AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Le dernier mot dans une affaire est toujours un chiffre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Invité
Invité

MessageSujet: Le dernier mot dans une affaire est toujours un chiffre... Mer 3 Jan 2018 - 16:40

« Darga, aurais-tu la gentillesse de t’occuper de ce cher client ? »

Aujourd’hui était une journée particulièrement fructueuse pour le Bazar de Zylris. Le jeune marchand, ainsi que ses trois assistants étaient débordés, mais Zylris ne pouvait pas être plus ravi. Les clients affluaient et les ventes s’enchaînaient pour le plus grand bonheur du propriétaire. Il ne pouvait s’empêcher d’étirer un large sourire, dévoilant la totalité de ses dents incroyablement blanches.
Mais une journée si parfaite ne pouvait pas se passer sans quelques petits aléas. C’est pourquoi Zylris dut abandonner un client pour vérifier la pancarte sur la façade de sa boutique. Willas, un de ses employés, lui avait annoncé que celle-ci s’était à moitié décrochée à cause d’un léger coup de vent. La tempête de la semaine dernière avait dut affaiblir les fixations, et il fallait à tout prit remettre l’enseigne en place avant qu’elle ne tombe sur quelqu’un. Malgré ce léger problème, la bonne humeur du jeune marchand n’avait pas disparu, et il se dirigea rapidement vers la sortie de sa boutique pour y remédier en vitesse.

Darga, son assistante chargée des livraisons, ne semblait pas très affectée par cette belle journée. Comme à son habitude, elle gardait son air austère et peu accueillant. Il faut dire qu’elle était assez atypique pour le Bazar de Zylris. C’était une femme plutôt hautaine, approchant la quarantaine, qui replaçait toujours ses petites lunettes rondes sur l’arête de son nez, lui donnant un air encore plus sérieux. Ses cheveux noirs, tirés en arrière par un chignon, contrastaient avec sa peau blanche comme la neige, et ses longs doigts fins tenaient toujours un petit carnet de note répertoriant toutes les marchandises disponibles de la boutique. Néanmoins, c’était une bonne travailleuse qui semblaient partager les mêmes ambitions que son patron. Beaucoup se demandaient comment Zylris, homme joviale et extravagant, avait pu embaucher une femme si ascétique et peu amicale.

« Bien. Monsieur, suivez-moi. » répondit Darga en soupirant, lassée de se faire interrompre dans son décompte de potion.

Le jeune marchand, quand à lui, faisait face à l’enseigne de son magasin, définitivement de travers. Si l’on tournait la tête pour lire à l’endroit, on pouvait voir l’inscription « Au Bazar de Zylris » écrit en violet, couleur principale de la boutique. Il ferma les yeux une seconde pour se concentrer, les rouvrit, puis leva sa main droite en direction de la pancarte. Soudain, une aura violette apparue autour de l’enseigne, qui se mit à léviter dans les airs. Grâce à sa télékinésie, Zylris prit le contrôle de l’objet et le remit à l’endroit en quelques secondes. Le halo violet disparu alors qu’il posa sa main sur sa taille, fier de son action. Il lui faudrait demander à Willas de remettre des clous, mais cela ferait l’affaire pour le moment.

Avant de retourner travailler, il se tint un instant devant sa précieuse boutique, observant l’oeuvre de sa vie. Le bâtiment n’était ni trop grand, ni trop petit. La façade en pierre s’étendait sur deux étages, couronnée par un toit en tuile bleu. Les murs étaient fait d’une pierre légèrement rosée, le tout orné de rubans violets au dessus des fenêtres. Étrangement, il n’y avait pas de porte d’entrée, mais plusieurs tissus violets derrière un rideau de fils dorés. C’était en somme un bâtiment qui ne passait pas inaperçu.

Après sa courte contemplation, il rentra dans l’établissement, poussant les fins rideaux pour pénétrer dans la boutique. Immédiatement, il sentit une forte odeur de lavande qu’il respira à plein poumon. Bien que la plupart des gens seraient écœuré par cette senteur surprenante, Zylris, lui, raffolait de ce parfum et en imbibait les murs de sa boutique.
Il était toujours impressionné par la façon dont l’intérieur de son magasin paraissait bien plus grand que l’extérieur. Le premier étage du Bazar était essentiellement constitué d’une large pièce assez haute de plafond, le sol étant recouvert à quatre-vingt pour cent d’un grande tapis qui rappelait les couleurs de la façade. Les murs étaient jonchés d’étagères de haut en bas. Certaines étaient remplies de potions, d’autres de livres, d’autres encore de vêtements et de babioles en tous genre. Outre son côté original, la diversité des marchandises était ce qui attirait les clients dans la boutique. À droite de l’entrée se trouvait comptoir sur lequel était disposé divers papier et plumes, ainsi qu’une petite sonnette pour appeler quelqu’un à la caisse. Au fond de la salle ; un escalier qui menait au deuxième étage. Celui-ci n'était également constitué que d'une seule pièce, un peu plus petit que la salle du bas, dans laquelle il y avait souvent moins de monde qu'au rez-de-chaussé. Là-bas, aucune étagère, mais plusieurs socles et commodes sur lesquelles étaient entreposées, sous verre, des armes magiques.

« Ah… soupira Zylris. C’est une journée faite pour de bonnes affaires. »

Sur ces mots, il se remit derrière la caisse et parcouru la paperasse qui lui restait à finir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Alchimiste

Messages : 272
Xp's : 930
Date d'inscription : 26/08/2016
Présentation : Pour vous servir
Carnet : Ses voyages

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
4/9  (4/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Le dernier mot dans une affaire est toujours un chiffre... Jeu 4 Jan 2018 - 12:42

17 Asmobor 1247

Ah, Hélpo. Malgré la distance avec la capitale, Rhys se rendait régulièrement dans cette ville. Elle n’arriverait peut-être jamais à rivaliser avec Arnlo dans son coeur, mais il devait bien admettre que ses marchés et quartiers commerçants ne trouvaient que difficilement leur égal dans sa ville natale. On trouvait tout ce que l’on cherchait à Arnlo, si tant est qu’on savait où regarder. À Hélpo, on pouvait également trouver tout ce que l’on ne cherchait pas. Le regard de la classe dirigeante était bien moins inquisiteur dans cette cité secondaire et les marchés parallèles s’en trouvaient plus libre de se développer. Rhys y venait régulièrement pour se fournir en ingrédients qu’il n’aurait pas trouvé ailleurs, mais il en profitait toujours pour faire un tour des boutiques. Quitte à passer presque trois jours à cheval…

Un contact dans la ville lui avait parlé d’une formule à base d’Iradies qui pourrait l’intéresser. Sur un plan personnel, Rhys espérait ne jamais avoir à s’en servir – il préférait toujours éviter les conflits plutôt que les régler de manière violente – mais l’idée semblait plutôt lucrative : de nombreux marchands étaient toujours à la recherche de moyens efficaces pour protéger leurs caravanes des bandits qui n’étaient pas rare sur les routes de la Plaine Isolée. Les grenades de feu que cette recette promettait allaient faire fureur, il en était presque certain. Il s’était donc déplacé expressément pour se la procurer et s’assurer la quasi-exclusivité de l’information. Il n’était pas dupe et savait bien qu’il ne serait pas le seul à l’avoir, mais cela permettrait tout de même de limiter sa diffusion et un flot de cartouches d’Iradies sur le marché.

Et puis, une fois le papier en poche et sa bourse significativement allégée, il se laissa profiter de la douce journée du début d’automne. Les rues étaient vivantes sans être noires de monde, la météo était clémente, et il était de bonne humeur : on pouvait difficilement faire mieux. Sans qu’il ait réfléchi la chose, ses pas le menèrent devant un bâtiment familier aux murs rosés et aux tentures d’un violet soutenu. Le bazar de Zylris. Un sourire étira ses lèvres : cette boutique était une de ses favorites. Il avait toujours l’impression que quoiqu’il cherche, il le trouverait ici. Il pourrait même peut-être y trouver des fleurs de feu, qui sait. Il pourrait ainsi commencer à expérimenter sa nouvelle trouvaille … Et puis tant qu’il y était, il en profiterait pour regarder ce que le marchand avait à proposer en termes de textiles. Il y avait longtemps qu’il n’avait rien commandé à la jeune Elerinna Jelica, dont les créations si particulières faisaient tant parler d’elles dans la capitales. Une telle artiste méritait les plus belles étoffes du pays, et il pensait pouvoir trouver ici de quoi lui rendre hommage.

Il écarta les rideaux qui formaient l’entrée de la boutique et fut attaqué dès la première respiration par la suffocante odeur de lavande des lieux. La première chose à faire serait de porter ses éventuels achats chez un blanchisseur pour les débarrasser de cet entêtant parfum, s’il ne voulait pas embaumer toutes ses malles et placards. Ce n’était pas une odeur désagréable en soi, mais elle était si forte qu’il était persuadé qu’elle gardait à elle seule les insectes éloignés et qu’elle aurait fait tourner de l’oeil quelqu’un de faible constitution. Mis à part cet agaçant détail, l’échoppe était telle que dans son souvenir. Elle semblait contenir plus de chose que son apparence externe aurait pu le permettre, ce qui la rendait à la limite de l’oppression. Elle donnait l’impression d’être plongée dans la pénombre, mais tous les objets en présentation étaient miraculeusement correctement éclairés.

Il commença par saluer le propriétaire, qui semblait occupé derrière son comptoir, avant d'explorer les lieux. Il repéra une table surplombée par une sorte de portant qui y déversait toute une variété de drapés plus riches les uns que les autres. Avec un petit frétillement intérieur, Rhys s’en rapprocha et s’attela à la tâche de trouver les plus belles d’entre elles.


Rhys: #9966cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le dernier mot dans une affaire est toujours un chiffre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Rebondissement dans l'affaire du meurtre Jean Dominique
» Si tu as besoin de quoi que ce soit, je serai là pour toi, dans les bons moments et dans les mauvais, pour toujours. [PV Boule Marine.]
» J’aurai voulu te garder dans mes bras pour toujours mais l’éternité m’aurait paru trop courte. ▬ Caëlyn
» Dany Toussaint convoque dans l'affaire Jean Dominique
» Aristide sous enquête dans une affaire des pots-de-vins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Néant :: Souvenirs Perdus :: Rp's abandonnés-