AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Much Ado About Nothing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


Exilé

Messages : 72
Xp's : 416
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 16
Présentation : ~Par ici~
Carnet : ~Clique donc~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Much Ado About Nothing Sam 7 Mai 2016 - 22:11

Much Ado About Nothing

Ysenbal Otta
ft. Marissa E. Iselk

Jamais je n'avais pensé être capable de fixer les remous du large pendant aussi longtemps. Combien de temps d'ailleurs ? Aucune idée. Soleil mis à part, il n'y avait aucun repère temporel autour de moi. Non pas que l'endroit soit désert, bien au contraire: non loin de là, le port, et avec lui les mouvements incessants des matelots, des marchands, et les grandes silhouettes des bateaux qui se découpaient dans les embruns. L’alizé était agréable. Le vent marin chargé de sel emmêlait plus mes cheveux qu'autre chose mais ça faisait un bien fou, même pour un Liare ayant grandi dans les terres arides de Glasgo.
Je partais juste de la Vallée d'Accro, où j'avais passé quelques jours au sein de la ville de Krik. On devait être le 10 Rosendas, aujourd'hui. Il serait peut-être temps pour moi d'achever ma longue balade dans l'Ouest.

J'empli une dernière fois mes poumons d'air marin et fit demi-tour, à contrecœur. Avant de quitter la région, j'allais devoir faire quelques préparatifs. Une sacré trotte en perspective qui m'attendait là, ne serait-ce que pour regagner Karnès. Pour réduire la durée du voyage, je pouvais toujours espérer trouver une âme charitable qui accepterait de me faire une place dans sa charrette.
Je marchais dans le sable depuis déjà une bonne dizaine de minutes quand un mouvement dans les dunes attira mon attention. Oui, la dune s'agitait vraiment, et le vent n'en était pas la cause. Boh. Une créature quelconque. Je repris mon chemin... Puis m'arrêta de nouveau lorsqu'une curieuse forme se détacha de la dune. Une créature quelconque...? Non. Ce qui était en train d'émerger du sable, à quelques pas de moi, c'était un véritable dragon. Petit, certes, mais un dragon quand même. Je restai un moment interdit devant le petit gars à écailles, plissant les yeux comme une bourrasque de vent soulevait le sable entre nous deux.

Loin d'être un expert dans le domaine de l'écosystème, j'étais tout de même prêt à parier qu'un dragon, ça ne se trouvait pas sur une plage. Et encore moins un aussi jeune. Ça voulait dire que... Maman Dragon pouvait être dans le coin. J'inspectai rapidement les alentours, essayant de distinguer une potentielle masse sombre se ruer vers la ridicule silhouette que j'étais, mais mon regard ne rencontra que les formes nettes des bateaux amarrés au port. On était visiblement tout seuls, lui et moi. Et puis... l'occasion d'approcher un dragon ne se présentait pas à tout le monde. Il paraîtrait pourtant que les dragons se trouvent au sein de nos terres de feu. Pour ma part, je n'en ai jamais vu un seul. Je reporta mon attention sur la petite créature et, doucement, pour ne pas l'effrayer, m'en approchai...



Dernière édition par Ysenbal Otta le Dim 12 Juin 2016 - 18:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Dragonnier

Messages : 757
Xp's : 138
DC : Adélaïde Firloe, Auxane Taël et Mère Nature
Date d'inscription : 18/08/2014
Présentation : L'indomptable
Carnet : un fabuleux destin

Feuille de personnage
Vie:
150/150  (150/150)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Occupée
MessageSujet: Re: Much Ado About Nothing Mar 10 Mai 2016 - 1:20


Le soulèvement du sable
le 23 Rosendas 1248 avec Ysenbal Otta


Elle s’était assoupie un instant, depuis qu’Ellyn était arrivée dans la région, elle avait enfin l’impression d’avoir trouvé un endroit sûr et son attention s’était relâchée. Lorsqu’elle avait ouvert un oeil, plus parce le soleil commençait à lui brûler le visage que par réel envie de se réveiller, ses yeux ne rencontrèrent pas le dragon et elle ne put s’empêcher de se redresser sur les coudes pour regarder autour d’elle. Nubia n’était plus là ! Elle était tout d’un coup complètement réveillée et elle s’empressa de ramasser ses affaires.

L’Arvèles se releva rapidement, soulevant dans son geste le sable. Elle courut alors lourdement en haut de la dune où elle s’était reposée pour avoir une vision d’ensemble. Elle ne put pas passer à côté d’une telle apparition, son dragon n’était qu’à quelques centaines de mètres de là, mais il était accompagné par un Liare qui s’approchait bien trop près de lui. Alors que le dragon commença à montrer ses crocs, Marissa dévala la dune, courant dans le sable pour séparer la distance qu’il y avait entre elle et sa protégée.

Elle les perdit un instant du regard, mais elle remonta aussi vite qu’elle put sur une autre dune et se retrouva ainsi près d’eux. À peine fut-elle arrivée au sommet, Marissa n’y réfléchit pas une seconde plus et matérialisa une dague au dessus de sa paume qu’elle envoya d’un léger mouvement de poignet sur le Liare.
- Écartez-vous ! Ou cela deviendra dangereux pour vous !
La fine lame se planta dans le sable entre l’homme du feu et le dragon, le sol étant friable, elle ne resta droite qu’une seconde avant de retomber dans le sable et de s’évaporer dans un nuage doré.

Marissa matérialisa alors l’arme de son père. Elle s’en voulait terriblement à l’intérieur, sans chercher à analyser la situation, elle avait simplement vu son dragon grogner et elle se sentait responsable de ne pas avoir mieux surveillé la créature. Elle avait beau avoir eu le temps de recouvrir toutes ses forces, la jeune femme continuait encore de s’emporter violemment dès qu’il s’agissait du dragon. Nubia d’ailleurs avait à peine bougé lorsque la lame se planta entre elle et l’étranger, qu’elle identifia alors comme un ennemi.

L’épée à la garde de dragon prit forme dans un nuage doré caractéristique de la Vérité d’Ellyn. La tenant de sa main droite en avant, elle frôla ses hanches de sa main gauche hésitant à sortir son fouet. Son regard ne savait pas sur qui se poser, elle s’inquiétait énormément lorsqu’il se posait sur le Liare, car elle avait peur de ce qu’il pouvait faire à Nubia et lorsqu’elle regardait cette dernière, c’était de la colère qui montée en elle, contre elle-même. L’un lui faisant penser à l’autre. Marissa descendit prudemment la dune, son arme en main.



© Nye-Hael sur Epicode




Kit par Lüly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Exilé

Messages : 72
Xp's : 416
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 16
Présentation : ~Par ici~
Carnet : ~Clique donc~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Much Ado About Nothing Mar 10 Mai 2016 - 20:13

Much Ado About Nothing

Ysenbal Otta
ft. Marissa E. Iselk

Ouch, visiblement, bébé dragon n'appréciait pas ma compagnie. Quand bien même je doutais que la créature puisse me faire le moindre mal au vu de sa petite taille, je jugeai qu'il serait plus sage de m'en éloigner et de la laisser à son sort. Elle allait pas crever là, de toute manière, on était pas en plein désert non plus. J'étais bien résolu à reprendre ma route quand j’aperçus un nuage de sable du coin de l’œil. A peine eu-je le temps de réagir qu'un éclat argenté traversa mon champ de vision pour se planter entre le petit dragon et moi même. Je reculai d'un pas vif et maladroit, sous le coup de la surprise, et identifiai l'éclat comme étant celui d'une dague.

- Écartez-vous ! Ou cela deviendra dangereux pour vous !

... dague qui disparut comme par magie. Un sort, donc. Je me tournai aussitôt vers mon agresseur, guidé par l'interjection peu engageante et surtout peu rassurante qu'il venait de m'adresser.

Le dragon avait tout juste esquissé un mouvement. Je le répète, j'y connais rien en dragon, mais n'importe quel animal aurait dû se montrer au moins surpris. La personne qui se tenait donc au sommet d'une dune devait être... son maître ? Ou bien alors, le dragon me considérait comme une menace plus importante. Le vent n'avait pas cessé de soulever la poussière depuis le début. Je focalisai mon regard sur l'inconnu à la dague, plaçant ma main en visière afin d'en mieux distinguer les contours. De par sa silhouette et sa démarche, il devait s'agir d'une femme, humaine, d'une femme bien décidée à... récupérer son animal ? Absurde. Ce sont les humains qui ont chassé les dragons de ces terres, par avidité. Je ne vois pas comment certains auraient pu y élever en toute quiétude de charmants petits bébés dragons avec des cupides voisins sans scrupules rôdant un peu partout. Ils ne feraient pas long feu, sans mauvais jeu de mots.

Alors, quoi ? Quelque chose qui impliquait une épée, dans tout les cas. La donzelle descendait à petits pas le tumulus de sable, comme prête à me faire la peau. Or, une femme déterminée est bien plus redoutable sur le champ de bataille que n'importe quel homme surentraîné.
C'était pas possible, ça. J'avais beau m'isoler au calme sur une plage presque déserte, j'arrivais quand même à m'embarquer dans un imbroglio des plus inconfortables. Je soupirai, bien embêté, pris une grande inspiration et, d'une voix forte pour couvrir le vent, tentai de lui faire comprendre la situation d'une phrase ou deux:

- Rangez votre arme, je vous assure que...

Bébé dragon avait l’ouïe sensible, car sitôt que j'élevais la voix, il redoublait ses grognements. Histoire de ne pas tenter le diable, j'abandonnai finalement les explications et me contentai de reculer d'un pas ou deux, doucement, afin de ne pas énerver davantage la bête... et la guerrière. Ça ne serait décidément pas malin d'engager un combat dans un terrain aussi désavantageux qu'une plage, surtout pour des raisons aussi... triviales ? Au fond, je ne savais même pas si elle en avait véritablement après moi. J'étais prudent, voilà tout.

Comme il ne restait plus qu'une dizaine de mètre pour me séparer de la demoiselle, je pus distinguer correctement son épée dirigée vers notre direction, son visage légèrement rougi par le soleil, son regard se poser tout d'abord sur moi, puis sur le dragon. C'était difficile à déterminer, mais j'aurai juré voir une certaine animosité lorsqu'elle fixait ce dernier. Au fond, je voyais peut être ce qui m'arrangeait. Néanmoins, cela suffisait à mon esprit confus en quête d'explication pour clarifier une chose: j'avais affaire au genre de personnes visiblement intéressées par les bénéfices qu'on pouvait tirer d'une carcasse de dragon. Ma carcasse à moi devait pas rapporter des masses, en revanche. Cette femme pourrait donc être une chasseresse. Et si ça n'était pas le cas, eh bien...

Je jetai un coup d’œil à la potentielle proie, dont les grognements n'avaient cessés. Mon attention se reporta ensuite sur la potentielle prédatrice. Je portai alors instinctivement ma main au mousqueton ; prédateur ou proie, la question ne se posait pas. Si j'étais contraint d'aider l'un ou l'autre, je choisirais sans aucune hésitation le camp du vainqueur. Désolé, petite bête, mais tu n'as pas l'étoffe d'un victorieux. La victime me faisait les crocs. Je lui marmonnai alors :

- Toi, tu vas passer un sale quart d'heure...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Dragonnier

Messages : 757
Xp's : 138
DC : Adélaïde Firloe, Auxane Taël et Mère Nature
Date d'inscription : 18/08/2014
Présentation : L'indomptable
Carnet : un fabuleux destin

Feuille de personnage
Vie:
150/150  (150/150)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Occupée
MessageSujet: Re: Much Ado About Nothing Mar 17 Mai 2016 - 17:14


Le soulèvement du sable
le 23 Rosendas 1248 avec Ysenbal Otta


Seuls les grognements du dragon parvinrent à Marissa alors qu’elle descendait la dune. L’Arvèles était à cran et l’impression qu’un danger menaçait l’animal, cela faisait tellement longtemps qu’elle se reposait, le destin l’avait sûrement rattrapé. Même si le Liare fit quelques pas en arrière, son geste vers l’arme qu’il portait suffit à Ellyn pour en conclure qu’il n’était en rien amical envers elle et le dragon. Désormais arrivée en bas de la dune, elle conserva quelques mètres de distance pour ne pas engager tout de suite le combat, elle prit une grande respiration et prit le temps d’analyser la situation.

Alors que Nubia ignorait complètement la présence du dragonnier, n’arrêtant de grogner envers l’étranger, allant jusqu’à mimer de le mordre, ouvrant sa gueule, mais n’osant pas vraiment avancer. Marissa crut alors entendre un murmure, non, elle était sûre que l’étranger venait de prononcer une menace à leur encontre. N’y réfléchissant plus, elle dessina un arc de cercle avec la lame de son épée matérialisée grâce à sa Vérité alors qu’elle franchissait la distance la séparation de l’étranger, mettant ainsi de la force dans son geste en rabaissant rapidement la lame en diagonale vers le bas.

Elle accompagna alors ses gestes de ces paroles :
- Vous pouvez toujours rêver, ne l’approchez pas ! Il est à moi.
Ellyn n’essaya pas de reporter un coup violent, elle était en position d’attaque, mais son intention réelle n’était pas de blesser le Liare. Elle n’avait pas envie de tuer à nouveau pour défendre le dragon, l’Arvèles en avait déjà été capable, mais elle n’en avait aucunement envie dans cet endroit qu’elle avait cru être un havre de paix. Elle ne put s’empêcher de se retourner légèrement un très bref instant pour voir où était le dragon. Nubia n’était plus là. Le dragon s’était à nouveau volatilisé. En reportant son attention sur le Liare, elle vit le dragon derrière lui continuant à grogner tout en s’approchant doucement.

Ne sachant pas comment réagir, laissant plus son instinct parlé que la raison. Marissa attaqua à nouveau le Liare, tenant son épée à deux mains et laissa sa colère s’exprimer :
- N’espère pas pouvoir en tirer de l’or ou quoi que ce soit.
Elle était passée au tutoiement sans vraiment s’en rendre compte. Tout ce qu’elle savait à l’instant c’était qu’elle ne voulait pas tuer à nouveau pour protéger le dragon, mais à retenir ainsi ses coups, elle ne faisait qu’échanger des coups, ses pieds s’enfonçant à chaque fois un peu plus dans le sable alors que le dragon s’apprêtait à se sauter pour mordre en haut des jambes le Liare.

© Nye-Hael sur Epicode




Kit par Lüly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Exilé

Messages : 72
Xp's : 416
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 16
Présentation : ~Par ici~
Carnet : ~Clique donc~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Much Ado About Nothing Dim 22 Mai 2016 - 16:16

Much Ado About Nothing

Ysenbal Otta
ft. Marissa E. Iselk

- Vous pouvez toujours rêver, ne l’approchez pas ! Il est à moi.

Afin d'appuyer ses propos, la femme joua avec la lame de son épée, la faisant violemment tournoyer dans les airs. Juste devant moi. Je retins une exclamation de surprise et sorti complètement mon mousqueton, sans m'en servir pour autant, tout en esquivant lestement d'un pas de côté.

L'humaine avait à présent adopté une position offensive. Cependant, sans aller jusqu'à dire que ça n'était que pour la frime, je n'arrivais pas à ressentir de réelles envies meurtrières envers ma pauvre personne dans ses gestes guerriers. M'intimider ? Pensait-elle vraiment que j'avais la moindre chance avec une simple arme à feu ? Actuellement, la seule cible pour laquelle j'étais certain de faire mouche, c'était le petit dragon. Je pouvais toujours entendre les grognements de ce dernier, mais ça ne me suffisait pas pour le localiser. Ce qui était sûr, c'est qu'il n'était plus à côté de moi. Avant que je puisse le chercher du regard ou dire quoique ce soit, la chasseresse empoignait vigoureusement son arme et tenta de nouveau de m'atteindre de sa lame.  

- N’espère pas pouvoir en tirer de l’or ou quoi que ce soit.

Cette fois-ci, encore plus que les fois précédentes, sa voix laissait entendre une forte colère. Visiblement, elle m'avait pris pour un autre chasseur. Elle défendrait sa proie ? Avec le raffut qu'elle faisait, je ne serais pas étonné si la bestiole prenait la fuite. En attendant, si je n'agissais pas, je risquais de finir sur le tableau de chasse de cette femme pleine de caractère. N'ayant aucune ouverture pour lui échapper, je transformai précipitamment la peau de mon avant bras gauche en roche que j'estimai suffisamment solide afin de parer ses attaques.

- Il y a malentendu...!

Partis comme on était, aucune chance de pouvoir stopper le combat par de simples dires. D'autant plus qu'il me serait difficile de m'expliquer tout en étant assailli de coups. Un rapide coup d’œil au sol confirma mes craintes: la plage était sans aucun doute l'un des pires terrains d'affrontement possibles. Le sable ensevelissait nos pieds, nous demandant plus d'efforts pour nous mouvoir et surtout, réduisant mon équilibre; et si je chutais, je serais à la merci de Mademoiselle.

Pour le moment, je tentai de lui rendre ses coups, tout en prenant garde aux grands mouvements de son épée. J'avais néanmoins la sensation qu'elle pouvait donner bien plus. Peut-être réservait-elle son énergie pour la capture du dragon ? J'aurai dû m'estimer heureux d'un tel traitement de faveur, cesser toute résistance et m'expliquer bien gentiment. En fait, c'est ce que j'aurais sans doute fait, si un grognement animal plus fort encore que le fracas du métal sur la roche ne s'était pas fait entendre. Et si je l'avais aussi bien perçu, c'était parce que la source du bruit se trouvait juste dans mon dos.

Je fis alors un léger pas en arrière afin de mettre de la distance entre l'épée et moi même et inspectai brièvement l'espace derrière moi. Ce fut sans surprise que je vis le dragon, à mes talons, remuer du derrière dans le but de sauter mordre le mien. J'allais abréger ce bordel. J'allais tuer la créature et laisser la carcasse à la présumée chasseresse. Si elle voulait s'attribuer les « mérites » de la chasse, qu'elle le fasse ; ça ne regardait qu'elle. Après quoi, j'allais partir sans demander mon reste, prendre la route et me reposer bien tranquillement chez moi.

De la main qui tenait toujours le mousqueton, chargé au préalable, je visai le reptile et m'apprêtai à appuyer sur la gâchette. Je perdis alors momentanément l'équilibre, enlisé jusqu'au chevilles dans le sable et ne pu me focaliser correctement sur ma cible. La balle partit malgré tout et je poussai un juron. Il y eut une forte détonation, accompagné d'un nuage de poussière. Impossible de voir si j'avais réussi ou non à abattre la satanée bête.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Dragonnier

Messages : 757
Xp's : 138
DC : Adélaïde Firloe, Auxane Taël et Mère Nature
Date d'inscription : 18/08/2014
Présentation : L'indomptable
Carnet : un fabuleux destin

Feuille de personnage
Vie:
150/150  (150/150)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Occupée
MessageSujet: Re: Much Ado About Nothing Mer 1 Juin 2016 - 22:50


Le soulèvement du sable
le 23 Rosendas 1248 avec Ysenbal Otta


Les échos des échanges entre les deux chasseurs couvrirent les paroles du Liare, Marissa n'y prêta pas attention, elle était bien trop obstinée tout en étant paradoxalement complètement distraite. Ne pas voir le dragon l'inquiétait et à plusieurs reprises, elle faillit recevoir un coup de la part du Liare, frôlant sa peau séchée par l'air marin. Ellyn n'avait peut-être pas l'intention de blesser mortellement son adversaire, mais à contenir ainsi ses coups, c'est elle qui allait en recevoir un. Cela ne lui plaisait peut-être pas, mais au fond, elle se savait capable de tout pour protéger le dragon. Ainsi, l'Arvèles porta un lourd coup de son épée de Vérité, elle n'avait plus l'intention de se retenir, mais le Liare dévia le coup de son avant-bras de pierre et me fit reculer de quelques pas.

Au même moment, Nubia laissa échapper un grognement puissant, c’était la première fois que je l’entendais, je pouvais en ressentir toute la menace. Le dragon ne faisait pas plus d’un demi mètre de hauteur, mais sa mâchoire et ses griffes n’en restaient pas moins aiguisées. Je me précipitais vers lui et la Liare, mais par un heureux coup du destin, celui-ci rata sa cible. Mon sang c’était glaçait en le voyait ainsi pointer son arme à feu, mais coeur allait exploser, mais tout retomba dès que je vis Nubia saine et sauve et son chasseur enfoncé dans le sable.

Sans hésiter, je voulus me rapprocher tout près du dragon. Ignorant le Liare qui était tout prêt et aurait pu facilement me porter un coup. Je restais attentive, mais il fallait à tout prix que je pousse Nubia à s’éloigner, elle ne pouvait pas rester ici. Le dragon était bien trop jeune pour pouvoir espérer affronter un être du feu, ou de la roche d’après de ce qu’Ellyn avait pu voir. Tenant fermement l’épée de son père, l’Arvèles n’était plus qu’à un pas du dragon et du Liare, elle gardait du coin de l’oeil ce dernier, mais c’était le dragon qui l’intéressait.

Elle avança sa main vers lui, comme pour essayer de lui ordonner de partir. L’instant d’après, le sable se souleva autour d’eux, une bourrasque de vent s’engouffra entre les dunes et le sable chaud fouetta le visage de Marissa. Elle fut forcée de plisser les yeux et de tourner son regard vers le Liare qui était à sa droite, bien trop près, mais tout d’eux se retrouvaient dans ce vent. Cela ne dura que deux secondes, mais lorsque la jeune femme put rouvrir les yeux, son dragon avait à nouveau disparu. Le Liare n’y était pour rien cette fois, elle n’avait vu que lui pendant qu’elle détournait le regard.

Complètement désemparée, Marissa lâcha son arme et se jeta au sol là où le dragon aurait dû être. Un genou dans le sable, l’autre relevé, ses mains déplaçaient le sable frénétiquement, tout en murmurant rapidement :
- Merde ! Merde ! Merde ! Il était là !
Elle ignora complètement le Liare, se relevant et déplaçant le sable dans son mouvement, elle voulut gravir la dune pour voir à l’horizon, son dragon ne se déplaçait pas rapidement au sol, il ne pouvait pas avoir disparu de son champ de vision aussi rapidement, le temps d’un simple coup de vent. Marissa était tellement terrorisée à l’idée de perdre Nubia, qu’elle commença à insulter la seule personne sur qui elle pouvait rejeter la faute :
- Qu’est-ce que vous lui avez fait ? Si vous l’avez touché, j'vous enverrai personnellement voir Uraang.

En disant cela, elle ne recherchait même pas de sang, elle savait qu’elle l’aurait senti s’il avait été blessé. Comme à chaque fois dans ces moments, Marissa perdait tous ses moyens, tournant le dos au Liare qu’elle avait quelque peu avant attaqué et qu’elle menaçait maintenant, elle ne s’en souciait pas. Elle n’avait même pas remarqué que son épée qu’elle avait lâchée été redevenue poussière dorée quelques secondes plus tard. Ellyn ne remarqua pas non plus l’ombre qui se dessinait dans le sable et tournait autour du Liare.

© Nye-Hael sur Epicode




Kit par Lüly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Exilé

Messages : 72
Xp's : 416
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 16
Présentation : ~Par ici~
Carnet : ~Clique donc~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Much Ado About Nothing Dim 12 Juin 2016 - 14:14

Much Ado About Nothing

Ysenbal Otta
ft. Marissa E. Iselk

Après ce tir foireux, je restai hébété quelques instants, tentant de distinguer une forme, le dragon, se mouvoir dans le sable. Non, rien. Ah, si en fait, du moins, à priori. Décidément, je ferais mieux de vendre ce mousqueton. Je me souvins alors de la présence menaçante dans mon dos et me retournai brusquement.

L'humaine était toujours là, oui, les doigts serrés autour du pommeau de son épée. Cependant, à ma plus grande surprise, elle m'ignora royalement pour regarder frénétiquement là où était sa proie. L'achever avant qu'il puisse s'enfuir était sûrement son objectif, puisque l'incapable que j'étais avait échoué. Elle esquissait un vague mouvement de la main lorsque qu'un vent chaud projeta de nouveau du sable dans nos mirettes. Sérieusement, même pour un Liare, ça devenait franchement irritant. Je pus voir la chasseresse pivoter dans ma direction. Je me relevai précipitamment, le bras en guise de visière afin de préserver au maximum ma visibilité.

Une fois le vent retombé, je m'apprêtai à utiliser de nouveau ma vérité; ce fut néanmoins inutile, puisque l'humaine arborait à présent une expression pour le moins bouleversée. Elle lâcha même son épée, qui à peine tombée au sol, se volatilisa comme la dague. Agenouillée dans le sable, elle jurait tout bas, fouillant le sable sans ménagement. Je me déplaçai un peu sur le côté, et constata qu'en effet, bébé dragon s'était volatilisé aussi. Curieux. J'hésitais à déguerpir sur le champ; la jeune femme décida pour moi en se levant, sans me prêter attention pour autant. Je finirais presque par m'en vexer. C'est vrai quoi, il y avait pas si longtemps, elle en avait que pour moi.

A présent, elle allait et venait vers les dunes, fouillant l'horizon du regard, sans succès. Je la regardai faire sans rien dire, regrettant surtout de ne pas pouvoir m'asseoir en raison du sable qui fouettait constamment nos chevilles. Peut-être que j'allais finir par vraiment m'en aller, au final.

- Qu’est-ce que vous lui avez fait ? Si vous l’avez touché, j'vous enverrai personnellement voir Uraang.

J'écarquillai les yeux devant l'acharnement de cette pauvre femme. C'était sûrement par frustration qu'elle me menaçait ; elle avait pourtant bien vu que ma balle n'avait pas atteint sa cible, et que je n'avais pas bougé depuis.

- Je n'ai rien à voir avec votre affaire, moi ! Inutile de rejeter la faute sur d'autres quand c'est vos compétences de chasseur qui laissent à désirer...

Ma voix n'avait pas laissé paraître grand chose sinon une profonde lassitude. De toute façons, l'autre n'avait même pas daigné me lancer un regard. J'en concluais alors que notre petite altercation était terminée. Je soupirai et tournai résolument les talons pour regagner les chemins quand mon pied buta sur le mousqueton que j'avais laissé dans le sable. Comme je me penchais brièvement pour le ramasser, un détail au sol attira mon attention. Une ombre, bien nette, qui traçait des cercles dans le ciel. On aurait dit un gros oiseau qui tournait autour de sa proie; mais je doutai qu'un rapace puisse trouver de quoi se repaître dans le coin. Je levai la tête et tentai de déterminer la nature de l'étrange créature volante, ce qui n'était pas facile à cause d'un soleil des plus aveuglant. Il ne me fallut pas une éternité pour commencer à comprendre. Bébé dragon n'avait pas disparu ; nous regardions juste au mauvais endroit.

Je jetai un coup d’œil derrière mon épaule, hésitant à faire part de ma découverte à l'humaine ; qui sait, elle pourrait de nouveau tenter de m'attaquer pour ne pas avoir à partager. Ou bien, elle aurait enfin compris que je n'étais nullement intéressé par la bête, et elle me laisserait tranquille. Cependant, quelque chose ne me plaisait pas dans l'attitude du dragon, et c'est ce qui me conforta dans mon choix : il avait pas l'air de vouloir me laisser partir comme un voleur. Il volait plutôt bas, et ses trajectoires semblaient vouloir m'encadrer. Craignant une attaque imminente de la part du « volatile », je fis volte-face et interpellai la chasseresse d'une voix forte, espérant qu'elle fasse juste son boulot de tueuse de dragon et rien d'autre :

- Arrêtez de creuser et levez plutôt les yeux... !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Dragonnier

Messages : 757
Xp's : 138
DC : Adélaïde Firloe, Auxane Taël et Mère Nature
Date d'inscription : 18/08/2014
Présentation : L'indomptable
Carnet : un fabuleux destin

Feuille de personnage
Vie:
150/150  (150/150)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Occupée
MessageSujet: Re: Much Ado About Nothing Jeu 7 Juil 2016 - 23:26


Le soulèvement du sable
le 23 Rosendas 1248 avec Ysenbal Otta


Lorsqu'elle entendit le mot chasseur, le regard de Marissa se braqua sur le Liare. Etait-elle aussi enragée que cela pour qu'il pense qu'elle en avait après son propre dragon ? N'était-ce pas lui qui s'était approché trop près de la créature comme un voleur ? Ellyn ne cherchait plus son dragon, son regard était toujours posé sur l'étranger alors que celui-ci venait de tourner les talons. Respirant profondément et s’enivrant des odeurs salines, elle ferma un instant les yeux pour essayer de se calmer.

Marissa ne réagit pas lorsqu'il s'abaissa pour ramasser son arme, elle n'essaya même pas de porter sa main sur le pommeau de l'une de ses armes et n’eut pas le réflexe de regarder ce qu’il fixait au sol, car son propre regard était attiré par les cornes du Liare comme à chaque rencontre avec l’un des représentants du peuple du feu. Les détailler ainsi la calma, continuant à respirer profondément et lentement tout en ne décrochant pas ses yeux des deux cornes flamboyantes du jeune homme. Dans sa folie, elle n’avait même pas remarqué ce détail qu’elle ne pouvait s’empêcher de trouver vraiment intriguant.

D’ailleurs, elle ne détourna pas son regard lorsqu’il se retourna, cependant, ils se levèrent jusque dans les cieux lorsqu’il lui intima de le faire. Mettant sa main en visière pour ne pas être aveuglée par le soleil, toute l’angoisse de l’Arvèles retomba lorsqu’elle vit Nubia tourner au dessus du Liare. Toutes les épreuves qu’elle avait du affronter depuis la venue du dragon, cette angoisse qui ne la quittait jamais, l’empêchant de réellement fermer l’oeil depuis plusieurs mois ou de penser un instant à sa propre sécurité, tout s’était envolé. La jeune femme se laissa alors retomber dans le sable, le soulevant dans les airs, et se mit à rire.

Très vite, elle se reprit, mais ne se leva pas. Elle pouvait ainsi observer Nubia qui vient alors voler au dessus d’elle. Ellyn se redressa cependant avant de se perdre dans cette contemplation et dit à l’attention du Liare :
- Je crois que je vous dois des excuses. Vous ne semblez pas vraiment avoir envie de tuer Nubia. Veuillez me faire pardonner ! en acceptant…

Elle réfléchit un instant, elle n’avait quasiment plus d’argent, tout ce qu’elle avait à lui proposer, c’était de la viande séchée, seul aliment que le dragon accepté. Et puis tant pis, c’était toujours ça ! Elle avait commencé à lui proposer quelque chose, elle termina :
- ... de partager notre repas. Ce midi, c’est viande séchée.

Elle se releva sur ces derniers mots et le sable qui s’était déposé sur elle glissa. Elle esquissa du coin des lèvres un sourire puis ne put s’empêcher de renverser sa tête en arrière pour à nouveau observer le dragon qui commença alors à élargir de plus en plus son cercle.  

© Nye-Hael sur Epicode




Kit par Lüly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Exilé

Messages : 72
Xp's : 416
Date d'inscription : 07/05/2016
Age : 16
Présentation : ~Par ici~
Carnet : ~Clique donc~

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Much Ado About Nothing Sam 16 Juil 2016 - 1:22

Much Ado About Nothing

Ysenbal Otta
ft. Marissa E. Iselk

... J'avais loupé quelque chose ? C'était tout à fait probable. Et ça expliquerait pourquoi la jeune femme se fendait à présent la poire, le derrière dans le sable et les yeux rivés vers le dragon. Si au moins ça avait été un rire sardonique; mais non, il s'agissait là d'éclats de rire aux accents joyeux et délicieusement spontanés. En bref, elle semblait avoir été victime d'un changement radical d'état d'esprit, d'un ascenseur émotionnel, et au final, j'étais celui qui en souffrait. D'incompréhension.

Finalement, son accès de joie prit fin. Instinctivement, je reculai d'un pas, ayant oublié un instant la potentielle menace au dessus de ma tête. S'ils s'y mettaient tout les deux, ça n'allait pas le faire, mais alors pas du tout. Néanmoins, elle se contenta de s'adresser à moi de manière plus ou moins posée, comme si sa fureur guerrière s'était évaporée.

- Je crois que je vous dois des excuses. Vous ne semblez pas vraiment avoir envie de tuer Nubia. Veuillez me faire pardonner ! en acceptant…

Je restai interdit, le temps qu'elle finisse sa phrase. J'étais pas du style paranoïaque, mais on ne sait jamais... Mais attends. "Avoir envie de tuer Nubia" ? Mais c'était qui, ça ? Le dragon ? Je levai de nouveau brièvement les yeux vers ce dernier. Nubia, hein, apparemment, c'est comme ça que tu t'appelles ? Si tu as un nom, c'est que tu appartiens à quelqu'un. Pas compliqué, il restait plus que Madame devant moi.

- ... de partager notre repas. Ce midi, c’est viande séchée.

Ah, c'était à mon tour de répondre. En fait, intérieurement, j'étais en train de revivre les 10 dernières minutes en prenant en compte l'hypothèse où la "chasseresse" serait en réalité l'heureuse maman de bébé dragon. Ça changeait bien des choses, oui, mais c'était pas tout à fait clair pour autant.

- Oh, hum... d'accord...?

Sur le principe, vous ne me verrez jamais dire non à ce genre d'invitations; maiiis j'admets avoir eu quelque réserve sur le coup. L'humaine s'était à présent relevée et se replongeait dans la contemplation de son dragon. Je n'osais rien dire pour le moment, tant elle ressemblait de plus en plus à une mère fière de son enfant. Peut-être était-ce la première fois que la dénommée (ou le, qu'est-ce que j'en savais) Nubia prenait son envol ? Frustré par mes lacunes concernant le domaine animalier, je me promis de me renseigner sur ce sujet à l'avenir et esquissa quelques pas en direction de Maman Dragon, dont je ne connaissais pas le nom. Il serait sûrement convenu de le lui demander, d'autant plus qu'elle n'avait pas l'air d'une si mauvaise bougre, et qu'elle avait même essayé d'apaiser les choses.

-... Ce dragon est le vôtre, n'est-ce pas ? J'avoue avoir également mal interprété la situation, aussi, j'ai des excuses à vous faire...

Je haussai les épaules, un peu gêné par mon propre mal-à-l'aise avant de poursuivre:

- Même si je n'ai rien à vous proposer d'autre que le plaisir de ma compagnie le temps de votre repas.

Et ce sarcasme était loin de rattraper les choses, bougre d'âne. J'étais soulagé à l'idée de pouvoir repartir entier de cette plage mais j'espérais à présent ne pas m'embarrasser tout seul.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Dragonnier

Messages : 757
Xp's : 138
DC : Adélaïde Firloe, Auxane Taël et Mère Nature
Date d'inscription : 18/08/2014
Présentation : L'indomptable
Carnet : un fabuleux destin

Feuille de personnage
Vie:
150/150  (150/150)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Occupée
MessageSujet: Re: Much Ado About Nothing Sam 23 Juil 2016 - 21:09


Le soulèvement du sable
le 23 Rosendas 1248 avec Ysenbal Otta


Il accepta timidement et quelque chose dans son attitude fit regretter à Marissa une telle offre. Après tout, son dragon venait tout juste de s’envoler pour la première fois, sûrement serait-il plus vorace qu’à l’habituel et surtout plus fatigué. Ce n’était pas la meilleure des idées de partager le peu de nourriture qu’ils avaient avec un étranger. Puis, quand il osa parler du dragon comme d’une possession de l’Arvèles, celle-ci fut à nouveau à fleur de peau. S’il y avait une chose qu’elle avait appris au cours de son dernier exil dans les terres de feu, c’est que jamais elle n’accepterait que Nubia soit considérée comme une marchandise.

Peut-être avait-elle commencé par penser la même chose, mais aujourd’hui c’était différent, tout avait changé.

Ellyn aurait pu se taire et se contenter simplement d’essayer d’expédier rapidement le Liare à la fin du repas, mais ce haussement d’épaules finit de la mettre hors d’elle. Évidemment que lui aussi avait à s’excuser et il semblait prendre tout cela pour une chose futile. Ellyn avait crut devoir défendre à nouveau la liberté du dragon, cette pression qu’elle s’imposait la fit exploser une dernière fois. Plus pacifiquement cette fois là, il n’était plus question de sortir les armes, mais elle avait besoin de s’exprimer. Le Liare avait déjà fait les frais de sa fureur, il pouvait bien supporter maintenant ses contestations :
- Si vous voulez vous asseoir à nos côtés, il va falloir que vous compreniez une chose ! Nubia n’appartient à personne vous m’entendez ! Son ton se calma significativement. Ça m’arrive de dire que c’est mon dragon, comme j’pourrais dire que c’est mon confident. Alors comprenez bien une chose le Liare, je n’hésiterais pas à redevenir féroce si vous vous montrez désobligeant envers Nubia.

Peu après, le dragon sembla perdre de l’altitude, le vent venue de la mer se renforça et du sable vola dans tous les sens. Marissa se couvrit le visage avec le foulard déchiré qu’elle n’avait pas quitté en sortant des terres de feu. Cachant la moitié de son visage, elle n’avait plus envie de parler, sa parole donnait, elle n’avait pas l’intention de renvoyer le Liare avant de lui donner un morceau de leur pitance, mais une chose était sûre, cette rencontre ne lui plaisait pas. Levant à nouveau les yeux vers les cornes du Liare, puis son dragon, Ellyn ajouta sans aucune gêne :
- Moi c’est Marissa Iselk. Et toi ? Tu es un exilé de ta patrie ou en mission pour ton roi ?

Une légère excitation pouvait se sentir dans cette dernière question. Elle avait beau avoir eu une mauvaise impression de ce Liare, elle n’en restait pas moins cette humaine complètement émerveillée par le pays du feu.

© Nye-Hael sur Epicode




Kit par Lüly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Much Ado About Nothing

Revenir en haut Aller en bas

Much Ado About Nothing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Le Monde des Humains :: La plage des astres-