AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Tisser la Légende

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Chasseur de Trésors

Messages : 268
Xp's : 659
Date d'inscription : 12/03/2015

Feuille de personnage
Vie:
90/100  (90/100)
Prestige :
5/9  (5/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Tisser la Légende Dim 31 Juil 2016 - 20:51

Elend chevauchait Arcobaleno depuis quelques heures, il avait quitté le campement de la Tour Ouest dans la matinée. Il n'arrivait pas encore à réaliser que la bataille était terminée et surtout le rôle déterminant qu'il avait eu dans l'organisation de la défense. Il n'était pas un combattant et encore moins un soldat et pourtant il avait participé aux prémices d'une guerre future qui se dessinait. Le fracas du combat sonnait encore à ses oreilles et lorsqu'il fermait les yeux, il lui arrivait de voir à nouveau la violence du combat avec ses effusions de sang et ses cadavres désarticulés tombant à terre. Il secoua violemment la tête dans l'espoir de faire disparaitre ces horribles images. Il avait déjà entendu parler de ce genre de phénomène qui touchait les personnes ayant vécu des situations extrêmes, parfois ces visions ne disparaissaient jamais ce qu'il espérait ne pas être son cas. Toutefois, il ressentait une certaine fierté par rapport à ses actions lors de l'affrontement, car lors de ce jour de peine où l'homme se traine à la limite du règne, du mal et de la haine, il n'avait pas franchi le pas. Il n'avait tué personne. Pour tout dire il était surtout heureux d'avoir réussi à donner une nouvelle chance à Elsa, la chef des espionnes de l'armée Récleyes, et, au fond de lui, il priait pour qu'elle l'utilise à bon escient.

Il jeta un regard par-dessus son épaule, au loin se dressait la Tour Ouest encore debout et toujours aux mains des quatre confréries. Plusieurs piliers de fumée noire montaient dans le ciel et semblaient relativement proche du bâtiment. Elend ne put s'empêcher de déglutir sachant pertinemment ce qui se trouvait à la base de ces colonnes, des charniers remplis des cadavres de ceux n'ayant pas survécu au combat. Le Namès les avait entrevues en partant, d'énormes fosses où plusieurs soldats jetaient les corps sans se soucier de leurs factions. Sa blessure se raviva à ce moment précis comme pour lui rappeler qu'il aurait très bien pu finir lui aussi dans un de ses buchers funéraires. Il se passa la main sur son épaule et sentit le bandage qui avait été refait le matin même, les Neustros présents à la tour s'étaient occupés de lui et l'avait même obligé de rester quelques jours afin de surveiller que sa plaie ne s'infectait pas. Le chasseur de trésor se força à détourner le regard et vit son haldaloce le fixer d'un air interrogatif, il lui adressa un sourire et pressa ses jambes sur ses flancs afin de le faire avancer à nouveau.

Il dur parcourir encore une dizaine de kilomètres avant d'arriver à un village qui ne semblait pas avoir été évacué ou alors les habitants avaient rapidement réinvestit les lieux après avoir appris la défaite de l'armée des Ténèbres. Les villageois le regardèrent avec respect, certains même baissèrent les yeux à son approche ce qui gênait plus qu'autre chose le Namès. Il comprit rapidement que ce n'était pas tant lui qui impressionnait les paysans mais plus sa monture qui était tout de même plus imposante qu'un simple cheval. Le chasseur de trésor jura intérieurement, il n'avait pas prévu d'attirer l'attention avec Arco, surtout qu'il détestait en être le centre. Le jeune homme sauta à terre et vint caresser tendrement le museau de l'animal dont la tête se cala contre son torse. Il murmura doucement à l'oreille du reptile.


"Désolé Arco, mais je vais devoir te demander de rester en dehors du village…"


Bien sûr, il n'avait pas le pouvoir de se faire comprendre des animaux, toutefois l'haldaloce sembla voir où voulait venir son maitre et dans un petit hochement de tête se dirigea vers la forêt. Elend l'observa un moment disparaitre dans le bosquet, se disant que de toute façon avec son passif, l'animal ne se serait pas senti en sécurité entouré d'autant d'humains. Il se fit aussi la réflexion qu'il serait judicieux dans le futur de laisser Arcobaleno en périphérie avant de pénétrer dans des lieux habités… Puis il s'enfonça un peu plus dans le village.

A peine avait-il quitté sa monture et marcha quelques pas, qu'il aperçut plusieurs silhouettes sortir de l'ombre d'une des maisons. Elles se dirigèrent en courant vers lui, le Namès plissa les yeux afin de mieux distinguer ce qui se précipitait vers sa personne. Il poussa un petit soupir en voyant cinq enfants, dont le plus âgé ne devait pas avoir plus de douze ans,  arriver à son niveau. Il n'avait rien contre les enfants mais selon son expérience ceux-ci pouvaient vite devenir fatiguants… Mais bon, il n'allait pas non plus les chasser alors qu'une bonne partie du village l'épiait, cela aurait été le meilleur moyen pour attirer l'attention et l'antipathie de tout le hameau. Ils tournèrent autour de lui comme pour l'observer de tous les angles sans dire un mot. Alors que le silence allait devenir gênant, une petite fille s'avança un peu plus près que les autres enfants et lui adressa enfin la parole d'un ton enfantin et timide.


" Monsieur, il était à vous le dragon?"


Elend haussa un sourcil ne comprenant pas au début où voulait en venir la gamine avant de comprendre que celle-ci parlait de l'haldaloce. Il ne put s'empêcher de sourire devant les propos de la petite, il était vrai que l'animal avait des airs reptiliens et qu'une personne n'ayant jamais vu de dragon pouvait facilement faire l'erreur. Un frisson parcouru sa colonne vertébrale quand l'image du Neith surgit dans son esprit, la bête avait massacré un bon nombre de guerrier avant de se faire abattre… Il s'efforça à penser à autre chose et se mit accroupi afin d'arriver au niveau de l'enfant, il lui adressa un sourire avant de lui parler d'une voix douce.


"Oui, il est à moi, mais ce n'est pas un dragon… Juste un haldaloce, c'est un animal qui vit dans ma terre d'origine, tu connais le Désert de la Patience?"


La petite fille hocha la tête en gardant la bouche bée presque admirative devant les dires du Namès. Surement que pour des enfants de son âge, n'ayant seulement vécu dans ce petit village, le fait de venir d'aussi loin était un exploit. Le jeune homme se demanda quelles têtes auraient pu tirer les gamins s'il leur annonçait qu'il avait vu un vrai dragon et l'avait même combattu! Cependant, les souvenirs étaient encore trop frais et douloureux pour qu'il puisse s'en vanter. Avec un petit sourire, il se releva et de sa hauteur domina les cinq enfants qui le miraient avec des yeux remplis d'étoiles. Le chasseur de trésor savait qu'ils rêvaient de l'aider pour n'importe quelle tâche, plus jeune il avait été exactement à leur place. Il réajusta son chapeau décidant de faire un peu plaisir à la horde de gamin et leur demanda :


" Vous savez si y a une auberge où un endroit pour que je puisse me reposer et me réapprovisionner?"


La réponse ne se fit pas attendre et les enfants acquiscèrent vivement tous de la tête. Puis ils lui demandèrent de les suivre avant de prendre la route vers le centre du village. Le Namès leurs emboita le pas, content d'avoir illuminé la journée de ces enfants. Et ce n'était pas seulement pour cela qu'il leur avait posé cette question, il était parti du campement en prenant un minimum de vivre et il lui fallait donc faire le plein avant de repartir pour le château de Mirabilia...

Ils arrivèrent rapidement devant une bâtisse un peu plus grande que la normale qu'Elend identifia rapidement comme une taverne ou une auberge, enfin un lieu où l'alcool coulait à flots pour les travailleurs ayant finit leurs journées. Malgré le fait qu'il aurait trouvé le bâtiment avec ou sans l'aide des enfants, il se tourna vers eux et les remercia en leur donnant une pièce d'or. Les gamins éclatèrent de joie, comme si celui-ci venait de leur donner un trésor, puis ils repartirent jouer plus loin. Le chasseur de trésor les regarda un moment avec un sourire amusé puis poussa la porte afin de rentrer dans la taverne.

A peine rentré, il entendit un important de brouhaha mélange de chant paillards et de discussions à haute voix. L'ambiance dans l'auberge était assez surprenante, sachant qu'il n'était pas encore l'heure où les gens s'y réunissaient. En laissant trainer un peu l'oreille, il comprit rapidement que toutes les personnes ici fêtaient la victoire à la Tour Ouest ou en tout cas utilisaient ce motif pour boire comme des trous et s'amuser.  Au centre de la salle, se trouvait un Arvèles au teint halé et aux petits yeux qui contait le récit de la bataille. Les détails que l'homme donnait, étaient d'une grande précision ce qui prouvait qu'il y avait vraiment été, celui-ci mentionna même l'attaque du dragon de pierre. Elend ne chercha pas plus à comprendre et se dirigea vers le comptoir afin de commander à l'aubergiste ce dont il avait besoin pour le reste du voyage. Alors qu'il attendait sans faire de vague dans un coin de la pièce, il croisa malheureusement le regard du guerrier qui à peine l'avait-il vu se redressa sur sa chaise et d'une voix qui submergea tous les bruits de la taverne s'adressa lui.


"Toi! L'homme en rouge! Tu étais aussi à la bataille pour la Tour Ouest, je me souviens de toi!"


L'homme se dirigea vers lui tout sourire, la foule se fendait devant lui afin de faciliter son passage. Elend, quant à lui, écarquilla les yeux parmi les centaines de soldats sur le champ de bataille, il était tombé sur l'un de ceux qui l'avait remarqué au point de le reconnaitre! Et le pire c'est qu'il n'avait aucune idée de qui était le guerrier qui venait vers lui. Il se leva à son tour quand l'homme fut assez proche, il n'avait aucune envie de paraitre pour quelqu'un de malpoli envers un frère d'arme. L'arvèles sans un mot le prit dans ses bras pour une étreinte puissante tout en poussant un rire fort et sincère. Il l'attrapa ensuite par les épaules comme pour le présenter à toutes les personnes dans la taverne et clama d'une voix voulant imposer le respect.


"Ecoutez-moi tous! Vous avez devant vous un des hommes qui nous a apporté la victoire là-bas! Ce n'est pas un simple soldat ayant seulement affronté les troupes ennemies, mais un héros! Un dur à cuir qui a passé plusieurs jours au milieu du camp ennemi bravant mille dangers afin de nous livrer des informations décisives sur la bataille! Et ce n'est pas tout, je l'ai vu mettre à terre en quelques secondes, un des généraux de l'armée des ténèbres alors qu'elle avait massacrées des centaines de nos camarades!"


Les applaudissements et les ovations ne se firent pas attendre et un brouhaha énorme explosa dans l'auberge. Toutes les personnes présentent dans la pièce levèrent leurs verres à sa personne tandis que certaines femmes commençaient déjà à lui faire de l'œil. Le Namès voulait à tout prix nuancer les propos du guerrier qui certes ne mentait pas vraiment mais avait une grosse tendance à enjoliver la vérité. Néanmoins, il n'arrivait pas à faire sortir un seul son de sa bouche tellement il était gêné de voir autant de gens l'acclamer. L'arvèles dut croire que son silence était une preuve d'humilité et ne put s'empêcher de pousser un autre rire en lui donnant plusieurs tapes dans le dos. Elend grimaça, l'homme était bien trop bourrue pour lui et en plus il ne se retenait pas, lui-même croyant en ses mensonges devait imaginer le jeune homme bien plus costaud qu'il ne l'était vraiment. Le soldat s'adressa malgré le vacarme au tenancier de l'établissement.


"Joshua, tu donneras ce qu'il veut à mon ami et tu mets tout sur ma note!"


Le tavernier hocha la tête d'un air compréhensif avant de retourner à ses activités. Le guerrier aux yeux bridés se laissa tomber à côté d'Elend et but dans la chope de bière qu'il avait gardé à la main. Il jeta un coup d'œil au Namès et lui adressa à nouveau une grand sourire puis lui désigna la foule d'un mouvement de bras.


"Tu vois tous ces gens?  Ce sont mes amis, ma famille, ma raison d'exister ! Et c'est en partie grâce à toi s'ils sont tous en vie! Donc voilà, je voulais t'en remercier… Oh mais je ne me suis pas présenté! Mon nom à moi c'est Bill Lee… et désolé je n'ai pas retenue le tien quand tu t'es présenté à la Tour…"


Le jeune homme vit l'expression gênée qu'exprimait l'homme, il était sincèrement affecté par le fait de ne pas se rappeler son nom. Et surement le prenait-il vraiment pour le héros ayant contribué à la survie de son village. Il ne put s'empêcher de sourire à son tour, qu'importe ce que croyait l'homme, il était simplement heureux de savoir ses proches en sécurité et c'était ce qui importait. Ne voyant pas d'argument contre le fait de lui donner son identité, il se décida à lui répondre.


"Pas de problème, on m'appelle …"


La porte de l'auberge s'ouvrit en fracas accompagné par le cri strident d'une femme en détresse. Celle-ci se trouvait sur le seuil et un silence de mort était tombé sur la pièce. Elle haletait et luttait pour reprendre son souffle le plus vite possible. Et quand la tension fut à son maximum, elle releva la tête en jetant un regard implorant à Bill.


"Bill Lee, le démon s'est réveillé!"


2240
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chasseur de Trésors

Messages : 268
Xp's : 659
Date d'inscription : 12/03/2015

Feuille de personnage
Vie:
90/100  (90/100)
Prestige :
5/9  (5/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Tisser la Légende Mar 2 Aoû 2016 - 20:20

Le temps fut comme figé, toutes les personnes dans l'auberge avaient cessé de bouger et retenaient leur respiration. Les regards étaient braqués sur l'Arvèles qui devait surement être le protecteur de ce village. La tension en était presque palpable, tandis que les yeux du Namès passaient rapidement de la jeune femme qui venait de faire irruption au guerrier se trouvant à côté de lui. Il avait du mal à saisir l'urgence de la situation, que voulait-elle dire en parlant du réveil d'un démon? Il avait lu plusieurs choses sur ses créatures mais il avait toujours pensé que ce n'était des affabulations. Enfin ils avaient cru durant des années les Recleyes disparues avant qu'ils reviennent, peut-être était-ce pareil avec les démons… Surtout que l'expression inquiète voir presque terrifié qu'affichait Bill Lee ne semblait pas feinte, et si Elend savait bien une chose sur la confrérie des Arvèles c'était qu'ils n'étaient pas facilement effrayés. Même si ce n'était pas réellement un démon, la créature dont ils parlaient semblait des plus dangereuses.  Bill Lee se leva dans, les cliquetis de son armure résonnèrent dans la pièce brisant le silence qui s'y était installé. Il savait que tous attendaient ses directives et serra les dents tentant de remplacer la peur qui l'envahissait par de la détermination.


"Nous allons jeter un œil à la gueule de feu… Tu nous accompagnes?"


Elend regarda à gauche puis à droite cherchant bien à qui pouvait parler le guerrier, avec ses yeux bridés, il était difficile de voir exactement à qu'il s'adressait. Le regard insistant des autres clients présents dans la pièce lui firent comprendre qu'il était en fait le principal concerné  par la question. Le jeune homme haussa un sourcil, ne comprenant pas pourquoi on l'invitait pour une expédition aussi périlleuse, puis il réalisa que l'Arveles devait toujours le prendre pour un héros de guerre. Et avec toutes ces personnes le dévisageant, il ne pouvait pas se défiler sans s'attirer les foudres de la population. Sans dire un mot, il réajusta son chapeau afin qu'il lui cache un peu son champ de vision afin d'avoir à supporter le moins de regard possible. Puis il se dirigea vers Bill Lee d'un pas bien déterminé de se sortir de ce traquenard où il était au milieu de l'attention. Un murmure se propagea rapidement parmi les habitants, les actions du Namès paraissant à leurs yeux comme une preuve ultime de courage et de bravoure. Quand il fut aux côtés du soldat celui-ci lui adressa un sourire presque reconnaissant, la présence du chasseur de trésor semblait le rassurer. Il se tourna ensuite vers la femme en détresse afin de s'adresser à elle d'un ton emplis de confiance en soi.


" On se met tout de suite en route, tu te sens capable de nous raconter ce qu'il s'est passé en marchant ?"


La femme acquiesça d'un hochement de tête puis se déporta sur sa gauche afin de laisser passer Bill Lee. Elend lui emboita le pas sans aucune hésitatio, c'était soit ça, soit rester dans la taverne au milieu de tous ces gens qui l'observaient tel un animal étrange. Une fois à l'extérieur, il put s'apercevoir que certains villageois s'étaient regroupés au centre du village chacun équipé de semblant d'arme tels que des fourches ou des pioches. Le Namès comprit rapidement pourquoi l'Arvèles était si respecté par tout le hameau, il devait être la seule personne ayant reçu une formation militaire… Dès qu'ils les virent, le groupe de milice improvisé s'approcha d'eux, Bill analysa un moment les différents membres qui le composaient, les jaugeant chacun leur tour. Puis il se détourna d'eux afin de reprendre sur son chemin, le jeune Namès l'imita à son tour tournant ainsi le dos à la foule. Du coin de l'œil, il pouvait voir l'expression concernée du guerrier, surement jugeait-il que ces villageois n'étaient ni assez fort, ni assez entrainé pour se battre contre le démon.

La jeune femme les rattrapa en trottinant et fut suivi par le groupe d'hommes armées. Malgré la panique qui la submergeait, elle parlait lentement afin d'être compréhensible dans ses propos. Elend tendit l'oreille afin d'entendre la conversation entre le guerrier et la victime. Elle parlait de la disparition d'un adolescent, son frère, qui s'était enfuit lors d'une dispute familiale. Elle mentionna à nouveau la gueule de feu comme quoi elle avait perdu ses traces devant  l'entrée de ce lieu. Sa voix tremblait de plus en plus, et elle sembla au bord de la panique lorsqu'elle parla d'un cri monstrueux sortant de cet endroit qu'ils appelaient la gueule de feu. Le visage de l'Arvèles se durcit à ce détail, confirmant au Namès que l'histoire de la femme n'était pas que pure fantaisie. Le jeune homme ne put s'empêcher de poser la question qui lui brulait les lèvres depuis plusieurs minutes déjà.


"En fait, c'est quoi la gueule de feu?"


Le soldat tourna la tête vers lui, son regard était complètement différent que lorsqu'il l'avait croisé dans la taverne. Il dégageait maintenant une aura d'autorité et de force qui impressionna même le Namès. Il remarqua aussi que l'armure de l'Arvèles brillait au soleil, d'un éclat étrange qui ne ressemblait pas à de l'acier, le métal le composant semblait plus scintillant lui rappelant certains bijoux qu'il avait aperçus lors de son séjour chez les Parlems. Le guerrier malgré le fait qu'il était vraisemblablement tendu par les évènements lui adressa un sourire compréhensif.


"La gueule de feu est le nom donné à une ancienne mine creusée dans une des collines près d'ici. L'activité principale était l'extraction de fer qui était utilisé pour fabriquer des armes afin d'alimenter les défenses des deux Tours. Afin de simplifier les échanges, les galeries les plus en surface furent transformés en une immense forge. Les feux brulaient toute la journée et la nuit donnant le nom à cet endroit de gueule de feu.  Toutefois elle a été abandonnée bien avant que les tours tombent en désuétudes… Selon les légendes que nous content les anciens,  les mineurs avaient creusé trop profond dans les entrailles de la terre et ont réveillés certaines choses qui n'auraient pas dû l'être. Depuis nous évitons la zone, et chaque année nous déposons une importante offrande afin de calmer la bête. Mais on dirait que ça n'a pas été suffisant cette fois-ci…"


Elend écouta son récit attentivement et il plus en apprenait sur cette gueule de feu, plus son appréhension se transformait en excitation. On était en train de lui parler d'un bâtiment important laissé à l'abandon depuis plus d'une cinquantaine d'année et dont les secrets étaient gardés par un terrible monstre. Ce qui assurait que personne n'avait eu l'occasion de toucher aux trésors qui s'y trouvaient! Porté par cet élan d'euphorie, il accéléra le pas afin d'arriver plus vite jusqu'à la mine. L'Arvèles qui semblait encore sous pression il y a quelques minutes, éclata d'un rire rauque et lui donna une tape de façon détendu sur son épaule.


"T'es un sacré bonhomme! Je te parle d'un démon qui ferait pâlir de peur le plus vaillant des Arvèles et toi tu y cours comme si tu avais peur que quelqu'un arrive avant toi pour l'occire! Si un jour, je pourrais devenir ne serait-ce que la moitié d'un homme comme toi, j'en serais tellement fier!"


Le chasseur de trésor haussa un sourcil en entendant le guerrier parler. A ses yeux celui-ci représentait déjà un comme lui, voir le double du frêle Namès qu'il était! Il se gratta la tempe cherchant le courage de le contredire. Toutefois, il n'en eut pas le temps de lui adresser à nouveau la parole car ils arrivèrent devant un antre qui devait surement être l'entrée de la forge. On aurait dit une bouche géante fait de pierre et de bois, il n'était pas difficile de comprendre que lorsque les feux de la forge devaient être allumés, le fond du tunnel devait s'embraser donnant au lieu le nom de "gueule de feu". Le chasseur de trésor aperçut d'énormes traces de griffes se trouvant  à l'entrée de la grotte, quelque chose de gros semblait en être sorti pour enlever le garçon. Il déglutit réalisant que même si ce n'était pas un démon qui se trouvait à l'intérieur de ces galeries, la chose était à coup sûr des plus mortels. Bill Lee à ses côtés fixait la pénombre d'un air nerveux avant de lancer au jeune Namès.


"On dirait qu'on a pas le choix… On va y rentrer que tous les deux, les autres ne seront que des poids pour nous. Si on arrive à se débarrasser de ce démon, je te promets de t'offrir toutes les richesses dont je dispose!"


Elend n'hésita pas un seconde et alluma une des torches que lui tendit un des hommes l'ayant accompagné. La mission qu'il s'était fixé, était d'explorer les endroits les plus mystérieux et anciens de Madelle, et il savait très bien que ça n'allait pas être de tous repos. Et s'il devait affronter un démon pour poursuivre ses rêves, il était prêt à prendre le risque. De plus savoir ce que pouvait bien être cette créature l'intriguait tout autant… Il fit quelques pas dans le tunnel, la lumière des flammes vint doucement éclairer les murs froids de la structure. Il se tourna ensuite vers Bill Lee qui venait aussi de s'occuper d'une torche avant de lui adresser avec un petit sourire.


"Et bien, on est partit pour l'aventure."


1560
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chasseur de Trésors

Messages : 268
Xp's : 659
Date d'inscription : 12/03/2015

Feuille de personnage
Vie:
90/100  (90/100)
Prestige :
5/9  (5/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Tisser la Légende Lun 22 Aoû 2016 - 22:38

Bill après une brève hésitation fit un pas en avant afin de pénétrer dans la grotte, comme pour rentrer dans l'eau froide c'était toujours les premiers mètres qui étaient difficiles. Une fois arrivé au niveau du Namès, le guerrier lui adressa un petit mouvement de tête en guise de remerciement pour l'avoir poussé à rentrer dans l'ancienne forge. Le chasseur de trésor jeta un coup d'œil en arrière, l'extérieur n'était pas encore très loin et il pouvait voir la bande de badaud les ayant suivi attendre à la limite de l'entrée du tunnel. Il se demanda si l'endroit les intimidait à ce point où s'ils ne faisaient que suivre les ordres de l'Arvèles, surement était-ce un mélange des deux, ils profitaient des directives du soldat en armure pour se trouver une excuse de ne pas rentrer dans ce lieu qui les effrayait. Le jeune homme poussa un long soupir et entreprit de marcher sur les pas du guerrier, on n'était jamais trop prudent, il pouvait avoir des pièges destinés à la protection du bâtiment… La flamme vacillante de la torche faisait danser leurs ombres sur les murs en pierre brut du corridor. Toutefois, le regard d'Elend était presque hypnotisé par le reflet de la source de lumière sur les plates recouvrant le corps de Bill Lee. Le métal les constituant lui disait toujours quelques choses, mais il n'arrivait pas à mettre un mot dessus.

Une fois enfoncé plus profondément dans la caverne, ils arrivèrent devant une arcade en pierre taillé et sculpté de multiple motif complexe vraisemblablement signe de la grande richesse des propriétaires des lieux. Une fois l'arc traversé, Elend fut surpris de se trouver dans une vaste pièce dont le plafond montait plusieurs mètres au-dessus de sa tête, elle n'avait rien à voir avec le chemin qu'ils avaient parcouru… Le chasseur de trésor tenta d'éclairer en vain la totalité de la salle, lui confirmant l'immensité du lieu. Il put aussi observer les restes du mobilier en bois complètement dévoré par les mites, il en était difficile à deviner si les dégâts étaient dut à une intervention humaine et si ce n'était que les ravages du temps. Plusieurs épées, haches et autres armes toutes émoussées et rouillées jonchaient le sol, seul souvenir encore existant de l'ancienne activité de la mine.  Bill Lee se dirigea vers le fond marchant sans vraiment faire attention aux restes de fer orangés qu'il écrasa, ce qui produit un crissement strident qui vint résonner contre les murs de la pièce. Le Namès n'eut pas le temps de se boucher les oreilles et ne put que grimacer sous l'effet du grincement. Puis à nouveau un cri semblant venir des profondeurs vint répondre aux raffuts causé par l'Arvèles. Celui-ci se tenait près d'une autre ouverture qui semblait mener à une autre galerie semblable à celle qu'ils avaient empruntée pour arriver. Sa mâchoire était contractée comme pas possible alors que son regard tentait de percer les abysses qui se trouvaient devant lui. Il se tourna ensuite vers Elend désignant le passage d'un mouvement de tête.


" On est dans ce qui devait être le magasin des armuriers, ici était entreposés toutes les armes et armures créés par les maître-forgeron afin d'être mis à la vente de grand guerrier de légende. Les forges se trouvent plus loin dans les tréfonds, puis ensuite nous trouverons les premiers passages qui ont été réarrangés en demeure secondaire pour les mineurs… A vrai dire je n'en suis pas vraiment sûr, à chaque fois que je suis venu dans la gueule, je n'ai jamais réussi à aller plus loin…"


Le guerrier baissa la tête presque honteux d'être assez faible pour ressentir des choses comme la peur. Elend avait la bouche entrouverte espérant pouvoir lui offrir des paroles réconfortantes, néanmoins un mouvement dans le couloir attira son attention. Il ne put s'empêcher de chercher du regard l'ombre qu'il venait de voir bouger à la lumière de la torche que brandissait Bill Lee. Et soudain, il l'aperçut : une créature de la taille d'un chien, possédant huit pattes velues et qui fixait l'Arvèles de ses huit yeux tels un vulgaire amas de viande… C'était une immense araignée, qui d'un coup se replia sur ses jambes prêt à bondir en avant. Les crochets de l'arachnide se levèrent et elle s'apprêta à lui sauter à la gorge. Le chasseur de trésor eu à peine le temps de lui crier quelques mots.


"Attention! Derrière-toi!"


L'homme réagit presque instantanément et se retourna sans aucune hésitation afin de se retrouver nez à nez avec la bête. Celle-ci lui bondit dessus. Bill lâcha un cri presque animal et tenta de donner un coup de sa main libre à son assaillante. C'est à ce moment qu'Elend réalisa ce qui l'embêtait depuis tout ce temps à propos de l'Arvèles, il n'avait pas d'arme… Et il comptait tuer le démon à mains nues? Le chasseur de trésor crut qu'ils allaient devoir rebrousser chemin car mis en déroute par une araignée géante, certes ils pourraient toujours un peu exagérer sur la taille. D'où il était, le Namès put tout de même voir que le coup porté par le guerrier allait rater d'une dizaine centimètre la bête. Puis une chose des plus étonnantes se produisit, le gantelet de l'Arvèles devint comme liquide et glissa le long sa main pour former la lame d'une épée courte. En un instant, l'araignée fut coupée en deux et mourut dans un affreux couinement. Bill Lee poussa un soupir satisfait tout en nettoyant le plat de son arme avec un bout de tissu. Il adressa ensuite un sourire au chasseur de trésor en voyant bien l'air hébété que celui-ci devait exprimer.


"Surpris?  Je suis un chevalier d'argent, ma Vérité permet de modeler l'argent à ma guise ainsi, j'ai fait en sorte qu'on me forge une armure dans ce précieux métal ainsi je suis capable de créer un véritable arsenal avec mes pouvoirs… Tiens ma torche, je vais essayer de nous ouvrir la voie."


A peine avait-il finit sa phrase qu'il lui tendit la dite torche qu'Elend attrapa sans émettre aucune protestation. C'est à ce moment où toute une partie des plates recouvrant le bras de l'Arvèles fondit et vint se mêler à l'épée courte afin de former une boule argentée à l'allure visqueuse. Celle-ci se déforma dans tous les sens avant de s'allonger pour former une sorte de long bâton au bout duquel le liquide forme une longue lame à double tranchant. Le chasseur de trésor n'en croyait pas ses yeux, il venait de voir un pan d'armure se transformer en une imposante lance! Le guerrier fit tournoyer l'arme deux ou trois fois, surement dans le but de  s'habituer à l'arme qu'il venait de créer. Le jeune Namès s'approcha de l'homme, les flammes des torches donnant à l'argent une lueur presque étincelant donnant à Bill Lee un air de puissance quasi divine. Et il posa une question qui lui brulait les lèvres depuis que l'homme lui avait révélé son titre.


" Et sinon, il existe des chevaliers d'or ou de bronze ?"


Le Namès était persuadé d'avoir lu un jour, lorsqu'il n'était encore qu'un enfant, les aventures de ces chevaliers qui combattaient afin de sauver le monde. On pouvait même dire que des étoiles brillaient dans les yeux du jeune homme lorsqu'il avait interrogé le guerrier. Celui-ci le considéra un moment, la lance posée contre son épaule et son regard se portait sur Elend puis il éclata d'un rire rauque qui résonna sur les parois de la caverne.


"T'es vraiment un marrant toi! Ce serait complètement ridicule! Bon allez nous allons arriver à la forge, il y aura surement d'autres créatures là-bas…"


Et il s'enfonça dans la pénombre, son arme fermement tenu dans la main droite. Elend ne put s'empêcher d'afficher une mine déçue trainant la patte alors qu'il suivait l'Arvèles. En quoi des armures d'ors et de de bronze étaient ridicules? Certes l'or était un métal peut-être trop précieux pour pouvoir être utilisé en tant qu'armure mais ils auraient pu quand même en créer une douzaine… Quant au bronze… Nan il était vrai que le bronze était vraiment une mauvaise idée, personne ne pourrait devenir un héros avec un tel pouvoir…

Le guerrier s'arrêta brusquement et Elend, encore perdu dans ses pensées, faillit le percuter. L'homme lui fit signe de ne faire aucun bruit, et le Namès s'exécuta. Des bruits semblaient se rapprocher de leur position, cela ressemblait à un ensemble de nombreux cliquetis plus ou moins régulier. Il n'avait jamais rien entendu de tel et pourtant il avait une mauvaise impression sur la source du bruit… Le chasseur de trésor s'avança à son tour et lança une des torches un peu plus loin dans le corridor de pierre brute, celle-ci percuta la sol dans un son sourd et éclairait désormais la zone se situant quelques mètres devant eux. Les deux hommes attendirent un instant, alors que les cliquetis se rapprochèrent dangereusement et ils les virent. Tel une vision d'horreur, une horde d'araignée presque aussi imposante que celle de tout à l'heure sortie des ténèbres et tels une masse obscure vint recouvrir la lumière de la torche.

Alors qu'Elend resta figé un moment devant ce terrible spectacle, Bill Lee le tira en arrière et avança vers les arachnides avec un cri de guerre qui résonna sur les parois de la grotte. D'un geste amble, il faucha de sa lance la première rangée de bêtes puis continua à faire plusieurs moulinets découpant, tranchants et réduisant en pièces les insectes. Plusieurs bouts de chitines volaient un peu partout dans la caverne alors que l'Arvèles continuait à massacrer tout ce qui bougeait face à lui, le bout de sa lame était désormais enduit d'un épais liquide poisseux à la couleur verdâtre. Elend lui restait bouche bée face à l'esprit combatif du guerrier qui n'avait pas ralenti dans la fréquence de ses attaques ne se laissant pas submerger le nombre d'adversaires.  Soudain, il la vit, une des araignées était passé au travers des mouvements de Bill Lee et s'était placée en hauteur afin de sauter sur le soldat. Elle s'élança n même temps qu'Elend celui-ci décrivit un arc de cercle avec son bras tenant la torche qu'il avait gardée et  vint frapper l'arachnide avec, ce qui la dégagea plus loin. Par un heureux coup de chance, la créature avait prit feu et se débattit un peu à terre en poussant une sorte de cri aigu avant de se replier sur elle-même et resta immobile.

Le jeune Namès content d'avoir aidé le guerrier dans son combat se retourna pour lui apporter encore un peu d'aide mais se figea. Bill Lee était debout  haletant et couvert du même liquide poisseux qui couvrait son arme, des pattes d'araignées, des mandibules et des thorax complètement déchiquetés étaient éparpillés un peu partout autour de lui. L'homme était vraiment impressionnant à s'être occupé de tout l'essaim à lui seul et le chasseur de trésor ne pouvait qu'admirer sa force. Toutefois l'homme lui adressa un grand sourire alors que l'imposante lance d'argent redevint liquide afin de reformer les protections de son bras, sans plus attendre il se saisit de la torche qui se trouvait encore à terre, la flamme était faible mais il n'en fallait pas plus pour la raviver. Puis enjambant les restes de cadavres qui jonchaient le sol, il se tourna vers Elend.



"Allez viens, je suis vraiment désolé de t'avoir un peu piqué la vedette mais quand je suis lancé je ne m'arrête plus… Et merci, pour celle que j'ai raté, ces saletés doivent être venimeuses en plus… si elle m'avait mordu je ne donne pas cher de ma peau…"


Puis il continua à avancer dans le long couloir creusé à même la roche, le silence était revenu ce qui était surement le signe qu'ils n'avaient plus rien à craindre. Elend hésita un peu avant de l'imiter et le suivre, l'Arveles pensait-il vraiment que lui aussi aurait pu s'occuper de toutes ses araignées ? Alors qu'il avait à peine réussis à s'en occuper d'une lors de la bataille et encore par un heureux coup du hasard! Il soupira se disant que l'homme l'avait en beaucoup trop haute estime…

Après quelques minutes de marche ils arrivèrent dans une seconde grande pièce où se trouvait plusieurs enclumes, soufflets et bassins de pierres. Même pour Elend qui ne connaissait pas les lieux, il était évident qu'il s'agissait de la forge. D'immenses toiles d'araignées, tapissais les coins de la pièce et le plafond donnant à la salle un air terrifiant et pas du tout hospitalier. L'Arveles observa un moment les filets blancs et gluants puis approcha la flamme de la torche afin de les faire bruler. Elend fit de même avec d'autres toiles, il n'avait aucune envie de voir d'autres bestioles en sortir autant les détruire alors qu'ils en avaient l'occasion… Au milieu de l'incendie qu'ils avaient déclenché, une lueur attira l'œil du chasseur de trésor, et il s'approcha de l'objet en question. Sur un petit présentoir magnifiquement ouvragé malgré les ravages du temps, se trouvaient une dague dont la lame ressemblait à du verre bleuté, était-ce du saphir? Il tendit la main pour la saisir quand il entendit un sifflement surpris derrière son épaule.


"Du cristal vampire! J'en ai vu qu'un ou deux fois dans ma vie! Selon les légendes, c'est un métal magique qui peut aspirer la vérité du sang de tes ennemies… Les forgerons de la gueule de feu devaient voir en ce coutelas, un vrai trésor. Si tu le veux, tu peux le prendre, de toute façon, je ne crois pas qu'on soit à ça près. Et en plus pour héros tel que toi, une simple arme en acier n'est pas digne de toi alors que ça, c'est presque un signe des Dieux!"


Elend écarquilla les yeux en l'entendant parler de l'artefact qu'il s'apprêtait à prendre. C'était donc un trésor si précieux que ça ? Et il y avait le droit? C'était vraiment le jackpot! Sans hésiter, il la prit en main et sentit une vive douleur dans sa paume comme si une aiguille avait été dissimulée dans le manche. Il voulut la lâcher mais quelque chose l'en empêcha, une étrange de sensation lui parvenait au niveau de sa main, il avait l'impression que quelque chose essayer d'aspirer son énergie! Dans ultime effort, il lâcha la lame et la plaça à sa ceinture, il n'avait pas très bien compris ce qu'il s'était passé mais une chose était sûr : cette arme était dangereuse même pour son propriétaire. Avant même qu'il puisse interroger le guerrier sur ce qu'il savait de ce métal, un cri monstrueux retentit dans la salle, le même que ce qu'ils avaient entendue à l'entrée de la caverne et il semblait de venir de bien plus bas…

Les deux hommes se regardèrent avant de hocher la tête, ils étaient venus pour secourir un enfant et pourtant, ils n'avaient encore trouvé aucun indice de sa présence. Ce qui voulait dire que l'armée d'araignée n'était surement pour rien dans la disparition du gosse… et cela voulait aussi dire qu'il existait dans ses galeries une bête encore plus dangereuse.



2510
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chasseur de Trésors

Messages : 268
Xp's : 659
Date d'inscription : 12/03/2015

Feuille de personnage
Vie:
90/100  (90/100)
Prestige :
5/9  (5/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Tisser la Légende Mar 18 Juil 2017 - 19:01

L'obscurité était tellement profonde  que les deux hommes avaient l'impression d'être aspirés par celle-ci. Un noir absolu régnait dans le corridor, même la torche que brandissait le Namès ne semblait pas produire assez de lumière afin de dissiper la pénombre. Le jeune homme en avait presque le souffle coupé, ses yeux perdus dans l'abime qui se dressait devant lui. Les ténèbres.  Il sentit sa salive glisser le long de sa gorge lorsqu'il déglutit, pensant à toutes les créatures qui pouvaient se tapir dans l'ombre. Bill Lee quant à lui n'était pas plus rassuré que son compagnon, on lui avait conté depuis son enfance des histoires effrayantes sur le monstre habitant dans les profondeurs de la mine. Et voilà qu'il s'apprêtait à l'affronter! Il jeta un regard au jeune homme qui l'accompagnait. Celui-ci n'avait pas hésité avant de s'engouffrer dans la gueule de feu et maintenant il fixait de ses yeux déterminés le boyau souterrain. Il ne faisait pas de doute, qu'il avait la carrure d'un héros. A vrai dire, s'il n'était pas à ses côtés, il aurait déjà rebroussé chemin depuis longtemps…


" Il va falloir descendre encore plus bas. On va sans doute arriver au niveau des galeries,  ça va devenir un vrai labyrinthe à partir d'ici…"


Elend avait énoncé sa phrase en faisant bien attention de ne pas bégayer ou percuter sur une syllabe. Elle était destinée plus à lui-même qu'au chevalier qui l'épaulait. Il avait besoin de se convaincre, de se l'entendre dire afin de ne pas céder à la peur et à l'effroi que lui inspirait ces escaliers menant au néant. Il le savait au fond de lui, que s'ils s'attardaient encore plus longtemps, il n'aurait plus la force nécessaire pour continuer l'opération de sauvetage. Depuis la boite de l'instinct, il n'avait plus vraiment peur de mourir, mais l'incertitude de ce qu'il l'attendait en bas le terrifiait encore plus.  Après une grande inspiration, il fit le premier pas, la torche tendue en avant qui éclairait à peine le passage sur quelques mètres projetant sur les murs des ombres qui venaient se mouvoir jusqu'aux ténèbres. Lorsqu'il atteignit la deuxième marche, un souffle glacé vint lui gifler le visage en remontant le passage. Puis le cri retentit à nouveau. Le chasseur de trésor se stoppa net,  et son envie de s'enfuir à toutes jambes n'était empêché que par le fait que son compagnon d'arme lui avait déjà emboité le pas et ainsi lui avait bloqué toute voie de retraite. En avançant encore dans le tunnel, il se retourna vers l'Arvèles avec un petit sourire forcé.


"Peut-être qu'en lui demandant gentiment, il nous rendra l'enfant?"


Le chevalier d'argent le regarda avec de grands yeux incrédules. L'homme en rouge lui avait donné le courage de s'engager dans l'obscurité en prenant les devants de l'expédition. Il n'avait même pas sourcillé avant d'entamer cette descente en enfer tel l'aventurier intrépide qu'il était. Et maintenant, alors que le cri du monstre lui avait glacé le sang, son compagnon s'était contenté de lui envoyer une boutade. Une blague qui lui réchauffa le cœur et raviva le peu de courage qui brulait encore lui. Un grand sourire apparut sur son visage, il avait vraiment de la chance d'être avec un tel gaillard! Il avait surement deviné que le cri l'avait découragé et avait essayé de lui remonter le moral en le faisant rire. Maintenant, il était remonté à bloc et était prêt à affronter la chose qui se terrait au fond de la mine.


"Peut-être, et il nous offrira aussi le thé avec des gâteaux!"


Les deux personnages rirent de bon cœur oubliant un instant la menace qui les attendait au bout de leurs chemins. Puis quand le silence reprit ses droits dans la gueule de feu, ils se décidèrent à continuer leur descente. Doucement ils s'enfoncèrent dans les entrailles de la terre, marchant prudemment afin de ne pas se faire surprendre par d'autres araignées.  

Une fois arrivé en bas, le chasseur de trésor fit un tour sur lui-même afin de mieux observer son environnement. Le lieu où il se trouvait n'avait rien des salles qu'il avait traversées auparavant, il n'y avait plus de mur en pierre finement ouvragé mais des parois mélangeant terre et roche laissant supposé que l'on avait directement creusé dedans. Bill Lee le rejoignit enfin, il avait dû ralentir sa cadence dans les escaliers afin de limiter le bruit qu'émettait son armure à chacun de ses mouvements. Dans le silence le plus total, Elend éclaira une à une les trois différentes galeries qui s'ouvraient devant eux. Il avait raison, c'était un véritable labyrinthe pour des non-initiés. D'imposantes toiles venaient tapisser les recoins de chaque passage, signe qu'ils n'en avaient pas finis avec les arachnides. Il jeta un regard interrogatif au guerrier, peut-être avait-il eu vent d'un quelconque moyen afin de se repérer dans la gueule de feu. Cependant l'homme haussa les épaules, dans un cliquetis métallique, d'un air désolé. Le Namès s'arrêta un moment afin de réfléchir, un jour un vieux sage lui avait dit de prendre le chemin qui sentait le plus frais. Néanmoins, ici tout avait une odeur rance. C'est à ce moment qu'il remarqua la flamme qui dansait au bout de sa torche. Celle-ci ondulait paisiblement se penchant sur le côté comme attirer par le passage de droite. Cela ne pouvait signifier qu'une seule chose, un léger courant d'air devait y passer. D'un geste de la tête, il indiqua le passage à emprunter à l'Arvelès. Celui-ci se contenta de hocher la tête et s'avança le plus silencieusement possible de l'entrée, sa lance en argent toujours dans ses mains.

Et ils s'engouffrèrent au cœur de la gueule de feu.

Elend n'avait jamais supposé qu'au fond des entrailles de la terre, il pouvait faire aussi chaud. De la sueur gouttelait le long de son visage avant de s'écraser dans la terre dans un bruis étouffé. Le visage de Bill Lee luisait à la lueur de sa torche, le pauvre avec son armure en argent devait ressentir bien plus la chaleur que le Namès. Ils avaient perdu la notion du temps à force de crapahuter dans les ténèbres, cependant si Elend devait s'y risquer, il aurait dit avoir déjà passé une heure à arpenter les galeries de la mine. Par chance, ils n'avaient rencontrées que quelques araignées dont le guerrier c'était rapidement chargé, il n'y eut pas de vague d'attaque comme lors de leur entrée dans la grotte. L'Arvèles leva la main, signe qu'ils devaient se stopper. D'un geste, il indiqua au chasseur de trésor d'éclairer ce qu'il se trouvait devant lui. Elend s'exécuta, passant entre la paroi et le chevalier faisant bien attention à ne pas le toucher avec le bout de sa torche. Lorsqu'il illumina les environs, il comprit pourquoi son compagnon s'était arrêté. Ils se trouvaient désormais dans une immense cavité dont ils arrivaient à peine à distinguer les parois dans l'obscurité. Plusieurs pitons de pierre se dressaient devant eux. Entre les imposantes colonnes de pierres se dessinaient d'imposantes toiles de fils blanchâtres sur lesquelles se trouvaient accroché des sortes de cocons. Elend déglutit en voyant le sinistre spectacle, il n'avait pas l'impression qu'il s'agissait d'œuf d'arachnide. Bill Lee en était arrivé à la même conclusion. Sans se concerter, ils coururent jusqu'à un premier cocon.

Elend fut le premier à arriver près du cocon, à l'aide de sa dague en cristal vampire il commença à couper les filins de soie. Grâce à l'adrénaline, il ne sentit pas que l'arme semblait lui absorber de l'énergie. Quand Bill Lee fut à son niveau, il venait enfin de découvrir ce qu'il y avait dans le cocon, une chèvre. Celle-ci était dans un état léthargique, elle ne bougeait plus mais le Namès percevait son abdomen se soulever lentement au rythme de ses respirations. Il jeta un regard à l'Arvèles qui comprit tout de suite le plan. Sa lance se liquéfia afin qu'une grande partie vienne se refondre dans l'armure du guerrier, le reste vint modéliser une dague. Les deux compèrent prirent chacun un cocon différent et s'attelèrent à les ouvrir. Ils tombèrent sur des restes d'animaux allant du renard au sanglier, la taille des proies laissait présager qu'il ne s'agissait pas simplement d'une grosse araignée. Ce fut Elend qui découvrit le visage endormis de l'enfant par réflexe il tenta de lui prendre le pouls. A son grand soulagement celui-ci était présent, certes un peu lent mais régulier ce qui était au final le plus important.  Il sentit le regard inquiet de Bill au-dessus de son épaule silencieusement, il lui fit comprendre que le gamin allait bien, qu'il était juste dans un état de sommeil très profond. L'homme d'arme lâcha un profond soupir soulagé.

Un cri.

Bill Lee eut le bon réflexe de transformer sa lame en un bouclier de fortune car un poing puissant vint se fracasser contre celui-ci. L'Arvèles fut projeté sur quelques mètres. Elend quant à lui lâcha le cocon afin de récupérer la torche qu'il avait laissée à terre juste à côté de lui. D'un geste ample, la flamme fit un demi-cercle vers l'endroit où était censé se trouver la créature. C'est à ce moment qu'il l'aperçut une créature énorme, mi-homme mi-araignée (même si le terme un-quart homme trois-quarts araignée aurait été plus juste).  Un Paian! Il n'eut pas le temps d'être horrifié par la bête que celle-ci leva une de ses pattes pointues et tenta de l'empaler contre le sol. Le chasseur de trésor roula sur le côté et évita de justesse l'attaque. D'un bond, il rejoint le guerrier qui venait de reformer sa lance en argent. Les deux se regardèrent rapidement, selon les histoires deux personnes n'avaient aucune chance de venir à bout d'un tel monstre. L'attaquer de front n'était pas une option, il leur fallait la contourner. Dans cette optique les deux sauveteurs se retournèrent et coururent afin de fuir le maitre araignées.

Un hurlement de rage.

Elend comme à son habitude avait une longueur d'avancer sur le guerrier en armure, il avait à peine fait une vingtaine de mètres dans la grotte mais celle-ci semblait sans fin. Soudain, il remarqua que le sol n'était plus là, il tenta de s'arrêter net en voyant le fossé qui se dressait devant lui. Ses pieds se stoppèrent juste au-dessus du précipice, cependant avec sa vitesse, il dut se pencher en avant ce qui lui fit perdre l'équilibre. Il crut mourir quand son corps commença à tomber dans le gouffre qui semblait sans fond. Par miracle, une main l'attrapa dans le dos afin de le ramener sur le sol. Bill Lee qui l'avait vu ralentir avait eu le temps d'anticiper le ravin. Toutefois, ils n'étaient pas sortis de l'auberge pour autant, le Paian était toujours à leur trousse et il n'avait plus de voie d'échappatoire! Plus le choix ils devaient se battre!

Quand la silhouette de la créature se forma dans l'obscurité, le guerrier n'attendit pas pour projeter sa lance en argent sur elle. Le bruit du métal fendant l'air suivi d'un râle grave provenant du monstre, suggéra que l'Arvèles avait fait mouche. Néanmoins, la bête ne sembla pas ralentir pour autant. Une dizaine de seconde plus tard elle était sur eux. Bill Lee avait déjà formé avec le reste de son armure, une épée et un imposant bouclier en argent tandis qu'Elend s'était contenté de garder sa torche et sa dague dans chacune de ses mains. Ils s'étaient un peu plus avancés afin de ne pas être dos au précipice lors du combat. Le Paian visa le Namès chargeant avec ses énormes bras, le chasseur de trésor eut la présence d'esprit de se jeter en avant pour passer sous le corps d'arachnide de la créature, évitant ainsi les coups de la bête. Profitant de ce moment, il entailla légèrement l'abdomen du monstre avant de se retrouver derrière elle. Bill Lee profita d'être à revers de la créature pour lui donner un coup d'estoc qui lui blessa une patte. D'un cri de rage celle-ci se retourna afin de frapper le guerrier qui put se protéger de son bouclier. Elle sembla reculer lorsque le Namès se rapprocha du chevalier d'argent. C'est à ce moment qu'il comprit. Les Paians vivant dans le noir devaient surement être aveuglé par la lumière!


"Bill, ce truc déteste la lumière, je vais essayer de faire diversion, profites-en pour faire le maximum de dégât possible!"


Le chasseur de trésor s'avança vers la bête secouant la torche au-dessus de sa tête. La créature hésita quelques instants devant la boule de feu qui dansait devant ses multiples yeux noirs. Puis elle gesticula vivement  visant plutôt le bout de la torche qu'Elend. L'Arvèles attendit de se trouver dans le dos de la bête avant d'attaquer, cette fois-ci la défense n'était pas de mise, il avait donc fondu son bouclier dans son épée afin de créer une imposante claymore à deux mains.  Quand l'occasion se présenta enfin à lui, il se jeta sur le dos de la bête en poussant un cri de guerre, se trouvant presque à califourchon sur la partie araignée du Paian, il lui porta un puissant coup qui vint zébrer le dos de la créature d'une profonde plaie. Le monstre rua sous le coup de la douleur faisant tomber le chevalier à terre. Malheureusement, le geste de la bête fit qu'une de ses pattes pointues  vint cueillir le chasseur de trésor au niveau du flanc. Celui-ci eut le souffle coupé alors que ses pieds décollèrent du sol. Quand il atterrît sur la pierre glacée, il glissa sur encore deux mètres et s'arrêta la moitié du corps suspendu dans le vide, au-dessus du gouffre qu'il avait découvert tout à l'heure. Une lueur se dessinait dans l'obscurité rapetissant petit à petit avant de s'éteindre dans un plouf. C'est lorsqu'il s'aperçut qu'il était désormais dans le noir absolu qu'Elend se rendit compte qu'il venait de lâcher la torche.


"Ça va!?"


La voix bourrue du chevalier lui arrivait de non loin par la gauche, dans un effort le Namès se retourna sur le dos afin de plus pendre dans le vide. Une vive douleur au niveau du flanc le fit grimacer. Par réflexe, il porta la main à l'endroit où irradiait le mal, il sentit  une ouverture dans sa tenue et un liquide chaud lui mouilla les doigts. Il serra les dents, il n'arrivait pas à estimer la taille de la plaie mais il saignait. Il puisa dans ses réserves d'énergie pour crier à son compagnon.


"Ouais, je suis par ici, fais attention en venant, je suis juste à côté du ravin!"


Il fallut quelques minutes avant que l'homme arrive à ses côtés. Son flanc lui faisait déjà moins mal, peut-être que sa blessure n'était pas si grave finalement. Se rappelant soudain du monstre qui lui avait infligé ses dégâts, il releva brusquement la tête manquant de donner un coup au guerrier.


"Et le Paian?"

"Aucune idée, il n'est pas mort c'est sûr mais il s'est échappée quand la lumière s'est éteinte…"


Elend se releva tant bien que mal essayant d'analyser la situation. La bête était blessée certes mais dans l'obscurité, elle avait l'ascendant sur eux. Sans vouloir faire de mauvais jeux de mots, ils étaient coincés dans sa toile. Un ravin coupait leur retraite et les ténèbres les empêchaient d'avancer efficacement jusqu'à une hypothétique sortie. Etait-il possible que la créature comme les araignées, jouait avec ses proies ? Il eut soudain un déclic et chercha rapidement dans sa sacoche avant d'en sortir une paire de lunette qu'il enfila. D'un coup, l'environnement de la grotte lui parut  d'une clarté, il voyait jusqu'au moindre recoin de la zone des pitons où ils avaient trouvé l'enfant à la large fissure qui se trouvait derrière lui, une rivière coulait tranquillement en son fond. Ces lunettes de visions nocturnes que l'on lui avait données suite à la bataille de la Tour Ouest étaient un vrai don du ciel. Après avoir scruté les environs, il repéra le Paian celui-ci tournait silencieusement autour d'eux claquant ses mandibules comme excité de voir ses proies si déboussolés. Le problème était qu'il avait beau le voir, il ne pouvait rien y faire pour autant. Bill Lee ne possédait pas d'objet lui permettant de voir dans l'obscurité. Et même si cela était le cas, il y avait très peu de chance pour qu'ils puissent vaincre la créature. La situation semblait désespérée.


"Vu qu'on va surement y passer, il faut que je t'avoue un truc, même si je dis m'appeler Bill Lee , en fait mon vrai prénom c'est Musica. Je l'ai changé car je trouve que ça ne faisait pas très guerrier…"


Le Namès haussa un sourcil en se tournant vers le guerrier, celui-ci semblait au bord du désespoir. Il s'appuyait sur sa longue épée comme s'il s'agissait d'une canne destinée à le soutenir. En même temps celui-ci se trouvait au plein milieu de l'abîme et le fait d'être plongé dans les ténèbres devait lui saper son courage petit à petit… Il devait se ressaisir! Le chasseur de trésor poussa un soupir et passa sa main dans les cheveux, il détestait se faire remarquer mais le guerrier avait besoin d'espoir et celui-ci semblait le porter en haute estime. Il rassembla le peu d'assurance qu'il avait et lui répondit d'une voix pleine d'aplomb.


"Ne nous enterre pas trop vite, Musica! Nous avons vaincu une armée de récleyès ce n'est pas cette grosse araignée qui va avoir raison de nous. Et à vrai dire j'ai un plan!"


Bien sûr, il n'avait pas encore de plan mais avoir un compagnon qui paniquait juste à côté de lui n'allait pas l'aider à se concentrer. Son discours eu son effet sur l'Arvèles qui saisit un peu plus fermement son arme. Elend lui essayait tant bien que mal d'élaborer un plan, il n'avait pas mille solutions devant lui. Il énuméra d'abord tous les objets qu'il possédait : en plus de sa carte magique et de la pièce du labyrinthe d'Ekha, il avait reçu en récompense de ses services à la tour Ouest, une deuxième carte scellée, une potion de localisation, un lumos, la formule du choc violent et des lunettes de vision nocturne. A part les lunettes, qu'il utilisait déjà, aucun de ses objets ne semblait avoir un intérêt particulier. Les cartes magiques et la pièce d'or était inutile à moins que la créature soit assez vénale pour se jeter dans le gouffre pour la récupérer. Quant au lumos, le bouclier ne protégeait que des attaques ayant trait à la Vérité, le seul bémol étant que le Paian ne semblait se servir uniquement de sa force physique. Il faillit se résigner, se disant qu'a par un éclair de génie, il n'avait aucune chance de trouver un plan efficace contre le monstre. Il s'arrêta un moment se répétant la phrase dans sa tête. Et ce fut le flash. Il savait quoi faire! Il se recula afin de se trouver au bord du précipice et s'adressa au guerrier.


"Viens à près de moi et fait gaffe à ne pas tomber dans le trou. Garde les yeux fermés et à mon signal jettes toi sur le côté. Si le Paian est encore là quand tu ouvres les yeux, martèle le de coups!"


Tel un bon soldat, l'homme s'exécuta sans broncher et se tint côte à côte avec le Namès. Celui-ci avait le regard braqué sur le maitre araignée. La créature ne sembla pas apprécier ce regain de courage chez sa proie et décida d'en finir une fois pour toute. Elle les chargea à nouveaux comptant sur l'obscurité qui l'enveloppait pour dissimuler son assaut. C'était sans prévoir les lunettes de visions nocturnes du Namès qui le vit arriver, et il ne comptait pas seulement esquiver l'attaque au dernier moment. Lorsque la bête fut à environ trois mètres d'eux. Il ferma les yeux activa le lumos tout en criant à son compagnon de sauter, ordre qu'il appliqua lui aussi. L'artefact en s'activant émit un flash de lumière qui entoura le chasseur de trésor sur un rayon d'environ un mètre. Bien que le bouclier fût inefficace contre la charge du Paian, les rayons produits avaient suffi pour l'aveugler. La créature privé de vue et emportée par la vélocité de sa charge ne put éviter le gouffre qui s'ouvrit devant elle. Cependant, son instinct primaire pris le dessus car elle s'agrippa de ses longues pattes arachnéennes à la paroi inhibant ainsi sa chute. Elle allait réussir à remonter lorsque Bill/Musica Lee vint lui planter sa lame dans son postérieur d'araignée.  Dans un cri de rage et de douleur la bête lâcha prise et tomba.

Le cri dura quelques secondes avant de s'étouffer en une sorte de gargouillis qui devint vite inaudible.

Les deux hommes restèrent figer un instant réalisant peu à peu que le Paia n'était désormais plus un problème. Le chasseur de trésor avait enlevé ses lunettes magiques,  estimant que la lumière que produisait son amulette était largement suffisante. Il s'approcha du guerrier qui apparemment avait perdu le reste de son équipement argenté dans la dernière confrontation. Presque naïvement, et surtout ayant du mal à réaliser l'exploit qu'ils venaient d'accomplir, il lui demanda.


"On l'a eu ?"

"Ouais, je ne sais pas si elle est morte mais ce qui est sûr c'est qu'on est tranquille pour un moment. Bien pensé le coup du flash éclairant…" Il s'allongea sur le sol tout en poussant un grand soupir. "J'en ai tout de même perdu toute mon armure, il va me falloir des années pour pouvoir m'en payer une nouvelle. Peut-être qu'en me mariant avec une riche Parlems…"

"Voyons, personne ne voudra épouser un homme s'appelant Musica!"


L'Arvèles ne put s'empêcher de rire face à la pique que lui avait lancé son compagnon d'aventure. Celui-ci ne tarda pas à le rejoindre dans sa bonne humeur. Ils ne bougèrent pas de suite, prenant le temps de se remettre de leurs émotions. Ce n'était pas tous les jours qu'on avait l'occasion de se battre avec une telle créature et il était encore plus rare de s'en sortir presque indemne! Elend repensant à sa blessure, put l'examiner à la lueur du bouclier, la coupe n'était pas profonde et avait déjà arrêté de saigner. La douleur aussi s'estompait avec le temps, tout ce qu'il avait à craindre pour les jours à venir était seulement un énorme hématome. C'est à ce moment qu'il se rappela de leur mission première, sauver l'enfant! Il se releva tant bien que mal avant de tituber jusqu'aux pitons se trouvant près de l'entrée par laquelle ils étaient arrivés. Le guerrier suivi le mouvement, peut-être lui aussi c'était-il souvenu de leur objectif ou simplement n'avait-il pas envie de quitter l'enceinte lumineuse qui entourait le Namès.

Une fois arrivée jusqu'au cocon où se trouvait l'enfant, qu'Elend avait lâché lors de l'attaque du Paian, le Namès se pencha pour vérifier qu'il n'avait pas subi de blessures particulières lors de la première escarmouche.  Bien heureusement, il était indemne. L'Arvèles n'attendit pas plus longtemps pour le démêler des fils de soies et le prendre dans ses bras comme s'il s'agissait d'un bambin. Ni une, ni deux, ils se dirigèrent vers la sortie, des parents inquiets attendaient le retour de leur petit.

Il leur fallut un peu moins d'une heure pour arriver à l'entrée de la gueule de feu, ils étaient donc repassés par les forges et  la boutique des armuriers. Et ce sans croiser le moindre arachnide hostile. Quand la lumière du jour fut à portée de vue, le Namès arrêta d'utiliser son talisman et le rangea avec le reste de ses objets.  A une vingtaine de mètres de la sortie, plusieurs silhouettes se dessinèrent, il s'agissait de quelques paysans tous brandissant des armes de fortunes. Sans doute avaient-ils entendus les cris du monstre et s'étaient préparés à ce que celui-ci sorte de la grotte. Ils baissèrent leurs armes soulagés de voir qu'il ne s'agissait que d'eux. Des acclamations commencèrent à se soulever dans le groupe, ceux-ci redoublèrent quand ils aperçurent l'enfant dans les bras de Musica. Elend quant à lui s'arrêta pour rester un peu en arrière, il n'aimait pas être le centre de l'attention même pour des actes aussi honorables… Un couple se fraya un chemin à travers la foule et s'approcha en courant du guerrier, il s'agissait sans nul doute des parents de l'enfant. L'Arvèles le leur tendit et ils éclatèrent en sanglots en le prenant dans leur bras. Le chasseur de trésor ne les entendait pas, mais il devinait aisément que ceux-ci remerciait le chevalier pour leur avoir ramené leur fils. Celui-ci leva la main d'un geste autoritaire qui rendit presque instantanément l'attroupement silencieux.


"Merci, mes amis! Mais je ne suis pas le seul acteur de ce sauvetage, à vrai dire le vrai héros de cette aventure se trouver derrière moi! C'est grâce à lui que nous ne sommes pas morts face à la créature qui régnait dans la gueule de feu! Seul, je n'en serais surement pas revenue… Mon ami, nous n'avons pas eu l'honneur de faire de se présenter correctement. Alors approche et dis-nous le nom de l'homme qui a vaincu le démon de la gueule de feu!"


Voilà ce qu'Elend redoutait, la trop haute estime de lui qu'avait  le guerrier de lui associé à sa fâcheuse tendance à tout exagérer et théâtralisé allait le faire passer pour ce qu'il n'était pas. Et maintenant tous les regards des personnes présentes étaient fixés sur lui. La pression était telle qu'il aurait préféré retourné se battre contre le Paian au fin fond de la mine. Encore une fois, il n'y avait  pas de retraite possible et il devait affronter l'adversité. Il s'avança un peu et gonfla la poitrine. Il détestait vraiment parler en public, mais il avait encore plus peur de se ridiculiser devant tout ce monde. Dans sa tête il se répéta plusieurs fois la phrase qu'il allait énoncer: Je suis le chasseur de trésor Elend Reyes. En prenant une grande inspiration et en faisant bien attention à ne pas buter sur des mots, il articula bien soigneusement, tout en s'appuyant contre une poutre de la mine afin de prendre un air plus héroïque:


"Je suis le chasseur…"


La poutre se déroba, ce qui n'était pas la première fois dans ses aventures et l'entrée de la grotte s'effondra. L'enferment dans la gueule de feu. Seul. Avec un soupir, il sortit ses lunettes de visions nocturnes. Il avait dû encore passer pour un minable… Enfin cette catastrophe l'avait aussi sorti du pétrin, s'il trouvait la sortie bien sûr. De toute façon, s'il y avait un courant d'air, il y en avait forcément une deuxième, non ?



***



Musica et toutes les autres personnes ne purent  croire ce qu'il venait de se passer devant leurs yeux. La poussière retombait et il ne restait plus rien de l'ouverture menant aux entrailles de la gueule de feu, il n'y avait plus qu'un amas de débris et de gravas. Tous se regardèrent qu'était-il donc advenu de l'homme en rouge ? Et pourquoi avait-il fait tomber une poutre porteuse qui constituait l'entrée de la mine? L'Arvèles cligna plusieurs fois des vieux afin de s'assurer qu'il ne rêvait pas puis il éclata dans un puissant rire rauque.


"Sacré gars! Il vient de condamner l'entrée afin de finir le travail contre ce monstre qui se terre au cœur de la terre et cette fois sans que personne ne puisse le gêner en mettant sa vie en danger. L'enfoiré, il aurait pu me le dire tout de suite que je n'étais qu'un boulet pour lui au lieu de me laisser joueur au justicier!"

"Mais qui était ce type finalement Bill?"

"N'avez-vous donc pas écouté? Il est l'homme qui traverse Madelle aidant tous ceux dans le besoin. Il est celui qui tend la main, celui qui protège la veuve et l'orphelin. Le rouge et l'or sont ses couleurs car il est la flamme qui nous redonne espoir dans les ténèbres. Car il est le héros s'étant dressé contre les Récleyès, celui qui chasse le mal. Il est Le Chasseur."


4644


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Tisser la Légende

Revenir en haut Aller en bas

Tisser la Légende

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» La légende de Martin et Martine par Tournesol
» Bretagne magazine spécial légende arthurienne
» Les lieux de la légende...
» Quelque vilains dans la Légende

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Les RPs Exceptionnels :: Les Rp's Individuels-