AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

L'obscurité et les fantômes du passé [PV Adénora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: L'obscurité et les fantômes du passé [PV Adénora] Sam 19 Sep 2015 - 18:35

1er Malièr 1248


Le jour commençait à reculer à l'horizon. La monture que Niklaus avait emprunté aux écuries de Ferèsis commençait elle aussi à fatiguer. L'ancien soldat avait déjà pénétré dans la vallée d'accro. Il lui fallait maintenant de quoi se nourrir et passer la nuit. Il trouva un endroit propice où s'installer : un petit ruisseau traversant une clairière. Il attacha son cheval à un arbre, à l'entrée de celle-ci, et se saisit d'un couteau qu'il gardait dans ses maigres valises. Il allait devoir chasser, ce qui ne le réjouissait pas. Il scruta la petit ruisseau en s'accroupissant derrière un buisson, prenant garde à ce que ses pas n'attirent pas l'attention du potentiel gibier. Il remarqua un vieux lapin, très dodu, se désaltérer. La proie idéale...
Niklaus fit quelques pas en avant, le plus silencieusement possible. Visiblement, l'animal ne prêtait pas du tout attention à son environnement. L'exilé ramassa une pierre sur le sol, prit le lapin pour cible, attendant d'être suffisamment proche de lui pour ne pas le manquer. La proie restant immobile, il ne fut pas difficile au chasseur improvisé de le toucher violemment à l'aide de son arme rudimentaire. S'approchant de la bête assommée, Niklaus la ramassa, lui murmurant à l'oreille :

-Désolé l'ami... Avant de lui tordre le cou.

Un peu plus tard, lorsque le soleil eût totalement disparu, le guerrier avait réussi à allumer un feu, qui lui servait à faire cuire l'animal qu'il avait vidé et dépouiller de sa fourrure à l'aide d'une broche faite à partir des branches d'un arbre. Plutôt fier de cette chasse facile et de ce confort fait à partir de rien, Niklaus se permit de sortir de son sac de toile une bouteille. La seule de tout son maigre inventaire. Il renouait avec les plaisirs simples...
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: L'obscurité et les fantômes du passé [PV Adénora] Mar 22 Sep 2015 - 1:18


1er Malièr 1248 - Vallée D'Accro -En route pour Arnlo


Adénora est le genre de personne à vouloir tous faire vite et bien, cela se voyait dans les missions qu'on lui donnait. Plus elle rapportait de butin et mieux elle allait, bien évidemment, elle mettait le temps qu'il fallait. Il y a tout une étape dans son métier. Déjà, lorsque l'on commence le coup, il faut se montrer patient et observer la cible, ne pas foncer tête baisser comme un lapin dans la tanière d'un loup, non, faut savoir assurer ses arrières, puis, planifier, bien sur, un coup ne se fait pas sur un coup de tête, car, après une longue observation, on remarque facilement les habitudes des personnes visées, seulement parfois, dans ces dites habitudes, les absences peuvent êtres très courtes, donc, il faut une bonne organisation, du coup, la planification est là pour ça, puis, vient le temps du casse, voilà enfin l'action. Enfin tout ça pour dire, que même si la jeune voleuse aimait faire dans la vitesse, elle faisait aussi dans la sécurité, elle ne voulait pas, non plus, finir sa vie dans un sombre cachot... Après, elle ne prenait guère le temps de faire du tourisme, préférant rentré directement à Arnlo, enfin, dans sa cachette, enfin, dans la cachette de sa petite « guilde » de voleurs... Faudrait qu'ils pensent à trouver un noms, ce serait plus simple... Elle en parlerait à Zibaal en rentrant, s'il est de bonne humeur, ce qui risque d'être dur, vu le maigre butin qu'elle ramène, ça va sonner pour ses petites oreilles, elle le sentait...

« Hoori, faut qu'on se dépêche, surtout qu'on doit se déplacer à pied car monsieur est trop crever pour voler, nan, mais, faire ton caprice pile maintenant, quoi!! »

Il arrivait souvent à Hoori, son compagnon volant, de ne pas vouloir prendre la voie des airs. Si un animal pouvait être feignant, il le prouvait grandement. Du coup, les deux compères devait faire la route, du moins pour aujourd'hui, à pied. Adénora relativisait, enfin elle essayait, en se disant que ça lui faisait un peu de sport et qu'elle perdrait le poids qu'elle avait prit le mois dernière. Il était important qu'elle ne prenne aucun kilo en trop, sinon elle s'alourdirait et perdrait de la vitesse dans sa course et ce n'était guère souhaitable, s'était sa vitesse qui faisait qu'elle pouvait aller loin en peu de temps et ainsi de fuir ceux qui la coursait.  Alors qu'elle marchait, elle comptait le nombre de jours que lui faudrait le trajet, si elle devait le faire à pied et le nombre de jours qui lui vint en tête la démoralisa et lui donna une furieuse envie de tuer cet emplumé de compagnon feignant, elle maugréa en marchant, elle allait certes passer pour une folle si elle venait à croiser quelqu'un, mais tant pis, ce dernier comprendra rien qu'en voyant un piaf plus grand qu'elle, marcher derrière elle, alors que ce paresseux à une paire d'ailes qu'il refuse de mettre en marche...

Cela faisait plusieurs heures qu'Adénora et Hoori marchait dans la vallée d'accro... La nuit tombait et la jeune femme continuait d'avancer... Perdu dans ses pensées, elle avait complètement oublié de chasser sa nourriture... Elle se frappa le front.


« Mais je suis con ! Tiens, toi, puni de rat pour les dix jours à venir... Fin, de tout de façon... On sera pas arrivé à Arnlo avant un moment donc, tes rat et tes souris, sous le nez si tu te décide pas d'utiliser tes plumes ! »

Elle lança un regard entendu à son animal adoré... Enfin, adoré, c'est tout relatif, là, maintenant, elle voulait juste que demain, monsieur, se décide enfin de voler... Peut être que ne pas avoir ses friandises avant un moment le convaincrait du contraire... Ou pas... Là, pour l'instant, elle avait un soucis plus important en tête. MANGER ! Surtout que son ventre commençait à sérieusement lui rappeler qu'il existait lui.  Elle sortie son arbalète et entama une chasse, s'était la nuit que les animaux sortaient le plus souvent, alors s'était le meilleurs moment pour chasser, après tous. Elle regarda a nouveau Hoori, si elle survolerait les alentours, la chasse serait de loin plus simple, mais apparemment, il n'était toujours pas décidé à coopérer... Bon sang, maudit piaf ! Elle se mit donc en quête d'une nourriture pas trop infecte et assez pour elle et l'autre abrutie qui lui servait d'ami...

Cependant, le soleil avait beau être couché depuis un moment, Adénora n'avait toujours pas réussi à mettre la main sur un quelqu'un gibier. Elle vit alors, plus loin, un ruban de fumée, fronçant le nez et plissant les yeux tout en mettant sa main en visière, elle regarda ce que ça pouvait être. Sûrement un voyageur en repos, peut être avait il de quoi manger... En espérant qu'ils n'étaient pas nombreux et que ce soit qu'un seul ou deux, au delà, s'était limite du suicide, elle pourrait le faire, en plein jours et si elle avait le ventre plein, là, elle était de loin désavantager... Elle s’avança d'un pas de loup, priant pour qu'ils ne soient pas de trop, histoire qu'elle puisse dévorer un bon repas au détriment de quelqu'un. Elle pourrait utiliser sa vérité, si la encore, elle n'était pas trop fatigué, avec la marche qu'elle a fait ainsi que le vol qu'elle avait déjà commis en début de journée, ce n'était pas possible pour elle de l'utiliser maintenant, fallait qu'elle se repose pour ça.

Arriver a bonne distance du feu de camps, elle remarqua un seul homme. Adénora fit bien attention de voir s'il y avait d'autre sac à l'horizon, du moins ce qui pouvait supposé qu'ils soient nombreux. La jeune femme était caché à l'heure actuelle et cherchait une astuce pour voler l'animal qui était en train de cuir... Elle en avait l'eau à la bouche en voyant l'animal cuire et brillé grâce à sa propre graisse qui suait, faisant dorée une fine peau qu'elle devinait croustillante... Elle se lécha instinctivement les lèvres, son ventre grognant légèrement... Elle lança un regard en biais vers Hoori. La jeune femme connaissait l'animal et elle savait qu'il pouvait se montrer impulsif... Elle tenta alors de calmer les ardeurs de l'animal, qui commençait à taper le sol avec sa patte, histoire de montrer, qu'il allait foncé...  Sortant alors discrètement du buisson, elle s'approchait furtivement de l'homme qui avait le dos tourné, après d'avoir ordonné à Hoori de rester là où il était. Encore heureux qu'il soit obéissant. La voleuse avait dégainé son arbalète, alors qu'elle arrivait à mi chemin vers l'homme. Mais si attendant le moins, voilà qu'elle voit une flèche foncé vers la broche où rôtissait l'animal. Ce n'était pas une flèche, mais un oiseau affamé, qui était désobéissant... Adénora, fut blasée... Elle regarda le monstre voler la broche et partir en volant...


« Connard, de chien galeux... Il était à moi... »

Son ventre vint à grogner lui rappelant sa faim horrible... Elle se rappela à l'instant où elle était, reculant de quelques pas histoire d'amorcer sa fuite... Son traite de piaf l'avait laisser tomber là, avec l'homme qui venait de se faire voler sa nourriture... Elle était dans la merde... Elle regarda l'homme, puis l'oiseau... Elle avait étrangement l'air con... Pourtant, ce n'était pas son genre d'être ainsi, surtout dans une situation comme celle ci. Comme pour se protéger en cas d'attaque, elle dégaina de nouveau son arbalète, prête à tirer une flèche.

« Pas un mouvements, ou je vous tire dessus ! »

[hors rp: J'espère que ca te convient. Si quoi que ce soit te pose un soucis dans ma réponse.
N'hésite pas à le dire.]

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité

MessageSujet: Re: L'obscurité et les fantômes du passé [PV Adénora] Sam 3 Oct 2015 - 17:38

Au loin, le soleil avait totalement disparu, englouti par la noirceur de la nuit, remplacé par la pâleur des étoiles. L'atmosphère n'avait rien d'oppressant pourtant, le genre de nuit douce où la chaleur de sa maison ne manquait pas le moins du monde à Niklaus. En même temps, quelques semaines de plus dans les montagnes de Saphir l'auraient fou. Trop de mauvais souvenirs... Il était tellement content de pouvoir enfin passer une agréable soirée solitaire qu'il s'était muni d'une bouteille d'alcool, qu'il prévoyait d'entamer, pour une fois, pour s'endormir légèrement éméché, et non pas se saouler du mieux qu'il pouvait pour oublier. Il le sentait, il allait avoir une nuit noire et sans soucis.

Totalement accaparé par son festin, il ne prêta aucune attention à l'animal qui rôdait près de son petit campement, perché à un arbre, prêt à lui dérober son repas, et encore moins à la personne dans la pénombre que le guettait. Tout à coup, l'oiseau se rua sur la broche encore suspendue au-dessus du feu, la dérobant au nez et à la barbe de Niklaus. Celui-ci mit quelques secondes à réaliser qu'il s'était fait avoir en beauté, tant sa surprise était grande. Puis, sous les coup de la colère, ses mains se crispèrent, broyant l'os de la cuisse qu'il venait de consommer. Sa mâchoire se serra. Bien que l'exilé fût rassasié, il ressentit une puissante colère à l'encontre du voleur, lié à un profond sentiment de frustration. Pourquoi rien n'était-il jamais simple ?
Niklaus se releva, une veine visible sur la tempe. Il se retourna et fit face à la pointe d'une flèche.

-Mais merde quoi...

Il serra les poings. Quelque soit l'impudent qui osait le menacer, il allait se faire une joie de lui enfoncer le crâne à coups de poing. L'obscurité cachait son visage, seule la pâle pointe d'un carreau d'arbalète, et les contours de l'arme apparaissaient aux yeux de Niklaus.

« Pas un mouvements, ou je vous tire dessus ! »

L'ancien soldat reconnut alors un timbre de voix féminin. Il se détendit aussitôt. La femme -jeune femme ?- qui lui faisait face dans l'ombre avait un ton paniqué, au moins surpris. Cette situation l’embarrassait au moins autant qu'elle. Immédiatement, le guerrier s'apaisa. Le froid combattant laissa la place au doux et poli gentleman qui sommeillait sous lui. Niklaus passa une main le long de sa barbe et souffla. Il leva les mains au niveau de ses épaules, offrant à l'inconnue la vision de ses paumes vides. Prenant le ton le moins hostile qu'il put, il déclara :

-Allons, baisse cette arme, je ne te veux aucun mal...

Prenant le risque de faire un pas vers la direction d'où venait la voix, il poursuivit :

-Qui es-tu ? Mon nom est Niklaus. Approche, n'aie pas peur, je ne mords pas... Ajouta-t'il avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'obscurité et les fantômes du passé [PV Adénora]

Revenir en haut Aller en bas

L'obscurité et les fantômes du passé [PV Adénora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Quand les fantômes du passé reviennent vous hanter.
» Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn]
» Hortense ♣ Fantôme du passé [TERMINE]
» Les fantômes du passé [Terminé]
» Les fantômes du passé... [Pv Sonja - Peter]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: La Fin :: Les Choses que nous oublions vite :: Rp's abandonnés-