AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Quête] Des chimères et des rêves.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Messages : 130
Xp's : 215
Date d'inscription : 23/05/2015

MessageSujet: [Quête] Des chimères et des rêves. Lun 6 Juil 2015 - 8:27

Des chimères et des rêves.


6 Talien 1248
Mise en Contexte
A la vue des couleurs sur sa tunique richement ornée, vous savez que ce n'est pas un Ancien, pas davantage un recleyes. Et pourtant, le songe qui vous parvient et qui parle de lui a l'air réel, tellement que vous savez qu'il est magique. Les plantes qui entourent l'homme qui agonise vous prouvent que vous êtes au bon endroit : ces lianes étranges, ces lierres plein d'épines et ces arbres gigantesques ne peuvent pousser que là, dans la foret des Mirlis. Vers le centre, si vous ne vous trompez pas. L'homme ensanglanté tend un bras frémissant vers le ciel, murmure quelque chose d'incompréhensible couvert par le bruit de la verdure et des animaux. Des ombres gigantesques passent, se mouvent autour de lui, cachant parfois le scintillement de l'épée qui gît contre sa hanche droite. Un cristal brisé s'échappe de ses doigts et vous vous réveillez en sursaut.
Tout au plus a-t-il encore quelques heures à vivre, moins d'un jour. Vous êtes peu sûrs de réussir à le retrouver avant qu'il n'expire son dernier souffle, mais son cadavre pourrait peut-être vous expliquer d'où il vient et pourquoi vous et deux habitants de Saona avez fait ce même rêve en même temps. Encore faut-il qu'après cette vision épuisante, vous souhaitiez vous rendre au milieu de la foret...

Déroulement de la Quête
Vous êtes libre de vous exprimer sur cette quête, fouillez la foret à votre guise.
Attention, le mj s'amusera à poster de temps à autres pour pimenter votre voyage, ne trouvez donc pas ce mort sans son accord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageuse

Messages : 40
Xp's : 66
Date d'inscription : 22/06/2015
Age : 21

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [Quête] Des chimères et des rêves. Mar 7 Juil 2015 - 18:02

Un ours, un flash de lumière puis les ténèbres. Des cris, féminins, masculins, animal. Un liquide chaud et épais sur sa peau qu'elle savait être du sang. Ce cauchemar... C'était l'unique marque de l'incident qui était resté. La seule cicatrice partiellement guérie. La dernière plaie suintante que, malgré tout ses efforts, toutes ces années passées, elle n'avait jamais réussi à soigner. Le cauchemar... Non, le souvenir de sa mort.

Ailse ne se réveilla pas. Non qu'elle n'en avait pas l'envie. Elle n'avait jamais compris pourquoi, ni aucun des spécialistes des rêves et autres guérisseurs qu'elle et son père avaient été voir. Sa meilleure hypothèse était que le fait que ce soit un souvenir, associé à son aspect traumatique, l'avait simplement gravé dans son esprit, un peu comme on gravait sur le bois ou la pierre. Et dans les deux cas, elle pressentait que la solution pour s'en débarrasser serait la même. Tout détruire. Ne rien laisser qu'une terre vierge de toute marque, sur laquelle la vie pourrait reprendre. Et si casser une pierre ou brûler un morceau de bois ne portait pas à conséquences, détruire un esprit humain... Son esprit, serait bien plus terrible. Une atrocité qu'elle ne pouvait imaginer, encore moins accepter. Sans parler des conséquences. La folie, sans doute, incurable et éternelle.

Alors qu'elle ouvrait les yeux sur un monde rouge sang, sa vue se brouilla. Le rêve changea. Comme d'habitude. Celui qui suivit était cependant des plus étranges. Cette fois-ci, elle était consciente. Comment pouvait-elle faire la différence ? Facile. Ce rêve n'en était pas un. Non pas qu'elle y connaisse quoi que ce soit, mais c'était aussi évident que de respirer. Tout était net, parfait. Elle n'avait aucun contrôle sur quoi que ce soit. Elle avait entendu parler de personnes conscientes de rêver, par sa cousine. Et même si elle pensait que ce n'était qu'une manière de se démarquer, que du vent, tout les récits s'accordaient sur une chose. Un rêve conscient était en plein contrôle du rêveur. Et Ailse ne contrôlait rien. Qu'elle y croit ou non ne changeait pas ça. De plus... Elle pouvait ressentir. Pas uniquement la douleur ou la peur, comme dans un cauchemar, ou le plaisir induit par ses fantasmes. Mais tout. Absolument tout. Sentiments, sensations. L'inquiétude dans son cœur comme le vent sur sa peau. Et cette sensation-là... Jamais elle ne pourrait la confondre avec autre chose. Avec un rêve. Elle savait que quoi qu'il soit en train de lui arriver, c'était réel. Et cela l'effrayait.

Car cette... vision, appelons-là ainsi, n'était pas innocente ou pure. Au contraire. Uraang souillait ses rêves de sa présence. Elle avait apparemment une relation étrange avec la mort, lorsqu'elle dormait ou lorsqu'elle était éveillée. Sa mère, la chasse, son père, ses souvenirs, et maintenant ça. Un homme, vêtu d'une tunique si chatoyante qu'Ailse en est presque aveuglée. Une tenue ornée d'or et de pierreries. Définitivement pas un Ancien. Pas un des siens. Ailse en fut rassurée. Ce n'était pas un avertissement. Pas un du genre de ceux qu'elle craignait. Ce type pouvait bien mourir pour ce qu'elle en avait à faire. Ça ne la troublerait pas. Elle ne le connaissait pas, après tout. Elle avait déjà affronté la mort. Elle voyait des cadavres tout les jours. Aucun souci.

Des cadavres d'animaux, oui. La mort de sa mère, il y a dix ans de cela. Et une vie animale, aussi précieuse soit-elle, n'avait pas le même effet qu'une vie humaine sur Ailse la chasseresse. La mort d'un homme, comparée à celle d'une de ses proies, la touchait plus profondément. Parce qu'elle aussi était humaine, et que voir un des siens rejoindre Uraang lui rappelait que, tôt ou tard, son tour viendrait. Et si elle n'était pas aussi effrayée de la mort que la plupart des gens – après tout, sa mère l'attendait de l'autre côté – elle n'était certainement pas prête à la rejoindre. Ni suicidaire. Sa vie était précieuse. Plus que toute autre, sauf celles des siens. Elle se reconcentra sur la vision, se rendant compte qu'à peine une seconde s'était écoulée. Un des avantages de parler dans sa tête à l'intérieur d'un rêve, sans doute. Elle savait qu'en se réveillant, cette situation lui donnerait un sacré mal de crâne.

L'étranger était couvert de sang. De là où elle était, Ailse ne pouvait ni voir ses blessures ni agir. Non que cela importait. Ses seules connaissances médicales se limitaient aux égratignures et aux bleus qu'elle récoltait dans la forêt ou que son père se faisait au travail. La mère de Ceirdra se chargeait généralement des blessures les plus graves. Elle était une grande guérisseuse, et sa fille semblait prendre le même chemin. Ailse sourit à l'évocation de leurs visages. Si seulement elles avaient été avec cet homme, peut-être auraient-elles pu le sauver ? L'homme leva un bras vers le ciel, et Ailse put voir ses lèvres bouger – la vue d'une archère était infaillible. Malheureusement, contrairement à ce que beaucoup croient, une forêt n'est pas silencieuse. Bien au contraire. Les bruits des feuilles remuées par le vent, des branches brisées par le passage des animaux, les buissons qu'ils frôlaient, les cris, le bruit de leur pas sur la terre battue, masquaient les paroles du blessé.

La jeune femme aperçut ensuite des ombres immenses à travers les broussailles, se déplaçant d'une manière apparemment aléatoire, tout autour de l'intrus. Le scintillement de sa lame, jusque là permanent, devint alternatif, clignotant comme un message de lumière, comme ceux que certains se transmettait d'un bout à l'autre de forêt à l'aide de miroirs ou d'éclats de verre et de métal. Quelque chose attira son attention, quelque chose de spécifique, d'étrange. Elle avait l'impression que sa vue s'était focalisée sur cet objet, sur ce geste, au détriment de tout le reste. Un cristal brisé s'échappant de ses doigts entrouverts. Ailse n'avait jamais rien vu de semblable. Cette pierre... C'était l'inconnue. Le bizarre. Son père disait toujours que les détails les plus bizarres étaient les plus utiles, mais celui-çi était bien trop bizarre pour servir quelque objectif que ce soit.

Ailse se réveilla en sursaut, haletante et trempée. La nuit n'était pas encore levée, et pourtant déjà elle était debout, se dirigeant vers le ruisseau qui coulait à côté de leur maison, dissimulé à la vue de tous et connu uniquement des habitants des environs. C'est à dire elle et son père, et la famille très proche. Alors qu'elle entrait dans l'eau, elle se remémora sa vision. Elle aimerait en avoir le cœur net. Était-ce la réalité, un rêve lucide, un cauchemar particulièrement réussi ? Autre chose ? Elle se concentra, lavant distraitement ses cheveux. Elle n'était pas une experte académicienne de la vie sauvage de sa forêt, ni une Gardienne avec les connaissances que ce rôle impliquait. Cependant, ses chasses lui avait appris une chose ou deux sur son environnement. Et, si ces plantes étaient bel et bien des espèces communes à la forêt – après tout, comment ne pas reconnaître un Mirlis en ayant vécu dix-neuf ans entourés par eux ? - elles ne poussaient définitivement pas près de Saona. La taille de ces troncs, plus massifs que ceux qui portaient les maisons des habitants de la capitale, étaient probablement dans une partie de la forêt plus ancienne. Plus profonde. Plus dangereuse. Ces lianes, ces lierres épineux... Jamais elle n'en avait vu pendant ses promenades. Cependant, ils devaient pousser dans ces bois. Et si elle devait se fier à leur aspect étrange, presque...sombre, ils devaient pousser là où la lumière ne pénétrait jamais. Elle nota dans son esprit de passer à la bibliothèque dès que Cioriel les baignerait de son éclat.

Elle rentra chez elle, veillant à ne pas réveiller son père. Depuis qu'il avait diminué le nombre de litres d'alcool qui finissaient dans son estomac chaque soir, elle avait de plus en plus de mal à sortir à n'importe quelle heure sans être repérée. Elle savait cependant que cela importait peu en cet instant. De ce qu'elle pouvait en déduire – et ce n'était guère difficile – cet homme n'allait pas tarder à mourir. Ou était déjà mort. Elle ne se souvenait pas avoir remarqué du sang sur la lame de son épée, mais si il y en avait... Et ces ombres... Il était probable qu'elle ait vu la victime d'un meurtre. Ou d'une attaque d'animaux. Dans les deux cas, les Anciens qui vivaient près de l'endroit où se trouvait le corps – ou futur corps – devaient être défendus. S'il y en avait, bien sûr. Elle ne doutait pas qu'il y en avait. De plus, même si la zone était un désert, les bêtes comme les hommes se déplaçaient. Et un jour ou l'autre, elles tomberaient sur un village, ou un voyageur. Et il y aurait des morts. Et si elle n'intervenait pas alors qu'elle avait connaissance d'informations de première main, alors sa culpabilité serait aussi élevée que celle du ou des tueurs. De plus, si, comme elle le croyait, sa vision était vraie, alors elle devait aux proches de cet homme la vérité sur sa mort. Elle savait qu'elle aurait, elle, aimé qu'on en fasse autant pour elle.

Elle suivit donc son père en ville. Ce n'était en soi rien d'inhabituel, Ailse, bien qu'abhorrant l'idée de passer sa vie assise à étudier, aimer passer du temps à lire. Après tout, la connaissance menait à la vérité, et la vérité nous rendait libres. Et il n'y avait rien qu'Ailse ne voulait plus qu'être libre. Peu importait la voie qu'elle empruntait. Elle accéléra le rythme, même s'il n'y avait que peu de chances qu'elle arrive à temps pour sauver l'homme de sa vision. Elle se devait d'essayer. Étrangement, elle ne trouva rien, que ce soit dans la section botanique ou magique. Surprise, et quelque peu sur ses gardes – après tout, si c'était un piège, couper l'accès à l'information était un bon moyen de l'y faire tomber – elle alla voir l'archiviste. Lorsqu'elle énuméra les sujets sur lesquels elle désirait des renseignements, et l'absence des susmentionnés renseignements de ses étagères, il lui lança un regard étrange, suspicieux. Il accepta néanmoins de s'expliquer, et lui raconta que, à peine la bibliothèque ouverte, une femme lui avait demandé des livres sur les mêmes sujets. A quelques minutes près, elles se seraient sans doute croisées. Il lui donna une description sommaire, et elle se précipita dehors. Avec un peu de chance, elle pourrait la rattraper.

En effet, elle la rattrapa. Et sans difficulté. La femme, brune, yeux verts, entre trente et quarante ans apparemment, était installée devant une taverne, un verre dans une main et un livre dans l'autre. Ailse s'avança, prenant soin d'être remarquée, et s'arrêta devant l'inconnue.

“ - Bonjour. Désolée de paraître grossière, mais j'aurais absolument besoin d'accéder à ces documents immédiatement. “

“ - Ça attendra, jeune fille. J'ai d'autres choses à faire que de complaire à une étudiante qui ne travaille pas avant ses évaluations. C'est une question... “

“ - De vie ou de mort ! “ Complétèrent les deux femmes en même temps. Elles se dévisagèrent avec de grands yeux, l'étonnement se lisant sur leur visage. Après une brève conversation, Ailse et Alyah – le nom de la femme – avaient décidés de s'entraider pour comprendre leur vision et peut-être – s'il en était encore temps – sauver l'homme mourant qu'elles avaient toutes deux vu, dans cette étrange vision partagée. Preuve que ce n'était pas un rêve, ou alors, que les cauchemars pouvaient prendre vie...

2176 mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Assassin

Messages : 76
Xp's : 96
Date d'inscription : 02/06/2015
Age : 24

Feuille de personnage
Vie:
40/100  (40/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [Quête] Des chimères et des rêves. Mer 8 Juil 2015 - 1:17

6 Talien 1248

Amrat connaissait bien cette pièce. Il s'agit de la cave, sous sa maison. Un homme attaché au centre se débattait. C'était un rêve. Comment le savait-il ? Le prisonnier ne possédait qu'une bouche, au centre de sa face. Pas d'yeux, de nez, de sourcils ... Il y a bien longtemps que l'assassin ne percevait plus la totalité des visages de ses victimes. La lassitude ou l’indifférence ? Il ne pouvait dire. Après une séance de torture passée en accéléré, il se dirigea vers la porte, prêt à sortir de cette salle. Alors qu'il passait le seuil, le décor tourna autour de lui. Les couleurs se mélangeaient, donnant la nausée. Après ce qui semblait être deux voire trois minutes, tout se stabilisa à nouveau. Cependant, il se retrouva en plein milieu de la forêt. La végétation, surtout les arbres, indiquait qu'il se trouvait dans la forêt des Mirlis. Son regard fut vite attiré par un homme allongé au sol. Un riche d'après ses vêtements, peut-être un noble qui sait. Son visage était net ... étrange. Le récleyès tenta de s'approcher mais ses jambes ne lui obéissaient plus. Impossible de bouger ou même se tourner. Il ne pouvait qu'observer la scène, impuissant. Le blessé leva son bras vers le ciel et murmura quelques paroles. Le vacarme aux alentours empêchait toute compréhension. Entre le vent, les feuilles et...les animaux. D'immenses ombres se mouvaient, humaines ou animales on ne saurait dire. Une arme au sol revoyait par intermittence de faibles lueurs, du sang sous cette dernière s'accumulait. L'homme en avait plus pour longtemps. Le mourant, comme pour appuyer cette théorie, lâcha une gemme brisée pendant que son bras tombait lourdement.

Amrat se releva, en sueur. Il mit quelques minutes à reprendre ses sens. Il était toujours à Saona, dans l'auberge où il logeait pour la nuit. Il venait de terminer un contrat dans les alentours et espérait prendre un peu de repos avant de rentrer. Tentant de remettre ses idées en place, le récleyès arriva à une étrange conclusion. Ce "rêve" n'était pas naturel. Quelqu'un, ou quelque chose, lui avait "envoyé". Mais pour quelle raison? Sûrement un piège, ou du moins c'est ce qu'il pensa. Une personne qui désirait se venger? Comment l'aurait elle retrouvé ? Trop de questions restaient sans réponse dans cette histoire. Il allait devoir tirer ça au clair. Pas par curiosité, plutôt par sécurité. Si on a découvert son identité autant réduire les gêneurs au silence. Agacé de devoir s'occuper de cet imprévu, l'assassin se leva, fit quelques exercices pour réveiller son corps et se prépara à partir.

Le jour se levait à peine, les rues étaient encore désertes. Les commerçants ouvraient leur boutique. Espérant être le seul client à cette heure, Amrat se dirigea vers un grossiste. Une personne attendait déjà devant la porte. Comme quoi, il n'était pas le seul à avoir des problèmes de sommeil. L'homme était équipé d'une armure en cuir assez simple et une banale épée en acier pendait sur son côté gauche. Le magasin ouvrit, le récleyès entre donc après le guerrier.

"Bonjour, j'aurais besoin de nourriture et d'eau pour plusieurs jours de marche, commença l'épéiste.
-Bien Monsieur, lâcha le commerçant, les yeux à moitié ouvert, autres choses ?
-Des bandages et de quoi soigner une personne, en espérant qu'elle tienne."

Amrat s'immobilisa. Il parlait quand même pas ...

"Vous vous rendez dans la forêt de Mirlis ? questionna l'assassin.
-Euuuh oui, comment vous savez ça vous ?" répondit le guerrier surpris

Le récleyès regarda son interlocuteur avec méfiance. C'était quoi ce bordel, combien de personnes avaient elles aussi eu ce "rêve". Discutant de leur vision en achetant le nécessaire, les deux hommes décidèrent de s'entraider. Le guerrier espérait sauver le mourant mais Amrat ne voulait que tirer cette histoire au clair.

628 mots


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageuse

Messages : 40
Xp's : 66
Date d'inscription : 22/06/2015
Age : 21

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [Quête] Des chimères et des rêves. Lun 13 Juil 2015 - 19:18

A deux, tout allait beaucoup plus vite, et il ne leur fallut donc pas très longtemps pour obtenir une direction générale. Concernant leur rêve-slash-vision cependant, elles n'eurent pas autant de succès. Pas du tout, même. A part l'évident – que ce n'était pas vraiment un rêve normal – rien de nouveau. Ailse alla rendre les livres, tandis qu'Alyah préparait leur petite expédition. Les deux filles avaient un avantage certain pour cette aventure, Ailse étant plus que capable de chasser de quoi les nourrir, et Alyah avait les connaissances théoriques sur les propriétés des plantes. Il ne leur manquait donc pas grand-chose pour se mettre en route.

Les deux femmes se retrouvèrent un peu plus tard à la Porte Sud, sachant qu'elles devraient s'enfoncer dans la forêt pour avoir une chance de trouver l'homme de leur vision. Elles vérifièrent une dernière fois leurs achats et leur plan – mieux valait être trop préparé que pas assez – et se mirent en route, marchant du pas rapide et sûr de celles qui avaient l'habitude de la forêt et de ses dangers. Ailse avait naturellement pris la tête du groupe, l'arc à la main et sur ses gardes. Tout en avançant, les deux anciennes se prirent à discuter, apprenant à mieux se connaitre – après tout, pourquoi pas ? C'est ainsi qu'elles apprirent qu'elles étaient plus ou moins reliées, le mari d'Alyah travaillant avec le père d'Ailse. Peut-être était-ce là un point de départ pour expliquer le fait qu'elles aient reçu la même vision ?

Après une heure de marche, estimant qu'elles s'étaient suffisamment éloignées de la civilisation, Ailse, se guidant au soleil comme son père le lui avait appris, les fit obliquer vers l'ouest, s'éloignant des chutes des morts qu'elles souhaitaient éviter le plus longtemps possible. Leur plan était assez simple : Ailse, servant de guide, et Alyah, grâce à sa connaissance des plantes, avaient décidé de s'enfoncer dans la forêt jusqu'à repérer la zone où poussaient en abondance les espèces de leur vision. Puis, ayant choisi un point de départ, elles quadrilleraient la zone – une idée empruntée à la milice – et si les recherches étaient infructueuses, elles recommenceraient plus loin, jusqu'à trouver la clairière des ombres. Le seul inconvénient était le temps que ça leur prendrait, mais toutes les deux partageaient l'avis qu'elles devaient au moins informer les siens de son trépas, dussent-elles le trouver trop tard.

Alors qu'elles progressaient vers le lac Loïda, un bruit les fit sursauter. Alyah vint se placer derrière sa camarade – la très grande majorité des anciens ne sachant ni n'aimant se battre – et les deux voyageuses avancèrent prudemment vers la direction du son, Ailse ayant encoché une flèche et prête à tirer au moindre mouvement suspect.

511 mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Assassin

Messages : 76
Xp's : 96
Date d'inscription : 02/06/2015
Age : 24

Feuille de personnage
Vie:
40/100  (40/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [Quête] Des chimères et des rêves. Mar 14 Juil 2015 - 13:49

6 Talien 1248

Amrat et son compagnon de fortune erraient dans la forêt depuis déjà un bon moment. Erik, l'homme qui suivait l'assassin, était une personne pleine de bonne volonté ... et c'était d'ailleurs son seul point fort. Bruyant, étourdi, ne sachant pas lire une carte correctement, un véritable boulet ! Comble de l'ironie ... il était le seul des deux armé. Le récleyès, partit un peu trop vite, avait oublié ses armes à l'auberge. Heureusement que la chambre était réservée pour plusieurs jours, mais devoir se promener en forêt sans ses épées ne l'inspirait que peu. Il avait pris, en désespoir de cause, une branche trouvée au sol, d'une longueur de 1m50, comme moyen de défense. L'arme improvisée avait tout pour plaire... aucun équilibre, fragile, elle lui permettait même de passer pour un vieil ermite sénile avec sa cape s'il le désirait. Rajoutez à ça un abruti qui ne cesse de parler, et vous obtenez une magnifique équipe de bras cassés. Ah, et rajoutez le fait qu'aucun des deux n'y connaît quoi que ce soit en forêt ou même sur la végétation. Les recherches se menaient donc de manière aléatoire et hasardeuse, suivant, à l’œil, la taille des troncs des Mirlis.

Erik ne cessait de parler, racontant sa vie, celle de sa femme et même celle de son enfant âgé d'à peine 4 ans. Comme si la vie d'un gamin aussi jeune était intéressante ! L'homme était apparemment mercenaire, comme quoi tout est possible, et venait de terminer une escorte vers Saona. Il "utilisait" la vérité des armes, "utiliser" étant un bien grand mot puisque ça se concentrait uniquement à apprendre plus vite à manier une arme en voyant une personne la manipuler. Utile en forêt ... contre des animaux. Amrat ne cessait de soupirer, espérant que ce n'était qu'une immense blague.

Alors qu'ils avançaient vers le lac Loïda, du moins selon la carte, Erik réussit, encore une fois, à se prendre les pieds dans une racine. Il s'étale de tout son long, créant un boucan infernal entre son équipement et les branches sèchent au sol. Alors que l'assassin se dirigeait vers lui pour l'aider à se relever, un bruit sur leur droite attira leur attention. Le mercenaire se releva rapidement et dégaina son arme, prêt à combattre. Amrat, agrippa son bâton à deux mains, l'une des extrémités pointée vers la source du bruit. Alors qu'ils avançaient lentement, ils tombèrent nez à nez avec ... deux femmes ?

L'une possédait un arc, une flèche déjà encochée. L'autre ... se cachait derrière la première. Les deux groupes s'observèrent un moment en silence, personne n'osant parler ou même bouger. Le récleyès avait un mauvais pressentiment sur la raison de la présence de ces deux personnes dans cette partie de la forêt. Le coin n'était pas vraiment adapté pour la cueillette de champignons. Elles n'étaient quand même pas là pour les mêmes raisons qu'eux. Amrat baissa finalement son bâton, leva les mains pour montrer sa bonne foi et prit la parole:

"Allons, pourquoi on ne commencerait pas par baisser tous nos armes. On ne va pas se battre sans raison au milieu de la forêt quand même."

L'assassin voulait surtout savoir pourquoi autant de monde se retrouvait en pleine forêt. Si c'était encore cette histoire de rêve ou un simple hasard.

546 mots


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 130
Xp's : 215
Date d'inscription : 23/05/2015

MessageSujet: Re: [Quête] Des chimères et des rêves. Mer 22 Juil 2015 - 0:25

Ce n'est pas qu'une impression. Qu'un courant d'air. C'est juste complètement irréaliste. Sous les pieds d'Ailse, juste à la limite de ses orteils, parait pousser une plante étrange à une vitesse incongrue. Tandis que tous se mirent tels des chiens et des chats, la plante gagne un centimètre. Puis deux, puis quatre, puis huit, puis seize. Chaque souffle de chaque humain la fait doubler de taille, comme si leur respiration lui offrait la force nécessaire pour pousser encore, toujours.

Si l'apparition ne semble point agressive, elle demeure immense lorsqu'elle parait arrêter sa pousse, si personne ne lui fait rien avant : toute ratatinée sur elle-même et pourtant bien grande, la liane en question mesure presque deux mètres de hauteur. Chose étrange, peut-être, si la situation peut l'être davantage : le morceau de verdure est d'un ton grisâtre et au toucher, elle tient davantage de la gemme que de la nature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Quête] Des chimères et des rêves.

Revenir en haut Aller en bas

[Quête] Des chimères et des rêves.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le Murmure des Chimères
» Les Chimères
» [Questions] AP - Chimères - Est-il possible de faire 2 arnaqueurs ?
» Fanmi Lavalas mete Yvon Neptune deyo
» Vision de societe du senateur Lambert pour combattre le fascisme a Ayiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: La Fin :: Les Choses que nous oublions vite :: Rp's abandonnés-