AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

L'appel du feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Dragonnier

Messages : 931
Xp's : 281
DC : Adélaïde Firloe, Auxane Taël et Mère Nature
Date d'inscription : 18/08/2014
Présentation : L'indomptable
Carnet : un fabuleux destin

Feuille de personnage
Vie:
150/150  (150/150)
Prestige :
1/9  (1/9)
Guilde: x
MessageSujet: L'appel du feu Sam 7 Avr 2018 - 0:23


L'appel du feu
Asmobor 1241 avec Draïtan Tolvahr

Son pied frappa dans un caillou, la tête baissée et les bras le long du corps, Marissa avait presque perdu toute l'énergie qui lui était si caractéristique. Après sa défaite au tournoi, la célébration en l'honneur de Taran lui semblait bien insipide. Non pas qu'elle soit mauvaise perdante, son adversaire avait été plus rapide et surtout plus agile qu'elle et elle l'acceptait. Charlotte n'avait pas l'apparence d'une combattante et Marissa n'aurait pas du la sous-estimer, maintenant elle en payait le prix.

Ce n'était pas cela qui la tracassait, les deux jeunes filles avaient passé les heures suivantes à parler de leur vie comme deux vieilles amies. En revanche, quand Hans était arrivé dans l'équation, la donne avait changé et très vite Ellyn n'avait pas supporté se retrouver en compétition pour obtenir l'attention de son petit-ami. C'est donc avec une certaine amertume qu'elle les avait laissé tous les deux en plan là où avait lieu le tournoi pour s'enfoncer dans la fête organisée à Ferèsis.

Les rues grouillaient, tout le monde semblait être sorti. Marissa ne prêtait pas vraiment attention à ceux qui l'entouraient, plusieurs fois, elle manqua de bousculer quelqu'un. Les rues étaient bondées par les stands des forgerons, artistes de rue et autres marchands de rêves. La célébration de Taran avait toujours été un événement important à la capitale et le tournoi était une chose respectée par tous. Le moment de la grande finale était enfin arrivée, un à un les combattants s'enchaînaient dans l'arène pour déterminer qui serait le plus fort suivant différentes catégories en fonction de l'âge.

Marissa n'avait participé qu'au combat final, si elle avait excellé aux sélections, Charlotte l'avait éliminé dès le premier tour et c'était cela qui l'agaçait. Heureusement que son père n'avait pas fait le déplacement pour la voir, elle aurait eu trop honte de se présenter devant lui. Resté dans son village natal, elle avait reçu une missive quelques jours plus tôt l'informant que la forge n’arrêtait pas de tourner et que les affaires étaient fleurissantes, ce qui expliquait qu'il ne pouvait se permettre de s'absenter même quelques jours pour rejoindre la capitale.

Dans la ville, les carillons raisonnèrent pour annoncer quinze heures. Elle était en retard et cela ne la dérangeait pas. Même si Ellyn était une élève plus ou moins studieuse à l'Académie, ces derniers temps, elle commençait à se lasser des cours et envisager plus que jamais de ne pas poursuivre sa formation. C'était sa dernière année obligatoire et elle se rendait peu à peu compte que la vie de soldat ne lui convenait pas. Ainsi, elle ne se pressait pas pour rejoindre sa classe, surtout que la plupart des étudiants étaient exemptés de cours pendant les festivités.

L'Académie avait informé ses étudiants que les participants au tournoi étaient dispensés d'assiduité, en revanche, dès leur élimination, ce privilège s'évanouissait en même temps que leur potentielle victoire. Ellyn savait que si elle ne rejoignait pas sa classe au plus vite, elle aurait des problèmes, mais cela lui importait peu pour le moment, elle voulait continuer de déambuler librement dans les rues de Ferèsis. Ce serait l'un de ses premiers écarts, alors, elle ralentit même le pas. Le risque de subir des moqueries lui importait peu, elle n'avait surtout pas envie de retourner s'enfermer dans une salle.

Comme pour justifier le fait qu'elle était en train de sécher, elle commença à regarder les étals autour d'elle. Sur sa droite, il y avait un groupe de chasseurs de monstres en train de crier aux passants combien leurs aventures étaient extraordinaires. Son regard croisa celui d'une femme d'âge mûr à la chevelure argentée qui était en train d'aiguiser sa lame tout en expliquant à quelques curieux comment elle et son groupe avaient réussi dernièrement à maîtriser une Baan'shi. À coté d'elle, un jeune garçon invitait les plus audacieux à les rejoindre pour vivre de pareilles aventures à leurs côtés.

Ellyn passa son chemin. Elle continua ainsi à regarder vaguement les gens autour d'elle, jusqu'à ce qu'elle soit enfin attirée par un stand bien particulier. Arrivée à une petite place, en son centre se tenait sur une estrade un orateur qui vantait les mérites d'une nouvelle arme venue tout droit des terres de feu. À la simple évocation de cette contrée exotique, l'Arvèles s'arrêta. Il était en train de présenter une arme qu'il nommait "canon de feu". L'engin était assez simple en soit, un long bâton de fer posé sur deux roues. Marissa essaya de s'approcher au plus près en jouant des coudes.

Alors qu'elle était presque arrivée à la hauteur de l'estrade, un adolescent monta dessus sans y être invité et il s'approcha de l'orateur qui ne le remarqua pas tout de suite. Personne ne réagit, croyant qu'il faisait partie de la démonstration, alors que celui qui était en train d'expliquer comment l'arme fonctionnait, le gamin s'approcha du canon et suivit les instructions du propriétaire de l'arme. Il sortit des allumettes de sa poche et en craqua une, puis deux, à la troisième, il réussit à allumer la mèche. Les gens ne bougèrent pas, Marissa y comprit. C'est alors q'un retentissement éclata.

Le canon était chargé, il vola dans le bâtiment voisin. Personne dans la foule ne fut blessé, mais tout le monde était choqué. Ellyn se retourne comme la plupart des gens pour voir les dégâts causés. Une certaine panique commença à s'élever parmi la foule qui se dissipa rapidement. L'Arvèles allait faire de même et reprendre lentement le chemin vers l'Académie, mais une personne sortit en furie dans la rue, demandant qui était le responsable de cette catastrophe. L'adolescent avait déjà fui depuis longtemps, ce fut donc l'orateur qui fut pris pour cible.

Marissa resta là à les regarder se hurler dessus, jusqu'à ce que l'orateur cède un de ses sacs de poudre en dédommagement. Tout aurait pu s'arrêter là, si seulement le nouveau propriétaire de la poudre à canon n'avait pas posé le sac prêt de sa cheminée. Même s'il était rentré chez lui, on pouvait le voir dans sa salle principale, puisque le mur donnant sur la place était largement écroulé. C'est alors que la poudre se mit à exploser. Le toit de sa maison lui tomba dessus et les flammes envahirent en un instant sa demeure. Marissa regarda autour d'elle.

Il n'y avait presque plus personne et tous ceux présents furent d'abord surpris. L'Arvèles mit un moment avant de réagir, sans réfléchir et oubliant complètement son cours à l'Académie, elle fonça vers l'incendie dans l'espoir de pouvoir aider le malheureux qui était prisonnier des flammes. Il était encore en vie et conscient, car on l'entendait hurler et appeler au secours.


© Nye-Hael sur Epicode




Kit par Lüly

Hauts Faits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Soldat

Messages : 13
Xp's : 64
Date d'inscription : 13/02/2018
Age : 27
Carnet :
l'âme des armes

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Guilde:
MessageSujet: Re: L'appel du feu Dim 8 Avr 2018 - 22:48

La musique battait son plein dans les rues de Férésis, la ville semblait vibrer elle-même de plaisir sous le martèlement incessant des centaines de badauds et citoyens participant à l'évènement. La cérémonie de Taran, une cérémonie sans pareil pour Férésis, sans parler des citoyens de la ville des centaines d'Arvèles revenaient dans leur capital pour se joindre aux festivités.
Un événement tout aussi important pour les membres de l'académie qui voyait là, du moins pour la plupart, une belle occasion de participer aux tournois de joutes à l'arme blanche. Exposant leur apprentissage aux spéctateurss avides de combat et de réjouissance.

En ce début d'asmobor l'astre du jour restait assez clément pour permettre aux marchands de férésis de vendre leurs labeurs en dehors de leurs échoppes sur des étals montées à la hâte. De-ci de-là chaque marchand de férésis semblait pouvoir vous donner de tête l'arbre généalogique de chaque grain de maïs pour vous assurer de la pureté de celui-ci. Où vous expliquant que ce matin encore en prise avec ce poisson, ce n'est qu'au moment de prier Eliosa dans un dernier effort que celui-ci avait jailli de l'eau comme déposé par la déesse elle-même dans sa barque. Certains profitaient de l'effervescence de la ville pour faire affaire, d'autres pour tester leurs capacités physiques et d'autres encore pour se réjouir et tout simplement profiter de la fête annoncée oubliant l'accoutumée routine des jours passés à étudier.

Sous le porche d'une auberge proche d'une place grouillante de monde où un orateur très fort en gueule semblait s'égosiller au sujet d'une arme d'un pays lointain, un cercle s'était formé autour d'un groupe de jeunes hommes faisant parties de cette dernière catégorie. S'affrontant au rythme des musiques d'un accordéoniste plutôt talentueux. Le groupe était composé de six étudiants assis sur des bancs face à face trois à trois. Draïtan tourna la tête à droite. Premier à passer de ça ligne, il devrait être efficace.
Le jeune Arvèle développait une certaine dextérité et vitesse d'exécution qui lui avait valu de passer à la première place de son trio. L'accordéoniste s'arrêta brusquement donnant le top départ dans le même temps. Draïtan dégaina plus vite que son rival d'en face, commençant à aspirer avidement le liquide savoureux qui s'écoulait, depuis sa chope collée à ses lèvres, dans sa gorge à un rythme ininterrompu sur le ton des vivats de la foule.

L'étudiant ne participait pas cette année au tournoi en l'honneur de Taran. Bien malgré lui, une désobéissance durant un exercice de manoeuvre lui avait valu cette interdiction. De celle-ci découlait un besoin vital de trouver une ingénieuse façon de s'échapper de l'académie pour savourer au mieux la cérémonie qui avait lieu à Férésis. Pour les Académiciens ne pas participer au tournoi équivalait à ne pas avoir de passe droit concernant les cours. Draïtan avait réfléchi longuement concernant la stratégie à mettre en place. Dans toutes les classes l'appel était de rigueur, et bien entendu la rigueur, à l'instar de celle d'une armée, n'était pas prise à la légère à l'académie.
Cependant le jour de la cérémonie de Taran un grand nombre d'élèves s'absentaient pour participer au tournoi, de ce fait un simple comptage remplaçait l'émargement. Les élèves perdants devaient revenir à l'académie pour continuer les cours, un professeur se chargeait de transmettre le nombre de perdant à chaque tour mais pas nominativement car le nombre de combat trop important rendait l'entreprise difficile. Un simple système de couleur identifiait les étudiants des autres combattants sur les tableaux de marque.
Cette petite pépite d'information, Draïtan l'avait soudoyé à son professeur d'escrime et grand ami de son père. Avec cette information le jeune Arvèle fit un échange de bon procédé avec un citoyen venant de finir l'académie. Lui ressemblant quelque peu le bougre se ferait passer pour lui et Draïtan serait de corvée pour lui dans les écuries de son père pour quelques lunes. Seul les cours théoriques continuaient durant la cérémonie et donc son remplaçant n'aurait pas grand chose à faire.

Alors qu'il finissait la dernière lampée de sa première cervoise un bruit assourdissant et le tremblement qui suivit le fit régurgiter celle-ci sur son adversaire. Le temps de réussir à passer la foule qui s'était regroupé autour d'eux, une seconde explosion retentit plus forte que la précédente. Stupéfait Draïtan remarqua que la foule avait déguerpi à une vitesse ahurissante en entendant cette deuxième explosion, il fit un rapide tour d'horizon. Une bâtisse avait pris feu et une personne semblait s'en rapprocher au pas de course. Il s'agissait d'une femme plutôt grande à la chevelure d'or. Sa démarche droite et rapide semblait être celle d'une personne décidée à intervenir. Tout en étudiant la scène Draïtan, cherchait le moindre signe d'eau, le puits le plus proche devait être à cinq rue de là de souvenir. Cela n'allait pas faciliter les choses.

Le jeune arvèles décida de se rapprocher de la seule personne qui réagissait promptement à la situation. Arrivant à sa hauteur, alors qu'il allait interpeller l'inconnue, les cris étouffés d'un homme sous les décombres au milieu de l'incendie lui parvinrent l'arrêtant dans son élan. La situation se compliquait encore, il avait espéré que personne n'était présent dans la bâtisse comme la plupart des Arvèles participaient à la fête. Seul c'était impossible, assurer la sortie de l'homme tout en vérifiant les alentours pour ne pas finir prisonnier des flammes relevait du miracle. Draïtan reporta son attention vers l'Arvèles proche de lui. Celle-ci semblait analyser la situation. Se demandant bien à quelles conclusions elle était parvenue, l'académicien lança:


"Deux choses; Un il n'y a pas de puits proche, on ne pourra pas donc éteindre l'incendie avant de le sortir de là et deux moi c'est Draïtan, souvients-en pour pouvoir me crier gare"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Dragonnier

Messages : 931
Xp's : 281
DC : Adélaïde Firloe, Auxane Taël et Mère Nature
Date d'inscription : 18/08/2014
Présentation : L'indomptable
Carnet : un fabuleux destin

Feuille de personnage
Vie:
150/150  (150/150)
Prestige :
1/9  (1/9)
Guilde: x
MessageSujet: Re: L'appel du feu Jeu 12 Avr 2018 - 17:12


L'appel du feu
Asmobor 1241 avec Draïtan Tolvahr

Le feu envahissait toute la bâtisse, si rien n'était fait, d'ici quelques minutes, c'est toute la place qui risquait d'être détruite par les flammes. Marissa ne remarqua pas tout de suite que quelqu'un se trouvait à côté d'elle, elle ne se tourna vers le jeune homme que lorsqu'il lui parla. Pas de puits, elle n'y avait même pas songé, sa seule pensée avait été de secourir l'homme prisonnier de sa demeure. On l'entend encore crier à l'aide, mais le son était étouffé par les gravas.

En regardant celui qui comme elle était prêt à risquer sa vie, elle s'étonna qu'il soit aussi jeune qu'elle, où donc était passé les anciens et braves Arvèles. Avec un peu de chance la garde ne mettrait pas longtemps à arriver, mais avec l'agitation de la fête, elle devait déjà être bien occupée et ils ne pouvaient pas se permettre d'attendre. Le crépitement du feu avait quelque chose de surnaturel et faisait étrangement froid dans le dos à Ellyn.

Puisque son coéquipier d'infortune lui avait livré son prénom, elle fit de même, mais se contenta d'un simple :
- - Marissa.
Elle l'avait à peine regardé, toute son attention était portée sur les flammes qui gagnaient toujours un peu plus la maisonnette et commençait à s'attaquer à l'immeuble d'à côté. Sa Vérité ne lui serait d'aucuns recourt pour cette situation, sa force n'avait rien de spectaculaire, la seule chose qu'elle pouvait espérer, c'était trouver un interstice suffisamment grand pour qu'elle puisse passer, mais avant, elle devait se protéger du feu, même si c'était une chose vaine.

Elle se dirigea vers la petite taverne qui quelques instants était encore bondé et elle arracha la toile qui protégée la terrasse du soleil, puis elle l'imbiba d'eau grâce à une cruche oubliée sur l'une des tables. Elle se recouvrit alors avec et revint en courant vers la maison en feu. On entendait presque plus le malheureux prisonnier. S'ils ne faisaient pas vite, il allait mourir asphyxié si les flammes n'avaient pas raison de lui avant.

La toile humide étant assez large, elle leva son bras droit pour inviter l'autre courageux à la rejoindre en dessous, elle avait repéré un trou suffisamment large pour qu'ils puissent tenter leur chance. Elle lui parla sur un ton autoritaire qu'elle ne se connaissait pas :
- - Viens ! On va tenter de passer par là. Elle indiqua l'ouverture avec son autre main en le pointant du doigt. Si tu n'es pas assez agile, alors reste ici et va chercher des gardes. Moi, j'y vais !
Il n'y avait plus qu'eux sur la place et un ou deux curieux qui restèrent éloignés sans oser s'approcher et qui ne se faisaient pas remarquer, sûrement ne les avait-elle même pas vu d'ailleurs. Quant au prisonnier des flammes, il n'émettait plus aucun son. Il fallait agir tout de suite !


© Nye-Hael sur Epicode


ps : N'hésite pas à nous faire avancer sous les décombres si tu es aussi fou que Marissa pour la suivre ^^




Kit par Lüly

Hauts Faits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'appel du feu

Revenir en haut Aller en bas

L'appel du feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Appel aux dons sauvetage canichous Refuge de Fontorbe
» Appel à l'insurrection.
» L'appel des limbes ou comment se mettre en danger pour rendre service...
» L'appel du ciel...
» Appel au clan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Quotidien :: Souvenirs Perdus :: Rp's abandonnés-