AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Event °4 | Le tremblement de la guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Divinité

Messages : 3578
Xp's : 2646
DC : Marissa E. Iselk, Auxane Taël et Adélaïde Firloe
Date d'inscription : 15/05/2010
Age : 23

MessageSujet: Event °4 | Le tremblement de la guerre Ven 8 Sep 2017 - 13:19

Le tremblement de la guerre


Mise en Contexte

17 Virgonès 1249, les Terres Interdites

Suite à l'attaque subit il y a quelques jours, l'armée du Général avance modérément et reste constamment sur ses gardes. Ils ont compris désormais qu'il ne fallait pas se fier aux apparences. Cet endroit semble avoir été livré à la mort elle-même, le convoi s'attend à ce que derrière chaque colline ou buisson un danger bien réel se cache.

Le Général est resté plutôt silencieux et a demandé très clairement à l'arrière du convoi de garder pour eux les détails de l'attaque. Rien ne sert de penser à cela. Ils étaient venus dans cet endroit pour être cette fois-ci en position de force et surprendre leur adversaire, cet incident ne feraient que saper le moral des troupes et peut-être même celui du général lui-même.

À ses côtés, se tiennent ses plus fidèles soldats Arvèles. Certains à cheval tout comme lui et d'autres à pieds entourés d'une armure imposante. Ce petit bataillon à l'avant force le pas depuis le départ de Ferèsis et a aidé le Général à recruter une partie du reste de l'armée constituée de mercenaires et surtout d'hommes et de femmes prêts eux aussi à aller combattre cette menace pour l'humanité.

Afin d'éviter de se faire surprendre à nouveau, de nombreux éclaireurs sont désormais déployés tout autour du convoi. Depuis, plus aucun chien n'a été aperçu et certains racontent qu'il y aurait eu quelques Récleyès d'éliminés.

Malgré toutes ces précautions, rien ne pouvait empêcher ce qui arriva. Le bruit se déclencha non loin du Général. Puis, une autre explosion retentit, encore plus près. Ils ont été fous de continuer à suivre la route principale. En ne rencontrant aucun village sur cet itinéraire, ils auraient dû comprendre que ce n'était qu'un piège. Certes très vieux, mais toujours autant respecté par les Récleyès.

Lorsque Zaraze, le père des Récleyès, s'installa dans cette région, il fit construire deux routes au plus près des tours gardant la frontière. Il savait que si un jour les premières confréries avaient l'audace de les pourchasser dans ce lieu, ce ne pourrait être qu'à l'initiative des Arvèles et de leur honneur. En leur donnant aussi facilement une route toute tracée, ils auraient pour espoir de pouvoir avancer, étape par étape et repousser leur frontière.

Mais le mage noir leur réserva à la place un piège mortel à la fin de ce chemin amenant devant la montagne où se cache la tour des ombres. C'est ainsi que les mines que les Récleyès ont pris le temps de réinstaller dès qu'ils ont été prévenu de l'entrée sur leurs terres du Général sont en train de se mettre à exploser sous les pieds et les montures de l'armée du Général.  




Déroulement de la Mission

Introduisez votre personnage dans cette situation. Si vous n'avez pas de Rp préalable expliquant comment vous en êtes arrivés à suivre l'une ou l'autre armée, ajoutez quelques mots à ce sujet.

Postez chacun au minimum deux messages pour traverser ce champs de mine. Une fois de l'autre côté, le MJ ré-interviendra pour lancer l'armée des Récleyès. Pour les Récleyès, postez au moins un message et attendez le signal si vous voulez garder l'effet de surprise. Vous êtes censés rester dans des tranchées recouvertes.





Dernière édition par Mère Nature le Sam 14 Oct 2017 - 21:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madelle.1fr1.net
avatar


Divinité

Messages : 3578
Xp's : 2646
DC : Marissa E. Iselk, Auxane Taël et Adélaïde Firloe
Date d'inscription : 15/05/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: Event °4 | Le tremblement de la guerre Sam 14 Oct 2017 - 16:52


La première explosion stoppa nette le Général. Tirant sur les rennes de son cheval, Hektor et ses hommes s'arrêtèrent alors que le reste du convoi continuait d'avancer. Une autre explosion retentit et ils virent les gerbes de feu s'élever vers le ciel. L'Arvèles n'eut pas le temps de faire sonner le signal de ralliement qu'une troisième mine fut activée par les sabots de sa monture qui piétinait frénétiquement le sol et qu'il tentait de maintenir d'une main ferme. L'animal gémit et se cabra avant de s'écrouler de tout son poids sur le Général qui se retrouva bloqué.

Ceux qui l'entourèrent l'aidèrent à se défaire de cette situation embarrassante qui le mit dans une colère noire. Complètement submergé par ses émotions, sa rage grandissait à mesure que ses yeux cherchaient frénétiquement des Récleyès vers lesquels se diriger. Il n'y avait personne, ces terres désolées et qu'ils avaient toujours considérés comme interdites étaient aussi vide qu'à leur arrivée. Hektor tenait fermement son arc long et était prêt à tirer sur la première chose qui bougerait en face de lui. Ses hommes pendant ce temps firent arrêter le convoi.

Parmi eux, il y avait un père de famille sans histoire qui faisait partie de la garde de Ferèsis et qui avait demandé avec insistance d'être présent lors de cette campagne contre les Récleyès. Hektor avait alors accepté sa requête et l'avait gardé à ses côtés plutôt que de le mettre à la surveillance des provisions. Il regrettait presque son choix maintenant... Hektor mit un bref moment à retrouver son assurance et il lui ordonna :
- On va faire trembler le sol. Je veux que tous ceux qui peuvent se servir de leur Vérité ou d'une arme sur la terre se mettent à l'avant et qu'ils tentent de créer un passage. Par groupe, je ne veux qu'une seule monture soit mise en danger pour tester le passage ! Nous en aurons besoin si nous avons la chance de pouvoir rentrer chez nous...
Ces quelques mots de fin se perdirent un peu et créèrent un moment de flottement, le regard d'Hektor se perdit, les yeux fixant un point imaginaire sur le sol. Il y voyait sa fille, ses fils... Ce ne fut qu'un égarement anodin. Son regard retrouva sa frénésie, analysant les personnes qui l'entouraient pour savoir laquelle était la plus à même de déclencher ces maudites mines sans mettre trop sa vie en danger. Rien ne servaient de tous se jeter comme des bêtes sauvages alors qu'aucun ennemi n'était apparent.

Pourtant, Hektor comme tous ceux autour de lui savaient qu'ils étaient là, cachés quelque part comme les rats qu'ils étaient. Il remit son arc en place et tenta de rester calme, vu la tournure des événements, agir sans réfléchir ne serait pas le mieux à faire. Clairement, ils avaient prévu ça depuis le début et ils attendaient le meilleur moment pour attaquer et cela ne saurait tarder. Restant impatient, Hektor se retient de crier :
- Bon alors, quelqu'un a un moyen de nous faire avancer ou j'y vais avec ma hache et mon bouclier ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madelle.1fr1.net
avatar


Messages : 96
Xp's : 830
Date d'inscription : 21/09/2014

MessageSujet: Re: Event °4 | Le tremblement de la guerre Lun 6 Nov 2017 - 22:34

Silver Erston

Le moral n’était pas au beau fixe, dans les rangs de l’armée du général Hektor Arnstven. La tension pesait sur les nerfs des soldats, tous au quai vifs, qui n’étaient pas tous des plus expérimentés. Une marche longue de plusieurs jours dans des terres aussi reculées, inhospitalières pour l’homme lambda et surtout hostiles, couplé aux évènements de ces derniers jours, commençait à peser lourdement sur l’esprit des moins préparés. La peur constante d’une embuscade de l’ennemi maudit forçait les soldats à être constamment sur leurs gardes. Cela avait un terrible inconvénient : tenir ses sens alertés de façon aussi constante mène inlassablement à l’épuisement de ses ressources mentales. A l’avant du front, le général maîtrisait la circulation de l’information pour éviter qu’aucune information puisse affecter d’avantage le moral de ses hommes. Mais, même le plus habile des hommes est bien incapable d’empêcher toute information de franchir les mailles de son filet pour se transformer en rumeurs, qui finiront bel et bien à circuler parmi les hommes. On racontait, avec plus ou moins de retenu, et de manière plus ou moins exagérés, les évènements qui se seraient supposément passé lors de l’attaque subite par l’arrière du convoi. On parle ici d’une vingtaine de ces bêtes féroces venues tout droit des enfers, vaillamment battues. D’autres, beaucoup plus prudent, parle uniquement de deux ou trois chiens errants, pas plus. Certains chuchotent sur des rumeurs de Récleyés éliminés, ici et là,  mais il se pourrait tout aussi bien qu’il ne s’agit qu’une rumeur inventé pour maintenir le moral des troupes.


    Silver Erston, qui fut parmi ceux de l’avant, ignorait ce qui s’était vraiment passé à l’arrière du convoi mais ne prêtait guère d’attention aux rumeurs qui circulaient. Il ne jugeait cela que peu digne d’intérêt pour y focaliser son attention, préférant restait prudent et concentré sur la menace silencieuse qui plane au-dessus de leurs têtes. Il ne comptait nullement perdre la vie des mains d’un Récleyés caché dans un buisson ou ailleurs. Il n’avait pas fait tout ce chemin pour ça, enrôlant des hommes au cours de sa traversé en leur promettant gloire, richesse ou honneur, selon leurs affinités, pour constituer un bataillon suivant la marche du général. Quel déception cela pourrait être si cela s’avérait être sa seule contribution dans cette campagne. Non, il était confiant sur la suite des évènements. Ces dernières attaques semblaient confirmer une chose : l’ennemi redoutait une confrontation directe pour s’y essayer à de si vils manœuvres. Du moins, ce fut ce qui traversa son esprit dans une tentative de rationalisation, à cet instant, lors d’un moment d’égarement. Lui aussi ressentait la tension affecter son esprit et pour ne pas céder, il cherchait à se persuader d’une victoire proche. Cependant, un bruit assourdissant le fit sortir de ses pensées, le regard se portant alors directement droit vers l’horizon, à la recherche de là où la détonation se fit entendre. Il n’eut point le temps de comprendre ce qui se passait qu’une seconde détonation retentit, plus proche d’eux, rapidement suivi par une troisième, qui provoqua alors les gémissements de la monture du général, touchée par une mine.


    Tout le front fut pris par la surprise, sans que la succession soudaine de ces explosions et le fonctionnement de leurs cerveaux puissent leur permettre de réagir. Tous parurent pris au dépourvu pendant une courte seconde, reculant instinctivement. Par pur instinct de survie, Erston avait déjà la main posé sur la manche de son arme, prêt à la tirer de son fourreau au moindre mouvement suspect. Ses yeux fixaient l’horizon, le temps de recouvrir toute la mesure de ses moyens. La surprise passée, il se rendit compte que son général se retrouvait au sol, écrasé par sa monture alors que déjà, certains se précipitaient à son aide, ayant récupérés leurs esprits plus rapidement que les autres. Voir ainsi le général à terre ne put qu’augmenter le rythme des pulsations de son cœur, déjà élevés par l’état de stress crée dans la confusion, mais Erston fut propulser par le mouvement général qui se créait autour de lui et se précipita également en avant, pour aider son général,  sans réfléchir alors que sa main relâcha son étreinte sur son arme. Il aida à soulever la monture, permettant alors à d’autres de tirer le général de sous le corps sa monture.
    L’accident eu pour mérite d’occuper l’esprit de l’Arvèles, qui su ainsi retrouver son calme. Il put alors constater qu’autour de lui, le doute commençait à s’emparer des esprits les plus faibles. Chez certain, il cru même pouvoir lire la crainte et la frayeur directement sur leurs visages. Il fallait désamorcer ce moment de flottement, en donnant aux soldats quelque chose sur quoi focaliser leur attention. D’autant plus que le général, sous l’emprise de la colère, n’était pas encore remis de ses émotions. Il su qu’il devait alors user de ses talents particuliers pour rapidement distraire au moins ses hommes avec une tâche à accomplir, en espérant que cela se propagerait à tout le convoi, si d’autres n’eurent pas la même idée que lui. Il se rapprocha alors d’un de ses hommes dont la peur pouvait se lire sur son visage, posant sa main sur son épaule avant d’interpeller les hommes autour de lui :

« De quoi avez-vous peur ?  Ce n’est pas le moment d’abaisser votre garde. Ce ne sont que des petites mines Gardez un œil autour de vous ! Ce sont de ces rapaces de Récleyés dont vous devez vous méfier ! Ils sont sûrement entrain d’attendre un instant d’inattention pour en profiter, comme les rats qu’ils sont.» lança-t-il en faisant preuve de sa prestance habituelle. Il ajouta à cela un sourire fier et arrogant, de sorte à dédramatiser la situation et rassurer ses hommes, tout en tapotant amicalement sur l’épaule de son camarade. « Soyez prêt à les accueillir.  Si un de ces chiens a l’audace de montrer le bout de son nez ; faites lui amèrement regretter son choix d’une bonne flèche entre les deux yeux. »

Puis, comme pour accompagner ses mots, il sortit son arbalète qu’il privilégia à son épée dans cette situation ; persuadé que des récleyés devaient être non loin, dissimulés dans l’ombre et qu’il serait judicieux de se tenir prêt dans l’éventualité d’une attaque à distance. Le général s’était remis de ses émotions et avait lancé ses instructions à sa manière, faisant frémir les hommes qui l’entendirent et remobilisant rapidement les troupes. Une chose été sûre : les hommes du général craignait bien plus le général que des misérables bombes. Le convoi ne pouvait rester immobilisé plus longtemps et Silver profita des mots du général afin de rebondir dessus et faire bouger ses hommes.

« Alors, qu’est-ce que vous attendez ? Vous avez entendu le général ? » lança-t-il, tout en scrutant du regard les hommes qu’il avait recruté et qu’il connaissait plus ou moins. Il  se mit à designer du doigt certains des hommes qu’il connaissait, de manière à les isoler de la masse. Il montrait du doigt que ceux dont il savait être capable de se servir d’un pouvoir ou d’un quelconque moyen sur la terre afin de répondre aux ordres du général : « On est venu ici pour se frotter à ces sales rats ; on ne va pas se laisser intimider par ces pièges à la con, non ? Débarrassons-nous vite de ces pièges qu’on puisse continuer à avancer. »


    Enfin, il usa de son sort « sœurs acerbes » tout en s’avançant. Deux épaulettes prirent alors forme sur son équipement, munies chacune de trois pics. Il sentait qu’un futur affrontement été tout proche et cela pourrait éventuellement lui sauver la vie, en cas de dernier recours…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Neustro

Messages : 68
Xp's : 123
Date d'inscription : 21/06/2016
Carnet : Qui suis-je ?

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Event °4 | Le tremblement de la guerre Mer 22 Nov 2017 - 18:43

Auxane
498 mots
#009966
« Event °4 | Le tremblement de la guerre »
Terres Interdites - 17 Virgonès 1249
Ton premier voyage dans ces terres ne t’avait pas suffit ? Frôler la mort, tuer et tuer encore, cela ne t’avait pas suffit ? Pourquoi es tu revenu dans ces terres de malheur ? Elles portent bien leur nom pourtant … « Les Terres Interdites », on aurait pu penser que le message serait clair. Mais non, tu y es allé une fois, bravant le danger, risquant ta vie pour détruire celles des membres de la cinquième confrérie. Mais cela n’a pas suffit, ils sont encore debout, prêts à tuer. Mais tu t’es promis de défendre et sauver ses vies jusqu’à ce que mort s’en suive. Et tu t’y tiendras. De toute façon, ta vie n’a pas de sens sans cet engagement, tu tiens là ta seule et unique chance de rédemption.

Lorsque tu as entendu parler des recrutements pour le combat, tu n’as pas hésité un instant avant de te présenter. Tu es grand, fort, musclé. Tu n’as pas eut à démontrer de talent au combat, tu étais engagé. Mais tu ne sais pas qu’ils engagent tous les volontaires pour cette bataille finale, s’ils ne sont pas assez forts pour tuer, ils seront néanmoins utiles pour servir de bouclier humain aux lignes suivantes abritant les véritables guerriers. Mais ce n’est pas en temps que Soldat que tu t’es engagé. Non, tu seras un Neustro, et ce jusqu’à la fin.

Tu as mis du temps à préparer tes affaires. Des herbes, des potions mais aussi de l’entraînement, encore et encore, jusqu’à ce que tu saches soigner les plaies. Tu y as passé des heures et des heures encore mais qu’importe ?  Le temps n’est pas de l’argent cette fois ci, le temps c’est des vies.

***

Tu avances doucement vers l’arrière du convoi. Il y a moins de monde vers l’arrière depuis les attaques, les soldats ont migré vers le centre, laissant à l'arrière les mercenaires envoyés par le Général ainsi que les solitaires, comme toi.

Cela aura eut au moins un avantage : tu n'étais pas aux premières loges lorsque ça a commencé à exploser. Vous ever d'abord vu une explosion soulevant un nuage de poussière, puis deux, puis des dizaines. Le bruit qui s'en résulte est ténu, comme si ces horreurs étaient lointaines mais tu sais qu'elles ne sont qu'à quelques dizaines de mètres de toi ?

Tu n'entends pas les hurlements mais tu sais qu'ils existent, tout prêt des mines. Tu n'attends pas les ordres, tu avances d'un pas décidé vers les explosions qui semblent ne pas en finir, chaque mine en déclenchant une autre dans une immense réaction de chaîne meurtrière. Tu plisses les yeux pour tenter de voir à travers la poussière mais tu ne vois rien de là où tu es. S'il reste des vies à sauver, tu devras les sauver. Sinon, il te faudra dans tous les cas passer ce champ de mort pour tuer les auteurs de ce massacre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Event °4 | Le tremblement de la guerre

Revenir en haut Aller en bas

Event °4 | Le tremblement de la guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Event (Commando) : Dans la Gueule de la Guerre
» Event Ragniel : Le début de la guerre [Pv tous](partie1.2)
» Event 2 ♦ Les flammes de la guerre
» [Event X - Artorias] Le Nerf de la Guerre
» [EVENT] La guerre d'Arnor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Le Monde des Humains :: Les terres interdites-