AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Une envolée de flammes [PV Aklis Aryalle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar


Fille du Général

Messages : 131
Xp's : 335
Date d'inscription : 09/06/2013

Feuille de personnage
Vie:
0/0  (0/0)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Une envolée de flammes [PV Aklis Aryalle] Mer 16 Oct 2013 - 18:33

Clara avait voyagé avec la mer à sa gauche et les terres à sa droite plusieurs jours durant. Elle se sentait étrangement sereine et reposée malgré les heures successives de monte, l’inlassable bourrasque du large et le grand air. Son corps s’acclimatait peu à peu aux efforts soutenu qu’imposait le voyagement en solitaire au travers du continent. Le soleil avait hâlé sa peau, encore pâle néanmoins, mais cela lui offrait un bon camouflage. Son apparence de demoiselle bien nantis s’estompait. L’eau saline de l’océan avait miraculeusement soigné ses blessures et, de jours en jours, son épiderme s’exfoliait et se dissociait de ses multiples égratignures. Chose amusante, sa monture affectionnait toujours autant la plage et le contact du sable chaud. Dès qu’il en avait l’occasion, Hildebald s’y laissait choir et s’y roulait avec un bonheur immense. Clara aurait pu avoir une procession plus rapide mais elle préférait prendre son temps. C’est tout ce qu’elle avait devant elle, du temps. Alors elle profitait des berges tantôt argentées, tantôt rocailleuses. Elle goûtait aux prises fraîches de la mer, elle qui n’avait l’habitude que de poissons séchées ou de menu fretins qu’on réussissait à pêcher dans les lacs des montagnes.

Le port de Thalis s’ouvrit à elle au zénith de la septième journée. Il courait sur des centaines de mètres sur le rivage, puis sur d’autres centaines de mètres sur l’eau. Clara ne parvenait même pas à apercevoir l’extrémité des quais. L’achalandage de la place était étourdissant. Thalis combinait la ville au port, un ville maritime tout compte fait, et l’agitation y était donc double, même triple si on prenait en compte qu’il s’agissait du point de rencontre des gros marchands et la rampe des Héléos. Clara laissa son cheval à l’écart de tout ce raffut et versa deux pièces au palefrenier pour qu’il mette ses biens en sécurité. Il aurait droit à une autre pièce si toutes ses affaires étaient intactes à son retour.

Sous la chaleur écrasante du soleil de midi et l’humidité étouffante, la jeune femme déambula sur les débarcadères. Indifférentes à la foule turbulente, au bruit et à l’odeur de poisson crevé qui, il faut l’avouer, était quasi-insupportable, la fille du Général détaillait d’un œil fasciné les vaisseaux. Des navires marchands, des navires de guerres. Ces derniers étaient gigantesques et leurs voiles claquaient fièrement au vent. Derrière les parapets clos, Clara n’avait guère de difficulté à s’imaginer les bouches noires des canons. Perdu dans ses contemplations, elle fut dérangée par un mouvement de foule qui se propagea dans tout le port comme une traînée de poudre. On courait avec affolement dans tous les sens, on hurlait. Clara vit passer un petit groupe d’hommes avec des chaudières pleines. Forcée de suivre l’impulsion, la jeune femme découvrit la source de toute cette agitation au tournant d’une rue.

Le brasier grondait comme un félin en colère. Il tenait prisonnière, dans un étau incandescent, une vieille bâtisse étagée. La foule se tenait à une distance respectable et admirait le spectacle sans faire mine de bouger. Certains, certes, s’acharnaient à éteindre l’incendie à coups de ridicules seaux d’eau, mais cela n’avait aucun effet. Les flammes léchaient moqueusement les murs de la masure, narguait les marins de leur force de destruction indomptable. Clara se tenait à plusieurs mètres, mais elle sentait tout de même la chaleur lui balayer le visage. Un horrible cri parvint de l’intérieur du bâtiment et plusieurs personnes dans la foule portèrent simultanément leur main devant leur bouche, épouvantés. Pourtant, personne ne fit mine de tenter quoi que ce soit. Abasourdie, la jeune femme empoigna le biceps d’un homme bien bâti à ses côtés. Elle le secoua, et cria :

- Il y a quelqu’un à l’intérieur !
- Oui, approuva l’homme, l’air surpris de son intervention
- Mais il faut faire quelque chose, ragea Clara en voyant l’interdit sur le visage du grand gaillard

Ce dernier secoua ses grosses peluches, désolé et un peu agacé. La fille du Général fronça les sourcils, tenta l’opération avec plusieurs autres personnes. Tout le monde semblait affligé mais personne n’osait, ni même ne considérait, l’idée de risquer sa vie pour celle d’un autre. Un second cri à en fendre l’âme retentit. N’y tenant plus, Clara s’élança vers le bâtiment en flammes et défonça la porte d’un coup de pied. Une gerbe ardente jaillit de l’entrée et la jeune femme recula juste attend pour ne pas se faire griller le visage. Une personne sensée aurait rebroussé chemin, mais la jeune femme était d’une témérité suicidaire et défia le brasier en s’y engouffrant tête baissée.

On se serait cru dans la gueule d’un dragon. Du moins, c’est l’image que Clara eut lorsque la chaleur infernale et la fumée noire étouffèrent vicieusement sa respiration. Elle plaça sa manche devant son nez, plissa les yeux, et appela d’une voix forte :

- Il y a quelqu’un !?

Il y avait des bruits à l’étage. Il y avait du bruit partout, à bien y penser, car tout s’effondrait, se fissurait. Une fenêtre explosa même sous la pression de la chaleur. Les flammes rugissaient avec arrogance tout autour de la jeune femme, menaçantes et sinistres.

850 mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Voleuse
Messages : 35
Xp's : 108
Date d'inscription : 09/10/2013
Age : 16
Localisation : la profondeur éternel du néant iréel

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Une envolée de flammes [PV Aklis Aryalle] Jeu 17 Oct 2013 - 18:51

Aklis admira la ville qu'elle parcourait au côtés de son cheval. Elle observait, tandis qu'elle cherchait le lieu qu'elle devait atteindre, la foule qui l'entourait. Bien qu'elle avait crus trouver en cette ville de la nouveauté, elle se retrouvait encore serrée dans une marrée d'humains. Malgré la forte odeur de poisson et la magnifique vue sur l'océan, elle n'avait pas vraiment l'impression d'avoir quitté sa ville natale. Les maisons assemblée dans un casse-tête monotone, la rue pavé de dalle salies par les fréquents passages et le vacarme qui ne cessait jamais, ce refrain monotone ne plaisait pas a Aklis. Elle avait beau cherché au milieu des cris, des pleurs, et des milliers de discussions, le cris des oiseaux marins et des vagues était imperceptible. Pourtant, les vagues était bien plus fortes qu'à l'accoutumé et les oiseaux assez nombreux. Mais la foule s'étendait en troupeau compact sur toute la ville. Tel de simple bête de ferme, elle se massaient toutes dans la même direction se poussant et se bousculant sans aucun regret. La plage, elle, était parfaitement vide et d'une pureté que pouvait envier les rues bondées.

Au bout de plusieurs heures passaient a tenter vainement de ne pas trop être poussé par la foule, Aklis se décida à abandonner son cheval. Après quelques minutes de recherches, elle trouva enfin une écurie où elle laissa son destrier contre quelques pièce d'argent. Elle se tourna ensuite vers la ville. Ses yeux parcoururent a toute vitesse chaque rue, cherchant l'adresse qu'on lui avait indiqué. Mais toutes les orfèvreries se ressemblaient et elle n'arrivait qu'à se perdra avant de retrouver une grande avenue. Elle passa ainsi un temps incalculable a fouiller chaque ruelles. Lorsque le soleil brûlant fit fondre ce qui lui restait d'énergie, elle se décida a demander son chemin a un passant. Elle trouva un vieil homme discutant a un autre sur la terrasse d'une petite taverne.

"Bien le bonjour mon bon monsieur!" lança-t-elle. Il tourna sa tête vers elle et elle lui donna l'adresse de la boutique qu'elle cherchait. Sans hésiter, il lui indiqua une ruelle perpendiculaire et reprit sa conversation.

Enjouée par cette information, Aklis n'eu a chercher que très peu de temps avant d'enfin trouver la boutique. C'était un petit bâtiment de bois dont l'enseigne en métal gravée flamboyait au soleil. Il y avait quelques clients a l'intérieur qui attendait leur tour. La jeune voleuse s'approcha du mur de planches clouées. Elle les observa longuement avant de comprendre que si elle n'aurai aucun problème a l'escalader, elle serait de suite vue. Et elle ne pouvait attendre la nuit, elle devait rentrer a Arnlo au plus vite. Elle attendit tout de même quelques heures et, a son grand bonheur, la rue se vida graduellement a l'approche de l'heure du repas.

Lorsqu'elle fut certaine de ne pas être remarquée, elle posa un premier pied sur un interstice entre les planches. La structure ne s'ébranla qu'à peine et elle fit de même jusqu'au toit. Une fois sur cette endroit stratégique, elle se leva et passa son regard sur chaque poutre. Ce fut à côté de l'une d'elle qu'elle trouva ce qu'elle cherchai: une trappe qui menait sans doute au grenier. Sans hésiter, elle l'ouvrit et rentra dans la sombre pièce. Elle ne vit tout d'abord que l'obscurité donnant d'étranges forme a la salle. Puis, ses yeux réussir a déceler des silhouette entre les ombres. Elle découpa sur la noirceur des murs quelques meubles, de vieux coffres puis une porte où filtrait un peu de lumière. Aklis s'en approcha et observa par un interstice un escalier menant au magazin ainsi qu'à un couloir, sur la droite.

Elle attendit encore quelques instants avant de voir la vendeuse s'engager dans l'arrière boutique, derrière le comptoir, avec un client. La jeune fille en profita pour se glisser dans le couloir. Mais malgré sa furtivité, le vieux plancher grinça, attirant l'attention des autres clients. Avec un soupir de soulagement, Aklis s'assura qu'elle n'avait pas été repérée. Soulagée, elle fit quelques pas dans le couloir. Soudain, un cri retentit et elle sentis une odeur de flamme. Elle se retourna et vit les clients fuirent devant de haute flamme se dirigeant vers l'avant du magasin. Le feu lécha l'escalier avant de commencer a l'engloutir. La vendeuse poussa un cri a fendre l'âme et sortit en courant.

Aklis fonçait vers l'escalier pour s'assurer qu'il n'y avait personne quand un homme la bouscula en fonçant vers la jeune femme qui venait de fuir en criant son nom. Bien que le coup ne fut pas fort, la chaleur et le choc mêlés sonnèrent la voleuse qui mit un certain temps a se relever. Elle se rendit alors compte qu'elle était cernée par les flammes qui avait détruis l'escalier menant au grenier. Elle entendit alors un appelle provenant de la boutique. Mais il n'y fit pas attention, partant chercher son butin dans les pièces dont elle voyait les portes le long du couloir.

Elle rentra en chancelant légèrement dans la première pièce. Elle laissa la porte ouverte mais les flammes n'avait pas encore enfumé cette salle. Une bouffée d'air frais plus tard, elle était en pleine forme et devant une caisse a commencé à chercher quelque chose.
863 mots
plan de la boutique:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Fille du Général

Messages : 131
Xp's : 335
Date d'inscription : 09/06/2013

Feuille de personnage
Vie:
0/0  (0/0)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Une envolée de flammes [PV Aklis Aryalle] Ven 18 Oct 2013 - 20:32

Ce n’était pas tant les flammes qui inquiétaient Clara mais plutôt la masse sombre et changeante de la fumée qui s’épaississait un peu plus à chaque seconde, se mouvant au plafond comme un nuage porteur de nouvelles sinistres. La fille du Général rabattit un pan de sa manche devant son nez et sa bouche, fouilla rapidement la pièce du regard puis s’élança vers les escaliers. Toute la masure crachotait de petits grincements inquiétants, comme si elle criait sous l’assaut du feu rongeant sa charpente. À l’étage, Clara découvrit l’escalier du grenier en train de se faire dévorer par flammes, même chose pour une partie du mur de gauche. Sur le mur de droite, elle n’eut le temps que de voir une ombre se faufiler sans bruit dans une des pièces. La fille du Général interpella de nouveau, mais aucune réponse ne vint. Contrariée autant par ce silence que par le temps, elle pénétra à son tour dans la pièce avec la ferme intention de tirer cette personne hors du bâtiment et par la peau du cou s’il le fallait.

Il régnait une chaleur d’enfer dans la chambre, mais pas autant que dans le couloir. Elle n’avait pas encore commencé à brûler, mais la boucane avait déjà envahi l’espace, étendant ses longs doigts noirs partout entre les lattes de bois sèches. Une jeune femme, à en juger par son allure, lui faisait dos et fourrageait dans les coffres à la recherche d’on ne sait trop quoi. Clara comprenait qu’on veuille sauver ses biens personnels, mais ce n’était vraiment pas le plus urgent. D’une minute à l’autre, la boutique menaçait de s’effondrer comme un vulgaire château de carte. D’ailleurs, un craquement lugubre fit vibrer le sol sous leurs pieds. Les solives, probablement, qui commençaient déjà à s’effriter en cendre. Le sol ne tiendrait pas une éternité.

Clara fit trois longues enjambées et empoigna l’avant-bras de la jeune femme, plus fermement qu’elle ne l’aurait voulu, pour l’obliger à se retourner. Ce n’était pas une patience d’ange qu’on pouvait lire sur ses traits durs et inquiets. Elle ne provoquait pas la mort pour qu’on lui joue des tours. Elle sortirait d’ici en vie, et avec cette jeune femme qu’elle était venue chercher.

- Pourquoi ne me répondais-tu pas, es-tu sourde ou muette !? Je ne sais pas ce que tu cherches, mais ce n’est pas vraiment le moment !

D’un geste brusque, elle désigna la pièce emboucanée et le feu grondant dans le couloir. Rapidement, elle détailla le visage de la petite noiraude qui ne montrait aucun signe de panique. Ses yeux, d’un bleu abyssale, ne trahissait aucune angoisse. Sois elle était simple d’esprit, sois elle ne réalisait tout simplement pas le piège bouillonnant qui se refermait sur elles. Sans lui laisser le temps de répliquer, Clara tira sur son bras pour la remettre debout et lui décocha un regard lourd de remontrances et d’avertissements.

- On sort, lâcha-t-elle sèchement

Un souffle de chaleur lui balaya le visage et elle plissa les yeux en toussant. Soudain, un bruit fracassant la fit tressaillir. Un coup d’œil vers la porte lui confirma sa pire crainte… Une poutre enflammée venait de s’échouer devant le cadre de sortie, bloquant l’accès. Sans s’en rendre compte, Clara resserra l’étau de ses doigts autour du poignet de la jeune femme.

550 mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Voleuse
Messages : 35
Xp's : 108
Date d'inscription : 09/10/2013
Age : 16
Localisation : la profondeur éternel du néant iréel

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Une envolée de flammes [PV Aklis Aryalle] Sam 19 Oct 2013 - 11:22

Malheureusement, ce que Aklis cherchait n'était pas là. Elle avait fouillé chacun des placards ouvragés, le moindre recoins des coffres grinçant mais il n'y avait pas l'objet qu'elle devait trouver. Les flammes avaient commencé à manger un bout du plancher et la fumée s'était glissée entre les poutres vers le toit, étouffant cette pièce. Le vieux bois grinçant à la moindre pression, elle entendit tout de suite que quelqu'un arrivait mais continua sa recherche infructueuse.

Une autre jeune fille pénétra dans la pièce et parut étonné de trouver Aklis. Sans y faire attention, cette dernière resta encore au milieu de la pièce. La nouvelle venue s'approcha et, sans hésiter, lui saisis la main pour la prévenir du danger. Mais ces avertissements ne firent que légèrement sourire la voleuse qui n'y prêtait pas attention. Voyant qu'elle se moquait du danger, l'inconnue répéta ses  mises en garde sur un ton plus pressé.

Quelques secondes après les paroles de cette personne, une poutre vint s'écraser devant la porte grande ouverte, bloquant la sortie. Pourtant, Aklis souris a la jeune fille et sans hésiter, s'approcha de la porte en libérant sa main d'un mouvement sec. La chaleur ambiante rappela a la voleuse qu'elle était dans une maison en flamme sans pour autant l'apeuré. La poutre étant tombée en diagonale, l'un des coins de la porte n'avait pas encore brulé. Le trou dans le mur flamboyant avait beau être a peine assez grand pour la laisser passer, Aklis se glissa dans cet issu. Elle vit alors le couloir qui avait commencé a flamber au niveau des escaliers. Elle se retourna et dit a celle qui se voulait sauveuse dont elle ne voyait plus que la silhouette sombre entre les flammes:

-essais déjà de te sauver toi-même avant de tenter autre chose.


Elle se retourna et fit quelques pas dans le couloir. Une autre source de chaleur l'avertis qu'un bout de sa tunique avait bruler. Sa peau nue dessous était légèrement rougis par les flammes et la douleur commençait a se faire sentir. Aklis sortit sa dague et trancha ce morceau de tissus qui tomba au sol et enflamma une tapisserie. Laissant ce nouveau feu prendre, la jeune fille passa a une autre salle. Cette dernière n'était pas enfumé mais une armoire avait commencé s'était enflammé. Heureusement, la petite commode a côté d'un lit double n'avait pas été touché. Si elle voulait trouver ce qu'elle chercher, ce serait sans doute dans ce meuble. Elle s'en approcha, protégeant d'une main son visage des flammes proche et ouvrit le premier tiroir.

423 mots


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Fille du Général

Messages : 131
Xp's : 335
Date d'inscription : 09/06/2013

Feuille de personnage
Vie:
0/0  (0/0)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Une envolée de flammes [PV Aklis Aryalle] Lun 21 Oct 2013 - 1:43

La lippe arrogante que lui décocha la jeune femme, tout comme cette phrase assassine, piqua Clara comme une morsure de serpent. C’était donc ce qu’on lui balançait à la figure alors qu’elle risquait sa vie pour lui porter secours. La noiraude, se détachant de la situation derrière son air indifférent, lui démontrait qu’elle n’en avait apparemment pas besoin. Qu’à cela ne tienne, elle se débrouillerait seule si elle le souhaitait, Clara ne risquerait pas un seul de ses cheveux de plus pour cette petite impertinente.

La jeune disparaissait déjà dans le couloir après s’être glissé avec une souplesse féline entre le cadre fumant et la poutre flamboyante. Incroyable... La fille du Général se serait sûrement mit en rogne, mais l’urgence de la situation chassa momentanément cette émotion. Elle était plus pressée qu’agacée, l’adrénaline procurant, dans tous les cas, un effet semblable. Toute frêle qu’elle était, elle se faufila à son tour sans le moindre encombre dans l’ouverture de la porte. La forte effervescence balaya ses joues d’une caresse pénible. Prenant la direction opposée, Clara arriva à la hauteur des escaliers enflammés. Elle se détourna en cherchant son souffle au travers de cette chaleur accablante qui s’infiltrait tel un poison mortel et perfide dans ses poumons. Elle rebroussa chemin, crachotant, la gorge en feu. Des nouveaux craquements inquiétants ébranlèrent le sol, et il sembla à Clara, l’espace d’un instant, qu’il se mouvait dans une inclinaison nouvelle.

La fille du Général entra dans la seconde pièce, passa à côté de la noiraude sans lui accorder un coup d’œil, ne visant que la fenêtre verrouillée. Elle appliqua ses deux mains sur ses pourtours brûlants, cherchant toujours son air. En périphérie de la lucarne, le fer s’oxyda à une vitesse alarmante, s’effrita, puis les carreaux tombèrent d’eux-mêmes dans un fracas de verre brisé. L’oxygène s’engouffra dans la pièce dans une rafale et le feu, d’une voracité intarissable, en profita pour se propulser au dehors dans un grondement monstrueux.

Clara sentit le souffle lui pousser dans le dos comme une main de géant invisible. Un rapide coup d’œil pressant vers la jeune inconnue ; elle espéra qu’elle comprendrait que les prochaines secondes jouerait en faveur de sa vie ou de sa mort. Sans plus attendre, Clara passa par l’embrasure. Sa chute fut courte mais l’atterrissage brutale. Ses chevilles absorbèrent une partie du choc, puis elle s’en écorcha les genoux et les paumes. Mais vraiment, il y avait pire comme douleur. En cet instant, son plus grand mal venait de l’intérieur. Prise d’une quinte de toux ininterrompue, la fille du Général dût s’y prendre à deux fois avant de réussir à se relever. Des regards curieux la suivaient.

- Par Simius, s’égosilla une bonne femme, êtes-vous en état ma fille !? Reste-t-il quelqu’un dans cet enfer !?

Clara déglutit sans qu’aucune salive ne se forme, ouvrit la bouche, tenta d’articuler quelque chose. Un râle rauque fut l’unique son qu’y en sortit. La bonne femme poussa un petit gémissement désolé et lui tendit en vitesse une gourde pendant qu’un attroupement de gens se formait autour de leur duo, tous impatients d’entendre ce que la survivante, miracle, avait à dire.

- Y-a-t-il encore quelqu’un ? insista-t-on
- Seulement une désaxée qui cherche à s’immoler par le feu, rétorqua Clara que cette phrase fit de nouveau tousser

La bonne femme, déconcertée, sembla ne pas savoir s’il s’agissait d’un humour noir ou d’une affirmation des plus sérieuses. Alors tous les regards se tournèrent vers la fenêtre vomissant des gerbes orange et des langues de fumée noires. Même Clara qui, pour sa propre conscience, osa encore accorder une importance moindre à la vie de cette cinglée. Elle cala ce qui restait dans la gourde, l’eau chassant du mieux qu’elle le pouvait le goût des cendres.

- Mais il faut la sauver ! S’écria un des spectateurs passifs
- Faites-donc, et je vous souhaite bonne chance…

Clara émit un ricanement éraillé et une grimace cynique.

650 mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Voleuse
Messages : 35
Xp's : 108
Date d'inscription : 09/10/2013
Age : 16
Localisation : la profondeur éternel du néant iréel

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Une envolée de flammes [PV Aklis Aryalle] Lun 21 Oct 2013 - 12:52

Les yeux plissés par la fumée, qui ne devint que plus grande lorsque la fenêtre tomba, Aklis tâtait de la main les affaires rangées dans le tiroir. Soudain, elle sentit un métal brûlant en forme d'anneau sur sa paume. Elle fit glisser son doigt à l'intérieur et sentit les inscriptions qui y était gravés. Sa trouvaille en main, la voleuse s'éloigna du meuble qui commençait à flamber et se tourna vers la fenêtre. Les flammes orangées mêlées à des cendres grisâtres bloquaient presque cette ultime issue. Dehors, elle entendait au milieu du crépitement du feu les cris d'horreur de personnes survivantes ou venue là pour observer la scène.

Aklis grimpa sur le bord du trou béant  qui allait sans doute lui sauver la vie et observa la rue en contre-bas. Tout les regards étaient tournés vers elle et la jeune femme ne put s'empêcher de sourire avec assurance. Elle repéra au milieu de la foule la personne qui se voulait sa sauveuse et sourit de plus belle. Elle s'assura qu'il n'y avait personne à l'endroit où elle voulait atterrir et bondit, en parti poussée par les flammes qui léchaient sa peau. Les retrouvailles avec le sol furent brutales mais sans encombre, les brûlures étant tout aussi importantes que les entailles faîtes par la pierre sous sa main qui s'était automatiquement posée à terre. La voleuse se releva doucement, avec le même sourire de défis que dans l'embrasure de la fenêtre.

Après une grande inspiration,elle se releva et rangea délicatement l'anneau qu'elle avait récupéré dans la bourse qui pendait a sa ceinture. Elle la referma consciencieusement, s'assurant que son trophée ne s'en échapperai pas puis se tourna vers l'autre rescapée. Elle la fixa de ses yeux sombres qui brillaient de joie puis laissa échapper sur un ton a la foi doux et amusé:

-Je suis bien contente de voir que tu t'en es aussi sortie.

Elle se tourna ensuite vers la bâtisse qui finissait de se consumer pour admirer les ailes flamboyantes qui s'envolaient vers le ciel tout en restant attachées au bâtiment. Ce spectacle était a la fois beau, étrange et horrible. Les gémissement de tristesse qui résonnait dans la rue rendait ce tableau bien macabre. Mais pour Aklis, tout était parfait. Elle avait gagné son paris et ne s'était pas une seule fois ennuyée. Finir cette quête personnelle sur un aussi beau tableau était rassurant. Pourtant, une étrange sensation parcourut le corps de la rescapée.

Tandis qu'elle réfléchissait a ce sentiment, Aklis repéra dans l'ombre d'une autre maison voisine une silhouette sombre. Elle observa la scène sans faire de bruit un instant avant de se glisser dans l'ombre et de disparaître du champ de vision de la jeune femme. Pourtant, la sensation de malaise se renforça pendant que la voleuse sentait le regard froid de quelque chose sur elle.
470 mots


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Fille du Général

Messages : 131
Xp's : 335
Date d'inscription : 09/06/2013

Feuille de personnage
Vie:
0/0  (0/0)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Une envolée de flammes [PV Aklis Aryalle] Lun 21 Oct 2013 - 16:27

Il y avait de ces gens, comme cela, se riant du danger. Et d’autres, comme Clara, ne s’en méfiant pas assez. Dans un cas, comme dans l’autre, ces deux personnes, quel que soit leur but premier, se rejoignait quelque part dans leur folie kamikaze. La fille du Général ne fut pas même surprise de voir fleurir un sourire sur les lèvres de l’autre femme. Ses traits étaient doux, semblaient jeunes, mais quelque chose d’autre, dans ses pupilles profondes, trahissait un âge plus avancé que ce à quoi Clara s’était douté.

-Je suis bien contente de voir que tu t'en es aussi sortie

Clara ne dit mot mais hocha légèrement la tête, le visage grave. L’immense brasier jouait de sa lumière vive sur les visages impressionnés le défigurant. Cent seaux d’eau n’en serait pas venu à bout, ainsi on laissa le feu ravager sans merci aucune la boutique perdue. Étais-ce le couple propriétaire qui se lamentait bruyamment à quelques pas de là, pleurant une vie d’investissement ?

L’Arvèle reporta son attention sur la noiraude qui, contrairement à tous, ne regardait plus les flammes telle une hypnotisée. Son visage s’était tourné vers l’orée de la ruelle passante, Clara suivit son regard. Une ombre se tenait en retrait de la foule, immobile et certes dérangeante pour une raison que la jeune femme n’aurait su nommer. La silhouette, se sachant découverte, s’évanoui aussi prestement qu’elle était apparue, sans bruit, ne laissant qu’une sensation amer. La fille du Général lâcha un regard à la ronde sur la foule, cherchant une anormalité. Une petite voix murmurait derrière ses tempes, un avertissement.

- As-tu récupéré ce que tu cherchais ? J’espère que le jeu en valait la chandelle…

Clara ne se serait pas risqué pour du matériel un tant soit peu important, ni même pour milles pièces d’or. Mais une vie humaine, voilà ce qui était important, voilà ce à quoi elle se risquait. Pas autre chose, maintenant elle le savait. Un vent doux se leva, agitant la longue chevelure bronze de l’Arvèle, révélant une odeur enfumée y résidant avec persistance. L’attroupement commençait à peine à se disperser, mais il était encore assez dense pour abriter une personne souhaitant se substituer aux regards d’autrui. Mais Clara avait l’œil perçant, l’instinct averti. Et sa vision, parcourant au hasard les têtes, cerna celle d’un homme qui la retint. De grandeur et de gabarit moyen, tout vêtu de noir et de vêtements longs malgré la chaleur accablante du midi. Il la regardait aussi, l’avait repéré, elle et l’autre rescapée. La jeune femme se sentit prit d’un vertige et elle prit doucement le coude de la noiraude à ses côtés. Les yeux sombres, calculateurs et inexpressifs de cet inconnu, ce genre de regard, elle en avait déjà vu. Une nuit, il y à peine deux semaines.

- Regardes droit devant toi, murmura lentement Clara en s’adressant à l’autre femme, suivant son propre conseil. Je ne sais pas qui tu es, ni ce que tu as fait, mais on te suit et nous sommes maintenant une cible combinée.

La fille du Général jeta, temps d’une milliseconde, un regard vers sa gauche. Un éclat familier brilla sur ses iris bleutés, celle d’une lame qu’on tire silencieusement d’un fourreau dissimulé. L’ombre la fixait, elle, sans se cacher. À quoi bon désormais, les deux savaient. Et vu l’assurance avec laquelle l’assassin se saisissait de sa dague en dardant ses prunelles de faucon sur ses proies, ses doutes furent instantanément balayés avec autant de vigueur que le feu balayait la bâtisse devant eux. Clara poussa sur le coude de la noiraude, sentant de nouveau l’urgence la submerger comme lorsque les flammes la cernait.

- On devrait partir… maintenant.

Sa phrase à peine terminée, des cris s’élevèrent autour d’eux. L’homme avait tiré son arme aux sus et aux vus de tous, entrainant la panique général. Clara profita de l’affolement pour foncer droit devant, se frayant un chemin dans ce groupe de poules sans tête avec la noiraude à sa suite. Cette dernière n’avait pas bien le choix, puisque l’Arvèle la tirait derrière. Elle savait où aller, et comment user du branle-bas de combat pour fuir sans traces. Cette stratégie, la fille du Général l’avait déjà mise en pratique maintes fois lors de ses escapades du château. Mais alors qu’elle se glissait entre deux femmes mugissantes, un profil sombre apparu brusquement devant elle. Elle eut tout juste le réflexe de le repousser avant qu’il ne frappe et de crier ;

- COURS !

Ce qu’elle fit de son côté, se prenant dans le tourbillon de la foule hystérique.


750 mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Voleuse
Messages : 35
Xp's : 108
Date d'inscription : 09/10/2013
Age : 16
Localisation : la profondeur éternel du néant iréel

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Une envolée de flammes [PV Aklis Aryalle] Mar 22 Oct 2013 - 19:36

Tout n'était que folies, cris et cavalcades. La foule attirée juste avant par l'évènement se dispersait maintenant dans un vacarme assourdissant. On se marchait dessus sans le moindre remord, on bousculait les plus lents et on écrasait les plus faibles. Aklis fut tirée par l'autre jeune femme qui avait déjà remarqué l'assassin mais elle n'en avait pas envie. Ce troupeau d'homme et de femme apeurés qui fuyaient étaient un danger pour beaucoup de personnes. Lorsque l'ordre fut lancer par l'arvele, la jeune voleuse hésita un instant. Heureusement, personne n'était a terre. Malheureusement, l'un des hommes qui avaient brandis leurs armes avait profité de cet arrêt pour s'approcher d'elle. La jeune femme recula d'un pas et observa la nuée d'êtres effrayés. Elle repéra un instant l'autre rescapée des flammes qui lui avait conseillé de fuir. Et elle eu le temps de voir la personne encapuchonnée de noir qui brandissait une lame derrière elle.


Sans hésiter, et autant pour fuir que pour sauver la jeune femme, Aklis recula et rejoignit l'arvele dans le flot humain. Elle lui saisit le poignet et courut dans une ruelle transversale. Sombre et vide, cette dernière n'avait pas été investie par qui que ce soit et semblait presque irréelle. Aucun bruit ne résonnait entre ses murs serrés. Le vacarme qui mugissait dans la rue proche semblait être un simple écho. Les ombres qui auraient dut cacher des formes horrifiques étaient agréablement rassurante par rapport aux armes qui se mêlaient à la foule. La fraicheur et la sureté de la ruelle calmèrent Aklis suffisamment pour qu'elle glisse a l'autre jeune femme:


-Ces assassins ne sont pas anodins... Ils sont là pour nous tuer nous! J'en ai vue un qui voulait t'attaquer au coeur de la foule tout comme celui qui a sortit son arme en premier.


Sa voix, bien que basse, résonna entre les pierres serrées tel des mots prophétiques. La sureté qui imprégnait cette rue quelques minutes auparavant s'était muée en un étrange sentiment de peur. Le calme ne faisait qu'accentuer les ténèbres engloutissaient une grande partie de ce lieu. La brise fraiche fit frissonnait légèrement Aklis qui ne put retenir une série de regard autour d'elle. Elle sentait a nouveau des yeux qui l'épiaient et qui attendaient un instant propice a son meurtre.

Elle jeta un oeil vers l'avenue où la boutique avait flambée. Si elles avaient été quelques instants en sécurité dans cette ruelle où il n'y avait personne, la foule qui s'était éloignée ne retarderait plus les meurtrier. Et ces murs qui les protégeaient quelques temps plus tôt étaient maintenant un piège qui se refermait doucement sur les deux jeunes femmes.

-On ne peut pas rester ici...

Ces quelques mots que murmura Aklis à l'oreille de l'arvele ne résonnèrent pas, cette fois. On n'entendait absolument rien. L'écho de la foule, les pas des gardes qui aurait du venir voir le lieu du feu, des paroles, rien ne transgressait le silence. Un silence qui aurait put être tout a l'avantage de la jeune voleuse mais qui ne faisait que renforcé son malaise. Les ombres invisibles qui se glissaient autour d'elle semblait de moins en moins fictives. Les reflets du soleil sur les murs devinrent des regards et des lames sortis. Un dernier regard vint convaincre la jeune femme: cet endroit était dangeureux.

D'un mouvement lent et emprunt d'une légère crainte, Aklis recula vers l'avenue. Ses yeux fixèrent l'arvele, lui demandant silencieusement de la suivre. Dans les ombres qu'elle apercevait dans la ruelle qu'elle devait quitté, elle repéra de nets yeux. Brillant dans la demi-obscurité, leurs lueurs malsaines semblaient se moquer de sa vaine fuite. Dans une même lenteur, la voleuse rapprocha doucement sa main du pommeau de sa dague. Son sabre était bien trop long pour pouvoir être utilisé dans cet endroit exigüe et il fallait qu'elle sorte si elle voulait se défendre convenablement. Car les yeux de prédateur qui la fixait semblait se rapprocher.

651 mots


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Fille du Général

Messages : 131
Xp's : 335
Date d'inscription : 09/06/2013

Feuille de personnage
Vie:
0/0  (0/0)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Une envolée de flammes [PV Aklis Aryalle] Mar 22 Oct 2013 - 22:51

Troupeau de moutons, pensa Clara en voyant détaler en vagues les spectateurs que la panique avait gagné. Certains ne semblaient pas même savoir ce qu’ils fuyaient, mais ils fuyaient quand même. Pour sa part, l’Arvèle savait exactement ce qu’elle se devait d’éviter, mais si la foule était un bon bouclier, elle l’était autant pour un meurtrier. Elle était en colère, comment pouvais-t-on la confondre à une autre cible ? Car c’est bien elle que l’assassin avait dévisagé, et c’est bien sur sa personne que la lame avait pointée. Encore une fois, elle se retrouvait mêlée à des problèmes qui ne la concernaient pas et qui la mettait en péril. Il lui sembla qu’elle ne faisait que cela, ces temps-ci, s’embourber dans des merdiers et mettre sa vie en danger. Sa bonne étoile avait intérêt à ne pas lui faire défaut.

Cherchant d’où viendrait la menace, la jeune femme tressaillit lorsque la noiraude saisit son poignet pour l’entraîner loin du tourbillon. Clara se laissa mener à l’écart, jusqu’à une ruelle déserte et étroite où, malgré le soleil éblouissant du midi, la lumière ne parvenait que faiblement. Cela changeait brusquement de la vive clarté de l’incendie.


-Ces assassins ne sont pas anodins... Ils sont là pour nous tuer nous! J'en ai vue un qui voulait t'attaquer au coeur de la foule tout comme celui qui a sortit son arme en premier.
- C’est après toi, plutôt, qu’ils en ont… persifla Clara

Était-il nécessaire de préciser son état d’esprit ? Un peu moins de deux semaines plutôt, on avait tenté de la liquider dans sa propre chambre, désormais c’était en pleine rue, aux vus de tous. Mais la jeune femme doutait fortement, intuition simplement, que ces hommes furtifs en aient après elle. Étais-ce parce qu’elle avait aidé cette inconnue, où alors on l’avait bêtement confondue. Les ordres d’exécutions ne sont-ils pas censés être clair pour éviter de telles circonstances…


-On ne peut pas rester ici... lui murmura l’autre

Le silence s’était déposé comme un voile sur l’étroit passage, les bruits du port ne leur parvenant qu’en sourdine. Clara crut discerner, du coin de l’œil, un ombre se glisser subrepticement en lisière de la ruelle. Une autre, derrière, longer le mur de pierres, comme la brume se mû, fluide et silencieuse. Ses gens tiraient cette situation à leur avantage, les encerclant méthodiquement, comme on joue d’un patin avec ses ficelles. Sans se presser, toute fois, et c’était le plus inquiétant. Ils se savaient avec les rênes en mains. La noiraude fit mine de rebrousser chemin, l’intimant du regard à la suivre, mais Clara secoua tranquillement la tête en lui retournant ce même regard. À l’entrée du passage, définie par une ligne de lumière où s’arrêtaient net les rayons du soleil, était fiché le contour sombre d’une personne se dessinant à contre-jour. Prises comme de vulgaires rats dans un piège à clapet. La jeune femme dégaina, ayant le pressentiment que ça ne lui saurait quand même d’aucune utilité, et vint coller son dos à celui de la noiraude pour couvrir ses arrières. Ses neurones s’activaient à toute vitesse et alors qu’elle réfléchissait, elle se semait au calme. Comme elle regrettait de ne pas avoir d’épée, comme elle regrettait de ne pas savoir se battre.

- Eh bien vas-y, je t’écoute, glissa Clara à sa camarade, les dents serrées, que fait-on maintenant ?

550 mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Voleuse
Messages : 35
Xp's : 108
Date d'inscription : 09/10/2013
Age : 16
Localisation : la profondeur éternel du néant iréel

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Une envolée de flammes [PV Aklis Aryalle] Mer 23 Oct 2013 - 19:18

Aklis recula, se collant au dos de l'arvele. Elle se rendit alors compte de sa situation. Seule, avec pour seule alliée une inconnue, elle allait devoir combattre des assassins entrainés bien plus nombreux et dans une ruelle trop serrée pour bien manier son sabre. Elle respira longuement, observant chacune des choses qui pourrait la sauver, et peut être l'autre jeune femme, d'une mort qui approchait. Cette mort avait un sourire avide, des yeux brillants dans l'ombre de capuches sombres et des lames effilées aux éclats blancs. Si elle ne faisait rien, il y allait bientôt y avoir des reflets rouges sur ces épées.

-Eh bien vas-y, je t’écoute, glissa Clara à sa camarade, les dents serrées, que fait-on maintenant ?

La voleuse écoutait à peine les parole de l'arvele. Elle observait tout ce qui l'entourait de ses yeux sombres. Son regard repéra un instant quelque chose de particulier dans les murs. L'un d'entre eux s'était légèrement érodé avec le temps et possédait des prises parfaites pour une escalade rapide. De plus, il n'y avait personne entre la jeune femme et cette issue. Elle jeta un oeil a l'inconnue qui lui faisait dos. Il fallait que cette dernière retienne les meurtrier un petit peu de temps.

-Fais moi confiance, je ne m'enfuirai pas. Tiens jusqu'à mon retour avec de l'aide.

Aklis avait murmuré ces paroles avec une tel  douceur qu'elle les avait à peine entendu elle-même. Elle espérait de tout son coeur que cette apparente guerrière aller y arrivé. Et surtout, qu'elle ne prendrait pas la fuite de la voleuse pour une preuve de lâcheté. Car la jeune femme détestait paraître faible, surtout lorsque cela impliquait la vie de quelqu'un.

Tout doucement, elle se décala parfaitement face au mur. Après un rapide coup d'oeil pour s'assurer qu'aucun des criminels n'avaient d'arc, elle bondit sur le mur. En quelques secondes, elle fut en haut. Elle jeta un regard souriant et emplit de confiance à l'autre jeune femme et partit en courant sur les toits de la ville. Mais, bien évidemment, les hommes encapuchonnés la poursuivirent. Juste un ou deux, les plus proche de la parois avait commencé a la suivre.

La jeune femme sauta de toit en toit et n'eus aucune difficultés à semer ses poursuivants. En espérant qu'il soit suffisamment perdus pour ne pas retrouver le chemin de la ruelle où les combats devaient faire rage, Aklis partit en quête d'un endroit où elle pourrait demander de l'aide. Elle parcourut les rues à toute vitesse, sans voir les personne qu'elle bousculait. Si beaucoup d'entre eux  la prenait pour une folle, elle ne s'y attarder pas. C'était une question de vie ou du mort, du moins pour la personne qu'elle avait laissé derrière elle.
452 mots


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une envolée de flammes [PV Aklis Aryalle]

Revenir en haut Aller en bas

Une envolée de flammes [PV Aklis Aryalle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» Une envolée de flammes [PV Aklis Aryalle]
» "Ravivons les flammes du passé" ~ Anthéa x Paris
» Y'a pas de fumée sans flammes ! [CLOS]
» # Les Flammes #
» Du sang et des flammes [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Le Monde des Humains :: La plage des astres :: Le Port de Thalis-