AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[EVENT] Banquet du deuxième jour des festivités [PV Johann George Faust VIII]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


Bras Droit

Messages : 155
Xp's : 360
Date d'inscription : 08/09/2013
Age : 22
Localisation : [absence du 23/10 au 06/11 environ]

Feuille de personnage
Vie:
0/0  (0/0)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: [EVENT] Banquet du deuxième jour des festivités [PV Johann George Faust VIII] Dim 22 Sep 2013 - 21:50

" Perversité tentatrice qui usurpa
Un bref moment ma place à sa proximité,
Tu en profitas pour distiller tes idées
En son esprit de tant de chimères peuplé ! "

***
Richard reposa sa choppe d'hydromel encore débordante ; il n'avait de goût prononcé pour les alcools aussi sucrés de miel fussent-ils et, de toute manière, il était d'une élémentaire prudence de ne jamais se laisser griser lorsque entouré de temps d'inconnus... Perclus de courbatures pour avoir chevauché cette damnée salamandre d'eau -aussitôt rendue à son propriétaire à la fin de cette folle course- il profitait de cette soirée festive pour soulager ses muscles endoloris. Le temps viendra assez tôt pour reprendre la route et d'ici-là, le Récleyés comptait bien repartir avec toute l'énergie nécessaire afin de rallier au plus vite les grandes distances le séparant de la Tour. Enfin toute cette agitation n'était pas des plus futiles ainsi qu'il l'avait prévu : lorsque tous les peuples et Confréries de Madelle se mêlaient, il en résultait toujours des évènements intéressants sinon distrayants. Par exemple, peu après la fin de la course la veille, les Liares avaient ébloui les regards de milliers de spectateurs par leurs feux célestes qu'ils nommaient "feu d'artifice". Drôle d'invention qui avait un intérêt autre que d'être beau... En effet, le bruit produit par le lancé des fusées était tel qu'on aurait dit le cri d'un prédateur géant. Cela pourrait être utile afin d'effrayer de plausibles ennemis. Il faudrait qu'il essaye de s'en procurer, ne sait-on jamais.
Quoiqu'il en soit, cette démonstration de l'avancée technique des Liares avait eu des conséquences ; une rixe entre l'un des représentants de ce peuple et un humain était survenue, ce dernier accusant les Liares d'hérésie ou quelque chose d'approchant... Il était rare que les nouvelles technologies soient appréciées de tous. On y décelait souvent une sourde menace. Égoïsme, paranoïa ou juste intuition, le temps seul y répondra, bien que Richard savait que la situation actuelle du peuple du feu ne leur permettrait pas d'aller guerroyer avec leurs nouveaux voisins du sud.

Richard trempa ses lèvres dans le breuvage. Le sucre acheva de dissiper les derniers lambeaux de fatigue tandis que son regard de nouveau alerte dévisageait la foule environnante. Tant de personnes dans une si petite ville. Né dans les Terres Inexploré et élevé dans la peur de voir un jour toute sa Confrérie détruite, Richard avait développé comme nombre des siens un penchant marqué pour la prudence, parfois excessive, et le besoin d'être discret. Naturellement il avait repéré les coins sombres et de manière tout aussi instinctive, il était venu s'asseoir à la place où il pourrait garder un œil sur toute l'assemblée sans craindre un coup par derrière. Il y avait de quoi se penser plus voleur que général mais les habitudes étaient difficiles à combattre... Surtout lorsqu'elles vous avaient sauvé la vie maintes fois.

Sur une musique exotique, sans doute originaire des terres de Faras devina Richard, des couples dansaient avec peu ou prou de grâce. Il y avait dans l'évolution rythmé de ces corps quelque chose de fascinant. Voir des personnes si différentes de par leur nature et leurs idées bouger sur le même tempo, de la manière, sur une musique commune... Pour peu qu'il avait une cavalière, le Récleyés aurait bien essayé la danse. C'était une forme d'art après tout.
Enfin ses pensées redevinrent plus sombre lorsqu'il croisa le regard ardent d'une jeune Liare. Elle lui rappelait une petite téméraire et cela allant de pair, les aboutissants de sa mission. Aussi prêta-t-il plus d'attention aux discutions, aux visages, aux gestes. Les risques qu'on ne l'identifie en tant que Récleyés étaient minimes voire nuls, toutefois, il avait pris la peine de soigner les apparences : sa tunique de toile poussiéreuse avait été troquée contre une chemise à jabot blanche, et il s'était débarrassé avec un grand plaisir son visage de la masse touffue d'une barde de plusieurs semaines. Autre fait notable, il ne charriait plus des relents animaux et floraux si communs aux voyageurs. Cependant cela n'aurait suffit à l'identifier comme étant un Récleyés : n'étaient-ils pas tous morts ? De plus, les madelliens au courant de l'existence du bras droit du Ténébreux se comptaient sur une main... personnes qu'il avait tuées pour préserver son secret évidemment.
Malgré tout, il devait être visible, vu.
Car cette virée festive avait un autre but que de recueillir les dernières nouvelles de tout Madelle : il cherchait des potentielles recrues pour la confrérie qui ne refuserait pas des bras en plus... Les vieux mourraient, les jeunes étaient devenus des adultes et les nourrissons se faisaient rares à cause des conditions des Terres Inexplorées, s'ils n'avaient pas déjà rejoint les vieux sous terre. Ils avaient besoin de personnes talentueuses de tout domaine, afin que le village qu'ils avaient péniblement établi à la sueur et au sang puisse continuer de survivre à son autarcie forcée. Jusqu'à ce que lui et son ami parvienne à s'imposer face à tous ces salauds, songea Richard en repérant divers groupes de Confréries différentes.
Sa choppe résonna creux contre le bois de la table lorsque le Récleyés la posa rudement en se levant.

Ses courbatures lui étaient douloureuses mais pas insupportables, aussi endurait-il une promenade plutôt que de rester plus longtemps inactif. Il n'était en temps habituels guère un homme d'action, se voyant plutôt érudit, poète, cependant son rôle parmi les siens l'avait peu à peu changé si bien que l'inaction lui était parfois intolérable.
Comme à cet instant.
Il déambulait donc parmi les manants d'un pas leste et gracile. Assez d'espionnage, il était grand temps de se faire voir et de rallier à sa cause de nouvelles âmes. Sans plus d'artifices, il attirait déjà l'attention sur lui : sa prestance, sa démarche sûre et sa tenue sobre mais soignée faisaient de lui un intrus parmi la foule colorée, sale et bruyante. Certains auraient évité ce genre de manœuvres téméraires de peur d'être attaqué par un assassin ou un esprit en quête de vengeance toutefois il avait confiance en ses capacités de bretteur et son instinct. Tout en avançant au hasard sans en donner l'impression cependant, Richard dévisageait les personnes l'unes après l'autre, son regard d'un bleu royal sautant de visages en visages. Finalement il ralentit son pas...

Face à lui, deux humains visiblement Arvelès. Leur armure et leur stature imposante était si reconnaissables... Cela tira un léger sourire à Richard. Deux hommes costaux, remplissant leur large armure rutilante, coiffés de la tresse du guerrier et une main toujours reposant sur le pommeau de leur arme. Des mains non gantés qui laissaient entrevoir les cals de l'exercice et de l'expérience au combat. Impressionnants de force mais aucunement chef militaire ou haut gradé. Des visages ennuyés néanmoins colorés trahissant l'ingestion d'alcool.
Parfait.
Il continuait toujours d'avancer sans modifier le rythme de ses pas, se rapprochant des deux Arvelès. Soudain, il trébucha et bouscula violemment l'un d'entre eux, ce qui le poussa sur son compagnon ; Richard se fendit en excuses aussitôt, d'une voix légère mais claire :

«Pardonnez-moi messires, je n'avais pas vu cette crevasse qui m'a fait trébuché. »

En grommelant, le bousculé se retourna pour lui faire face et deux yeux troubles vinrent le scruter. Grisé ? Cela pourrait être gênant, pensa Richard.

«Il n' a pas de crevasse.
- Mon imagination alors... Désolé, se répéta-t-il, je me suis pris simplement les pieds sans doute.
- Je ne te crois pas, fit le soldat Arvelès avant de remarquer le fourreau du Récleyés. Tu cherches le combat en réalité n'est-ce pas ?
- Pas particulièrement... avança-t-il prudemment. Mais si cela peut racheter mon geste d'inattention, je ne peux pas refuser.
- Cela me va, fit-il après avoir toisé la simple chemise, réglons ce malentendu d'une passe d'arme.
- Bien.
- Jusqu'a premier sang en ce cas. »

L'homme était un peu sous l'effet de sa boisson alcoolisée mais avait gardé les idées claires et ce bref échange de propos avait été suffisant pour confirmer sa lucidité. Richard fut soulagé.
En même temps que son adversaire, il dégaina et se mit en garde. Lui avait choisi d'assurer un vif déplacement en faisant osciller son centre de gravité d'un pied sur l'autre, sa flamberge azurée assurant son équilibre en position horizontale, pointe en avant. Ainsi qu'il l'avait deviné, l'ennemi attaqua en premier, voulant jouer de sa force et de cette offensive pour compenser sa vitesse ; Richard évita aisément le coup d'un pas-chassé sur le côté, et accompagna son déplacement d'un tranchant vertical. Ce dernier ricocha sur l'armure du soldat sans l'égratigner.
Assurément, Richard ne comptait pas être sérieux dès le début... Il voulait que son adversaire affirme ses a priori : Richard était rapide mais peu puissant, sans défense et laissait beaucoup d'ouvertures. Volontairement bien sûr, cependant son ennemi ne devait pas le deviner. Le Récleyés aurait pu gagner le combat dès les premières secondes, néanmoins il faisait durer l'affrontement : chaque minute de plus amenait son lot de spectateurs intrigués. Autant plus de personnes à même de voir son talent... Et donc potentiellement curieux d'en savoir plus sur lui.
Son attention revint au combat et il para d'une justesse calculée le cimeterre de l'Arvelès. Le choc le fit grincer des dents, et sa lame tremblait entre ses mains, la gauche étant venue soutenir la le plat de la lame. Il se mordit l'intérieur de la joue afin que la douleur chasse son engourdissement, et d'esquiva d'un bond en arrière.
Tandis que le goût ferreux du sang emplissait sa bouche, Richard estima pouvoir faire durer son duel encore cinq minutes, voire un peu moins. La foule se faisait dense autour d'eux, et des vivats encourageants les actions de l'un ou de l'autre masquait tout bruit des festivités. Elle avait compris grâce au second Arvelès immobile qu'il s'agissait d'un duel amical, une simple joute ne devant pas déboucher sur la mort d'un homme ; mais elle devait aussi avoir pensé que ces deux bretteurs se donnaient en spectacle comme les Liares d'hier...
Pourquoi pas, s'en amusa Richard en se baissant promptement. Le tranchant du cimeterre lui frôla le crâne. Le tranchant ? Pas à mort hein... Soit cet Arvelès avait compris que ce bout d'homme était talentueux soit il était tout simplement idiot et ne mesurait pas les conséquences de ses coups. Dans un cas comme l'autre, Richard devait songer à mettre fin au combat. Il ne voulait pas faire l'étalage de ses limites après tout...
Suite à une pirouette de côté afin d'esquiver un énième coup de le tranche, saluée par les ovations de ses supporters, Richard bondit afin de diminuer drastiquement la distance entre lui et son adversaire. L'Arvelès crut bon de parer une future attaque venant de la droite, mais Richard avait fait sauter sa flamberge dans sa main gauche, la droite était occupée par un brise lame tout juste dégainé. Les crocs de l'arme défensive emprisonna la lame ennemie... Et en même temps que le cimeterre vint mordre son index maintenant le brise-lame, Richard infligea une simple plaie sur la joue de l'Arvelès.
Le sang avait été versé.

Richard essuya la mince pellicule de sueur couvrant son front et gratifia l'épéiste d'une poignet de main respectueuse. Si cet Arvelès était loin du niveau du Ténébreux avec qui Richard avait coutume de s'entrainer, il lui avait permis de mener son plan à bien. Certes, tout s'est terminé sur un match nul, cependant, volontaire... Brave gars, songea-t-il avec amusement.
Sans plus de cérémonies, il quitta les deux soldats sur les commentaires enthousiastes des spectateurs. Quelques uns virent le féliciter, ce que Richard accepta humblement avec un sourire, tandis que ses yeux allaient chercher la présence d'une arme portée par ses interlocuteurs. Comme aucun ne lui parut d'intérêt, il alla chercher une table libre à l'ombre et récupéra ses forces. Ah, se désespéra-t-il. Mes courbatures de demain vont être insupportables... Enfin.

« Une choppe d'hydromel » commanda-t-il de nouveau à une serveuse de passage.

La manœuvre de recrutement était amorcée, et Richard attendit tranquillement que les intéressés viennent l'aborder. La plupart des spectateurs avaient assisté à un combat inégal malgré tout terminé par un nul : cependant, les plus avisés, les plus attentifs auraient certainement déjoué la dernière action, et vu que Richard avait sciemment laissé le duel prendre cette tournure finale... Et c'était exactement ces personnes qu'il espérait convaincre de rejoindre les rangs Récleyés. Une vigilance n'était pas facultative pour vivre la dure vie des siens dans les Terres infertiles Inexplorées, et si l'on y ajoutait un brin de témérité pour aller aborder un inconnu armé pour peut-être lui offrir la loyauté eh bien... Cela ne ferait que plus d'atouts pour convaincre le bras droit du Ténébreux.
Il observa ainsi une première silhouette encapuchonnée s'avancer furtivement dans sa direction...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://RaisindeLoup.DeviantArt.com
avatar


Alchimiste

Messages : 149
Xp's : 203
Date d'inscription : 01/07/2013

Feuille de personnage
Vie:
84/100  (84/100)
Prestige :
4/9  (4/9)
Disponibilité Rp: Qui veut se Fighter ? é_è
MessageSujet: Re: [EVENT] Banquet du deuxième jour des festivités [PV Johann George Faust VIII] Mar 24 Sep 2013 - 15:44

En route pour le banquet, je ne peux me retenir de penser aux fabuleux dragons que je viens de voir. je n'en avais jamais vu auparavant, alors en voir autant en une seule fois... c'est fabuleux. En y repensant je me rappel les prouesses fantastiques que j'ai pu réaliser avec le cœur de dragon sur Nikya. Dommage qu'elle n'est pas supportée... Si seulement je pouvais renouveler l'expérience, je suis certain que ce serait un succès.
Je crois bien que j'ai un peu trop forcé hier durant la course, je sens bien que je ne suis pas au top de ma forme, je n'ai rien d'un homme physique qu'est-ce qui m'a pris de participer à cette course ?
Quoi que, en y réfléchissant bien il est vrai que j'ai pu voir des choses intéressantes. Mais à quoi bon les voir si je ne peux pas m'en approcher suffisamment pour pouvoir les étudier comme il se doit.

Bref, je crois bien qu'à force de divaguer et d'être un peu trop rêveur, nous nous sommes bel et bien perdu et Coco qui continut de me suivre comme si j'avais une idée de quelle rue prendre.

Bien. Il s'emblerait y avoir de l'agitation qui se prépare là-bas, après tout aujourd'hui je ne suis certainement pas la personne la plus étrange au yeux de tous.

Tout en approchant doucement de ce qui me semblait la chose la plus dynamique en vu, comme tout bon curieux je ne pus  m'empêcher d'aller y jeter un œil. Je ne fut que plus déçu d'apercevoir deux hommes ivres en train de se battre dans la rue, et tous ces hypocrites qui les acclament... tout cela me désole.

"-Aller Coco on bouge !"
"-Attend une minute Faust, regarde" me répondit-il tout en observant ce combat démunit de sens

Très bien, après quelques passes bien amicales, une chose me fait tilt, les combats ce n'est pas mon truc, cependant je m'efforce de rester jusqu'au bout pour que Coco puisse voir c'est deux hommes saouls se taper dessus. Heureusement que du haut de ce qui me sert de tête, la vue y est sans doute meilleure pour lui, mais cette ambiance de foule criant à tout va ne me réussi pas trop, donc soit ils finissent vite, sois c'est moi qui en tue un, je ne tiendrais pas plus longtemps là-dedans...
C'est sur cette mélancolique pensée que je prends congé et que je me retire de cette marée humaine montante.

"-Mais Faust... c'était presque fini je voyais qu'il allait le finir !"

Sans même répondre, je pars de cette foule devenut complétement hystérique pour aller me réfugier dans le premier troquet que je croise.

"-J'aurais bien aimé voir la fin tu sais." Me fît Coco d'un air faussement triste
"-Quel interêt ?" Lui répondis-je froidement
"-C'est bien ça, tu n'apportes pas d'interêt au chose sans importance.
"A quoi bon.. qu'apporterait donc les réponses à cela ?

Après avoir descendu mon verre lentement j'aperçu un visage qui m'était vaguement familier, c'est bien lui qui était sur la salamandre d'eau hier. Brave bête, je me demande où est-ce qui la cache ?!
Humm... Plus je l'observe plus il m'intrigue cet homme, il a l'air seul et cependant si sûr de lui, il ne procède ni la classe des parléms, ni la sagesse des ancien, encore moins la bonté des namés... il pourrait corespondre à ces brutes d'arvelès mais ce n'en est pas un. Un rebut de le société ? Non je ne pense pas, il fait quand même propre sur lui, cela dit il pourrait avoir l'allure d'un haut-gradé...

"-Faust regarde c'est lui qui a mis une raclé a l'arveles tout à l'heure " me fît Coco d'un air plutôt enjouer.

C'était donc lui tout à l'heure que Coco observait du haut de ma tête. Contre un arveles en plus... Je sais bien que ces hommes sont des brutes sans cerveau mais de là à se battre ensemble, en public, là ou toutes les confréries sont réunies... Montrer un tel signe de faiblesse interne au sein de leur confrérie ne devrait pas être permis je pense.

"-Comment sais-tu qu'il a gagné?"
"-Voyons, il est toujours vivant. Et il menait grandement le combat si tu veux mon avis.
"-... Ton avis m'importe peu, allons plutôt le saluer. dis-je d'un air sadique à Coco

Essayant de m'approcher discrètement, étant revêtu pour et ayant été habitué à le faire, c'est comme cela que j'approcha l'homme mystère avant de me faire repérer par celui-ci sans le moindre effort.

Je me tiens maintenant devant lui, mais aucune réaction de sa part, il attends sans doute que je daigne lui adresser la parole.

Qui est-il? Où est sa salamandre? Que fait-il ici? Toute ces questions me fusent dans la tête, cet homme n'avait pas l'air d'être n'importe qui et je sens rapidement l'angoisse de Coco monter en lui.

A cette instant je n'ai qu'une idée en tête, me mesurer à lui, autrement que par une simple course. Je dois absolument savoir qui il est et qu'elle est l'étendue de ses pouvoirs. Je suis pas mal affaibli par ma prestation d'hier mais je ne compte pas le tuer, pas maintenant, pas ici je veux juste le tester.

Je sors alors soudainement Dream Breaker de sous ma toile noire et lugubre avant de la tendre vers l'homme assit en face de moi sans même lui décrocher ne serait-ce qu'un simple mot ou provocation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Bras Droit

Messages : 155
Xp's : 360
Date d'inscription : 08/09/2013
Age : 22
Localisation : [absence du 23/10 au 06/11 environ]

Feuille de personnage
Vie:
0/0  (0/0)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [EVENT] Banquet du deuxième jour des festivités [PV Johann George Faust VIII] Mar 24 Sep 2013 - 17:12

Rares étaient les recrues chez les Récleyés : en effet, le recruteur devait s'assurer que le nouveau soit un fidèle non enclin à aller répandre la survie de la Cinquième Confrérie à tout bout de champ. Etaient encore plus rares les talentueux guerriers à les rejoindre. Car ces derniers pouvaient être une menace tout autant qu'un formidable atout. Les seuls dont la loyauté ne pourrait jamais être mise en doute étaient ceux de la précédente génération ; infectés par la magie du Grand Mage en personne, une sorte de pacte les liaient au-delà de la simple métamorphose de leur Vérité.
Aussi Richard se montrait extrêmement prudent et pointilleux à ce sujet - en tant qu'un des couteaux Récleyés. S'il ne pouvait lui-même surveiller les potentiels dangers et rendre prompt un jugement si nécessaire... Eh bien une tête devra tomber plutôt que d'endosser la tenue de l'exil.

Richard laissa un mince sourire fendre ses lèvres humides d'hydromel. Le premier candidat lui était venu avec des intentions parfaitement hostiles, en dégainant sous ses yeux une lame entourée de noirceur ; bien que la distance ne lui permette de l'identifier, nul doute que ladite arme était du genre à infliger des douleurs autres que simplement physiques. Aucune épée n'aurait une allure aussi étrange pour une autre raison que sa nature enchantée... A moins d'être une réplique inoffensive.
Cependant il lui suffisait d'observer son manieur pour que cette dernière possibilité soit tout à fait réfutée : l'ample toge noir le couvrant entièrement ne serait celle d'un simple prestidigitateur ou d'un quelconque mercenaire. Non... Il partageait l'allure des assassins ou d'autres hommes des ombres. Appartenait-il à une confrérie ? Aucun indice ne pouvait indiquer son allégeance ni même sa profession. La lueur tamisée des quelques torches n'aurait permis un examen plus poussé de toute manière.

N'attendant pas qu'il arrive tout à fait à sa hauteur, Richard délaissa une seconde fois sa boisson et se leva, sans précipitation. Candidat au recrutement ou adversaire désireux de tuer la menace qu'il représentait ? Hypothèse dernière peu probable : sa venue à Arnlo ne s'était pas ponctuée de batailles si ce n'est cette brève joute contre l'Arvelès et elle n'avait pas été assez sérieuse pour susciter plus que du respect. L'inquiétude et la crainte seraient nées s'il avait fait appel à sa Vérité...
Peu importe, car le Récleyés n'hésiterait à le combattre, voire lui ôter la vie s'il s'avérait sérieux. Enfin il était dans ses intentions de ne pas faire appel pleinement à sa Vérité - du moins pas dans un endroit aussi peuplé... Et il devait ménager ses forces pour les jours futurs.
Aussi gratifia-t-il l'encapuchonné d'un air indifférent, et s'éloigna plus loin de la foule, plus loin de la fête, vers une ruelle dégagée où seule la lumière de la lune solitaire éclairerait les lieux. Lui tourner le dos était un premier test : s'il attaquait, eh bien Richard ne le ménagerait d'aucune manière car la perfidie dans un duel était non seulement abhorrée par le Récleyés, mais elle trahirait en plus les intentions meurtrières de l'homme. Et il n'avait aucune pitié pour les assassins.
Cependant, nul offensive ne vint.

Sous leurs pas conjoints, la pierre n'osait même résonner ; il n'y avait qu'eux et le silence de la nuit, leur combat allant être arbitré par le seul astre nocturne. Richard arrêta son avancée au terme d'une demi-dizaine de minutes. Aucun badaud n'était présent pour les déranger et les deux bretteurs pourraient ainsi s'affronter sans se préoccuper d'autres choses que le talent à l'épée de l'adversaire. Le Récleyés s'était retourné, faisant maintenant face à l'étrange silhouette surmontée d'une tout aussi atypique créature. Une chimère ? Où cet homme avait-il pu se procurer une telle entité et s'en bénéficier de la loyauté ? Un homme pourvu de grande richesse, un nécromancien, un mage tourné vers les sortilèges noirs ? Si les questions emplissaient l'esprit de Richard, rien dans son attitude ne laissait entrevoir cette agitation mentale.
Un changement dans l'atmosphère marqué par le soudain souffle frais du vent se taisant fit que le Récleyés dégaina à son tour sa flamberge bleutée d'un ample mouvement sec. L'arme parfaitement équilibrée dans sa main droite, il présenta le tranchant ondulé à la lune pour que celle-ci ne s'y reflète. Et ce faisant, il adopta une position en garde : légèrement penché en avant, son poids était réparti sur ses deux épaules, et son pied gauche en retrait lui assurait une prompte réponse à l'assaut futur.
Cet homme l'avait intimé à un duel : c'était alors à lui d'ouvrir les hostilités.

Malgré son apparente tranquillité, Richard était appréhensif. Nuance de la crainte mais pourtant différente, ce sentiment de prudence était liée à la silhouette longiligne de son ennemi : une telle stature était très rare chez les épéistes et voire chez tout combattant. Même les archers étaient pourvus de larges épaules à force de tendre une corde loin d'être souple... Les probabilités que cette personne use de magie étaient donc élevées. Certaines même. Et chaque homme pourvu de Vérité, même le plus pleutre d'entre eux représentait une menace, tout de bonnes intentions il se serait présenté avec.
Maintenant, en considérant que l'utilisateur de Vérité sache manier une épée ensorcelée, les risques que le combat fussent d'un tout autre niveau que celui l'opposant à l'Arvelès étaient proches de l'inéluctabilité.
Richard allait sûrement devoir faire appel à une large partie de son talent de bretteur, et peut-être, à sa Vérité... Mais dans ce dernier cas, l'encapuchonné n'aurait alors plus que trois alternatives : le tuer, se faire tuer ou rejoindre les Récleyés.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://RaisindeLoup.DeviantArt.com
avatar


Alchimiste

Messages : 149
Xp's : 203
Date d'inscription : 01/07/2013

Feuille de personnage
Vie:
84/100  (84/100)
Prestige :
4/9  (4/9)
Disponibilité Rp: Qui veut se Fighter ? é_è
MessageSujet: Re: [EVENT] Banquet du deuxième jour des festivités [PV Johann George Faust VIII] Mar 24 Sep 2013 - 19:04

Dream Breaker pointé sous son visage, l'inconnu daigna m'attribuer un regard. Un regard suivi d'un geste, lent mais qui m'inspira la crainte à l'idée qu'il attaque aussi vite, en public, cela m'aurait fortement étonner pour un homme de spectacle tel que lui. mais ou va-t-il maintenant, il fuit ? nooon... il m’emmène ailleurs... Pourquoi cela ? n'était-il vraiment pas seul ? Bref suivons le on verra bien où cela nous mène et dans le pire des cas je sais comment m'échapper d'un mauvais pas.

Il a l'air si sûr de lui, il marche comme si de rien n'était alors qu'il vient tout juste de se faire menacer... que cherche t-il à prouver en agissant de la sorte ? Et coco qui n'ose pas sortir de là dessous depuis tout à l'heure. Cette homme est-il vraiment aussi confiant qu'il en a l'air, suis-je insignifiant pour lui... Non je ne pense pas que se doit être ça mais s'il me tente, ça n'en serait que plus facile de lui trancher la gorge d'un coup sec ou de la taillader pour le questionner.. C'est vrai que ce serait bête de le tuer sans savoir où il a mit sa si jolie salamandre.

Ha ! il s'arrête ?! Alors c'est ici qu'il a décidé de venir pour se mesurer à moi. A-t-il peur que je m'en prenne aux civils pour reculer autant ? Excellent, même s'il n'y a personne le terrain reste assez complexe pour m'éclipser au cas où ça tournerait mal pour moi.

Humm... il sort une lame, un bretteur ?! C'est bien ce que je pensais, j'ai bien fais de le défier avec Dream Breaker. Quoi ? Un seul sabre sur les deux ? Tsss à quoi il joue ? Il a pas bien compris que sa vie venait tout juste d'être menacée à partir du moment où il n'y a aucun témoin dans les environs.!
Enfin bon, si c'est ce qu'il désire je suis près a l'affronter au sabre, mes capacités dans cette discipline sont quasi nules mais je devrais pouvoir m'en sortir. Mon but est juste de le tester avant d'obtenir quelques information pour ma prochaine étape, et tout me porte à croire que l'homme qui se tient devant moi n'est pas d'Jo le rigolo... Dans quoi je me suis embarqué encore moi ? Allez calme toi, regarde il attend que tu lances l'offensive, fonce !!

C'est sur cet élan de courage, avec Coco niché sous son capuchon sombre, que Faust VIII entama le combat et attaqua avec toute sa force et sa rage l'homme qu'il venait tout juste de défier.

Le premier claquement de métal qui retenti résonne dans ce grand endroit démuni de présence humaine. Après quelques attaques un peu désordonnées de ma part, l'homme ne réagit cependant pas, il se contente juste de bloquer mes attaques et sans trop de conviction mais ne renvoie rien, GRRR qu'il m'énerve, il ne ressent donc rien ? suis-je si nul que ça pour qu'il ne daigne m'attaquer ? Qui est-il ? Que fait-il ici seul et comme ça ? Pourquoi ? Pourquoi? POuRqUOiiIi ?!!!
En même temps que ces questions fusent dans ma tête mes coups s'accentuent, plus puissants, plus rapides mais rien n'y fait, l'homme en face de moi se balade comme si je n'étais qu'un nourrisson pour lui.

Je m'éloigne un peu alors pour reprendre mon souffle. L'homme ne s'en préoccupa pas et attendit que je repasse à l'assaut.

C'est bien ce que je pensais à première vue, je n'ai aucune expérience en tant qu’épéiste pourtant en général Dream Breaker suffit à faire la différence pour les plus nuls d'entre eux. Mais de là à ce qu'il se pavane de la sorte, s'en est même vexant...

Je crois bien qu'il va falloir y aller un peu plus sérieusement  mais sans trop en dévoiler, on ne sait jamais ce qu'un gars pareil pourrais nous sortir de son fourreau. Mais pour l'obliger à le faire il faut déjà en valoir le coup. Je crois bien qu'on risque de s'amuser un peu, dommage que Coco ne regarde pas avec tant d'enthousiasme que tout à l'heure.

Pffff ! Il n'a pas broncher un sourcil depuis le début du combat, pas même un souffle de travers ou une goutte sur le front. Il est vrai que si je continue ce combat ainsi je ne risque pas de l'ébranler comme ça.

Passons aux choses sérieuses. Si je n'arrive pas à le toucher, il me suffit de le surprendre pour cela !

C'est ainsi que je repars à l'attaque, plus convaincu que jamais de ma réussite. C'est à cette instant, quand l'inconnu bloque ma lame une énième fois avec si peu de conviction que les fois précédentes que j'empoigne sa fabuleuse épée avant de me la planter en plein milieu du corps, bloquant ainsi momentanément son bras ainsi que sa lame. Je profite alors de la surprise créée pour abattre ma lame avec l'intention de lui couper la tête. S'il cache bien son jeu, il devrait s'en sortir sans problème, dans le cas contraire tant pis pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Bras Droit

Messages : 155
Xp's : 360
Date d'inscription : 08/09/2013
Age : 22
Localisation : [absence du 23/10 au 06/11 environ]

Feuille de personnage
Vie:
0/0  (0/0)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [EVENT] Banquet du deuxième jour des festivités [PV Johann George Faust VIII] Mar 24 Sep 2013 - 21:20

Il para sans mal la première offensive, un ajustement du poignet suffit. Et les coups qui suivirent ne requièrent pas plus d'efforts de sa part, bougeant de quelques centimètres sur le côté à peine, si bien que Richard en vint à douter de son adversaire. Était-ce vraiment une possible recrue ou un simple d'esprit trop téméraire ? Mais sa prudence caractérielle l'intimait à renforcer l'idée qu'il était dangereux, et que cette mascarade n'était qu'un avant goût de son réel potentiel. Aussi prenait-il le soin d'éviter la morsure de l'arme magique, ne sait-on jamais, ses effets pouvaient être désastreux.
Malgré tout... Il était vraiment malaisé d'y croire, tant cet homme était prévisible. Ses coups ne portaient pas, donc il s'énervait. Et réfléchissait moins sur l'angle d'attaque à adopter. Et devenait donc enfantin à esquiver, parer, bloquer.
Richard le regardait d'un air neutre alors que son adversaire se reculait pour récupérer, le souffle haletant. Ce comportement trahissait un manque évident d'endurance et d'entrainement. N'avait-il coutume de combattre...? Quoiqu'il en soit, cela expliquait sa silhouette si fine, exempte de musculature marquée, bien que masquée par les pans amples de sa toge.
Dans ce cas... Il avait soit affaire à un fou, soit à un malin cherchant à cacher son jeu, attendant le moment idéal où l'attention de Richard en deviendrait que trop certaine pour lui infliger un coup décisif. Espérons que ce fut-ce cette dernière conjecture, car cela plairait bien au Récleyés qu'une nouvelle recrue aussi novice au combat à l'épée aie autant de culot.

Richard comptait laisser la joute s'éterniser jusqu'à la fatigue de l'un des deux combattants, mais avait écarté depuis un moment l'idée de tuer cet homme ou de le faire souffrir inutilement. C'est pourquoi il n'avait pas lancé de son côté d'offensives, se contentant d'éviter de se faire transpercer.
Il esquissa un sourire à peine visible dans la noirceur de la nuit.
Le téméraire revenait à l'attaque et ses mouvements trahissaient une toute nouvelle assurance. Un plan en tête ? Il porta un coup de tranchant, que Richard repoussa d'une parade basique. Cependant, l'inconnu s'empara de sa flamberge, sans craindre de se transpercer la main de la lame aiguisée... Quelques infimes secondes finirent par expliquer ce geste puéril : l'estoc de l'arme empala l'encapuchonné, de sa propre volonté.
Richard ne put dissimuler sa surprise, et penser en l'espace d'un battement de cils que cet homme était décidément fort peu stable. Mais il n'était pas n'importe quel bretteur et bien des situations affrontées furent aussi étonnantes ; il constata rapidement que sa lame était bloquée...

Un éclat de lumière lunaire vint frapper l'épée ensorcelée de son adversaire, brandie vers le haut. Richard ne réfléchit pas plus longtemps, et dégaina son brise-lame depuis sa ceinture avec la vitesse acquise de l'expérience pour éloigner le tranchant d'un revers instinctif violent : il n'avait pas eu le temps de mesurer sa force.
Les deux métaux firent vibrer l'air.
Heureusement que cet individu était peu talentueux, car un coup d'estoc aurait forcé Richard à abandonner son épée coincée au travers du corps, le démunissant de son unique arme offensive. Mais la situation était encore dangereuse, aussi s'affaira-t-il a dégager sa flamberge d'une puissante traction en arrière, tandis que le bras armé ennemi subissait encore les conséquences de sa violente parade.

De nouveau libre, ce fut Richard cette fois-ci qui prit du recul. Remis de sa surprise, il arborait un visage songeur, cependant guère inquiet. Jolie manœuvre que d'utiliser son propre coup pour le mettre en difficulté. Néanmoins son attention n'était pas focalisée dessus -certains de ses ennemis avaient de même fait avec leur main, ou leurs côtes- mais sur sa propre flamberge qu'il éleva légèrement, le plat présenté à son adversaire.
Ses yeux parcoururent rapidement la lame. Elle était maculée de sang écarlate. Pourtant, l'homme n'avait aucune flaque à ses pieds, qui aurait été logique de trouver suite à un transpercement aussi sérieux que précédemment. Richard abaissa sa lame, jaugeant de nouveau le bretteur.
Un sourire appréciateur apparut.

« Tu m'intrigues. Pour tout te dire, j'ai pensé avoir affaire à un dément, mais... Tu n'es pas si simple, n'est-ce pas ? »

Richard joua de son brise-lame sans suffisance, le faisant sauter en l'air pour le rattraper avec agilité, les crocs tournés vers le sol cette fois-ci. Et à la manière de l'encapuchonné, il leva les deux pointes vers lui.

« Tu m'as révélé un de tes secrets. J'emploierai alors mon brise-lame. »

Il avait sciemment dévoilé la nature de son arme, que l'homme peu expérimenté dans l'art de l'escrime pouvait ignorer ; maintenant il devait se douter des capacités d'un tel outil ne comportant aucun tranchant... Ce n'était pas un combat à mort, donc Richard pouvait se permettre de retourner la politesse et gratifier son adversaire d'un équivalent geste.
Mais cette magie n'était pas une Vérité. Impossible. Elle ne pouvait être incluse dans aucun genre de Vérités : celle des soins n'aurait pas permis une régénération aussi rapide, à moins que ce ne fut une illusion...? Non. Il avait vraiment perçu la résistance du corps lorsque ce dernier l'empêchait de bouger. Il en revenait alors à deux alternatives : cet encapuchonné était un maître de la Vérité des Soins, pour pousser son don à un tel niveau, ou alors, c'était tout autre chose.
Richard avait entendu parler de cette sombre confrérie qui se disputait en noirceur avec les Récleyés : Palèrms. Sans les actes de Zaraze, nul doute que cette confrérie aurait été tout autant crainte que la cinquième... Et comme cette dernière est censée avoir disparu, tous les mages noirs rejoignaient ces Palèrms sans alternative aucune.

Richard éprouva un bref contentement : si ce gars était un Palèrms, il était tout autant une recrue potentielle.

Il se décida de ce fait de jouter plus sérieusement et pour la première fois, attaqua son adversaire, s'élançant rapidement. Une estoc muée en tranche au dernier moment, juste avant d'atteindre sa cible, le bras... Malgré sa capacité, il l'évita gauchement, mais Richard poursuivit sa lancée d'un coup de brise-lame venant basculer son équilibre sur la gauche. Cette seconde offensive ne blessa pas le Palèrms non plus. Mais ce n'était pas le but recherché.
A force d'utiliser son don, Richard avait développé une bonne intuition de l'équilibre et des poids. C'est ce qui lui permettait de tenter ce genre d'attaques. En faisant osciller son centre de gravité de la droite vers la gauche, le prochain coup gagnerait en puissance grâce à l'effet proche de celui d'un balancier : il prépara donc sa lame ondulée pour une tranche diagonale...
A moins de la bloquer à l'aide de son bras, et de craindre de voir sa lame brisée par la seconde arme de Richard, cet encapuchonné ne pourrait éviter le coup, au vu de sa rapidité moindre montrée depuis le début du combat...

Richard avait assez de maitrise pour stopper sa flamberge au besoin. Demanderait-il la fin du combat ou lui dévoilerait-il un autre secret ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://RaisindeLoup.DeviantArt.com
avatar


Alchimiste

Messages : 149
Xp's : 203
Date d'inscription : 01/07/2013

Feuille de personnage
Vie:
84/100  (84/100)
Prestige :
4/9  (4/9)
Disponibilité Rp: Qui veut se Fighter ? é_è
MessageSujet: Re: [EVENT] Banquet du deuxième jour des festivités [PV Johann George Faust VIII] Mar 24 Sep 2013 - 22:21

Après un tel coup, il doit avoir perdu tout ses moyens. Enfin bon on s'est assez amusé dirait-on, il a enfin sorti toute son artillerie on va pouvoir commencer à la jouer sérieusement. Humm... un brise lame ? Voilà qui arrange pas mes affaires ce truc ! Je doute que Dream Breaker puisse se faire avoir par une telle ruse mais le plus sûr est encore de rester vigilant, il est peut-être rapide et peu donc me prendre de court sait-on jamais.

Bien, on dirait qu'il a encaissé le coup et qu'il a bien compris que je n'étais pas mort, je me demande comment il va réagir à ça ?! Humm... il me provoque ? que veut-il à me pointer de son arme ainsi ? Il va devenir sérieux ? Enfin alors... j'aurais aimé qu'il découvre tout seul mon petit secret en me transperçant de sa propre volonté mais bon, il n'a peut-être pas l'âme d'un tueur après tout. Ha ! Il arrive !

Cette fois il vient avec l'intention de me tuer... Parfais ça commence enfin, allez Coco réveille  toi on a une autre surprise à lui faire. Tsss ! C'est ça reste bien planqué je vais faire tout le travail.

L'homme arrive à grand pas. S'il veut tester l'étendu de ma résistance il ne va pas être déçu.

C'est lorsque l'homme arrive à quelques centimètres de moi que je comprends alors que cette attaque risque de me faire très mal, c'est alors que je plante dans le sol Dream Breaker jusqu'alors positionnée verticalement, pointe vers le bas comme signe d'acceptation. Cette action ébranla à peine l'homme lancer à pleine vitesse en ma direction. Pourquoi ais-je fais ça alors ? pensais-je sur le coup avant d'avoir l'instinct de me téléporter à côté de lui pendant qu'il porte son attaque.

Me voilà alors à côté de lui, toujours en position initial, Dream Breaker pointe vers le bas me sert alors de tremplin pour porter un coup sur le flan de mon ennemi avec pour but de le repousser.


Dernière édition par Johann George Faust VIII le Sam 9 Nov 2013 - 22:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Bras Droit

Messages : 155
Xp's : 360
Date d'inscription : 08/09/2013
Age : 22
Localisation : [absence du 23/10 au 06/11 environ]

Feuille de personnage
Vie:
0/0  (0/0)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [EVENT] Banquet du deuxième jour des festivités [PV Johann George Faust VIII] Mer 25 Sep 2013 - 0:08

Un signe de reddition ? Dommage mais sage, songea Richard déçu, peu avant que l'individu ne disparaisse tout à fait. Le salaud ! Fort heureusement, Richard n'avait pas effectué un coup exigeant de s'avancer : c'était une attaque latérale, donc l'élan était moindre que dans l'autre cas et son tranchant n'avait pas été propulsé avec toute sa puissance possible.
Mais la surprise de sa disparition fit que Richard n'eut pu suspendre son bras à temps malgré ses compétences. Emporté par sa flamberge sur la droite, il dut alors effectuer deux pas afin de ne pas perdre l'équilibre ; et à peine fit-il cette manœuvre qu'un mouvement sur sa gauche fut aperçu à la lisière de sa vision...

Les deux pieds du Parlèms le percutèrent dans le flanc, puisque son bras muni du brise-lame était légèrement en retrait. Richard serra les dents l'espace d'une seconde : il allait devoir utiliser sa Vérité pour ne pas risquer de voir ses cotes brisées... Il l'activa dans la région osseuse touchée. Cela amortit de façon drastique l'impact mais ne lui évita d'être projeté violemment sur le côté et d'arborer un bel hématome le lendemain.
Le Récleyés éteignit sa Vérité en catastrophe, pour la réactiver dans la région des hanches et lui permettre de se rétablir sur ses deux pieds sans culbuter. Il sentait à chaque fois ses os devenir métaux et s'alourdir... Il y avait dans cette sensation quelque chose de déplaisant. Un début de migraine vint déjà faire ses offices dans son esprit et laissait présager une douleur croissante par la suite : rares étaient les fois où il avait si rapidement modifié son don, et chacune avait été suivie d'une souffrance difficilement supportable.

Richard, qui était donc resté debout, décrivit un quart de cercle afin de faire face à son adversaire. Il suait légèrement, et même s'il n'avait pas la respiration haletante, la sourde douleur cervicale lui était fort incommodante. Mais contre toute attente, il planta sa flamberge dans un interstice du sol dallé et rengaina son brise-lame.

« J'ai des projets pour les jours à venir, et je ne peux me permettre de perdre mon temps : stoppons-là le combat, sinon, fit Richard d'une voix rauque, l'unique autre alternative que je puisse t'offrir serait un combat à mort. »

En effet, il ne voulait faire de nouveau appel à sa Vérité de façon aussi brutale qu'à l'instant : cela impliquerait qu'il reste au repos pendant quelques jours à Arnlo. Et ces quelques jours repousseraient encore plus loin le temps de ses retrouvailles avec le Ténébreux.
Mais il avait pu apprécier grandement le potentiel de son adversaire, qui, avec un bon entrainement, deviendrait sans doute un combattant redoutable. Il lui avait donc offert cette alternative qui satisferait assurément les deux partis : le Parlèms était peu endurant.

« Allons poursuivre notre joute autour d'un verre, Parlèms » poursuivit-il moins rudement.

Toutes les cartes avaient été abattues. Les deux partis avaient utilisé leur Vérité, et une grande partie de leurs talents respectifs : l'affrontement, s'il se poursuivait, n'aurait alors qu'une unique issue.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://RaisindeLoup.DeviantArt.com
avatar


Alchimiste

Messages : 149
Xp's : 203
Date d'inscription : 01/07/2013

Feuille de personnage
Vie:
84/100  (84/100)
Prestige :
4/9  (4/9)
Disponibilité Rp: Qui veut se Fighter ? é_è
MessageSujet: Re: [EVENT] Banquet du deuxième jour des festivités [PV Johann George Faust VIII] Sam 9 Nov 2013 - 23:39

Qu'est-ce que c’était que ça ? Là, à l'instant, ce que je viens de repousser c'est... un mur ?! Comment puis-je gagner un combat contre un type pareil sans "l'utiliser".... Mais si je fais ça, je risque fort d'y laisser ma peau moi aussi, et alors ce combat n'aurait aucun sens comme il le dit si bien. Cependant....

Je disparais alors une dernière fois pour réapparaitre devant l'homme qui me parait toujours aussi mystérieux après ce combat, maintenant face à face à quelques centimètres, je pointe alors le pommeau de Dream Breaker toujours en position pointe vers le bas en sa direction en guise de dernier défi au vieil homme !

"Ne m'appelle pas ainsi." lui dis-je d'une voie neutre avant de me retourner, lui dévoilant ainsi mon dos et ma nuque.

"Mon nom est Faust."

Il est sérieux, il a vraiment décidé d'arrêter de me combattre. Pourtant je ne ressens aucun changement depuis le début du combat. Il n'est ni essoufflé et n'a aucune trace de fatigue apparente. Il ne dégage ni agressivité, ni pulsion meurtrière. C'est à peine si j'arrive à me retenir de ne pas le découper en morceaux, mais je sais que ce serait peine perdue si je compte survivre...

"Ok pour le verre" lui dis-je toujours dos à lui

"Mais c'est toi qui payes vu que tu as abandonné !" Fini-je avant de commencer à avancer

J'ai mal ! J'abuse trop de mes capacités depuis que je suis arrivé dans cette ville maudite. Depuis hier je n'arrête pas d'utiliser ma vérité, ça commence à trop peser sur mon corps. Puis ce coup de lame que je me suis infligé, même si je n’aies aucune blessure je ressens toujours quelque chose ce n'est pas normal, il faut absolument que je me repose un peu pour me ressourcer... mais comment résister à de telles attractions en ces jours de fête. Enfin bon, pour l'instant je vais essayer d'en savoir un peu plus sur nôtre vieil homme.

En route à la recherche d'une taverne je ne peux m'empêcher de repenser à ce combat qui me laisse encore tout frissonnant de plaisir. A qui avais-je donc l'honneur ? Une chose est sur, maintenant au moins une personne a vu réellement une partie de ma vraie force sans pour autant que je puisse le réduire au silence comme tant d'autres. Quoi qu'il en soit je devrait garder un œil sur ce type le temps de mon escale à Arnlo.

"Dis moi, je voudrais te poser une question avant d'arriver dans une zone plus fréquenter car je ne suis pas bien sur de ta réponse... de quelle confrérie tu viens ?

Si ce que j'ai vu est vrai, alors je ne peux me tromper, ça ne peux pas être un Arvelès et pourtant il en a les caractéristiques. Peut-être une sorte de rebelle ou alors d'un tout autre mouvement. Est-il réellement possible "qu'ils" soient encore en vie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Bras Droit

Messages : 155
Xp's : 360
Date d'inscription : 08/09/2013
Age : 22
Localisation : [absence du 23/10 au 06/11 environ]

Feuille de personnage
Vie:
0/0  (0/0)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [EVENT] Banquet du deuxième jour des festivités [PV Johann George Faust VIII] Dim 10 Nov 2013 - 17:40

Richard ne bougea qu’un sourcil interrogateur lorsque le Parlèms fit de nouveau appel à son mystérieux tour de passe-passe. Une disparition hum… Bien plaisante vérité ! Que cet homme-là soit plus endurant et talentueux de la lame, et il constituerait un adversaire fort dangereux. Richard se demandait même s’il arriverait à le vaincre… ? Sans doute pas.
Quoiqu’il en soit, sa réaction de tantôt intriguait le Récleyés : pourquoi prenait-il mouche qu’on le nomma par son appartenance ? Hum… Son esprit enfilait de nombreuses hypothèses et quelques conjectures plausibles naquirent. Il aurait l’occasion de les vérifier par la suite.

« Va pour Faust en ce cas, lâcha-t-il. Ce sera Richard pour moi. »

Pourquoi lui révéler cela ? Folie, aurait condamné son ami. Mais cet homme, ce Faust, attisait sa curiosité au point qu’il était prêt à quelques menues concessions afin de percer ses intentions à jour : pourquoi l’avoir provoqué… ? Richard espérait de tout cœur ne pas voir la plus sombre des éventualités se confirmer, soit que Faust ait cherché à prendre connaissance de ses capacités pour le compte d’une confrérie… Il lui faudrait s’en assurer très rapidement. Car aucune chance qu’on ne soupçonnât les Récleyés : tous les croyaient morts. Dissous. Disparus.
Mais alors, cela signifierait qu’il avait fait trop de remous depuis les Terres du Nord ? Pourtant il avait veillé à voyager discrètement, empruntant une apparence différente à chaque fois, et seulement par trois occasions il eut révélé son vrai prénom. Il allait devoir être encore plus prudent… Il ne trahirait pas les siens, il ne les conduirait pas à leur perte, après tout ce qu’ils ont enduré.


Ses pas épousant son mutisme, Richard marchait aux cotés de Faust, descendant de leur terrain de joute vers la place plus festive. Soudain, le Parlèms reprit parole, avec une étrange intonation dans la voix. Aussitôt, Richard s’en méfia : réflexe de soldat.

« Dis moi… de quelle confrérie tu viens ? »

Ah voilà formulée la fameuse question. Richard esquissa un sourire et ses yeux rendus encore plus sombres dans les ténèbres des lieux fixèrent Faust.

« Ne l’as-tu deviné déjà ? murmura-t-il. Tu m’as vu me battre avec des Arvelès. Tu es toi-même un Parlèms, quoique tu en réfutes. Ai-je vraiment l’air d’appartenir aux autres confréries ? »

Le général légèrement dominant Faust de part sa position en retrait le dévisagea pendant quelques secondes silencieuses, le sourire toujours flottant sur ses lèvres dures.

« Pour parler inutilement : tu as pu constater mon niveau. Ne penses-tu pas que mon nom serait alors connu si j’appartenais à toute autre confrérie que celle des Arvelès ? Non. Je n’appartiens à aucune d’entre elles. »

Il posa une main sure sur son pommeau de flamberge tandis que son visage emprunta un masque plus froid. Des souvenirs remontaient en mémoire…

« Je ne suis rien qu’un survivant. Maintenant tu le sais. »

Tout avait été dit désormais. Ce Faust… Soit il mourrait ce soir même, soit il promettait de se taire à jamais. Richard jouerait son épée de Damoclès.

« Pourquoi cette question, Parlèms ? » fit Richard en insistant fortement et sciemment sur le dernier mot.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://RaisindeLoup.DeviantArt.com
avatar


Alchimiste

Messages : 149
Xp's : 203
Date d'inscription : 01/07/2013

Feuille de personnage
Vie:
84/100  (84/100)
Prestige :
4/9  (4/9)
Disponibilité Rp: Qui veut se Fighter ? é_è
MessageSujet: Re: [EVENT] Banquet du deuxième jour des festivités [PV Johann George Faust VIII] Dim 10 Nov 2013 - 18:55

« Je ne suis rien qu’un survivant. Maintenant tu le sais. »

Un simple survivant !? Mais il se fout de moi en plus. Pourquoi ne veut-il tout simplement pas me répondre, ce n'est pas si compliqué comme réponse, il n'y a pas trente possibilités... A moins que ce ne soit l'autre éventualité. Dans ce cas ce serait vraiment fantastique d'en apprendre plus !! Niéhéh

« Pourquoi cette question, Parlèms ? »

Parlèms... Que cherche t-il à agir de la sorte ?! Il ne me respect toujours pas quelle mule ce type ! Grrr j'enrage rien qu'à l'idée qu'on me parle comme ça.

"QUooI? Quu'Esst-cE quIi y'aA RiiIiChaArd ? Tu chErchE à mOuuriR c'ESt çaaaA?" accentuais-je d'une voie complétement instable en haussant le ton.

Dans ce cas je n'aies plus qu'une alternative possible... pensais-je

"Je suis peut-être un descendant de ce peuple ingrat, mais je n'en ai aucune caractéristique.... Un peu comme pour toi je dirais, vieil homme".

Quelques touristes sont dans la rue à l'instant où nous parlons, on ne peut pas encore vraiment dire que nous avons rejoins la foule, loin de là ! C'est parfait.
Les lumières sont de faible intensité et la visibilité n'est pas très nette, tout ce qui se trouve à plus de quinze mètres ressemble à une vague tâche noire. Dans ce cas...

Sous le coup de l'impulsion provoquée intentionnellement par ce qui est toujours à présent, mon ennemi, je ne peux m'empêcher de répondre bêtement à sa provocation au lieu de ne pas y faire attention. C'est alors qu’après avoir posé les yeux sur la personne la plus proche, un sourire s’esquissa sur mon visage avant de partir en courant sans réfléchir dans sa direction.
Heureusement pour moi la victime visée se trouve pas trop loin de moi. Après quelques enjambés à toute vitesse je me téléporte à hauteur de ce qui ressemble maintenant à un homme, tout seul, d'une trentaine d'années, surpris de mon apparition, il n’eut le temps de s’apercevoir de quelque chose que je lui coupe la tête à l'aide de Dream Breaker d'un coup vertical à deux mains. Les quelques civils présents à cet instant ne remarquèrent rien de part l'absence de cri que l'homme n'eut le temps de pousser et l’obscurité de la nuit. Seul un témoin est présent lors de mon acte et c'est justement la personne que je recherche à impressionner à ce moment là.
Je ramasse alors son pauvre membre sans corps par les cheveux et je la brandis en direction de Richard.

"Et maintenant ? Tu crois toujours que je suis avec ces empaffés de Palèrms?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [EVENT] Banquet du deuxième jour des festivités [PV Johann George Faust VIII]

Revenir en haut Aller en bas

[EVENT] Banquet du deuxième jour des festivités [PV Johann George Faust VIII]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» [Event:Noël] Le jour où il aurait mieux valu rester couché(e)
» Même les moutons mordent un jour [Event - Team A]
» Mon séjour à Athènes (avec report du meilleur side event...)
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Le Monde des Humains :: La plaine isolée :: Arnlo-