AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Le cours de l'eau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar


Chasseur de Monstres

Messages : 12
Xp's : 92
Date d'inscription : 29/04/2016
Présentation : Ce que j'étais
Carnet : Ainsi va la vie

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: À voir
MessageSujet: Re: Le cours de l'eau Mer 9 Nov 2016 - 7:45



Chapitre 6 : Jusqu'aux frontières des limites !

La déstabilisation et l’agacement en pleine expansion de la jeune femme se faisait de plus en plus ressentir, aussi bien dans ses paroles que dans ses actes qui de toute évidence étaient inutiles. Essayant de me ramener à la raison, je ne voulais rien entendre, ou du moins, je ne laissais rien paraître. Son appartenance avec la cinquième confrérie était de toute évidence inconcevable, elle manquait clairement d’assurance et d’arrogance pour faire partie des leurs. Pourtant, je restais là, debout, impassible en attendant de voir jusqu’où il était possible de pousser cette pauvre enfant.

Ses mouvements étaient tous plus grossier et brouillon les uns que les autres, mais elle avait au moins pris la peine de se décaler de la berge. Sans doute avait-elle compris qu’au prochain assaut elle risquait de finir à l’eau. Dans un excès de rage, la demoiselle fit se soulever une nouvelle fois la terre, ou du moins la boue qui se trouvait si proche du rivage. A en juger par son expression faciale, elle fut plus surprise que moi quand sa nouvelle créature prit forme. Certes, la composition de son golem était différente, mais c’était là qu’une variante du pouvoir qu’elle m’avait déjà montrée un peu plus tôt.

Finalement, j’étais parvenu à mon but, j’étais en train de la pousser dans ses retranchements alors qu’elle m’était apparue si affaiblie et affamée. Malgré tout, je restais persuadé qu’elle n’avait pas conscience de son réel potentiel et que là encore, ce n’était rien de plus qu’un échantillon de ses véritables capacités. Cette fois-ci, ses mouvements étaient en parfaite coordination avec ceux de sa création. Etait-il plus fort, plus résistant et plus rapide de cette manière en plus d’être d’une composition différente de tout à l’heure !?  
D’une certaine manière mon visage restait impassible, mais intérieurement, le doute m’envahissait progressivement, avais-je fais une erreur en voulant la provoquer de la sorte… Peu importait, dans mon fort intérieur, je restais persuadé que je n’avais pas encore tout vu !

Alors qu’elle se trouvait maintenant en position de force, elle resta tout de même sur la défensive en tentant de me raisonner … Tsss...
Le ton de sa voix avait changé, je ne ressentais plus de réel colère depuis qu’elle l’avait matérialisé en cet amont de terre humide, peut-être me trompais-je, peut-être que c’était justement de là qu’elle tirait la force de se surpasser. Quoi qu’il en fût, il était temps d’arrêter là les tergiversions, d’un pincement de lèvres, je laissais sortir de ma bouche un sifflement aiguë et strident qui dura l’espace d’une seconde.

« Psssssh ! »

Dans le temps qui suivit, une ombre sombre apparut derrière la jeune femme qui était restée focaliser sur moi et sur son golem, bien derrière tous les ennuis, mais soudainement et sur ma demande, Nikita qui se reposait bien sagement depuis le début des joyeusetés se trouvait derrière Adélaïde, montrant les crocs férocement tout en grognant de manière agressive…

« Dis moi, si t’es bien une enfant de la Terre, où se trouve ton animal protecteur… ? Je doutes que cette chose est quelque chose à voir avec ça. » Lui dis-je en désignant le tas de boue qui se trouvait entre elle et moi.





_____________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageuse

Messages : 224
Xp's : 134
DC : Mère Nature, Marissa E. Iselk et Auxane Taël
Date d'inscription : 11/01/2012
Présentation : Fuyez
Carnet : Mes péripéthies

Feuille de personnage
Vie:
120/120  (120/120)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Libre
MessageSujet: Re: Le cours de l'eau Jeu 12 Jan 2017 - 15:52


.

Le cours de l'eau
le 20 Malier 1248 avec Aarick Wülcy

En entendant la louve grogner dans mon dos, je me retournais rapidement et commençait à reculer par instinct, passant à côté du golem et entrant dans le champs de vision d'Aarick. La situation était en train de dégénérer et j'avais peur pour ma vie, ce qu'il me demandait était impossible. Reculant encore un peu plus, je me retrouvais devant ma création, les pieds pataugeant dans la boue, j'avais toujours mon arc en arc, mais plus aucune flèche et j'étais maintenant bien trop près de lui pour me servir de cette arme.

Tout mon être se mit à trembler, à la limite de laisser à nouveau la peur me gagner, je commençais à paniquer ne sachant pas comment me sortir de cette situation. Jamais Osmnud n'arriverait comme un sauveur, il avait été trop déçu par moi et m'avait bien fait comprendre qu'il ne reviendrait pas tout de suite, peut-être demain ou dans une semaine. Quoi qu'il en soit, ce soir, j'étais seule et accompagnée par un type prêt à m'assassiner pour ma maîtrise de la terre.

Je n'avais jamais été très croyante, mais en cet instant, je me mis à chuchoter quelques mots à la déesse mère pour implorer sa miséricorde. Désormais devant mon golem, je me mis de côté pour essayer d’avoir un angle sur l’Ancien et son protecteur. Ma création quant à elle commença à s’effondrer à cause de l’eau encore présente dans la terre, je levais mes mains pour tenter de la garder en vie, mais cela ne fit que montrer mon anxiété. Pas moyen de rester les mains stables et la créature commença à avoir l’un de ses bras au ras du sol, s’en était trop.

Je lâchai tout. La boue retomba violemment au sol et m’éclaboussa ainsi que la louve. Je criai au même instant à mon adversaire :
- Vous êtes sérieux ! Tous ne le rencontre pas, arrêtez de m’emmerder ! Qu’est-ce que vous voulez à la fin ? Jsuis pas celle que vous prétendez ! Je le jure devant la déesse mère. Laissez moi tranquille. Laissez moi repartir d’où je viens et nos routes ne se croiseront plus jamais.
Au fur et à mesure que je lui disais ces mots, ma voix se calma, même si je dis ces derniers mots dans un tremblement.

Encore plus sale que je ne l’étais avant d’arriver, j’étais épuisée par ces journées d’entraînement et cette soirée venait de m’achever. Légèrement essoufflée, je mis mes mains devant moi en signe de reddition. Je repris intérieurement ma prière, mais cette fois-ci j’appelais à l’aide Osmund. Il ne pouvait pas rester passif face à cela, si la louve ou l’Ancien décidait de se jeter sur moi, je ne me voyais pas tenir plus d’une minute. Ma mauvaise habitude revient au galop, j’eus une pensée pour une goutte de rhum. Me disant que sans cela je serais incapable de continuer ce combat.

J’eus une folle envie de m’enfuir à nouveau, mais je n’avais aucune chance, ce fut sûrement pour cela que je ne bougeais pas et tentais même une ultime fois de le raisonner :
- Par pitié, stoppez cette folie. Je suis née à Saona, il y a moins d’un an je n’avais jamais quitté la forêt et j’en viens aujourd’hui à regretter amèrement d’être partie. Je vous en pries, croyez-moi.

© Yamashita sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chasseur de Monstres

Messages : 12
Xp's : 92
Date d'inscription : 29/04/2016
Présentation : Ce que j'étais
Carnet : Ainsi va la vie

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: À voir
MessageSujet: Re: Le cours de l'eau Dim 26 Fév 2017 - 9:00

Aarick Wülcy a écrit:


Chapitre 7 : Lapin !?

Peu à peu, la créature boueuse se désagrégeait progressivement jusqu’à s’effondrer en explosant sur Adélaïde et également sur Nikita qui n’apprécia pas ce traitement, se dirigeant en trombe dans le courant de la rivière Déoli.

Après un bref coup de gueule, la rémission de la jeune femme fut si soudaine… Il était clair qu’elle était à bout de force et commençait à atteindre ses limites. Je venais à peine de m’en rendre compte. Spectateur de cette scène, j’étais resté là, le visage fermé et les yeux grands ouverts devant cette action. Bien que je semble aussi surpris qu’impassible face à cette situation, il n’en était rien. J’avais de plus en plus de mal à croire que la jeune femme faisait partie du mauvais camp. Bien évidemment, la méfiance étant de mise en ces temps qui courent, je restais sur mes gardes, brandissant mon arc dans sa direction sans avoir encoché de flèche au préalable.

Lâchant soudainement la corde en laissant retentir le bruit de l’arme tendu : « Je te crois. »

Quelques secondes plus tard, c’était ma main que je tendais en sa direction, pour enfin la relever de ce mauvais pas après avoir aperçu l’étalage de sa puissance. Certes, je venais de remporter une confrontation d’une manière un peu déloyale et face à une jeune femme déjà à bout de force à la base, n’empêche que sa prestation avait réussie à me convaincre en tout point. Aussi bien dans sa force, sa détermination et sa bravoure. Facile de déceler si cette main tendue serait une opportunité pour une Récléyès de tirer avantage de la situation, mais sans crainte je restais main tendue tant que j’apercevais Nikita sur la berge, en train de se secouer après être sortie de la rivière.

« Ma partenaire à flairée un magnifique lapin ce matin, si tu m’aide on ira plus vite fait de le préparer pour le dîner. » Lui dis-je sans la moindre compassion rapport aux événements passés…






_____________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageuse

Messages : 224
Xp's : 134
DC : Mère Nature, Marissa E. Iselk et Auxane Taël
Date d'inscription : 11/01/2012
Présentation : Fuyez
Carnet : Mes péripéthies

Feuille de personnage
Vie:
120/120  (120/120)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Libre
MessageSujet: Re: Le cours de l'eau Lun 10 Avr 2017 - 19:07


.

Le cours de l'eau
le 20 Malier 1248 avec Aarick Wülcy

Je n'acceptais pas sa main, je n'acceptais pas non plus son invitation à une partie de chasse. Une flamme au fond de moi s'anima, j'avais l'impression que depuis le début il s'était joué de moi. Il fallait que je réagisse, je ne pouvais pas laisser passer cet affront. Depuis toute gamine je m'étais toujours pliée face à la moindre difficulté, j'avais accepté les mauvais traitements et moqueries de mes camarades. Si j'étais sorti de la forêt, c'était avant tout pour fuir tout cela, mais le destin semblait me rappelait à l'ordre.

Fuir ne servait à rien, tant que je ne trouverais pas le courage d'affronter les problèmes en face à face, je resterais à jamais cette gamine faiblarde qui fuyait devant chaque obstacle.

Prise d'une rage incontrôlée, j'ignorai sa main et serra de toute mes forces mon arc, mes phalanges devenant blanches. Alors que la louve était en train de pataugeait dans l'eau, je mis ma main droite paume vers le sol, je me concentrais sur une branche cassée au sol. Jamais encore je n'avais utilisé ce sort, ce fut mon instinct qui prit le dessus. La branche fut ainsi entourait par un halo vert étincelant sans que je n'y comprenne rien et elle prit la forme d'une flèche. Celle-ci se souleva alors du sol et atterrit dans ma main.

L'instant d'après, je bandais mon arc et tirait cette fameuse flèche en direction de la louve qui fut transperçait de part en part par celle-ci. J'avais touché ma cible à la perfection et l'ancien qui se trouvait à mes côtés ressentit la vie de son animal protecteur s'éteindre. Je restais ainsi figée une seconde à essayer de comprendre ce qui était en train d'arriver, Pour autant, je n'en restais pas là. Jamais encore je n'avais ôté la vie à un être humain, mais cette fois-ci je ne réfléchissais pas plus.

Je ne pensais qu'à l'affront que j'avais subi et à cette envie de vengeance qui guidait mes gestes. J'aurai pu en rester là et le laisser errer à jamais avec un immense vide qu'il ne pourrait jamais combler. Pour autant, cela n'était pas suffisant, il avait voulu me pousser à bout et c'est exactement ce qu'il allait récolter. J'en étais capable, je le savais désormais et il était hors de question que je fasse demi-tour. Alors qu'il était tombé dans la boue de la rivière, essayant de récupérer sa chère amie qui avait accompagné chacune de ses aventures, je le fixai d'un regard remplit de haine et lui crachai :
- Tu m'as prise pour une Récleyès, et bien soit, je me comporterais comme tel !! Ce soir tu rejoins Uraang qui t'attend.
Je sortis mon couteau et le planta au niveau de sa tempe. Il n'essaya même pas de se rebeller et accepta la sentence en silence, la lame s'enfonça dans son crâne. Il retomba alors lourdement en avant et s'écrasa dans la boue, le corps à moitié dans la rivière. Son sang se mit alors à couler et je regardais le filet rouge suivre le courant de l'eau. Je restais là un instant à regarder le massacre que je venais de perpétrer. Quand enfin mon corps se décida à bouger, le dégoût s'empara de moi et je ne pus le retenir. Pliée en deux, je vomis près de lui et resta ainsi quelques minutes de plus avant de me reprendre.

Après m'être essuyée la bouche et avoir remis mes armes en place, mon esprit sembla se perdre dans un nuage sombre, j'avançais mécaniquement sans réellement savoir où j'allais. Ce meurtre allait à jamais me hanter, mais pour la première fois de ma vie, je n'avais pas fuis et j'avais su me montrer plus dangereuse que jamais. Après plus d'une heure à marcher dans la plaine de Faras, mes jambes se dérobèrent et je fus forcée de m'arrêter contre un rocher. Il ne fallut pas plus d'une seconde pour que je sombre dans un sommeil de plomb rempli de loups et de sang, mais malgré mes cauchemars, je dormis toute la nuit durant.
© Yamashita sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le cours de l'eau

Revenir en haut Aller en bas

Le cours de l'eau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Le Monde des Humains :: La Terre de Faras-