AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Quête] Toute chose, aussi insignifiante soit-elle, peut renfermer un grand pouvoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Divinité

Messages : 3393
Xp's : 2456
DC : Marissa E. Iselk, Auxane Taël et Adélaïde Firloe
Date d'inscription : 15/05/2010
Age : 22

MessageSujet: [Quête] Toute chose, aussi insignifiante soit-elle, peut renfermer un grand pouvoir Jeu 10 Oct 2013 - 18:29

Toute chose, aussi insignifiante soit-elle,
peut renfermer un grand pouvoir


"Alors que vos pas vous ont mené sur la plage des Astres a un moment tardive de la journée, votre regard se pose sur un scintillement au loin dans le sable. Piqué par la curiosité vous décidez d'aller voir de plus près. Enfouie légèrement, une pierre bleue opaque dépasse légèrement du sable, une fine cordelette est attaché à l'objet afin de pouvoir le porter en collier. Le pendentif est d'un bleu très léger et il a étrangement la forme d'une pointe de lame. Vous ne le savez surement pas, mais vous tenez entre vos mains la pointe de l'arme d'un Héléo faite à partir d'opaline, le matériaux le plus résistant au monde capable de couper le diamant. Vous feriez mieux de vous en rendre très vite compte, car bientôt un monstre marin à la peau aussi dure que l'opaline va abattre sur vous. Son ombre commence à apparaître devant vous."

Le déroulement de la quête :
- Votre premier message devra reprendre l'intrigue posée dans le sujet de la quête si dessus et s'arrêter à ce fameux moment où une ombre assez imposante apparaisse devant vous.
- Le MJ interviendra alors pour décrire l'affreux monstre qui est prêt à ne faire qu'une bouchée de vous, ensuite libre à vous de le contrôler et de mettre fin à sa vie ou non. Si vous désirez une nouvelle intervention du MJ il faudra la réclamer.
- Vous ne saurez qu'à la fin de la quête si vous avez remporté le collier ou non Very Happy


Dernière édition par Mère Nature le Ven 2 Mai 2014 - 19:10, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madelle.1fr1.net
avatar


Fille du Général

Messages : 131
Xp's : 335
Date d'inscription : 09/06/2013

Feuille de personnage
Vie:
0/0  (0/0)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [Quête] Toute chose, aussi insignifiante soit-elle, peut renfermer un grand pouvoir Ven 11 Oct 2013 - 4:20

La mer. La grande bleue. Clara se l’était imaginée, maintes fois, mais jamais de cette façon. L’orbe incandescent du ciel descendait derrière la vaste étendue d’eau, se confondant en elle comme on se confond dans un horizon infini, comme on se confond dans un ciel vaste. Le bleue, teinté d’or par les reflets du soleil couchant, courait du Nord au Sud sans s’essouffler, sans laisser voir ses extrémités. Si extrémités il y avait. Clara se sentit soufflée, toute petite, toute frêle, devant l’immensité de l’océan. Mais ce n’était pas simplement la vue qui la dépaysait. Elle qui, habituée d’humer la résine des arbres, le humus du sous-bois, le froid parfum de la pierre et de la neige, elle, qui n’avait jamais connu que les senteurs des montagnes, se retrouvait assaillit par les effluves de la mer. Des odeurs salées, chaudes, humides. Une odeur plus forte, dissipée dans ce drôle de mélange, une odeur sirupeuse. Celle des algues.

Elle talonna distraitement sa monture qui s’aventura, avec précaution, sur le sable fin. Hildebald fit quelques foulées hésitantes, ne semblant quoi penser de ses lourds sabots qui s’enfonçaient dans le sol friable comme de la farine. Ses narines se dilataient, cherchant à se souvenir, peut-être, ce qu’était cet amalgame d’odeurs inconnus. Deux Nordiens hébétés… La jeune femme laissa son destrier explorer à loisir ce nouvel environnement, elle-même hypnotisée par le remous des vagues venant s’échouer mollement sur la berge. Elle mit pied à terre et guida son cheval jusqu’à une épave de tronc d’arbre pour l’y attacher. Hildebald continuait de fouiller le sable de son naseau tel un énorme chien à la recherche d’un os.

La fille du Général retira ses bottes et ses bas pour goûter à la caresse singulière du sable. Mouvante, rugueuse et tiède. Elle sourit et renversa la tête vers l’arrière, fermant les yeux un court instant. L’enfant en elle jouissait de la découverte et de l’aventure, la jeune adulte appréciait la quiétude de ce moment et l’accomplissement de ce voyage. Oui, ce voyage s’étirait depuis un moment maintenant, mais Clara était encore partagée ; Férèsis lui manquait-elle ? Vu tout ce qui s’offrait à elle, sans perdition, il était dur de prendre position. Chaque jour, elle se sentait mûrir un peu plus. De nouvelles perspectives s’ouvraient à elle.

La jeune femme s’avança lentement vers la mer. Il n’y avait pas un bruit, hormis celui du vent et des vagues. Pas un oiseau pêcheur, pas un bateau, que l’immensité. La houle vint s’échouer jusqu’à ses pieds nus et Clara sentit, lorsque l’eau se retira, un peu de sable se défiler sous ses talons. Elle sourit de nouveau, charmée par cette sensation, cette sensation que l’océan nous appelle et nous tire à lui. Avec un peu naïveté, la jeune femme trouva cela très amusant. Plus loin en mer, c’était très différent. Ce remous, cet effet de va-et-vient qui nous tire toujours plus loin au cœur des abysses, ce n’est pas, vraiment pas, amusant.

Clara s’accroupit près du sol et jeta un coup d’œil à son cheval. Il fouinait toujours avec concentration, plusieurs mètres en aval. Rassurée, elle aussi se mit à fouiller le sable. Des petits cailloux ici et là, un bout de corail, blanc et troué de toutes parts, une coquille vide d’huître, brillante et nacrée. La jeune femme était impressionnée et se sentit comme une gamine fourrageant à la recherche d’un trésor. Mais elle était seule alors… Soudain, un éclat attira son attention.

Une pointe azur luisait, à demie enfouie dans le limon. Clara la saisit avec autant de curiosité qu’elle éprouvait pour tout ce qu’elle découvrait depuis quelques minutes, mais cet objet était singulier. On aurait dit une pointe de flèche effilée, ou alors un fragment de lame, fait d’une pierre bleutée. À son extrémité pendouillait une chaîne. Un pendentif. La jeune femme tourna l’objet dans ses mains, songeuse. Pensant que l’eau aurait émoussée le tranchant de l’opaline, elle ne fit pas attention en la manipulant et se coupa le doigt avec une facilité déconcertante.

- Aïe.

Ce collier était traître. Mécontente de sa propre idiotie, elle trempa sa main dans le sillon d’une vague arrivant du large. Le peu de sang se nettoya de lui-même et la coupure se mit à picoter. Clara retira vivement sa main, surprise. L’eau était salée, elle avait oubliée. Elle y goutta prudemment puis tira la langue. Quel goût infecte ! Personne n’aurait pu boire de la mer, quel gaspillage. Alors qu’elle forçait la salive à remonter sur sa langue, une ombre imposante se dressa au-dessus d’elle.

Un nuage ? Non, le soleil était bien trop bas. Un sentiment de déjà-vu la fulgura. Le corps puissant, noir et effilé de Shawn, le dragon de Larm Valden, lui revint en tête. La jeune femme sentit ses poils se hérisser sur sa nuque et ses bras. Quelque chose lui dit qu’il ne s’agissait pas d’un dragon, pas plus que d'un nuage, mais que cette ombre appartenait à quelque chose dont-elle n’avait pas nécessairement envie de faire la connaissance.

860 mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Divinité

Messages : 3393
Xp's : 2456
DC : Marissa E. Iselk, Auxane Taël et Adélaïde Firloe
Date d'inscription : 15/05/2010
Age : 22

MessageSujet: Re: [Quête] Toute chose, aussi insignifiante soit-elle, peut renfermer un grand pouvoir Mar 15 Oct 2013 - 18:52

"Derrière la jeune imprudente se trouvait un Tarlera, monstre du récif d'Emeriata, la créature était en train de charger vers la jeune femme, tête la première lui dévoilant sa corne renversée. Au premier regard il est sûr que peu de gens ont cru l'animal dangereux à la vue de cette corne dont la pointe est arrondie et ne vous menace pas, puisqu'elle recouvre le crâne de l'animal. Pourtant elle se révèle être une arme redoutable, plus résistant que la roche, aucune épée ne peut l'entailler. Alors n’arrêtez pas votre regard sur la couleur orange vif du Tarlera ou bien les épaisses griffes qui se trouvent au bout de ses quatre pattes, car elles sont très fragiles et tombent chaque soir pour repousser dans la nuit. Ne vous laissez pas non plus impressionner par son immense nageoire dorsale aussi haute que l'animal lui-même. Le Tarlera semble avoir quelque chose à vous reprocher et il ne vous laissera pas tranquille tant que vous ne lui aurez pas rendu son bien. Devant vous ne se tient pas en réalité un monstre marin, mais une digne représentante du monde des eaux, une Héléo. La jeune femme se transforme régulièrement en un Tarlera, sans qu'elle ne le désire, malheureusement elle ne contrôle pas ses mutations et malheureusement pour elle, elle vient tout juste de se métamorphoser et il est très rare que cela ne dure que quelques minutes. Désormais la jeune demoiselle n'a qu'une idée en tête, récupérer son collier, en a-t-elle conscience ? C'est peu probable. Saurez-vous reconnaître le sang bleu si significative des Héléos si vous parvenez à entailler sa peau ?   "



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madelle.1fr1.net
avatar


Fille du Général

Messages : 131
Xp's : 335
Date d'inscription : 09/06/2013

Feuille de personnage
Vie:
0/0  (0/0)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [Quête] Toute chose, aussi insignifiante soit-elle, peut renfermer un grand pouvoir Mar 15 Oct 2013 - 20:24

L’ombre grossit exponentiellement et à peine Clara se retournait-elle pour découvrir de quoi il s’agissait qu’un éclair orangé la frappait de plein fouet. Une masse dure percuta son abdomen avec tant de violence qu’elle en eut le souffle complètement coupé durant plusieurs secondes. L’impact l’avait soulevé de terre comme une misérable poupée et l’avait envoyé promener un peu plus loin sur la berge. Lorsque l’air s’engouffra de nouveau dans ses poumons, elle lâcha un long râle et se tourna sur le côté, sonnée. Elle plissa les yeux, à-demie aveuglé par le soleil couchant, et discerna la forme grotesque d’une bête inconnue. Juchée sur quatre pattes acérées, ses écailles éclatantes et son immense aileron dorsal ruisselaient d’eau scintillante. Mais la chose la plus étrange était cette corne massive et arrondie érigée sur le front de la créature, complétant un portrait incongru et menaçant. Clara n’avait jamais entendu parler de cette bête, elle ignorait d’ailleurs son existence, et c’est pourquoi sa réaction se fit attendre. Elle fixait, incrédule, l’animal qui se balançait de droit à gauche en la regardant d’un œil mauvais, comme s’il s’apprêtait à charger de nouveau. Un éclat drôlement familier brillait dans les pupilles du mastodonte…

La jeune femme entendit, un peu plus haut, le hennissement plaintif de son cheval apeuré. Comme si ce son avait sonné une cloche dans la tête de la bête, celle-ci s’ébroua vivement et fonça vers sa cible, soulevant un nuage de sable sous elle. Clara eut tout juste le moment d’esquiver la corne, de se redresser et de dégainer sa dague que son ennemi faisait demi-tour et chargeait de nouveau. La fille du Général, qui avait sorti son arme par pur réflexe, compris bien vite qu’elle ne serait d’aucune utilité. Elle esquiva de nouveau maladroitement la bête enragée et tenta de planter sa dague sur son flanc. L’acier ricocha sur la peau dure comme le roc. Hébétée, Clara regarda sa lame légèrement ébréchée.

Jusqu’à présent, un étrange calme analytique l’avait gardé de la peur envahissante, ou alors était-ce un sang-froid dû à l’incompréhension, mais la situation commençait à s’éclaircir et la jeune femme sentit une légère panique lui nouer la gorge. Elle était seule et sans arme contre une brute faisant cinq fois sa taille et qui semblait n’avoir qu’un seul but : la piétiner à mort. Cette dernière se secoua en balançant son imposante corne et reprit l’assaut. Le sable empêtrait les pas de la jeune femme, l’empêchait d’être rapide. Elle n’eut pas le temps, cette fois, de s’écarter complètement de la trajectoire de l’animal et l’énorme épaule écaillée lui heurta les côtes. Déséquilibrée, Clara perdit pied et s’affala à moitié dans l’eau. L’éclat bleuté du médaillon, qu’elle avait laissé tomber lors du premier impact, brilla sous son nez. À court de ressources, la jeune femme s’en empara et se redressa en se tenant une côte douloureuse.

Le mastodonte darda un regard furieux sur elle puis sur le collier qui pendait au bout de ses doigts. De nouveau, un éclat traversa son regard, un éclat d’intelligence, peut-être… Ses yeux ressemblaient à ceux d’un humain. La jeune femme frissonna et, voyant que l’animal était hypnotisé à la vue du pendentif, décrivit lentement un cercle aérien avec la pierre azur. La bête, immobile, suivit sa trajectoire avec concentration. Clara déglutit.

- C’est ça que tu veux …

La créature gratta le sol en poussant un borborygme inquiétant. Elle n’allait tout de même pas charger de nouveau ! L’animal s’avança imprudemment, plus lentement cette fois, mais c’était déjà trop aventureux pour Clara. Elle allongea brusquement le bras et la pointe du pendentif vint tailler l’avant de la corne, produisant une coupure nette et profonde comme s’il ne s’était agi que d’un carré de beurre mou. La bête recula aussitôt en poussant un cri guttural et se frotta la tête dans le sable, cherchant à endiguer la douleur incommodante de la blessure. La jeune femme fit un pas en arrière, sentit les vagues s’échouer sur ses chevilles, et regarda le sang bleuté de l’animal goutter sur le sable pâle. Elle ne connaissait qu’une créature qui avait le sang bleu, et c’était les Héléos. Tout le monde le savait, c’était bien connu. La bête releva des yeux bouillants vers elle et, encore une fois, elle y vit cette singulière intelligence humaine, cette façon de ressentir les émotions.

La fille du Général eut un sursaut d’effroi et lança le médaillon aux pieds de l’animal. Elle recula encore un peu dans l’eau, le cœur battant, attendant de voir la réaction du colosse. Plus haut, Hildebald regardait le spectacle d’un œil anxieux, les oreilles plaquées contre sa crinière. À force de piaffer, son sabot avait creusé un trou dans le sable. Qu’importe ce que le bête allait décider de faire, Clara se sentit dans une impasse puisqu’elle se trouvait entre elle et la mer. Dans son poing, elle sera fortement la garde de sa dague jusqu’à s’en blanchir les jointures. Sur son visage délicat et sévère venait d’apparaître une détermination à toutes épreuves. Elle ne mourrait pas. Pas aujourd’hui.

800 mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Divinité

Messages : 3393
Xp's : 2456
DC : Marissa E. Iselk, Auxane Taël et Adélaïde Firloe
Date d'inscription : 15/05/2010
Age : 22

MessageSujet: Re: [Quête] Toute chose, aussi insignifiante soit-elle, peut renfermer un grand pouvoir Jeu 17 Oct 2013 - 19:26

"Le Tarlera se calme, alors qu'il essaye d'attraper le pendentif de sa gueule, celui-ci s'enfonce dans le sable. Plus l'animal s'entête à vouloir l'avoir et plus il s'enfonce jusqu'à ce que qu'il disparaisse, c'est alors que le monstre s'acharna et vit tout voler sur son passage, jetant de violant coup de tête, créant des nuages de poussière. C'est alors qu'une larme s'échappe de l'un de ces yeux, la jeune fille est en train de reprendre peu à peu le dessus, luttant pour redevenir héléo, il le faut ! C'est sa dernière chance, la vie ne lui en donnera pas une autre pour ..."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madelle.1fr1.net
avatar


Fille du Général

Messages : 131
Xp's : 335
Date d'inscription : 09/06/2013

Feuille de personnage
Vie:
0/0  (0/0)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [Quête] Toute chose, aussi insignifiante soit-elle, peut renfermer un grand pouvoir Ven 18 Oct 2013 - 4:54

L’attente parue interminable pour Clara qui, acculée au pied de l’océan sans fin telle une proie vulnérable, espérait une réaction moins violente de la part de la bête. Se semant au calme, la jeune femme compta le nombre de vagues qui vinrent s’échouer derrière elle. Une, deux, trois… quatre. L’aileron dorsale de l’animal s’abaissa lentement tandis qu’il se changeait de cette position arc-boutée et menaçante. Son poitrail orangé, reflétant comme un miroir les derniers rayons du soleil, s’affaissa en un rythme de plus en plus lent. Il s’apaisait. Le poing toujours comprimé autour de la garde de son poignard, la fille du Général remercia silencieusement les dieux. Mais il était encore trop tôt pour savoir si cette intervention porterait ses fruits.

Le mastodonte se pencha vers l’avant, ouvrit la gueule et tenta vainement d’attraper le médaillon. Sa grosseur le rendait pataud et plus il s’acharnait, plus le pendentif s’enfouissait dans le sable fin comme pour se soustraire à cette agression empotée. Bientôt, l’éclat bleuté de la pierre s’estompa sous une couche de limon. Constatant que l’objet de sa convoitise avait disparu, la bête entra dans état lamentable. Une colère noire mêlée d’un désespoir que Clara avait rarement ressentit. Sidérée, elle regarda l’animal écraser à répétition le sable avec ses pattes avants, tourner sur lui-même, grogner, gémir, trembler de tous ses membres. Cette scène incongrue l’angoissa au plus haut point, mais réveilla aussi en elle de la pitié. Elle crut même discerner une larme perler sur le visage froissé du monstre marin.

Alors que le sable et la poussière se soulevait autour du colosse agité, un vent étrange se leva. Un vent qui venait d’autour de l’animal. Toujours plus fort et bruyant. Clara recula d’un pas et leva son avant-bras devant ses yeux. Devant elle se produisait un événement insolite. La masse de la bête, désormais dissimulée sous un rideau de sable, se métamorphosait. Elle fondait à vue d’œil, se transformait littéralement en quelque chose de beaucoup plus petit, de beaucoup plus chétif. Lorsque le vent retomba enfin et que toute la poussière se dissipa dans le dernier éclat rougeoyant du jour, un être inerte reposait sur le sol. Le ciel revêtit une ultime couleur d’ocre mourante alors que Clara s’avançait lentement.

C’était une jeune femme nue à la peau pervenche, aux lèvres nacrées et à la chevelure de jais. Sur ses yeux clos, ses longs cils noirs étaient lourds de larmes. Son visage était doux, serein, mais Clara savait qu’il n’en n’était rien. Elle se laissa tomber à genoux aux côtés de la Héléo, abrutie par la consternation et par la fatigue. De drôles d’émotions se chamboulèrent dans sa poitrine, mais Clara n’aurait pu les nommer clairement. Elles s’enchevêtraient sans ordre précis. Chose sûre, son visage revêtit un masque dur et froid comme la pierre. Elle se referma complètement. La poitrine de la Héléo était immobile, tristement immobile. La fille du Général avait vu la mort à quelques reprises, surtout des soldats rendant l’âme sur des civières sous tente. Elle savait reconnaître un corps que la vie avait quitté. Clara resta un long instant prostré dans cette position, jusqu’à ce que la voûte au-dessus d’eux s’assombrisse et se parsème d’étoiles. La jeune femme frémit doucement. L’air devenait beaucoup plus frais, la nuit venue. Prise d’une impulsion, elle se retourna et chercha le pendentif dans le sable. Elle avait presque oublié Hidlebald lorsque ce dernier poussa un petit hennissement lassé. Sûrement avait-il faim. Clara mit la main sur le collier et le plaça dans la paume froide de l’Héléo, se signa et se releva, raide. Elle avança vers sa monture, hésita. Elle ne pouvait pas laisser un cadavre échoué sur la plage ? L’idée que des vautours se délecteraient de la carcasse au lendemain matin la répugnait. Elle fit volte-face et son sang ne fit qu’un tour. La morte n’était plus là. Comment… la forme de son corps était encore imprimée dans le sable. Alors Clara se rappela d’une histoire que lui avait conté sa nourrisse dans son enfance. Une légende se rapportant à la Plage des Astres, aux âmes errantes, aux fantômes captifs des eaux. Ses cheveux se dressèrent sur son échine. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, elle était déjà hissée sur le dos de son cheval et le poussait au grand galop sur la rive.

700 mots


- TERMINÉ -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Quête] Toute chose, aussi insignifiante soit-elle, peut renfermer un grand pouvoir

Revenir en haut Aller en bas

[Quête] Toute chose, aussi insignifiante soit-elle, peut renfermer un grand pouvoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Une rose aussi belle soit-elle peut cacher une guêpe. [Terminé]
» La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\
» Parce qu'en toute chose, il y a un prix à payer (Dawan, Silarae)
» L'écume des vagues vaut toute les promesses que la vie peut nous faire
» " À la fois éloignée et proche, telle est la relation homme-femme. "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Le Monde des Humains :: La plage des astres-