AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Event °2] Lorsque la panique ronge les âmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
avatar


Divinité

Messages : 3393
Xp's : 2456
DC : Marissa E. Iselk, Auxane Taël et Adélaïde Firloe
Date d'inscription : 15/05/2010
Age : 22

MessageSujet: [Event °2] Lorsque la panique ronge les âmes Sam 9 Aoû 2014 - 12:50

Lorsque la panique ronge les âmes


Mise en Contexte
Partout dans la ville des rumeurs circulent, les Récleyès seraient de retour avec une armée dévastatrice. Krik semble vivre au ralenti depuis l'annonce de la résurrection de la cinquième confrérie, les gens craignent que le conflit n'arrive devant leur porte. La plupart n'ont aucune confiance en la défense de la tour Ouest.

Ainsi de nombreux habitants se sont réfugiés chez eux et ne sortent plus, la ville qui en temps normal résonne des cris des marchands semble aujourd'hui être morte. Dehors il n'y a plus aucun étalage, les commerçants ont fermé boutique et il ne reste que quelques tavernes ouvertes pour les voyageurs.

Cependant, tandis que la plupart se cachent, certains osent sortir en ville et on entend au loin un homme qui semble discourir. Approchez-vous plus près et vous l'entendrez enflammer la foule, il ne cesse de clamer haut et fort que les Récleyès n'ont jamais disparu, nous nous voilions juste la face. Pour lui cela semble évident, ils sont déjà parmi nous !

Déroulement de la Mission
Vous devez reprendre la description des lieux et vous arrêter lorsque vous entendez le "prophète" au loin.

Un MJ s'occupera de contrôler l’orateur ainsi que son public.

Le MJ interviendra également pour accentuer la panique en ville. Prenez donc gare, il pourrait rajouter des éléments perturbateurs à tout moment du Rp.

Les participants devront alors faire face à la folie qui se répandra en ville, libre à eux de l'accentuer ou d'essayer de la contenir.





Dernière édition par Mère Nature le Lun 14 Mar 2016 - 19:01, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madelle.1fr1.net
avatar


Assassin

Messages : 26
Xp's : 96
Date d'inscription : 05/07/2014

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: Im free
MessageSujet: Re: [Event °2] Lorsque la panique ronge les âmes Sam 13 Sep 2014 - 15:59

Le monde est si pathétique à mes yeux, voir tous ces humains rampé comme des larves pour leurs bien me fait gerbé. Soupirant je me gratte le menton tout en marchand dans ce bled de merde, je me demande ce que je fou ici. Ont m'avait proposé un bon paquet de fric contre un meurtre mais manque de peau la cible est morte naturellement et du coup j'ai fait ce putain de voyage pour des prunes.

Je continus dans cette rue qui pue les ordures pour finir par sortir dans une autre rue, la principal il me semble, chose zarb ont vois presque personne dans les rues. Il me semblais que ce bled est animé d'habitude, je penche la tête regardant les portes et volets fermé, oui il se trame un truc étrange, je me sors une clope roulé à l'avance puis la portant à mes lèvres je réfléchis un peu, le temps est clair mais personne ne sors. Fronçant les sourcils je regarde voir si un magasin ou autre est ouvert mais rien, j'entend par contre un murmure lointain et me dirige donc vers lui me demandant sur quoi je vais tombé.

Je marche comprenant qu'une chose leurs fait grandement peur mais je n'arrive pas à savoir quoi, remarque vue que je croise personne je ne peux pas demander ce qu'il ce passe, utilisé mes ombres ne me serais pas d'une grande utilité non plus. L'atmosphère est pesante voir malsaine, j'aime cette odeur de peur caché mais point trop n'en faut non plus et je dois savoir de quoi il s'agit.

J'arrive au détour de la rue sur la place principal et le murmure ce fait plus intense, j'entend une voix qui hurle des mots, je me pose à l'angle et écoute avec attention. L'homme monté sur une estrade parle du retour du peuple maudit, les porteurs de morts, les monstres à forme humaine, les récleyès. La vache ce mec est devins ou quoi ? Il parle du peuple caché dont je suis issue mais je le cache et ne montre jamais ma vrai nature mais là je vais devoir faire gaffe à ma peau.

Penchant la tête je regarde le troupeau autour de l'homme me disant que je risque gros si je tente quoi que ce soit pour lui faire fermé sa gueule. Soupirant je finit ma cigarette, maintenant je capte mieux, celui qui se prend pour le grand chef à décidé de montré au monde qu'il est vivant non mais quel gros connard ce ténébreux de merde, je hais ce type franchement il aurais pas pus crever dans son coin en silence. Je le porte pas dans mon cœur mais bon je ne porte personne dans mon cœur non plus.

Mon regard monte doucement vers le ciel mais une fille s'approche de moi le regard vitreux, tournant mon regard sur elle je la sonde des yeux sans dire mot. La voilà qui me demande si je suis un de ces monstres dont parle l'autre abruti, je rigole doucement puis écrasant ma clope je lui répond simplement que ce mec est taré. Je commence à m'éloigné mais la voilà qui me suis en me donnant la main elle me demande de l'accompagné chez elle car elle à peur, me stoppant un instant je la regarde mais sens dans mon dos comme une aura froide, me tournant je vois les habitants me regarder et me pointé du doigt. La rumeur monte tel un vent froid et tous me traite de récleyès sans preuve, franchement ils sont cons même si c'est vrai.

Bref je prend donc la main de la fille dans la mienne et fonce droit vers une ruelle sombre mais ne me stoppe pas courant loin de l'autre coté je passe un porche puis fonce vers une grange ou j'entre et me cacha dans la paille me jetant dedans avec la fille.Je ne bouge plus posant ma main sur la bouche de la fille qui tremble mais se laisse faire. Je soupire voyant que personne ne nous à suivis puis la relâche doucement avant de sortir avec prudence pour voir si tout est redevenus calme. J'ai du pot car la rue est vide et me tournant vers la fille je lui dis de vite se tiré chez elle avant que ce soit pire, j'ai envie de joué et j'ai pas besoin de boulet. D'après le gars de tout à l'heure les monstres sont de retour et bien je vais lui prouvé qu'il à raison ce con.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageuse

Messages : 224
Xp's : 134
DC : Mère Nature, Marissa E. Iselk et Auxane Taël
Date d'inscription : 11/01/2012
Présentation : Fuyez
Carnet : Mes péripéthies

Feuille de personnage
Vie:
120/120  (120/120)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Libre
MessageSujet: Re: [Event °2] Lorsque la panique ronge les âmes Dim 14 Sep 2014 - 16:13


.

Lorsque la panique ronge les âmes


Avec Narya Télinda le 3 Malier


J'étais sur les routes depuis deux jours, depuis l'annonce du retour des Récleyès. Comme une lâche j'avais fui vers le nord sur le dos d'Osmund, nous arrivâmes le 3 Malier à la petite ville de Krik. C'était la première fois que j'y mettais les pieds, je connaissais pourtant cette ville, je pouvais dire que les familles principales se vouaient une haine viscérale depuis la construction de Krik, personne, pas même les livres, ne connaissait la raison de leur querelle, mais l'hypothèse la plus pertinente était sans doute qu'un bien avait été volé.

Lorsque nous passâmes la porte principale Sud, ce fut un silence de mort qui nous accueillit. Alors que je croyais arriver dans une ville commerçante où il est dur de se déplacer sans être assaillit par un marchand voulant vendre la meilleure viande, la meilleure amulette ou le plus beau collier. Ce fut le vide et la solitude qui m'entourèrent. L'annonce de la guerre avait du venir jusqu'ici et les habitants étaient tous enfermés chez eux.

Je descendis d'Osmund et le caressa de la croupe à la tête, pour ensuite m'aventurer seule dans la ville. Mon ami est un être libre qui préfère passer son temps dans les plaines que dans les villes, il me suffira de l'appeler si je rencontre des problèmes, je ne doute pas de sa loyauté et suis persuadée qu'il viendra m'aider si j'en ai besoin. Je lui jeta un dernier regard et m'élança dans la ville.

Je déambulais, ne rencontrant aucune âme. De temps en temps je croisais une taverne, c'était les seuls lieux qui semblaient encore animés. Je m'y serais bien arrêtée, mais elles étaient toutes combles. Je continuais donc ma route et atterrit près de la place publique. Une voix s'élève dans la ville, je ne vois pas qui en est la raison et ne distingue pas les propos, mais il semblerait que les rares téméraires de Krik soient en ces lieux.  

Alors que j'allais m'y diriger, j'observe un homme tirant une jeune femme venir vers moi. Instinctivement je me cache derrière une grosse caisse, comme d'habitude...je fais preuve d'un courage sans faille. Ils se dirigent alors dans une grange pour en ressortir quelques minutes plus tard. La demoiselle s'enfuit dans la direction opposé alors que son compagnon balaye la rue du regard. J'attends qu'il ne soit plus dans ma direction pour me lever.

J'avance alors la tête basse vers la place publique. Passant près de l'inconnu, je ne cherche même pas à lui jeter un regard. Mais au moment où je passe près de lui, je ne peux m'empêcher de jeter un coup d'oeil furtif. Il a l'air si grave et détendu à la fois, il n'a pas la même expression que tous les villageois et moi-même, il ne semble pas affecté par la venue des ténèbres. J'accélère le pas et sort de la ruelle sombre pour arriver sur la place publique.

De nombreux habitants se sont rejoints ici, un homme se trouve sur l'esplanade. Il maîtrise son public, attisant leur peur et leur haine des Récleyès. Je reste m'adosse au mur d'une demeure et l'écoute.

© Yamashita sur Epicode



Dernière édition par Adélaïde Firloe le Mar 14 Oct 2014 - 20:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Divinité

Messages : 3393
Xp's : 2456
DC : Marissa E. Iselk, Auxane Taël et Adélaïde Firloe
Date d'inscription : 15/05/2010
Age : 22

MessageSujet: Re: [Event °2] Lorsque la panique ronge les âmes Mer 17 Sep 2014 - 18:57

3 Malier


La peur est désormais présente dans le coeur de tous les habitants qui ne cessent de se lancer des regards. Ils sont tous en train de se suspecter, ils se sont tous écartés les uns les autres, ils n'osent pas être près de leur voisin, désormais ils voient en chaque individu un potentiel Récleyès. L'homme sur l'esplanade se rend compte de la tension qui est en train de prendre l'assistance. Il en a assez fait pour aujourd'hui. Alors qu'il s'est arrêté de parler, un homme qui dépasse tous ceux présents dans l'assistance souhaite s'en aller et il bouscule un habitant. L'autre se sent alors menacé et crie :

- C'est un Récleyès, je l'ai toujours su !

L'homme de deux mètres se trouve être un ermite vivant reclus dans la montagne. Les imaginations s'embrasent rapidement, les femmes se mettent à crier et courent pour se mettre à l'abri. Les plus lâches fuient, trois hommes, dont celui qui a crié encercle le géant. Ils sont armés et comptent se jeter sur lui en même temps. Lui, il est seul, désarmé et semble ne pas réaliser la situation. Son visage est calme, il ne dit rien et attends que ses assaillants se lancent.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madelle.1fr1.net


Invité
Invité

MessageSujet: Re: [Event °2] Lorsque la panique ronge les âmes Lun 13 Oct 2014 - 18:31

Cela faisait trois jours que je marchais vers une destination inconnue. J'allais où mes pieds m'emportaient et aussi aux endroits où j'étais utile. Sur ma route, on m'a annoncé plusieurs fois que les Récleyès étaient de retour parmi nous. Ce n'était pas une nouvelle à prendre à la légère. Fallait que je sois plus prudente et que je fasse attention aux choses autour de moi. En parlant de faire attention me voilà arrivais dans une ville silencieuse.

Je regardai autour de moi et ne vis personne. Je déambulais dans les rues et croisai des personnes qui couraient à l'inverse de ma direction. J'avançai discrètement vers le lieu qui avait insufflé la peur à quelques personnes. En restant plaqué contre un mur d'une maison, je vis un homme encerclé par trois autres. Il était étrangement calme. Je ne savais pas quoi faire sans être au courant de la situation alors je cherchai des yeux des plantes.
Là! Sur le bord d'une fenêtre, des violettes étaient exposées à cette scène. Je m'approchai le plus discrètement possible même si les quatre hommes étaient plus absorbés par le combat à venir qu'une silhouette s'approchant de fleur. Je pris le pot contenant ces violettes et retournai me cacher. Je devais me dépêcher. Je fermai les yeux puis me concentra sur le coeur d'une des fleurs. Je calai ensuite ma respiration avec les battements et commençai mon interrogation.

"Oh belle violette, puis-je savoir ce qui se passe ici?"
La fleur me résuma les événements précédents, le discours, l'animosité dans l'air, l'homme qui attira pendant quelques instants les regards et la dénonciation du géant. Je la remerciai comme il se doit et cherchai une solution. Je ne pouvais pas débarquer comme si de rien n'était et stopper cette rancune qui perdurait depuis deux jours. Mais je ne pouvais pas rester ici sans rien faire et regardai. En plus si je prenais la défense du géant, je suis sûr que les trois autres vont me prendre pour une Récleyès. Que faire? Inventer une situation? Oui, voilà ce que j'allais faire. Je réfléchis quelques secondes et courrai vers les quatre hommes en criant:

-Là-bas! Je viens de voir deux Récleyès sortir de la ville! Ils ont pris de la nourriture!

Je m'arrêtai faisant mine de m'éssoufler et pria pour que ce stratagème fonctionne.


Dernière édition par Narya Télinda le Lun 27 Oct 2014 - 14:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Voyageuse

Messages : 224
Xp's : 134
DC : Mère Nature, Marissa E. Iselk et Auxane Taël
Date d'inscription : 11/01/2012
Présentation : Fuyez
Carnet : Mes péripéthies

Feuille de personnage
Vie:
120/120  (120/120)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Libre
MessageSujet: Re: [Event °2] Lorsque la panique ronge les âmes Ven 17 Oct 2014 - 21:33


.

Lorsque la panique ronge les âmes


Avec Narya Télinda le 3 Malier


Adossée contre le mur, je regarda la scène se dérouler devant moi. Alors que l'homme sur l'esplanade criait il y avait encore quelques secondes, un lourd silence plomba l'assemblée. Tous le monde se tut, les gens commencèrent à se séparer, suspectant leur voisin d'être du côté des ténèbres. Un petit homme me lança un regard noir, il ne m'avait jamais vu en ville et cela devait lui suffire mon attiser son imagination.

J'étais mal à l'aise de son insistance et l'homme qui se trouvait dans l'obscurité derrière moi m'avait déjà mise sous tension. Avec toutes ces accusations, j'avais l'impression que peut-être j'étais tombée sur le fameux récleyès qui terrorisé la ville. Mais comme à mon habitude, je préféra garder cela derrière moi et je voulus repartir à la recherche d'un endroit où m'arrêter.

Seulement un homme eut la même idée que moi, mais il attira la peur. Le mot Récleyès fut crié, la foule fut alors prise de peur et s'éparpilla en quelques secondes. Il n'y avait plus aucun gamin et l'homme sur l'esplanade avait disparu. Il ne restait plus que quatre hommes. Je resta plantée là à regarder la scène. Ils étaient trois contre un et cela semblait évident que c'était le géant qui avait été accusé surement à tords.

Il fallait que je bouge, je ne pouvais pas rester là plantée au milieu de la rue. Je devais choisir, soit je tournais le dos et allait m'enfermer dans une taverne ou bien je prenais mon courage à deux mains et je suivais mon instinct. Mais comme toujours, la peur me tétanisait, qu'est-ce que je pouvais bien faire ? Il faisait au moins deux fois leur taille, il n'aurait pas besoin d'aide.

J'allais partir, quand une jeune demoiselle avança et cria qu'elle avait croisé deux Récleyès. Peut-être avait-elle vu l'étrange personnage qui avait agressé la jeune femme. Sans savoir pourquoi je m'avançais, je rejoignis le petit groupe. Après tout qu'est-ce que je risquais ? Nous étions maintenant trois contre trois, et avec un géant les paroles ont souvent plus de poids. C'est pourquoi, alors que je n'étais plus qu'à quelques mètres je rajouta :

- Elle a raison, j'en ai moi même vu un. Ils ne sont pas du genre à se mettre devant une foule comme cet homme. Ils se tapissent dans l'ombre. Je crois que j'en ai également vu un dans cette rue.

Je pointa du doigt la ruelle par laquelle j'étais arrivée. Et d'un coup je me rendis compte de la situation, je venais de m’immiscer entre des hommes rongés par la haine et leur désir de destruction. Avec un peu de chance ils seraient plus alléchés par nos suppositions que par le géant. Je lança un regard à celle qui avait eu le courage d'aider cet homme.

Sa chevelure de feu similaire à la mienne, m'envoûtait, j'avais l'impression de retrouver une partie de la forêt en cette jeune femme. Je n'avais pas croisé beaucoup d'Anciens depuis mon départ. J'avais surtout avancé, couru, sans regarder en arrière.  

© Yamashita sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Divinité

Messages : 3393
Xp's : 2456
DC : Marissa E. Iselk, Auxane Taël et Adélaïde Firloe
Date d'inscription : 15/05/2010
Age : 22

MessageSujet: Re: [Event °2] Lorsque la panique ronge les âmes Mer 22 Oct 2014 - 22:50

Les hommes qui voulaient s'en prendre au géant s'arrêtèrent et portèrent toute leur attention sur les deux jeunes femmes à la chevelure de feu qui venaient d'arriver. Elles n'étaient clairement pas de la région, ils se seraient souvenus de ces visages. L'un d'eux s'avança, se démarquant de ses compagnons qui chuchotaient entre eux. Il dépassa et lança un sourire moqueur au géant, qui en avait moins l'air lorsqu'il passa à côté de lui, laissant les deux autres hommes surveiller le prétendu Recleyès.

Il était désormais près des jeunes femmes, il garda son sourire affiché et leur dit :

- Doucement mes demoiselles. On va commencer par le début, d'où vous venez ? Vous n'êtes pas d'ici ! Si ça se trouve vous êtes avec l'ermite. Je ne pensais pas qu'on pouvait trouver de belles créatures chez les Récleyès. Faut dire, je croyais que vous étiez déjà tous aux enfers.

Il laissa échapper un rire et ses amis se joignirent à lui. Ils avaient l'air si ridicule à rire de leur ignorance. Puis il y eu un silence. Le regard de l'homme allait sans cesse d'une femme à l'autre. Ses amis pendant ce temps sortirent leur arme. Le géant ne bougea pas, se contentant de les observer.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madelle.1fr1.net


Invité
Invité

MessageSujet: Re: [Event °2] Lorsque la panique ronge les âmes Lun 27 Oct 2014 - 14:26

Je vis les regards que nous portaient les hommes et je n'aimais pas ça du tout. Celui qui parla m'irrita plus que tout. Je me retins de le gifler et lui répondit gentiment.

-Nous sommes des Anciens. Je suis venue ici pour voir si je pouvais apporter mon aide et ne pas voir des personnes tuer d'autres personnes. Surtout si elles sont innocentes.

Quand je parlai, j'avais montré mes mains, paumes ouvertes tournées vers eux qui est le signe mondial pour dire "pas armé". Le premier des hommes reprit la parole:

-C'est vrai ça? Qui nous dit qu'il n'est pas innocent et que vous êtes des Anciens?

Mais il est borné lui. Tant pis, plus qu'à inventer un autre mensonge. Je regardai la jeune femme et lui fit un clin d’œil perceptible que par elle.

-Eh bien elle c'est ma sœur et lui c'est notre oncle. Mais vous pensez que si nous étions des Récleyès, on serait là avec vous en train de démontrer notre innocence? Non, bien sûr, soit on aurait fui, soit ont vous aurez déjà tué vu que vous êtes que trois.

-Vous n'êtes que trois aussi, je vous signale.

-C'est vrai. Et puis, je peux contrôler les plantes. Et... Attendez-moi.


Je partis chercher la même plante que tout à l'heure pendant que je revenais près de la jeune femme, j'eus le temps de calquer ma respiration avec les pulsations de la plante. Je lui parlai mentalement. "Puis-je te faire pousser?" "Oui, bien sûr, c'est pour la bonne cause" Je souris malgré moi. Je fis pousser la plante de quinze centimètres. Je regardai l'homme abasourdi ainsi que ses compagnons. Mais ils reprirent vite contenance.

-Voilà! Dis-je

-Quoi "voilà"? Je n'ai rien vu du tout.

Il commençait vraiment à me taper sur les nerfs celui-là. Je refis la même chose mais fis pousser la violette de cinquante centimètres et la fit gifler l'homme(défi n°3 Smile ). Les trois se mirent tout de suite sur la défensive.

-Excusez la. Elle n'aime pas les personnes qui font de faux jugement sur d'autre personne. Et puis elle vous aime pas surtout toi(je montre celui qu'a parlé jusqu'à présent) parce qu'elle t'a vu pisser sur d'autres plantes.

Je vis le visage de l'homme devenir tout rouge. Il avait honte. J'avais enfin réussi à le moucher. Je vis aussi qu'il voulait vite se casser. Les trois se parlèrent du regard et arrivèrent à la même conclusion.

-C'est vrai, ça se tient debout. Et puis vous n'avez pas l'air dangereux donc on va s'occuper de ceux qui sont ailleurs dans la ville. Vous avez dit par là?

Sans attendre la réponse, ils disparurent dans une ruelle.


-Enfin, quelle tête de mule! Je m'appelle Narya ravi de faire votre connaissance.

Je m'affalai par terre. Mes jambes tremblantes ne pouvaient plus me porter. J'ai eu la trouille de ma vie. Pendant un moment j'ai cru qu'ils allaient nous sauter dessus.

-Tout va bien! Ce n'est juste que je ne tien plus debout. C'est l'angoisse qui fait ça. Dis-je en souriant pour les rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Voyageuse

Messages : 224
Xp's : 134
DC : Mère Nature, Marissa E. Iselk et Auxane Taël
Date d'inscription : 11/01/2012
Présentation : Fuyez
Carnet : Mes péripéthies

Feuille de personnage
Vie:
120/120  (120/120)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Libre
MessageSujet: Re: [Event °2] Lorsque la panique ronge les âmes Jeu 30 Oct 2014 - 23:40


.

Lorsque la panique ronge les âmes

Avec Narya Télinda le 3 Malier


Elle avait prise la parole et s'était exprimée clairement. Je la regardais tenir tête à ces hommes, me contentant d'observer la scène. J'avais vu juste, c'était une de mes soeurs, en entendant le nom de notre confrérie un léger sourire se forma sur mes lèvres, c'était comme si une petite partie de la forêt était ici et me réchauffait le coeur.

J'avais les yeux rivés sur elle et je ne manqua pas son petit clin d'oeil, elle voulait que je confirme ces propos. Nous étions désormais de la même famille, je m'approcha un peu plus d'elle comme pour montrer que j'étais de son côté. Restant un peu en retrait. Malgré notre apparence, ces hommes nous croyaient coupable.

Je ne savais pas quoi faire pour notre sortir de cette situation, mais l'Ancienne trouva immédiatement, montrant à tous sa Vérité. Je regarda la petite plante grandir comme les hommes. Elle avait prit au moins une bonne dizaine de centimètre au moins. C'était une très bonne idée, après tout il était dit que les Récleyès ne pouvaient plus contrôler les plantes.

J'aurais bien voulu à mon tour leur montrer mes capacités, mais en ces terres je n'étais pas capable de contrôler ma Vérité des plantes. Enfermée dans la forêt pendant des années, je ne savais maîtriser que les vénérables Mirlis de la terre de mes ancêtres. Alors que j'avais toujours le regard sur la plante, celle-ci augmenta considérablement de taille, venant jusqu'à la joue de l'homme qui avait prit la parole pour lui asséner une gifle.

Il l'avait bien cherché ! Sa joue était entravée par une légère ligne rouge, là où la plante l'avait frappé. Je laissa échapper une rire silencieux. Cette demoiselle me plaisait de plus en plus ! Le visage de l'homme s'empourpra, il était honteux d'avoir été ainsi humilié par une femme, mais il s'était avoué en tords.

Après de rapides excuses, les hommes s'évaporèrent laissant les demoiselles seules. Le géant était lui aussi parti, surement retourné s'enfouir dans sa chaumière pour ne plus en ressortir avant des jours. L'ancienne se présenta, puis sans crier garde, se laissa tomber à terre. J'eus un geste de réflexe pour essayer de la rattraper, mais pas assez rapide.

Ses jambes tremblaient, elle me faisait peur, mais tout se dissipa lorsqu'elle avoua qu'elle avait simplement été tétanisée. Et qu'est-ce que je devais dire, je n'avais rien fait. Je laissa éclater mon rire sur les murs des habitations. Je tendis ma main vers la demoiselle pour l'aider à se remettre sur ses jambes et lui répondit :

- Enchanté Narya, je me nomme Adélaïde. Ce n'est pas grave ! Tu as très bien gérer la situation, moi je n'ai pas été capable de décrocher un mot quand je me suis retrouvée au milieu. Je ne me serais surement jamais avancée si tu ne t'étais pas lancée la première.
 

Un sourire bienveillant et amical illuminé mon visage. Je me sentais à l'aise auprès de l'Ancienne et je n'avais pas pu m'empêcher de la tutoyer comme s'il s'agissait d'une vieille amie.

Je me retourna une seconde pour vérifier que nous étions bien seule. L'ermite était reparti sans dire un mot, sans un remerciement. Mieux valait l'oublier, la ville risquait de connaître d'autres crises de folies. En attendant la prochaine, je voulais profiter de cette nouvelle rencontre.

Je demanda à la demoiselle :

- As-tu prévu de rester dans cette ville ? Je viens à peine d'arriver et je n'ai pas encore trouver d'endroit où loger, je pense m'installer aux abords de la ville. Tu n'es peut-être que de passage pour rentrer dans la forêt ?
 

Rentrer...Depuis mon départ j'avais éloigné cette pensée de mon esprit. J'avais mis de côté tout ce qui pouvait me rappeler la forêt et aujourd'hui j'avais l'impression que tout revenait dans un torrent d'émotions. Mais cette rencontre me redonnait aussi de la vitalité et me réconfortait. Des émotions contraires que je préféra ne pas laisser me subjuguer.

Ne pas y penser et profiter du moment de quiétude.

© Yamashita sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité

MessageSujet: Re: [Event °2] Lorsque la panique ronge les âmes Mar 4 Nov 2014 - 18:39

La demoiselle s'appelait donc Adélaïde. C'est un nom charmant. Elle me posa plusieurs les questions. La forêt? Pourquoi la forêt? Ah oui, suis-je bête, j'ai dit que j'étais une ancienne.

-Eh bien, je suis arrivé dans cette ville au hasard. J'ai suivi mes pas. Je ne sais pas trop où dormir mais j'aimerai bien passer ma nuit avec toi. Un peu de compagnie ça ne fait pas de mal. Tu sais je l'ai quittée la forêt pour aider les gens qui en avaient besoin. Je pense que cette ville est complètement ravagée par la suspicion, la peur et la haine. Je pense que rester ici quelque temps est une bonne idée. Je parle, je parle et le soleil continue sa route dans le ciel.

Je la regardai puis je jetai des coups d’œil aux alentours. Les lieux étaient complètement désert. Il n'y avait pas un chat. Un vent frais s'était levé. Je fis à mon interlocutrice un signe pour lui dire de m'attendre. Je partis reposer la violette qui avait repris sa taille normale. Puis je reviens auprès d'Adélaïde. Je l'observai maintenant que j'avais le temps. Enfin, façon de parler. Sa chevelure était de feu et ses yeux étaient magnifiques.

-Où-veux-tu que l'on bivouac?



[Hrp: Désolé, pour ce court texte. Je ne savais pas trop quoi rajoutait.: Hrp].
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Event °2] Lorsque la panique ronge les âmes

Revenir en haut Aller en bas

[Event °2] Lorsque la panique ronge les âmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Sujets similaires

-
» Lorsque la panique nous consumme pour la première fois...
» Vent de panique au Collège St-Paul (koté sa pralé mezanmi)
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Le Monde des Humains :: La Vallée d'Accro :: Krik-