AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Much Ado About Nothing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar


Exilé

Messages : 72
Xp's : 431
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 16
Présentation : ~Par ici~
Carnet : ~Clique donc~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Much Ado About Nothing Dim 24 Juil 2016 - 1:11

Much Ado About Nothing

Ysenbal Otta
ft. Marissa E. Iselk

Aux paroles de l'humaine, j'avais tout juste arqué un sourcil de surprise. Eh bien. Elle savait mettre les gens à l'aise. Des personnalités bien marquées, j'en avais côtoyé, mais on finissait par accorder nos violons à un moment ou à un autre. Ici, ça avait mal commencé, et à moins d'une jolie pirouette, l'ambiance pesante se fera ressentir tout le long. Je n'aurais pas dû accepter sa proposition.

- Excusez mon ignorance, mais je ne sais rien des dragons. Si les termes que je pourrais employer par mégarde suffisent à vous déplaire...

Je passai une main dans mes cheveux désordonnés. La jeune femme était fermée à la conversation, ça se sentait.

- ... Peu importe.

Je restai silencieux, tout comme elle. La situation me devenait insupportable. J'avais auparavant aimé les conversations que pouvaient tenir les humains. De ce que j'avais pu en voir. Les avis exprimés par certains, les débats que cela pouvait engendrer. Oui, c'était enrichissant, et rien que pour ça j'aimais les écouter. Or, ici, mon interlocutrice n'était ni très aimable, ni très loquace. On avait manqué de se blesser quelques instants plutôt et à présent je devais faire attention à mes dires sous peine de la froisser. Si c'était ainsi qu'elle avait décidé de s'excuser, je ferai aussi bien de partir sans demander mon reste.

- Moi c’est Marissa Iselk. Et toi ? Tu es un exilé de ta patrie ou en mission pour ton roi ?

Marissa Iselk. Pour une femme qui prenait facilement la mouche, elle était bien intrusive. Je lui jetai un coup d’œil en coin, afin de bien détailler son visage et y assimiler le nom. Le sujet qu'elle avait lancé devait l'intéresser, parce qu'elle semblait être le genre de personnes qui ne s'embarrassaient pas de politesses superflues. L'envie me vint alors de couper court à sa question. Ou bien de jouer les princesses offusquées. Je doutais que cela puisse l'affecter de quelque sorte, mais ça me ferait du bien. Je me préparai mentalement à lui répondre d'un ton sec quand j'abandonnai finalement l'idée. Les mots ne me venaient pas naturellement. Je pouvais me montrer désagréable, la preuve, elle avait pas l'air de m'apprécier des masses, mais je ne pouvais pas me forcer à être le parfait enfoiré. Ça me faisait défaut les trois quart du temps mais c'était comme ça.

- Ysenbal Otta. Je ne répond plus aux ordres du Roi. Je me suis exilé il y a déjà plusieurs années.

Je soutins son regard après ces mots. C'était court et concis. Je n'avais rien de plus à dire... Vraiment, rien... Oh et puis merde.

- Tant qu'on parle de moi, j'imagine que vous ne voyez pas d'objections à ce que je dise ce que j'ai à dire, moi aussi. Et si quelque chose ne vous plaît pas, vous mettrez cela sur le dos de notre fatigue... Parce que visiblement, vous comme moi n'avons pas pu bénéficier d'une nuit digne de ce nom depuis quelques temps.

Bien heureusement, je n'avais buté sur aucun mot, mais le souffle me manquait... Je repris aussitôt:

- Qu'on mette les choses au clair, je n'ai rien contre vous ou contre le dragon qui vous accompagne. En fait, j'aurais tout aussi bien pu ne pas avoir croisé votre route aujourd'hui que ça m'aurait été égal. Ne vous sentez pas obligée de partager votre repas en guise d'excuses, parce que vous savoir repentante ou non ne m'empêchera pas de dormir. Qu'on quitte cette plage en mauvais termes, si vous avez décidé de ne pas m'aimer; tant que vous ne vous mettez pas en tête de me faire la peau plus tard, ça me conviendra très bien aussi.

Il n'y avait pas de colère dans ma voix. Enfin, si, un peu. Mais j'avais tout juste haussé le ton, parce que je n'avais rien de très personnel contre elle. J'en avais juste assez de cette journée et de tout ces embêtements qui me tombaient dessus au fur et à mesure. J'étais pas sur le point de craquer non plus, j'étais juste fatigué.

- Maintenant... Ça ne me dérange pas le moindre du monde de reprendre une conversation intéressante pour nous deux. Mais ne me contraignez pas à faire des efforts tout seul. Parce que franchement, j'en ai pas l'énergie.

J'avais parlé pour les trois prochains mois à venir. Le sable soulevé par vagues commençait à m'insupporter. Je redressai le col de mon vêtement et ramenait mes jambes de sorte à être assis en tailleur. Enfin, il était possible que j'ai à me relever selon la réaction de Marissa.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Dragonnier

Messages : 789
Xp's : 178
DC : Adélaïde Firloe, Auxane Taël et Mère Nature
Date d'inscription : 18/08/2014
Présentation : L'indomptable
Carnet : un fabuleux destin

Feuille de personnage
Vie:
150/150  (150/150)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Ce que je préfère ce sont les combats
MessageSujet: Re: Much Ado About Nothing Mer 27 Juil 2016 - 2:05


Le soulèvement du sable
le 23 Rosendas 1248 avec Ysenbal Otta


- D’accord… Vous avez bien fait de le renier en tous cas. Maintenant relevez-vous, ce n’est pas un endroit approprié pour manger.

On semblait discerner un sourire malicieux derrière le voile déchiré qui traversait son visage. Marissa semblait n’avoir pas réagit aux paroles du Liare, mais en vérité, elle n’avait simplement pas eu de réponse à lui apporter. Le simple fait qu’il mentionne le manque de sommeil suffit à apaiser la jeune femme, elle s’en rendait compte, depuis que le dragon était venu à elle, elle était constamment sous tension. Qu’il s’agisse de ce lien qu’elle n’arrivait pas à maîtriser, se laissant subjuguer par les émotions du dragon ou parce qu’elle n’avait pas fermé réellement l’oeil depuis plus de deux mois maintenant. C’était un fait, plus elle avançait, plus elle se sentait instable et colérique.

Cette fois là, elle s’était exprimée le plus simplement et posément possible, sa phrase était en décalage complet avec l’énervement qui avait frôlé de la faire éclater une nouvelle fois l’instant d’avant. Cependant, malgré la ténacité de l’Arvèles, elle savait quand un combat devait se terminer et les propos d’Ysenbal l’avait ramené à la réalité.

Il n’avait rien d’un rival ou malfrat. N’était-ce pas elle qui avait porté le premier coup, peut-être, elle n’était plus très sûre, mais cela ne l’intéressait plus. Le dragon a ses pieds, elle attendait que le Liare se relève. Comme pour montrer qu’elle avait décidé de déposer les armes, Ellyn parcourut la distance qui les séparait pour lui tendre son bras et l’aider à se relever. Qu’il prenne ou non sa main ne l’offenserait pas, il en était de même que sa présence au repas. Elle se rendait compte maintenant qu’elle n’avait rien à craindre pour leurs provisions, après tout, sûrement le Liare aurait-il un morceau à faire partager aussi, si oui, Nubia le sentirait sûrement de toute manière.

Et puis, c’était un Liare. Marissa avait toujours été fasciné par ce peuple, elle était curieuse de connaître les raisons qui avait poussé Ysenbal à s’exiler ainsi de sa patrie. Pour l’instant la jeune femme n’en dit rien, mais elle avait tendance à considérer les exilés comme des lâches, après tout, ce n’était que des faibles qui une fois la réalité de leur peuple enfin acceptée, préféraient fuir et se cacher dans les terres humaines. Mais bon, même si jusqu’à maintenant Marissa s’était montrée peu avenante, elle ne préféra pas ajouter de mot là-dessus. Non, pas encore.

L’Arvèles retourna alors son attention sur le dragon qui restait près d’elle. Elle n’eut pas besoin de s’approcher de lui pour lui faire comprendre qu’elle était au final heureuse. Cette matinée annoncée de grands changements pour le duo, enfin Nubia commençait à prendre en force et en rapidité. L’Arvèles avait vraiment l’impression que désormais elle pourrait retrouver le sommeil un tant soit peu. À l’heure actuelle, il était temps de manger et les légers gargouillis qui résonnèrent dans le ventre de Marissa laissait présager qu’elle n’avait pas l’intention d’attendre plus longtemps.

Elle commença alors à s’écarter des hautes dunes de sable pour retourner vers les terres afin de trouver un endroit un peu plus plat. Le dragon emboîta ses pas, mais il s’enfonçait dans le sable et peinait à la suivre. Ellyn se retourna alors une première fois pour vérifier s’ils auraient un invité au repas, puis toutes les trois secondes pour vérifier que la créature arrivait à avancer.


© Nye-Hael sur Epicode




Kit par Lüly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Exilé

Messages : 72
Xp's : 431
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 16
Présentation : ~Par ici~
Carnet : ~Clique donc~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Much Ado About Nothing Mar 30 Aoû 2016 - 22:53

Much Ado About Nothing

Ysenbal Otta
ft. Marissa E. Iselk

Le bruit de ses pas avaient beau être inaudibles, couverts par le vent, je levai les yeux à temps pour la voir tendre une main à mon attention. La refuser était tentant, mais très contradictoire. J'étais certes contrarié mais pas au point non plus de faire ma tête de con. Néanmoins, je me relevai sans son aide et sitôt debout m'adressa à elle d'un ton que je voulais un minimum engageant:

- Ça va, merci quand même.

Marissa se retourna d'abord vers le dragon avant de se diriger vers des terrains moins sablonneux et certainement plus propices à un repas. Elle semblait moins... tendue, à sa façon de marcher. Enfin. J'étais loin de la connaître, et loin de la cerner. Toujours est-il qu'elle ne m'avait pas répondu sèchement, et qu'elle se retournait à présent, me lançant un regard. Je me rendis alors compte que je n'avais pas bougé. Partir après ce que je lui avais déblatéré aurait vraiment été stupide. D'autant plus que si elle n'avait pas explicitement répondu à mes dires, elle avait l'air d'y être au moins réceptive. Si les choses ne s'arrangeaient décidément pas, rien ne m'empêcherait de définitivement mettre les voiles.

Je me mis en marche, et ne tardai pas à dépasser le petit dragon, qui s'enlisait à chaque pas. J'imagine qu'il était trop fatigué pour voler de nouveau. La jeune femme ne cessait de lancer des petits coups d’œil à l'animal, sans me prêter grande attention. Nous ne tardâmes pas à gagner la terre rocailleuse. Je poussai un soupir de soulagement, m’ébouriffant d'une main les cheveux afin d'en chasser le sable. Le vent était bien plus calme, et la vue plus nette. Ma sacoche de cuir n'avait pas bougé, calée entre deux roches. Je l'avais laissée là, prenant en compte les rares promeneurs, soit la possibilité presque inexistante de potentiels voleurs. Elle ne contenait rien de valeur, de toute façon, sinon le strict minimum pour voyager. J'allai la récupérer, en fit rapidement l'inventaire et reprit ma marche, toujours derrière Marissa. Je n'avais aucune idée de ce qu'elle jugeait convenable comme endroit où se restaurer, puisque si cela ne tenait qu'à moi, j'aurai mangé en marchant le long d'une route. Enfin, j'avais dans mon bagage de quoi augmenter les rations. Pas grand chose, mais c'était toujours ça de gagné. De toute façon, je mangeais peu, et ce petit bout de dragon ne devait pas avoir un appétit d'ogre. Qui sait.

Après quelques minutes de marche, j'avisai un endroit dégagé, ponctué ci et là de rochers qui pourraient nous préserver du vent. J'interpellai la guerrière et lui désigna d'un geste de la main l'emplacement.

- Ici ? Ce ne sera pas le grand confort mais j'imagine que ça fera l'affaire.

J'espérais une réponse affirmative de la part de Marissa, parce que les événements précédant notre marche m'avaient un peu fatigué. A un tel point que je n'étais même pas sûr de reprendre la route ce soir comme je l'avais planifié. Si parfois les imprévus peuvent avoir du bon, ils vous foutent quand même vos habitudes en l'air, et c'est pas quelque chose que j'encaisse plusieurs fois.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Dragonnier

Messages : 789
Xp's : 178
DC : Adélaïde Firloe, Auxane Taël et Mère Nature
Date d'inscription : 18/08/2014
Présentation : L'indomptable
Carnet : un fabuleux destin

Feuille de personnage
Vie:
150/150  (150/150)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Ce que je préfère ce sont les combats
MessageSujet: Re: Much Ado About Nothing Dim 11 Sep 2016 - 5:17


Le soulèvement du sable
le 23 Rosendas 1248 avec Ysenbal Otta


Marissa n'arrêtait pas de se retourner pour garder un œil sur son compagnon, si bien qu'elle finît par se retrouver derrière le Liare, avançant aussi lentement que le dragon.

On aurait presque pu l'entendre souffler d’exaspération si le vent de la plage n'avait pas reccouvert sa réaction. En regardant Nubia, l'Arvèles avait du mal à se rappeler les dangereuses légendes à propos des dragons ou encore une ressemblance avec la mère de la créature qui avait ravagé son village et décimé ses voisins et son père. Cet être si fragile et curieux de nature ne laissait en rien présager qu'il finira par grandir et devenir une créature vorace.

Marissa resta en arrière à attendre Nubia et ne remarqua pas tout de suite que le Liare s’était arrêté pour récupérer son bien.

Désormais, le vent se mit moins intense alors que le petit groupe était en train d’arriver sur un terrain davantage rocheux que sableux, bien plus pratique pour le dragon qui retrouva une allure raisonnable. À peine, quelques instants plus tard, Ysenbal indiqua un endroit à quelques pas où ils pouvaient s’installer. Ellyn accepta en hochant simplement la tête, désireuse de prendre au plus vite son repas, elle revient à la hauteur du Liare, laissant le dragon à quelques pas seulement derrière eux.

Le lieu était parsemé de rochers de tailles diverses, mais à peine fut-elle dans un endroit dégagé, l’Arvèles se laissa tomber au sol et reposa son dos contre l’un des rocs après avoir pris soin de retirer sa besace et son fusil de son dos. Elle laissa cependant son poignard dans le bas de son dos, bien moins dérangeant et par besoin de rester armée. Comme depuis maintenant quelques semaines, la jeune femme vivait sur de maigres réserves. Depuis que l’œuf avait éclos, il ne restait dans le sac de Marissa qu’une trace de brûlure et de maigres provisions qu’elle renouvelait au jour le jour.

Ainsi, elle se contenta de simplement renverser le contenu de celui-ci sur le sol sans se préoccuper de la poussière qui s’était d’ailleurs immiscée dans chacun des replis de ses vêtements. Mais à quoi bon lutter, même s’ils étaient protégés par la formation rocheuse, le vent continuait de soulever dans son sillage de fins grains de sable. Nubia y ajouta d’ailleurs du sien en se secouant à peine arrivée près de Marissa et marchant autour des provisions protégées par un simple tissu beige abîmé.

La jeune femme poussa alors le dragon pour le forcer à s’écarter et ramassa les deux derniers pains qui lui restaient et le petit paquet de viandes séchées Elle ne l'ouvrit qu'après avoir rangé ses affaires comprenant un parchemin, quelques vêtements et un linge rouge plié plus ou moins soigneusement renfermant les fleurs de la jeune femme. Satisfaite, Marissa déclara  :
- Et bien nous y voilà. Tiens, sers-toi !
Sans attendre, l'Arvèles lui lança l’un des pains et prit deux fines tranches de viande entre les dents avant de tendre le paquet au Liare. Elle jeta l’un des morceaux à Nubia et croqua dans l’autre, avalant le morceau sans se soucier du sable qui s’y était collé, tout comme le dragon qui engloutit le tout, avant de reprendre :
- Tu es installé dans la région ou simplement de passage ? Ce n'est pas être toujours évident d'être dans un pays d'où l'on ne vient pas.
La jeune femme savait de quoi elle parlait, et comme à son habitude, Ellyn se montra sans gêne. Tout en écoutant ce Liare qu’elle ne considérait plus comme un ennemi, elle rompit son pain en deux et fit rouler l’une des parties aux pieds du dragon. Marissa resta ainsi assise à l'abri du sable à profiter simplement des quelques victuailles qu'ils avaient à échanger. Ce moment s'éternisa, tous deux n'échanger que des futilités. L'Arvèles confia en quelques mots à Ysenbal son besoin de s'éloigner un temps des montagnes.

Elle lui confia son inquiétude, ses doutes au sujet de cette créature qui avait changé sa vie du jour au lendemain sans qu'elle ne demande rien. Puis, lorsqu'elle eut l'impression d'en avoir trop dit, ils se quittèrent. Nubia était déjà repartie dans le ciel et commençait à s'éloigner du dragonnier. C'est le coeur léger que Marissa reprit la route et se laissa guider par son dragon qui décida de mettre la mer dans son dos pour rejoindre les terres verdoyantes de la vallée d'Accro. Son périple pour partir le plus loin possible des chasseurs de dragons pouvait enfin s'achever.

Marissa mit ses mains autour de ses yeux pour les protéger du sable qui lui fouettait le visage et elle leva le regard vers le soleil pour y apercevoir le dragon qui en reflétait les rayons.

Il commençait à grandir et bientôt, il n'aurait plus besoin d'elle pour se protéger. Même si un lien puissant l'unissait à cette créature, l'Arvèles pria les dieux que ce moment arrive au plus vite. Elle revoyait encore le vieux Liare qui l'avait recueilli et racontait son histoire. Elle ne voulait pas devenir comme lui et pour cela il n'y avait qu'une solution, faire en sorte que son dragon devienne puissant et redoutable. Quelques semaines auparavant elle n'arrivait pas à se l'imaginer, mais aujourd'hui était différent.



© Nye-Hael sur Epicode




Kit par Lüly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Much Ado About Nothing

Revenir en haut Aller en bas

Much Ado About Nothing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Le Monde des Humains :: La plage des astres-