AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Event °4 | Le silence des Récleyès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Divinité

Messages : 3991
Xp's : 2802
DC : Marissa E. Iselk, Auxane Taël et Adélaïde Firloe
Date d'inscription : 15/05/2010
Age : 24

MessageSujet: Event °4 | Le silence des Récleyès Sam 11 Nov 2017 - 18:32


Ils avancent plus lentement que prévu, mais au moins, la forêt n'a pas ressenti leur présence. Se déplaçant en petits groupes pour ne pas attirer l'attention, les Récleyès ont pour ordre de ne pas user de leur Vérité. Quant aux personnes qui les croisent, chacun est libre de s'en occuper comme il le souhaite. Jusqu'à maintenant, certains sont passés à côté d'un marchand et de son âne sans lui adresser un regard, tandis que d'autres ont volé et tué une jeune femme. La plupart s'assurent de ne pas se retrouver sur les routes principales et évitent autant que possible la civilisation.

Le groupe de Sylvius fait partie de ceux là. Se faisant passé pour des braconniers, certains ont vraiment poussé le déguisement jusqu'au bout et se ballade avec des pièges. Sylvius quant à lui est habillé des plus simplement dans un tissu noir. Ses lames dissimulées sous une longue cape, il porte sa capuche et n'adresse pas un mot à personne. Il avance d'un pas pressé et oblige ses hommes à garder un rythme soutenu. Aucun ne dit rien. Ils suivent leur chef aveuglément, jusqu'à ce que l'un d'eux revienne après avoir été envoyé en tant qu'éclaireur et annonce qu'un de leur groupe se trouve juste à côté.

Sylvius décide alors de laisser ses plus proches guerriers pour aller à leur rencontre. Il ne supporte plus leur façon de l'épier sans cesse, de s'assurer qu'il ait tout à portée de main et que rien ne se trouve sur son chemin. Il y a encore quelques jours, il aimait la dévotion de ses sujets et ceux qui l'accompagnait pour ce grand moment avait été choisi en particulier pour cela. Mais maintenant qu'il se trouvait sur le terrain, cela l'ennuyer, il avait besoin que la tension retombe le temps de ce voyage. Il voulait profiter de cet instant magique, tous semblait avoir oublié.

Jamais un Récleyès n'avait pu entrer dans la forêt. Et là, ils étaient au milieu des Mirlis, l'endroit qui les avait fait naître. La terre des traîtres de Zaraze. Il fallait que tout dans cette campagne soit mémorable. Pas seulement leur stratagème pour passer la frontière ou le lieu de leur attaque. Même leur voyage vers cette bataille décisive devait être grandiose. Et ce n'était pas en restant auprès de ces soldats devenus des gardes du corps qu'il pourrait se mesurer à un quelconque challenge. Se mettant en route seul, il arriva rapidement et silencieusement à la rencontre des siens.

Se présentant comme à son habitude sous le nom de "Hodgard le Ténébreux" et sans chercher à savoir s'il s'adressait au responsable de ce bataillon, il dit au premier venu :
- Quand avez-vous croiser un village pour la dernière fois ? J'aimerais que l'un d'entre vous m'accompagne pour s'assurer que personne ne soupçonne notre présence dans la forêt.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madelle.1fr1.net
avatar


Messages : 109
Xp's : 942
Date d'inscription : 21/09/2014

MessageSujet: Re: Event °4 | Le silence des Récleyès Mar 21 Nov 2017 - 12:06

Eugénie Le Blanc


Le 10 Virgonès 1249


Des mois que j'attends la guerre, et aujourd'hui le moment est si proche que j'en sens déjà le goût sur ma langue. La préparation a été longue,  l'acheminement des transferica jusqu'au sein de la forêt, la discrétion, le secret absolu qui n'autorise aucun témoin vivant. Des semaines vécues dans un silence contraint, limitant les feux qui auraient pu nous faire repérer. Et à présent que la consécration de tous ces efforts est si proche, je n'en verrais pas la couleur, car ma mission ici est terminée et mon affectation me destine à un autre rôle. Même si j'aurais aimé voir l'aboutissement de ces travaux, je ne regrette pas de quitter la forêt pour retourner défendre la Tour. Des nouvelles de l'armée levée par le Général nous sont déjà parvenues, et bien que je connaisse ce qui l'attend, je n'en préfère pas moins être sur place pour défendre nos terres. Seul un don d'ubiquité me permettant d'être aux deux endroits à la fois m'aurait plus satisfaite.

Voilà donc plusieurs jours maintenant que je dirige mon petit groupe vers la lisière sud-ouest de la Forêt. Nous sommes tous vêtus m des chasseurs, aucun ne porte le moindre signe distinctif. Il est hors de question que l'opération capote maintenant si l'un ne nous est découvert et fouillé par l'ennemi.
Je n'ai qu'une hâte, c'est de retrouver les Terres du Sud, où je pourrais relâcher un peu ma garde. Je dors très peu depuis que nous sommes arrivés dans la forêt ; même si je ne participe pas aux tours de garde avec les autres, je passe la plupart de mes heures de repos à voler au-dessus des arbres, pour surveiller les mouvements des troupes, autant les nôtres que les ennemies. Pour l'instant tout se passe comme prévu, les escarmouches sont rares et ne laissent pas de survivants: l'heure n'est pas aux prisonniers et les ordre sont clairs à ce sujet. En ce moment même tout est calme dans la forêt. À cette heure même les animaux semblent avoir fait une trêve, et les prédateurs font la sieste. Comme nous.

D'un coup je sens comme un tiraillement qui me rappelle vers le bas, et soudainement je reprends pied. J'avale une grande goulée d'air comme si je venais de boire la tasse, et j'ouvre les yeux. Le soldat, habillé en chasseur, s'est lassé de me secouer par l'épaule et a commencé à ôter mon diadème. Furieuse, je chasse sa main et me redresse en le fusillant du regard. Il me semblait pourtant avoir été limpide dans les consignes données. Ne me rappeler que si le danger est imminent et ne toucher à la gemme qu'en cas d'urgence. Je prends ma voix la plus glaciale pour le rabrouer :

J'espère que tu avais une excellente raison pour faire ça.” Il a l’air suffisamment inquiet lorsqu’il me répond :
Je suis désolé, mais l’un des nôtres vient d’arriver et … c’est le Ténébreux !

Subitement je suis moins en colère qu’il m’ait interrompue dans ma surveillance. Je bondis sur mes pieds, défroisse mes vêtements bien qu’il ne s'agisse pas d’un uniforme présentable et l’écarte pour rejoindre notre dirigeant. Qu’a-t-il bien pu se passer pour qu’il nous rejoigne ainsi, et seul qui plus est ? Mon ventre se tord et je ne sais pas si c’est de l’appréhension ou de l’excitation. Je suis aux commandes de cette unité, c’est donc à moi d’en répondre à mes supérieurs. En temps normal je n’aurais aucun problème avec ça, mais rendre des compte directement au Ténébreux… Voilà l’occasion de faire mes preuves !
J’arrive près de lui pour trouver l’une de mes soldates au rapport.

Nous n’avons pas rencontré de village depuis plusieurs jours, malheureusement. Cela nécessiterait une expédition pour en localiser un…

Je l’interromps, espérant que le triomphe ne transparaisse pas dans ma voix.
Si vous cherchez un village, je viens d’en voir un à quelques heures de marche un peu plus au sud.” Lorsque j’ai son attention, je le salue comme il sied à notre chef de guerre, et me présente. “Eugénie Le Blanc, Ténébreux. On m’a confié le commandement de cette escouade.” Et je tente le tout pour le tout : “Je peux vous y conduire, si vous le permettez. Je laisserai les rênes à Astrid ici présente.

A côté de moi Astrid semble un instant prise au dépourvu mais se reprend aussitôt et nous adresse un salut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Divinité

Messages : 3991
Xp's : 2802
DC : Marissa E. Iselk, Auxane Taël et Adélaïde Firloe
Date d'inscription : 15/05/2010
Age : 24

MessageSujet: Re: Event °4 | Le silence des Récleyès Jeu 18 Jan 2018 - 22:25


Deux femmes étaient face au Ténébreux qui délaissa complètement la première lorsque l'autre lui indiqua la présence d'un village. Le fait qu'il s'agisse de la personne en charge du groupe ne l'intéressait nullement. Celle qui se présenta sous le nom d'Eugénie Le Blanc ne lui disait absolument rien, elle n'était pas même une ombre dans ses souvenirs. En revanche, il était intrigué par le fait que seule elle soit au courant de la présence d"un village contrairement au reste de son groupe qui semblait l'ignorer. Il leur accorda à peine un regard avant de décréter :
- Dans ce cas, allons y !
Il tourna le dos au détachement et se dirigea vers la direction indiquée par la récleyès. Après cela, Sylvius retourna dans son mutisme et força le pas, peut-être même plus que d'ordinaire. Non pas qu'il soit impatient de se retrouver au milieu d'un semblant de civilisation, mais il ne voulait pas non plus faire durer son caprice. Mieux valait éviter de rester éloigner trop longtemps de ses hommes, s'il ne pouvait prévoir les événements qui allaient se dérouler une fois sur place, il avait au moins l'emprise sur le temps d'y voyage.

Donc or de question de traîner, la contemplation passive de la forêt était terminée. Sylvius continuait tout de même à se déplacer relativement avec silence au milieu de ces immenses arbres bleu nuit. Il garda un rythme soutenu toute la première heure, puis il commença à ralentir peu à peu. Ça ne servait à rien d'essayer de courir au milieu de cet endroit bien différent des terres désolées dans lesquelles les récleyès avaient réussir à survivre. Ces terres que les anciens appelaient inexplorées ne l'étaient plus depuis bien des années pour eux.

Autour d'eux il n'y avait que de la végétation à perte de vue. La présence d'un village dans les environs n'était en rien perceptible et Sylvius se reprit à penser à la surprise des hommes d'Eugénie lorsqu'elle avait évoqué avoir repéré une trace de vie au sud. Il ralentit encore un peu plus, cela devait faire presque deux heures qu'ils marchaient, à moins que le temps ne se soit ralenti depuis son départ, difficile à déterminer l'heure sous ce toit végétal. Il n'essaya pas de lever la tête et préféra se tourner vers la réceyès qui l'accompagnait pour lui demander :
- C'est encore loin ? Comment pouvez-vous savoir que nous sommes dans la bonne direction si vous n'avez pas croisé ce village avec vos hommes à l'allée ?
Le Ténébreux s'arrêta presque en disant ces quelques mots. Continuant à se faire le plus silencieux possible en avançant, ce qui était bien plus simple maintenant qu'il ne courrait plus à moitié, Sylvius voulait savoir à qui il avait affaire avant de se retrouver au milieu de leurs ennemis. À y repenser, ce n'était pas prudent de s'éloigner ainsi sur les dires d'une seule femme. Non pas qu'il doutait de sa loyauté, mais comment être sûr qu'elle avait bien vu ce qu'elle prétendait. À moins qu'elle ne possède une Vérité lui permettant de se déplacer aisément, il était à nouveau intrigué par la soldate.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madelle.1fr1.net
avatar


Messages : 109
Xp's : 942
Date d'inscription : 21/09/2014

MessageSujet: Re: Event °4 | Le silence des Récleyès Mer 24 Jan 2018 - 22:14

Eugénie Le Blanc


Le Ténébreux ne pose pas de question, il ne demande aucun rapport, il ne veut rien savoir. Est-ce qu'il se passe quelque chose de trop pressant pour prendre le temps de s'informer ? Je suis un peu désemparée, j'avoue que je m'attendais au moins à ce qu'il s'inquiète un peu de l'avancement des opérations, après tout c'est le couronnement de sa brillante stratégie, la phase critique étant en cours. J'essaie de ne rien laisser paraître de mon hésitation lorsque j'accepte la mission avec un salut. De toute façon, il est déjà parti au pas de course dans la direction indiquée. S’est-il passé quelque chose que je n'aurais pas vu pour qu'il soit si pressé et si peu regardant sur les informations reçues ? Je n'ai pas le temps de me poser plus de questions si je veux pouvoir le rattraper avant qu'il ne disparaisse de ma vue dans la forêt. Je me tourne vers Astrid et lui laisse mes instructions tout en attrapant sa gourde d'eau et deux rations de marche.

Prend ça dans mon paquetage en échange. Continuez votre route pour sortir de la forêt, ne nous attendez pas. Je vous retrouverai d'ici demain. Soyez encore plus prudents, je ne pourrais pas surveiller les alentours pour vous.

Elle acquiesce et commence à rassembler les hommes pour qu'ils se remettent en route. De mon côté, je me lance à la suite du Ténébreux qui est parti bille en tête sans m'attendre. Je cours à moitié pour le rattraper rapidement et lui indique la bonne direction.
Il marche excessivement vite et je ne comprends toujours pas pourquoi il est si pressé. Certes, l’heure tourne et il ne faut pas traîner si nous voulons rejoindre mon groupe avant qu'il fasse trop noir pour voir où nous mettons les pieds. Si cela l'inquiète tant, pourquoi avoir voulu aller voir ce village immédiatement ? Il est perdu dans ses pensées et je n'ose l'interrompre pour avoir des réponses. Plutôt mourir que lui laisser croire que je discute ses ordres. Les seules paroles échangées – si on peut dire – consiste en des adaptations de notre trajectoire d'après ce que j'ai vu plus d'une heure plus tôt. Je prie pour que mon sens de l'orientation soit bon ; malgré le diadème qui pèse encore dans ma poche je n'ai pas le temps de retourner vérifier notre progression depuis un point de vue élevée.

Au bout d'une heure il ralentit enfin la cadence et je pense un moment que je vais pouvoir reprendre des repères, mais il n'en est rien. Le rythme de marche plus lent nous permet d'être plus discret et j'en suis un peu rassurée, mais il ne s'arrête pas pour autant et n'est pas plus bavard. Si j'avais eu une conscience un peu moins libre, j'aurais commencé à me demander s'il ne m'entraînait pas à l'écart des autres pour me faire disparaître discrètement, sa conduite m'inquiète de plus en plus. Nous sommes encore assez loin des habitations que j'avais vues, mais d’hors et déjà je scrute les frondaisons depuis le sol à la recherche de signes indiquant la présence de sentinelles. Je n'ai pourtant pas d'illusions: à pied je fais un bien piètre éclaireur, et avec tout le respect que je dois à notre dirigeant, il n'a pas l'air de faire mieux que moi. Des Anciens montant la garde nous auraient repérés bien longtemps avant que nous ne les voyons.

Il ralentit la cadence jusqu’à presque s’arrêter. Et enfin il m’adresse la parole, la première fois depuis que nous sommes partis, il doit y avoir deux bonnes heure. Elle sentait percer une pointe de méfiance dans sa voix et ses paroles, mais ça n’avait rien d’étonnant. Il était parti sans demander plus de renseignements et il était parfaitement légitime d’être circonspect. Moi-même, je sais que je ne sort pas l’information de mon chapeau, mais je me rends bien compte qu’aucun signe visible nous indique la présence proche de civilisation, d’autant que nous avons sciemment évité les quelques chemins qui mènent jusqu’au hameau.

Nous y serons dans moins d’une heure, normalement. Je le sais grâce à lui.” Je pince mes lèvres en un sifflement strident, et un croassement sonore me répond. Quelques secondes plus tard, un battement d’aile me prévient de l’arrivée de Qieh, et je lève ma main gauche protégée d’un lourd gant en cuir épais pour lui servir de perchoir. L’animal lisse ses plumes sans plus de cérémonie, et de mon autre main je sors la tiare de ma besace. “Il est dressé, et cette gemme me permet de voir par ses yeux. Très utile pour la reconnaissance.” Je lève la tête vers les frondaisons. Peu de lumière filtre à travers les feuilles, mais les longues semaines de mission dans cette forêt de malheur m’ont appris à me repérer dans le temps malgré cela. J’hésite encore un instant, puis j’ose une remarque : “Si vous permettez que l’on s’arrête quelques instants, je pourrais mieux me repérer pour nous trouver l’itinéraire le plus rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Divinité

Messages : 3991
Xp's : 2802
DC : Marissa E. Iselk, Auxane Taël et Adélaïde Firloe
Date d'inscription : 15/05/2010
Age : 24

MessageSujet: Re: Event °4 | Le silence des Récleyès Mer 7 Fév 2018 - 22:49


L'oiseau aux plumes d'encre apparut comme de nul part et attira toute l'attention sur lui. La surprise de Sylvius était manifeste et il ne s'en cacha pas. Cette nouvelle présence inattendue lui fut même agréable, car elle lui rappela Tanya. Le corbeau était l'emblème de celle en qui il avait, en ces jours, placé toute sa confiance pour défendre leurs terres pendant qu'il était personnellement en train d'envahir cette forêt. Se retrouver ainsi en compagnie d'une autre soldate accompagnée d'un corbeau le fit sourire et la rendit bien plus intéressante à ses yeux.

Il était maintenant immobile et complètement absorbé par le corbeau et la gemme, son regard passant de l'un à l'autre. Ce procédé était tout à fait intriguant et inconnu auprès de Sylvius, ce qui lui donnait envie de le voir en action. Il était tout à fait disposé à attendre quelques minutes, mais il restait tout de même pressé, il se contenta donc de répondre rapidement :
- Faites donc !
Autour d'eux, la forêt était plutôt paisible. On pouvait discerner au loin quelques oiseaux, mais aucun animal n'était présent dans les environs mis à part le corbeau qui se tenait fièrement sur la main de sa maîtresse. Il y semblait aussi à l'aise que sur une branche, n'éprouvant aucune méfiance pour la Récleyès. Sylvius ne se tenta pas à l'approcher ayant le souvenir des corbeaux de son fidèle bras armés en mémoire. Il préférait se tenir à une distance raisonnable d'Eugénie et de son compagnon pour leur laisser l'espace nécessaire afin qu'ils puissent entrer en contact.

Le Ténébreux ne s'attarda pas sur les détails de la tiare et commença à porter son attention sur les environs pour s'assurer qu'ils étaient bien seuls. Puisqu'il n'était pas sûr de pouvoir communiquer avec la Récleyès pendant qu'elle établirait son lien avec le corbeau, il ne la regardait plus que d'un œil. La forêt était tranquille, recouverte d'un fin manteau de neige, l'hiver était en train de s'enraciner dans la région.

Sylvius avait toujours cru que la forêt était un lieu privilégié de ce monde, comme si les dieux lui avaient assuré une protection éternelle. Il s'était imaginé devoir les combattre en anéantissant leurs héros, mais il n'y avait eu personne. Ils étaient seuls au milieu des arbres millénaires. Le Récleyès reporta son attention sur sa camarade et se mit à l'observer alors qu'elle était en train d'utiliser la tiare. Impatient de reprendre la route pour aller se confronter à la population, ses illusions d'enfants étaient maintenant enterrés, laissant place à la vision d'un peuple naïf et aussi vide que cet endroit.

On aurait dit qu'il se mit à penser à voix haute sans attendre réellement une réponse de la part de la Récleyès :
- Est-ce qu'il y a un temple dans ce village ?





Dernière édition par Mère Nature le Sam 19 Mai 2018 - 17:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madelle.1fr1.net
avatar


Messages : 109
Xp's : 942
Date d'inscription : 21/09/2014

MessageSujet: Re: Event °4 | Le silence des Récleyès Mar 13 Fév 2018 - 19:16

[quote="Ombre"]
Eugénie Le Blanc


Sa réponse est succincte mais il ne m'en faut pas plus pour m'exécuter. Un rapide salut, puis je m'écarte de quelques pas pour m'asseoir au sol, le dos bien stable contre un rocher. Hors de question que le Ténébreux me voir m’affaisser au sol comme une loque. Je lui fais une confiance aveugle et n'irait pas imaginer qu'il puisse juger un soldat uniquement sur une apparence, mais cela fait près de deux heures que j'ai l'impression d'être au garde-à-vous pour une inspection, et je ne compte pas me relâcher tout de suite. Je n'interprète pas son silence comme de l'ennui ou de l'indifférence, mais comme celui d'un examinateur qui me laisserait faire mon travail pour l'évaluer. Il est vital que je lui fasse une impression durable. Une bonne impression.

Je profite de ces quelques pas pour caresser doucement les plumes douces et brillantes de la gorge de Qieh, qui tend le cou pour que j'y ai un meilleur accès. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, c'est un oiseau très affectueux. Je l'ai élevé depuis qu'il est sorti de l'oeuf, et je pense qu'il me considère comme sa mère. Notre lien n'a peut-être rien de magique, mais il est fort et profond, et je ne l'échangerais pour rien au monde. Une fois assise – et c'est un exercice d'équilibre pour ne pas déstabiliser le cuervo howler – je lui donne un peu d'élan et il s'envole d'un mouvement fluide. Un instant plus tard je coiffe la gemme et je peux encore profiter de son ascension au-dessus des arbres.

Je suis étonnée de voir où nous sommes. Nous avons avancé particulièrement vite, probablement grâce au rythme implacable que Hodgard nous a imposé. Nous n'en aurons plus pour longtemps, surtout si nous continuons sur notre lancée. La direction prise au départ était la bonne et nous n'avons presque pas dévié notre route. Une adaptation mineure de notre trajectoire, et d’ici à peine une heure nous trouverons les premières habitations. Dans le village tout a l'air paisible, aucun bruit ou mouvement anormal ne se fait remarquer, notre présence à proximité n'a pas été perçue. C'est notre chance. Je ne prends pas plus de temps, il est inutile de traîner. Je me désolidarise de l'oiseau et, avec une sensation de chute familière, je reprends pied dans mon propre corps. J'avale une grand goulée d'air comme s'il fallait le redémarrer, et j'ouvre les yeux.

Est-ce qu'il y a un temple dans ce village ?

Le Ténébreux semble avoir à peine remarqué mon absence passagère. Je suis un peu rassurée. Il m'arrive parfois de me perdre dans les sensations que procure le vol, et d'y rester plus longtemps que je le voudrais sans même m'en rendre compte. Cela n'a apparemment pas été le cas aujourd'hui, et heureusement. Je crois que je serais morte sur place, foudroyée par la honte, si j’avais perdu le contrôle et fait attendre mon chef d’État. J’essaie de me repasser les images de mon survol du village, mais c’est assez flou. Après tout ce n’était pas ce que je recherchais à ce moment. Heureusement j’ai une bonne mémoire et je parviens à visualiser ce que je souhaite : un petit bâtiment, simple et discret mais en meilleur état d’entretien que le reste du hameau, comme si les habitants en prenaient un soin particulier. Je ne peux pas être absolument certaine qu’il s’agit d’un temple, mais j’ai fini par apprendre à connaître cette confrérie et leurs coutumes. J’ôte la tiare et me remets debout.

Il y en a un, mais petit et je ne peux pas dire à qui il est consacré. Si on maintient notre rythme, nous serons arrivés avant une heure.” J’hésite un instant. Je m’interroge depuis que nous sommes partis. “Si je peux me permettre, que comptez-vous faire une fois là-bas ?

Je me tiens droite comme un i et regarde droit devant moi. Je n’ai qu’une peur, c’est qu’il prenne ma question pour de l’insubordination : il ne serait ni le premier ni le dernier haut gradé à être susceptible. Il me semble pourtant qu’avec notre arrivée prochaine, il serait utile que je sache ce qu’il a en tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Divinité

Messages : 3991
Xp's : 2802
DC : Marissa E. Iselk, Auxane Taël et Adélaïde Firloe
Date d'inscription : 15/05/2010
Age : 24

MessageSujet: Re: Event °4 | Le silence des Récleyès Sam 19 Mai 2018 - 18:43


Sans se départir de son ton froid si caractéristique, il répond avec naturel :
- Je ne sais pas. Nous verrons une fois sur place.
Puis il reprend la route vers le village d'un pas toujours aussi décidé. Il est bien vrai qu'en se lançant dans cette quête, il n'a pas pensé à ce qu'il comptait faire. Il voulait tout simplement se détacher de ses soldats et découvrir la forêt par lui-même. La forêt autour de lui résonne, la neige craque sous les semelles des Récleyès tandis qu'on entend au loin quelques bruits d'animaux. Cette atmosphère a quelque chose d’envoûtant et le Ténébreux pourrait marcher ainsi encore pendant des heures. Les longs entraînements à la Tour des Ombres que sa mère l'obligeait à suivre lui on permit de développer une certaine endurance. Si enfant, il la maudissait d'autant le pousser à se surpasser, aujourd'hui, il la remercie intérieurement.

Le chemin se passe en silence et sans encombre. Ils ne croisent pas un seul être vivant et le tapis de neige n'est pas suffisamment épais pour ralentir davantage leur progression sur ce chemin jalonnait d'arbres en tous genres qu'ils doivent sans cesse contourner. Lorsqu'ils arrivent à l'orée du petit village, Sylvius ne ralentit même pas. Comme s'il était chez lui, il avance au cœur du petit village. Débarquant dans le jardin d'une petite maisonnette, il la contourne rapidement pour atterrir sur la place. La journée étant bien entamé, les villageois vaquent toujours à leurs occupations, mais l'arrivée de ces étrangers ne les laissent pas indifférent. Les regards se tournent vers eux et une mère de famille intime même à ses enfants de rentrer à l'intérieur.

Alors que Sylvius se dirige vers le bâtiment le mieux entretenu qui doit sans doute être celui qu'Eugénie a pris pour le temple, des hommes se mettent en travers de leur chemin. L'un d'eux a une carrure imposante, un arc dans une main et son carquois dans le dos, il prend la parole :
- Que venez-vous faire ici étrangers ? Notre bourgade est trop petite pour accueillir une auberge, vous devriez continuer votre chemin jusqu'au prochain village à l'est si vous cherchez le gîte et le couvert.
Le Récleyès ayant remis la capuche de sa cape avant d'entrer dans le village, seul le bas de son visage et perceptible. On ne peut rien distinguer de son habit ou de ses armes et il n'affiche aucun sourire et ne répond pas tout de suite à celui qui leur fait face. Pourtant, on peut sentir qu'il est en train de le détailler lui et ses acolytes, tous de valeureux chasseurs qui doivent sans douter peiner à nourrir leur famille. Il se décide enfin à parler en se tournant vers Eugénie tout d'abord pour lui dire :
- On dirait que les gens d'ici ne savent pas accueillir les représentants des dieux. Vous m'aviez pourtant assuré qu'ils étaient de fervents croyants. Pourrions-nous s'il vous plaît passer, nous ne sommes pas ici comme simple voyageur, nous venons nous recueillir au temple.
Sylvius a envie de jouer la comédie. Même s'il n'a rien d'un acteur, la perspective de pouvoir se faire passer pour un prêtre, un proche des dieux, lui plaît et il a bien l'intention d'essayer, ne serait-ce que pour rentrer dans le temple et qu'il puisse se retrouver seul avec Eugénie en compagnie du prêtre de ce village. À condition que celui-ci soit bien là et que le temple ne soit pas qu'un simple autel entretenu uniquement par les villageois. Même si c'était le cas, la perspective de jouer au gourou lui plaît.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madelle.1fr1.net
avatar


Messages : 109
Xp's : 942
Date d'inscription : 21/09/2014

MessageSujet: Re: Event °4 | Le silence des Récleyès Lun 28 Mai 2018 - 21:10

Eugénie Le Blanc

Je ne suis pas sûre d’être rassurée par la réponse que me fait le Ténébreux. Son ton est aussi froid et terne que l’après-midi que nous venons de passer, comme s’il était tout à fait normal de se lancer dans ce genre d’expédition sans avoir la moindre idée de ce que l’on va y trouver ou y faire. Un instant j’espère qu’il n’a pas prévu notre campagne actuelle de la manière ? Je chasse bien vite l’idée, qui frise l’hérésie. Non, une opération d’une telle ampleur a forcément été prévue de bout en bout pendant des mois avant de passer à la première phase de réalisation. Ce qui ne me met pas forcément dans de meilleures dispositions vis-à-vis de ce que nous sommes en train de faire à l’instant présent.

Je le suis jusqu’à l’entrée du village où il rabat son capuchon sur son visage, et j’en fais de même. Je ne vois pas l’intérêt de nous faire encore plus remarquer par une attitude aussi suspecte alors que nous serons déjà marqués comme des étrangers dès notre arrivée vue la taille de la bourgade, mais je me dis qu’il doit avoir une idée derrière la tête pour se montrer ainsi. Il se dirige droit vers la bâtisse que je lui ai indiquée comme étant le temple. Je prie la Perfide pour ne pas m’être trompée. Si jamais ce n’est pas cela…

Nous n’avons pas le temps d’y arriver pour nous en assurer que nous sommes arrêtés dans notre progression par un homme, imposant, armé, et non dénué de tout charisme. Quelques habitants, hommes et femmes également armés même s’ils n’ont pas tous leur équipement aussi en vue. Il serait de bon ton de ne pas nous les mettre à dos immédiatement. Le Ténébreux semble vouloir jouer la comédie et je n’en suis pas mécontente : je ne suis pas actrice, et lui non plus, mais cela semble être le moyen le plus sûr d’éviter la confrontation – même si c’est, je pense, le meilleur moyen pour que la réponse soit violente si cela ne prend pas.

C’est ainsi qu’on me les avait présentés, Monseigneur. Je vous prie de m’excuser s’ils ne correspondent pas à vos attentes.” Je me tourne légèrement pour m’adresser à l’homme qui nous barre la route. “Nous avons eu une longue journée de marche et nous anticipions avec félicité de pouvoir nous recueillir dans votre temple. Peut-être nous sommes-nous simplement trompés d’endroit. On m’avait vanté l’hospitalité de votre paroisse.

Si le Ténébreux a décidé que nous serions des religieux itinérants, qu’il en soit ainsi. L’homme nous jauge des pieds à la tête puis de la tête aux pieds, essayant probablement de déterminer la crédibilité du discours que nous lui servons. Je me félicite d’avoir laissé ma guisarme avec ma troupe, il m’aurait été impossible de la dissimuler aussi aisément que Sylvius l’a fait avec ses propres armes. Celui qui semble être le chef des habitants rassemblés devant nous, après nous avoir détaillés de fond en comble, ne paraît pas très convaincu par notre petit jeu. Pourtant, il nous fait signe de le suivre.

Mouais. Suivez-moi, on verra bien ce qu’en dit le prêtre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Event °4 | Le silence des Récleyès

Revenir en haut Aller en bas

Event °4 | Le silence des Récleyès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» Event 5 : Ecriture & Dessin
» Halloween event !!!
» L'event d'halloween sur FR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Monde des Humains :: Forêt des Mirlis-