AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Quête de Guilde | Rejoindre les ombres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Divinité

Messages : 3982
Xp's : 2802
DC : Marissa E. Iselk, Auxane Taël et Adélaïde Firloe
Date d'inscription : 15/05/2010
Age : 23

MessageSujet: Quête de Guilde | Rejoindre les ombres Sam 16 Sep 2017 - 17:06


Rejoindre les ombres


Mise en Contexte
 
Un riche qui prétend être un marchand à la retraite, a envoyé une lettre à votre guilde, employant au moins deux d'entre vous dans un contrat de vol. Il vous demande d'aller dans un vieux manoir abandonné depuis des lustres pour récupérer un coffret qui contient quelque chose de très précieux. Toutes les informations vous sont données sur la missive et il vous suffit de vous lancer dans ce défi bien payé. Cependant, il y a quelque chose de louche dans ces mots, pouvant vous faire hésiter... Oserez-vous y aller et prouver que votre guilde rassemble les meilleurs voleurs ?

Déroulement de la Quête

Vous êtes pour le moment libre de l'action. Tant que vous ne tentez pas d'ouvrir le coffre, le MJ n'interviendra pas. Egalement, tant que vous n'êtes pas sorti, aucune intervention n'est à prévoir.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madelle.1fr1.net
avatar


Maître des Ombres

Messages : 946
Xp's : 188
DC : Drake Val Ary, Enara VerteFeuille, Ria, Rhaenega Hywel Örjan
Date d'inscription : 08/06/2015
Age : 21
Carnet : Winter is coming ~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
5/9  (5/9)
Disponibilité Rp: Impatiente de RP !
MessageSujet: Re: Quête de Guilde | Rejoindre les ombres Sam 23 Sep 2017 - 18:40



Rejoindre les ombres

Deth & Winter

Palais de Justice de Faras
Just before ~ Le 17 Khal 1248

Je contemple l’enveloppe posée sous mes yeux avant de m’enfoncer dans mon siège, appuyant mon dos contre le dossier de pierre. Comment est elle parvenu jusqu’à moi ? La Guilde des Ombres n’a pas d’adresse, c’est bien l’idée d’ailleurs. Comment cet homme a-t-il réussi à nous la faire parvenir ?  Entre combien de mains est elle passée avant d’arriver à bon port ? Est elle d’ailleurs réellement arrivée à bon port ou est ce une erreur d’aiguillage en notre faveur ? J’ai bien quelques contacts ça et là, je pense notamment aux Jelica ou aux quelques partenaires commerciaux que j’ai pu croiser au cours de mes aventures. Et Vomito doit avoir les siens également. Sacrebleu, cette lettre me laisse beaucoup d’interrogation. Elle est arrivée encore cachetée, preuve qu’elle a voyagé dans des mains de confiance. Je saurais me souvenir de ça lorsque j’aurais de nouveau affaires avec le jeune garçon qui me l’a transmise, alors que je vadrouillais dans Faras, à la recherche d’idées pour notre fameux quartier général. Avec un léger sourire, je romps le sceau, pousse la cire sur le sol de pierre d’un ample geste de la main et sort le précieux document.

Voleurs, Voleuses.

La lettre que vous vous apprêter à lire est un contrat qui revêt pour moi une importance capitale. Je vous laisse le soin de le transmettre à la ou les personnes se situant à la tête de votre organisation.

Il est bien tombé, c’est moi le maître du (de mon) monde.

Je pense qu’il serait bienvenu avant tout de me présenter. Je suis Ornn Rolen, un ancien marchand à la retraite. Je dirigeais autrefois une échoppe à Terna avant d’y rester pour y passer mes vieux jours.

Un marchand de quoi ? Et comment a-t-il réussit à nous faire parvenir cette lettre, sacrebleu ?

Je dois récupérer un coffret, très précieux à mes yeux et pour mes affaires. Seulement, comme vous vous en doutez plus que j’en viens à faire appel à vous, je ne peux aller le chercher moi-même. L’objet en question est de petite taille mais vous serez certainement étonnés par son poids car il fut forgé dans de précieux métaux.

Près de Terna, à quelques kilomètres en direction du Sud, vous trouverez un vieux manoir, abandonné depuis bien longtemps désormais. Ses tours noires s’élèvent haut dans le ciel et son portail en fer forgé n’est plus verrouillé et bat au gré du vent. Vous ne pourrez pas vous tromper d’endroit, j’en suis certain.

Si vous trouvez le coffret que je vous demande, ne l’ouvrez sous aucun prétexte ou notre accord sera rompu. Et croyez-moi sur parole, ce qu’il contient ne vous sera d’aucune utilité, contrairement aux bourses d’or que je vous paierai en échange. Présentez-vous ensuite à l’échoppe « De récolte et d’eau fraiche », située au centre de Terna. Vous pourrez confier le butin à la jeune femme qui s’en occupe sans crainte, votre argent vous parviendra ensuite de la même manière que cette missive est parvenue à vous.

Mes sourcils se froncent. Il nous faudrait récupérer un butin, ne pas l’abimer, ne pas l’ouvrir, le convoyer jusqu’à une grande ville peuplée et le rendre à une tiers personne sans avoir notre argent ? Comment savoir s’il nous sera envoyé par la suite ? Comment savoir si cet illustre inconnu est digne de confiance ? Méfiante, je continue néanmoins la lecture du parchemin.

Je vous invite cependant à la plus grande prudence. N’y allez pas seul, je ne souhaite guère avoir votre mort sur la conscience.

Oui et puis tu veux récupérer ton coffret surtout, soyons un peu honnête.

Je vous souhaite bonne chance,
Ornn Rolen, humblement votre.

Je reste perplexe. Cette lettre est une énigme du début à la fin, de son voyage à son contenu en passant par son auteur. Auteur qui est « humblement notre » ! D’après ses mots, nous lui appartenons plus que ce qu’il nous appartient. Je fronce de nouveau les sourcils en parcourant à nouveau ses mots. Y aller ? Ne pas y aller ? Je serai d’avis qu’une mission est toujours bonne à accepter mais sans certification d’être payé, cela vaut il le coup de risquer nos vies ?

Avec un sourire, je me fais la remarque que Deth et moi avons bien souvent risqué nos vies mortelles pour un brin d’adrénaline. Un grain de courage, trois grains de folie. Je me retourne et soupire. Je n’aperçois rien d’autre que le mur de pierre du souterrain où je me trouve mais je sais que Deth se trouve juste derrière. Enfin, s’il n’a pas bougé depuis mais pataud comme il est, je pense que je l’aurais entendu même plongée dans la lecture de la missive. Et oui, nous habitons momentanément ensemble au QG de la Guilde des Ombres, cela vous étonne ? Heureusement que cela n’a rien de romantique.

« Vomito ? » Ma voix se diffuse avec quelques échos dans les couloirs des caves du Palais de Justice. « Viens donc lire ça s’il te plait. » J’attrape la feuille de papier et la tend devant moi afin qu’il puisse la saisir à son arrivée. Dans mon esprit, les mêmes questions tournent toujours même si je crois avoir déjà pris ma décision. Une escapade (peut être) très bien payée dans une maison hantée à quelques dizaines de kilomètres d’ici, je crois que je suis prête à courir le risque.


fiche codée par shirosaki & anglycanne X 899 mots



MAITRE DES OMBRES


Elle n'a qu'un désir, la marâtre immortelle | C'est d'enfanter toujours, sans fin, sans trêve, encore | Mère avide, elle a pris l'éternité pour elle | Et vous laisse la mort. | ©️ FRIMELDA


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voleur

Messages : 988
Xp's : 1022
DC : Manaka - Le Cerf
Date d'inscription : 08/06/2015
Age : 21
Présentation : Juste Me
Carnet : Relationship

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
3/9  (3/9)
Disponibilité Rp: Réduite
MessageSujet: Re: Quête de Guilde | Rejoindre les ombres Dim 8 Oct 2017 - 12:24



REJOINDRE LES OMBRES
17 Kahl 1248 avec winter c. eliwën
« Vomito ? »

Il entrouvre ses yeux et les cligne plusieurs fois. Une voix familière l'avait appelé avec son désagréable surnom. Il se demande même pourquoi il s'est réveillé de sa sieste en l'entendant. S'est-il définitivement habitué à ce qu'on le surnomme ainsi ? Ah non, certainement pas ! Alors, il gronde simplement, change de position et referme les yeux.

« Viens donc lire ça s’il te plait. »

Ses paupières se soulèvent, définitivement cette fois-ci. Quoi, elle ne savait pas lire et avait besoin de son aide ? Bonjour la crédibilité d'un chef de guilde ! Mais d'un côté, c'est un poisson alors ça doit être normal... Ah, mais quelle idée il a eu d'avoir accepté de fonder cette entreprise avec elle ! Il avait bien envie de rester dans son lit, dormir encore. Il était si fatigué aujourd'hui. Ça devait être sûrement dû à ce lit confortable qu'il s'était dégoté et à l'étonnante chaleur agréable qui réside dans la pièce où il a élu domicile. Et tout ce confort était gratuit. Alors bien sûr, il compte en profiter...

Mais tout aurait été parfait si la poiscaille n'avait pas choisit de mettre son bureau et sa chambre dans la pièce d'à côté. Il n'avait pas envie qu'elle vienne mettre son nez dans ses affaires, bien qu'il n'y ai pas grand chose dans sa chambre. Mais juste le fait de ne pas la voir dans un rayon de quelques mètres, ça semble un exploit.

Il se redresse avec lenteur. Sa tête n'a pas encore compris qu'elle s'était décollée de son oreiller, si bien qu'il constate son visage endormi dans son reflet sur le miroir accroché sur le mur d'en face. Une glace qu'il avait déniché en chemin. Elle était fendue et a été reconstituée du mieux qu'il a pu à la manière d'un puzzle. Faute de mieux pour l'instant, il s'en contente, le temps de commencer à faire fortune. Il se lève et s'étire, avant d'enfiler un haut et sa veste. Il se recoiffe rapidement, en passant simplement sa main dans ses cheveux. Inutile en soit, mais c'est devenu son petit rituel à chaque fois qu'il se lève. Il enfile ses lunettes sur le haut de son crâne et va dans la pièce d'à côté, rejoindre celle qui l'a appelé.

« Bon qu'est-ce qu'il y a ? T'as besoin d'aide pour lire ? » dit-il en baillant.

Il prend la lettre que Winter lui tendait et prend place sur une chaise en face d'elle. A quoi bon attendre son autorisation pour s'asseoir ? Même si c'était la numéro un de la guilde, Deth n'a pas envie de la considérer comme tel. Il la voyait simplement comme la personne devant s'encombrer de paperasse. La place du numéro 2 lui convient mieux.

Il commence la lecture de la lettre, bien longue à première vue. Un contrat donc. Il faut récupérer un étrange coffre à ne pas ouvrir, dans un manoir qui semble dangereux au vu du conseil donné en fin de la lettre. Et qu'en échange de ce coffre, il y aura de l'or. Beaucoup d'or visiblement. Mais quelle garantie de le recevoir ? Il n'avait aucune idée de comment la lettre leur était parvenue. Il n'est pas connu que leur guilde a une adresse et il y a encore peu de voleurs les ayant rejoint. Même si la guilde commençait à faire parler d'elle dans le milieu, c'était encore peu. Les Ombres n'en étaient qu'à leurs débuts.

« C'est bizarre, j'ai l'impression que c'est une invitation à nous rendre dans un piège. »

C'est la première sensation qu'il a en lisant cette lettre. Le contenu est vraiment louche. Pourquoi ce riche marchand doit faire appel à des voleurs pour réaliser ce travail ? N'a t'il pas assez d'argent pour être accompagné de mercenaires, plus aptes au combat et donc plus robustes dans des milieux aussi dangereux où la mort peut vous attraper ? Et au fait...

« Comment t'as eu cette lettre ? »

Cette question le taraude...

egotrip




il râle en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Maître des Ombres

Messages : 946
Xp's : 188
DC : Drake Val Ary, Enara VerteFeuille, Ria, Rhaenega Hywel Örjan
Date d'inscription : 08/06/2015
Age : 21
Carnet : Winter is coming ~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
5/9  (5/9)
Disponibilité Rp: Impatiente de RP !
MessageSujet: Re: Quête de Guilde | Rejoindre les ombres Mar 14 Nov 2017 - 14:27



Rejoindre les ombres

Deth & Winter

Palais de Justice de Faras
Just before ~ Le 17 Khal 1248

Un long bâillement suivi d'une pique des plus agréables, pas de doute, c'est bien Vomito qui m'a répondu. Cela dit, cela aurait été inquiétant que cela soit quelqu'un d'autre puisque nous sommes censés n'être que tous les deux ici, pour le moment. Je soupire mais je ne prends pas la peine de rétorquer que si, bien sûr que je sais lire. Je suis d'ailleurs bien contente de ne pas avoir répondu en me doutant que cette pique n'appelait pas de réaction car l'Arvélès vient s'asseoir à côté de moi sans attendre une réponse de ma part.

Je lui tends la lettre sans un mot et il commence à la lire dans le même silence. Pour un peu, il semblerait presque sérieux. S'en est presque étrange quand on y pense. Pendant qu'il déchiffre les lettres manuscrites, je prends le loisir de le détailler. Il a l'air négligé mais il n'est pas désagréable à regarder pour autant. Je dois reconnaître que j'ai du mal à me faire à l'idée que nous habitons (momentanément, que les dieux nos gardent !) dans le même endroit. Ensemble, quoi. Mais le plus étonnant n'est pas là. Nous sommes encore là tous les deux, vivants, même pas égratignés et personne n'a fuit.

J'acquiesce immédiatement lorsqu'il fait remarqué que cela ressemble à une embuscade. Je m'étais fait la même réflexion. Cette lettre amène avec elle son lot d'interrogations. Un contrat semble à première vue toujours bon à prendre mais celui là n'inspire rien qui vaille. D'un côté, il représente un défi qu'il pourrait être intéressant de relever, surtout si l'on en sort riches et connus ! Il suffit seulement de rester vivants...

Vomito me regarde alors et me demande comment j'ai eut cette lettre. Un petit rire nerveux m'échappe. Que lui dire ? Je ne le sais pas moi même ? "Je n'en sais rien du tout ... Un jeune garçon, un messager, a débarquer dans Faras hier. Il ne payait pas de mine mais c'était étrange de croiser un enfant seul dans le coin alors je l'ai observé quelques temps." Jusque là, rien d'anormal. Je marque une pause pour prendre le temps de me souvenir du deroulement exact des événements. "Il a tourné longtemps, en rentrant dans tous les maisons qu'il croisait puis en ressortant aussi sec. Au début, j'ai cru qu'il faisait parti d'un groupe de petits brigands du coin mais j'ai fini par avoir plutôt l'impression qu'il était perdu. Alors je me suis montrée et je lui ai demandé s'il cherchait quelque chose. Tu ne devineras jamais ce qu'il m'a répondu !" Ma réponse est tout à fait rhétorique bien sûr, il ne le sait pas et j'ai bien trop envie de le raconter ! Je laisse un instant de suspens avant de reprendre : "Il m'a regardé avec des grands yeux, si bien que je me suis demandé si je n'avais pas des cornes qui avaient poussé pendant la nuit ! Mais il a retrouvé la parole et m'ademandé si j'étais madame Eliwën. Pour le coup, c'était à mon tour de le regarder avec des grands yeux !" Je laisse de nouveau passer un instant pour vérifier que l'Arvélès ne s'est pas perdu en chemin : "Il avait une lettre et nos deux noms et espérait tomber sur l'un de nous."

Je regarde mon compagnon de fortune avec un grand sourire : "Ca ressemble à un traquenard mais ... On y va ?" Perdre une si belle occasion de se faire un nom serait stupide tout de même !


fiche codée par shirosaki & anglycanne X 565mots



MAITRE DES OMBRES


Elle n'a qu'un désir, la marâtre immortelle | C'est d'enfanter toujours, sans fin, sans trêve, encore | Mère avide, elle a pris l'éternité pour elle | Et vous laisse la mort. | ©️ FRIMELDA


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voleur

Messages : 988
Xp's : 1022
DC : Manaka - Le Cerf
Date d'inscription : 08/06/2015
Age : 21
Présentation : Juste Me
Carnet : Relationship

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
3/9  (3/9)
Disponibilité Rp: Réduite
MessageSujet: Re: Quête de Guilde | Rejoindre les ombres Mar 16 Jan 2018 - 22:48



REJOINDRE LES OMBRES
17 Kahl 1248 avec winter c. eliwën
Et c'est ainsi, que nous retrouvons nos chers compères à Terna, le temps qu'ils fassent la route depuis Faras. Les deux villes ne se ressemblent en rien : alors que la première est vivante et colorée, l'autre n'a que le silence des pas des voleurs et un paysage désolé. Deth ne saurait dire laquelle des deux il préfère. A Terna, ce ne sont pas les opportunités qu'il manque pour récupérer de quoi subsister et plus pour son confort personnel. Mais le calme de Faras convient très bien à son caractère. Heureusement pour lui, les deux villes ne sont pas si éloignées à dos de Xiorn.

Vêtu d'une cape avec une capuche, le jeune homme veut passer incognito. Après tout, ils s'aventurent dans quelque chose qu'ils ne maîtrisent pas. Est-ce un piège ? Doivent-t'ils récupérer quelque chose de tellement convoité qu'ils ne seront pas seuls ? Il n'en savait strictement rien. Malgré tout, le sourire enjoué et insouciant de Winter et l'appât du gain ont eu raison de lui. Et puis même s'il est ronchon, il est quand même curieux. Toute cette histoire l'intrigue et il a envie d'en avoir le cœur net.

Comme il est écrit sur la lettre, il continue vers le sud de la ville. En sortant de l'enceinte de la cité, l'activité se fait moindre et, hormis des tentes de marchands ambulants, plus aucune bâtisse en pierre ne pointait le bout de son nez à l'horizon. A part peut-être le fameux manoir qui apparaît aux voyageurs après quelques minutes de marche.

Le bâtiment imposant par son architecture très carrée, est fait de pierre sombre lui donnant un aspect inquiétant. Le jardin est délimité par un mur d'au moins trois mètres de hauteur, surmonté de pics métalliques dissuadant les intrus de venir y mettre un pied. Mais leur utilité est dépassée, car le portail en fer forgé n'est plus verrouillé, grinçant à chaque fois que le vent souffle, même avec une faible puissance.

« Ca m'étonnerai qu'il reste encore quelque chose là-dedans... »

Des lieux comme ça, ouverts, sont souvent vite pillés. Un instant, Deth se dit qu'ils sont venus pour rien. Pourtant, c'est lui qui passe le portail en premier, et se retrouve dans un jardin où la nature a reprit ses droits. Ronces et orties jonchent le sol difficilement praticable. Heureusement, le chemin permettant d'accéder à la porte d'entrée reste visible, car la végétation y est moins dense. Même s'ils sont à l'extérieur et en plein jour, cet endroit est étrangement sombre. La couleur des murs n'aide pas à avoir plus de luminosité. Finalement, le bâtiment n'a peut-être pas été visité et vidé par d'autres individus... Il dissuade suffisamment les curieux de s'en approcher. Mais par fierté, curiosité et d'autres sentiments, Deth pousse la massive porte d'entrée dont la serrure est complètement détruite. Autre détail étonnant : le lierre n'a pas poussé le long de la porte contrairement aux murs. A croire que quelqu'un l'aurait déblayée...

Il arrive dans une grande pièce vide. Le hall d'entrée était en toute somme classique et bien agencé : une pièce rectangulaire dans lequel trônait un imposant escalier central et des portes sur chaque mur, desservant ainsi de nombreuses pièces. Mais à part un sol froid et l'absence total de lumière dû aux fenêtres hautes, obscurcies par la poussière et la crasse, il n'y a rien. D'ailleurs, Deth a un mauvais pressentiment...

« Bon y'a rien ici... Faisons demi-tour, ça ne sert à rien de perdre notre temps. A Terna, on arrivera sûrement à... »

Mais il ne finit pas sa phrase. La porte d'entrée s'est subitement fermée dans un claquement sourd. Pourtant, le vent n'est pas violent aujourd'hui, en tout cas, pas pour fermée une porte de ce gabarit ainsi... L'arvèles se dirige précipitamment vers la porte et essaye de l'ouvrir en tirant sur la poignée, mais rien à faire : il étaient coincés ici...

egotrip




il râle en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Maître des Ombres

Messages : 946
Xp's : 188
DC : Drake Val Ary, Enara VerteFeuille, Ria, Rhaenega Hywel Örjan
Date d'inscription : 08/06/2015
Age : 21
Carnet : Winter is coming ~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
5/9  (5/9)
Disponibilité Rp: Impatiente de RP !
MessageSujet: Re: Quête de Guilde | Rejoindre les ombres Ven 19 Jan 2018 - 18:21



Rejoindre les ombres

Deth & Winter

Sud de Terna
Le manoir ~ le 18 khal 1248
Je ne regrette nullement d’avoir refusé de monter sur cet oiseau de malheur mais je ne peux pas lui retirer une chose : le voyage est bien plus rapide à dos de Xiorn qu’avec une statue de glace, si rapide soit elle. Il m’aura fallu un peu plus d’une journée de voyage, à peine plus que Deth et sa monture, avant d’arrivée dans la ville. Bien plus vivante que l’ancienne capitale de Madelle, je ne peux m’empêcher en arrivant de ne demander qu’une chose : « Vomito ! Il faut que j’aille faire les magasins ! » Malheureusement pour moi, je crois être bien la seule à être rendue enthousiaste par la perspective de lécher les vitrines, bourses dérobées en main, et nous partons bien vite vers le Sud avec pour seul butin la lettre étrange qui nous est parvenue.

Voyageant à pied, nous avons tous les deux rabattus nos larges capuches, cachant nos visages aux marchands et voyageurs que nous croisons en chemin. Ils ne sont pas nombreux, certes, mais il suffirait d’attirer le regard d’un seul sur nos traits pour que cela nous fasse risquer des ennuis par la suite … Pour tenter de ne pas passer pour deux sombres individus pouvant être apparentés à des Récléyès, j’ai choisi une tenue bien plus vive que celle de mon compagnon de route : de velours bleu, finement brodés de motifs blanches aux extrémités, ma cape d’origine royale – merci encore Miradelphia pour ton abandon qui fit ma richesse – ne devrait pas permettre d’attiser les doutes quant au bien fondé de notre action.

Le manoir est comme prévu en périphérie de la ville, même étonnamment proche de la civilisation. Y a t il encore vraiment des lieux considérés comme hantés si proches des cités ? J’abaisse ma cape pour en avoir une vue d’ensemble. Impressionnant tout de même ! Si j’avais su, j’aurais installé notre quartier général ici plutôt que dans le dédale de caves sous le Palais de Justice ! Mais peut être serait il préférable que je ne m’emballe pas trop vite, un endroit comme celui là a parfois de bonnes raisons de ne pas être engageant, comme celui de dissuader les intrus d’y pénétrer, les protégeant ainsi de dangers potentiellement mortels. Notre employeur a t il fait demi tour en voyant l’allure de la bâtisse ? Est ce parce qu’il a eut peur que nous avons été missionnés ici ? Ou y a t il autre chose que nous ne savons pas ?

Alors que nous passons les grandes grilles malmenées par les élements, Vomito lâche soudainement : « Ca m'étonnerai qu'il reste encore quelque chose là-dedans... » Je fronce les sourcils, réfléchissant à sa remarque, mais je ne sais pas quoi en penser. J’aurais au contraire tendance à penser que son allure effrayante a dû parfaitement jouer son rôle. Mais peut être que le jeune homme a raison, si cela ne nous décourage pas nous, pourquoi n’y aurait il pas eut avant notre arrivée d’autres fous pour s’y risquer ? Nous avançons tous les deux avec difficultés dans les jardins à l’abandon, ayant laissé derrière nous tout espoir de parvenir discrètement jusqu’à la porte d’entrée. La froideur sinistre des lieux a douché depuis longtemps mon enthousiasme et mon impatience. S’il n’y avait pas richesse et réputation à la clef, j’aurais fait demi tour il y a bien longtemps …

L’Arvélès pousse la grande porte d’entrée et nous pénétrons à l’intérieur d’un manoir vide de meubles et de trésors. Pas étonnant, Deth doit avoir vu juste, d’autres sont certainement passé par là avant nous. Soudain, sans prévenir, il lance : « Bon y'a rien ici... Faisons demi-tour, ça ne sert à rien de perdre notre temps. A Terna, on arrivera sûrement à... » La fin de sa phrase est couverte par le claquement sourd de la porte qui se ferme derrière nous. Pétrifiée, je ne bouge pas et regarde le jeune homme se jeter contre la poignée pour tenter de l’ouvrir à nouveau. Mais alors que je regarde ses muscles se bander et la sueur commencer à faire luire son froid, la porte n’a pas bougé d’un millimètre. Il a raison, il aurait fallu faire demi tour. Mais il semblerait que nous n’ayons plus d’autres choix que de continuer à présent.

Je prends une grande bouffée d’air et écoute un instant le silence. L’écho des paroles de mon compère et de la fermeture de la porte ont disparu, nous laissant dans un vide sonore oppressant. Je souffle, filet d’air rendu bruyant par l’écho, et fais un signe de main au voleur en direction du couloir à droite de l’escalier. Nous n’avons plus vraiment le choix désormais, il nous faut continuer. Seul problème ? Nous sommes enfermé dans un manoir hanté et immense à la recherche d’un coffret minuscule. Je rabats contre moi ma cape pour me protéger du froid autant que du manoir, bien qu’il ne s’agisse là que d’un réflexe futile. Un peu de velours n’a jamais arrêté une dague sortant du mur ou de l’acide tombant du ciel … Mais ne songeons pas tout de suite au pire, nous aurons tout le loisir de le voir de nos propres yeux pas la suite.

Alors que j’atteins le couloir que le lui ai désigné, je réfléchi pour mettre au point une stratégie : fouiller minutieusement chaque pièce, les unes après les autres, méthodiquement, afin d’être certaine d’en oublier aucune. Je me retourne pour exposer ma théorie à mon binôme. De toute manière, nous n’avons pas vraiment d’autres choix. J’ouvre la première pièce, à droite au fond du couloir mais elle est absolument vide, ne comportant ni meuble, ni décorations, ni même un bas relief sur les murs. Etonnée mais ne voulant pas perdre de temps, je la referme et passe à la suivante mais elle est dans le même état. Doit on vraiment ouvrir toutes les pièces si elles sont toutes aussi vides que ces deux là ? Ma stratégie est elle vraiment la bonne ?

J’ouvre une troisième pièce. Dans celle là trône un grand bureau de bois massif. Rongé par le temps et les bestioles à certains endroits, il n’en reste pas moins impressionnant. Sous la chaise et dans le grand meuble qui se tient à ses côtés, je ne trouve aucune trace du coffre. Un coup d’œil sur les papiers qui traînent sur la table ne m’apprend rien d’autre que la capacité de certaines personnes à travailler devant des feuilles blanches sans rien écrire ou alors peut être celle du temps à effacer les écrits. Pourtant, le proverbe disait que « les mots s’envolent, mais les écrits restent. » M’aurait on donc menti ? Mais peut être que cette question existentielle attendra que nous soyons sorti de ce manoir qui nous retient pour l’instant prisonniers.

Mais alors que je me penche pour pouvoir ouvrir les différents tiroirs du meuble à la recherche d’un indice ou même du coffre lui même, je ne peux m’empêcher de demander à voix basse, à moi même comme à mon compagnon d’infortune : « Si tu avais vécu ici, où aurais tu caché un coffre de très grande valeur ? » Je me redresse un instant et regarde autour de moi. J’ai quelques hypothèses mais sont elles seulement des idées préconçues ? « Dans une trappe sous un tapis ? Dans une chambre ? Dans un coffre fort ou dans une pièce gardée par une armée ? Ou même dans les caves ? » Je regarde Vomito dans les yeux. Je suis rarement d’accord avec lui mais je lui fais confiance. Pire que moi encore, je le sais capable de se sortir vivant de n’importe quelle situation. J’espère simplement qu’il nous sortira d’ici en bon état et en compagnie d’un coffre d’une valeur soit disant inestimable.


fiche codée par shirosaki & anglycanne X 1300 mots



MAITRE DES OMBRES


Elle n'a qu'un désir, la marâtre immortelle | C'est d'enfanter toujours, sans fin, sans trêve, encore | Mère avide, elle a pris l'éternité pour elle | Et vous laisse la mort. | ©️ FRIMELDA


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voleur

Messages : 988
Xp's : 1022
DC : Manaka - Le Cerf
Date d'inscription : 08/06/2015
Age : 21
Présentation : Juste Me
Carnet : Relationship

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
3/9  (3/9)
Disponibilité Rp: Réduite
MessageSujet: Re: Quête de Guilde | Rejoindre les ombres Jeu 1 Mar 2018 - 20:15



REJOINDRE LES OMBRES
18 Kahl 1248 avec winter c. eliwën

Comprenant rapidement que la porte ne s'ouvrira pas, Deth arrêta de s'épuiser pour rien et se tourna vers son acolyte. Il ne sait pas trop ce qu'il cherche en la regardant, mais peut-être qu'elle aura un éclair de génie en trouvant une sortie. Celle-ci lui indique le couloir à droite de l'escalier massif avant de s'y engouffrer. Elle a raison, s'ils restent enfermés dans ce manoir, autant ne pas rester plantés dans ce hall où ils voient très bien qu'il n'y a plus d'issue. C'est sans hésiter qu'il suit l'Héléo.

Alors que la voleuse s'attelle à ouvrir chacune des portes qui se présente, l'arvèles pense plutôt à chercher un passage vers l'extérieur, sentir un courant d'air... pour partir rapidement d'ici. Rester dans un manoir sombre et poussiéreux, vide avec le seul bruit des pas des deux intrus qui résonne sur les murs de pierre, ce n'est clairement pas un rêve pour le voleur. Bien au contraire. De plus, la porte qui s'est refermée toute seule derrière eux définitivement alors qu'ils ont pu rentrer si facilement, ça cache quelque chose de louche. Deth ne se sent pas à l'aise.

Une pièce semble plus garnie que les autres et Winter pénètre à l'intérieur. Un imposant bureau se tenait dans la pièce. Malgré les années qui l'ont bien affaibli, on peut toujours voir que ce meuble n'a pas pu être acquit par quelqu'un de la plèbe. Le jeune homme examine les murs d'un rapide coup d'oeil, mais soupire en voyant qu'aucune ouverture ne se présentait. Les fenêtres ont été condamnées par des pierres et seules des sortes de meurtrières laisser passer de la lumière. Mais pas de quoi laisser passer un corps humain au dehors, à moins de se fatiguer à enlever les pierres du mur... Ce que le voleur ne souhaite pas tenter.

Visiblement, Fish n'a pas les même préoccupations que lui. Elle fouille le meuble et la question qu'elle lui pose - ou bien qu'elle se pose, il n'en sait trop rien - confirme qu'elle cherche le coffre. Elle le regarde en énumérant les différentes possibilités qui lui viennent en tête. L'Héléo semble chercher son aide. Deth hésita sur sa marche à suivre : travailler ensemble pour trouver le coffre, la raison pour laquelle ils sont venus, ou bien continuer à trouver une issue, la solution la plus sage et celle qui leur garantie de rester en vie ?

Le jeune homme soupire.

« Je pense que je l'aurais mis à l'endroit où on s'y attend le moins. »

Encore une fois, le voleur capitule. Ne sachant pas si son acolyte comprend son point de vue, il argumente.

« Je veux dire, vu que le manoir est apparemment vidé de tout ce qui a une valeur, mais que le type sait qu'il y a un coffre restant, normalement, s'il n'a pas été pillé avant, je pense qu'on devrait le trouver là-haut. »

Il ne sait pas s'il a bien expliqué, mais comme dire... il le sent. L'instinct lui fait dire ça.

« Par contre, je dis ça en partant du principe qu'on ne nous a pas menti... »

Car l'hypothèse qu'ils sont dans un piège n'est pas à écarter... Malgré ce doute, il s'engage dans le couloir et se redirige vers le hall afin de prendre les escaliers.
egotrip




il râle en #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quête de Guilde | Rejoindre les ombres

Revenir en haut Aller en bas

Quête de Guilde | Rejoindre les ombres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Objets de la guilde des ombres
» Créer/rejoindre/faire évoluer une guilde
» Les Ombres
» [Banniere]Createur de bannieres/rang de guilde.
» [Kermesse] La guilde du dé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Néant :: Souvenirs Perdus :: Rp's abandonnés-