AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Quête] Pilleurs de tombe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Esprit Vagabond

Messages : 304
Xp's : 604
DC : Winter C. Eliwën, Drake Val Ary, Enara VerteFeuille
Date d'inscription : 31/05/2016

MessageSujet: [Quête] Pilleurs de tombe Ven 2 Fév 2018 - 18:09

Pilleurs de tombe


Mise en Contexte
 
Le son du piano qui a été déplacé arrache des larmes aux spectateurs de ce macabre spectacle. Alors que le fossoyeur s'apprête à refermer le cercueil pour le descendre dans le caveau, une proche venue rendre un dernier hommage au défunt pousse un hurlement à vous glacer le sang. La bague du mort ainsi que sa chaîne en métal précieux ont disparu ! Qui a pillé le cadavre ?

Déroulement de la Quête

Aucune intervention de MJ n'est à prévoir, à moins que vous ne le demandiez dans le sujet de la quête. Vous devrez écrire au moins 3 messages.


Dernière édition par Ria le Sam 3 Fév 2018 - 9:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Mage

Messages : 78
Xp's : 129
DC : Ivinea Loryed
Date d'inscription : 24/02/2017
Age : 21
Présentation : Ici !
Carnet : Là !

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [Quête] Pilleurs de tombe Sam 3 Fév 2018 - 6:35

ft. Eien Vertefeuille 917 mots

Pilleur de tombe
Le soleil se levait à peine, une légère brume tombait sur la forêt, tandis que les chants accompagnaient les lamentations d’un violon solitaire. Une procession funèbre avançait lentement dans ce paysage charmant. La forêt entière semblait s’être concertée pour donner à cette journée une ambiance à vous glacer le sang. Ce qui n’était pas pour arranger l’humeur des convives, déjà bien entamée par la raison pour laquelle ils étaient tous rassemblés en habits de deuil.

Et Eien, par un malheureux coup du sort, se trouvait parmi eux. Elle avançait donc, l’air sombre, recouverte de voiles noirs. Ce qui ne la changeait pas vraiment de d’habitude en fait. Elle allait à merveille avec le groupe de pleureuses chantant des lamentations. Sauf qu’elle ne chantait pas. Il ne valait mieux pas, honnêtement.

Elle s’était retrouvée embarquée dans les funérailles malgré elle, car elle était l’invitée du mort. Dit comme ça, ça peut porter à confusion, laissez-moi vous expliquer… Quelques jours avant, elle était venue rendre visite à un ami de son Maître (ou ancien Maître si l’on veut être précis), qui maîtrisait également la Vérité de la Lumière et menait actuellement des expériences intéressantes sur les limites de celles-ci. Il n’avait pas eu le temps de présenter grand-chose à Eien (d’autant qu’il aimait ménager son effet, le vieux bougre !), parce qu’il était rapidement tombé malade. « Juste un rhume des foins ». Non mais je vous en mettrais des rhumes des foins ! Il avait attrapé une bronchite carabinée qui l’avait cloué au lit, et qui avait fini par avoir raison de lui. Pour les bonnes nouvelles, on repassera.

Bref, l’ambiance était joyeuse à souhait et l’humeur d’Eien n’était pas vraiment améliorée par le fait que l’humidité la glaçait jusqu’aux os. Elle comptait aller jusqu’où cette fichue procession ? Ils avaient l’intention de traverser la moitié de la forêt des Mirlis ? Puis enfin, à son grand soulagement, les sanglots longs des violons de l’automne se turent, et avec eux les chants macabres. Dieux, ce qu’elle détestait les enterrements ! Elle se tendit un peu en voyant qu’il y avait un piano devant la tombe. Il ne manquait plus que ça.

Nialë lança un long croassement qui en disait long sur ce qu’il pensait des balades au petit matin en forêt. Surtout en automne. Eien lui lança un regard affectueux et lui grattouilla le cou. Il avait gonflé ses plumes pour se réchauffer et s’isoler de l’humidité, lui donnant un air de peluche parfaitement craquant. Il lui indiqua par un mélange de sensations, regards et langages corporels qu’il allait se rendre invisible pour aller se réchauffer les plumes au-dessus de la canopée, et voir s’il ne pouvait pas trouver quelqu’un quelque chose avec qui jouer un peu. Oui, tout ça.

Elle conserva un air sombre (son expression de base quoi), tandis que le corps du mort était lentement porté jusque devant l’assemblée. Le piano, jusqu’alors silencieux, se mit à accompagner doucement les derniers moments du mort (est-ce qu’un mort a vraiment un dernier moment ? Un vivant, à la limite, mais un mort ?). Une envolée de Cuervo Howlers se posa non loin, espérant peut-être pouvoir en profiter pour prendre leur petit déjeuner. La prêtresse de Mère Nature commença à déblatérer sa litanie, ayant pour but d’aider le mort à trouver les faveurs d’Uraang et de Séliope. Comme quoi il avait été un homme très bien, très humble (Eien avait quelques doutes quant à cette affirmation), aimé de sa famille (ça elle ne pouvait pas le contredire, vu le grandiose de la cérémonie qu’ils avaient préparée… Comment et quand avaient-ils apporté ce piano ???), vous imaginez la suite. Pendant que l’attention de tout le monde était tournée vers la prêtresse, un Cuervo Howler un peu plus audacieux que les autres tenta une incursion et se posa sur le macchabée. Il fut heureusement repérer avant d’avoir le temps de commencer à béqueter et fut chassé à grand renforts de cris, son croassement s’ajoutant aux pleurs de la famille.

Puis vint le tour à chacun de présenter ses respects aux morts. Vous vous en doutez, pour Eien, ce fut sobre et efficace. Elle n’était pas là par gaité de cœur, mais comprenait la tradition. Les membres de la famille vinrent en dernier, et furent bien entendu les plus longs, fondant littéralement en larmes. Elle se demanda un instant comme elle réagirait si c’était son père qui se trouvait à la place du défunt. Ou sa sœur ? Elle n’en avait pas la moindre idée…

Un cri brisa le silence. La femme du Mage, qui était la dernière à s’avancer devant le corps avant qu’il ne fut inhumé, était à l’origine de celui-ci. Elle avait l’air à la fois paniquée et énervée.

- La bague ! L’alliance de mon mari a disparu ! Je suis certaine qu’il l’avait avec lui lorsque nous avons préparé le corps durant la veillée ! Et la chaîne qui la tenait également !

Elle examina autour du corps et sur celui-ci pour vérifier si le collier n’aurait pas pu, d’une manière au d’une autre, glisser quelque part. Mais pour cela, le fermoir aurait du casser, ce qui était peu probable, à moins qu’elle ne se soit prise dans les branches sur le chemin… Et ça, les porteurs s’en seraient forcément rendu compte.

La femme se tourna vers Eien avec un regard haineux et la pointa de son doigt crochu (que voulez-vous, elle n’était plus toute jeune non plus).

- C’est vous ! Vous l’avez volée !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Mage

Messages : 78
Xp's : 129
DC : Ivinea Loryed
Date d'inscription : 24/02/2017
Age : 21
Présentation : Ici !
Carnet : Là !

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [Quête] Pilleurs de tombe Sam 3 Fév 2018 - 15:29

ft. Eien Vertefeuille 524 mots

Pilleur de tombe

Si les muscles faciaux d’Eien n’était pas pratiquement morts du fait de l’absence d’exercice, celle-ci aurait arboré un air sincèrement surpris. Malheureusement, elle en était incapable, ce qui n’était pas pour arranger son cas face aux convives. Sa voix cependant, portait de bien nombreux points d’interrogation.

- Je vous demande pardon ??? Pourquoi aurais-je fait ça ?

En l’espace d’un instant, elle se retrouva entourée par une assemblée d’Anciens, pas forcément menaçants, mais à la fois décidés à ne pas la laisser s’échapper si elle venait à essayer et curieux de savoir comment la situation allait tourner. La vieille portait des yeux furieux sur la jeune femme.

- Vous êtes Mage aussi, non ? La bague portait une gemme de pouvoir, ça devait sans doute vous intéresser. Et puis vous aviez accès au corps cette nuit ! Enfin, nous ne vous connaissons pratiquement pas ! Je ne vous avais jamais vue, et vous êtes arrivée comme une fleur, vous présentant comme l’ancienne apprentie de Je-ne-sais-qui !

Bon, Eien avait sans doute des chances de s’en sortir. Parce que honnêtement, les arguments de la vieille ne pesaient pas bien lourd, malgré la colère et l’insistance avec lesquelles elle les assénait.

- Oui, je suis Mage, mais je ne connaissais pas l’existence de cette bague, et encore moins de la gemme qu’elle portait. Croyez-le ou non, mais je ne suis pas un Gila Eggret ! J’avais effectivement accès au corps cette nuit, mais en plus du fait que voler les cadavres soit loin d’être mon loisir favori, tout le monde ici est dans ce cas. Quant au fait que vous ne me connaissez pratiquement pas, je peux difficilement vous contredire. Cela fait-il de moi la coupable ? Je ne pense pas. Et je ne pouvais pas prévoir qu’il lui arriverait quoi que ce soit.


Elle avait tenté de garder son calme dans la mesure du possible, mais elle ne pouvait pas empêcher un certain agacement de filtrer de sa voix.

- Vous mentez ! C’est forcément vous !

- Je n’ai pas menti. Tout ce que j’ai dit est juste, et vous pourriez le vérifier. Sauf peut-être pour ce qui est de l’existence de la bague. Et sauf votre respect, je pense que la colère et le deuil brouille votre jugement.

Le silence qui s’ensuivit ne fut troublé (et pas qu’un peu) que part le concert de cris curieusement humains des Cuervo Howler. Ils n’avaient plus tenté de s’approcher du corps, mais ils ne quittaient pas la scène des yeux. D’ici à ce qu’une occasion se présente… Puis un jeune homme s’avança hors de l’assemblée, et tenta un courageux:

- Uhm, au lieu de se crier dessus et de s’accuser les uns les autres, on devrait peut-être commencer par chercher la bague ? Elle est peut-être juste tombée sur le trajet ?...

Puis il sembla rapetisser sous les regards conjugués de la doyenne et de l’assemblée. Il piqua un fart comme Eien en avait rarement vu. Elle se garda bien d’appuyer ses paroles cela dit. Vu la position dans laquelle elle était,  elle ne ferait que le décrédibiliser. Et il n’avait pas besoin de ça.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Mage

Messages : 78
Xp's : 129
DC : Ivinea Loryed
Date d'inscription : 24/02/2017
Age : 21
Présentation : Ici !
Carnet : Là !

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [Quête] Pilleurs de tombe Ven 9 Fév 2018 - 7:00

ft. Eien Vertefeuille 581 mots

Pilleur de tombe

Mais les convives semblaient plutôt de son avis, et ils entreprirent d’organiser les recherches, au grand soulagement d’Eien qui détestait être au centre de l’attention. D’autant qu’elle n’avait vraiment rien fait pour la mériter ! Elle était là par pure politesse envers feu son hôte.

Les étapes furent décidées rapidement. Ils allaient commencer par inhumer le corps, parce qu’ils ne pouvaient pas exactement se permettre de le négliger plus longtemps, et les Cuervo Howler se faisaient de plus en plus insupportables. Puis, tous les convives seraient fouillés (sait-on jamais). Ils referont le trajet à l’envers (il fallait rentrer dans tous les cas), en vérifiant si la bague n’avait pas pu se perdre sur le trajet. Puis ils allaient tenter de passer la maison au peigne fin. « En particulier la chambre de Mlle VerteFeuille », insista la femme du Mage, ce qui faillit arracher un soupir à la concernée. Malgré la haute estime avec laquelle le reste de l’assemblée semblait tenir Eien (était-ce parce qu’elle était jeune, inconnue au bataillon et femme Mage ?), elle suggéra quelque chose qui pourrait peut-être les aider.

- Si je puis me permettre, si vous connaissez quelqu’un qui est lié à un Gila Eggret, cela pourrait peut-être nous aider dans nos recherches ?

Malheureusement, personne ne connaissait quelqu’un dans les environs qui se soit lié à ce genre de créature. Enfin sauf Enara, mais Saona n’était pas si près, et rien ne disait si la Gardienne n’était pas encore allée se balader on ne sait où sur Madelle ! Son idée tombait donc à l’eau. Et puis, à la réflexion, vous imaginez mettre un Gila Eggret dans la maison d’un Mage ? Surtout du genre collectionneur comme celui-ci ? L’animal allait être tellement entouré de Vérités différentes qu’il serait devenu fou !

Comme prévu, elle fut fouillée sans grand ménagement. Bien entendu, ils ne trouvèrent rien. Parce qu’elle n’y était pour rien, comme elle se tuait à leur répéter depuis le début. Ils ne trouvèrent rien sur personne d’ailleurs. Enfin rien… Pas la bague ou sa chaîne en tout cas. C’était impressionnant ce que les invités pouvaient avoir dans leurs poches ! Surtout les poches intérieures de vestes et des chemises… Je ne détaillerais pas ici, par discrétion. Je vous laisse donc avec votre imagination ~.
Rien à signaler sur le chemin du retour non plus, si ce n’est la vie normale de la forêt.

Ils se répartirent la fouille de la maison, qui était sacrément grande pour une demeure d’Ancien. Sérieusement, ce Mage devait avoir du sang Parlèm pour apprécier autant les signes de richesse ! Ils étaient en binômes pour fouiller chaque pièce. Ce fut long et honnêtement, assez gênant de fouiller les affaires de quelqu’un d’autre. Presque pire que de fouiller la personne en question en réalité. Heureusement, elle ne connaissait pas vraiment la personne en question et avait peu de chance de la recroiser un jour. Parce qu’elle aurait du mal à oublier les sous-vêtements affriolants soigneusement pliés dans un tiroir et les dessins… explicites trouvés sous le matelas. La seule pensée que quelqu’un était en train de faire la même hose dans ses affaires la mettait particulièrement mal à l’aise. Elle n’avait pas grand-chose à cacher, mais elle n’appréciait pas particulièrement qu’un parfait inconnu fouille dans son intimité.

Pour la deuxième fois ce jour-là, un cri perçant brisa le silence.

- Mes boucles d’oreilles ! Elles ont disparu également !

A se demander si c’était une habitude dans la famille.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Mage

Messages : 78
Xp's : 129
DC : Ivinea Loryed
Date d'inscription : 24/02/2017
Age : 21
Présentation : Ici !
Carnet : Là !

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [Quête] Pilleurs de tombe Jeu 15 Fév 2018 - 8:19

ft. Eien Vertefeuille 552 mots

Pilleur de tombe

Sauf que ce cri d’alarme fut bientôt suivi par de nombreux autres. De nombreux objets avaient disparu, et les invités tout autant que les membres de la famille semblaient ne s’en rendre compte que maintenant, puisqu’une suspicion avait été soulevée. Inquiète, Eien alla également vérifier ses affaires. Elle n’avait pas pour habitude de garder beaucoup d’objets précieux, mais elle avait récemment acquis une Lumos pour l’étudier et préférait la savoir en sécurité.

Mais vous connaissez la loi de Murphy : quand quelque chose POURRAIT mal se passer, cela VA mal se passer. La Lumos était introuvable. Eien sentit un début d’angoisse lui tordre le ventre. Elle n’avait pas pour habitude de s’attacher aux choses matérielles, mais cette amulette l’intéressait autant qu’elle la rassurait. Elle devait donc s’ajouter à la liste des victimes.

Une réunion de crise fut organisée dans le salon, accompagnée par les petits fours initialement destinés au repas des funérailles. L’ambiance n’était pas joyeuse, mais peu de gens pensaient réellement à la raison première qui les avait réunis. Une fois de plus, ils s’organisèrent pour fouiller la maison de fond en comble. Autant d’objets ne disparaissaient pas en si peu de temps sans que rien n’y personne n’y soit pour quelque chose ! Et ils étaient forcément quelque part. De plus, les objets avaient vraisemblablement disparus sur une longue échelle de temps. La bague avait été vu pour la dernière fois au cours de la veillée, et Eien était sûre d’avoir vu sa Lumos le matin même, avant de partir pour l’enterrement. Il y avait donc un chapardeur dans la maison. Le plus étrange était sans doute le fait que ce n’était pas la valeur réelle des objets qui l’intéressait, puisqu’il avait volé aussi bien du toc que des pierres précieuses. Tout ce qui brille, en somme.

Toujours avec le binôme qui lui avait été assigné, un Ancien gigantesque et silencieux dont elle ne connaissait pas le nom (pour peu qu’on lui ai jamais dit d’ailleurs), Eien se lança dans la fouille de la cuisine. Elle aurait franchement préféré s’occuper du bureau du défunt mage, car ses notes l’intéressait beaucoup, mais ça la doyenne semblait l’avoir bien compris. Et n’avait visiblement aucune envie de l’aider à accéder aux connaissances de feu son mari. Vieille bique.

Lorsqu’ils ouvrirent une trappe menant à un rangement situé sous le plancher, ils eurent l’immense surprise de découvrir qu’il n’y avait sans doute pas qu’un seul chapardeur. Il y en avait beaucoup. A quelques mètres en contrebas brillaient une bonne soixantaine d’yeux. Des Rhajacks !

Après un face à face qui sembla durer une éternité, une bonne partie du groupe déboula en dehors de leur cachette pour aller se répandre dans le reste de la maison, mordant les hommes et les femmes qui avaient l’audace d’essayer de les attraper. Après la première surprise passée, son binôme chassa les bestioles restantes avec un balai. On leur avait demander de fouiller, ils fouilleraient, Rhajacks ou pas Rhajacks. Tout en le regardant faire -ils pouvaient difficilement faire ça à deux-, Eien ne put s’empêcher de se demander ce qu’ils fichaient en pleine forêt des Mirlis. Le marais n’était pas si loin, certes, mais ce n’était pas leur territoire habituel. A moins que le défunt maître des lieux ait vraiment un amour inconditionnel pour les animaux de toutes sortes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Mage

Messages : 78
Xp's : 129
DC : Ivinea Loryed
Date d'inscription : 24/02/2017
Age : 21
Présentation : Ici !
Carnet : Là !

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [Quête] Pilleurs de tombe Jeu 15 Fév 2018 - 8:19

ft. Eien Vertefeuille 783 mots

Pilleur de tombe

Eien était loin d’être une experte en faune, mais en Ancienne qui se respecte, elle en savait assez pour connaître les habitudes chapardeuses des Rhajacks. Ils étaient des suspects que l’on ne pouvait pas vraiment exclure. Eien les imaginait parfaitement se servir sur un cadavre et dans les chambres auxquelles ils pouvaient accéder grâce aux nombreux conduits de cheminée qui parcouraient toute la maison. Elle trouvait étonnant que personne n’ait jamais remarqué leur présence. Ils étaient discrets, certes, mais quand même !
Mais tout cela ne disait pas ni où ils avaient bien pu cacher leur butin, si butin il y avait.

Tandis que les cris des invités poursuivant les Rhajacks résonnaient un peu partout dans la maison, Eien et son binôme descendirent dans le rangement. Celui-ci était plus grand qu’elle ne le pensait de prime abord, on pouvait y tenir debout à condition de ne pas être grand. C’était sans doute un genre de cellier, à l’origine. La colonie de Rhajacks semblait s’y être confortablement installée, profitant des coffres de vêtements pour se faire un ensemble de nids douillets. A voir les petits squelettes de rongeurs qui trainaient au sol, les bestioles avaient pour avantage de débarrasser d’un autre type de vermine chapardeuse. Ce qui n’en faisait pas une bonne raison pour les adopter, ils étaient quand même nettement moins mignons que des chats !

Pour une fois Eien eut de la chance, et la fouille du cellier s’avéra fructueuse. Derrière un gros coffre, ils trouvèrent un moellon descellé. Après une inspection rapide permise par les mains lumineuses de la Mage, ils conclurent qu’ils pouvaient sans doute plonger la main dans le trou sans se faire mordre les doigts. Et ils leur semblait avoir aperçu un scintillement prometteur…

De la cachette, ils extrairent les trésors des Rhajacks. Il y avait vraiment de tout : des bijoux, bien sûr, mais également des petites pierres, des coquillages, des dents de rongeur (urk), ce qui avait dû faire partie d’un peigne métallique (comment pouvait-on casser un peigne métallique ?), un œil de poupée en verre (celui-là était plutôt flippant), du papier de soie (pourquoi ?), et le plus important (aux yeux d’Eien), une Lumos. Sa Lumos. Elle s’en saisit d’un air soulagé, avant de rassembler ce qui avait probablement été chipé par les petits monstres tandis que son compagnon remettait les autres trophées en place.

Eien se demanda l’espace d’un instant si on pouvait vraiment les considérer comme des voleurs. Après tout, la notion de propriété était assez humaine. Elle n’avait jamais entendu parler de Rhajacks qui venaient se servir dans les mains de quelqu’un. Peut-être qu’ils considéraient que toute chose qui traînait était bonne à prendre ? Et qu’un cadavre n’a plus besoin de ses possessions (ce qui n’est pas totalement faux si on y réfléchit) ? Ils étaient des nuisibles parce qu’ils se servaient dans les réserves de nourriture et avaient des tendances agressives, mais en dehors de ça, pouvait-on vraiment leur reprocher de se servir ?
Eien, ces questions métaphysiques ne te mènent nulle part.

Ils rendirent les objets à leur propriétaires légitimes (qui devaient faire une description précise de l’objet, hein, pas juste se servir, ils n’avaient pas besoin d’un nouveau vol sur les bras). Fort heureusement pour Eien, la bague et la chaîne du défunt s’y trouvaient. Un peu mâchouillés, mais sinon plutôt en bon état. La veuve ne prit même pas la peine de s’excuser, ne portant visiblement pas la jeune femme dans son cœur (et avec un ego grand comme la forêt des Mirlis).

Ce fut donc sans beaucoup de regrets que Eien les quitta sans beaucoup plus de cérémonie. Ce qui aurait du être une semaine enrichissante s’était transformée en cauchemar mondain couronné d’une touche de deuil. Tout ce qu’elle détestait en somme. Nialë la rejoint à ce moment-là. Il s’était absenté longtemps, et c’était sans doute pour le mieux. Il aurait été intenable pendant les fouilles, et elle était d’autant plus contente de retrouver son joyeux volatile.

En s’éloignant de la maison, Eien repensa aux Rhajacks et rit intérieurement. Elle avait entendu dire que les créatures étaient malignes et ne se laissaient pas facilement prendre dans des pièges ou par de la nourriture empoisonnée. Au mieux vous en avez un ou deux, mais jamais toute la colonie. Des créatures fascinantes, sans doute, mais sacrément encombrantes une fois installées ! Ils allaient être impossibles à déloger. Et à vrai dire ce n’était plus son problème ! Oui, c’était mesquin, mais que pouvait-elle y faire ? On ne s’improvisait pas dérhajackiseur et elle n’avait aucune sympathie pour les habitants de la maison. Elle préférait les laisser derrière elle avec ces souvenirs fort peu agréable et reprendre la route.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Quête] Pilleurs de tombe

Revenir en haut Aller en bas

[Quête] Pilleurs de tombe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» tombe du commandant PARQUIN à Doullens (SOMME)
» Déterre la tombe d'Astrid pdt la nuit (pv Luca et Victoir)
» une plume qui tombe du ciel
» tombe du général DUMAS à Villers-Cotterets

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Monde des Humains :: Forêt des Mirlis-