AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Veillez à ne pas me mentir ! (PV Nathaniel Sombresang) [ /!\ pouvant choquer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Soldat

Messages : 23
Xp's : 130
Date d'inscription : 05/04/2016

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Veillez à ne pas me mentir ! (PV Nathaniel Sombresang) [ /! pouvant choquer] Mer 18 Mai 2016 - 21:14

Une passe d'armes exceptionnelle devant la famille royale. C'est bien la première fois que cela arrivait lui semble-t-il. La relève des Saliaroch s'était attaché les cheveux, bien qu'elle se fiche complètement de son paraître devant qui que ce soit. Enfin... deux liares et leur déesse mère. Une journée longue en perspective. A moins que la famille s'ennuie, ou que leur aîné leur fasse honneur en se battant contre eux. Étrangement, les supérieurs ne sont pas présents, trop occupés à faire des révérences et des grands "Oui, oui Sire." Ce qu'elle peut détester ça ! Se battre à un contre un n'est que trop facile pour elle, ce qui fait qu'elle s'ennuie plus vite. Il lui faut du challenge, quelque chose qui puisse se défouler. Un combat à trois contre un. Cela est une chose qui commence à faire qu'elle se passe le bout de la langue sur les lèvres. Une seule règle : combat arrêté à la première goutte de sang. Son premier combat se passe à une vitesse que la soldate s'ennuie déjà.

La jeune liare là-bas ? Qui est-ce ?

Mes... messire. Il s'agit de la jeune... Azalel... Saliaroch.

LA famille Saliaroch ?! Voyons ce qu'elle vaut vraiment en combat. J'exige un soldat de plus ! Nous verrons si elle est digne d'escorter mon fils.

    Voici cette chère enfant de Simius à une contre quatre. La royauté risque d'être déçue, car la jeune ne maîtrise pas vraiment sa Vérité. Ils le savent. Ce qu'ils ignorent c'est sa rapidité et sa souplesse. Le premier des quatre est facile a déstabiliser. Sans user de son khukuri, taper en pleine cage thoracique du plat de la main et d'un grand coup de coude dans la gorge d'un même mouvement. Le second adversaire profite de cette situation pour l'attaquer dans le dos. A malin, malin et demi ! Le déplacement d'air chaud est un facteur dénonciateur de présence. Azalel, donne un coup de pied arrière violent tel un cheval en colère, sans faire attention où elle vise. La virilité liare. Le troisième et quatrième l'obligent à sortir sa lame. Quelle satisfaction pour elle ! De la rapidité, de la souplesse, aucune hésitation à se jeter au sol, des palpitations cardiaques... Un délice. Cela fait une année qu'elle n'avait pas pris autant de plaisir à s'entraîner, à se battre. Un an où, on arrêta Caleth. Une seconde d'inattention. Une seconde de trop. Désarmée on ne sait comment. Tant pis, elle récupérera sa lame après. Se battre à mains nues ? Second délice. Après tout, des ongles pointus longs d'un centimètre pouvait aider. La native de la Terre de Feu s'amuse à marcher en se déhanchant vers ses derniers adversaires pour d'un coup lui sauter à la gorge en tendant vivement ses mains simultanément. Au lieu de cela, un fouet de flammes rouges prend place en main, s'enroulant autour de la gorge du dernier adversaire. Se rendant compte de cela, la combattante s'accroupit au sol, poing gauche sur le sol, tête baissée. Des applaudissements.

Beau travail !

    Après les félicitations et remerciements, Azalel a besoin d'être un peu isolée. La frontière... le Mont Torgern. La cadette des Saliaroch y retourne pour la seconde fois. Tant pour les mêmes raisons que la première fois que sa demande de s'isoler et devoir se retrouver à faire du contrôle pour la première fois. Joindre l'utile au désagréable, elle qui n'aime pas rester sans rien faire, serait un bon moyen de s'entraîner à devenir patiente. Ou pas.  La Géante du Nord, après avoir préparé son paquetage de couverture, de la peau du tanflamm, de deux gourdes de lave et de quelques baies de brazer, se rend au point de contrôle. Elle n'est pas sans ignorer qu'il y a peu de passages. Mais comme on dit : une fois n'est pas coutume. Le relais de la relève, les transmissions faites comme quoi qu'aucun humain n'est venu pour marchander, un des deux liares part tandis que la femelle défait son paquetage.

Hey ! Azalel ! Mates là-bas un cortège de trois humains !

Arrêtes de rêver Knoum !

Puisque je te le dis !

Arf ! Laissons-les venir ! Je viens juste d'arriver ! je ne vais pas leur sauter dessus. Ce ne sont que des humains je parie. D'ailleurs des nouvelles de mon frère ? Laisses tomber, ne me réponds pas. Tu t'occuperas de fouiller les mâles et moi les femelles s'il y en a. Je te laisserais parler. Sauf si... débordement il y a.

Pendant que le mâle liare d'une vingtaine d'années se met dans une sorte de garde-à-vous, Azalel se recouvre de sa peau de tanflamm.

Bonsoir ! Vos laisser passer ! fait-il en s'adressant aux inconnus.


Dernière édition par Azalel Saliaroch le Lun 30 Mai 2016 - 16:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Noble

Messages : 69
Xp's : 173
Date d'inscription : 10/04/2016
Présentation : Passé du Duc
Carnet : Récit du Duc

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp:
MessageSujet: Re: Veillez à ne pas me mentir ! (PV Nathaniel Sombresang) [ /!\ pouvant choquer] Sam 21 Mai 2016 - 14:18

Une coupe de champagne et me voilà repartit pour une énième valse, que c'est dur d'être le tombeur de ces dames. Bien que certaines d'entre elles étaient assez jeune et même timide – peut-être même un peu poussé par leur paternel – aucune n'avait réussi à obtenir plus que le masque que j'offrais à des faibles d'esprits de leur rang. Une fois cette nouvelle danse finit, je refusais les propositions des demoiselles par prétexte d'une fatigue presque vrai pour aller m'asseoir une coupe de champagne en main. Le breuvage eut un goût magnifiquement exquis, sûrement la soif qui s'était accumulé et mélangé à l'envie d'alcool... aussi peu soit-il dans ce genre de boisson.

La fête enfin finit, je sortais de cette salle et me détachais les cheveux, la queue de cheval ne me plaisait pas plus que cela pourtant elle était plus présentable que de longs cheveux lisses s'amusant à me cacher la vue et faisant un peu "débrayer". Suivi par deux membres de l'Escadron, je ne pu m'empêcher de profiter de cette liberté de parole pour souffler un : « Qu'est ce que je déteste ce genre de soirée... ». Ce ne fut sans un grand étonnement que j'entendis la question de Rainos, le plus jeune de l'Escadron : « Sans vous manquez de respect, pourquoi y allez-vous, Maître ? ».

Ce jeune garçon avait comme tout les autres membres de l'Escadron suivi un entraînement axé sur l'assassinat depuis son plus jeune âge, mais avait aussi été entraîné à bien se conduire dans ce genre de fête, à savoir user d'éloquence, et tant d'autres choses. Pourtant, ce genre de question était normal, il avait fini son entraînement que depuis quelques mois alors la plus importante des choses lui manquait : « La véritable expérience ». Les missions qu'il avait fait pendant ses années en tant que disciple n'étaient rien face à la réalité du travail hors de leurs mains, de plus même s'il pouvait se l'imaginait... Il ne pouvait pas le faire en se mettant à la place d'un véritable noble.

D'un léger sourire amusé, je lui répondis : « Ne t'en fais pas, R, tu ne me manques pas de respect. C'est une bonne question et j'apprécie ta curiosité, tant que celle-ci reste bien placé. Pour te répondre, les Bals sont importants pour des gens comme moi, ils permettent de découvrir qui seront mes futurs ennemis, mes futurs alliés et même mes ennemies du moment ; Ainsi que de voir qui commence à être trop curieux ou méfiant à mon égard ». Tout en marquant une légère pause, je repris en disant : « Et puis, n'est-ce pas amusant de voir toutes ses demoiselles qui se battent pour une simple danse ? Se sentir désiré est vraiment bon malgré que les désireuses soient vraiment inintéressantes. De plus, dans ce genre de lieu, il est possible de se créer de nouvelles sources de revenus ; J'aurais presque envie d'ouvrir un orphelinat avec tout les faux philanthropes qu'Arnlo compte ».

Alors que j'allais continuer ses explications – fier de mon savoir – une voix cria au voleur et ce dernier courait dans la direction d'un Démon, la mienne. Les deux assassins réagirent dans la seconde et voulurent dégainer l'arme soigneusement dissimulé qu'ils possédaient, d'un signe de la main je mis un terme à leur élan et m'avança dans la direction du criminel. Ce dernier essaya de me foncer dedans pour forcer le chemin, mais d'un pas vif vers l'avant, je le saisi à la gorge et le repoussa au point ou il chuta. Son souffle était haletant et il marmonnait tout en sortant un couteau qu'il pointa vers moi en me menaçant d'une mort certaine qui était bien trop incertaine à mon goût pour ré-freiner mes envies. Il fonça alors dans ma direction – Quel ennui, il est idiot – Alors en utilisant ses propres mouvements, je saisi son poignet d'une main tandis que l'autre appuyé sur son coude et en accompagnant sa charge, j'utilisais cette énergie pour lui envoyer un balayage. Ce dernier finit donc au sol, la face écrasé par mon pied tandis que mes mains tenaient son poignet et son coude. D'un mouvement sec, son bras était cassé et il lâchait sa lame que je saisis pour lui mettre à la gorge après avoir relever sa tête par les cheveux : « Les voleurs perdent leur main, non ? Ne préférerais-tu pas que je tranche ta gorge, mon jeune garçon ? » Il m'insulta de nombreux mots, la colère et le désespoir s’entre-mêlés et alors un plaisir insoutenable m'enveloppa – Malheureusement, il fut de courte durée alors qu'un garde arrivait. Dommage.

Après avoir été remercié et m'être assuré qu'en même temps que le jour se lève, l'information ferait le tour de la ville, je rentrai à nouveau chez moi sans que cette fois je fus interrompu jusqu'à mon arrivée. Un verre d'alcool fort à la main, je lisais les lettres que j'avais reçu de quelques espions ou marchand répandu dans tous les recoins de Madelle, alors qu'une gorgée passait mes lèvres elle fut rapidement avalé alors que je lisais de magnifiques mots. Un marchand liare avait enfin daignait me vendre des armes de sa race, un sourire aussi vrai que machiavélique apparut sur mon visage tandis que je faisais préparer tout ce qui me faudrait pour le fameux voyage... Le Mont Torgern, il se cachait dans cet endroit.

Après une nuit de sommeil assez agité – La mort de Elhya me hantait toujours.. - Il me fallut quelques heures pour être prêt à partir, accompagné de deux assassins lambda vu que certains membres de l'Escadron avaient été envoyé en mission et que d'autres s'occupaient du Domaine. Lorsque les assassins voulurent me dire comment ils se nommait, je leur répondis : « Je vous nommerai M pour Mâle et F pour Femelle, compris ? » Ils acceptèrent malgré une pointe d'étonnement, nous nous mirent en route par la suite. Le voyage dura plus d'une soixantaine de jours malgré une traversé à cheval ; Les détours – les brigands – et autres firent doubler la durée du trajet. Mais nous nous avancions finalement vers le Mont.

Contrairement à la tenue plutôt bleu et bien voyante que je portais au bal, j'avais cette fois-ci opter pour une tenue bien plus banale et bien moins coûteuse. Une tunique sombre et un pantalon sombre caché par une longue cape à capuche que je portais la plupart du temps, mais la bague en or qui paraissait être porté d'un rubis était toujours présente. Alors que nous nous avancions, deux silhouettes apparurent à l'horizon, je pris la décision de descendre des cheveux pour les rejoindre.

« Bonsoir ! Vos laisser passer ! » C'était bien un contrôle, alors que le marchand m'avait dit qu'il n'y avait que trop peu de passage par cet endroit.

« Bonsoir à vous, je me nomme Nathaniel Evan Sombresang, Duc du Domaine Sombresang se trouvant dans la ville d'Arnlo, Territoire des Parlems. Je suis ici sous l'ordre du Chancelier, ayant des informations qui intéressent votre Reine, je fus demandé en personne pour qu'elles ne fuitent pas. » dis-je en montrant une lettre écrite par le Chancelier et portant son sceau : Une magnifique contre-façon.

Cela aurait sûrement été plus facile de les massacrer... Non, plutôt les capturer, ce n'était pas l'envie qu'il me manquait...  Oui.. Mais non, je devais rester discret... Bien que la disparition de, seulement, deux.. NON. D'un regard je les balayais, le garçon avait l'air d'être bien moyen dit-donc, j'aurais sûrement tout le temps de dégainer et lui trancher la gorge avant qu'il n'ai pu sourciller. Le problème venait de la fille qui elle avait l'air différente, une peau de tanflamm sur elle.. l'avait-elle tuer d'elle-même ? Je n'arrivais pas vraiment à la jauger, mais elle était forte... C'était... oui... Intéressant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Soldat

Messages : 23
Xp's : 130
Date d'inscription : 05/04/2016

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Veillez à ne pas me mentir ! (PV Nathaniel Sombresang) [ /!\ pouvant choquer] Lun 23 Mai 2016 - 1:07

Tandis que le mâle liare tend la main pour prendre ladite lettre, la femelle quant à elle, se redresse le plus possible et se met au garde à vous juste à cause du rang de l'interlocuteur. Néanmoins elle baisse son bras tout aussi rapidement, évitant de le regarder car l'enfant de Simius préfère garder un œil sur les deux humains accompagnant le noble. Azalel s'approche d'eux, fait même le tour de chacun. Vu leur stature, leur façon de se tenir, ce ne sont pas de simples soldats, ni des gardes du corps, car sinon ils se seraient rapprochés du Duc. Puis revient vers son binôme.

Pourquoi mets-tu autant de temps à réagir ? demande-t-elle simplement sur un ton impatient.

    La cornue regarde la missive et l'humain tour à tour. Quelque chose cloche. S'il est vraiment un noble, pourquoi porte-t-il des vêtements aussi... simples ? Ou est-ce par souci de confort ? De quoi a-t-il besoin d'être discret ? Surtout s'il dit être sous ordre du chancelier pour leur reine. Non ça ne va vraiment pas. Un éclair se fait dans les réflexions internes de la cadette qui arrache la missive des mains de Knoum. La native du feu simule de ne pas voir assez bien de près pour porter la lettre assez près de son nez, comme si rien était.

Messire ? contrôle supplémentaire. dit-elle simplement en plongeant dans son regard.

    Sans le quitter des yeux, la jeune femme ose déchirer le papier en menus morceaux. Un sourire illumine le visage de cendres. Ce mâle a bien tenté le coup. Très finement. Elle se doit d'agir car elle n'a pas envie de se retrouver devant la famille royale pour une éventuelle inefficacité.

Si vous venez effectivement de la part du Chancelier, vous êtes déjà venu dans les parages ? Ou est-il venu à vous ? demande-t-elle simplement tout en se rendant jusqu'aux humains accompagnant le noble.

    Oui, la femelle espère qu'il réponde par la seconde question. Quoiqu'il en soit, ces trois êtres ont osé mentir pour passer la frontière.

Laissez donc la faire ! C'est une tête de mule. Vous là-bas ! Donnez donc rapidement vos armes avant qu'elle ne les prenne elle-même ! intervient Knoum le partenaire de contrôle.

    Ce qui dans un sens, arrange Azalel, qui elle se permet de détailler du regard les montures très rapidement. Non ça ne va vraiment pas. Pourquoi les montures sont-elles chargées si le Chancelier a fait venir cet humain ? Et pourquoi lui en particulier. La femelle accompagnant le duc est bien lente à agir. Qu'attend-t-elle ? Non, elle ne sortira pas sa lame pour cette humaine. Impulsive qu'elle est, la Géante du Nord, avec célérité, fait tomber l'humaine face contre terre lui tordant le bras droit. Un bruit sec se fait entendre et comprendre aux mâles que l'épaule de l'accompagnatrice est démise, et que le bras n'est plus que maintenu par les muscles. Un hurlement de douleur qui agresse les oreilles pointues de la peau cendrée. Néanmoins, elle n'en montre rien.

Messire Nathaniel Evan Sombresang ! Quelle est la véritable raison de votre venue ? Nous savons tous les deux qu'il s'agit là d'un faux. Ce n'est pas l'écriture du Chancelier. Ce n'est pas non plus son odeur. N'osez plus nous mentir ou votre demoiselle subira pire.

    Il n'y a pas à dire, la petite Saliaroch ne manque pas de cran pour parler ainsi à un noble. Pas peur d'une quelconque représaille. Elle le foudroie même du regard. Quoique... il a du cran le bougre de ne pas avoir peur d'une démone à cornes. Intéressant. Pourquoi ne pas tester sa valeur dans un combat au corps à corps ? Non. Un noble n'a pas pour habitude de se rabaisser au niveau d'un soldat. Et vu sa prestance, encore moins d'une jeune femme. Cependant, ce brun aux cheveux mi-longs l'intrigue. A quel point va-t-il lui tenir tête ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Noble

Messages : 69
Xp's : 173
Date d'inscription : 10/04/2016
Présentation : Passé du Duc
Carnet : Récit du Duc

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp:
MessageSujet: Re: Veillez à ne pas me mentir ! (PV Nathaniel Sombresang) [ /!\ pouvant choquer] Ven 27 Mai 2016 - 20:55

L'objet de mon intérêt enchaîna diverses actions, elle commença par me saluer en se mettant en garde à vous pour vite changer de position et passa quelques instants à reluquer mes sbires, elle lâcha quelques mots « Pourquoi mets-tu autant de temps à réagir ? ». Alors que je me demandais pourquoi cette impatience, cette dernière eût un éclair d'énergie qui la poussa à prendre la lettre brutalement et à la lire de très très près. Alors que je ne lâchais pas mon regard qui la fixait droit dans les yeux, elle me dit quelques mots avant de déchirer la contre-façon, je lui offris alors un regard à moitié choqué et à moitié outré pour le comportement désobligeant et le fait qu'elle venait de détruire un papier officiel venant du Chandelier. Mon jeu d'acteur me plût, mais je ne lui offris aucune parole, elle avait trop l'air de chercher quelque chose et je préférais alors analyser encore quand elle posa une autre question.

Alors que je choisissais mes mots, elle ne me laissa pas le temps de répondre et après avoir tourné autour de mes sbires comme une louve prête à mordre, elle se jeta sur F après que son compagnon est demandé à ce qu'ils jettent leurs armes. Une épaule disloqué et l'autre idiot de M était prêt à sortir son arme, ce que je refrénais d'un simple geste de la main tandis qu'elle me posait une nouvelle question : « Messire Nathaniel Evan Sombresang ! Quelle est la véritable raison de votre venue ? Nous savons tous les deux qu'il s'agit là d'un faux. Ce n'est pas l'écriture du Chancelier. Ce n'est pas non plus son odeur. N'osez plus nous mentir ou votre demoiselle subira pire. » Beaucoup aurait considéré cette situation comme très dangereuse et à prendre avec des pincettes... Dommage, je n'étais pas ce genre de personnes et donc je n'éprouvais pas le plaisir de ressentir le danger... Cet excitant danger qui te fait irisé les poils et fait battre ton cœur à de nombreux battements en moins d'une seconde.

Je fermais les yeux alors que je prenais une grande et longue inspiration avant d'expirer et de les rouvrir pour ensuite regarder la situation dans son ensemble, je devrais tout d'abord répondre à cette sulfureuse Liare. Alors que j'allais y répondre, l'énergumène lui servant de compagnon d'arme tenta de me toucher l'épaule alors qu'il me demandait mon épée, par simple réflexe je lui pris sa main et lui retournais son poignet qui fut briser alors qu'il posa un genou au sol face aux mouvements produits par mon geste. Je sentis tous les ténèbres m'habitant ressortir, il l'avait fait... il avait réveiller le Démon Sans Corne que j'essayais de cacher pour cette joute verbale, cela me fit oublier tout la situation et je ne pensais qu'à lui. Comment... COMMENT.. D'OU OSER T-Il ME TOUCHER... CE DECHET !!! D'une voix qui ferait trembler les enfers eux-même et d'un regard empli des ténèbres sans fin qui m'habitait, je lui dis : « D'où oses-tu me toucher, n'oublie pas ta place, roturier. Je suis le Duc Sombresang, Noble d'Arnlo ! N'ose plus jamais ne serais-ce que penser à me toucher » finis-je tout en relâchant l’étreinte que j'appliquais sur sa main en le poussant loin de moi.

Alors qu'il restait pétrifier par la peur, je lui tournais le dos et regardais la jeune Liare, reprenant mon calme et ma prestance qui s'était un peu affaibli face à cette élan de noirceur que j'avais montré  et je décidais enfin à lui répondre avec un sourire étonnamment angélique : « Chère demoiselle, je ne suis jamais venu dans votre territoire avant aujourd'hui et je n'ai jamais eu le privilège d'avoir le Chancelier en ma demeure. J'ai pris contact avec le Chancelier en ayant appris des informations que je savais qui pourrais énormément intéressé votre chère Reine. Pour ces histoires de fausse lettre, en êtes-vous sûr ? N'avez-vous pas penser que l'écriture était peut-être celle d'un servant qui avait écrit sous les paroles du Chancelier et que cela expliquait le manque..  d'odeur ? Il y a de nombreuses possibilités, êtes-vous prêt à risquer le jugement du Chancelier ou même de la Reine elle-même pour avoir fait fuir une personne qui possède des informations étant assez importante pour avoir de l'intérêt pour la Reine et assez secrète pour qu'elle ne veulent aucunement les recevoir par lettre ? »

Quelle monologue incroyablement chiant, prenant une grande respiration et je continuais avec une phrase bien plus importante à mes yeux « De plus, qui êtes-vous pour agir de la façon envers moi et mes hommes ? Ne pensez-vous pas me manquer de respect en vous attaquant à mes hommes ? ». Bien entendu ce n'était pas la vie de cette marchandise qui m'importait, mais pendant que je louais ses services, elle se baladait en mon nom et donc... Bien que voir son visage tordu de douleur était assez excitant. Je repris la discussion « Je m'excuse de cet avertissement envers vous, chère demoiselle, mais si vous continuez ainsi, je devrais faire usage de ma lame pour calmer la situation et protéger mon nom et mon honneur. ». C'est sur ces mots que je laissais la situation tandis que je la regardais de haut en bas en attendant ses choix, n'empêche cette demoiselle m'intéressait de plus en plus.


Nathaniel E. Sombresang : #B7CA79
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Soldat

Messages : 23
Xp's : 130
Date d'inscription : 05/04/2016

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Veillez à ne pas me mentir ! (PV Nathaniel Sombresang) [ /!\ pouvant choquer] Jeu 2 Juin 2016 - 0:18

Plus étonnant encore, cet humain se désintéresse de l'état physique et mental de son accompagnatrice d'humaine. Elle aurait laissé passé le noble, seul et désarmé pour revenir récupérer son sbire intact et la demoiselle braillarde. La soldate commence a en avoir mal de tête avec ses cris au point que la liare va jusqu'à la femme. Un peu plus la géante du nord lui abrégerait la vie pour se soulager les tympans. De plus, celle-ci se retient de ne pas tourner comme un tanflamm en cage, hésitant entre jouer avec l'humaine et une petite joute verbale. Non pas pour se donner de l'importance mais pour le plaisir de montrer que tous les liares ne sont pas des pleutres. Azalel se décide finalement d'user de sa lame pour trancher la gorge de son infortunée victime. Malheureusement ou heureusement pour l'humaine, la liare est interrompue par les mouvements de son binôme.

Venir dans le dos d'un noble pour le désarmer n'est vraiment pas une bonne idée. C'est une très mauvaise idée. N'aimant pas du tout cela, la cadette se dépêche de retourner face au Duc en secouant la tête à l'adresse de Knoum. Mais cet imbécile ne voit rien. Trop tard. Un bruit d'os brisé. Un son qui ne la dérange pas puis :

« D'où oses-tu me toucher, n'oublie pas ta place, roturier. Je suis le Duc Sombresang, Noble d'Arnlo ! N'ose plus jamais ne serais-ce que penser à me toucher »

Cette voix... rocailleuse, caverneuse et forte, cette voix qui ne souffre aucun refus, qui oblige toute soumission aux autres. Miss Saliaroch en a une agréable sensation à ses oreilles pointues et un tout petit sourire en coin qui pourrait passer inaperçu. Mais la griffue sait très bien qu'il n'est pas en colère, tout ceci n'est que retenue. Elle vient même à se demander ce que cela donnerait s'il vient à exploser. Le voilà qu'il devient tout calme. Pour quelle raison ?

N'auriez-vous pas pu le dire plus tôt ? Allons voir la Reine si vous le désirez. rétorque-t-elle sur le même ton et le même sourire que lui.

Cette missive aurait été une vraie lettre, oui, cette Saliaroch aurait eu peur de la famille royale hormis le Prince. Mais au fond, la peau cendrée sait qu'elle a raison. Voilà que l'envie de jouer au chat et la souris la prend. S'il veut jouer au plus malin, elle sera sa femme.

Messire le Duc, je ne suis qu'Azalel Saliaroch, cadette et descendante de la meilleure famille de soldats, de guerriers liares. fait-elle sincèrement sans crainte sans se vanter non plus.

Néanmoins, la réputation des liares est-elle à faire auprès des humains ? Dire qu'elle doit relever, redorer le blason de sa famille. Désormais elle ne peut ni compter sur son père qui préfère passer son temps à boire et tringler n'importe quelle autre cornue, ni sur sa mère qui n'est bonne à rien, encore fut-elle sa mère, ni sur son frère. Encore moins sûre que son interlocuteur connaisse les liares et les réputations qui s'en réferrent.

Vos nom et honneur sont saufs et je ne vois pas en quoi votre lame calmerait la situation. Si vous souhaitez user de votre épée, je serai votre adversaire.

Cette fois, la femelle baisse le regard sur son torse tout en venant prendre son khukuri niché là où nulle autre femme penserait à caler une lame. Son buste. Aza' plaque le fil de la lame sur son avant-bras, se mettant dans une position de défense au cas où il attaquerait.

Knoum, réchauffes toi sous ma peau de tanflamm durement gagnée, je me charge d'eux ! fait-elle en se penchant sur le côté pour voir son binôme dans le dos de l'humain.

Duc Sombresang, tenez-vous toujours à m'emmener devant notre reine ? Ou préférez-vous connaître la valeur d'une liare dans un combat d'armes blanches ou au corps-à-corps ? s'enquit-elle simplement sur un ton léger de défi.

Le temps que ce mâle se décide, l'enfant de Simius lui tend ses poignets, gardant son khukuri en main. Il est bien évident qu'elle ne sait pas encore où cela va les mener. Mais s'il touche à ses cheveux... là, elle ne se contiendra pas le moins du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Noble

Messages : 69
Xp's : 173
Date d'inscription : 10/04/2016
Présentation : Passé du Duc
Carnet : Récit du Duc

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp:
MessageSujet: Re: Veillez à ne pas me mentir ! (PV Nathaniel Sombresang) [ /!\ pouvant choquer] Dim 12 Juin 2016 - 20:47

La situation devenait de pire en pire et je sentais ma patience partir à petit feu tandis que mon intérêt envers la cornue grandissait... *Le travail étaient plus important que de jouer, Nathaniel* me disais-je à moi-même.. Pourtant j'avais toujours eu, étrangement, beaucoup de mal à respecter cette devise et c'était aussi le cas en ce moment. Le petit Liare de bas étage m'avait poussé à montrer une facette bien sombre de moi, une facette trop bien connu par mes domestiques. Je m'attendais à une attaque de la part de la cornue après ma provocation aiguisée et vis à vis de son jeune compagnon souffrant le martyre... mais non. Je savais bien après tant d'années dans le commerce et autres que les choses ne se passaient que très rarement comme on le voulait et encore moins quand cela rendrait les choses faciles... La chose qui m'intriguait le plus était quand même bien loin de toute cette catastrophe d’événements, avait-elle souris lors de mon moment d'égarement ou était-ce une autre hallucination de ma part ?

"N'auriez-vous pas pu le dire plus tôt ? Allons voir la Reine si vous le désirez."

Mes pensées furent stoppé pendant une seconde sans que je ne sache quoi répondre... Cette salope avait le courage de me proposer un tel choix... Ce faux devait être vraiment trop nul, la personne me l'ayant vendu serait donc éventrer dès mon retour, c'était sûr. Alors que je cherchais si le bluff serait une bien bonne idée dans cette situation, elle continua en me donna son identité... Saliaroch, hein.. La providence venait peut être de me donner un léger coup de main, surtout lorsqu'elle continua en se proposant comme mon adversaire si je voulais user de ma lame.. ha ha... Que de belles nouvelles en quelques secondes.  Bien entendu, après les recherches que j'avais dû faire pour savoir quels étaient les noms important dans le territoire des cornues, certains noms avaient plus marquant que d'autres. Les Saliaroch étaient une famille importante jusqu'au jour où leur fils, Caleth Saliaroch, décida de trahir le Roi et fut privé de ces cornes et abandonné à moitié mort aux frontières de leur terre. La petite Saliaroch qui est en face de moi n'est autre que sa petite sœur donc... Mouais, un peu déçu sur ce point-là malgré que c'est avantageux vu la situation compliqué dans laquelle je suis.

Un coup de vent et mes cheveux s'envolèrent partout me cachant la vue en bonus, c'est à ce moment que je passais mes mains dans mes cheveux avant de les attraper et de les attacher.. Bien que je n'aimais vraiment pas ça, c'était bien mieux pour un combat.  D'une nostalgie sans pareil, je me rappelais de l'époque à laquelle cette coupe de cheveux était présente tout le temps : l'époque où ma famille vivait.... Je sentis le fantôme de ma défunte sœur me frôler et cela suffit à me donner envie de revenir dans le vrai, alors dans un élan de nonchalance je dis :
« Ohh ? La famille Saliaroch ! Quel étonnement, je ne pensais pas que vous oseriez importuner la Reine alors qu'il y a peu, elle était embêté par votre chère frère, êtes-vous si pressé de perdre votre fierté et votre honneur ? La fameuse famille de traître vient importuner un noble d'une autre contrée qui est demandé par le Chancelier... Vous allez finir par tous être exilé si ça continue ! »

Elle osa alors proposer à son compagnon de se charger non pas de moi, mais de nous ? Hum.. peut-être pas dans le sens auxquelles je pense. Si si, une lame sortie et une telle phrase en quelques secondes, c'était sûrement ça. D'ailleurs... elle avait quand même des formes désirables... mais ce n'était pas le lieu pour une telle chose. Je demandais à M s'il avait quelques notions de soin pour s'occuper de F, ce qu'il me répondit par le positif et il partit alors vers elle, après cela je leur demandais de ne pas intervenir – sous aucun prétexte – dans les futurs événements. La Saliaroch me proposait soit d'aller voir la Reine, soit un combat. J'avais tellement envie de soumettre cette catin que sans même y réfléchir un instant, je sortis mon épée de son fourreau et me mis en position de défense avant de dire :

« Combattre une traître ? Je suppose que vous punir pour m'avoir fait perdre du temps ne gênera personne ! Pourquoi ne viendrait-vous pas m'attaquer ? Honneur aux dames, petite femme. »

Tout ceci promettait d'être intéressant, bien que je ne comptais qu'user de la défense pendant quelques temps pour simplement m'amuser avec elle.

Spoiler:
 


Nathaniel E. Sombresang : #B7CA79
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Soldat

Messages : 23
Xp's : 130
Date d'inscription : 05/04/2016

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
0/9  (0/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Veillez à ne pas me mentir ! (PV Nathaniel Sombresang) [ /!\ pouvant choquer] Dim 19 Juin 2016 - 17:53

Azalel n'en revient pas. Depuis quand un soldat plus âgé qu'elle va l'écouter ? Est-ce à cause du caractère soumis de Knoum ? Ou bien parce qu'elle l'avait déjà battu dans un duel ? Quoiqu'il en soit, la situation est entrain de prendre une tournure où elle ne pourra pas compter sur le soutien de son binôme. La Géante du Nord en a pleinement conscience. Dans un sens, elle n'a jamais compté que sur peu liares, à en compter sur les doigts d'une main.

Toutefois, l'enfant de Simius commence à s'impatienter de la non-réaction du noble. En lieu et place, une brise tiède vient souffler, dérangeant de surcroît les cheveux mi-longs de l'humain. Elle ne peut détacher son regard de ce visage, lui rappelant son frère lorsqu'il se préparait sérieusement avant un entraînement ou avant de partir sur les champs de bataille avant qu'elle n'ait l'âge de se battre à son tour. Écarquillant les yeux une seconde, la cornue trouve les gestes de son futur adversaire pas si désagréables à observer. Tout bon soldat trouverait cela instructif. Tout comme elle, qui trouve que cet être malgré son air bourru peut avoir une attitude débonnaire. Les liares quant à eux, lorsqu'ils ne sont pas précieux, en ont rien à faire des cheveux volant au gré du vent.

« Ohh ? La famille Saliaroch ! Quel étonnement, je ne pensais pas que vous oseriez importuner la Reine alors qu'il y a peu, elle était embêté par votre chère frère, êtes-vous si pressé de perdre votre fierté et votre honneur ? La fameuse famille de traître vient importuner un noble d'une autre contrée qui est demandé par le Chancelier... Vous allez finir par tous être exilé si ça continue ! »

Mais voici que la native de la terre de feu serre son khukuri à en avoir les jointures de la main blanchies, à serrer la mâchoire, fermer sa main libre en un poing si compressé que ses ongles pointus parviennent à entamer sa paume, laissant un filet de sang couler.

Ne salissez pas ma famille plus qu'elle ne l'est déjà ! Ne touchez pas à mon frère ! fait-elle froidement, commençant à être irritée. Je ne fais que mon devoir. Peu m'importe ce qui m'arrivera par la suite ! rétorque-t-elle bien décidée à lui prouver sa valeur.

« Combattre une traître ? Je suppose que vous punir pour m'avoir fait perdre du temps ne gênera personne ! Pourquoi ne viendrait-vous pas m'attaquer ? Honneur aux dames, petite femme. »

La cadette sentant son sang filer paresseusement de sa main, se force à se détendre. La réflexion de ce Duc la fait sourire bien malgré elle au point de prendre une pause plus détendue que l'instant d'avant. Se remettant à le détailler sans se soucier de la réaction du mâle, Azalel ouvre sa main libre, puis, se lèche le filet de sang qui pourrait la déranger dans ses prochains mouvements. Petite femme ? Quel complexe de sa part ! A moins qu'il prenne plaisir à rabaisser les femelles ? Ou est-ce un brin de vanité ?

Cher Duc Sombresang ! Je ne suis pas plus traîtresse que vous êtes noble !

Sans plus tarder ni parler, la cornue se met en position d'attaque tel un félin se préparant à bondir sur sa proie. Buste légèrement penché en avant, jambe gauche pliée en avant de manière à ce que son poids soit réparti dessus, tandis que la jambe droite est tendue. Son bras gauche est pliée à hauteur de sa poitrine décollé de son buste pour protéger son coeur lorsque sa main droite armée se plaque contre son dos. Azalel jauge son adversaire une dernière fois avant de feindre un bond au cou de Nathaniel. Ensuite, au dernier instant, sans lâcher son arme, la femelle soldat fait une roulade avant, lui permettant de se retrouver dans le dos de l'homme.

Néanmoins, ne voulant pas lui donner un coup de lame dans le dos, la damoiselle ne fait que tenter de balayer les jambes de son interlocuteur avant de se placer de nouveau devant lui, s'apprêtant de lui donner un coup de lame dans le bras gauche.

A votre tour cher noble ! Montrez-moi ce que vaut un humain en combat ! le défie-t-elle ayant envie d'entamer ce duel au corps-à-corps une bonne fois pour toute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Noble

Messages : 69
Xp's : 173
Date d'inscription : 10/04/2016
Présentation : Passé du Duc
Carnet : Récit du Duc

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp:
MessageSujet: Re: Veillez à ne pas me mentir ! (PV Nathaniel Sombresang) [ /!\ pouvant choquer] Dim 7 Aoû 2016 - 21:49

Sa dernière provocation marcha du tonnerre et après quelques paroles envoyés sous le coup de la colère, la demoiselle se jeta sur moi sans aucune retenu, comme quoi le statut de noble ne faisait pas pisser dans son pantalon tout les êtres inférieurs. Seul un titre aussi honorable qu'Empereur pourrait m'attribuer une puissance qui permettrait à la seule prononciation de mon nom de faire trembler la terre, elle-même. Pour le moment, mon nom faisait trembler certaines parties du monde souterrain qu'était le monde des illégalités, bien qu'il faisait aussi trembler mes domestiques ainsi que les nobles de Arnlo, ces lâches ne pouvant se défendre d'eux-même avait, pour certains, un mal fou à me parler. Mon gentil sourire me faisant ressembler à certains bêtes sauvages que l'on pouvait trouver aux tréfonds de certaines terres en fit trembler et abandonner plus qu'un lors de débats politiques et économiques.

La jeune guerrière s'empressa de passer dans mon dos avec une vitesse dont je n'avais pas assez bien estimé – Était-ce la colère qui lui avait fait pousser une paire d'ailes ? Malgré une feinte bien trop prévisible de la part de la guerrière, j'étais parfaitement prêt à m'occuper de sa véritable attaque. Après tout, toute personne ayant réellement réalisé une attaque de front aurait été brisé dès ma première contre-attaque alors malgré son approche rapide, je n'avais ni sourcillé ni bougé. Ce fut le manque de respect de la Liare qui lui permit de me prendre légèrement au dépourvu, au lieu d'un assaut digne d'un vrai Guerrier, elle ne fit que se baisser pour m'envoyer un balayage ayant pour but de me faire tomber au sol. Malgré mes intentions de ne simplement que bloquer ou esquiver ses assauts pour m'amuser avec elle, son manque de sérieux envers moi me fit voir rouge et après un saut pour esquiver, je m'empressais d'user de mon poids et de la gravité pour retomber rapidement sur le sol, ma cible : Sa jambe. Raté, une simple brûlure superficielle en ayant frôlé son genou – Sa vitesse l'avait emporté face à ma tactique et sa jambe avait donc été sauvé d'une cassure potentielle.

Alors qu'à peine l'action fut fini, elle fonça à nouveau sur moi. Ma Schiavona plaçait pratiquement contre ma poitrine de manière à ce que la lame pointe le ciel, je l'usais pour déplacer la lame de l'adversaire qui eut pour impact le vent... Enfin, bien que mon vêtement fut coupé sur le côté de l'épaule et qu'une goutte de sang apparut. Tandis que je reculais de quelques pas, je me crachais toute sorte d'insulte pour mon comportement présomptueux et digne d'un débutant – J'avais fait une erreur avant même que le combat commença, ma misanthropie ainsi que mon racisme profond pour les autres races me firent la sous-estimer.

Le ciel s'assombrit et des nuages gris apparurent tandis que le vent se levait, bien plus brutal qu'il y a quelques minutes – Ma cape toujours accroché à moi s'éleva suivi de ma queue de cheval face à ce  fameux vent. Une inspiration ; Une expiration et je jetais ma cape un peu plus loin avant de changer de position. La position de tout bon escrimeur ; Le ciel semblait s'être assombrie en même temps que mon visage – Je m'amusais et pourtant, mon erreur précédente m'énervait. Je n'aimais pas DU TOUT faire des erreurs ; Encore moins quand celle-ci était digne d'un débutant.

D'un seul assaut qui donnait l'impression d'un seul pas, la distance avait disparu et j'envoyais ma lame la frôler au niveau du cou tandis que quelques mèches de cheveux tombait ; Mon visage plus proche que jamais, je profitais de ce moment bien particulier pour faire tomber le masque. Mes yeux glaciales et stockant tout les ténèbres de mon être agrémentait d'un sourire digne du Démon que j'étais ainsi que de ses mots : « La valeur d'un humain ? Je ne pense pas être le mieux placé pour représenter cette race». Après ces paroles rapidement placé qui était pour moi une simple vérité, après tout Malgré mon apparence potentiellement humain... Il n'y avait rien d'autre qui paraissait humain chez moi.

Un pas en arrière et une rafale de coup en sa direction, le cri de nos lames s'entrechoquant résonnait dans les plaines – Ce combat était excitant et j'augmentais peu à peu ma vitesse au fur et à mesure ou je m'habituais à la demoiselle. J'avais décidé de passer à l'attaque et mes yeux avaient cette fois bien estimé la Guerrière en face, une femme de premier choix dont je me languirait de soumettre à maintes et maintes tortures après ce combat.

Spoiler:
 


Nathaniel E. Sombresang : #B7CA79
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Veillez à ne pas me mentir ! (PV Nathaniel Sombresang) [ /!\ pouvant choquer]

Revenir en haut Aller en bas

Veillez à ne pas me mentir ! (PV Nathaniel Sombresang) [ /!\ pouvant choquer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Présentation de Nathaniel Mandrake[en construction]
» Nathaniel Ourobor [ACCEPTE] ~> Serpentard
» Nathaniel (Terminer)
» Nathaniel Jacobs || Liens
» Bon sang ne saurait mentir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: La Fin :: Les Choses que nous oublions vite :: Rp's abandonnés-