AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Il y a des chemins qu'il vaut mieux éviter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Prêtresse d'Uraang

Messages : 710
Xp's : 246
DC : Marissa E. Iselk, Adélaïde Firloe et Mère Nature
Date d'inscription : 03/03/2012
Carnet : Recueil

Feuille de personnage
Vie:
40/110  (40/110)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Occupée
MessageSujet: Il y a des chemins qu'il vaut mieux éviter Ven 20 Avr 2012 - 6:34

Auxane était enfin sortie de la forêt, sa rencontrer devant l'autel de Mère Nature lui avait appris à être plus sur ses gardes, surtout qu'elle ne connaissait rien au monde qui l'entourait. Et cela pouvait très bien se confirmer, car la jeune fille s'était arrêtée pour se reposer un peu dans l'ancienne Capital, Faras, qui avec les années était devenu un repaire de voyous. Alors sans le savoir la jeune femme se mit en situation de danger, et afin d'améliorer les choses, elle se coucha dans l'espoir de s'endormir, se disant qu'elle avait eu de la chance de tomber sur une ville complètement abandonnée, au moins elle ne risquait pas de tristes rencontres. Peut être la belle savait se défendre et posséder un caractère plutôt prononcé, autant elle est également une grosse gourde, qui ne connait rien en dehors de son temple et de sa déesse. C'est à dire, qu'elle avait beau avoir beaucoup de courage et de volonté, elle risquait fort d'y laisser sa place.

Alors qu'Auxane commençait à peine à s'endormir, elle entendit un sifflement se rapprochait doucement, mais dangereusement près d'elle. Elle se relava brusquement et serra très fort une dague qu'elle avait mise dans son sac dont elle se servait comme oreiller. Peut être ne connaissait-elle rien, mais au moins elle savait se tenir prête à l'attaque et était du genre plutôt méfiante. Alors que le sifflement se rapprochait, la jeune prêtresse n'entendait aucun pas approchait. Puis alors qu'elle se décida à prendre une torche pour y voir mieux dans l'obscurité elle aperçut un énorme serpent. Ne sachant pas à quoi elle avait faire, elle préféra ne pas bouger, après tout ce n'était qu'un serpent, pas de quoi ce faire une frayeur comme avec un Gnof. Mais contrairement à ce que la jeune femme pensait, il ne s'agissait pas d'un vulgaire serpent des prés, mais bel et bien d'un Strid.

En voir un dans cette région de la contrée était plutôt rare, à moins qu'un marchand n'est essayé la folle entreprise de le vendre. Alors qu'Auxane agitait sa torche devant lui pour essayer de le faire disparaître, le serpent se releva, atteignant son buste, puis après un très long sifflement des mots sortir de sa gueule :


    - Feu pas peur, tuer moi toi.

Sur le coup la jeune femme ne comprit pas ce qui se passait, comment un serpent pouvait-il parler ? Et puis elle se rappela que la grande prêtresse l'avait prévenu que nombre de créatures étranges vivaient à Madelle. Même si elle avait était surprise d'entendre cette chose prononcer des mots, elle avait tout de même entendu le mot tuer, et cela ne lui disait rien de bien. Alors qu'elle plia les jambes pour être un peu moins haute en cas d'agression afin d'essayer d'atteindre l'animal. Ce dernier se rua sur elle s'en quelle ne s'en rende compte. Par chance elle avait réussi à l'attraper et le renvoyer, mais le Strid est du genre coriace. Alors il revient de suite à la charge, laissant à peine le temps à la jeune fille de prendre de la hauteur, mais la sale bête réussit à mordre la prêtresse qui lâcha un cri d'effroi.
-


Dernière édition par Auxane Taël le Ven 28 Déc 2012 - 17:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Il y a des chemins qu'il vaut mieux éviter Ven 20 Avr 2012 - 9:34

    Le voyage avait été long et assez éreintant, pour eux comme pour les chevaux qu'ils avaient loué pour l'occasion. Mais le calvaire était bientôt fini, Faras était en vue, ou plutôt, ils avaient déjà atteint le mur d'enceinte. Des ruines, comme tout le reste normalement. Lynn se redressa sur sa selle et remit bien en place sa capuche. A ses côtés, deux autres cavaliers. Normal, jamais son peuple ne l'aurait laissé partir seule, et c'était une miracle qu'elle n'ait que ça comme garde rapprochée. Enfin, il était vrai que si elle s'était entourée de plus d'hommes, son statut aurait pu être découvert... Bref ! Elle n'était pas là pour penser à ça, mais elle avait plutôt un but bien précis : les bibliothèques de l'ancienne capitale. En effet, une rumeur avait circulé parmi les marchands de Terna comme quoi des livres se trouveraient toujours des les bibliothèques de la ville. Peut-être n'étaient-ils plus en bon état, mais la jeune femme voulait en avoir le cœur net...

    Elle descendit lourdement de son destrier, peut habituée qu'elle était à emprunter ce moyen de transport. D'ailleurs, c'était peut-être même que la deuxième ou troisième fois qu'elle montait à cheval. Ces deux gardes en firent de même. Pile au même moment, un cri d'effroi retentit. Un cri de femme. Aussitôt, les deux hommes se rapprochèrent de leur chef. Celle-ci fronça les sourcils, les écarta prestement et courut dans la direction d'où provenait le cri, sans écouter leurs rappels à l'ordre, pour pas changer. Ce qu'elle vit, au détour d'une ruine, la fit déglutir difficilement. C'était quoi ce serpent ? Il était tout simplement énorme !

    " - Reculez Madame, c'est un Strid. " dit l'un de ses soldats en bandant son arc.

    Mais elle ne bougea pas. La jeune femme était pétrifiée. Elle avait toujours eu horreur de tout ce qui rampe et qui siffle comme ça. Finalement, son regard dévia et elle aperçu une autre jeune femme un peu plus loin. Le Strid s'était tourné vers eux, les fixant de ses yeux étranges et sans pupille. Malheureusement pour lui, les hommes furent plus rapides : deux flèches virent se planter dans sa tête, l'une dans son museau, l'autre pile entre les deux yeux. La bête s'effondra en un cri de douleur ressemblant vaguement à un cri humain. Retrouvant sa liberté de mouvement, Lynn couru jusqu'à la jeune femme et passa un bras autour de ses épaules pour la soutenir.

    " - Il vous a mordu ? "

    Elle souhaitait que non. Certes, ils avaient emmené du contre-poison car on est jamais trop prudent, mais elle aurait bien aimé l'économiser un peu. C'était cruel ? Non, c'était juste logique.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Prêtresse d'Uraang

Messages : 710
Xp's : 246
DC : Marissa E. Iselk, Adélaïde Firloe et Mère Nature
Date d'inscription : 03/03/2012
Carnet : Recueil

Feuille de personnage
Vie:
40/110  (40/110)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Occupée
MessageSujet: Re: Il y a des chemins qu'il vaut mieux éviter Sam 21 Avr 2012 - 9:52

La jeune femme était paniquée, n'ayant jamais été confrontée à ce genre d'incidents, elle avait secoué frénétiquement sa dague à ses pieds pour que le serpent ne puisse pas s'approcher d'elle. Alors que ce dernier intensifié ses attaques afin de pouvoir faire de la jeune prêtresse son repas, n'ayant pas eu une telle occasion depuis plusieurs mois. Un bruit résonna au loin des hommes n'étaient pas très loin, mais alors qu'Auxane cherchait du regard une personne qui lui viendrait à l'aide, elle vit une silhouette fine digne d'une femme accourir vers elle. Il devait donc y avoir plus de personnes en ces lieux, la nouvelle arrivante arriva vers Auxane, mais ce fut une voix d'homme qu'elle entendit lui dire de reculer. Elle ne se fit pas prier et trancha à nouveau l'air de sa dague, puis en profita pour se reculer, au même moment deux flèches transpercèrent le serpent qui tomba au sol sans vie. Enfin sortie d'affaire, Auxane descendit, et en faillit tomber, son pied lui faisant mal, heureusement pour elle la jeune femme l'aida à marcher, puis elle lui demanda si elle s'était fait mordre.

La prêtresse ne voulait pas déranger ces trois inconnus qui étaient venus à son secours, elle n'allait pas en plus leur demander de la soigner. Elle pourrait très bien essayer d'elle même, il est vrai que pour l'instant elle n'arrivait qu'à refermer les petites plaies, mais bon elle pouvait toujours essayer par elle même. Et puis il ne lui semblait pas que le venin de ce serpent était mortel, alors que risquait-elle. Boitant légèrement, elle alla vers son sac et y chercha une plante qu'elle avait emmené pour soulager la douleur. Puis elle posa sa main sur sa cheville et se concentra. Un papillon venu de nul part vint se poser sur sa main, en dessous une lumière apparut. Quelques secondes plus tard elle la retira, il n'y avait plus les marques de crocs, cependant elle avait encore mal, alors elle mâchouilla la plante, espérant que cela suffirait. Puis elle dirigea son regard vers les deux hommes, ils avaient l'air plutôt mal à l'aise et ne cessaient de regarder les alentours à la recherche d'un quelconque danger, ils devaient surement être des protecteurs pour la jeune femme.

Auxane dévia alors son regard vers elle, ce qui la choqué le plus était sa longue chevelure blanche, non pas qu'elle trouve cela immonde, bien au contraire, ce trait de caractère plutôt rare lui donnait une certaine prestance. Auxane était sûre qu'il ne s'agissait pas d'une simple voyageuse, elle devait avoir un rang important dans sa confrérie. Surement une jeune riche, ou encore une mage respectée. Ayant fini d'avaler sa plante, un large sourire orna ses lèvres, D'une voix plutôt calme et douce elle lui dit :

    - Merci beaucoup de m'avoir aidé, pour la morsure je pense que ça suffira. Je vous remercie sincèrement vous et vos hommes, si vous n'étiez pas arrivé, je ne sais pas combien de temps j'aurais pu tenir.

Le serpent gisait encore au sol, ne manifestant plus aucun signe de vie. Auxane se dirigea précautionneusement vers lui, puis grâce à une tige pointue qu'elle avait prise dans son sac ainsi qu'un petit flacon, elle chercha la glotte contenant le poison, puis elle le recueillit. Il n'y en avait plus beaucoup, mais qu'importe. Auxane revient vers la jeune femme, seulement son pied semblait paralysé, elle avait réussi à stopper le poison, mais ne l'avait pas éjecter de son corps. Peu importe d'ici une ou deux heures elle pourrait remarcher, et puis ce n'était pas comme si un autre Strid était dans le coin, attendant qu'elle soit complètement paralysée pour pouvoir la manger. Arrivée à la hauteur de l'inconnu elle lui tendit la fiole et lui dit :

    - Tenez, en remerciement pour m'avoir aidé, vous en trouverez peut être une utilité. Je me présente, Auxane Taël, je viens du temple de la Déesse de la Vie de Karnès.

La jeune femme risquait de se retrouver dans des situations dangereuses si elle continuait ainsi à se présenter aux personnes qu'elles rencontraient, bientôt tout le monde allait parler de l'incapacité de la prêtresse de Karnès à se défendre. Et franchement elle n'avait pas besoin de ça pour ne pas être appréciée par les siens.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Il y a des chemins qu'il vaut mieux éviter Sam 21 Avr 2012 - 15:58

    Après un long temps de réflexion et un regard échangé avec ses compagnons, la jeune femme aux cheveux blancs accepta le présent et prit la fiole entre ses doigts fins. Son visage n'affichait plus aucune expression particulière, au contraire même, il était d'une neutralité glaciale. Elle rangea le flacon dans son sac à bandoulière, murmura à un de ses hommes d'aller rassembler les chevaux - histoire qu'ils ne s'enfuient pas - et reporta son attention sur la jeune femme qu'ils avaient sauvé. Enfin, que ses hommes avaient sauvé, parce que sur ce coup là, Lynn n'avait rien eu le temps de faire... Un manque de logique de sa part, c'était rare, mais cela pouvait se produire quand même, après tout, elle était humaine, et donc, par définition, un être imparfait. Mais bon, la question qui lui tourmentait l'esprit était : n'avaient-ils pas commis une erreur en lui laissant la vie sauve ? Était-elle seulement ce qu'elle prétendait être ? Son nom ne disait rien à la Parlémienne... Mais soit, elle préféra ne pas montrer sa méfiance à l'égard de la prêtresse - même si son air neutre n'était déjà pas très engageant - et hocha la tête. Elle ouvrit la bouche dans l'intention de se présenter à son tour, en juste retour des choses, et sentit le regard désapprobateur du garde qui était resté avec elles.

    " - Je m'appelle Lynn Shisha, et voici Zu-Hee. Celui qui est parti se nomme Pyragon. Nous venons de Terna. "


    Bien sûr qu'elle n'allait pas révéler leur véritable identité. D'accord, elle avait donné leur nom, mais que pourrait en faire une prêtresse ? Même un espion ne saurait pas découvrir sa véritable fonction, elle était donc loin d'être en danger. Et puis, peut-être qu'ils n'en avaient pas l'air comme ça, mais Zu-Hee et Pyragon étaient les meilleurs gardes de la confrérie. La blanche finit par laisser échapper un bref sourire de circonstance. Qu'elle avait horreur de faire cela ! Non, pas le fait de sourire, mais plutôt le fait de devoir simuler. Elle n'avait eu, à ce moment, aucune envie de sourire, c'était juste une habitude, une sorte de tic, qui la prenait à chaque fois qu'elle se présentait.

    Au moins, cette Auxane semblait réellement heureuse d'avoir été secourue. Quelqu'un de mal intentionné ou de manipulateur lui aurait dit qu'elle lui était redevable, une personne sympathique lui aurait dit qu'il n'y avait pas de quoi et que c'était normal, mais Lynn était bien incapable de se prononcer. Les mots refusaient souvent de sortir de sa bouche, surtout quand sa cervelle jugeait que ce n'était pas nécessaire, et même si cela allait à l'encontre de la logique ! Là, normalement, elle devrait dire quelque chose, un truc, n'importe quoi ! Mais ses lèvres ne voulurent pas se desserrer. Ce fut Pyragon, revenant après avoir mis les chevaux à l'abri, qui lui sauva la mise.

    " - Faites attention la prochaine fois, les ruines de Faras sont loin d'être un terrain de jeux. Il se peut fort bien qu'un autre Strid ou une quelconque bête tout aussi dangereuse vous guette à nouveau pour faire de vous son repas. "

    Certes, ils l'avaient vu se soigner, ce qui leur avait d'ailleurs indiqué de quelle confrérie elle venait avant même qu'elle se déclare de Karnès. Une Namésienne. Évidement, les rapports entre les deux confréries étaient neutres, mais ils ne devaient pas se laisser aller à l'imprudence. Il était hors de question de lui dire ce qu'ils étaient. Lynn fronça brièvement les sourcils en remarquant que le pied de la prêtresse semblait ankylosé, voire même paralysé. Le venin faisait tout de même effet ? Très bien, ils n'avaient pas le choix.

    " - Si vous le voulez, nous allons visiter les grandes bibliothèques de la ville - une rumeur court à Terna comme quoi des livres seraient encore intact - vous pouvez nous accompagner si vous le désirez. " dit-la jeune femme avec un faible sourire, mais un sourire naturel cette fois.

    Les deux gardes ne bronchèrent pas, eux aussi avaient sans doute remarqué le pied de la jeune femme aux cheveux courts. Et de toute manière, ils n'avaient pas à aller à l'encontre de la blanche...
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Prêtresse d'Uraang

Messages : 710
Xp's : 246
DC : Marissa E. Iselk, Adélaïde Firloe et Mère Nature
Date d'inscription : 03/03/2012
Carnet : Recueil

Feuille de personnage
Vie:
40/110  (40/110)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Occupée
MessageSujet: Re: Il y a des chemins qu'il vaut mieux éviter Jeu 26 Avr 2012 - 19:52

    Auxane se tenait comme elle le pouvait, au moins elle pouvait être contente de ne pas ressentir de douleur, et puis c'était un peu comme lorsque l'on a le pied engourdi, seulement il l'était plus longtemps et plus violemment. Alors qu'elle venait de donner la fiole de venin à la jeune femme, cette dernière se présenta. Ce devait être une personne importante pour être ainsi accompagnée de deux gardes, mais elle ne déclina pas son rang. D'un coup la jeune femme se sentit vraiment comme une enfant, elle n'avait aucun notion de politesse ou de retenu, elle était incapable de savoir comment se présenter, ce qui en disait long sur son inexpérience.

    La prêtresse reprit un visage plus ferme, il fallait vraiment qu'elle arrive à se prendre en main. Comment réagirait ses parents s'ils la voyaient dans cet état. À peine avait-elle franchi le désert qu'elle devait se faire secourir. En vérité son père n'avait pas tord, elle n'était qu'un fard d'eau pour tous, elle aurait mieux fait de rester dans son temple à l'abris de tout. Même si au fond d'elle la jeune fille était plus que mélancolique, un petit sourire était affichée sur ses lèvres. Elle répondit à la jeune femme d'une voix vive :

      - La bibliothèque ? Je croyais qu'elle avait brûlé. Je vous accompagnerais avec plaisir.


    Le dos droit et le sourire aux lèvres la jeune femme avança vers la "blanche" ainsi que les deux gardes, on voyait qu'elle peinait à avancer, mais son sourire contrasté avec son pied qui devait supporter son poids et qui à chaque fois manqué de la faire chuter. Mais pour rien au monde elle ne se serait laissée aider. Peut être était-elle fragile, sans défense et aussi naïve qu'une enfant, mais elle était au moins capable de marcher seule. Son égo ne lui permettait pas de se faire aider deux fois de suite par une seule et même personne. Ainsi elle se tourna vers le petit groupe attendant que l'un d'eux prennent la tête pour les conduire à la bibliothèque. Jamais la jeune femme n'aurait pu espérer une aussi belle découverte, on racontait partout que la bibliothèque de l'ancienne capitale refermée des secrets d'avant la guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Il y a des chemins qu'il vaut mieux éviter Jeu 3 Mai 2012 - 0:00

    Une courageuse, voilà comment la jeune femme apparaissait aux yeux de la blanche. Certes, elle ne lui accordait véritablement aucune confiance, mais elle ne pouvait pas ne pas lui reconnaître cette qualité. La cheftaine appréciait cela, il y avait tellement de laisser aller depuis une génération. C'était trop calme pour perdurer, évidement, le monde n'était pas fait pour vivre en paix. Lynn voulait cependant y croire, et elle était certaine que c'étaient les gens courageux - comme cette Auxane - qui formeraient un monde meilleur, un monde où l'on ne baisserait pas les bras et où le respect inter-confréries aurait sa place. Un monde- ... Elle cligna vivement des yeux, voilà qu'elle se laissait encore emporter dans ses pensées. Vraiment, elle ne faisait rien de raisonnable ces derniers temps. Quoique... Ces livres étaient assez importants, pour peu qu'ils existent toujours.

    Hochant d'un coup la tête, la blanche prit la tête de la marche, adressant un sourire à la prêtresse au passage. Les gardes lui emboîtèrent vivement le pas. Ils étaient tendus, cela se sentait aisément. Comment ne pouvaient-ils pas l'être ? Ces ruines étaient des repaires à monstres, le Strid n'était sans doute qu'un avant goût de ce qui les attendait. En tous les cas, ils n'étaient pas rassurés. La Parlémienne savait exactement ce qu'ils se demandaient : saurons-nous la protéger ? Elle les connaissait bien, ils étaient tous deux assignés à sa garde personnelle depuis sa nomination, et ils avaient également servis son oncle, le précédent chef. Ils ne vivaient que dans cet unique but, et faillir signifiait un immense déshonneur. Mais la femme ne partageait pas leur crainte. Elle les savait valeureux, et elle ne doutait pas non plus de ses propres capacités. Et puis, ce n'étaient pas deux ou trois monstres qui allaient les déranger !

    Après plusieurs minutes de marches dans les anciennes rues de la ville abandonnée, le petit groupe arriva devant les ruines de ce qui devait être un immense bâtiment. Le feu avait consumé les fondations et fait s'effondrer la totalité des murs. Un squelette reposait sur les marches menant à ce qui était la bibliothèque de Faras, les os séparés et le crâne poussiéreux. Ses orbites noires semblaient fixer les quatre vivants et leur reprocher cette vitalité qu'il n'avait plus depuis longtemps. Le malaise de cette "rencontre" fit frissonner la jeune femme. Mais elle ne se débina pas et se tourna vers ses compagnons et vers la prêtresse.

    " - Il existe normalement un sous-sol où les écrits interdits au simple public sont entreposées, les archives en quelque sorte. Il devrait y avoir un passage quelque part, trouvez-le s'il-vous-plaît. Cet ordre ne vous concerne bien évidement pas, mademoiselle Taël - rajouta-t-elle en souriant doucement - asseyons-nous et discutons. "

    Elle désigna d'un geste effacé une colonne effondrée sur laquelle elle s'assit justement. D'un revers de main, elle remit en place des mèches qui lui étaient tombées devant les yeux, et elle tourna son regard rouge-rose vers la jeune femme.

    " - Ainsi vous êtes prêtresse de la Déesse de la Vie ? Pourriez-vous m'en parler ? Si vous le voulez bien, bien sûr. "

    Une légère lueur enfantine brillait dans ses yeux. On ne vénérait pas réellement de dieu particulier chez les Parlémiens, et encore moins chez la famille de la blanche. Ce n'était pas des les mœurs, voilà tout. Mais cela n’empêchait pas Lynn de vouloir au moins connaître les principales divinités ainsi que leur fonction. Elle aimait bien tout savoir, c'était dans sa nature. Du côté des ruines, les deux gardes inspectaient minutieusement chaque parcelle de terrain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Prêtresse d'Uraang

Messages : 710
Xp's : 246
DC : Marissa E. Iselk, Adélaïde Firloe et Mère Nature
Date d'inscription : 03/03/2012
Carnet : Recueil

Feuille de personnage
Vie:
40/110  (40/110)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Occupée
MessageSujet: Re: Il y a des chemins qu'il vaut mieux éviter Ven 28 Déc 2012 - 22:05

Le petit groupe se mit en marche vers la bibliothèque. Au fil des minutes la plante qu'Auxane avait mâchouillé fit effet, le pied s'engourdissait atténuant la douleur. Mais à ce moment elle n'en avait que faire, car elle était paranoïaque. L'attaque du Strid l'avait vraiment bouleversé, elle ne pouvait s'empêcher de voir surgir un serpent des ombres qui les entouraient. Après quelques minutes de marche, ils s'arrêtèrent devant un bâtiment en ruine, il n'y avait même plus de murs complets. La prêtresse n'arrivait pas à imaginer qu'il puisse rester quelque chose et le squelette qui gardait l'entrée lui glaça le sang, cela ne présager jamais de rien.

Alors qu'Auxane avait le regard fixait sur le corps, elle n'avait pas vraiment envie de rentrer à présent. Par chance la jeune femme qui lui avait porté secourt ordonna à ses hommes de chercher le sous-sol puis invita la prêtresse à s’asseoir. La namésienne avait du mal à se faire à l'idée que la jeune femme puisse avoir autant de pouvoir sur des hommes qui de tout évidence avait l'air valeureux et serviable. Alors que les gardes passèrent le squelette, Lynn se dirigea vers une colonne pour prendre place. Auxane la suivit, s'asseyant à son tour tout en posant son sac à terre, quand elle entendit une question qui l'interpela.

La parlèmienne voulait qu'elle lui parle de la déesse Cioriel, étant une de ses suivantes il est tout naturel que les madelliens attendent de vous que vous en sachiez un minimum, seulement Auxane n'avait jamais été une prêtresse très dévouée. Comme sa mère le dit si souvent, c'est une petite écervelée qui a toujours la tête dans les nuages. Ainsi la jeune fille n'avait jamais vraiment pris au sérieux son rôle à l'autel de la déesse, mettant tout en oeuvre pour s'absenter dès qu'elle le pouvait. Elle se retrouva donc avec un blanc, ne sachant pas quoi dire. La peur reprenant le dessus, elle essaya de s'exprimait pour essayer de reprendre le dessus :


- Hé bien.... la déesse de la Vie, c'est une femme douce et puis aussi....et bien...c' est en quelque sorte notre deuxième mère créatrice, avant que nous les hommes viennent au monde, Mère Nature a dû créer Cioriel, afin de l'aider à nous créer. C'est elle qui fait pousser le premier cris des enfants lorsqu'elle leur insuffle la vie. Mais ce n'est pas la seule divinité que Mère Nature a dû créer avant que nous puissions voir le jour, Uraang a été créé en même temps que Cioriel, ces deux divinités sont liées entre elle, elle forme un tout.

La prêtresse eut du mal à commencer, mais très vite elle se reprit, car même si elle n'avait pas étudier d'arrache pied, en n'y mettant de la bonne volonté elle pouvait se rappeler de plusieurs choses, après tout toute son enfance avait été bercée dans la dévotion aux dieux, et en particulier à la déesse de la vie. La jeune femme préféra s'arrêta là pour le moment, elle ne voulait pas assommer la jeune femme de toute ces choses religieuses. Surtout que les gardes avait l'air de rester à un endroit, retirant quelques débris, peut-être avait-il trouvé l'entrée ? La jeune femme les regarda quelques secondes pour voir s'il avait bel et bien trouvé quelque chose ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Il y a des chemins qu'il vaut mieux éviter Ven 4 Jan 2013 - 15:28

    Ce que la prêtresse lui rapporta fut assez confus au départ, mais son discours prit de l'assurance au fur et à mesure que les mots semblaient lui venir. Néanmoins, il avait plus apporté de questions que de réponse, toutefois la blanche se retint de les poser. Son interlocutrice ne paraissait pas à son aise avec les explications, peut-être n'était-elle qu'une apprentie après tout, alors autant valait-il mieux la laisser un peu respirer. Si cela était possible. L'air était brusquement lourd de chaleur, la parlèmienne sortit alors sa gourde et soulagea sa gorge asséchée. Après quoi elle tendit l'objet à la prêtresse, lui suggérant silencieusement de se désaltérer. Il ne fallait pas attendre d'avoir vraiment soif pour boire, contrairement à ce que bon nombre de gens pensaient, la sensation de soif n'est là que parce que le corps commence à puiser dans les réserves, ce qui n'est jamais bon signe. Enfin, là n'était pas le plus important pour le moment. Tournant la tête vers ses compagnons, Lynn remarqua qu'ils s'affairaient sur un coin en particulier, et que vu les décombres qu'ils enlevaient, ils devaient avoir trouvé un accès vers le sous-sol. Un petit sourire éclaira le visage de la jeune femme alors qu'elle se levait, abandonnant sa gourde à l'autre demoiselle, après quoi elle rejoignit ses soldats.

    Effectivement, un passage sombre s'enfonçait dans le sol, et il n'avait rien de rassurant. Une chance qu'ils aient pensés à prendre de quoi faire des torches, cela n'allait pas être de refus puisqu'ils allaient devoir descendre la dedans. Après quoi ils aviseraient en fonction de la situation. Si le sous-sol était ravagé, ils ne traîneraient sans doute pas. Mais si certains livres étaient encore en état d'être consultés, ils allaient devoir les emmener avec eux. Oh, bien évidemment, il n'était pas uniquement question de curiosité personnelle. Il y avait une chance infime que certains de ces ouvrages contiennent des renseignements sur le clan auquel ils appartenaient tous les trois, et il était hors de question que ces informations tombent dans d'autres mains que les leurs. Bien sûr, il ne fallait pas que la jeune femme qu'ils avaient sauvé tombe dessus, mais si ce cas arrivait, ils sauraient gérer. Leur Vérité avait bien des formes, dont une qui permettait de sceller les souvenirs récents, bien pratique n'est-il pas ?

    Après un court moment de réflexion, Lynn envoya l'un de ses gardes chercher de quoi faire les torches, et aida l'autre à enlever ce qui restait de débris. Il ne restait plus grand chose, ni rien de bien lourd, sinon il ne l'aurait pas laissé faire, c'était certain. Pourtant elle aimait les aider, son titre de chef la frustrait souvent à cause du statut et de l'attention qu'on lui portait... Enfin, pour le moment, il valait mieux se concentrer sur le pourquoi de leur présence ici.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Prêtresse d'Uraang

Messages : 710
Xp's : 246
DC : Marissa E. Iselk, Adélaïde Firloe et Mère Nature
Date d'inscription : 03/03/2012
Carnet : Recueil

Feuille de personnage
Vie:
40/110  (40/110)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Occupée
MessageSujet: Re: Il y a des chemins qu'il vaut mieux éviter Sam 19 Jan 2013 - 22:10

HRP:
 

Les deux soldats semblaient avoir trouvé quelque chose, ils retiraient des débris depuis un petit moment, leur chef Lynn après avoir proposé sa gourde à Auxane alla les retrouver, laissant la prêtresse assise sur cette ancienne colonne. La jeune femme porta à ses lèvres la fiole pour laisser couler un filet d'eau. Elle avait une réelle impression de déranger, jamais elle n'aurait dû les suivre de la sorte. Vidant une partie du précieux liquide qu'elle avait entre les mains, la demoiselle regardait les trois inconnus qu'elle venait de rencontrer déblayer un trou qui vraisemblablement devait conduire dans les sous-sol de la bibliothèque, un endroit qui a coup sûr aller être sombre et inquiétant.

Alors qu'elle restait là inerte sur un cailloux, la namésienne n'arrivait plus à se contrôler, elle commençait à se faire tout un film dans sa tête, imaginant qu'un guet-apens aller lui tomber dessus si elle acceptait de descendre avec eux là dedans. Mais comment s'en sortir, elle ne pouvait décemment pas s'enfuir, si par chance elle arrivait à les semer, rien ne lui assurait de ne pas tomber sur un serpent parlant ou une bête plus étrange encore. En l'espace d'une dizaine de secondes, la petite balade découverte que s'était imaginée la jeune fille se transforma en un effroyable piège où la mort était la seule option envisagée. Autant dire que lorsqu'elle se décida à se lever et que lorsqu'elle parvint à eux, ils eurent fini de déboucher l'entrée, Auxane se sentit mal, on ne distinguait absolument rien. La prêtresse avait l'impression de se trouver face à un gouffre, ou peut-être un puits sans fond, quoi qu'il en soit elle n'avait aucunement envie de descendre là dedans.

Alors que l'un des hommes de la parlèmienne revenait avec une torche à la main, la jeune femme rendit la gourde à sa propriétaire puis attendit que tous soit descendu pour passer à son tour. Elle voulait à tout prix retarder le moment fatidique où elle poserait le pied à terre et où elle se ferait enlever. Quand son tour arriva en fin, elle eut une hésitation, après tout elle avait une chance de pouvoir s'enfuir, elle regarda derrière elle pour voir s'il y avait une ligne droite devant elle. Au moment où elle se posa cette question, elle eut tout d'un coup l'air d'être une idiote. Comment en était-elle arrivée à ce besoin de fuir ? Encore un peu perdue dans ses pensées, Auxane se pencha pour voir le petit groupe qui commençait à inspecter la pièce, éloignant les torches de l'entrée. Si elle attendait encore trop longtemps elle allait devoir descendre à l'aveuglette.

Mettant de côté ses angoisses, la namésienne se faufila dans le trou, pour finalement se laisser tomber au sol, n'étant pas trop maladroite elle était fière d'être retombée sur ses pieds et non ses fesses, mais bon ces "compagnons de voyages" en avait que faire. Pendant que les deux soldats sécuriser la pièce, Auxane se dirigea vers un meuble bas, sans réfléchir elle ouvrit pour voir ce qu'il contenait, et elle tomba sur une montagne de cendres. Le meuble en question avait du autrefois contenir toutes sortes de parchemins, mais pour une raison étrange tout les documents avaient été réduit en feu, pourtant le meuble en lui même était impeccable. Ne sachant pas où aller ou ce qu'ils cherchaient exactement, la jeune femme faisait une analyse plutôt superficielle des lieux, feuilletant là et là quelques pages sans réellement les lire. Elle suivait le petit groupe sans vraiment faire attention à eux, traînant quelques pas derrière eux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Il y a des chemins qu'il vaut mieux éviter

Revenir en haut Aller en bas

Il y a des chemins qu'il vaut mieux éviter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» « Conquérir sa joie vaut mieux que de s’abandonner à sa tristesse. » (Tommy J.)
» Theodore Digans : Il vaut mieux allumer une bougie que maudire l'obscurité. (terminée)
» ❝ parfois, il vaut mieux tourner la page que d'être seule à vouloir arranger les choses ❞ › jordan
» Il vaut mieux éviter de tirer la queue d'un chat ! Et celle d'un tigre ?
» Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: La Fin :: Les Choses que nous oublions vite :: Rp's abandonnés-