AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Rira bien qui rira... à la fin !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Voyageur

Messages : 50
Xp's : 432
Date d'inscription : 21/06/2016

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Rira bien qui rira... à la fin ! Dim 10 Juil 2016 - 11:46

Siràjan

ft. Une demi-chèvre

Rira bien qui rira... A la fin !
 Décidément, on peut dire que vous êtes loin d'être le public le plus généreux de Madelle, vous ! Et pourtant, Arnlo ! La capitale des Parlèms ! Ne me faites pas croire que vous n'avez pas d'argent, j'entends presque vos bourses tinter sous vos somptueux vêtements. Cependant, voila maintenant deux heures que je me démènes dans la rue, jonglant, dansant et faisant rire la foule, et c''est à peine si le petit panier que j'ai placé devant moi se remplit. On est loin de mes meilleurs publics, qui eux donnaient sans compter et savaient remercier les artistes pour leurs spectacles.

 Mais bon, on sent bien que vous n'êtes pas vraiment captivés par ces arts de rues, hein ? Sans doute êtes vous trop occupés, juste le temps de sortir faire quelques achats et hop ! Vous rentrez immédiatement à la maison, pressés par quelques affaires. Sans doute, les seuls qui prennent ici le temps de s'arrêter ne doivent être que vous, Messieurs les voyageurs, peu habitués à ce genre de démonstrations, admiratifs devant chaque chose que vous découvrez, au fil des villes et des paysages. Ah, décidément, on nous dénigre bien, mais nous restons les seuls à savoir profiter de la vie. Manque de bol, je connais moi même le salaire moyen des vagabonds que nous sommes : Entre la misère et le minimum vital. Alors ce n'est pas vous qui allez m'aider à manger ce soir, malheureusement. Autant vous attirer vous, habitants de la capitale, mais bon… Des spectacles ne devaient pas manquer par chez vous, car vous semblez bien lassés…. Ou alors, il me faut trouver autre chose. Puisque les acrobaties et la danse ne semblent pas avoir d'effets sur vous, pourquoi ne pas essayer quelques chose de plus… Comique ?

 J'avais déjà essayé de vous faire rire de moi, mais ça n'avait pas marché. Sans doute trouvez-vous cela trop prévisible, trop préparé ? Car après tout, on s'attend tous à voir les clowns raconter des blagues, tomber exagérément ou faire des choses stupides. Il vous faut quelque chose de plus surprenant. Un n'importe quoi qui puisse étonner suffisamment pour déclencher vos rires, et par la suite, peut-être d'éventuels dons. Un n'importe quoi… Ou plutôt un n'importe qui.

 Oui, il me fallait quelqu'un d'aléatoire, quelqu'un à mêler à mon spectacle. Les choses qui vous font le plus rire sont souvent celles qui vous inclues, n'est-ce pas ? Alors prenons quelqu'un au hasard, n'importe lequel d'entre vous fera l'affaire. Enfin presque. Je montais sur un muret, et vous observais tous un par un, cherchant le plus adapté d'entre vous. Toi, petit ? Non, certainement pas. Les gosses ont souvent des réactions exagérées et enfantine, qui ne peuvent faire rire que les plus simplets. Vous, Monsieur au fond, qui levez un sourcil dubitatif ? Hors de question, vous seriez capable de prendre la mouche ou de piquer un scandale. Alors qui ?

 Et enfin, je l’aperçus. Ma perle rare, quelqu'un qui vous amusera tous à coup sûr !  Allons allons, ne bouge surtout pas mon joli, le temps de préparer mon tour et je suis à toi !


Dernière édition par Sirajàn le Sam 16 Juil 2016 - 16:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Exilé

Messages : 72
Xp's : 431
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 16
Présentation : ~Par ici~
Carnet : ~Clique donc~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Rira bien qui rira... à la fin ! Mar 12 Juil 2016 - 2:15

  • Ysenbal Otta
  • ft. Danish Girl
Rira bien qui rira le dernier !
Je marchais sans but, au hasard, et ce depuis le début de la journée. Voilà qui confirmait mes doutes: je n'allai hanter les rues d'Arnlo que pour quelques jours. Il y avait un je-ne-sais-quoi dans cette ville que je ne sentais pas. C'était pourtant joli, et leurs bibliothèques valaient le détour, mais le problème devait venir de la populace. Ça empestait le bourgeois par où j'étais, et Dieu savait que je n'aimais pas ces gens là. Oh, rien de très personnel, seulement, pour éviter les ressentiments, il fallait que le courant passe des deux côtés. Pour ce qui est du courant, je crois que c'est foutu. Je voulais bien admettre que mon faciès était pour le moins exotique, mais y'a un minimum de décence à avoir. Tiens, la vieille qui me reluque là-bas, je te fais risette gratis alors embarque tes courses et va voir ailleurs si j'y suis.

Décidément, j'étais de sale humeur, et ça allait pas s'arranger d'ici demain. Il faudrait que quelque chose de génial me tombe dessus ; mais allez savoir pourquoi, vu la poisse que je me coltinais depuis un bon bout de temps, j'y croyais moyen, pour ne pas dire pas du tout. Par exemple, lors de ma petite excursion à Faras, je m'étais réveillé dans le logis d'un monsieur après une soirée bien arrosée. Et si j'avais eu un peu de mal à me remémorer correctement les événements de la veille, le monsieur en question, lui, semblait prêt à tout me raconter. Mais je ne lui avais pas laissé ce plaisir. Passons.

J'avais pu déambuler dans les rues sans problèmes mais bientôt, je fus ralentis par quelques groupuscules qui finirent par ne former qu'une seule masse de bonnes-gens. Bien embêté, je jouai des coudes afin de me frayer un chemin dans cet océan de chair fragile composé en grande partie de messieurs dames bien propres et cela va sans dire, insupportables. Bordel. Fatalement, je rencontrai homme-plus-fort et fus bien obligé de rester au point mort une minute ou deux, le temps que ce grand manitou se décide à bouger. En attendant, une clameur attira mon attention, et il se trouva que la clameur en question était la raison de ce petit rassemblement.

Près d'un muret, dominant à peine la foule se trouvait ce qui semblait être une artiste de rue, toute vêtue de froufrous d'un rose mièvre écœurant, qui n'était pas sans rappeler les couleurs pastels qu'affichaient les gamines de bonne famille que j'avais pu croiser. Le soleil se reflétait sur ses quelques bijoux et je m'autorisai un râlement quand leur éclat atteignit mes mirettes. Une madame à côté de moi m'intima le silence et je m'exécutai à contrecœur. En attendant, l'ambiance était pas au rendez-vous, à en voir les têtes de mes autres voisins. De toute manière, même si le spectacle avait été captivant, j'étais pas trop disposé à ce genre de pitreries pour le moment. Néanmoins, comme je n'avais que ça à faire et que j'aimais bien me faire du mal, je m'efforçai de suivre des yeux l'artiste aux milles reflets, qui elle même s'efforçait d'arracher une réaction positive du public. Finalement, elle escalada lestement le muret pour contempler sans trop de raisons le peuple à ses pieds. Et, oh bah tiens, mes cornes devaient se détacher drôlement dites donc, parce que le regard de la demoiselle était comme aimanté vers ma personne. Ouiii, bonjour. J'étirai mes lèvres en une sorte de rictus en agitant vaguement mes doigts en guise de salut.
No comment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageur

Messages : 50
Xp's : 432
Date d'inscription : 21/06/2016

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Rira bien qui rira... à la fin ! Ven 15 Juil 2016 - 21:20

Siràjan

ft. Une demi-chèvre

Rira bien qui rira le dernier !
 Et oui, je t'ai enfin trouvé, toi, qui te démarque de cette foule de spectateurs ennuyeux (ou ennuyés, je l'admets). On peut dire que tu fais forte impression ! Déjà que tu est assez grands, avec tes cornes, mais en plus, quel physique original ! J'ai même eu un doute, l'espace d'un instant, me demandant si tu n'étais pas toi aussi un artiste. Il faut dire que ton maquillage doit surprendre plus d'un ! Et ce n'est pas Madame à côté qui me dira le contraire, hm ? En tout cas, tu es parfait, mon mignon ! Le genre de personne à faire rire par sa seule apparence, et puis, je suis sûre que tu dois avoir le sens de l'humour. Et voila même que tu souris en secouant la main ! Parfait, ça fait plaisir à voir. Prenez donc exemple, vous autres, autour ! Ça, c'est le genre de spectateur idéal. Et je vais remercier tes efforts, ne t'en fais pas.

 Je redescendais de mon perchoir, après avoir répondu à ton salut. Je me penchais ensuite vers mon sac, pour en sortir une corde. Tiens, on dirait que ça t'intrigue, toi, gamin au premier rang. Et ça doit aussi être le cas pour vous, derrière, qui ne devez plus voir grand-chose. Une minute, je finis mes préparatifs et j'abrège vos attentes. Un nœud par-ci, avant de tourner la corde par-là, et c'est bon ! Je remonte sur mon petit muret, et constate avec joie que mon futur partenaire de spectacle n'a pas bougé. Et surtout, que ses cornes sont toujours aussi visibles. Je fais tourner la corne en l'air, une fois, deux fois, trois fois… Ah, certains d'entre vous semblent avoir compris de quoi il s'agissait, hein ? Et les autres ne devraient pas tarder, tandis que le petit lasso improvisé transperce l'air pour aller attraper la corne de ma chère cible.

« En plein dans le mille ! »

 Bon, certes, tu n'apprécieras peut-être pas d'être pris par les cornes de la sorte. Mais, ne t'inquiète pas, je n'ai pas l'intention de te traîner ici telle une vulgaire fermière. Non, je te tends chaleureusement la main, t'invitant simplement à me rejoindre.

« Allons Monsieur, puisque vous vous retrouvez ainsi empêtré dans mes fils, pourquoi ne pas me rejoindre ? »

 J'affichais un sourire encourageant, qui s'élargissait en entendant la Dame à tes côtés avoir un léger éclat de rire. D'autres gens souriaient de la plaisanterie, comme quoi ! Allons, joue le jeu, rejoins moi… Quelques gamins devant se prenaient au jeu, scandant des encouragements, vite repris par la foule. Parfait ! C'était exactement ça que je voulais ! Alors bon, maintenant, tu n'avais plus vraiment le choix… Mais tu ne le regretteras pas, promis !

 Te voila donc à mes côtés, à présent. Je t'adresse un clin d’œil et un sourire amical, avant de commencer par les bases.

« Alors dites-moi, jeune homme… Ou je peux te tutoyer ? Oui ? Alors, comment t'appelles-tu ? »

 Après tout, je n'allais pas t'appeler Monsieur durant tout le spectacle, hein ! Et surtout, je profitais de ce petit moment où tu essayais sans doute de comprendre ce qu'il se passe pour poser une main sur ton épaule, et l'autre autour de ta taille. Oh, rien d'aguicheur, juste le temps de chercher un petit quelque chose… Promis, ce sera rendu à la fin !

 En voila que j'atteignais ce que je cherchais… Un petite pochette, qui contenait un je-ne-sais-quoi, mais en tout cas, qui était facile à voler. D'un tour de main, je te prenais discrètement ton petit paquet en continuant à te sourire. Et voila ! Maintenant, il ne restait plus qu'à voir la suite…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Exilé

Messages : 72
Xp's : 431
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 16
Présentation : ~Par ici~
Carnet : ~Clique donc~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Rira bien qui rira... à la fin ! Sam 16 Juil 2016 - 20:30

  • Ysenbal Otta
  • ft. Danish Girl
Rira bien qui rira le dernier !
Oooh, trop mignon, elle me faisait coucou aussi, et elle... Redescendait ? Quoi, elle allait venir me taper la causette maintenant ? Mais que nenni, la voilà qui remonte aussitôt, avec... Une corde ? Oui, une corde. Qui semblait avoir un nœud au bout. Mon cynisme récurrent me fit aussitôt penser à une corde de pendu, mais comme les blagues à ce sujet ne devaient pas faire rire grand monde dans le coin, sinon moi, je fus bien forcé d'admettre qu'il s'agissait d'un lasso. Y'avait pourtant pas de bétail dans le coi-...

« En plein dans le mille ! »

... Que quelqu'un dise à cette demoiselle que je n'étais point du bétail. S'il vous plaît. Car en attendant, je me retrouvais la corne emmêlée dans son espèce de lasso, et moi, je trouvais pas ça très drôle. Et c'est pas faute de manque d'auto-dérision.

« Allons Monsieur, puisque vous vous retrouvez ainsi empêtré dans mes fils, pourquoi ne pas me rejoindre ? »

Mais oui Monsieur, va rejoindre gracieusement cette jeune femme, qu'est-ce que tu attends ? Elle sait se montrer convaincante la mamzelle, puisque tu as l'impression d'être obligé d'aller la rejoindre ! Je crois que mon sourire d'il y a quelques instants était en train de faner lentement, comme le reste de mon visage d'ailleurs. Elle avait pas bien choisi sa victime, parce qu'on lisait en moi comme dans un livre ouvert. Pour le moment, je considérais sa main tendue, sans esquisser de mouvement sinon un long soupir intérieur. Je fus pourtant bien contraint de faire quelque chose lorsque la foule se mit à me nourrir copieusement d'encouragements que j'aimerai bien leur recracher à la figure. Je leur jetai alors des regards furibonds et avançai d'un pas lent vers l'artiste visiblement toute heureuse d'avoir enfin obtenu une réaction de son public. Si elle espérait décrocher de moi ne serait-ce qu'un sourire...

« Alors dites-moi, jeune homme… Ou je peux te tutoyer ? Oui ? Alors, comment t'appelles-tu ? »

A peine arrivé à sa hauteur et me voilà déjà assailli de questions ! Laisse moi le temps de... De réaliser que je me trouvais devant un amas de personnes qui n'attendaient que la chute de la blague. Et bien évidemment, j'étais le dindon de la farce. Quand est-ce que j'ai touché le fond à ce point...?

"... Otta mais je te laisse le loisir de m'en trouver un nouveau, si ça te chante"

Pour je ne sais quelle raison j'avais donné mon nom de famille. Mais je n'eus guère le temps de passer à autre chose car une, non, deux mains vinrent tâter mon épaule et ma taille. Je tournai la tête et la fixa d'un air consterné. Mais qu'est-ce que tu essayes de faire au juste ? Comme elle souriait toujours, je soupirai et interrompit le contact visuel, comme si j'étais l'habitude de ses bêtises. Il valait sûrement mieux raisonner de la sorte.  
No comment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageur

Messages : 50
Xp's : 432
Date d'inscription : 21/06/2016

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Rira bien qui rira... à la fin ! Dim 17 Juil 2016 - 0:37

Siràjan

ft. Une demi-chèvre

Rira bien qui rira... A la fin !
Bon, au moins, vous souriez, vous, cher public, n'est-ce pas ? Car on dirait bien que les rôles s'inversent, et que le sourire maquillé de mon ami le liare est en train de s'effacer. Allons mon joli, ne t'inquiètes pas, tout va bien se passer. De toute façon, tu ne semble pas avoir peur du ridicule, si ? Sans doute te fiches-tu du regard des autres, vu ton apparence pour le moins originale. Alors ne sois pas si timide, assumes plus ! Après tout, c'est l'heure du spectacle !

« ... Otta mais je te laisse le loisir de m'en trouver un nouveau, si ça te chante »


 Pendant qu'il me répond, je cache la petite sacoche que j'ai dérobé dans mon jupon, sous les tonnes de fleurs en tissu. Et bien, on peut dire que tu n'es pas difficile, me laisser te choisir un nouveau nom ! Mais rassures-toi, je ne vais pas te faire ça. D'autres clowns t'auraient sans doute donné un nom bien peu plaisant, le sais-tu ? Mais non, je ne suis pas de ceux-ci.


« Non, Otta m’ira très bien… Otta le Cornu, ça ferait un bon nom de scène ! Enfin, dis-moi, Otta, ceci doit t'appartenir, n'est-ce pas ? »

 En disant ceci, je sors ta petite pochette, et la fais tournoyer autour de mon index, juste sous ton nez. Et, bien sûr, tu vas vouloir la récupérer, hein ? Très vite, je la fais voltiger en l'air, pour atterrir dans ma main droite, plus éloignée de toi. Et hop ! J’esquisse un pas en arrière, puis un autre, pour remonter sur mon petit muret, ma scène improvisée. Je lève ensuite mon nouveau butin bien haut, suffisamment pour que tout le monde puisse le voir, avant de te lancer ;

« Et bien, cher Otta ! Je présume que tu souhaites récupérer ton dû, n'est-ce pas ? Allons allons, ne t'inquiètes pas, il est en lieu sûr »


 En disant cela, je glissais le petit paquet sous ma jupe, dans une poche de ma doublure. Tu vois ? A l’abri des mains et des regards. Même du tien ! Enfin, je me doute bien que tu n'apprécie pas trop l'idée, malgré tout. Allons, sois donc patient, je t'ai préparé une jolie surprise, un splendide spectacle avec une récompense à la clé. Simplement, niveau moyens, je suis un peu juste, donc je t'ai emprunté la récompense ! Mais bon, je te fais assez patienter comme ça. Je reprends donc mon sac, et en sort deux balles multicolores, dont une que je te montre clairement.


« Je te propose un peu d'exercice, Otta le Cornu. Tu vois, cette balle ? Tu n'as qu'à l'attraper. Celle-ci, et toutes celles que je te lancerai. Ensuite, tu me les renverras. Facile, non ? »


 Voilà, tu as compris l'idée. Maintenant, la pratique ! Je te lance la première balle, celle que tu as bien remarqué, celle qui est presque impossible à louper. Et tu ne l'as pas ratée, bravo ! Plutôt adroit, dit moi, et des réflexes qui ne sont pas catastrophiques. Pas de chance, tu es tellement concentrée sur celle-ci, à la rattraper, à entamer le renvoi, que tu ne me vois pas lancer la deuxième balle de mon autre main. Et paf, celle-ci t’atteins en plein milieu du front, déclenchant les rires de l'assistance. Allons, ne m'en veux pas, c'est des balles en mousse ! Et puis, tu vas vite te faire la main, c'est promis. Mais, avant de te faire briller, il faut bien que je te charries un peu, n'est-ce pas ?


« Et bien ? Tu as déjà oublié ? Il faut rattraper les balles, mon grand ! »


 Et voila, voila enfin ce que j'attendais ! Derrière toi, les autres se mettent à rire. Même toi, la vieille coincée du milieu, tu esquisses un sourire. Et toi, le gosse, tu t'esclaffes littéralement, avec ton rire sonore qui incites d'autres à te suivre. C'est parfait ! Oui, parfait, c'est dans ces moments-là que le spectacle commence ! Allez, Otta, j'espère que tu apprécieras toi aussi cette bonne ambiance. Et puis, si tu veux te venger en me ridiculisant, tu peux ! Mais n'oublies pas ton public, c'est tout. En attendant, je fais un grand sourire en secouant mes mains.


« Allons, qu'attends-tu ? Tu me les renvoies, ces balles ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Exilé

Messages : 72
Xp's : 431
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 16
Présentation : ~Par ici~
Carnet : ~Clique donc~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Rira bien qui rira... à la fin ! Sam 23 Juil 2016 - 0:22

Ysenbal Otta a écrit:
  • Ysenbal Otta
  • ft. Danish Girl
Rira bien qui rira le dernier !
Oh mon dieu, elle n'avait pas osé. Si.

La maline brandissait sous mon nez une sacoche, MA sacoche. Quand me l'avait-elle dérobée ? Le coup des mains baladeuses me revint alors en mémoire et je maudis intérieurement ma propre stupidité. On ne m'aura pas deux fois.

Après mes vaines tentatives pour tenter de récupérer mon bien, l'artiste bondit de nouveau sur sa scène de fortune afin d'exhiber à la vue de tous son butin. Bon et bien, que je le veuille ou non, me voilà tout entier dédié à la cause du spectacle. Pas trop le choix mais bon.

« Je te propose un peu d'exercice, Otta le Cornu. Tu vois, cette balle ? Tu n'as qu'à l'attraper. Celle-ci, et toutes celles que je te lancerai. Ensuite, tu me les renverras. Facile, non ? »

- Hrmph...

Je fis bien malgré moi une moue impatientée. Y'avait-il une autre option, qui me permettrait de redescendre parmi le public mon bien en poche ? Une autre option qui n'impliquerait pas un scandale de mauvais joueur, une blessure presque accidentelle ou une mort subite ? Non ? Eh beh voilà. Je vais te les attraper ces balles. Je suis peut-être pas très rapide mais niveau agilité, je me pose l-...

... Une balle en pleine face plus tard et une bonne vingtaine de rires plus loin, j'en étais toujours au même point.

« Et bien ? Tu as déjà oublié ? Il faut rattraper les balles, mon grand ! »

Gnia gnia gnia. Chacun son talent ma vieille, c'est comme ça que marchent les choses. Je retroussai mes manches en lui lançant un sourire narquois. Je finirai pas son spectacle dans la peau du personnage idiot et pataud, quand bien même c'était ainsi que je l'avais commencé. Chaque personnage a le droit à son développement. Et c'était une règle qui ne dérogeait pas dans les meilleurs bouquins que j'avais pu lire.

« Allons, qu'attends-tu ? Tu me les renvoies, ces balles ? »

"En attendant que je me fasse la main, tu voudrais pas me dire ton nom de scène à toi ?"

Hors de question que je sois le seul à qui on fasse faire des tours comme à un gentil chien de cirque. Le problème, c'était que je n'avais qu'une balle en main et très peu d'imagination. Ainsi qu'un humour bien particulier. Je n'avais jamais ri (sobre, du moins) aux blagues qui impliquaient une chute ou un quelconque quiproquo forcé. J'allais devoir trouver autre chose pour ne pas rester légume sur scène. Je n'eus pas le temps de beaucoup tergiverser car la jeune fille lançait déjà la troisième balle. Pris de court, je tendis vaguement les mains, m'accrochant à l'espoir de rattraper celle-ci mais ça ne paya pas.

Pourtant, je ne vis pas de balle rouler à mes pieds. Je jetai un coup d’œil par dessus mon épaule. Rien qui s'apparentait à une boule salement multicolore en vue. A droite, à gauche, le vide. Je lançai un regard d'incompréhension qui balaya le public pour terminer sur l'artiste quand des rires fusèrent par ci par là. Je reportai mon attention sur les spectateurs, dont la majorité semblaient fixer un point au dessus de ma tête. Certains désignaient du doigt ou du menton un point au dessus de ma tête. Moi-même, perdu, levai la tête pour voir le point au dessus de ma tête. Ce qui eut pour conséquence de redoubler les rires. Je commençais à être définitivement désorienté quand un gamin au premier rang s'exclama:

- Otta le cornu, tes cornes ! Regarde tes cornes !

Hinhin, regarde tes cornes, t'es un malin toi. Néanmoins, comme le conseil fut repris par d'autres, je finis par porter une main à celles-ci. La balle reposait sur la pointe de l'une d'elles, et je fus d'ailleurs légèrement surpris qu'elle ne soit pas tombée entre temps. Je la brandis tout de même tout... content, avant de la renvoyer vers l'artiste.

- Ça compte j'espère ?
Osef les lois de la physique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageur

Messages : 50
Xp's : 432
Date d'inscription : 21/06/2016

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Rira bien qui rira... à la fin ! Mar 26 Juil 2016 - 19:31

Siràjan

ft. Une demi-chèvre

Rira bien qui rira... A la fin !
« En attendant que je me fasse la main, tu voudrais pas me dire ton nom de scène à toi ? »

 Oh ho ! Tu n'es pas timide, ça, c'est un bon point. J'en ai vu des biens moins loquaces, qu'osaient à peine décrocher un mot. En revanche…

« Et bien mon grand, on a pas été attentif ? Je l'ai dit au début du spectacle, et plusieurs fois après ! Regarde un peu, prend exemple » dis-je en montrant les quelques enfants amassés devant « Mon nom, c'est... »

« Sirajàn ! » reprenaient les petits en cœur.

 Ah, c'est adorable. Merci les enfants, à chaque fois vous êtes mes plus fidèles spectateurs, les plus rieurs, les moins coincés. Je suis sûre, j'aurai demandé au grand derrière, ils n'auraient pas décroché un mot ! Je vous gratifie d'un sourire, avant de me retourner vers le cornu.

« Voilà ! Heureusement qu'il y en a qui suivent ! Après, tu peux rajouter ce que tu veux derrière, surtout si ça fait plaisir. »


 En disant cela, je lance négligemment une autre balle. Oups, un peu trop haut ! Enfin, tu as tout de même essayé, c'est ça qui compte. J'en prend une autre, avant d'entendre quelques éclats de rire derrière. Je me retourne donc… Et bien ! On dirait que j'ai mieux visé que prévu ! La balle trône, au-dessus de ta tête, son tissu accroché à une te tes cornes. J'explose d'un rire sonore, vite repris par le public, tandis que tu regardes autour de toi, sans rien comprendre. Tu redresses même la menton pour regarder plus haut, mais bien entendu, tu ne voies rien ! Décidément, même sans le vouloir, tu étais bien comique ! Heureusement, un des enfants te venait en aide. Brave petit !


« Otta le cornu, tes cornes ! Regarde tes cornes ! »

 Et plusieurs personnes du public le suivait, tu touchais la pointe de tes cornes, voyant où était passé cette fameuse balle. Tu le prends, et me la renvoies. Et, à ce moment, je vois ton sourire. Oui, il est léger, mais il est bien là. Aurais-je réussi à t'arrêter de te faire bouder ? Si oui, c'est parfait, il vaut mieux que l'on soit deux à s'amuser.


« Ça compte j'espère ? »


« Bien entendu ! »
dis-je avec un grand sourire. « Peu m'importe comment tu la rattrapes, l'important, c'est qu'elle ne touche pas le sol ! Après, tu peux la rattraper comme tu veux... »

 Je prends la balle pour illustrer mes propos, commençant par la lâcher, avant de redonner un habile coup de pied de dedans.


« Avec le pied... »


 Pendant que je fais rebondir la balle sur mon pied, j'envoie l'autre en l'air, donnant d'abord un petit coup de poignet ou deux, puis l'envoyant plus haut.


« La main, la tête... »


 Je donne un coup de pied plus fort que les précédents, qui fait voler la première balle un peu plus haut. Hop, un habile coup de bassin pour la faire remonter, et je la récupérais dans ma main, avant de récupérer l'autre dans mon autre main.


« … Ou n'importe quelle partie du corps. Tu vois, c'est facile !  Alors vas-y, et ce coup-ci, je compte sur toi pour toutes les rattraper !  Allez, regarde bien !»


 Je prends aussi la troisième balle, et commence à jongler rapidement, histoire de te perdre un peu. C'est plus drôle si tu ne sais pas quand ni où elle va sortir, hein ? Allez, je jongle encore un peu, et en fait sortir une de cette espèce de spirale, pour l'envoyer vers toi. Elle est assez haute, pas loin de ton épaule. Sans regarder si tu as réussi, je continue de jongler, avant d'en envoyer une autre, au niveau de ton genou. Et allez, la dernière, au niveau de ton ventre.

 Je relève la tête, impatiente de voir comment tu t'en es sorti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Exilé

Messages : 72
Xp's : 431
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 16
Présentation : ~Par ici~
Carnet : ~Clique donc~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Rira bien qui rira... à la fin ! Dim 14 Aoû 2016 - 13:24

  • Ysenbal Otta
  • ft. Danish Girl
Rira bien qui rira le dernier !
C'est qu'elle se débrouillait pour jongler, l'artiste. J'observais les balles tournoyer dans les airs. Les traînées de couleurs qu'elles laissaient derrière elles formaient une spirale presque hypnotique. Erreur fatale que de m'être laissé distraire car une des balles en mousse jaillit du cercle comme une véritable balle de plomb...

...Je l'avais rattrapée du premier coup. Surpris de mon propre réflexe, je fixai tour à tour la balle puis la jeune fille. Juste à temps pour voir une seconde balle foncer dans ma direction. Je tendis le bras pour la choper au vol mais ma main ne rencontra que du vide. Soudain, une forme sombre se faufila entre mes jambes, manquant de me faire tomber à la renverse. Je retins une exclamation comme un gros chien (qui au garrot devait bien m'arriver au delà des mi-cuisses) se précipita vers la balle pour l'attraper entre ses crocs lors d'un seul majestueux bond. J'attendis un peu, histoire de voir le propriétaire du canidé se manifester pour récupérer sa bête mais il n'en fut rien. Juste les rires des spectateurs, qui visiblement ne s'attendaient pas à voir débarquer un chien comme ultime (ou pas?) vedette. Je haussai un sourcil en direction de l'artiste mais cette dernière envoyait la troisième balle. Ouch. Lancé mal calculé. La balle fusait dans le public, dans lequel certains levaient les bras dans l'espoir de la rattraper.

Et quelqu'un aurait pu s'en emparer. Mais c'était sans compter le molosse, qui semblait tout émoustillé à la vue de ces petits jouets volants. Déjà, il bandait ses muscles, préparait son saut.Et avant qu'elle ou moi ait eu le temps de le retenir, il sautait dans la foule de spectateurs, babines au vent. Si les petits à l'avant riaient, les passants en plein milieu de la piste d'atterrissage poussèrent des cris à la fois surpris et paniqués. Beaucoup s'étaient écartés afin d'éviter le gros missile à poils ras. Presque tous, sauf un.
Je regardai, ahuri, l'animal récupérer sa balle et ôter ses grosses pattounes de l'homme qu'il venait de renverser. Finalement, je m'avançai un peu vers le public et m’enquis de l'état de la victime :

- Hum... Monsieur ? Tout va bien ?

L'intéressé laissa échapper un grognement que je ne sus identifier comme étant une manifestation de douleur ou de colère. Il se releva difficilement, se massa la mâchoire et le bas du dos et me lança un regard furieux. Non, étonné. Ah, furieux de nouveau.

- … Toi !

J'ouvris grand les yeux, comme il me désignait de son doigt boudiné.

- H-hein ? Moi ?

Il hocha la tête. Bon, au moins, ses cervicales étaient intactes. Mais il avait l'air de me vouloir quelque chose. Il avait l'air de me connaître. Mais moi, pas. Ce gros bonhomme ne me disait absolument rien, bien que je ressentais comme un vague picotis dans le ventre à sa seule vue. D'un coup, il se rapprocha de la scène, malgré l'amas compact de personnes venues assister au spectacle.

- Écartez vous !

Les concernés obéirent sagement, laissant un passage pour que le gros monsieur puisse s'avancer au maximum. Lorsqu'il fut arrivé à mes pieds, il me toisa de haut en bas bien que je sois haut-perché.

- C'est bien toi, petit con !, il haussa la voix, cet énergumène... ! Il me laissera jamais tranquille !

Je levai les mains, en parfait innocent et lançai un regard impuissant à l'artiste un peu responsable, sans rien piger à la situation.
Bruh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageur

Messages : 50
Xp's : 432
Date d'inscription : 21/06/2016

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Rira bien qui rira... à la fin ! Sam 3 Sep 2016 - 11:10

Siràjan

ft. Une demi-chèvre

Rira bien qui rira... A la fin !
Et bien ? Nous avons un nouvel arrivant qui semblé décidé à participer au spectacle, on dirait ? Tout crocs tout poil, et plus vif que notre ami à corne ! Et aussi, visiblement, il plaît au public… Enfin, c'est ce que j'aurai dit avant qu'il ne se jette sur la foule pour rattraper la baballe à la place du liare décidément un peu lent. D'un seul coup, notre nouvelle vedette perd franchement de la popularité, et tout le monde s'écarte, crie, panique.

Arf, tout le monde, sauf un. Aussi lent que Otta, dirait-on. Enfin, je m'avance, et on dirait bien qu'il y a plus de peur que de ma-

« … Toi ! »


… Bon, le toi n'a pas l'air d'être moi, c'est déjà ça ! Mais alors, qui ? Je suis la ligne invisible que forme son doigt, et…. Et mon regard tombe droit sur mon coéquipier. Flûte scrogneugneu. Ne me dites pas que j'ai choisi un fauteur de troubles ?


« Écartez vous ! »
très vite, il nous rejoignait sur scène, c'est que j'appréciais moyennement « C'est bien toi, petit con ! cet énergumène... ! Il me laissera jamais tranquille ! »

Otta, Otta, Otta. Qu'as-tu fait auparavant pour mette ce type en colère ? Voilà qu'un gros bougon vient gâcher mon spectacle, maintenant ! Alors que tout avait si bien commencé ! Bon, autant rendre à César ce qui était à Jules, et prendre mes responsabilités. Si je ne dis rien, ça risque de se répercuter sur ma paye de la journée.


« Excusez moi ! Oui oui, pardon. Je ne sais pas ce qu'Otta le cornu a pu vous faire subir avant, mais ce coup-ci, j'ai bien peur que ce soit moi qui… « Ne vous ai pas laissé tranquille. » Mes excuses, hein, je n'avais pas prévu que notre ami à quatre pattes se joigne au spectacle... »


J'ajoute, avec un petit air penaud presque exagéré.


« Personne n'aurait pu prévoir un truc pareil, d'ailleurs ! »


Un ou deux rires timides, mais l'euphorie passée a décidément disparue. Bon sang, c'est qu'il vient de me sabrer mon public, celui-là ! Allons mon gros, prochaine fois prends-le un peu moins au sérieux ! Enfin, alors que tu gromelles que c'est un scandale et que tu te plaindras, voilà qu'un de tes nouveaux amis semble vouloir nous rendre visite !

Effectivement, le coupable de toute cette agitation revient, babines retroussées sur la balle en mousse, un air satisfait sur le visage. Et, comble du culot, il vient déposer la balle à nos pieds, avant de s'asseoir en secouant la queue, attendant visiblement quelque chose. J’éclate de rire, avant de fouiller dans ma jupe, pour ressortir la pochette d'Otta.


« Et bien, on veut une récompense. Ça tombe bien, il y en a toujours une en jeu… Sauf si son propriétaire se montre assez talentueux pour le récupérer ? »


Alors, le cornu, intéressé ? Je te lance un petit sourire, tandis que le grassouillet rejoint le public, attendant visiblement de voir ce que j'allais te faire subir. Et bien, Monsieur le noble, je vais te satisfaire un peu…


« Bon, mon mignon, après le travail qu'à fait notre ami canidé, il va falloir te surpasser ! Qu'est-ce que je pourrais bien pouvoir te faire... »


Je prenais mon sac, faisait mine de fouiller dedans.


« Les torches enflammées, bien trop dangereux… Peut-être tu sais danser ? Je te joue un air, et tu me fais ton plus beau déhanché… Non, non plus, hein ? De toute façon, pour danser sur de la flûte à bec, faut déjà le faire. »


J'ai un petit mouvement de main, comme si je venais d'avoir une illumination soudaine.


« Je sais ! Puisque le chien a fait ton travail, tu vas faire le travail du chien ! Un peu de mime ne fait jamais de mal à personne, après tout… Tu vas donc sagement obéir aux ordre de ton nouveau maître, j'ai nommé... »


Je laisse un peu monter le suspens, tandis que quelques rires montent dans le public, et que les enfants crie des « moi » enthousiastes.


« Monsieur là-bas ! »


Et je désignais du doigt ton ami grassouillet, puisque tu semblais avoir des comptes à lui rendre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Rira bien qui rira... à la fin !

Revenir en haut Aller en bas

Rira bien qui rira... à la fin !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» « Rira bien qui rira le dernier » | Logan & Caitlyn
» [Jour I] Rira bien qui s'étouffera le premier !
» Eiichiro - Qui vit par le glaive, périra par le glaive.
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Réfléchie bien !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Le Monde des Humains :: La plaine isolée :: Arnlo-