AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Quête] Ceci n'est pas un poisson !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Messages : 130
Xp's : 215
Date d'inscription : 23/05/2015

MessageSujet: [Quête] Ceci n'est pas un poisson ! Jeu 11 Juin 2015 - 17:19

Ceci n'est pas un poisson !


Mise en Contexte

18 Samùn 1248
Jioky. Un vieillard déboule sur la place publique en hurlant qu'il a vu un monstre marin pas ordinaire du coté ouest, de l'autre coté du mur. Le genre vraiment affreux et affolant. Tout le monde se rit de lui, mais vous avez l'impression qu'il est sincère ou en tout cas n'a rien bu de bizarre. Qu'allez-vous faire ?

Déroulement

A vous, nulle intervention de mj n'est nécessaire.


Dernière édition par Cassandre le Dim 14 Juin 2015 - 15:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voleuse

Messages : 579
Xp's : 1069
DC : Drake Val Ary, Enara VerteFeuille, Ria
Date d'inscription : 08/06/2015
Age : 20
Carnet : Winter is coming ~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Ouverte à toute proposition !
MessageSujet: Re: [Quête] Ceci n'est pas un poisson ! Sam 13 Juin 2015 - 0:38







[Quête]
Ceci n'est pas un poisson !
Jioky, ville des courants marins. Je ne sais pas trop ce qui m’a poussé à venir ici. L’envie de voir autre chose sûrement ! Alors que le Printemps commence à réchauffer les eaux, je vais et viens dans la ville. Elle est absolument magnifique ! Calme, prospère, chaleureuse. Les Héléos y sont joyeux et des rires résonnent autour de moi. C’est plus fort que moi, je souris. La ville est-même semble me tendre les bras et elle regorge de tant d’énergie qu’elle donne l’impression que vous ne vous endormirez plus jamais. Autour de moi, chacun nage, danse, chante tant et si bien que je sens mon corps bouger malgré moi au gré d’une musique lointaine, sûrement vient-elle d’une rue adjacente !

Je suis arrivée aux seins des Pics de Terca quelques jours auparavant et j’ai au plus vite rejoins la capitale locale, Jioky. A l’extérieur, les courants étaient si forts qu’après avoir passé quelques jours à être ballotée dans tous les sens j’ai fini par abandonner et ai rejoints la ville. Un immense mur l’enserre dans ses bras de pierre, stoppant les flux et reflux violents de l’océan. Je marche dans la ville, regarde les vitrines, écoute les Héléos chanter et jouer de tout un tas d’instruments variés jusqu’à ce que la fatigue raidisse mes membres. Je me dirige alors vers une sorte de bar. Il doit être aux alentours de midi désormais. « 12h38 - 18 Samùn 1248 » indique un écran au-dessus du bar.

Je prends une table et commande un encas à base d’algue. Un jeune homme vient rapidement s’assoir à ma table. Il est beau, certes, mais ce n’est pas ce qui m’intéresse. Moi, je veux juste savoir ce que ses lèvres vertes ont à dire. Je le questionne un peu. Sur la ville, les habitudes, les Héléos d’ici.

« Le Mur ? Il est sacré ici ! Tout le monde met la main à la patte pour être faire les rondes et le colmatage. La défense aussi. Ce serait malencontreux qu’il s’effondre parce qu’un lézard ou un dragon barjot s’amuse à foncer dedans !

- Mais que ce passe-t-il s’il n’y a plus le mur ? Pourquoi est-il si important ?

- Ce mur, c’est notre vie ! Je suis sûr que Cioriel elle-même le sait et qu’elle aide Eliosa à tenir le Mur ! Si le mur se brise, la ville se entière sera balayée comme si elle n’avait jamais existé ! C’est un immense honneur de servir pour protéger le Mur ! Certains en font même leur carrière ! C’est ce que j’aimerais faire plus tard … »

Je hoche distraitement la tête. Oh je ne m’en fous pas ! Mais je crois que c’est un peu aberrant de consacrer sa vie à protéger un mur. Je finis mon plat en parlant de choses et d’autres avec ce jeune homme. Il a l’air très cultivé et de porter un amour fou à sa ville, ses habitants et son histoire. Entre deux récits portant sur la construction de deux parties distinctes de la ville, il me parle des bourgeois et notables de Jioky. Parmi eux, un lui arrache de gros éclats de rire, si gros qu’il peine à me conter son histoire :

« Tu le verrai ! Toujours avec des toges bariolées et des chapeaux farfelus ! Haha ! Ce bon vieux Kelthérin est fou à lier ! Il passe son temps à faire le tour de la Ville en longeant le mur. Oh ! Il a longtemps supervisé les équipes de colmatage et de surveillance ! Mais maintenant il ne vaut plus rien. Il est parano et passe son temps à murmurer une vieille prophétie à propos d’un animal de feu qui tenterait de pénétrer la cité pour récupérer ses œufs enfuis dans le Puit de la Place Centrale.

- Il y a un Puit ? Mais pour quoi faire ? Les Héléos n’ont pas besoin d’eau !

- La légende raconte qu’ici la Mère Nature voulait mettre des êtres vivants sur la terre ferme ici. Alors elle aurait posé les bases d’une ville rudimentaire avec un puit, au centre, afin qu’ils aient de l’eau. Puis elle changea d’avis et mis des Héléos dans un immense océan à la place.

- Mais ça n’a pas de sens, les Héléos furent les premiers à vivre sur Madelle !

- Alors tu n’as qu’à penser qu’il est là pour décorer. Certains disent qu'il conduit à des grottes mais il est condamné par de grosses grilles désormais. »


Cette réponse ne me satisfait absolument pas mais je pense que je n’ai pas le choix. J’aimerai rencontrer cet homme. J’essaie d’en savoir plus sur lui mais le jeune homme -dont je ne connais toujours pas le nom- est parti dans un nouveau récit sur le Roi et la Reine. Récit qui, de par ma condition d’Héléo de Glace aguerrie, ne m’intéresse pas le moins du monde et représente pour moi un lot d’innombrables sornettes que l’on fait croire aux enfants pour qu’ils soient sages et respectent les limites fixées par Madame et Monsieur. Cela me soûle tellement que, sans un mot, j’avise un serveur, me lève, paye et part. Tant pis pour le garçon, il avait l’air gentil pourtant.

Direction la Place Centrale désormais. Cette histoire de Puit me titille. Je n’ose pas demander mon chemin et je préfère invoquer trois petits Lor’Reïk de glace. Blasphème de créer une réplique de cet oiseau sacré ? Oui, peut-être. Mais ces oiseaux des mers -tout comme leurs répliques givrées- sont tous simplement superbes. Rapidement, ils se dispersent dans la ville. Je marche au hasard jusqu’à ce que l’un d’eux s’approche de moi pour me guider. Il a trouvé la place, j’ai hâte ! Je le suis en courant tellement il vole vite par-dessus la foule. Je multiplie les « pardon », « désolée », « excusez-moi » « je suis tout à fait navrée ! », en fendant la masse d’Héléos qui se pressent contre les étalages. Devant moi, l’oiseau chante pour me guider.

Bientôt, j’arrive sur la Place Centrale. Conformément aux dires de l’Héléo vert, un immense puit se dresse en plein milieu. Comment un monstre aurait-il pu y pondre ses œufs ? J’observe quelques instants le trou béant. Il est large, peut-être deux mètres de diamètres. Le monstre ne devait pas être si gros que ça ! Il était sûrement fait de belles pierres dorées à la base mais elles ont été polies par les courants et une fine couche de mousse de couleur claire le recouvre. Il n’a pas l’air entretenu, comme si on n’en avait rien à faire. D’ailleurs, je crois que personne n’en n’a rien à faire, comme le garçon d’ailleurs. Le vieillard -‘Kelthérin’ il me semble- ne doit pas être prit du tout au sérieux. Je me demande à quoi ça ressemble quand il débarque pour hurler que les œufs d’un monstre sont dans le Puit. Je m’approche de ce dernier.

Finalement, je n’ai pas à me poser la question bien longtemps. Quelques minutes plus tard à peine, des hurlements se font entendre. Les deux autres Lor’Reïk de glace rappliquent vers moi et chantent leur compte-rendu en même temps. J’ouvre de grands yeux. Je ne comprends pas rien ! Pourtant certains mots se détachent et reviennent. Parmi eux, ‘fou’, ‘turban’, ‘dragon’ et ‘mur’. ‘Hurlement’ revient beaucoup aussi mais ça je n’avais pas besoin d’eux pour m’en rendre compte ! Je souris ; le vieillard fou ! Il est là ! Etrangement, je suis aux anges. Les mythes et légendes m’excitent comme une enfant ! J’aimerai vraiment savoir la vérité ! Je m’attends à devoir jouer des coudes pour pouvoir me rapprocher de l’Héléo qui hurle à pleins poumons mais je n’en ai finalement absolument pas besoin. Quelques minutes après les premiers cris, la place s’est vidée. Les gens partent en riant, les enfants l’imite et les mamies se bouchent les oreilles. Seuls quelques curieux, trois vieillards sur un banc et une bande de jeunes Héléos qui se moquent sont restés sur la place. Les forces de l’ordre ne vont pas tarder je pense. Ça doit être mal vu par les autorités un vieillard -si riche soit-il- qui hurle des sottises à longueur de temps. Si je veux pouvoir lui parler, je dois agir vite ! Je traverse la place au pas de course, mes oiseaux des mers me suivent en nageant autour de moi. J’arrive vers lui alors que deux femmes commencent à essayer de le faire partir en se moquant. Il tente de leur expliquer quelque chose : les mots ‘monstre de feu’ et ‘l’ouest de la ville’ me parviennent distinctement. Elles rient à gorge déployées et le vieil Héléo d’une couleur mal définie -disons que c’est entre un beige sale et un vert qui a déteint- se tourne vers moi avec un geste de supplication.

«  Kelthérin ?

- Oui mon enfant ! Je suis Kelthérin ! Il faut m’écouter ! Il y a un monstre ! Un monstre de feu ! Il souffle des flammes brûlantes sur le mur !

- Mais … les gardes l’auraient vu non ? Il y en a partout autour de –

- Ils sont malins ! Ils connaissent les tours de ronde ! »


Ah bah oui, mais bien évidemment ! Des monstres qui nous épieraient depuis les profondeurs, cachés sous des récifs, relevant sur un calepin les horaires et trajets des gardes pour venir cracher du feu sur le mur pile quand on ne les regarde pas. #toujoursplus un peu n’est pas ? Il m’attrape par le poignet mais, surprise, je me dégage assez violemment. Le vieillard titube, retrouve son équilibre et me fixe d’un regard profond et intense.

« Mon enfant, beaucoup d’histoires parlent de ses monstres. Nous devons leur rendre leurs œufs avant qu’ils ne détruisent le Mur ! Ils ne s’arrêteront pas avant ! »

J’hésite un instant. Derrière nous, les rires des femmes s’estompent à mesure qu’elles s’éloignent dans les rues. Quelque chose dans le regard de cet homme me pousse à le croire. Il a l’air si sérieux. Mon regard couleur banquise plongé dans le sien aux teintes sablonneuses, il m’est impossible de penser qu’il n’a pas toute sa tête. Et puis après tout, je n’ai rien à perdre à le prendre au sérieux. Je relâche les épaules, il m’attrape par le poignet et m’entraine en courant/nageant vers le Mur.


© Jawilsia sur Never Utopia


_____________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voleuse

Messages : 579
Xp's : 1069
DC : Drake Val Ary, Enara VerteFeuille, Ria
Date d'inscription : 08/06/2015
Age : 20
Carnet : Winter is coming ~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Ouverte à toute proposition !
MessageSujet: Re: [Quête] Ceci n'est pas un poisson ! Sam 13 Juin 2015 - 0:40







[Quête]
Ceci n'est pas un poisson !
Nous nageons dans un dédale de ruelle. Mais comment ferais-je pour retrouver mon chemin s’il devient fou ?! Je suis complètement perdue ! Pourtant, en quelques minutes, nous sommes au niveau du Mur. Kelthérin se terre dans un coin et me tire avec une force que je ne lui soupçonnais pas, tant et si bien que je m’écroule par terre plus que je ne le rejoins. Un garde passe devant nous, puis deux, puis trois. L’Héléo couleur de sable reste tapis quelques instants. Moi je sais qu’il n’y a personne, les oiseaux de glace le chantent au-dessus de ma tête. Mais lorsque Kelthérin me lance un regard assassin je me tapis moi aussi dans l’ombre et fait explosé à regret. Je les aimais bien ces petits Lor’Reïk ! Mais j’aime tout autant les voir se transformer en une pluie de glace comme un feu d’artifice ! Mon père m’avait décrit un feu d’artifice qu’il avait vu chez les Humains autrefois. Les gens détestent me voir faire exploser des statues. Je crois que ça les dégoute de voir le sourire ‘sadique’ -(je proteste fermement contre l’usage de ce mot d’ailleurs ! Ce qu’on construit est fait pour être détruit, c’est dans l’ordre des choses, c’est tout.)

Soudain, Kelthérin se lève et court/vole/nage jusqu’au mur et me montre un petit escalier qui mène visiblement au chemin de ronde. Soit. De toute façon, maintenant que je suis là, autant aller jusqu’au bout ! Nous gravissons les marches si rapidement que nous nageons plus que nous marchons. Il me fait m’accroupir à côté de lui sous ce qui doit être une tour de guet. Devant nous … Rien. Nada. Niete. C’est le calme absolu. Les poissons nagent, les algues tourbillonnent au gré du courant, les rayons de lumière dansent.

Je m’apprête à partir en me disant que le mec du bar avait raison et qu’il est fou à lier lorsque quelque chose bouge à une bonne dizaine de mètres du mur. Je plisse les yeux. Non je n’ai pas rêvé ça a bougé ! Je jette un coup d’œil à Kelthérin. Il me fixe, l’œil brillant, attendant visiblement ma réaction avec une impatience non-feinte. Sûrement est-il heureux de pouvoir enfin prouver qu’il a raison de hurler à pleins poumons sur la Place Centrale qu’un dragon cracheur de feu veut créer la fin de Jioky. Mouaif. Certes, je vois quelque chose -quelque chose de gros- bouger mais c’est tout pour le moment. Quoi que. Ça se rapproche. Furtivement. Quelque chose rampe sous le sable, petit à petit.

« Ils sont malins, je te l’avais dit ! »

Je ne réponds pas. Pour dire quoi de toute façon. J’attends, il attend, nous attendons. Toujours aussi lentement, la créature s’approche. Puis sort sa tête du sable pour regarder autour d’elle. J’ouvre de grands yeux émerveillés. Je n’avais jamais vu de créatures comme ça avant ! Une tête fine, osseuse, grise, écailleuse peut-être. Ses yeux correspondent à deux grandes fentes de chaque côté de sa tête d’où sortent une lumière -si l’on peut appeler ça ainsi- orangée qui me rappelle immédiatement les dessins du feu des dragons dans les contes pour enfants. Du vrai feu, on en voit rarement sous l’eau. Mais je suis déjà allée sur la terre ferme, une fois. C’est une invention merveilleuse !

L’animal avance, avance, avance encore et, conformément à ce que le vieillard prétendait, souffle une langue de feu contre le mur. Mes grands s’agrandissent encore, étonnés, émerveillés, sidérés parce qu’ils voient qui est pour le moins inhabituel. Maintenant qu’il est sorti du sable, je peux le voir entièrement : il semble recouvert d’énormes écailles osseuses grises. Mais entre les écailles, j’aperçois une lueur. Une lueur orangée qui semble flamboyer sur sa carapace. On dirait que cet animal brûle de l’intérieur ! Je m’apprête à me lever, il a raison ! Il faut alerter les autorités ! Maintenant que nous sommes deux, ils accepteront peut-être -sûrement même !- de nous écouter ! Mais le vieillard temporise.

« Ca ne sert à rien de courir alerter le Roi et la Reine, ma petite. Ce qu’ils veulent c’est retrouver leurs œufs.

- Mais comment pouvez vous le savoir ?

- As-tu déjà entendu parler de la vérité des Animaux ? »

Oui, bien sûr que j’en ai entendu parler ! Ma mère la possédait. Mais bizarrement, aujourd’hui, j’aurais préféré pouvoir parler avec le fossile vivant qui s’est tapi discrètement dans le sable plutôt que de pouvoir parler avec des statues de glace. Ma Vérité ne sert vraiment à rien !

« Qu’est-ce que c’est exactement ?

- Un Kardent.

- Comment le savez-vous ? Vous l’avez entendu ça aussi ?

- Non, pas ça. » Répond-t-il distraitement.

J’ai horreur que l’on ne me réponde pas ainsi. Je lui lance un regard noir lorsqu’il se met à rigoler doucement. Ca aussi ça m’énerve. Qui est-il pour se permettre de se moquer ainsi de moi ? Ce n’est pas parce qu’il a 3 sous dans sa bourse qu’il va me faire peur ! Le vieillard sourit de toutes ses dents. Dont certaines ont été largement jaunies par les carries ou la vieillesse allez savoir.

«  Reste dont calme, ma petite. Je le sais parce que c’est moi qui leur ai donné ce nom ! Ils sont tout à fait ‘ardents’ tu ne trouves pas ?

- Et pour le K ?

- Eh bien je m’appelle Kelthérin ! Et c’est moi qui les ai découverts ! »

J’ai envie de vomir tant cet homme et son ego me dégoûtent. Il a atteint le summum du narcissisme ! Je respire pour me calmer. Il commence à me taper sur les nerfs, ce noble fou-furieux ! Mais il se tourne soudain vers la plaine sous-marine qui s’étend au pied du mur, les yeux pétillants. Je n’ai pas longtemps à me demander pourquoi. Un immeeeeeeense ‘Kardent’ vient de sortir du récif. Je me demande de quelle taille est la grotte la dedans pour qu’elle puisse contenir un animal aussi balèze ! Il s’avance d’un pas d’abord pesant, étudie quelques instants le rempart de son regard flamboyant puis accélère. Ah mais pas une accélération de Tortue Géante non ! Une accélération digne d’un Esprit du Vent ! Il fonce à toute allure vers le Mur ! Si le Mur tient le choc ce serait … miraculeux ! Kelthérin s’accroche à un chandelier et je crois qu’il sera plus sage de faire la même chose ! Le Mur a beaucoup faire au moins deux mètres d’épaisseur, je n’aimerai pas me retrouver entre le gros machin qui fonce et la pierre ! Même les aubergistes ne doivent pas pouvoir faire des crêpes aussi fines !

Le choc est violent et je suis bien contente d’avoir mon chandelier sous la nageoire ! Il produit un bruit sourd qui s’atténue rapidement, absorbé par l’eau et le Mur. Je n’ose pas bouger pour regarder l’état du Mur mais je suppose qu’il va bien puisque nous sommes encore là. Je m’attends à voir débouler toute une flottée de garde pourtant, c’est le calme plat. Comme si nous étions les seuls à avoir entendu ce boucan. Ça ne me rassure pas vraiment pour être honnête. Ils pourraient détruire le Mur que personne ne s’en rendrait compte avant qu’elle ne soit rasée.

Je me mets à réfléchir. Il est hors de question que je parle d’ici sans avoir résolu le problème. Devant moi, le Kardent retourne rapidement dans le récif où il était caché. ‘Ils sont malins’ a dit le fou. Mais le fou a souvent raison alors je me couche un peu plus contre la paroi de la tour de guet, essayant d’être invisible. Quelques secondes plus tard, des pas se font entendre. Kelthérin aussi est malin. Il s’est mis du côté gauche de la petite extension. Les gardes venant de la droite, ils ne nous verrons pas, à moins de faire demi-tour ou de se retourner pour une raison quelconque. Je me demande si « malin comme un Kardent » deviendra un jour une expression populaire !

Mais revenons à nos moutons. Le vieillard dit et répète à qui veut l’entendre que les Kardentes veulent récupérer leurs œufs. L’Héléo vert m’a dit qu’ils étaient dans le Puit mais qu’il a été condamné. Je n’ai absolument pas la force de détruire une immense grille de métal et le vieux poisson avachi par terre à mes côtés encore moins. La glace ne peut pas grand-chose contre le métal … Mais eux ont de la force ! Les Kardentes ont plus de force qu’il n’en faut ! Sauf que ça implique de les attirer dans le Puit, au plein milieu de la ville. La base. Mais n’ai pas vraiment le choix puisque je n’ai absolument aucune autre idée en tête. Je fixe le Kardent quelques instants jusqu’à ce qu’il disparaisse sous le récif, me concentre, et devant nos yeux ébahis apparaît un magnifique Kardent de Glace. Il luit doucement dans les rayons du soir, noble, scintillant, parfait. Je suis très fière de mon œuvre : il est magnifique ! Quoi que légèrement plus petit que le premier animal que nous avons vu mais je ne peux pas le créer plus gros sans me vider de mon énergie et quelque chose me souffle que je vais en avoir besoin ! Ma statue pousse un cri strident, à mi-chemin entre un hurlement animal et le chant cristallin de la glace. Ce n’est sûrement pas le cri d’un Kardent mais je crois que c’est le chant le plus animal qu’elle est capable de faire. Presqu’immédiatement, la tête d’un Kardent -petit comme le premier que nous avons vu- pointe parmi les algues qui recouvre le récif. Il examine ma statue et se met en mouvement. Il est si rapide que j’ai à peine le temps d’hurler à ma statue de nager vers le Puit que le Kardent l’a presque déjà rattrapé. J’espère que ma statue ne va pas se faire bouffer, j’ai bien peur de la réaction de l’animal en feu et en os s’il se rendait compte du subterfuge. Quoi que, intelligent comme il est, je crois qu’il le sait déjà mais rien n’explique pourtant il s’élance à sa poursuite. Et alors qu’ils détalent vers la Place Centrale à toute allure, nous nous mettons en route, tâchant de nager aussi vite que nous le permet notre maigre corps doté de quelques pattes palmées pour ne rien manquer du spectacle.


© Jawilsia sur Never Utopia


_____________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voleuse

Messages : 579
Xp's : 1069
DC : Drake Val Ary, Enara VerteFeuille, Ria
Date d'inscription : 08/06/2015
Age : 20
Carnet : Winter is coming ~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Ouverte à toute proposition !
MessageSujet: Re: [Quête] Ceci n'est pas un poisson ! Sam 13 Juin 2015 - 0:41







[Quête]
Ceci n'est pas un poisson !
Lorsque j’arrive sur la grand place, le spectacle qui s’offre à moi est relativement invraisemblable. Presque irréel. Le Kardent, visiblement fou de rage d’être si près du but, s’acharne sur ma pauvre statue de glace qui ne peux pas faire grand-chose car elle est trop fragile pour encaisser les coups et trop lente pour les esquiver. Lorsque j’arrive ‘à portée’ de ma statue, je cherche une solution. D’ici quelques secondes, elle aura volé en éclats. D’ailleurs, je me demande comment elle a fait pour tenir autant de temps ! Je ne savais pas que je pouvais construire des choses aussi résistantes ! Mais ce n’est pas la question du moment. D’ici quelques minutes voir secondes, le Kardent n’aura plus de cible sur qui déversé sa rage et s’en prendra à autre chose : nous ou pire, les habitations environnantes. Et ça se serait très très mauvais pour nous également car je doute que les autorités apprécient que nous introduisions dans un la cité un Kardent en colère. Et que diront-elles de nos arguments ? Bah, je ne pense même pas qu’ils prendraient la peine de les écouter.

Je fixe ma statue. Idée, idée, idée ! Mais j’ai beau appelé, rien ne me vient. Je sautille sur place d’impatience et d’énervement. C’est impossible de se trouver à court de plan à ce moment critique de la situation tout de même ! Je brise ma statue avant que son agresseur ne le fasse. Au moins, cela me fait gagner quelques instants car devant moi, l’animal semble perdu. Il cherche autour de lui sa proie. Je fixe la glace qui gît sur le sol et soudain une idée me vient. Immédiatement, la glace reprend vie. Elle tourbillonne, scintille et s’assemble sous les yeux étonnés du monstre marin et du vieillard qui vient de nous rejoindre. Désormais, un nouveau Kardent gelé se tient devant nous, mais à la différence du précédent, celui-là est tout petit, peut-être la taille de mon bras pas plus, veiné de noir à cause de la poussière qui s’est déposé sur la glace lors de sa chute. Dans la nuit, il paraît presque gris. Bon, il manque les flammes dans les yeux mais il n’est pas si éloigné de la réalité ! Le mini-kardent de givre pousse alors un long cri plaintif et par à toute allure sur le Kardent vivant pour rejoindre le puit. Mais alors que ce dernier se met en chasse, ma création plonge entre les mailles de la grille. Mais le Kardent a beau être malin et rapide, il ne peut pas lutter contre les lois physiques de la Nature. Et en l’occurrence, Newton se trouve être plus fort que lui puisque l’inertie l’envoie frapper de plein fouet la grille. Si cela avait été le gros Kardent de tout à l’heure, je ne pense pas que la grille aurait résisté ! Par contre je ne suis pas sûre non plus qu’il aurait tenu en entier sur la grand place et encore moins dans le Puit ! Celui-là, plus petit, rentre à peine mais la grille grince mais visiblement ne rompt pas car le Kardent est toujours là. Mais celui-ci semble avoir bien compris qu’il possède la force de faire céder la grille et, ni une ni deux, il fonce tête la première sur la barrière métallique. Nous entendons un grincement pour un bruit de choc sourd et le sol lui-même se met à trembler sous nos pieds. Comme c’est agréable de ‘travailler’ avec des animaux intelligents ! Qui plus est lorsqu’ils sont recouverts d’une énorme carapace osseuse ! Le Kardent s’engouffre entièrement dans le Puit et disparaît. Je m’élance à sa suite et me rend compte que Kelthérin ne me suit pas. J’hésite. Dois-je l’attendre ? Après tout c’est la fin de nombreuses années de recherches, d’observations et de supplications pour lui. Il a souffert pour permettre à ces animaux de récupérer leurs œufs. Il semble parler tout seul, jusqu’à ce qu’il remarque que je le fixe, nageant en surplace au-dessus du Puit. Un sourire vient adoucir son visage ridé.

« Va mon enfant, profite de ce moment exceptionnel qu’est la rencontre entre un parent et ses œufs. Ça ne t’arrivera pas plusieurs fois dans ta vie !

- Vous ne venez pas, n’est-ce pas ?

- Non ma petite. Je suis trop vieux pour ça. Les Kardentes doivent se reproduire très peu car ces œufs sont là-dessous depuis avant la construction même de Jioky. Il y a trop de vieilleries là-dessous pour que je descende en rajouter ! »

Ça ne me paraît absolument pas être la vraie raison mais je n’insiste pas. Ses yeux rougissent. Je suis sûre que si nous avions été à la surface j’aurais vu une larme rouler sur sa joue. Je le salue et fonce voir ce qu’il se passe en dessous, évitant avec soin les grilles d’acier de ce qui était une grille infranchissable il y a encore quelques minutes.

Le Puit débouche sur un tunnel qui va en s’élargissant. Il fait complètement noir et je n’ai absolument rien pour m’éclairer. Je m’approche d’un mur et le longe. De plus loin me parvienne des cris suraigus qui semblent se rapprocher au fur et à mesure. Au moins, je vais dans la bonne direction. Je marche un certain temps. Moi je vous dirais que ça fait longtemps mais sûrement que si je possédais quelque chose capable de me donner l’heure, il me dirait que cela ne fait que quelques minutes à peine. Je n’ose pas nager tant je ne sais pas où je vais. Mais les craintes commencent à se faire plus proches et j’aperçois devant moi, un peu plus loin, une lueur qui se projette et se reflète sur la roche. Je finis par pénétrer dans une petite caverne.

Le Kardent s’y trouve déjà et semble vérifier chaque œuf avant de … le gober. Chouette technique ! Mais bon, il est vrai qu’elle doit être pratique lorsque l’on n’a pas de sac, pas de bras et une vingtaine voir une trentaine d’œufs à transporter. Car les œufs sont tout petits par rapport à la taille du monstre marin mais ils sont très nombreux. Chacun doit tenir dans ma main. Quoi que certains œufs sont plus gros. Ils semblent également plus usés que les autres : la couche de poussière qui les recouvre est conséquente et les bouts de coquille apparents semblent avoir été lissés par les courants, bien qu’ils ne soient pas forts dans ces galeries subaquatiques. Ils doivent être encore plus vieux ! Chaque œuf luit doucement, projetant des vagues couleurs de feu sur les murs de la grotte. Je n’ose pas bouger. Je crois que ce serait très mal vu de la part du monstre que je fasse ne serait-ce qu’un seul pas vers sa progéniture et celle des autres de son espèce. Je le regarde avaler dix, vingt, trente œufs … Je crois qu’il finit par le plus avoir de place car il se met à geindre en contemplant les œufs restants. En fait, il n’en reste que deux, un œuf éteint et l’autre énorme. Vraiment énorme. Visiblement bien trop pour le pauvre animal qui doit être rempli. Si seulement les Héléos aussi pouvaient aussi gober leurs enfants quand ils sont insupportables !

Puis le Kardent par comme il est venu, nageant pesamment, emportant avec lui la lumière qui éclairait la caverne. Je m’approche prudemment des deux œufs, utilisant plus ma mémoire que ma vue pour retrouver l’œuf éteint. Je me touche mais il est complètement froid. Je l’attrape et rejoins l’œuf scintillant. Il est superbe. Vraiment énorme mais superbe. Il ne tiendrait même pas dans mes deux mains en couple ! Il doit faire la taille de mon avant-bras. Un peu plus même. J’avance prudemment ma main. Une douce chaleur en émerge. Je rapproche mes doigts mais l’œuf ne brûle pas. Du moins, pas sur les bouts de coquille qui ne luisent pas car je n’irais pas me risquer à toucher les veines flamboyantes qui le parcourent. Quoi que … je décale mes doigts pour m’en rapprocher mais la chaleur est si forte lorsque je mets mes doigts au-dessus que je les retire vivement. J’aimerai l’emporter. Je ne sais pas encore ce que j’en ferais mais je crois que je vais le prendre avec moi. Il est si gros ! J’espère que le monstre à l’intérieur, ne sera pas aussi gros que celui qui a foncé sur la muraille tout à l’heure ! Je cherche autour de moi quelque chose pour l’envelopper pour ne pas me bruler mais je n’ai pas grand-chose. D’autant plus que les Héléos ne portent pas d’étoffes épaisses comme les Humains ou les Liares, elles ne sont pas assez hydrodynamiques. Je retire ma robe légère et transparente et la plie et replie jusqu’à ce qu’elle quelque chose d’un peu plus épais. Je dois avouer que je galère un peu pour l’attraper correctement mais le résultat est satisfaisant : c’est chaud, mais je ne me brûle pas. Je coince l’autre œuf entre mon cabas de fortune et mes écailles et me dirige prudemment vers la sortie. Une fois arrivé sous le Puit, je nage vers la surface avec bien plus de facilité.

Kelthérin est là, les yeux toujours rouges mais pétillants. Lorsque je le rejoins, il m’adresse un sourire radieux et je comprends que voir le Kardent repartir après avoir trouvé ses œufs devait être le plus beau cadeau que l’on puisse lui faire. Il ouvre de grands yeux lorsqu’il remarque les œufs dans mes bras. Je les pose délicatement sur le sol et lui tend l’œuf éteint. Ses yeux s’allument d’un éclat vif et passionné. Je lui tends avec un sourire. C’est un souvenir en quelque sorte, un trophée pour tout le mal qu’il s’est donné. Preuve qu’il est plus qu’un vieux fou parano. Il regarde l’autre œuf avec envie mais ne dit rien. Intérieurement, je l’en remercie. Il prend l’œuf et me tend en échange une bourse que je refuse.

« Allons mon enfant, tu n’as pas de vêtements et pas de sac ! »

J’accepte donc. Je n’ai pas de vêtements, pas de sac et pas de sous. J’ai … un œuf ! Et c’est à peu près tout. Je m’approche et sers le vieil homme dans mes bras. J’ai peut-être sauvé une ville mais je crois que le plus important pour moi aujourd’hui est d’avoir aidé ce vieil homme et de m’être fait un ami. L’Hiver est seul, l’Hiver est froid mais il a un cœur grand comme ça.


« Hiver quand viendras-tu
Souffler aux quatre vents ?
Répands donc ta vertu
Sur Madelle éternellement.

Hiver quand viendras-tu
Amener ton manteau blanc ?
La nature ainsi vêtue
Renaît chaque fois plus vaillamment.

Hiver quand viendras-tu
Permettre ce recommencement ?
Le temps semble suspendu
Tu es ce qui rythme le Temps. »



© Jawilsia sur Never Utopia


_____________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voleuse

Messages : 579
Xp's : 1069
DC : Drake Val Ary, Enara VerteFeuille, Ria
Date d'inscription : 08/06/2015
Age : 20
Carnet : Winter is coming ~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Ouverte à toute proposition !
MessageSujet: Re: [Quête] Ceci n'est pas un poisson ! Sam 13 Juin 2015 - 0:41







[Quête]
Ceci n'est pas un poisson !

- Epilogue
« Maman ? Maman ?! »

Personne. Pourtant, j’aurais juré avec entendu du bruit ! Je fouille la maison mais il semblerait bien qu’elle soit vide. Où suis-je ? Pas loin de Qartas, la Capitale de la Mer de Glace, si l’on peut dire. Nous sommes toujours en 1248 ! Mais le 3 Daeymo aujourd’hui ! Il m’a fallu quelques mois pour revenir de Jioky. Il m’aurait d’ailleurs sûrement fallu plus que ça si jamais un bateau ne m’avait pas aidé sur la traversée Jioky-Hélia. A partir de là, ça n’a pas été trop difficile ! Même avec l’œuf bien au chaud dans mon sac. Car oui, je me suis achetée un sac de cuir avec l’argent de Kelthérin, le vieillard aux écailles sablonneuses. Et même deux robes ! Une noire, ample, dans l’étoffe épaisse des humains pour le bateau et une robe héléo, bien plus agréable à mon goût ! Mais peu … adéquate à ma forme humaine de par sa transparence et les regards appuyés qu’elle m’a valus !

L’œuf est toujours en forme et il a passé un sacré paquet de temps dans une marmite remplie d’eau. C’était peut-être irrationnel mais cela reste un animal marrant et j’ai eu bien peur qu’il ne se dessèche à la surface. J’ai passé des journées entières à le regarder pour tenter de le comprendre mais je n’arrive toujours pas à savoir d’où viennent ces veines brûlantes qui brillent faiblement. Beaucoup de gens m’ont proposé de l’argent contre mon œuf. Mais j’ai toujours refusé. Sa valeur est bien plus haute que celle d’une bourse, si remplie soit-elle !

Je me demande s’il ferait une bonne monture pour moi. Grand, rapide, puissant ! Bien mieux qu’une statue de glace ! Mais un animal de feu, si marin qu’il soit, est-il vraiment adapté pour une créature de la mer des glaces ? Mais pour cela, il faudrait déjà qu’il éclose. Mon prochain voyage sera donc dédié à ça. Trouver un moyen de faire éclore un œuf. Mais pour cela il faut du savoir. Des livres, des savants, des prêtres, des mages … Et tout cela ne se trouve pas dans la mer de glace ! Non, il semblerait que mon ‘destin’ soit de repartir !

Désormais je suis de retour chez moi, dans ma chambre vide qui me semble bien étrangère au jour d’aujourd’hui. Nulle part ne me paraît être un endroit adéquat et assez sécurisé pour un œuf de cette valeur. Quoi que, je ne sais absolument pas quelle valeur il a. Mais à mes yeux, cela reste un œuf qui donnera plus tard, ou non (l’œuf éteint me revient en tête, rien n’est éternel …), un animal noble et majestueux. Et malin comme un Kardent ne l’oublions pas ! J’ai longuement hésité à le laisser dans une grotte à l’écart de la ville mais nombreux sont les Héléos qui aiment fureter dans le coin et qui sait ce que pourrait donner un animal si puissant dans de mauvaises mains ? Non, je ne peux prendre ce risque !

Me voilà donc en train de mettre par terre absolument toutes les affaires qui se trouvent dans ma chambre, chaque tiroir que je vide étant trop petit pour cacher l’œuf énormissime qui trône actuellement sur mon lit. C’est ce moment qu’a choisi ma mère pour pointer le bout de ses écailles fushia.

« Win’ ! Qu’est-ce que c’est que ce … ce … ce … ce bazar pas possible ! On dirait que la Flowra Abyssalius est passée dans ta chambre !

- Je … C’est … Je cherche de la place pour ranger !

- Tu range là ? Mais tu viens de tout balancer par terre ! »

1-0 pour la fushia. De toute façon, les mamans ont toujours le chic pour vous mettre à court d’arguments même si vous en aviez des milliers au début de la conversation ! Et puis elles ont toujours raison. C’est relativement agaçant. Je me demande si Maman Nature est pareil chez les Dieux et si Eliosa ou Filéole se mettent parfois à chuiner parce qu’elles n’ont rien à répondre à toutes ces phrases imparables et tout à fait agaçante de par leur non-réfutabilité possible. Je cherche toujours une explication plausible lorsqu’elle se met à pousser des cris stridents :

« Mais qu’est-ce que c’est que cet abominable caillou Win’ ?!

- C’est pas un caillou, c’est … plus que ça.

- Débarrasses-t-en il est ignoble !

- Mais il a … une grande valeur sentimentale !

- C’est un cadeau ?

- En quelque sorte.

- D’un garçon ?

- En quelque sorte.

- Comment s’appelle-t-il ? »

Alors là ! Difficile de répondre ‘en quelque sorte’ ! Mais comment j’en suis arrivée à me mettre dans ce pétrin ! Et puis je ne peux quand même pas dire Kelthérin ! C’est un noble, il est connu ! Je sors donc le premier nom qui me passe par la tête :

« Shiver !

- Shiver, c’est un drôle de nom ça ! Soit, j’espère que tu nous le présenteras ! »

Si je te présente Shiva, maman, je crois que tu ne le prendras pas de la même manière ! Mais je ne dis rien, me compose un joli sourire et ferme la porte derrière elle. En ce qui concerne le ‘cadeau de Shiver’ hum … je le cache au fond d’un placard. Voiiilààà ! Au moins, ainsi, il ne finira pas en omelette ! J’empile mon bordel dessus et le voilà désormais ben au chaud et bien caché ! Inutile de préciser qu’il ne me voit pas mais je lui souris tout de même.

« Soit sage petit Kardent ! Je reviendrais te chercher ! L’Hiver revient toujours. »



© Jawilsia sur Never Utopia


_____________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Quête] Ceci n'est pas un poisson !

Revenir en haut Aller en bas

[Quête] Ceci n'est pas un poisson !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» | CK006 | Du poisson...
» Une femme aurait accouché d’un poisson...
» Petit poisson mord à l'hameçon... [Jared] ♥
» Cassolette de poisson
» A qui appartient le poisson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Le Monde des Héléos :: Les Pics de Terca :: Jioky-