AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Opale Ar-Feiniel - Bras gauche du Ténébreux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Assassin

Messages : 407
Xp's : 67
Date d'inscription : 26/01/2012

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: Disponible à la fin de l'évent
MessageSujet: Opale Ar-Feiniel - Bras gauche du Ténébreux Jeu 20 Mar 2014 - 19:16

Opale Ar-Feiniel
« Je suis ton ombre, ton souffle, ta vie. Je serais celle avec qui, tout s'arrêtera. »

   

   
PRENOM(S): Opale
   NOM: Ar-Feiniel
   AGE: 23 ans
   PEUPLE: Humain
   CONFRÉRIE: Récléyes
   RANG: Assassin et bras gauche du ténébreux
VÉRITÉ PRINCIPALE: La mort
   DESCRIPTIF: La jeune femme peut contrôler la mort. Ou plutôt ce qui est mort. Il ne vaut mieux pas l'affronter dans un cimeterre. Elle est capable d'animer un squelette, ou deux. Voire toute une horde de mort. Cela fait d'elle un adversaire redoutable. Elle peut également, à partir d’un os qu’elle garde à sa ceinture invoquer une créature spéciale. Un chien (celui du fond) qui obéira au moindre de ses ordres.
A savoir que lorsque la jeune femme invoque une horde de morts, ces derniers sont fragiles et ne reste pas très longtemps. Elle préfère donc invoquer peu de cadavres – cinq au grand maximum – pour qu’ils soient en bon état et fort.
   ARMES: Un arc et son carquois.
   DESCRIPTIF: C'est un arc en bois d'ébène finement gravé. Un arc que l'on pourrait juger d'elfique, si cela existait. Un création unique dont elle est très fière.
   

Je suis et je resterai


PHYSIQUE :
Un nuage de fumée se soulève. Inquiétante, menaçante, dangereuse. Au centre de ce brouillard, une silhouette. Fine, élancée, svelte. Une femme de toute évidence. A sa droite, un arc, à sa gauche, un animal. Peu à peu vos yeux s’habitues à la brume et distingue une imposante chevelure dont vous ne pouvez pas distinguer la couleur. Et son regard… Vous le voyez briller d’une flamme inquiétante rougeoyante. Unique signe de son utilisation de la Vérité. Et soudainement la fumée se lève. Vous êtes frappé d’horreur en voyant l’animal. Une créature d’outre-tombe. Elle vous regarde en grognant, prête à vous attaquer, à vous tuer. Et l’arc, il n’est plus au repos, mais bandé, dans votre direction. Vous comprenez alors que vous allez mourir. Tué par l’adorable poupée qui se trouve devant vous. Adorable ? Pas tant que ça. Son expression est aussi froide que sa peau est pâle. Son regard hypotonique flamboie de manière si intense que vous avez du mal à le quitter. Pourtant vous voulez savoir qui va vous tuer.

Alors difficilement vous quittez ses yeux pour observer le reste de son corps. L’imposante chevelure tombe en cascade sur ses épaules. Elle est d’un noir intense. Sa bouche, en ligne droite, légèrement rosé. Son nez droit et fin. Un visage froid, inexpressif. L’expression parfaite d’un assassin parfait. Le reste de son corps est plus parlant, plus attirant, plus féminin. Elle est assez grande pour une femme, et dieu qu’elle est bien faite. Quoi que vous l’auriez sans doute aimé avec d’avantage de poitrine. Pas de chance, la jeune femme n’est pas très fourni de ce côté la. Elle n’en a pas besoin. Cela jugerait avec la finesse de son corps. Vous comprenez alors qu’il n’y a pas que son visage qui fait d’elle un assassin parfait, mais aussi son corps. Finement musclé, vous le devinez entrainé et résistant. Vous n’avez pas tord. Quand à son armure… En cuir léger noir qui recouvre peu son corps… Vous vous imaginez brièvement de quoi elle à l’air sans. La pensée de trop.

Lentement vous vous sentez tomber à la renverse. Une flèche plantée au cœur mais bizarrement vous êtes toujours conscient. L’énorme bête vous recouvre. Son haleine fétide vous dégoute. Pendant que vous voyez votre vie défilée, la créature disparait laissant apparaitre la femme. Son regard ne brule plus, il est sombre, froid, mortel.  Votre vision se brouille, la mort est proche. Dans votre torpeur vous l’entendez parler. Vous ne comprenez pas un traitre mot de ce qu’elle dit mais sa voix vous transporte. Elle est froide, mais vous y desseller quelques accents envoutant qui vous font penser que ce n’est pas une si mauvaise personne. Vous ne saurez jamais si vous avez raison. Soudainement vous sentez son corps s’assoir sur le votre et son souffle à votre oreille. Vous sentez son odeur enivrante. A ce que vous regrettez de ne pas l’avoir connue avant. Dans d’autres circonstances. Et soudainement, le souffle, l’odeur, la chaleur, tout disparait. Vous êtes mort. Votre esprit quitte votre corps et dans cette forme astrale, vous la voyez partir, sa cape sombre flottant légèrement au rythme de ses pas. C’est l’occasion où jamais d’en savoir plus sur elle.

Vous la suivez jusqu’à chez elle. Au sein même de la demeure du Ténébreux. Et si le décor ne vous plait guerre, vous continuez de suivre cette mystérieuse femme. La porte de ses appartements s’ouvrent et se referment sur son passage. Vous passez à travers et la voyez ôter sa cape et la poser sans ménagement sur le dossier d’un divan noir. Vous continuez à la suivre dans sa chambre. Piètre voyeur que vous êtes. Elle retire son armure avec agilité. Si vous aviez été vivant, vous n’auriez sans doute pas pu résister à l’attirance qu’elle exerce sur vous. Et c’est alors que vous voyez son dos. Et la cicatrice qui s’étend dans la diagonale. Cela vous glace. Quel monstre a pu infliger pareil blessure à ce corps si parfait. Et vous regardez de plus près. Ce n’est pas la seule cicatrice, son corps en compte plusieurs. Pas si parfait que ça finalement. Sans doute le reflet de plusieurs combats acharnés. Vous la voyez revêtir une robe d’apparat sombre. Vous vous demandez vaguement si c’est un personnage important ici. Vous n’allez pas tarder à avoir la réponse.


CARACTÈRE :
Qu’il est simple de découvrir une personne lorsqu’on peut la suivre quotidiennement. Puisque vous n’êtes plus qu’une ombre, son ombre. Elle vous a ensorcelé peu avant de vous tuer et vous vous refusez de la quitter avant de tout savoir sur elle. Petit curieux que vous êtes. Si elle pouvait savoir que vous la suivez, elle vous tuerez à nouveau. Femme cruelle ? Non, vous n’avez pas cette impression. Vous n’avez pas tord. C’est sa nature. C’est un assassin après tout. Cela fait à présent une semaine que vous la suivez partout. Vous avez pu voir ses différents visages. Ils vous ont tous surprit. Par leur complexité, et leur diversité. Il est difficile de savoir qui est la vraie.

En premier lieu, vous avez vu celui de l’assassin. Calme, froid, impassible. Un masque de mort incroyable. C’est celui la qui vous a fasciné. Et vous l’avez vu à de nombreuses reprises. Vous pouvez témoigner pour elle. Vous savez que la jeune femme n’est pas dépourvu de sentiment, elle a juste un sang froid et un contrôle sur elle hors du commun. Un peu mieux pour un assassin. Ce que vous avez pu voir en la suivant dans une nouvelle mission, l’envers du décor, c’est sa fâcheuse tendance au perfectionnisme. Elle est très – trop – méticuleuse. Si tout n’est pas parfait, elle n’aime pas ça. Alors elle contrôle soigneusement chaque détail pour que son plan se passe comme elle le souhaite.

Son deuxième visage, semblable au dernier, est celui qu’elle utilise lorsqu’elle se trouve à la Cour. Vous avez vaguement pensé qu’elle est un personnage important. Et vous aviez raison. Et est aux côtés du Ténébreux, son bras gauche, son ombre. C’est une facette de sa personnalité que vous trouvez incroyable. Une femme si haut placée. C’est impensable pour vous. Fier Namès que vous êtes. C’est impossible pour vous qu’une femme soit si bien. Et pourtant… Vous ne pouvez que le constater par vous-même. De son ombre vous pouvez voir à quel point elle douée pour manipuler les gens. Par moment avec un sourire charmeur, à d’autres avec des mots subtilement choisis. Fascinant. Plus vous en voyez et plus vous voulez en savoir.

C’est ainsi que vous remarquez l’envers de sa personnalité. Vous avez beau la trouver trop froide et manipulatrice à votre gout, vous ne pouvez que rester sans voix par tant de fidélité, de loyauté. Vous pensiez qu’elle était une assassin solitaire. Mais vous découvrez que non. Elle est au service du Ténébreux. Elle lui est loyale et fidèle. Mais il y a autre chose. Vous sentez qu’elle cache autre chose. Son obéissance ne peut être pas être désintéressé. Vous n’êtes pas loin de la vérité. Mais vous ne pouvez pas lire en elle. Elle est bien trop mystérieuse et secrète pour ça. Borné comme vous êtes, vous vous promettez de savoir ce que c’est.

Et c’est au détour d’un couloir que vous la voyez. Elle sort d’un entretient privée avec le Ténébreux. Son instant de faiblesse. Elle vous relève que ce n’est qu’une femme. Une simple femme avec toutes les faiblesses qu’elle peut avoir. Et vous comprenez sans difficulté qu’elle n’est pas insensible au Ténébreux. Et qu’elle lutte contre ça à longueur de journée. Il devient alors évident que dans le fond ce n’est pas le monstre qui vous a abattu. Et puis vous la voyez repartir et discuter avec un soldat. Un ami à elle ? Ils semblent assez proche… Et vous voyez son sourire. Pas celui qu’elle affichait quand elle vous a tué, pas le charmeur, non le vrai sourire. Chaleureux, doux, sincère. C’est une toute autre personne.  Vous avez enfin vu qui elle était véritablement. Ce n’est pas une mauvaise personne. Loin de la. Vous allez donc pouvoir partir en paix et voyager dans les méandres du temps pour en savoir plus sur son passé.


HISTOIRE :
Le temps défile devant vos yeux. Immuable, intouchable, impalpable. Les images passent devant vos yeux à une vitesse incroyable. Vous voyez l’ascension de la jeune femme dans hiérarchie, son apprentissage, son rituel, la mort de sa mère, sa naissance, la mort de son père, et pour finir la rencontre de ses parents. Lorsque le temps s’arrête vous avez la gorge sèche. D’après les brides d’informations que vous avez pu voir… Vous comprenez que la personne qui a mis fin à votre vie en est la aujourd’hui.

Vous vous retrouvez sur ce qui a été le théâtre d’une lutte sans merci. Un groupe de mercenaire état chargé de récupéré un trésor bien gardé. La confrontation n’a pas pu être évitée. Impuissant vous voyez les cadavres qui jonchent le sol, les blessés qui peinent à se relever. Aucun des deux camps n’a été victorieux. Un triste spectacle. Et au loin vous voyez la lumière salvatrice. Les Namès arrivent en force pour soigner les blessés. Ou tout du moins les gardes du trésor. C’étaient les ordres. Cependant vous voyez une femme d’une grande splendeur avancer et se mettre à soigner les mercenaires. Cette femme à la longue chevelure rousse, au regard émeraude et à la peau blanche vous redonne le sourire. Vous pensez que le monde n’est peut être pas si perdu qu’il en à l’air. Qu’il existe par endroit de bonnes âmes qui pourraient le sauver. Cette femme se prénomme Eléanore. Elle est la bonté et la générosité même. Ignorant l’appel de ses paires, elle soigne un à un les mercenaires qui peuvent encore être sauvé.

C’est alors qu’elle tombe sur Aaron. Mercenaire Récléyes venu prêter main forte en tant qu’archer d’élite. Bien sur aucuns de ses acolytes ne savaient la vérité sur ses origines. Le regard sombre, les cheveux de jais, il attend la mort, impassible. Mais un ange vient le sauver. C’est exactement l’image que vous avez.  Il est difficile de décrire la scène que vous voyez. Elle sait qu’il est la personne rien que pour lui, et inversement. Serait-ce l’amour avec un grand A ? Vous vous le demandez. Pourtant ils ne se quittent pas du regard tandis que la jeune femme le soigne. Et lorsqu’elle doit partir… Il part avec elle. Vous en êtes sur à présent, ces deux la ne se quitteront plus.

Quelques années passent à une vitesse affolante. Les deux jeunes gens apprennent à se connaitre, s’apprivoise, s’aime. Lorsqu’Eléanore apprend qu’Aaron est en réalité un Récléyes elle est d’abords choquée, puis sa bonté reprend le dessus et elle l’accepte. Ils n’y a aucun secret entre eux. Vous en être à présent sur, c’est l’Amour. Celui que vous n’avez jamais connu. Ensemble, ils décident le cacher pour que l’homme puisse rester aux côtés de sa belle. Vous assistez à leur emménagement, la demande en mariage, les beaux jours. Ils resplendissent. Mais le bonheur est souvent une chose éphémère. D’où vous êtes, vous voyez l’ombre arriver. Vous savez que le malheur ne tardera pas à s’abattre sur eux. Et même vous avez envie de leur dire de fuir, vous vous savez impuissant. Et l’ombre frappe à grand coup. Le passé ne peut être changé. Alors qu’ils venaient d’apprendre l’arrivée d’un heureux évènement, deux hommes de la garde Namès arrive à leur domicile. Ils ordonnent à Aaron de les suivre. Voyant qu’il ne se laissera pas embarquer de force, ils lui révèlent son secret. Aaron ne peut plus reculer. Il est un traitre aux yeux de tous. Vous savez, à son regard, qu’il fera tout pour préserver la paix. Mais il faut croire que les autorités Namès ne sont pas de cet avis. Peu de temps après son exécution est programmé et Eléanore est contrainte de quitter le village.

Impuissant et dévasté, vous assistez à la mise à mort de cet homme qui avait fait tant de chose pour la confrérie Namès. Un juron s’échappe de vos lèvres alors que la jeune femme est disgraciée et bannie. Elle est alors enceinte de quatre mois. Vous pensez vaguement que l’enfant est perdu, qu’il ne pourra survivre. Et qu’il y a peu de chance pour que sa mère s’en sorte aussi. Et pourtant, après de longs jours de marche, Eléanore tombe sur le petit village de Saldek. Une bourgade perdue au milieu de rien où vivait exclusivement des réfugies. Des gens comme elle. La jeune femme y fut accueillit avec chaleur et douceur. Rapidement, elle s’y fit une place. Sa Vérité de soin était très appréciée. Et lorsqu’elle mit au monde son enfant, elle ne manqua de rien.

Une délicieuse petite fille. Elle se nommera Opale. Un prénom empli de douceur et d’amour. A l’image de la tendresse que sa mère à envers elle. Et envers son père. Le nourrisson devint une petite fille charmante et vive. Elle a la peau pâle de sa mère, les yeux et les cheveux sombre de son père. Et plus les jours passent, et plus elle lui ressemble. Au plus grand plaisir d’Eléanore. Et la roue continue de tournée. Les beaux jours reprennent leur place. La jeune mère avançait, se reconstruisait au fur et à mesure grandissait. De fillette vous l’avez vu devenir une enfant adorable. Jusqu’à ce que les nuages noirs apportent de nouveau le malheur. Lorsqu’Opale eu 10 ans, sa mère lui annonça qu’elle était malade. Qu’elle devait se préparer à être seule. La femme ne pensait pas vivre encore longtemps. Le chagrin avait finalement fait son chemin. Mais la mort n’arriva pas aussi rapidement que prévu. D’où vous vous trouvez, vous les avez vues se battre ensemble contre la maladie. La petite fille utilisait sa Vérité chaque jour pour soulager sa mère. Elle se montrait forte et courageuse. Cependant tous ses efforts ne firent que retarder l’inévitable. Vous avez vu la faucheuse s’approcher lentement mais surement. C’était d’abords un point noir dans tant d’éclat, puis une forme brumeuse et vous avez finalement pu distinguer cette faux si grande… L’heure était arrivée. Eléanore dans un dernier sursaut de lucidité révéla la sombre vérité à la petite fille d’alors douze ans. Cette révélation fut accueillit avec calme et froideur. L’enfant ne put se résoudre à promettre de ne pas chercher à en savoir plus. Non. Mourante, la femme ne vit pas ce que vous, vous avez pu voir. Cette lueur dans son regard. De l’indignation, de la haine, de l’amour. Comparable à une tornade, les sentiments se bousculaient en elle. Pour une enfant de douze ans, il est difficile de maitriser ce flux continu d’émotion. Et pourtant, seul son regard trahissait son état.

Vous avez assistez à l’enterrement de cette femme que vous avez admiré des l’instants où vous l’avez vu. Et en vous une flamme brule, symbole de l’espoir. Vous espérez secrètement que l’enfant suivra sa voix. Mais son cœur est déjà clos, et à la fin de l’enterrement son regard l’était aussi. Vous avez comprit qu’elle serait comme son paternel, froide et calculatrice. Vous avez raison. Deux jours après, grâce à l’aide des Récléyes du camp de Saldek, l’enfant passa la frontière. Sa décision était prise, elle serait à présent une Récléyes. La partie de son père. Elle ne souhaitait pas rester dans la confrérie qui avait trahie sa famille. Déterminée elle avança jusqu’à tomber nez à nez avec une patrouille. Elle les défia, s’attira leur foudre et fut trainé à la tour sombre comme une vulgaire marchandise. C’est alors qu’elle fit sa rencontre. Le Ténébreux se tenait devant elle. Vous avez pu lire dans son regard un mélange d’admiration et de crainte. Cette flamme disparue aussitôt et elle se releva lentement en avançant vers lui.

« Je veux être une des vôtres. » Avait-elle dit. L’homme l’observa du haut de son trône. Il pu lire la détermination de l’enfant et accepta. Le rituel de passage eu lieu le lendemain. Beaucoup de personne devait y assister. C’était un évènement rare qui promettait un beau spectacle. L’enfant d’appréhendait pas ce qui allait suivre. Seule au milieu de cette foule silencieuse, elle était sure d’elle. Lorsque le Ténébreux apparu à son côté, elle était prête. L’homme invoqua la déesse de la Perfidie pour qu’elle rende son jugement. Des limbes, vous voyez cette femme, Sydilia, son aura noir vous glace l’âme. Elle mérite bien son titre de déesse de la perfidie. Une lumière noire frappe la jeune femme et disparait. La foule se fait silencieuse attendant le verdict de la déesse. Une deuxième lumière sombre la frappe et ce coup ci s’insinue partout en elle. Elle est digne. Un murmure parcouru la foule. Elle était apte à devenir Récléyes. Comme eux, vous êtes surpris par sa résistance. Son visage est fermé, légèrement déformé par la douleur, mais rien ne trahis sa souffrance. Elle reste debout, le regard dans le vide, attendant que ça passe.

Vous voyez le temps avancer doucement, la journée passe, puis la nuit. Et elle est toujours debout. Le Ténébreux à ses côtés, la foule admirative. Vous remarquez que le regard de cet homme à la carrure imposante. Il est surpris, silencieux, admiratif. Vous comprenez sans peine que la résistance de la fillette lui convient et que son avenir est assuré. D’un côté vous êtes rassuré, de l’autre vous ne pouvez vous empêcher de vous inquiéter pour elle. Son avenir est assuré certes, mais il est sombre et froid. Petit à petit vous voyez les traits de l’enfant s’apaiser. L’épreuve est à présent terminée.

« Qui es-tu ? » Demanda alors le Ténébreux assez fort pour que toute la foule entende.
« Je suis Opale Ar-Feiniel. Fière Récléyes. » Répondit-elle sans aucune hésitation.

Vous voyez le Ténébreux lever un sourcil approbateur. Il fit un geste et disparu entrainant l’enfant avec lui. Vous comprenez que le pire est alors à venir. Vous regardez la ligne du temps et voyez qu’elle est encore sombre. Bien des épreuves l’attendent. Et cela ne sera pas sans souffrance. Le rituel n’était que la première épreuve. Il lui fallait à présent comprendre sa nouvelle Vérité et apprendre les armes. Pour ce faire, elle fut placée à l’école militaire. Son choix se porta vers l’arc. L’arme de prédilection de son père. Vaguement vous vous souvenez des dégâts qu’il a put commettre avec une telle arme… C’était impressionnant. Et sa Vérité… A vous faire froid dans le dos. Enfin c’est ce que vous auriez pu ressentir, si vous étiez encore vivant.

Son apprentissage fut long, rigoureux et difficile. Si le tir à l’arc ne lui posa que peu de problème, la maitrise de son nouveau don en revanche… En cinq ans d’école militaire elle eu du mal à maitriser le flux qui régnait en elle. Tyrannique, il s’imposait à elle sans qu’elle puisse le réfréner. Alors qu’elle s’apprêtait à quitter définitivement l’école pour rejoindre les rangs des soldats que le flux s’imposa de nouveau à elle. Une nouvelle crise. Et elle était seule, personne pour l’arrêter. Elle devrait lutter seule contre toutes les créatures qu’elle invoquerait jusqu’à épuisement. Une furieuse envie de l’aider s’empare de vous, mais vous êtes impuissant. Triste spectateur d’une lutte inégale. Les morts vivants sortent de terre les un après les autres. D’abords bien reconstitué, puis de plus en plus en lambeaux. La jeune femme de dix sept ans lutte contre eux avec bravoure. Mais les flèches commencent à manquer et elle n’est toujours pas épuisée. Les monstres s’en prendrait aussi bien à elle qu’au reste des élèves ici… D’où vous êtes, vous voyez un homme arriver. Il s’agit de Lennart Cronberg, soldat puissant et indiscipliné. En un rien de temps il supprime les créatures d’outre tombe et assène un coup si puissant à la jeune femme que vous avez mal pour elle. La suite, vous êtes le seul à le voir. Lennart s’occupe d’elle jusqu’à son réveil. Et lorsqu’elle ouvre enfin les yeux, il ne fuit pas. Pourtant il est facile pour vous de voir qu’il est loin d’être à son aise. Mais malgré sa maladresse il reste à l’écoute de la jeune nécromancienne.

Les fils du temps deviennent plus lumineux. Les beaux jours reviendraient-ils ? Et donc pour quand serait la prochaine catastrophe ? Pourtant, vous voyez que ces fils ne deviennent pas brillants, il reste juste gris, sans éclat. Serait-ce un avenir stable ? De votre position vous assistez à l’évolution de la relation de l’homme et de la jeune femme. Il l’aide à maitriser son don. Les deux gens s’entrainent de longues heures ensemble. Perfectionnant tous deux leurs capacités. Très vite vous assistez à la montée en grade de la Récléyes. Au fur et à mesure vous la voyez se rapprocher du Ténébreux et de son bras droit, Richard. Et c’est à l’âge de vingt ans qu’elle devient le troisième personnage le plus important. La deuxième conseillère du Ténébreux. Son ombre. Son bras vengeur.

Vous êtes à présent arrivé au présent. Vous avez comprit bien des choses sur elle. La situation c’est à présent éclaircit avec le Ténébreux. Vous avez vu qu’il n’y a pas d’amour entre eux. Elle se sent juste coupable vis-à-vis de la jeune femme retenue captive dans ses appartements. Mais il y a bien une affection entre eux. Vous l’avez vu. Un peu comme une famille. Rien de plus. La jeune femme ne sera jamais plus que son ombre, cela lui convient.

Doucement vous vous sentez partir. Il est temps pour vous de rejoindre l’autre monde. Celui dans lequel cette femme vous a envoyé il y a de ça plus d’une semaine. Disparaissant progressivement, vous priez les dieux pour qu’ils soient cléments envers elle…  



Et dans la vraie vie ?

   
PRENOM: Anciennement Lenza Atrée.
   AGE: 22 ans
   AVATAR: Création originale de Yayashin.
   TU FAIS DU RPG DEPUIS LONGTEMPS ? 7/8 ans
   COMMENT TU AS CONNU LE FORUM ? Je suis ici depuis un moment.
   UNE QUESTION, SUGGESTION ? Nop !
   


Dernière édition par Opale Ar-Feiniel le Sam 5 Juil 2014 - 22:40, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Opale Ar-Feiniel - Bras gauche du Ténébreux Jeu 20 Mar 2014 - 19:38

Bienvenue!
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Prêtresse d'Uraang

Messages : 683
Xp's : 221
DC : Marissa E. Iselk, Adélaïde Firloe et Mère Nature
Date d'inscription : 03/03/2012
Carnet : Recueil

Feuille de personnage
Vie:
40/110  (40/110)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Occupée
MessageSujet: Re: Opale Ar-Feiniel - Bras gauche du Ténébreux Jeu 20 Mar 2014 - 19:39

Re bienvenue Very Happy
Superbe choix d'avatar, elle est magnifique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar


Divinité

Messages : 3285
Xp's : 2387
DC : Marissa E. Iselk, Auxane Taël et Adélaïde Firloe
Date d'inscription : 15/05/2010
Age : 22

MessageSujet: Re: Opale Ar-Feiniel - Bras gauche du Ténébreux Ven 20 Juin 2014 - 21:25

Superbe fiche, une histoire riche d'émotions !

Tu es bien évidemment validée. Tu connais le topo, tu peux dorénavant ouvrir ton journal de bord, tu pourras y faire la description de tes deux premiers sors. N'oublies pas de remplir ta fiche de personnage également. ^^



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madelle.1fr1.net


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Opale Ar-Feiniel - Bras gauche du Ténébreux

Revenir en haut Aller en bas

Opale Ar-Feiniel - Bras gauche du Ténébreux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [bal]L'invitation des dames
» [Terminée] Elsa O'Clock
» Morkam "Main noire" - Pirate
» Can I kill you ? ft. James B. Barnes
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: La Fin :: Les Choses que nous oublions vite :: Anciennes présentations-