard. « Tu as entendu ? » « Quoi, toi aussi ? » et autres réjouissances. Je souriais, satisfaite de mon coup, avant de retourner me cacher. Ils venaient dans le couloir, cherchait du regard, mais non, forcément ! Personne. Ils conclurent à une hallucination, mais on sentait bien qu'ils n'étaient pas rassurés. La machine était en marche !

Je laissais passer quelques minutes, durant lesquels ils mangèrent un peu, mais on sentait que l'appétit y était moins ! Maintenant, quelques jeu de… Lumière. Je fixais ma main, la faisant éviter certains points lumineux, et en percuter d'autre. Et voila, elle devenait vague, une simple silhouette floue… Et fantomatique. Je faisais de même pour tout mon corps, et regardais mon reflet dans une fenêtre. Un vrai spectre, quoique… Il manquait quelque chose, pour me rendre encore plus effrayante. Je concentrais la lumière dans mes yeux, les rendant étincelants, blancs, lumineux. Là, c'était mieux. Je faisais disparaître mes pieds, et voila, l'illusion était parfaite !

Maintenant, il ne restait plus qu'à tenter le coup. Je sortais de ma cachette, revenant discrètement dans la cuisine. Ils ne me regardaient pas encore, trop occupés à manger.

« C'est votre faute…. Tout… Est de votre faute... »

Ça y était ! Il me voyait, leurs yeux s'écarquillaient, et ils se levaient, horrifiés. Haha ! C'était hilarant, de voir deux grands gaillards me craindre ainsi. Je tendais ma main vers eux, gardant toujours un air hagard, et un ton accusateur.

« Vous avez… Profité de quelqu'un… Son argent… Vous êtes comme eux ! »

Ils reculaient encore, paniquaient, se collant contre le mur du fond. Je ne savais pas vraiment pourquoi, mais voir cette étincelle de terreur dans leurs regards m'amusaient particulièrement ! Je me mis alors à crier, comme une folle.

« C'est de leur faute !! Ils l'ont trompés ! Tout est de leur faute ! Et… Vous êtes comme eux !! Vous devez payer… Payer pour vos fautes !! »

Et voila, ils détalaient comme des lapins. Bon, ça devrait suffire ! Je repartais tranquillement vers l'auberge, car maintenant, il ne restait lus qu'à attendre. Je n'avais pas eu le temps de leur dire clairement quoi faire, mais bon, c'était des grands gaillards, ils devraient avoir compris le message. Lalaith m'attendait devant, sagement. Je la caressait tranquillement, toi, ma belle, tu allais avoir une récompense !

La matinée se passait tranquillement, je discutais avec les clients et Serge, me reposait encore un peu. Vers midi, les portes de la taverne se rouvraient comme la veille, faisant rentrer toujours le même homme, toujours aussi essoufflé, mais, cette fois-ci, le sourire aux lèvres.

« Mademoiselle ! Mademoiselle, c'est merveilleux ! Venez, venez donc là que je vous embrasse ! »

Je souriais devant l'enthousiasme du marchand, ça faisait plaisir à voir ! Serge nous servit chacun une bière, et il me racontait tout. Les deux frères étaient venus le voir il y a peu, pour s'excuser platement, et lui donner son dû. Avec même, à ce qui paraît, un peu de surplus, et la promesse de ne plus recommencer ! Nous bûmes tous l'après-midi pour fêter ça, et le soir, je repartais, de crainte de croiser les deux frères plus tard. En tout cas, tout était bien qui finissait bien…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Quête] Mon or, rendez-moi mon or !

Revenir en haut Aller en bas

[Quête] Mon or, rendez-moi mon or !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» Rendez-vous commercial
» rendez-vous mystérieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Le Monde des Humains :: La Terre de Faras-