AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Ce que renferme l'obscurité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Mage

Messages : 33
Xp's : 78
DC : Ivinea Loryed
Date d'inscription : 24/02/2017
Age : 20
Présentation : Ici !
Carnet : Là !

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Ce que renferme l'obscurité Lun 6 Mar 2017 - 19:26

ft. Eien Vertefeuille 697 mots

Ce que renferme l'obscurité

Le 15 Asmobor 1234, milieu d'après-midi,
Non loin de Saona



Eien se morfondait sur un banc, non loin de l’Université. Les cours de la journée avaient (probablement) été sans intérêt. Je dis probablement, parce que vu le peu qu’elle en avait capté, il est difficile de juger leur contenu exact. Elle avait cependant maîtrisé la technique de la grenouille en origami. Une compétence ma foi bien inutile, sauf si l’on se destinait aux nouvelles formes de décoration intérieure. Son entraînement lui avait valu des regards noirs d’Enara, qui appréciait peu qu’elle utilise du papier pour autre chose qu’écrire une leçon indispensable.

Elle soupira, laissant les doux rayons du soleil lui réchauffer le visage. L’ambiance était reposante. Mais elle n’avait ni besoin ni envie de repos. De quoi avait-elle envie ? Une question qui pourrait sans doute lancer un débat philosophique si elle était posée aux mauvaises personnes. Le genre qu’elle fuyait tant leur discours avait un effet soporifique sur ses pensées. Plus sérieusement, elle avait envie de voir du pays, d’oublier qu’elle était coincée ici pour encore quelques années, le temps sans doute d’obtenir un quelconque diplôme qui satisferait ses parents et qui ne lui ferait ni chaud ni froid. Elle se sentait blasée. A quatorze ans c’est triste quand même. Ça devait être la crise d’ado comme ils disent.

Décidant que rester assise sur un banc à ressasser de sombres pensées ne risquait pas de changer quoi que ce soit, elle se leva pour se diriger d’un pas distrait vers la forêt. Celle-ci, comme se plaisait à lui raconter (rabattre les oreilles serait sans doute plus juste) sa sœur, recelait de nombreux trésors (« et c’est pour ça qu’elle doit être protégée des méchants qui voudraient lui faire du mal, et blah blah blah… »). Détrompez-vous, elle aime bien sa sœur. Elle n’apprécie juste pas son côté monomaniaque, nuance.

En s’enfonçant entre les arbres et leurs ombres bleutées, elle essaya de penser à autre chose, de profiter de l’instant présent. Un vague sourire souleva le coin de ses lèvres. Elle pouvait râler tant qu’elle voulait, elle se sentait bien ici. Ces lieux étaient majestueux et fourmillant de vie. Elle laissa son instinct la guider toujours plus loin de la cité. Elle allait rarement dans cette partie de la forêt. Après presque une heure de marche, elle réalisa qu’elle ne reconnaissait rien autour d’elle. Rien de bien inquiétant, son sens de l’orientation devrait la guider à bon port quand elle voudrait rentrer. Enfin, plus ou moins rapidement, mais elle y arriverait.

Bon, tant qu’à être là, autant explorer un peu les environs non ? Son âme d’enfant refit surface alors qu’elle imaginait la forêt peuplée de fées et lutins, d’arbres savants et d’animaux parlants. Elle voyait de sages dragons parler de secrets oubliés et d’énigmes à résoudre. Puis tout à coup elle se retrouva face à une ouverture dans la roche. Une grotte ? Un ruisseau semblait en sortir et couler en contrebas. La jeune Ancienne (ce qui est paradoxal comme appellation à bien y réfléchir…) interrompit quelques instants ses divagations pour se demander si c’était bien prudent de s’aventurer là-dedans. Pas sans une torche en tout cas, vu comme la luminosité tombait vite après les premiers mètres. Torche qu’elle n’avait pas.

Elle ressortit de la grotte et chercha de qui se fabriquer une torche de fortune. Elle trouva assez facilement des branches d’une taille respectable, ainsi que de la résine de pin qui servirait d’allume-feu et de combustible. Pour le tissu… Elle jeta un œil circonspect à sa tenue. Après un instant d’hésitation, elle déchira un des voiles qui composait sa jupe et en enroula l’extrémité du bâton. Après avoir été enduit de résine et enflammé grâce à sa pierre à feu, elle retourna à l’ouverture béante dans la roche. Elle resta quelques instants à l’entrée, sentant un souffle froid et humide sur la peau. Le peuple souterrain se cachait sans doute par ici, créant de magnifiques cités souterraines regorgeant d’or et de joyaux. Mais le maléfique sorcier des ténèbres Zaraze souhaitait les réduire en esclavage. Il était temps qu’elle se porte à leur secours !

Et ainsi, elle s’enfonça dans l’obscurité avec pour seules compagnes son imagination et la lueur tremblotante d’une torche de fortune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Mage

Messages : 33
Xp's : 78
DC : Ivinea Loryed
Date d'inscription : 24/02/2017
Age : 20
Présentation : Ici !
Carnet : Là !

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Ce que renferme l'obscurité Sam 11 Mar 2017 - 19:06

ft. Eien Vertefeuille 676 mots

Ce que renferme l'obscurité
Si elle devait décrire ce qu’elle ressentait à ce moment-là, elle ne parlerait certainement pas d’émerveillement. Oh, elle était bien excitée à l’idée d’explorer un lieu nouveau, mais ça s’arrêtait là. Parce qu’il faisait froid, humide et que ça sentait le renfermé. Mais c’était quand même rafraichissant (au sens propre  comme au sens figuré…) de visiter une grotte. Bien plus intéressant que ces fichus cours d’Ethique en tout cas.

L’adolescente avançait à pas prudent. Le sol était glissant et elle n’avait pas envie de finir à l’eau. Le courant n’était pas très fort ni très profond mais elle n’était pas adepte des baignades surprise. Elle tenait également sa torche avec moult précaution, tant pour éviter de se brûler que pour ne pas la lâcher bêtement. Ca serait tellement dommage qu’elle se retrouve dans le noir sous plusieurs dizaines de mètres de terre et de roches…
A cette pensée, Eien sentit une sueur froide lui couler le long du dos. Bah, c’était sans doute parce qu’il faisait frisquet. Elle n’allait pas avoir peur alors qu’elle était juste seule dans une grotte n’est-ce-pas ?

Cela dit, le peu qu’elle pouvait voir à la lueur de sa torche était déjà magnifique. L’eau semblait avoir façonné la roche avec Douceur et Patience, ses deux meilleures amies. C’était impressionnant, ce qu’un ruisseau si paisible avait bien pu faire avec le temps. Méfie-toi de l’eau qui dort, comme ils disent. Est-ce que cela signifiait que l’eau calme pouvait se déchaîner, ou alors que l’eau calme pouvait être aussi puissante que la tempête, pour peu qu’on la laisse agir à sa guise ? Une question probablement très intéressante. A laquelle elle n’avait pas envie de chercher une réponse. Il valait mieux laisser certaines choses comme on les voyait plutôt que d’essayer de tout décortiquer, au risque de perdre la beauté première.

Elle se vit alors dans la demeure d’un esprit de la forêt endormi. Ce n’était pas l’eau qui avait sculpté ces loups, ces bâtiments d’un autre temps, mais les mains pleines d’adresse de cet être qui s’ennuyait. Il devait attendre quelque chose… ou quelqu’un ? Peut-être sa chambre renfermait-elle des trésors ? Ou alors simplement un herbier de Madelle se dit-elle avec un petit sourire. Après tout, qu’est-ce qui pourrait intéresser un esprit de la forêt, à part la botanique ?

Evitant une fine stalactite qui avait eu la mauvaise idée de se placer à hauteur de se tête, Eien constata que le couloir dans lequel elle était s’arrêtait ici. Ou plutôt, il continuait sous une arche, mais elle allait devoir se mouiller les pieds. Elle hésita. Devait-elle s’arrêter là ? Continuer ?
Ce serait dommage de déclarer forfait juste à cause d’un peu d’eau non ? Elle se baissa alors, posa précautionneusement sa torche contre le mur et défit ses sandales. Elle noua ensuite les lacets de manière à pouvoir faire reposer les chaussures sur ses épaules. Elle releva sa jupe du mieux qu’elle put, récupéra sa torche et risqua un orteil dans l’onde.

C’était glacial.

Rassemblant une volonté qu’elle ne pensait pas posséder, elle descendit dans le cours d’eau, qui lui arrivait au mollet. Elle se mordit la lèvre et se laissa le temps de s’habituer à la morsure du froid. C’était extrêmement désagréable… Un soupir plus tard et elle avançait vers son objectif : l’arche.

Elle se baissa pour passer en dessous et déboucha dans ce qui semblait être une salle immense. A vrai dire elle était incapable de juger de ses dimensions : elle ne voyait ni le plafond, ni le mur opposé. La torche n’était pas assez lumineuse pour ça. Le seul indice qu’elle avait était le bruit d’une chute d’eau qui résonnait dans l’immensité vide.

Elle songea à lancer un « Hého ! » mais s’abstint. Ca semblait déplacé. Au lieu de ça, elle remonta sur ce qui semblait être un banc de sable. Elle avait tellement froid. Elle commençait à se demander ce qu’elle était venue fiche ici. Sa torche plantée à côté d’elle, elle se perdit une fois de plus dans ses pensées.


Dernière édition par Eien VerteFeuille le Sam 11 Mar 2017 - 20:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Mage

Messages : 33
Xp's : 78
DC : Ivinea Loryed
Date d'inscription : 24/02/2017
Age : 20
Présentation : Ici !
Carnet : Là !

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Ce que renferme l'obscurité Sam 11 Mar 2017 - 20:39

ft. Eien Vertefeuille 891 mots

Ce que renferme l'obscurité

« C’est dans l’obscurité que se révèle la lumière cachée en chacun d’entre nous » lui avait un jour dit sa mère. Eien se souvenait bien de cette phrase. Surtout parce qu’elle faisait suite à une de ses histoires préférées. Il devait sans doute s’agir de la prophétie de l’enfant de Sydilia. Sa mère avait le don du conte, et la manie des jolies phrases incompréhensibles. Elle avait donc gardé ses paroles en mémoire, mais se demandait toujours ce qu’elle avait bien pu vouloir dire par là. Et cette question lui revenait, dans des moments comme celui-ci, où elle était seule, entourée par les ombres.
Elle ne comprenait toujours pas.
Et elle avait vraiment froid.

Il était temps de repartir, l’humidité s’infiltrait dans ses vêtements légers et la glaçait jusqu’aux os. Il valait mieux qu’elle bouge ou elle allait attraper la mort. Elle voulait faire le tour de la salle, voir s’il y avait quoi que ce soit d’intéressant. Comme elle s’en était douté, celle-ci était immense. Et il y avait bien un genre de cascade de laquelle coulait le ruisseau. C’était joli. Le son cristallin l’aurait sans doute bercée s’il n’avait pas été gâché par le bruit que faisaient ses dents alors qu’elle grelotait.

Alors qu’elle se retournait pour se diriger vers l’arche, elle trébucha. Sa torche lui échappa des mains et roula au sol jusqu’à tomber dans l’eau. La lumière jusqu’alors vacillante s’était éteinte, définitivement.

- NON !

Les ombres s’étaient refermées sur elle. Elle avait froid. Elle était seule. Et par-dessus tout, elle était terrorisée. Elle fit alors ce que toute personne normale aurait fait dans sa situation.
Elle paniqua.

Cherchant à tâtons un repère connu, elle glissa et se retrouva elle aussi dans l’eau. Evidemment. Alors que le froid mordait sa chair, elle se retint de pleurer. Mais une grosse boule s’était formée dans sa gorge et elle se sentait mal. Ça lui coûtait de l’admettre, mais elle avait peur du noir. Alors qu’elle avait quatorze ans. Tremblante, elle remonta sur la rive et commença à avancer à quatre pattes, se cognant contre toutes les fichues aspérités de cette fichue salle.

- Mais c’est pas bientôt fini, oui ? C’est pas drôle !

Elle frissonna presque au son de sa propre voix. Au lieu de la rassurer, celle-ci l’énervait encore plus. Elle sentait toute la tension qu’elle contenait et ne pouvait que se trouver ridicule. Elle s’attendait à quoi en se lançant dans une telle expédition ? Elle savait parfaitement qu’elle ne trouverait aucun peuple caché sous la forêt des Mirlis ! Ça se saurait non ?

La peur et la rage prenant le dessus, de chaudes larmes coulèrent le long de ses joues, ce qui n’eut pour conséquence que de l’énerver encore plus. Un léger hoquet semblait vouloir s’installer dans sa poitrine. Elle n’allait pas aller loin comme ça. Réfléchis un peu Eien ! Mais Eien n’était pas disponible pour le moment, tant un fort sentiment d’impuissance avait pris le dessus. Elle avait envie de crier, mais aucun son ne voulait sortir de sa gorge. De désespoir, elle frappa le sol de ses mains.
Il y eu un flash aveuglant.

Lorsqu’Eien recouvra la vue, elle constata avec surprise qu’elle voyait autre chose qu’un noir terrifiant autour d’elle. Une chaude lumière dorée semblait émaner de ses mains. Elle ne comprenait pas. Son esprit brumeux ne put lui offrir qu’une seule réponse. Un seul mot, chargé de sens. Vérité.

Elle refusait de croire ses yeux. C’était tout bonnement impossible. Aucun de ses amis n’avait encore montré le moindre signe d’une Vérité. Et c’était normal, presque personne ne l’éveillait avant ses quinze ans ! Oui, presque. Elle était donc l’exception qui confirmait la règle, pour autant que cette expression puisse être stupide.

Après une éternité de stupeur, elle se réveilla et réalisa que le cours d’eau se trouvait toujours à côté d’elle, menant droit à l’arche. Ah, oui bien sûr. Le ruisseau coulait vers la sortie. Si elle avait pris deux secondes pour réfléchir, elle s’en serait rendue compte. Mais suffisamment d’autonégation pour aujourd’hui, il était temps de rentrer.

Fébrile, elle suivit la berge jusqu’à devoir à nouveau marcher dans le courant au niveau de l’arche. Une fois de plus, le noir se fit. Sursautant, Eien se frappa cruellement la tête au plafond. Aouch… Mais pourquoi la lumière était repartie !

Rassemblant sa résolution, elle déboucha dans le couloir et grimpa une fois de plus au sec. Et éternua. Ca y est, elle était malade. Elle l’avait cherché aussi. Comme pour la narguer, ses mains produisirent à nouveau de la lumière. Elle leur lança un regard mauvais, sans se rendre compte de l’absurdité de la situation.

Dégoulinante, grelotante, clignotante, Eien parvint à retrouver le chemin de la sortie. Elle s’effondra alors dans l’humus, qui lui paraissait presque chaud. A l’horizon, le ciel s’embrasa de milles nuances dorées alors que le soleil se couchait. La forêt prenait des couleurs sublimes, féériques.
Peu sensible à cette poésie, Eien avait envie de s'endormir sur place. Elle savait qu’il fallait qu’elle rentre. Mais elle n’en avait pas la force. Toutes ces émotions et l’usage nouveau de sa Vérité l’avaient vidée.

« C’est dans l’obscurité que se révèle la lumière cachée en chacun d’entre nous » lui avait un jour dit sa mère. Si seulement elle savait à quel point elle pouvait avoir raison…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ce que renferme l'obscurité

Revenir en haut Aller en bas

Ce que renferme l'obscurité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un ado dans l'obscurité lumineuse de la nuit [libre]
» Des ténèbres à l'obscurité [PV Darth Mandross]
» Obscur le démon de l'obscurité
» Deux loups dissimulés dans l'obscurité. [Abandon]
» Dans l'obscurité naît la lumière [PV Samson]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Les RPs Exceptionnels :: Les Rp's Individuels-