AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Quête] Les portes du Maldelly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Divinité

Messages : 3514
Xp's : 2550
DC : Marissa E. Iselk, Auxane Taël et Adélaïde Firloe
Date d'inscription : 15/05/2010
Age : 23

MessageSujet: [Quête] Les portes du Maldelly Lun 24 Juil 2017 - 13:51

Les portes du Maldelly


Mise en Contexte
Inconscient, pauvre fou ! Tous sur Madelle savent que la porte du royaume des morts se trouvent à la plage des Astres lorsque la nuit vient à tomber. Que faisiez-vous dans cette barque ? Pourquoi avez-vous navigué sur le reflet de la lune ? Vous n'avez pas le temps de vous rendre compte de quoi que ce soit, à peine vous trouvez vous sur le reflet que votre barque chavire.

Vous ressentez alors la sensation d'être attiré dans l'eau, humain, héléo ou liare, vous n'avez pas la sensation de vous noyer, mais de flotter. Vous parvenez alors à remonter à la surface, mais la plage a disparu, ce n'est qu'une immense étendue d'eau. En vous retournant, vous voyez alors une toute petite île où se dresse un immense arbre. Au creux de son tronc, se trouve une porte ouverte.

Indications
Introduisez votre personnage dans cette mise en contexte. Le MJ ré interviendra dès que vous aurez poussé la porte pour décrire le Maldelly et l'épreuve qui vous y attend.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madelle.1fr1.net En ligne
avatar


Le Chasseur

Messages : 270
Xp's : 788
Date d'inscription : 12/03/2015

Feuille de personnage
Vie:
80/100  (80/100)
Prestige :
5/9  (5/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [Quête] Les portes du Maldelly Sam 29 Juil 2017 - 20:54

Les flots venaient lécher les planches de bois qui constituaient l'embarcation de fortune dans lequel était allongé le chasseur de trésor. Elend fixait passivement le ciel étoilé, se laissant ballotter par les courants marins. Etait-ce vraiment une bonne idée de monter dans cette barque direction l'horizon ? Il n'était jamais monté dans un bateau auparavant et il ne savait même pas comment bien manœuvrer  celui-ci ! Quand il avait voulu rediriger son embarcation celle-ci avait commencé à tourner de manière aléatoire sur cette bien vaste étendue d'eau qu'était l'océan. Dans un soupir, il contracta les muscles de son abdomen afin de se relever, la barque tangua légèrement. Une fois de nouveau stabilisé et sa tête dépassant du bastingage, il put enfin contempler le paysage qui l'entourait. La nuit n'aidait pas à se repérer mais il arrivait à distinguer des lumières qui vacillaient au loin dans une masse informe de ténèbres, n'étant pas navigateur il se risqua à conclure que la côte était de ce côté. Quant au reste, il n'avait aucune idée à quel moment la mer rejoignait le ciel, les étoiles se reflétaient sur l'eau qui agissait comme un immense miroir.  Et devant lui se dressait deux astres blonds, la lune et son reflet. Alors que la coque de son navire de fortune vint fendre en deux l'image de la lune, quelque chose sembla percuter la coque. La barque chavira. Alors que le Namès s'enfonçait dans l'eau, il se remémora la suite d'évènement qu'il l'avait mené jusqu'ici.



***



Elend se concentra sur les dessins qui se trouvaient sur le vieux papier qu'il tenait entre les mains. Il regarda le rocher qui se trouvait juste à sa gauche avant de revenir sur le plan. Il était donc bien à la roche en forme de balançoire comme il y était indiqué. Il n'avait donc plus qu'à faire trente pas vers le Nord. Rangeant la carte dans une de ses poches, il prit la pelle qu'il avait posée contre la paroi rocheuse et commença à avancer lentement dans la direction indiquée. Ses pieds s'enfoncèrent dans le sable à chacun de ses pas alors qu'il comptait à haute voix le nombre qu'il en faisait. Une fois arrivé au nombre inscrit sur le parchemin, il planta sa pelle dans la plage et commença à creuser.

Une heure passa et les travaux du chasseur de trésor avait plutôt bien avancé, un monticule de sable se trouvait désormais derrière alors que lui-même était dans un trou d'une soixantaine de centimètres. Il commençait à être fatigué par l'effort que lui demandait la fouille et maudissait les grains de sables qui glissaient sans cesse dans le fossé qu'il creusait. Il jeta un œil au ciel et vit que le soleil entamait sa descente et il n'avait toujours pas mangé… S'asseyant sur le rebord de son creux fait dans la plage, il sortit un morceau de viande séché qu'il mâchonna en vérifiant sur sa carte s'il ne s'était pas fourvoyé sur une des indications que celle-ci contenait.


" Ah non pas encore! C'est la dixième fois ce mois-ci!"


Le Namès se retourna, un bout de viande pendant entre ses lèvres, pour voir d'où provenait la véhémence qu'il venait d'entendre. Un vieil homme à la barbe sale et grisonnant habillé d'habits troués et encore plus sales que lui, dans sa main celui-ci semblait porter une sorte d'arme. Elend se releva d'un bond près à s'enfuir si l'inconnu semblait encore plus agressif qu'il ne le paraissait déjà. Celui-ci commença à courir dans direction en brandissant la chose qu'il avait dans les mains. Le chasseur de trésor songea à prendre ses jambes à son cou avant de s'apercevoir que l'objet que le vieil homme tenait n'était rien d'autre qu'une canne à pêche. Il leva à mi-hauteur les mains en signe de calme et de non-violence et attendit que l'homme le rejoigne.


" Arrêtez d'abimer cette belle plage, sale sacripant!"


L'homme était assez près pour qu'Elend puisse distinguer les rides qui creusaient son visage et ses quelques dents manquantes. Il levait bien haut sa canne en pêche afin de montrer sa colère envers le jeune homme. Le chasseur de trésor ne savait pas exactement pour qui le vieux pêcheur le prenait mais il se devait de se défendre! Montrant du doigt la carte qu'il avait dans l'autre main, il parla calmement à son agresseur.


"Monsieur calmez-vous, je n'abîme pas votre plage par pur malice. Voyez-vous je suis à la recherche d'un trésor caché par un célèbre pirate dont vous avez surement entendus parler, le capitaine…"

"Jacques Séparou, je sais! Le terrible forban qui aurait dérobé une quantité  incalculable de gemmes de premières qualités lors de la chute de Zaraze! Un trésor que personne n'a découvert mais par chance quelqu'un a trouvé par hasard une carte y menant dans les affaires de ses feus grands-parents! N'étant pas de nature aventureux celui-ci a bien voulu la céder pour une coquette somme qui de toute façon n'était rien par rapport au trésor auquel elle mène! Et tout cela car vous paraissez à ses yeux être une personne assez courageuse et intrépide pour y arriver, n'est-ce pas?"


Elend ne put s'empêcher de lever un sourcil devant l'exactitude des propos du vieil homme. Soit il était devin, soit il lisait dans son esprit, l'un comme l'autre était possible avec la Vérité. S'apercevant qu'il était resté bouche bée depuis qu'on lui avait coupé la parole, il secoua la tête et repris la conversation.


"Euh… Oui, c'est exactement ce qu'il s'est passé, comment avez-vous su?"

"Car vous êtes la vingtième personne à venir ici pour détruire ce bel environnement! Vous n'utilisez donc jamais votre tête? Toute cette histoire dont cette carte est fausse! Il n'y a jamais eu de Jacques Séparou, il n'y a jamais de vol de gemmes et il n'y a jamais eu de trésor! Vous vous êtes fait avoir comme une bleusaille!"


La révélation fut si choquante que le Namès lâcha la carte qu'il avait si chèrement payée et laissa tomber le bout de viande qu'il mastiquait. Il avait dépensé ses dernières économies pour se la procurer et l'homme lui avait même fait une ristourne… En plus ce n'était même pas pour la fortune que représentait le trésor qu'il avait voulu le trouver, pour un chasseur de trésor, c'était le minimum d'avoir déterré des butins cachés par des voleurs ou des bandits! En même temps, il était vrai que tout cela était trop beau pour être vrai… Il se laissa tomber sur le sable et fixa le bleu du ciel d'un air las, il n'était pas triste ou énervé, il se sentait juste vide, il était vraiment un mauvais chasseur de trésor… Dans un souffle qui s'adressait plus à lui-même qu'au pêcheur, il prononça :


"Mince j'aurais tellement voulu découvrir un truc génial pour une fois…"

"Comment ça?  Ce n'était pas pour la richesse que vous cherchiez le trésor?"

"Pas vraiment, à vrai dire j'aurais surement donné la majeure partie aux locaux… Vous savez je ne suis pas attiré par l'appât du gain comme beaucoup, j'ai juste envie de découvrir les secrets que renferme notre monde, de pouvoir poser mes yeux sur les choses que tous croyaient n'être qu'une fable…"


Les yeux du pêcheur s'adoucirent devant les propos du jeune homme aux habits écarlates. Sans un mot, il posa sa canne à pêche et vint le rejoindre s'asseyant à ses côtes le regard perdu dans l'océan qui s'étendait à perdue de vue.


"Je te comprends mon jeune ami, moi-même je suis à la recherche de ce que tous pensent n'être qu'une chimère : la carpe arc-en-ciel. Cela fait des années que je parcours la côte de la plage des astres en espérant capturer ce fameux poisson…" Il fit une pause comme s'il hésitait à lui parler de ce qu'il avait en tête. "As-tu déjà entendu parler du Maldelly?"


Elend se redressa, des grains de sables vinrent s'insinuer dans ses vêtements, et dévisagea le vieil homme. Celui-ci venait de lui avouer son rêve qui était au final très proche du sien, en faisant ça un lien semblait s'être tissé entre eux. De plus la question du pêcheur l'intrigua, en tant que Namès, il avait déjà entendu plusieurs fois parler de ce lieu.


"Bien sûr, c'est le monde des défunts  dont la porte est gardé par Séliope, on me l'avait enseigné à Karnès."

"Ah un Namès! Et bien j'imagine que les rumeurs ne doivent pas être enseignées dans la capitale mais il existe une légende ici à la plage des astres : lorsque le soleil se couche laissant place aux étoiles, une porte pour le Maldelly s'ouvre sur la mer."


Le chasseur de trésor se leva d'un bond lorsque le pêcheur fini son histoire. Il était surexcité devant la nouvelle qu'on venait de lui annoncer, le monde des morts! C'était dix mille fois mieux qu'un simple trésor de pirate! Il devait y aller! Sans contenir sa joie et son engouement, il regarda le vieil homme droit dans les yeux avec un immense sourire.


"Il faut que j'aille voir ça! Monsieur le pêcheur, vous avez un bateau à me prêter  pour ce soir ?"


Sur le visage de l'homme s'afficha un sourire amusé.


"Peut-être pas un bateau, mais j'ai quelque chose qui fera amplement l'affaire!"



***


Alors que l'eau vint l'avaler, Elend maudit le vieux pêcheur pour lui avoir refilé une barque toute moisie. Qui fera amplement l'affaire, mon œil! Maintenant il allait être trempé à bord d'une embarcation qu'il ne savait pas diriger à la recherche d'une porte qu'il ne savait pas où chercher! Avant de s'enfoncer trop profondément dans l'océan, il voulut remonter à la surface. Il fit un mouvement de brasse mais il n'avança pas. Il recommença. Rien. Prit de panique, il se débattit afin d'atteindre l'air libre mais il ne bougeait pas d'un pouce. Allait-il se noyer? Il ferma les yeux se laissant emporter dans l'abîme.

Quand il les rouvrit, seul les ténèbres l'entouraient, il crut un moment avoir rêvé de son naufrage seulement cela n'expliquait pas pourquoi il se trouvait flottant dans le néant. Il n'avait pas l'impression d'être dans l'eau, ni dans être sortit d'ailleurs… Etait-cela la mort? D'un coup, il se retrouva aspiré vers ce qu'il pouvait désigner comme le haut. Sa tête fusa hors de l'eau et par réflexe, il prit une immense aspiration avant de toussoter plusieurs fois tout en luttant pour rester à la surface. Une fois la panique passée, il regarda autour de lui afin de repérer où se trouvait la barque. L'océan. Il n'y a plus que cela, de l'eau à perte de vue. Plus de plage, plus de continent, plus d'embarcation seulement lui et l'océan.  Il déglutit en comprenant qu'il n'avait plus aucune chance de rejoindre Madelle. Cherchant désespérément une solution, il chercha à nouveau du regard le moindre signe de terre. Par miracle, il la vit, un banc de terre surmonter d'un arbre géant. Pourtant il était sûr de n'avoir rien vu de tel il y a quelques secondes… Enfin ce n'était pas le moment de douter, il entreprit donc de nager jusqu'à l'île qui se dressait maintenant devant lui.

Il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour atteindre la terre ferme, il avait pensé que les courants marins auraient rendu son périple plus difficile mais il n'en fut rien. Maintenant qu'il y pensait, il ne semblait ni avoir de courant, ni avoir de vague sur cette portion de mer. L'île semblait juste posé sur un miroir scintillant. Sa déception fut grande lorsqu'il s'aperçut que ce qu'il croyait être son salut n'était qu'un minuscule monticule de terre au milieu de l'océan. Il pouvait en faire le tour en moins de cinq minutes et il ne voyait aucune ombre à l'horizon pouvant indiquer la présence du continent. Constatant qu'il n'y avait surement rien à faire pour rentrer chez lui, il reporta son attention sur le seul habitant de l'île. L'arbre était immense, une formation bizarre se trouvait à la base de son tronc, Elend crut halluciner en voyant de quoi il s'agissait. Une porte. Il avait maintenant une vague idée d'où il se trouvait… Celle-ci était entre-ouverte. Il s'en approcha et par réflexe, il toqua trois fois contre la paroi en bois. Aucune réponse. Le chasseur de trésor retint son souffle et y pénétra.


2040
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Divinité

Messages : 3514
Xp's : 2550
DC : Marissa E. Iselk, Auxane Taël et Adélaïde Firloe
Date d'inscription : 15/05/2010
Age : 23

MessageSujet: Re: [Quête] Les portes du Maldelly Sam 9 Sep 2017 - 21:23

Vous vous retrouvez face à une étendue infinie recouverte par une herbe fine et verdoyante. Sur l'horizon se tient un arbre qui semble être aussi grand qu'une montagne. Ses branches recouvrent le ciel à perte de vue. Tel le toit du monde, ces entremêlements végétales créent une ambiance dans ce monde qui est tantôt ébloui par un rayon de lumière qui arrive à percer, tantôt plongé dans l'obscurité.

Mais ce n'est pas là de plus extraordinaires ou remarquables, pendues sur toutes ses branches se trouve un nombre infini de cages en fer forgé qui abritent des oiseaux de toutes les couleurs. Ceux au pelage noir semblent les plus agités, à contrario, ceux qui possèdent des plumes d'un bleu très clair chantent doucement. À travers tout ce monde, on entend ces oiseaux qui tous ensemble forment étrangement une mélodie mélancolique.

Ne vous laissez pas envoûté par les lieux et tentez de fuir au plus vite, car si Uraang vous trouve, il en sera fini de vous.

Il n'aura que faire de savoir pourquoi vous êtes dans ces lieux avec une enveloppe charnelle, son rôle n'est pas de juger, il transformera simplement votre âme en un oiseau et vous mettra dans l'une de ses précieuses cages. Le gardien se trouve non loin, il s'occupe tranquillement de ses oiseaux. Ceux-ci ne cessent de s'affoler à son approche. Elle est caractérisée par le cliquetis de toutes les clés qu'il porte sur un filet de cuir, entravant tout son torse.

Pour sortir de cet endroit, il va vous falloir vous trouver un allié. Faites bien attention, car si vous laissez sortir un oiseau qui possède une âme noire, il aura sûrement bien plus envie de vous mettre à sa place plutôt que de vous aider.

Chaque couleur a une signification en terme d'années qu'il reste à l'âme pour être purifiée. Que cela soit par le fait du destin ou parce que vous avez intentionnellement ouvert l'une de ses cages, vous allez vous retrouver en compagnie d'au moins l'une de ces étranges créatures. Celles-ci une fois sorties peuvent retrouver le don de parole et ne sont plus contraintes à choisir entre le chant ou les hurlements.

Directives:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madelle.1fr1.net En ligne
avatar


Le Chasseur

Messages : 270
Xp's : 788
Date d'inscription : 12/03/2015

Feuille de personnage
Vie:
80/100  (80/100)
Prestige :
5/9  (5/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [Quête] Les portes du Maldelly Hier à 20:18

"C’est plus grand à l’intérieur qu’à l’extérieur…"


Les mots s’échappèrent doucement des lèvres d’Elend qui était encore subjugué par le paysage se dressant devant ses yeux. Il n’y avait plus une seule trace d’eau, juste une prairie verdoyante s’étendant au loin jusqu’à perte de vue. Et si ce n’était que cela, le ciel bleu et nuageux si caractéristique de son monde ne semblait plus exister dans cet endroit ; surplombant la plaine se trouvait une sorte de plafond, entremêlement de branches et de feuillage, dont seul quelques colonnes de lumière venaient pourfendre son épaisseur. De ce toit verdoyant pendaient une infinité de chaine en fer retenant au-dessus du vide des cages contenants des oiseaux aux couleurs de l’arc en ciel. Les bêtes piaillaient à tue-tête coincé dans leurs prisons d’acier sans pour autant créer un capharnaüm, bien au contraire leurs cris formaient une mélodie venant pénétrer au plus profond l’âme du Namès.


"Le Maldelly est donc une volière ? "


Sur le moment Elend ne sut même pas s’il avait seulement pensé cette phrase ou s’il l’avait énoncé à haute voix. Et cela n’avait aucune importance car une chose dans ce paysage venait d’attirer son attention, une chose bien trop grande et importante pour le pauvre être qu’il était. Une masse d’ombre des plus imposantes à la forme humanoïde se trouvaient non loin de lui. Elle semblait ne pas l’avoir remarquée trop occupée à prendre soin des oiseaux. Cependant, Elend n’arrivait pas à détacher ses yeux de la silhouette, il ne l’avait vue qu’en statue, comme une grande partie des madelliens d’ailleurs, mais l’aura qui se dégageait de la créature ne faisait aucun doute sur son identité : c’était Uraang le dieu de la mort. Le Namès était partagé entre effroi et excitation. Il avait la chance de croiser un dieu en chair et en os, exploit dont peu de personnes pouvaient se vanter cependant ce n’était pas le bon moment ni le bon endroit pour venir embêter celui qui avait parmi ses nombreux titres celui de geôlier des morts. Le jeune homme se voyait mal arriver vers le dieu afin de tailler le bout de gras avec et lui demander des informations sur l’endroit où il se trouvait et comment il pouvait en sortir ! Car certes, il avait accompli l’exploit de pénétrer dans le royaume des morts mais à aucun moment on lui avait donner un moyen de s’en échapper ! Une perle de sueur roula le long de sa tempe, c’était peut-être pour cela qu’il y avait si peu de témoignage sur ce lieu dont l’accès semblait à portée de tout le monde… Il hésita un court moment entre pester de rage ou se mettre en boule pour se lamenter sur son sort. Après mure réflexion, il décida qu’aucun de ses deux choix n’était envisageable, pas à portée d’une divinité dont un des passes temps était d’emprisonner des âmes en tout cas… Cette réflexion résonna dans l’esprit du Namès, cela voulait-il dire que tous ces oiseaux étaient en réalités des âmes ? Et si c’était bien le cas, l’âme des oiseaux auraient-elles formes humaines ? Enfin les oiseaux avaient-ils une âme, voir même des dieux ? Existait-il un Uraang des volatiles ? Elend secoua la tête, ce n’était en tout cas pas le moment de se plonger dans la métaphysique aviaire. L’important dans cette situation était de mettre le plus de distance entre lui et la Mort. Par réflexe, il retint sa respiration afin d’utiliser sa Vérité au maximum, même s’il restait dubitatif quant à l’influence de son pouvoir sur un être divin et il prit ses jambes à son cou.

Il n’avait aucune idée du temps qu’il avait passé à essayer d’être le plus éloigné possible d’Uraang, dans ce paysage figé, le temps ne semblait pas s’écouler. Pourtant il était sûr de deux choses, la première était qu’il avait couru en direction du tronc de l’arbre géant qui constituait le ciel de cet endroit et la deuxième était qu’il n’avait pas l’impression de s’en être approché d’une once. Celui-ci semblait toujours s’élever spontanément de la ligne d’horizon signifiant qu’il était probablement à la fois très loin et très grand. La seule bonne nouvelle c’est que l’ombre menaçant du dieu de la mort, elle, avait disparue de son champ de vision. Un sentiment de soulagement engloba tout son être avant de disparaitre subitement ne laissant place qu’à une vague d’inquiétude et de désespoir. Certes, il avait évité héroïquement un potentiel danger mais il n’avait toujours aucune idée de comment quitter le maldelly. Et cette fois, il n’y avait personne à qui demander son chemin… Ce dont il avait besoin maintenant c’était d’un miracle. Il ferma les yeux et récita une rapide prière à l’attention de tous les dieux à part Uraang, il n’avait aucune envie de lui apprendre qu’il s’était malencontreusement égaré sur son territoire. Il ouvrit un œil espérant que de pitié une des autres divinités du panthéon lui soit venu en aide. Rien. Pas de porte pouvant le ramener au monde, pas signe dans le ciel indiquant la sortie, même pas une trame sonore qui s’amplifierait quand il se dirigerait dans la bonne direction.  Le jeune se contenta de hausser les épaules, de toute façon cela aurait été trop beau que quelque chose se passe pour l’aider à se sortir de ce mauvais pas…


Un lourd fracas retentit derrière le Namès.


Lorsqu’il se retourna Elend tomba nez à nez avec une cage dont la chaine semblait avoir lâché. Dans celle-ci ce trouvait un volatile à la couleur vert clair. Sa première pensée fut qu’à quelques mètres près, il aurait été transformé en crêpe, la seconde fut de regarder vers le ciel et d’articuler un « merci » peu assuré. L’oiseau semblait à peine paniqué par sa chute inattendue et fixait le Namès de ses yeux sombres. Le chasseur de trésor s’avança assez pour remarquer que la serrure avait été cassée par le choc, la pauvre bête probablement trop habituée à sa captivité ne s’en était même pas rendu compte.


"Et bah mon vieux, je ne sais pas si c’est un signe du ciel mais un peu d’aide ne me ferait pas de mal… "


Et il ouvrit la porte.


1030
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Quête] Les portes du Maldelly

Revenir en haut Aller en bas

[Quête] Les portes du Maldelly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les Portes de la Moria
» Gardiens des Portes
» Journée Portes-Ouvertes [Suite]
» La seule chose que j'aime chez toi, c'est la haine que tu me portes Ҩ Sarily
» Les portes d'Azkaban.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Le Monde des Humains :: La plage des astres-