AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

La Loi de la nature [PV Uriel Khaal ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Mercenaire

Messages : 29
Xp's : 176
Date d'inscription : 24/12/2016
Age : 27
Présentation : Mon Histoire, mon vécu
Carnet : Mon Carnet de Bord

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: La Loi de la nature [PV Uriel Khaal ] Dim 15 Jan 2017 - 17:32

Gorg le 13 Talien 1247

Le printemps était là depuis maintenant quelques mois, au grand plaisir de la jeune blonde qui n'aimait pas du tout les grands froids, entendre les oiseaux et les animaux étaient quelque chose curieusement qui l'a rendait euphorique... L'hiver avait été rude, et notamment dans les terres des Récleyès, étant reculés des autres, ils vivaient dans le sud de Madelle et par moment les tempêtes de neiges couvraient non sans trop de mal ces vastes étendues d'un épais manteau blanc...

Talien était enfin là, et Daenara était assez contente, de pouvoir reprendre ses expéditions, étant mercenaire, la jeune femme vivait de ce qu'elle volait, par moment même revendait les objets de valeurs, où gardait l'or pour pouvoir se remplir la panse, chose qui était assez difficile... Orpheline très tôt, elle dut apprendre la dure loi de la nature, chasser ou se faire chasser... Certes les débuts étaient assez désastreux, mais maintenant elle se défendait bien, elle avait même réussi à tuer un homme l'été dernier, en récupérant sa dague, qu'elle prit naturellement... La jeune femme avait envie de se rendre sur les terres de ses voisins les Anciens, eux certes ignoraient sans aucun doute leur existence, de quoi passer inaperçue... Pour l'avoir déjà fait deux ans auparavant Dae savait pertinemment que la marche de la tour sombre au lac de Loïda lui prenait un peu plus d'un mois, en plus des malandrins qui allaient sûrement tenter de l'attaquer...

Après quelques heures de préparation mentale, elle mit sa lourde armure, plaça sa lance Alni sur son dos , mit sa dague dans sa poche et observa une dernière fois La tour sombre... Daenara savait que la route n'allait pas être sûre, à chaque sortie, des rôdeurs attendaient leurs victimes prêts à les dépouiller, exactement comme elle... Cependant là, elle n'allait pas du tout dans le but pour tuer mais pour revoir ce lac si beau, observer la nature luxuriante qui semblait être protégée par les Anciens... La marche fatiguait beaucoup la jeune femme, et au bout d'une bonne quinzaine de jours, Dae arriva à la frontière entre les terres inexplorées et le territoire des Anciens, nulle besoin de dire qu'elle avait un peu perdu du poids, déjà qu'elle n'était pas très enrobée, mais ses maigres repas de rats, lézards et autres animaux, voir même plantes ne lui apportaient pas l'apport énergétique équivalant à ses heures de marches...

Durant l'autre quinzaine de jours, ce fut en territoire bordé de faune et flore inoffensives, qu'elle rencontra la plupart des fruits juteux qu'elle mangeait jusqu'à se faire une indigestion... Rapidement elle se trouva un coin non loin d'une clairière, et décida de s'y reposer pendant quelques heures, récupérer le sommeil qui lui manquait durant son périple... Nul besoin de rajouter que ses nuits passées sur les terres inexplorées n'étaient pas du tout comparables avec ses nuits près du lac Loida, chez elle on pouvait à n'importe quel moment de la nuit entendre des créatures hurler de quoi vous faire frémir, et vous faire froid dans le dos... Ici non tout était calme, bien trop calme, qu'elle finit par s'endormir paisiblement, utilisant un amas de feuilles comme oreiller de fortune...

Sa sieste fut rapidement interrompue, un bruit étrange la tira des bras de Morphé, ouvrant ses yeux elle dégaina rapidement sa lance, comme une réflexe inné... Daenara avait bien entendu, des rôdeurs n'étaient pas loin d'elle, se traînant sur le ventre pour rejoindre une pierre non loin d'elle, la blonde les observait, ils étaient beaucoup trop nombreux, mais l'un d'eux se retourna, et la vit... Il vint vers elle et c'est tout naturellement que la jeune blonde se mit en position offensive, l'homme ne semblait pas vouloir partir, et sortit une épée... Daenara tournait autour de lui afin de ne pas lui laisser de possibilité... Elle tenta de frapper avec sa lance mais le routier esquiva à plusieurs reprises avant de se prendre un coup, mais tira sur la lance pour blesser la jeune blonde au bras avec lequel elle attaquait...

Daenara sentit une douleur vive lui parcourir le long du bras et remonter jusqu'au cou, cependant elle n'allait pas s'arrêter là et prit Alni par la main opposé et lui asséna un coup fatal, le faisant tomber, il perdit rapidement connaissance, laissant ainsi le temps à la jeune femme de s'enfuir... Remettant rapidement sa lance dans le dos, elle prit le chemin inverse afin de ne pas croiser ses amis, et courut le plus rapidement possible, se tenant le bras blesser en grimaçant parfois de douleurs... Nulle besoin d'ajouter qu'elle se prit bon nombres de branches dans le visage, avant de trébucher sur une pierre et tomba en avant avant de rouler sans pouvoir s'arrêter avant de se cogner violemment contre un arbre et perdre connaissance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Neustro

Messages : 34
Xp's : 250
Date d'inscription : 07/01/2017
Présentation : Péché originel
Carnet : Chemin de repentance

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: La Loi de la nature [PV Uriel Khaal ] Dim 15 Jan 2017 - 20:36

Talien 1247



A dire vrai, Uriel n’aimait pas vraiment se rendre ici… En bon ancien qu’il était, il ne connaissait que trop bien les risques qu’il prenait en s’aventurant près du lac de la nymphe. Il n’était d’ailleurs pas le seul à le savoir, et à vrai dire très peu d’anciens se rendaient ici, ce qui arrangeait bien ses affaires.

La saison de la récolte de sève battait son plein ces jours-ci, et il était difficile de trouver des mirlis qui n’avaient pas été encore vidés de leur essence. Il était important pour l’herboriste de récolter suffisamment de sève. Celle-ci lui servait de base à de nombreuses pommades censées apaiser les douleurs et limiter les risques d’infections. Il fallait récolter plusieurs litres de sève avant de confectionner ne serait-ce qu’un simple pot. Ne sachant où ses pas le mènerait prochainement sur Madelle, il profita ainsi de la saison pour réapprovisionner ses stocks, en espérant que personne ne viendrait le gêner dans sa récolte.

Il s’était ainsi établi à quelques kilomètres du lac. Une cahute en bois, un tapis, une marmite… tout cela lui suffisait amplement pour la tâche qu’il avait à accomplir. Vivi, quant à elle, pouvait enfin sortir hors de sa besace et se balader librement dans les bois, en quête de rats à gober.  

Ses journées passaient et se ressemblaient en ce doux Talien. Généralement, il commençait sa journée en faisant bouillir la sève récoltée la veille. Il raffinait le produit brut avec de l’alcool pur tout en ajoutant différentes essences d’ici et d’ailleurs. C’était son oncle qui lui avait appris, jadis, comment travailler la sève des mirlis en vue d’un usage thérapeutique. Les artisans, qui utilisaient la sève comme colle naturelle, mélangeaient généralement la sève brute à d’autres produits.  L’herboriste neustro laissait la mixture bouillir toute la journée, partant ensuite en quête de nouveaux mirlis à pomper, armé de son seau et d’une pompe. Les Anciens utilisaient généralement comme foret une petite dague pour percer l’écorce de l’arbre. Il ne fallait en aucun cas le faire souffrir, le mirlis ne donnait rien à ceux qui ne le respectaient pas.
13 Talien 1247



En perçant avec une petite dague l’écorce de ce mirlis, il ne put s’empêcher de repenser à son enfance, rythmée par les saisons, les récoltes et les fêtes auxquels le neustro ne participait désormais plus vraiment…  Il vivait hors de ce monde depuis bien trop longtemps maintenant. Mais tel était le prix à payer pour avoir fauté.

En plein travail, il entendit quelque chose débouler à toute vitesse de la petite pente, non loin de laquelle il était. Il arrêta de pomper net. Il ne fallut que quelques secondes avant de voir dégringoler un guerrier en armure. Celui-ci finit sa chute contre un mirlis qui arrêta net sa chute. Il manqua d’ailleurs de peu de renverser le seau plein de sève…

Les ennuis commençaient… Uriel s’approcha de l’homme, doucement…

« Vous allez bien ? Je ne suis qu’un simple herboriste de la région. »

Les voyageurs se faisaient rares ici, et tout cela ne présageait rien de bon. Mieux fallait-il se méfier et annoncer qu’on était du genre pacifiste. En l’absence de toute réponse, le jeune homme à la peau hâlé s’approcha de l’armure inerte, constatant la perte de connaissance du guerrier. Il remarqua également du sang se répandre. Il soupçonnait l’existence d’une belle plaie au bras… encore bien ouverte, toute fraîche.

Son devoir de neustro l’appelait. Mais impossible pour lui de soulever l’armure et de le ramener seul au camp de fortune. Pour autant, la plaie ne pouvait attendre.

Vivi descendit de l’arbre contre lequel le guerrier venait de s’écraser. Elle glissait le long du tronc du mirlis, en sifflotant, tandis que le neustro enleva délicatement le casque du guerrier. Il fut stupéfait de voir une si belle femme se cacher derrière cette armure. Il prit son pouls du bout de ses deux doigts. Elle était peut être encore en danger, peut être la poursuivait-on… et peut être l’avait-elle-même bien mérité. Mais tout cela n’intéressait nullement le neustro.  

Il se tourna vers le seau rempli de sève. Même en n’ayant pas été raffiné, les propriétés originelles de la sève permettraient d’éviter au moins la surinfection et d’apaiser la douleur. Bien sûr, cela ne suffira pas mais à défaut de pouvoir transporter l’armure seul, ça semblait être la meilleure solution.  Il commença par plonger son index et son majeur dans le seau de sève avant de les passer sous le nez de la jeune femme. L’odeur du mirlis avait de quoi réveiller un mort…

« Réveillez-vous, je suis Neustro je vais vous guérir, enlevez votre armure que je puisse voir... »


Le paradis perdu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Mercenaire

Messages : 29
Xp's : 176
Date d'inscription : 24/12/2016
Age : 27
Présentation : Mon Histoire, mon vécu
Carnet : Mon Carnet de Bord

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: La Loi de la nature [PV Uriel Khaal ] Dim 15 Jan 2017 - 21:51

La jeune femme allongée, inconsciente perdait beaucoup de sang au niveau de son bras droit, montrant bien que la plaie était profonde, bientôt la parcelle d'herbe sur laquelle se trouvait Daenara fut en l'espace d'un instant immaculée de son plasma, une voix lointaine semblait s'adresser à elle, mais la jeune blonde ne pouvait pas répondre, trop sonnée par le choc.. Ce n'était pas la première fois que la jeune Récleyès se retrouvait dans cette situation, après tout en tant que mercenaire cela lui était déjà arrivé de se cogner, de se battre de se blesser, mais pas au point de rentrer dans un arbre et en perdre connaissance, comme si la malchance lui avait sourit, elle était maintenant à la merci du premier venu, qu'il soit pacifiste ou non...

Comme détachée mais toujours présente, Daenara sentit quelqu'un lui retirer son casque laissant ainsi sa chevelure et son visage profiter de cet air frais, cependant il lui était encore impossible de se réveiller, Une odeur particulière vint chatouiller les narines de la jeune femme, elle ignorait la mixture, mais Dieu ce que ça pouvait sentir mauvais, elle ouvrit un œil, puis le deuxième, encore sonnée par cette course effrénée, reculant en voulant attraper sa lance, elle se rendit compte que d'une part son bras saignait abondamment et d'autre part l'homme n'était pas armé, et n'avait rien d’intéressant mis à part cette onguent odorant..

Allait-elle se laisser faire ?? Ce n'était pas dans ses habitudes, pourtant il lui demandait gentiment de retirer son armure pour la soigner, elle ne faisait pas confiance aux gens, mais face à la marre de sang gisant à ses pieds, la blonde ne pouvait pas trop se laisser mourir comme ça, c'était assez bête, c'est avec sa main gauche qu'elle détacha les lacets qui tenaient son armure et rapidement le haut tomba au sol laissant apparaître un simple chemisier en lin couleur ivoire.. Son bras droit avait inondée sa manche transformant tout cette partie en vermeil …

-Je ne vous demande qu'une chose , soignez moi et je vous laisserai la vie sauve

Elle se devait montrer persuasive pour obtenir les meilleurs soins, surtout qu'elle ne comptait pas rester qu'au Lac, elle avait un long chemin à faire encore, ce point n'était qu'une petite étape dans sa grande escapade... Reprenant petit à petit ses esprits, elle dévisagea l'homme en face d'elle, il était d'un certain âge, certainement plus âgé qu'elle, beaucoup plus foncé qu'elle de peau et surtout semblait manier l'art de la guérison, ce qui la rassurait un peu... Levant les yeux vers l'arbre, la Récleyès remarqua un saut, sûrement remplie de cette mixture spéciale, peut être qu'elle l'avait interrompu dans une récolte, après tout les guérisseurs avaient sûrement des calendriers de récoltes précis...

Elle n'avait aucun don en guérison, ni même en plantes, après tout la jeune femme ne s’intéressait pas aux plantes de la même façon qu'un guérisseur, Dae aimait certes la nature, mais ne savait pas en extraire les bonnes choses, après tout ce n'était pas sa faute, avoir grandi dans un monde où seuls les Récleyès vivent, rare d'entre eux se lançaient dans la guérison, non beaucoup trop de soif de pouvoir, la plupart étaient des espions, mercenaires... Le chemin qu'avait également suivie la jeune blonde, depuis sa sortie de l'académie de la tour sombre, elle aimait traquer les autres, les tuer pour prendre leur bien... Cependant cette fois ce n'était pas pareil, elle n'avait pas envie...

-Quelle route prendre pour aller ensuite a Terna ?

Daenara essayait surtout de voir quelles étaient les véritables intentions du guérisseur, se faire passer pour une pauvre guerrière perdue, allait sûrement l'aider à voir si vraiment il était si avenant, dans le cas contraire elle attendrait d'être remise sur pieds pour lui faire goûter Alni... Pour le moment avec un bras en moins, elle se devait d'être coopérative..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Neustro

Messages : 34
Xp's : 250
Date d'inscription : 07/01/2017
Présentation : Péché originel
Carnet : Chemin de repentance

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: La Loi de la nature [PV Uriel Khaal ] Dim 15 Jan 2017 - 23:54

Comme prévu, la jeune femme reprit connaissance. La sève de mirlis avait des vertus qu’on ne soupçonnait guère. A peine eût-elle ouvert les yeux qu’elle menaça le neustro. Celui-ci ne fut pas réellement surpris, tout bon guerrier qui se respecte un minimum se devait de rester constamment sur ses gardes. Ca n’était jamais facile pour un combattant de montrer ses faiblesses, et ce encore moins quand il n’avait pas réellement le choix. Malgré son ton menaçant, la femme s’exécuta et retira son armure comme Uriel le lui avait demandé. Elle semblait être finalement plus raisonnable qu’elle n’en avait l’air. C’est à cet instant seulement qu’Uriel se rendit compte de la gravité de la situation.

L’hémorragie était importante, il fallait évidemment l’arrêter avant que la guerrière ne perde à nouveau connaissance. Impassible face aux menaces de la belle blonde, il répondit tout naturellement :

_ Soit mais veuillez vous asseoir. Cessez de bouger que je puisse examiner votre blessure.

Elle le dévisagea un instant, sans qu’Uriel ne s’en rende compte, bien trop occupé à ausculter de près l’entaille. Il entendait Vivi siffloter, se frayant un chemin dans la marre de sang fraîche. Elle garda un œil sur la guerrière, prête à bondir en cas d’incident. En regardant la formation de la plaie béante de plus près, Uriel comprit assez rapidement que la jeune femme venait sans nul doute de se faire agresser. Au vu de la profondeur et de la forme de la plaie, il supposa une attaque à l’épée. Pas de corps étranger, la même porte d’entrée que de sortie, une plaie aux bords bien nets… Nul doute, elle venait de se faire transpercer le bras par une lame. Le sang se répandait en cascade, par rafale, l’artère était donc touchée.  Rien d’étonnant si elle venait de se faire transpercer le bras par une épée. La couleur vermeil du liquide ne fit que confirmer le diagnostic posé. Il pouvait maintenant agir.

Le neustro se leva le temps d’aller chercher son seau de sève et de le ramener à proximité de la guerrière. Il enduit ses mains de l’onguent avant de compresser le bras endolori de la victime, le temps de stopper l’hémorragie. Sans relâcher la pression, de peur que cette perte de sang supplémentaire ne lui soit fatale, il répondit à la question de la jeune femme :

_ Etes vous sérieuse ? Contentez-vous déjà de ne pas mourir. Terna vous attendra.

Au même moment, il remarqua que le sang ne cessait de couler, dégoulinant sur ses mains. La sève de mirlis calmait la douleur et empêchait tout risque d’infection, mais cela ne suffirait pas à la sauver si le sang continuait de couler à flot. La mousse au pied du mirlis était complètement recouverte de sang.

Il fallait réagir, et la jeune guerrière était chanceuse d’avoir atterrie à proximité d’un neustro aguerri. Il écrasa avec ses deux pouces la carotide de la jeune femme contre l’os. C’était une bonne façon d’arrêter temporairement l’hémorragie.

_ Ça va regicler dans 10 minutes… dit-il en se relevant, passant son bras sur le visage pour enlever le sang restant.

_ Je vais vous faire un garrot et vous allez me suivre.

Vivi s’approcha… comprenant naturellement le rôle qu’on lui avait attribué dans cette histoire.

_ Laissez-la, elle va stopper l’hémorragie en s’enroulant autour de votre plaie. Vous ne craignez rien, cette bête n’en ai pas une.

Le garot animal… une spécialité « Uriel Khaal », la jeune femme s’en souviendra.

_ Faute de brancard, vous allez devoir marcher et me suivre. J’ai de quoi vous soigner réellement au camp. Abandonner votre armure, vous reviendrez la prendre plus tard. On a vraiment pas le temps pour ça… de toute façon, elle ne vous a pas servie à grand-chose pour le coup…

Il récupéra le seau rempli de sève et son matériel d’extraction laissé au sol.

_ Votre artère a été sectionnée, je ne suis pas un spécialiste mais je devrais pouvoir arranger ça. Avec un peu de chance, vous n’allez pas mourir aujourd’hui.

Il se retourna vers la femme encore au sol, l'air grave :

_ Vous ne ressentez pas la douleur, vous croyez que tout va bien... c'est normal mais faîte-moi confiance je suis médecin. Je sais ce que je vous dit.

Et pof... direction le camp...



Le paradis perdu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Mercenaire

Messages : 29
Xp's : 176
Date d'inscription : 24/12/2016
Age : 27
Présentation : Mon Histoire, mon vécu
Carnet : Mon Carnet de Bord

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: La Loi de la nature [PV Uriel Khaal ] Lun 16 Jan 2017 - 19:15

Après que l'homme lui ait ordonnée de rester bien assise, elle préféra écouter sans chercher à résister après tout si vraiment il était l'un des malandrins aurait il attendu qu'elle soit réveillée pour la tuer ? Non sûrement pas, enfin Dae n'aurait pas agit comme ça... C'était bien la raison pour laquelle, elle ne s'opposait pas à ses soins... Surtout que si il n'était pas vraiment guérisseur, elle serait vraiment perdue... Son sang ne cessait de couler, de peur de voir la vie la quitter, elle ne dit rien et resta un bon moment silencieuse, prenant juste soin d'écouter les paroles pleines de bon sens...

Rapidement elle se rendit compte qu'un serpent la fixait, que lui voulait-il ? Était-il sauvage ? Ou appartenait-il à cet homme ?? Drôle d'animal de compagnie, après tout chacun était libre d'avoir un compagnon qui lui correspondait, ce n'était pas forcément obligatoire qu'il soit de telle ou telle race... Sifflant à maintes reprises, c'était sûr qu'il n'était pas commode et il ne fallait sûrement pas s'approcher de son maître au risque de se voir tué sur le champs... Puis l'homme prit le bras de la jeune femme, cette dernière observait tous ses faits et gestes, ne faisant pas confiance mais étant obligée de se laisser faire, Dae restait tout de même sur ses gardes...

Grimaçant par moment, la Récleyès voyait son sang ne voulant pas s'arrêter, elle craignait pour sa propre vie, cependant elle n'avait pas eu le choix quelques instants plus tôt, ce malfrat l'avait bien amochée, et la plaie profonde ne semblait pas vouloir cicatriser.. L'homme alla chercher de l'onguent non loin d'eux dans un seau, cette odeur forte écœurait la jeune femme, mais bon elle devait absolument se laisser faire, sans quoi son hémorragie ne cesserait de s'amplifier... Il semblait connaître son métier, c'est pourquoi la jeune blonde se laissa faire, puis il lui dit qu'elle était folle, concernant Terna, oui elle le savait surtout que son sang ne semblait pas vouloir coaguler... Peu à peu, Daenara n'eut pratiquement plus mal du tout, mais le sang qui ne cessait de couler ne la rassurait pas pour autant... Sans comprendre ce qui lui arrivait, elle vit le guérisseur toucher son cou, pour sûrement essayer d'arrêter son sang... Apeurée elle se mit à paniquer, n'écoutant même plus l'homme lui parler..

-JE VAIS MOURIR !!!!!

Beaucoup trop concentrée sur sa panique, et son angoisse, Daenara ne sentit même pas le garrot spécial effectué par le serpent, puis comme reprenant ses esprits, elle entendit le Neustro lui dire de la laisser faire, qu'elle ne craignait rien, c'était un garrot spécial... En effet, en tournant sa tête vers la droite, elle constata un serpent enroulant le dessus de son bras, pour but de stopper son plasma de s'échapper de son corps... Puis elle fut contrainte de laisser son armure, au pied de cet arbre, elle se promit de revenir la chercher une fois rétablie... Avec sa main libre, la jeune blonde retira le bas de son armure, se retrouvant ainsi avec un pantalon assez ample en lin ainsi que son chemisier... Cela lui faisait mal de laisser son armure ici, mais bon elle était beaucoup trop lourde, surtout avec sa blessure...

-Vous êtes sûr que je la retrouverai ?


Elle allait devoir le suivre en marchant, et elle l'observa encore assise récupérer ses affaires, son seau, et autres petites bricoles dont Dae ignorait l'utilisation.. Lui expliquant ce qu'il allait lui faire, la Récelyès savait que seul lui pouvait l'aider, son artère sectionnée pouvait avoir de lourdes répercussions voir même la mort dans les heures qui suivaient si elle ne faisait rien.. Cependant ses mots dépassèrent sa pensée

-J'espère bien que je vais pas mourir...


Puis il se retourna vers elle lui expliquant qu'il allait l'aider, c'est alors qu'elle s'appuya contre l'arbre de sa main gauche et se releva doucement en grimaçant légèrement.. Elle tituba un peu, encore sonnée par cette chute, et se mit à marcher lentement pour le rejoindre, se demandant bien évidemment si le camp était proche... Qu'allait il faire ?? Allait elle pouvoir rentrer chez elle ??? Froide et distante de nature, Daenara ne préféra pas parler pour le moment et continua sa marche en suivant son guide, si il réussirait à la remettre sur pied, peut être qu'elle pourrait deviendrait un peu plus amicale, car sa confiance n'était pas facile à obtenir...

-Votre camp est loin d'ici ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Neustro

Messages : 34
Xp's : 250
Date d'inscription : 07/01/2017
Présentation : Péché originel
Carnet : Chemin de repentance

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: La Loi de la nature [PV Uriel Khaal ] Ven 17 Fév 2017 - 20:12

Naturellement, la jeune fille sembla quelque peu paniquer. Pourtant, elle sut vite se ressaisir et semblait faire confiance au jeune Neustro. Nul doute, il s’agissait bien d’une véritable guerrière et son combat pour la vie avait déjà débuté. Uriel l’aiderait à remporter cette bataille, tel était son devoir.

L’ancien, après avoir ramassé son matériel d’extraction, prit la route en direction de son camp de fortune, les bras chargés. Impassible, il avançait en prenant soin d’attendre la jeune blessée qui le suivait au pas. Vivi continuait de siffloter, enroulée autour du bras de la blonde. Le sang ne s’écoulait plus, le garrot, solide et souple à la fois, avait permit une bonne coagulation du plasma. Uriel se retournait régulièrement pour voir si la jeune femme blanche suivait la cadence. Il remarqua la finesse et la beauté de ses traits ainsi que ce teint si pâle qui se mariait à merveille avec  la couleur dorée de ses longs cheveux. Il aurait volontiers porter cette ravissante femme de ses bras mais ces derniers étaient déjà chargés. Le seau de sève de mirlis pesait d’ailleurs bien plusieurs dizaines de kilos. La récolte avait été bonne, mais d’années en années la qualité semblait se détériorer. Il du faire une petite pause le temps de relâcher la pression exercée sur ses triceps. Il pausa l’énorme seau à terre et se tourna vers la belle blonde. De sa nonchalance naturelle, il répondit :

_ Nous ne sommes plus qu’à quelques mètres du camp.

En y repensant un bref instant, il ignorait tout de cette charmante créature sanguinolente. Peut être aidait-il d’ailleurs un monstre à se relever… Peu lui importait. Après tout lui aussi était un monstre et  il était bien en vie.

Au vu de son teint pâle et de la clarté de ses longs cheveux, il pensait qu’elle venait certainement du désert… ou peut être des montagnes. Le temps de reprendre ses forces, il reprit la parole. Uriel était bien plus agile que fort.

_ Je me fais vieux et ce seau est bien trop lourd. Excusez-moi j’ai besoin d’une petite pause. Je n’ai plus la force de mes vingt ans ! Profitons-en pour admirer ce joli ciel bleu.

Non, non il ne s’agissait pas d’une blague et Uriel restait toujours aussi stoïque malgré l’état dans lequel se trouvait la guerrière, c’est-à-dire on ne peut plus préoccupant. Son air détaché et sa zénitude naturelle l’aideraient d’ailleurs peut être à garder le sang froid nécessaire à sa survie.

Vivi sifflotait un peu fort, toujours enroulé autour du bras.

_ Je ne veux pas vous affoler mais c’est peut être la dernière fois que vous admirez le ciel et nous ne sommes plus à deux minutes près.

Le gardien reptilien continua de siffler avec toujours plus de vigueur.

_ En réalité, tout le monde ne réagit pas de la même façon à la Sellulec.
Enfin bon, j’ai déjà réussi à recoudre une jambe arrachée à un gamin d’Arnlo avec. Un accident dans un chantier, une triste histoire… assez banale vous me direz.


L’ancien ne semblait plus vraiment faire attention à la guerrière, au bord de la mort. Il était tellement habitué à ausculter la souffrance qu’il n’y prêtait plus vraiment attention. Il fallait faire avec.

_  Alors une artère sectionnée… ça devrait être assez facile. La vérité de l’être que contient cette fleur est extraordinaire. Mère Nature fait bien les choses. Essayer juste de ne pas mourir entre temps, ça serait dommageable.

Ca y est, la petite crampe en bas de son dos venait de passer. On pouvait reprendre la marche, le camp et le Sellulec n’étaient plus qu’à quelques pas de ces deux là.

_ Qu’est-ce que vous attendez ? Le camp n’est plus très loin.

Il prit la hanse du seau rempli de sève, contractant une nouvelle fois ses triceps, un peu trop brusquement d’ailleurs… Hors de question d’abandonner sa récolte journalière ici. Soudainement, Vivi se déroula avec une vivacité impressionnante du bras de la guerrière pour aller se réfugier derrière une fougère. L’ancien n’avait certainement pas entendu les alertes que son gardien lui avait pourtant lancées.

_ Quel camp ? Questionna un homme, sortant des buissons qui les entouraient.

Un deuxième puis un troisième homme sortirent de l’obscurité pour rejoindre le premier. Ils ne semblaient pas pacifistes, et le moment était plus que mal choisi. Etaient-ils les hommes qui avaient blessé cette ravissante guerrière ?

Uriel resta stoïque, préférant ne pas répondre. Si ces hommes étaient des brigands, ils seraient certainement intéressés par le matériel, les potions et autres onguents qu’il avait entreposés dans son petit camp de fortune. Il posa le seau et plaça sa main dans son dos, prêt à dégainer son bâton, dans le doute. Le matériel de neustro se revendait à prix d’or sur le marché noir. Il n’était pas question d’abandonner le fruit de plusieurs longues années de travail. Tout cela lui appartenait.

Au vu de ses talents de guerrier, - inexistants ? -, il comptait bien sur la jeune guerrière en pantalon/chemise pour les sortir de ce beau pétrin. Mais était-elle encore capable de se battre ? Il lui lança un bref regard comme pour lui demander de l’aide, en dépit de son état...


Le paradis perdu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La Loi de la nature [PV Uriel Khaal ]

Revenir en haut Aller en bas

La Loi de la nature [PV Uriel Khaal ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La nature en sommeil... [pv Hypnos]
» Soins prodigués par la Nature. [PV : Lïo]
» Les créatures de la nature ont besoin d'air pur
» Le protecteur de la nature~
» La nature fait bien les choses 〘PV Dentô Shinji 〙

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Le Monde des Humains :: La Forêt des Mirlis :: Le lac Loïda-