AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Promenade nocturne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


Voyageuse

Messages : 129
Xp's : 208
Date d'inscription : 26/06/2016
Présentation : Présentation ~
Carnet : Carnet ~

Feuille de personnage
Vie:
83/100  (83/100)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Occupée pour l'instant^^
MessageSujet: Promenade nocturne Sam 16 Juil 2016 - 15:14

Quand Jade ouvrit les yeux, le soleil n’était plus dans le ciel et seule la lueur de la lune suffit à la sortir de son léger sommeil. Ses yeux bleu-vert fixèrent le plafond pendant un moment, la jeune femme ne réalisant pas tout de suite où elle se trouvait, puis quand elle eut retrouvé ses esprits elle se leva difficilement en ôtant la couverture qui recouvrait son corps, encore vêtue des habits de la veille ; la jeune femme n’avait même pas trouvé la force de les enlever. Elle porta son regard à la fenêtre de la chambre et se rendit compte que le jour n’était pas encore levé. Elle dormait certainement depuis des heures, peut-être même depuis une journée entière, s’étant laissée tomber sur son lit et endormie instantanément dès son arrivée dans cette grande auberge de Terna, elle n’avait même pas pris le temps de visiter l’immense ville qui était, paraissait-il, la ville la plus prospère et cosmopolite de tout le continent. De quoi s’y intéresser davantage, donc, mais la jeune femme n’avait pas trouvé le sommeil depuis des jours, ne s’étant arrêtée que de rares fois dans des villages durant son trajet entre Faras et Terna, sa véritable destination étant Déoli, la jeune femme ne pouvait cependant pas passer à côté d’une cité si imposante que Terna.

Jade s’extirpa de son lit et s’installa devant un miroir, constatant en soupirant l’ampleur des dégâts. Son hirsute chevelure de feu n’avait plus aucune forme tandis que son maquillage noir avait coulé sous ses yeux. Elle était bien consciente qu’elle ne pouvait pas rester comme ça, la jeune femme décida de faire un brin de toilette en se demandant bien de quelle manière elle allait pouvoir occuper sa nuit. Elle s’empara d’un coton et commença à démaquiller ses joues et ses cils avec une huile fleurant bon la rose. Elle savait que, si elle voulait arriver au plus tôt à Déoli, elle allait devoir prendre la route sans plus tarder, l’autre ville étant à quelques jours de marche d’ici -la jeune femme en était d’ailleurs déjà épuisée rien que d’y penser-. Mais elle regrettait de ne pas avoir visité l’immense cité dans laquelle elle avait l’honneur de se trouver. Quand la voyageuse eut peigné ses ondulations, elle se leva finalement et décida d’aller se rafraîchir puis de se changer. Elle se saisit de ses armes, puis quitta la pièce. Après tout, si elle n’avait pas le temps de visiter la ville pendant la journée, rien ne l’empêchait de sortir de nuit.

**

L’air frais de la nuit caressait la peau de l’épéiste qui déambulait à travers les rues quasiment désertes de Terna, profitant de la fraîcheur pour se ressourcer et réfléchir. Elle laissait traîner son regard dans tous les recoins de la ville, la jeune femme ayant toujours vécu dans le désert, elle n’était pas habituée à voir différentes architectures ; c’est pourquoi elle était toujours impressionnée et dépaysée quand elle visitait un endroit différent. L’autre raison pour laquelle elle ne se permettait pas de négliger le moindre coin était que Jade n’éliminait pas la possibilité de tomber sur un bandit en cette heure tardive, mais elle avait toujours entendu que la paix régnait à Terna, ce qui n’éliminait pas la possibilité de tomber sur qui que ce soit de malintentionné… Les rares personnes qu’elle croisait dans les rues à cette heure-ci se rendaient dans les tavernes ou étaient simplement des personnes avec qui la demoiselle préférait encore ne pas discutailler. Le capuchon de sa cape recouvrant sa vaste chevelure, la demoiselle avançait, en profitant la ville.

Enfin, la jeune femme s’engagea dans une ruelle déserte où elle aperçut une petite lumière et décida d’enlever son capuchon, se sentant à l’abri, dévoilant alors sa longue chevelure. Cette ruelle déboucha sur une petite place où il y avait une fontaine et un grand nombre de bancs, ainsi que de petites torches éclairant l’endroit. Jade s’installa sur l’un des bancs et leva son regard vers le ciel ; les étoiles brillaient fort ce soir, le ciel était vraiment magnifique. Jade ferma les yeux quelques minutes pour profiter de la brise fraîche et de la solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageur

Messages : 50
Xp's : 432
Date d'inscription : 21/06/2016

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Promenade nocturne Sam 16 Juil 2016 - 19:32

Siràjan

ft. Jade Hermine

Promenade nocturne
 Je soupire de soulagement, m'écartant de la foule, éreintée par la dure journée que je venais d'essuyer. Non pas que cela ait été ennuyant, bien au contraire ! Vous, public de Terna, êtes plutôt agréable, et il ne faisait pas spécialement chaud, ni spécialement froid. Simplement, jouer toute la journée debout, ça reste un vrai travail physique, messieurs dames ! Et puis, les acrobaties dans les rues de la Capitale, les jonglages sur les places, tout ça n'a fait que me fatiguer encore plus. Mais bon, quand on voit à quel point vous avez été généreux, remplissant presque entièrement ma bourse de pièces, je me dis que tout ça en valait la peine. Avec ça, j'avais assez pour manger et louer une chambre pendant quelques jours !

 Je m'étire un instant, empruntant une petite ruelle déserte. Je jette en passant un coup d’œil autour de moi, personne en vue. Parfait. J'en profite pour porter une main dans mon dos et défaire le nœud de mon corset, ni vu ni connu. Enfin !! Il y a beau dire, ça fait du bien de pouvoir respirer à plein poumons. Cet attirail avait beau me permettre d'avoir une taille fine qui me permettait de cacher ma vraie nature, il n'en restait pas moins très inconfortable. Sentir des baleines en acier vous compresser sans cesse le ventre, c'est juste horrible, et encore plus quand vous devez faire des acrobaties... Alors, maintenant que je suis seule… Je peux sentir avec soulagement mes muscles se décontracter, reprendre leurs place, mes cotes se desserrer, et mon torse s'élargir sous le tissu. Malgré tout mes efforts, mon corps reste le même, à mon plus grand malheur ! Et, si j'arrive plutôt bien à le déguiser, j'ai parfois besoin de le relâcher, comme ce soir. Je retire aussi ma coiffe, dévoilant mes cheveux châtains mi-longs, encore trop courts à mon goût. Espérons que je ne croise personne, mais généralement, à cette heure, la populace préfère se réunir sur les places ou dans les bars… Pas dans les petits coupes-gorges de ce genre.

 Je continues ainsi mon chemin, un petit bout de temps. Quelques vauriens m’apostrophent probablement ivres avant l'heure, et avides de chair féminine. Je vous lançais un petit regard de mépris, Messieurs, car vous comprendrez bien assez vite que je ne pourrais pas vous satisfaire ! Et si deux d'entre vous passaient déjà leurs chemin, voila que toi, le plus imbibée d'entre vous, sans doute, tu t'avançais vers moi. Allons, passe ton chemin, ça ne sers à rien. Mais voila que tu te mets à brailler, alertant probablement les autres vauriens des rues alentours.

« Et Mademoiselle ! Quoi, tu prends même pas le temps de t'arrêter ? Attends un peu, tu le regretteras pas ! »


 Et après cela, tu éclates d'un rire gras. Charmant. Et, vu comme tu cries pour pas grand-chose, je préfère ne pas te faire remarquer ta méprise… Il ne manquerait plus qu'encore plus de monde soit au courant. Car si ça ne me gêne pas plus que de la vermine des bas-quartiers soit au courant, je préfère éviter de faire courir ce genre de bruit chez mes futurs spectateurs… Surtout que je voyais au bout de la rue une petite place, qui elle, doit contenir plus que de la vermine… Et je pense que, si quelqu'un se trouve là-bas, il a dû entendre tes beuglements. Je t'ignore donc et continue d'avancer, mais voila que tu m'attrapes les poignets, en hurlants encore plus fort.


« Eh ! Je t'ai dit d'attendre, non mais oh ! »


 Je m'arrête de force, tirée en arrière par ta faute. Qu'est-ce que tu me veux ? Es-tu donc aveugle ?? Dans le doute, je porte une main à la dague se trouvant sur ma cuisse, mais voila que tu m'attrapes le bras avec ta main restante, serrant si fort que je ne pu retenir un gémissement. Tu va me laisser, oui ? Mais, à voir la lueur perverse dans ton regard, ce n'étais pas gagné…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageuse

Messages : 129
Xp's : 208
Date d'inscription : 26/06/2016
Présentation : Présentation ~
Carnet : Carnet ~

Feuille de personnage
Vie:
83/100  (83/100)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Occupée pour l'instant^^
MessageSujet: Re: Promenade nocturne Dim 17 Juil 2016 - 18:34

Des éclats de voix éclatèrent dans une ruelle adjacente, attirant indéniablement l’attention de la bretteuse qui ne jugea, en premier lieu, pas utile de se déplacer, croyant à une énième bagarre de bandits, comme quoi cette ville n’était pas si calme qu’on le laissait penser. Jade n’entendit certes, pas de bruits indiquant que les lames se croisaient, mais peut-être n’en étaient-ils qu’au stade de dispute ? Après tout, ils passaient leur temps à se chamailler et elle n’avait pas envie de s’impliquer encore une fois dans ce genre d’histoire, son escapade à Faras l’ayant vaccinée du fait de s’impliquer dans les affaires de tels scélérats. Ils étaient bien trop stupides et dangereux pour qu’on leur porte une quelconque attention. Elle les maudissait et préférait les laisser s’entretuer, à cette heure-ci, ils étaient probablement ivres... Mais son attention se porta davantage sur cette ruelle quand elle crut entendre le mot « mademoiselle ». Là, ce ne fut plus la même histoire, il s’agissait très certainement d’un bandit ayant décidé de persécuter une jeune femme, et il s’agissait exactement de la raison pour laquelle Jade avait décidé de se vêtir d’une cape pour sortir en cette heure tardive. Elle ne pouvait pas rester sans rien faire. Avant de se lever du banc, elle vérifia que son capuchon couvrant sa chevelure rousse était bien en place ; elle appréciait tout particulièrement cet habit car il cachait parfaitement ses formes et il était tout bonnement impossible de deviner qu’une jeune femme se cachait là-dessous. Puis, une main sur son arme comme à sa grande habitude, elle se leva avant de se diriger discrètement vers les voix.

Là, elle s’appuya très discrètement contre le mur, laissant dépasser sa tête pour se rendre compte de la situation ; un homme enivré tenant violement une jeune femme aux cheveux châtains par les poignets, qui sait ce qu’il aurait pu lui faire. Mais là, Jade plissa les yeux pour mieux voir, tentant de confirmer ses doutes. Non, il ne s’agissait pas d’une jeune femme. Malgré son maquillage et tout le reste, il s’agissait d’un jeune homme, elle en était presque certaine, bien que l’obscurité ne l’aida pas à se faire un réel avis. La Namès fut d’abord étonné par cette situation mais elle décida que pour l’instant, elle ne devait pas se poser davantage de question. Il ou elle était dans une situation de faiblesse et il fallait bien l’aider, qu’importe qu’il soit un homme ou une femme après tout. L’épéiste dégaina son arme en tachant de faire le moins de bruit possible et à son plus grand bonheur, l’homme ne l’entendit pas. Elle s’approcha lentement, très lentement, son ennemi était dos à elle ; il hurlait tellement qu’il n’entendit même pas le son de ses pas. Quand Jade arriva par derrière, l’entourant d’un bras et passant sa lame sous sa gorge, il fut si surpris qu’il en lâcha la personne qu’il tenait avec tant de fermeté. D’un ton irrité, Jade déclara :

- Dégage. Laisse-la tranquille…

Effrayé et ivre, l’homme s’exécuta et s’éloigna quelque peu, alors Jade rengaina son épée et n’y porta plus attention, le pensant à une distance respectable. Ce fut une erreur, mais nous y reviendrons plus tard. Enfin, elle reporta son attention sur la victime de cette histoire, ce jeune homme que Jade avait pris au premier abord pour une jeune femme, d’ailleurs, elle avait dit « la » mais la demoiselle n’ignorait pas qu’il s’agissait en réalité d’un homme sous cet accoutrement de femme. La poitrine que dissimulait certainement son corset au quotidien n’y trompait pas, seul ce brigand sous les effets de l’alcool était tombé dans le panneau. Jade ne savait pas vraiment ce que tout cela signifiait, elle n’était pas habituée à tomber sur tel personnage mais elle n’eut pas le temps de lui poser de question à ce sujet, après tout, ce n’était pas dans ses priorités pour le moment, ils n’étaient pas en train de discuter. La voyageuse tacha de lui afficher un sourire, quelque peu secouée par les événements de la situation et assez fière d’avoir pu empêcher quelque chose de dramatique de se produire, elle afficha alors un large sourire envers la personne qui se dressait devant elle.

- Est-ce que tout va bien ?

Alors qu’elle avait fini de poser sa question, Jade sentit quelque chose dans son dos et entendit un bruit familier, le bruit d’une épée sortant de son fourreau. Elle fut prise de panique. Un sentiment de peur l’envahit alors mais ses réflexes la dominèrent, elle ne se laissa pas paralyser ; avec une vitesse respectable elle se retourna en dégainant son épée, n’ayant pas réellement le temps de réfléchir, elle agit par instinct ; elle porta un coup horizontal vers son ennemi qui tenait à peine debout, et ce coup suffit à lui être fatal : l’homme hurla et tomba sur les genoux pour venir atterrir au sol, déversant une bonne partie de son sang sur la terre. Jade rengaina son arme et, rouge de panique vint porter ses mains à son visage.

- Merde je… je l’ai tué ! J’ai tué un homme ivre ! Déclara-t-elle complètement sous l’emprise de la panique, puis elle se retourna vers le témoin de toute cette scène. Je t’en supplie ne dis rien à la garde je… je voulais juste me défendre !

Ses pensées devinrent floues tellement cela était passé vite, la demoiselle sentait son cœur battre si fort dans sa poitrine qu’il aurait pu exploser. Bien sûr, ce n’était pas la première fois qu’elle tuait quelqu’un, mais cette fois, elle eut l’impression que son acte était vraiment injustifié. Après tout, cet homme était ivre, il pouvait à peine tenir son épée entre ses mains ; tout ce qui s’était passé était dû aux réflexes de la demoiselle. Toujours paniquée, elle ne quittait pas du regard son interlocuteur et prit une nouvelle fois la parole, tâchant d’estomper vainement les gouttelettes de sang qui avaient giclé sur sa cape en les frottant avec ses mains.

- E-Ecoute il faut qu’on file vers ma chambre, à l’auberge… Si la garde nous retrouve, on est fichus…

Elle ne parvenait toujours pas à retrouver son calme, complètement effrayée à l’idée que la garde ne les retrouve.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageur

Messages : 50
Xp's : 432
Date d'inscription : 21/06/2016

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Promenade nocturne Lun 18 Juil 2016 - 22:47

Siràjan

ft. Jade Hermine

Promenade nocturne
Et mince… Finalement, tu as bien réussi ton coup, satané vaurien, car du monde rameute de la petite place. Une tête dépassait du mur, sans doute quelqu'un de passage qui veut lancer un coup d’œil par curiosité, avant de retourner égoïstement vaquer à ses petites affaires. Vous, les Parlèms, vous avez beau être un excellent public, quand il s'agit d'agir, vous êtes bien plus discrets ! Rien, personne. Mais bon, cette lâcheté et cette curiosité sont bien humaine, et Déesse savait que j'aurais sans doute fait de même. Allez, je suis sympa, j'évite même de te regarder trop longtemps pour que l'autre malappris ne te remarque pas, avait, et que tu puisses profiter du spectacle. Si spectacle il y a, car je n'ai toujours aucune idée de comment me défendre.

Mais finalement, tu sembles différent des autres. Tu t'avance, sors de ta cachette, et je vois à ma plus grande surprise la lune se refléter au bout de ton bras. Ou plutôt, à mieux regarder, le bout de ta lame. Je cligne des yeux, une fois, deux fois, trois fois, tandis que l'ivrogne continue de me postillonner dessus. Quoi, tu n'es pas sérieux ?? Tu as l'intention de te mêler à tout ça ? Déesse, ta bonté te perdras. N'empêche, si tu réussis ton coup, je t'en devrais une. Tu t'approches de plus en plus, pour venir coller ta lame sous la gorge de l'autre ivrogne, qui me lâche. Vraiment, mec, t'es un chic type. Et en plus, tu demandes au vilain ;

« Dégage. Laisse-la tranquille »

Oups, double surprise. Rectification, tu es une chic Demoiselle. Ne m'en veux pas, hein, sous ta cape, je n'arrivais pas à distinguer. En tout cas, j'étais plutôt satisfaite que tu n'ai pas vu la supercherie. Vite, pendant que l'ivrogne déguerpissais, je remets ma coiffe, et je m'apprête à tirer à nouveau sur les laçages de mon corset. Mais non, tu me regardes maintenant, et si je fais ça, tu comprendras immédiatement qu'il y a anguille sous roche. Ou plutôt, sous robe. Je m'applique donc plutôt à te faire mon plus beau sourire, et constate avec une certaine satisfaction que tu fais de même. En me regardant droit dans les yeux en plus, làààà, parfait.

« Est-ce que tout va bien ? »

« Oui, très bien, grace à v- »

Bon, je présume que la réponse va attendre. Car tu te trouves maintenant dos à moi, face à l'ivrogne que je n'ai même pas entendu arriver. Respect, quels réflexes ! Mais alors, l'homme poussa un hurlement, beaucoup plus fort que tous les précédents. Hey, ne t'inquiètes pas, ce n'est tout de même pas la peine de le frapp-

… Surtout que tu n'as pas l'air d'y avoir été de main morte. Mais alors là, pas du tout du tout. L'homme tombait au sol, et du sang dégoulinait de ce qui avait été un bel ivrogne. Paix à son âme. Et non, Messieurs autour, ce n'est pas un trucage. Il n'y a qu'à voir le visage de ma sauveuse, qui virait aussi écarlate que la flaque qui se forme au sol pour en avoir la preuve.

« Merde, je… je l'ai tué ! J'ai tué un homme ivre ! »

Oui oui, on avait vu ça. J'observais le type à terre, puis les quelques badauds derrière, qui, heureusement, devaient être trop imbibés pour se rendre compte de la situation. Pendant ce temps, tu te retournais vers moi, toute paniquée :

« Je t'en supplie ne dis rien à la garde je… Je voulais juste me défendre ! »

Te défendre ? Oh, tiens, maintenant que tu le dis, c'est vrai que l'homme tiens une arme dans sa main. Finalement, tu nous a peut-être bien sauvé la vie, à toutes les deux. Et puis, ce genre d'endroits ne s'appelaient pas coupe-gorge pour rien, après tout, hein ! Enfin, je faisais le malin, mais moi non plus je n'en menais pas large. A voir tout ce sang par terre, je sentais le mien quitter mon visage, pour me faire devenir blême. J'essayais tout de même de te rassurer.

« Ne… Ne t'en fais pas, hein, motus et bouche cousu... »

Et j'eus un petit rire nerveux. Vraiment, voir tout ce sang, ça me rendait tout chose. Pourtant, j'avais déjà vu des cadavres, lors de cérémonies avec Père… Mais bon, ils avaient été nettoyés avant, quoi ! Et ceci dit, tu ne semblais pas beaucoup plus à l'aise que moi, essuyant frénétiquement le sang sur ta cape.

« E-Ecoute il faut qu'on file vers ma chambre, à l'auberge… Si la garde nous retrouve, on est fichus… »

Attend. Quoi ? Tu viens de tuer un homme sous mes yeux, et tu me proposes de venir chez toi, comme ça, pénard ?? Non non non non. Je n'y tiens vraiment pas, on va repartir chacun de notre côté, et…

Mais alors, des éclats de voix se font entendre à l'autre bout de la ruelle. Et, à entendre le ton et le niveau de langage qu'ils emploient, ce ne sont visiblement pas des vauriens de bas-quartiers comme ceux de tout à l'heure. Des gens arrivent, et, s'ils nous prennent, c'est à la fois fichu pour ma réputation, pour mes spectacles, pour ma liberté. Et ça, c'était complètement hors de question. Vite, je te prend la main, te tirant hors de cette ruelle macabre, vers la place, resserrant mon corset de mon autre main. Pas assez, mais suffisamment pour pouvoir croiser des gens sans qu'ils ne se posent trop de questions. Je lançais un dernier regard à l'ex-ivrogne, reconvertit en cadavre, avant de te laisser.

« Elle est où, ton auberge ? Par pitié, dis moi que c'est proche »

Mais heureusement, elle ne se trouve pas à l'autre bout de la ville. On déambule les rues, tu me guides un moment, et on y est. Parfait. J'entre, et par chance, seul un garçon de garde se trouve sur les lieux. Il s’apprête à nous apostropher, ce qui n'étais pas une bonne chose vu l'état dans lequel nous étions, tu y consens. Je pose donc un doigt sur mes lèvres, et lui adressait un petit clin d’œil légèrement aguicheur. Il cligne des yeux quelques secondes, avant de remarquer mes formes atypiques, et de retourner vaquer à ses occupations, rouge. Bon, tu auras peut-être la réputation de côtoyer des gens étrange la nuit, mais au moins, on ne te soupçonnera pas de meurtre.

Je monte avec toi jusqu'à ta chambre, y rentre, avant de me tourner vers toi.

« Bon, maintenant que nous sommes là… Qu'est-ce que tu as l'intention de faire, pour cette histoire de meurtre ? »

Certes, c'est moyen comme entrée en matière. Mais bon, j'avais un peu de mal à aligner deux idée et deux phrases correctes en ce moment, alors, ne m'en veux pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageuse

Messages : 129
Xp's : 208
Date d'inscription : 26/06/2016
Présentation : Présentation ~
Carnet : Carnet ~

Feuille de personnage
Vie:
83/100  (83/100)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Occupée pour l'instant^^
MessageSujet: Re: Promenade nocturne Mer 20 Juil 2016 - 23:46

Des éclats de voix commencèrent à se faire entendre à l’autre bout de la ruelle, et, à les écouter parler, Jade réalisa tout de suite qu’il ne s’agissait pas là de pauvres bandits ivres et loin de là, leur niveau de langage était bien trop élevé. La voyageuse aurait mis sa main au feu que l’agitation qui s’était créée autour de sa partenaire (Jade opta pour employer le genre féminin) et elle-même avait attiré la garde de la ville, encore un peu et les deux jeunes femmes devraient dire adieu à leur liberté. Quelle plaie. Jade aurait aimé régler ce conflit sans qu’aucun drame n’ait lieu, mais il faut croire que le destin en avait voulu autrement et maintenant, les deux demoiselles se retrouvaient impliquées dans cette histoire de meurtre. Par la faute de la voyageuse. Décidément, elle avait le chic pour se mettre dans des situations impossibles et sa légère addiction à la violence ne l’aidait pas au quotidien… Cependant, Jade se laissa déborder par ses émotions et était paralysée par la panique tandis que l’autre jeune femme eut la présence d’esprit de se saisir de la main de la bretteuse afin de les éloigner de cet endroit, merci à elle, sans quoi l’épéiste serait certainement restée bêtement à attendre que la garde n’arrive. Quand elles commencèrent à s’éloigner, Jade se retourna afin de jeter un œil au cadavre de cet homme étendu au sol : malheureusement, on ne pouvait pas vraiment dire qu’elle s’en voulait. Elle était seulement paniquée de se faire arrêter, mais elle n’éprouvait aucune pitié pour lui, et cela l’inquiéta un instant puis elle décida de penser à autre chose.

Et puis, la jeune femme lui demanda si son auberge était proche, Jade se contenta d’hausser les épaules en guise de réponse. Elle ne savait quoi lui dire. Elle n’était pas si proche que ça mais, heureusement, elle n’était pas non plus très loin, elles pouvaient y accéder rapidement et sans se faire remarquer si elles empruntaient les ruelles de la ville avec autant de discrétion que possible, bien évidemment. Ce qu’elles firent. Jade guida alors sa partenaire à travers les rues de Terna en espérant ne pas croiser qui que ce soit de trop curieux, d’autant plus que l’accoutrement de sa compagnonne avait plutôt tendance à attirer l’attention, mais elles y parvinrent sans trop d’encombre. Elles entrèrent dans l’auberge et, alors que Jade s’attendait à y voir beaucoup plus de monde, elle ne trouva qu’un garçon de garde sur les lieux qui s’apprêta à leur parler avant que la jeune femme qui accompagnait Jade ne décide de jouer de ses charmes en lui adressant un clin d’œil. Le jeune homme, dont les joues s’empourprèrent, décida de s’en aller sans poser plus de question que cela, alors que la voyageuse tentait tant bien que mal de dissimuler les tâches de sang qui s’étaient déposées sur sa cape. Il ne s’agissait pas là de la façon la plus typique de se débarrasser de quelqu’un mais au moins, il était déstabilisé et ne reviendrait certainement pas vers elles.

Alors, elles décidèrent de monter jusqu’à la chambre de Jade qui gémit rien que de repenser à la pagaille qu’elle y avait laissé… La jeune femme n’appréciait guère les lieux désordonnés mais, cette fois, elle avait quitté la pièce si rapidement qu’elle n’avait pas pris le temps d’y faire le moindre rangement. Qu’est-ce que la demoiselle allait bien penser d’elle ? C’était stupide, mais l’épéiste aux cheveux de feu avait horreur qu’on la considère comme une personne désordonnée. Elle avait honte d’inviter quelqu’un alors qu’elle avait laissé la pièce dans cet état mais, tant pis. Quand elles y pénétrèrent, le lit était défait, des restes de nourriture restaient sur la table et surtout, la pièce n’était éclairée que par la lumière de la lune qui passait entre les lattes des volets. La rouquine se saisit d’une bougie qu’elle s’empressa d’allumer et de poser sur la table de chevet ; une lumière tamisée envahit l’endroit que Jade ne pouvait décidément pas laisser dans cet état -et puis, avec la panique qui l’occupait encore, il fallait bien qu’elle s’occupe-, elle se dirigea vers son lit pour remettre ses draps en ordre tandis qu’elle se décida à prendre la parole.

- Je t’en prie, installe-toi.

La demoiselle ne l’aida pas à se détendre tandis qu’elle l’interrogea sur ses projets pour échapper à cette histoire de meurtre. Le cœur de Jade battait à la chamade dans sa poitrine, elle était certaine que si elle ne pensait pas à autre chose, elle allait s’évanouir. Elle ne s’était jamais retrouvée impliquée dans une telle affaire, prête à se faire arrêter. Elle n’avait aucune idée de si quelqu’un l’avait vue ou même de si elle était hors de danger. Quand la voyageuse eut terminé de replacer ses draps, elle se décida finalement à ôter sa cape pour dévoiler son épaisse chevelure rousse et ses vêtements qui, eux, étaient encore parfaitement propres. Elle prit une profonde inspiration et se tourna vers sa partenaire en prenant un air grave. Elle n’avait pas l’air de saisir qu’elle était tout aussi impliquée qu’elle et, qu’elle aussi risquait se faire arrêter, même si Jade ne pouvait s’empêcher de se dire que cet homme l’avait bien cherché ; sa haine contre les bandits ne connaissait aucune limite. Elle tenta de retrouver son calme avant de déclarer :

- Je ne vais rien faire. Je vais quitter cette ville dès l’aube, avant que l’on ne commence à me soupçonner, et, honnêtement, je te conseille d’en faire de même. Personne n’a pu voir mon apparence, mais toi, on t’a vue, alors…

Jade s’approcha de la table pour ramasser les miettes avec ses mains, avant de les jeter dans sa corbeille. Elle ne savait pas si prendre la fuite d’ici était une bonne solution, mais elle était décidée : dès que les premiers rayons du soleil apparaitraient, il était hors de question qu’elle reste ici, au risque de se faire mettre derrière les barreaux. Peut-être s’angoissait-elle pour rien. Certes, elle était plus ou moins dissimulé sous sa cape, mais elle n’avait guère l’habitude de se trouver dans ce genre de situation et cela l’angoissait au plus haut point. A côté, sa partenaire semblait beaucoup plus calme. Peut-être ne réalisait-elle pas la gravité de la situation, ou tout simplement arrivait-elle à contenir ses émotions. Jade essaya : en vain, son visage était toujours rouge de panique. Elle s’assit finalement sur l’une des chaises en regardant dans les yeux l’autre jeune femme.

- Au fait, je m’appelle Jade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageur

Messages : 50
Xp's : 432
Date d'inscription : 21/06/2016

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Promenade nocturne Ven 22 Juil 2016 - 10:04

Siràjan

ft. Jade Hermine

Promenade nocturne
 Tu allumes la lumière, et je peux voir un peu plus clairement la pièce autour de moi. Et bien ! On peut dire que le rangement, ce n''est pas ton fort, hein ? Ne t'inquiète pas, je suis sas doute un peu pareille. Déjà, mon lit aussi est sûrement défait, en ce moment-même… Et pourtant, tu t'empresses de le remettre en ordre, comme si c'est la chose la plus urgente en ce moment, et que cela t'importait bien plus que ces hommes qui nous recherchent sûrement. En tout cas, tu es bien accueillante ; Malgré cette petite chambre de fortune, tu me proposes de m'installer. Je t'adresse un petit sourire et te remercie, avant de m'asseoir sur le rebord du lit que tu viens juste de faire.

 Je regrette légèrement ma question, peut-être un peu trop directe. Tu parais vraiment mal, tantôt blanche comme un linge, tantôt rouge. J'hésite à te demander de t'asseoir, pour aller demander un verre d'eau au rez-de-chaussée, tant tu sembles proche du malaise. Même si tu as raison d'être dans cet état. Quant à moi, je ne ressens rien pour le moment, sans doute tout cela va venir après, comme d'habitude. Oui, je ne me rends pas encore bien compte pour le moment. Je me sens juste vide, fatiguée. Je n'ai qu'une seule hâte, rentrer dans mon auberge, me réfugier sous la couette et dormir de tout mon soul, pour oublier un peu cette soirée un peu trop mouvementée à mon goût.

 Tu retires ta cape, et je peux enfin voir un petit peu à quoi tu ressembles. Franchement belle, et surtout, tu possèdes une chevelure magnifique, flamboyante, épaisse. J'aurai donné cher pour en avoir un jour de tels, à la place de mes cheveux châtains et si plats. M'enfin, ce n'est pas le moment de m'occuper de mon état capillaire, hein ? Tu sembles réessayer de prendre ton calme, avant de te tourner vers moi avec une véritable tête d'enterrement. Plutôt adaptée aux circonstances, ceci dit. Sans doute devrais-je essayer de prendre la même expression, même si je ne ressens rien pour le moment ?

« Je ne vais rien faire. Je vais quitter cette ville dès l’aube, avant que l’on ne commence à me soupçonner, et, honnêtement, je te conseille d’en faire de même. Personne n’a pu voir mon apparence, mais toi, on t’a vue, alors… »


 Mince, là-dessus, tu as bien raison. Même si ces quelques ivrognes de passages ont été trop soûls pour retenir les traits de mon visage, ma tenue, elle, est remarquable. Et, même si je viens à en changer, à la description qu'ils feront, n'importe quel spectateur m'ayant vu aujourd'hui saura faire le rapprochement. Ça a beau n'être qu'une menace ayant dégénéré dans un petit coupe-gorge, si je revenais, demain, comme un fleur, j'allais sûrement me faire arrêter. Alors je soupire, résignée à repartir si vite d'une si belle ville avec un si bon public. Oh, je reviendrais, c'est sûr, mais dans combien de temps ? Ça ne se compte pas en jours, ça, c'est sûr.  


« Tu as sans doute raison… Malheureusement. »


 Pendant ce temps, tu continues ton petit ménage. Voilà maintenant que tu t'attelles à la table, nettoyant les quelques poussières se trouvant dessus. Allons, arrête donc de t'en faire ainsi pour si peu ! Tu ferais mieux de t'asseoir un peu, comme moi, pour essayer de contenir ton stress. Te voir ainsi t'affairer, les joues encore rouges de panique et de honte, ça ne fait que faire remonter le souvenir de la scène dans ma tête. Et voila, voila un peu que je commence à culpabiliser. J'aurai préférer le faire une fois seul, dans ma chambre ! Mais non, c'est trop tard, et je fixe le sol en essayant de penser à autre chose.

 Mais le souvenir de cet homme me tourne dans la tête. Et si je n'étais pas passée par cette rue ? Peut-être serait-il encore vivant, à boire un verre dans les rues. Et qui sait, peut-être y a-t-il quelque part un ennemi qui déplorait sa mort, me haïssant, qui sait, pour ce meurtre que je n'ai pas commis ?


 Mais tu t’assoies finalement, et ta voix me fait enfin sortir de ces pensées macabres.


« Au fait, je m’appelle Jade. »


 Je clignais un peu des yeux, avant de me rendre compte qu'effectivement, nous ne nous étions pas présentées. Bah, il était encore temps d'y remédier.


« Siràjan. Enchantée, enfin, même si les conditions actuelles ne s'y portent pas vraiment... »


 Au fond, heureusement que tu aies pris la parole. Le silence était devenu pesant, et surtout, je me sens mieux quand je parle. Ça évite de penser à autre chose, et, en ce moment, c'est exactement ce qu'il me faut, me changer les idées. Il aurait un temps pour déplorer le mort, bien entendu, mais je sens que ce temps n'est pas encore venu. Après tout, nous n'allons tout de même pas nous morfondre toutes les deux, chacune dans notre coin ! Non, ce moment était le temps d'une rencontre, et j'ai appris, au fur et à mesure des années, qu'il ne faut gâcher ce genre de temps pour rien au monde. Alors je continuais, sur un ton que je voulais le plus calme et chaleureux possible ;


« Dis-moi, que fais-tu ici, dans cette ville ? Moi, je fais des spectacles de rues, cirque, acrobaties, farce et tout le reste. Tu m'auras peut-être déjà croisée dans les rues, aujourd'hui, d'ailleurs. »


 Je te regarde ensuite, un petit sourire légèrement timide au visage. Mais cette question n'est pas qu'une simple politesse, pour faire passer le temps. J'aimerais vraiment savoir ce qui t'amènes ici, un métier, peu-être ? Dans l'escrime, ou le combat, assurément. Sinon, c'est du gâchis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageuse

Messages : 129
Xp's : 208
Date d'inscription : 26/06/2016
Présentation : Présentation ~
Carnet : Carnet ~

Feuille de personnage
Vie:
83/100  (83/100)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Occupée pour l'instant^^
MessageSujet: Re: Promenade nocturne Dim 24 Juil 2016 - 18:11

Sirajàn, c’était son nom. Cette jeune femme à l’allure si extravagante portait un nom tout aussi étrange, en tout cas cela ne courait certainement pas les rues, elle n’avait jamais entendu rien de tel. Jade en vint même à se demander s’il s’agissait là d’un pseudonyme dont la demoiselle usait quand cela lui prenait... Peut-être ne voulait-elle pas lui donner son vrai nom, peut-être n’avait-elle pas confiance en l’épéiste aux cheveux de feu ? Si c’était le cas, cette dernière ne pouvait de toute façon pas lui en vouloir, elle aurait ses raisons : Jade venait à l’instant de tuer un pauvre ivrogne devant ses yeux à cause de ses réflexes violents et de l’impliquer dans une affaire de meurtre. De quoi se méfier, vous y conviendrez, d’autant plus que la bretteuse ne trouva d’autre solution que d’embarquer la demoiselle dans sa chambre d’auberge. Oui, Sirajàn devait être sur la défensive. Ou peut-être pas : la demoiselle qui se tenait devant elle n’avait pas l’air plus paniquée que cela. Jade se demandait d’ailleurs comment elle pouvait rester assise là, aussi calme, sans même paniquer, alors qu’elle-même tentait de reprendre ses esprits, assise sur sa chaise à essayer d’oublier cette histoire et de se concentrer sur son interlocutrice qui changea de sujet, à la plus grande joie de l’épéiste.

La demoiselle l’interrogea sur les raisons de sa présence en cette ville tandis qu’elle lui expliquait qu’elle était une artiste de rue. La rouquine porta une nouvelle fois son regard bleu-vert sur la tenue de sa camarade : ceci expliquait cela. Mais rien n’expliquait encore la raison pour laquelle cette jeune femme qui était en fait un jeune homme se vêtait de cette manière. Mais la Namès préféra encore ne pas soulever ce sujet, ayant peur de la froisser ou de paraître idiote, voire de parler de quelque chose de tabou pour sa compagnonne, qui sait ? Jade réfléchit un petit instant ; que pouvait-elle bien lui répondre, si ce n’est qu’elle cherchait du travail encore et toujours. La jeune femme n’avait pas eu la moindre pièce depuis qu’elle avait quitté Faras et sa bourse se vidait de plus en plus, sans oublier que le coût de cette chambre était bien trop élevé à ses yeux. Si elle ne trouvait pas d’emploi dans les prochains jours, elle allait devoir une fois de plus dormir à la belle étoile…

- A vrai dire, je ne suis pas là pour une raison spécifique. Je me rabats sur les grandes villes pour trouver du travail, et à vrai dire, je n’en trouve nulle part. Déclara-t-elle en un soupir, un petit sourire accroché aux lèvres. J’aurais aimé te voir à l’œuvre mais je n’ai pas pu visiter la ville, j’ai passé la journée à me reposer. Je n’ai même pas encore eu le temps de faire le tour de Terna !

A peine l’épéiste eut-elle terminé sa phrase que son estomac criant famine se fit largement entendre dans la pièce. Les joues de la demoiselle s’empourprèrent de honte tandis qu’elle serra par réflexe son ventre de ses deux bras, espérant que la jeune artiste de rue n’y ait pas fait attention... Avec toute cette agitation et sa fatigue de la veille, Jade en avait oublié de s’offrir quelque chose à manger alors que l’auberge proposait de délicieux plats -elle avait pu jeter un œil à la carte en arrivant- ! La jeune femme se leva et se saisit de sa bourse avant de partir en direction de la porte, un sourire sur le visage tandis que son teint reprenait peu à peu des couleurs.

- Si ça te dit on peut partager un repas en attendant que l’agitation dans la ville passe, histoire que tu puisses rentrer dans ton auberge tranquillement. Déclara Jade avec un sourire accroché aux lèvres. C’est moi qui offre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageur

Messages : 50
Xp's : 432
Date d'inscription : 21/06/2016

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Promenade nocturne Lun 25 Juil 2016 - 19:08

[quote="Sirajàn"]

Siràjan

ft. Jade Hermine

Promenade nocturne
Je t'intrigue, j'ai l'impression. Après ma question, tu regardes ma robe avec insistance. Effectivement, celle-ci n'était pas banale, mais ce qui m'inquiètes, c'est si tu as remarqué ce qu'il y avait vraiment en dessous. Même maintenant, je sens que mon corset n'est pas assez serré, et j'ai l'impression que son tissu se détend lentement, que les baleines se redressent sur mes côtes. Mince, je n'ai pas dû nouer suffisamment les lacets. En tout cas, si tu as compris ce que je suis, tu n'en touches pas un mot, à mon plus grand soulagement. Malgré tout, j'essaye de porter discrètement ma main à mon dos, tirant de mon mieux sur les fils du corsage, ce qui a pour effet de le resserrer un peu, mais pas suffisamment. Pendant ce temps, tu me réponds :

« A vrai dire, je ne suis pas là pour une raison spécifique. Je me rabats sur les grandes villes pour trouver du travail, et à vrai dire, je n’en trouve nulle part. J’aurais aimé te voir à l’œuvre mais je n’ai pas pu visiter la ville, j’ai passé la journée à me reposer. Je n’ai même pas encore eu le temps de faire le tour de Terna ! »


Je suis un peu surprise par ta réponse. Aucun travail ? Où cherches-tu donc ? Enfin, je présume que je ne peux pas savoir, n'ayant moi-même aucun employeur. Et, franchement, c'est bien plus facile ! Je me dis parfois, tout le monde devrait faire pareil. Pas artiste, bien sûr, -je ne tiens tout de même pas à encourager la concurrence- mais ne travailler que pour soi, c'est franchement bien plus facile. Tu ne te demandes pas d'heures minimums, tu choisis tes heures de repos, et tu ne te prends pas de bénéfices ! Ouais, vraiment, c'est la belle vie. Et puis, t'es presque sûre de passer à l'entretien d'embauche.

En tout cas, ta petite crise financière semble se faire sentir dans ton estomac. Eh, rougis pas, c'est naturel ! Je t'adresse un petit sourire, mi-amusé mi-rassurant. Et, directement, tu prends ton argent pour faire volte-face et te diriger vers la porte. Décidément, ça semble urgent !


« Si ça te dit on peut partager un repas en attendant que l’agitation dans la ville passe, histoire que tu puisses rentrer dans ton auberge tranquillement. C’est moi qui offre ! »


Mh ? Un repas ? Ma foi, pourquoi pas, car je n'ai pas non plus eu le temps de manger. Même si le souvenir de cette scène de rue risquerait de limiter mon appétit, j’accepte ton offre… Du moins, en partie.


« Pour le repas, volontiers, mais tu ne payeras pas seule ! La journée a été plutôt fructueuse de mon côté, et ça m’ennuierait de te faire payer alors que j'ai quelques pièces qui n'attendent que ça. »


En disant ça, je me lève, et me dirige d'un pas décidé dans ta direction. Tu vas sans doute insister pour que tout soit de ta poche, comme la plupart des personnes, mais ça, ça m'embête. Mais alors, je sens un léger « Clac » dans mon dos. … Merde. Je sens les laçages se relâcher, et vite, très très vite, je me rassois sur le lit, gênée, avant de te lancer dans un flot de parole discontinu ;


« Enfin, j-je te laisse choisir le menu… Tu dois sûrement avoir bon goût, niveau nourriture, et puis je ne suis pas spécialement difficile... On se partagera juste la note. En tout cas, tu ferais bien de te dépêcher, il est déjà tard et y'aura pas forcément de service à cette heure, alors profite vite qu'il y ait encore quelqu'un en bas, le garçon de toute à l'heure pourrait partir à tout moment... Bref, je t'attends ici. »


Allez file, dépêche toi. Moi, j'ai à faire, et ça devient urgent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageuse

Messages : 129
Xp's : 208
Date d'inscription : 26/06/2016
Présentation : Présentation ~
Carnet : Carnet ~

Feuille de personnage
Vie:
83/100  (83/100)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Occupée pour l'instant^^
MessageSujet: Re: Promenade nocturne Mar 26 Juil 2016 - 14:57

Partager la moitié de la note ? Quelle bonne idée. Jade n’insista pas et finit par se dire qu’après tout, ce n’était pas plus mal étant donné qu’elle ne roulait définitivement pas sur l’or. Il n’était pas là question d’une quelconque avarice, la bretteuse était bel et bien fauchée. Bien que ce fut l’un des moments elle était la plus riche grâce à l’argent qu’elle avait récupéré à Faras, elle ne pouvait pas non plus se permettre trop de folie au risque de finir sur la paille dès ce soir et de ne pas pouvoir régler sa chambre d’auberge. C’est donc au risque de paraître impolie que Jade haussa seulement les épaules quand la demoiselle lui dit qu’elle allait payer sa part. Très bien, après tout, il n’était pas très agréable d’insister à ce sujet n’est-ce pas ? Alors que la jeune femme s’apprêtait à ouvrir la porte pour descendre au rez-de-chaussée, Sirajàn lui emboita le pas avant de précipitamment se rassoir sur le lit, se mettant soudainement à déblatérer quelque chose comme quoi Jade devrait choisir car elle avait l’air d’avoir bon goût et qu’elle allait l’attendre ici.

Jade hésita un instant. Elle ne connaissait pas réellement cette personne, qu’adviendrait-il si elle était en réalité une voleuse ? Si Jade descendait et qu’elle remontait plus tard avec les plats, rien n’indiquait que la jeune femme serait encore dans la pièce à son retour. Mais elle secoua sa tête pour remettre ses esprits en ordre : non, après tout, il n’y avait rien à voler dans cette pièce, Jade ne possédait aucun objet de valeur susceptible d’intéresser une voleuse, il n’y avait pas vraiment de quoi s’en faire. Alors, même si elle trouva l’attitude de la jeune femme des plus louches, elle décida de ne pas faire de vague en espérant qu’elle ne se montrait pas trop naïve en lui faisant ainsi confiance... Elle la questionnerait peut-être plus tard à ce sujet. La bretteuse ouvrit finalement la porte pour descendre les escaliers avec rapidité et, à son plus grand soulagement, il y avait encore quelques personnes prêtes à servir un repas bien chaud au rez-de-chaussée. Deux personnes plutôt louches étaient d’ailleurs assises à une table dans un coin de la pièce en discutant de manière très discrète, le cœur de Jade fit un bon dans sa poitrine quand elle se rendit compte qu’il s’agissait de deux gardes. Elle tacha d’avoir l’air le plus naturelle possible quand elle commanda deux plats de viande qu’on lui servi rapidement avant qu’elle ne remonte l’escalier en trombe.

Quand elle arriva dans la pièce, elle claqua la porte, la ferma à clés et déposa les deux plats sur la petite table de sa chambre d’auberge avant de se tourner vers sa compagnonne -qui n’était heureusement pas partie- d’un air paniqué :

- Il y a des gardes en bas ! Si ça se trouve, ils te cherchent ! Rah, c’est pas vrai, on est dans le pétrin… ! Puis Jade se laissa tomber sur l’une des chaises d’un air dépité, décidément, il lui en fallait peu pour lui saper le moral.. !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageur

Messages : 50
Xp's : 432
Date d'inscription : 21/06/2016

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Promenade nocturne Jeu 28 Juil 2016 - 11:13

Siràjan

ft. Jade Hermine

Promenade nocturne
Vite, vite, je profite de ton départ pour m’affairer à ce fichu corset. Je m'approche d'un miroir posé sur une commode, me retourne et observe l'état de mon dos. Les lacets forment des nœuds désordonnés, et surtout, ne soutiennent rien. Vite, très vite, je défais les nœuds superflus, tire sur les différents lacets, les remets comme il faut. Enfin, je sens les baleines ses resserrer sur mes côtes, et noue une dernière fois les lacets pour qu'ils restent en place. Parfait.

Mais déjà, tu revenais, j'entends tes pas dans l'escalier. Et bien, tu as fait vite ! Je vais tranquillement me rasseoir sur le lit, plus serein cette fois. Quoique cela ne semble pas vraiment pouvoir durer, vu la tête que tu tires. Eh bien ? Le cuisinier a tué la bête sous tes yeux, ou quoi ?

« Il y a des gardes en bas ! Si ça se trouve, ils te cherchent ! Rah,c'est pas vrai, on est dans le pétrin… ! »

… Effectivement, il y avait de quoi paniquer. Encore, pour toi, ça va ! Au pire, tu auras quoi ? Amende pour avoir hébergé une criminelle ? Et encore, si tu te débrouilles bien pour mentir, tu n'en auras même pas. Mais moi, si on me cherche, c'est que ça sent trèèèès mauvais pour moi. Là, je commence à paniquer, cherchant rapidement du regard toutes les issues possibles. La porte ? Avec les gardes qui attendent en bas ? Excellente idée, enfin, si je compte me rendre ! La fenêtre ? Trop haute, je risque de m'y rompre le cou. Et quand bien même j'en sortirais indemne, il y aurai sûrement quelqu'un qui m'attendrait en bas ! Raaah, c'était mauvais, très mauvais, tout ça pour un meurtre que je n'avais même pas commis !

Une idée, vite, une idée. Je panique de plus en plus, sens ma respiration s’accélérer dangereusement. Et les corset ne m'y aide pas. … Le corset ?

« J'ai une idée ! »

Enfin ! La solution à nos problèmes -enfin, au miens plutôt-, ce qui me permettrais de sortir de cette fichue auberge sans en être inquiétée !

« Jade, que recherchent-ils ? Une jeune femme, habillée de façon plutôt voyante, n'est-ce pas ? »

Allez, si ça se trouve, tu as déjà compris. Même si actuellement, ton esprit paniquant ne doit pas trop t'aider à mener à bien une réflexion. Qu'importe, je vais t'expliquer ;

« Mais que diraient-ils en croisant un simple jeune homme ? »

Bon, là, tu dois avoir compris, surtout vu mon état lors de notre rencontre. Il me suffis simplement de me vêtir de façon, disons…. Normale à mon anatomie, et ils ne se douteraient de rien ! Même si l'idée de me rhabiller en homme ne m’enchante pas, je ne vois pas d'autres solutions. Alors, je ne vais pas faire la fine bouche ! C'est juste pour une soirée, et peut-être la matinée de demain. Je l'ai fait durant des années, autrefois, alors, pourquoi ne pas recommencer ? Mais ces vêtements, il me les faut. Par chance, tu ne sembles pas avoir un style très féminin. Je me retournes vers toi, te demande avec ma voix naturelle, cette fois ;

« Alors, Jade… Voudrais-tu bien me prêter tes vêtements ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Promenade nocturne

Revenir en haut Aller en bas

Promenade nocturne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Promenade nocturne
» Balade nocturne [ pv : Matt ]
» Randonnée nocturne Sports et Loisirs Brasparts-Lannédern
» Qui pour une promenade nocturne ?
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Le Monde des Humains :: La Terre de Faras :: Terna-