AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Une solitude partagée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


Voyageuse

Messages : 222
Xp's : 119
DC : Mère Nature, Marissa E. Iselk et Auxane Taël
Date d'inscription : 11/01/2012
Présentation : Fuyez
Carnet : Mes péripéthies

Feuille de personnage
Vie:
120/120  (120/120)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Libre
MessageSujet: Une solitude partagée Lun 11 Jan 2016 - 19:30


.

Une solitude partagée
le 17 Asmobor 1243 avec Manaka H. Hildeguard


Les cours de l’après-midi venaient de commencer, moi, je vagabondais dans les couloirs de l’Académie, me dirigeant lentement vers la petite bibliothèque qui fait partie de l’établissement. La plupart de mes camarades qui n’avaient pas cours, préféré passer leur temps libre dans les rues de Saona. J’aurais bien voulu les accompagner, mais ma réputation de fille bizarre était faite depuis bien longtemps et les restrictions de sortie de mes parents étaient devenues ma routine. Ne t’arrête pas en chemin, si tu as des heures libres, profite pour étudier et surtout ne sort pas toute seule à la Capitale. Ces paroles raisonnaient en moi et comme une brave petite fille, je les appliquais à la lettre.

Le couloir était silencieux, j’avais comme l’impression que j’étais seule dans l’Académie. Ne faisant pas attention où j’allais réellement, je dépassais la bibliothèque, ne m’en rendant compte que quelques mètres plus tard. Un rire nerveux m’échappa, comment est-ce que je pouvais demander à mes parents plus de liberté si je ne savais pas me repérer dans ma propre école. Je rebroussais chemin, gardant le regard sur le sol. Enfin arrivée à destination, j’entrais en évitant de croiser du regard le blond qui était à l’accueil, un élève cherchant à valoriser son diplôme en aidant ici.

Je ne comprenais pas pourquoi, mais il fallait toujours qu’il commente les livres que je voulais emprunter. Au bout d’un moment, j’avais décidé d’arrêter de prendre des livres et de lire sur place tout simplement pour ne plus avoir affaire à lui. Je m’enfonçais entre les étagères, je savais exactement où aller pour trouver l’ouvrage que j’avais commencé quelques jours plus tôt. Il n’y avait pratiquement personne. Sans faire attention à qui m’entourait, je plongeais directement dans la lecture et je me guidais par mes souvenirs vers les tables de travail.

Là, je pris une chaise, toujours absorbée par l’histoire d’un Parlèms qui avait exploré sa région dans les moindres détails. Quand je posais mon livre pour être plus à l’aise, je remarquais alors que je n’étais pas toute seule. Mon regard se releva et rencontra celui d’une élève que je n’avais aperçu que de loin et qui alimentait bien plus de ragots que moi. Arrêtant de lire, je ne pouvais pas m’empêcher de la fixer elle et ses cornes. J’aurais dû faire comme si je m’en foutais et reprendre ma lecture plus loin, mais pas un mot ne sortit. Elle était plus impressionnante de près.

© Yamashita sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Alchimiste

Messages : 111
Xp's : 121
Date d'inscription : 14/07/2015

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Une solitude partagée Mar 12 Jan 2016 - 12:04



Une solitude partagée

Le 17 Asmobor 1243

En ce début d'après-midi, tu parcoures l'académie et ses couloirs vides. Il faut dire que peut d'élèves cherchent à s'y trouver. Ceux qui n'ont pas cours préfèrent s'amuser dehors. Tes amis font partis de ceux-là, mais tu leur a annoncé que tu préférais aller à la bibliothèque. Ils ont rit, se moquant de toi et de ton esprit trop "intello" comme ils le disent. Mais tu sais que ce n'est pas méchant, au contraire, ils aiment te charrier. Comme tout amis dans une bande d'enfants humains. Malgré tes cornes, ta tête de plus que tout les autres élèves, tu t'es toujours sentie humaine. Après tout, tu n'as jamais connu rien d'autre que la forêt des Mirlis, ton village et l'Académie. Tes parents t'ont pourtant dit que tu étais une liare, tu les as même étudié en classe. Mais tu n'en as jamais vu. Pour toi, un liare se résume à être ton reflet dans un miroir. Tu as cette impression d'être la seule représentante de ton espèce. Les territoires du feu, c'est beaucoup trop loin, encore trop abstraits. Se considérer comme humaine est beaucoup plus simple.

Cependant, cela ne t'empêche pas de ressentir certains malaises. En effet, les autres te regardent bizarrement. Tu les entends murmurer, critiquer, parfois même avoir peur de toi. Le pire était bien sûr au début, lorsque tu as intégré l'Académie pour la première fois. Tu pensais que tout irait bien, que ce serait comme au village qui te considère comme l'une des leurs depuis fort longtemps. Mais tu as fait face à un mélange de curiosité, haine et peur venant des autres enfants, et même des adultes. Ta joie est vite retombée. Cependant, tu as toujours gardé tes amis du village. Ils sont restés avec toi, et tu t'entends toujours aussi bien avec eux. Alors, te voyant ainsi accompagnée, les hostilités se sont apaisées. Mais cela n'empêche toujours pas les regards de se tourner vers toi. Mais tu t'y est faite, à ne pas passer inaperçu.

Tu arrive à la bibliothèque et te déplace en silence pour ne pas déranger les gens qui s'y trouvent. Le calme qui y règne, bercé par les bruits de pages qui tournent, donne une ambiance que tu apprécies particulièrement. Ici, c'est ton refuge. Tu es une habituée des lieux, si bien que la bibliothécaire te souris. Tu la salues poliment, en souriant et inclinant la tête.

Tu te diriges vers le rayon des livres de voyages. Racontés par des férus d'aventures et de découvertes, tu es vite prise par le même engouement que l'auteur a pour les régions de Madelle. Cela te donne toujours envie de voyager, d'aller explorer les tréfonds du continent. Cette terre cache tellement de secrets ! Alors que tu cherchais un livre, tu sens que quelqu'un t'observe. Tu regardes autour de toi, espérant qu'il ne s'agit pas d'un instinct de paranoïa. Assise à une table, une jeune fille t'observe curieusement. Son regard te fixait, ce qui te met mal à l'aise. La plupart détournait leur regard quand tu tournais la tête vers eux. Tu refais face aux livres, mais tu ne peux pas t'empêcher de jeter des coups d’œils furtifs vers la curieuse.


MADE BY BOOGYLOU

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageuse

Messages : 222
Xp's : 119
DC : Mère Nature, Marissa E. Iselk et Auxane Taël
Date d'inscription : 11/01/2012
Présentation : Fuyez
Carnet : Mes péripéthies

Feuille de personnage
Vie:
120/120  (120/120)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Libre
MessageSujet: Re: Une solitude partagée Mer 13 Jan 2016 - 23:41


.

Une solitude partagée
le 17 Asmobor 1243 avec Manaka H. Hildeguard


Elle ne relève pas mon insistance. Je regarde par mécanisme mon propre livre et le relève comme une barrière entre nos regards, mais mon attention reste focalisé sur cet être du feu. Je ne peux pas le nier, même si sa différence peut me mettre mal à l’aise, elle m’intrigue également. Mais comment l’aborder, enfin surtout, est-ce que je vais en avoir le cran. Pas sûre. Il faut croire que j’arrive toujours à me trouver de bonne excuse, d’habitude c’est parce que tout le monde me prend pour une folle ou une sorcière. Là, pour une fois, je me dis que peut-être l’avis des autres n’aura pas d’importance pour elle.

Si Eléonore était ici, elle serait en train de me pousser à y aller. Je me perd un peu entre les lignes de mon livre, je ne le lis pas, trop occupée à me demander si je vais prendre mon courage à deux mains pour me présenter. Après tout, je suis sans cesse en train de me plaindre que je suis seule, mais je ne fais pas le moindre effort pour aller vers les autres. J’ai même tendance à les fuir… Je regarde aussi discrètement que je peux au-dessus de mon livre, elle est toujours là. C’est le moment, il n’y a personne pour faire la moindre remarque qui pourrait me faire hésiter.

Je me lève un peu brusque faisant grincer ma chaise contre le sol, le bruit résonne dans la pièce qui m’a l’air tout d’un coup trop petite. Une légère grima déforme mon visage jusqu’à ce que le silence revienne. Je suis crispée, j’ai l’impression d’avoir attiré l’attention de tout le monde. Allez… je ne fais qu’être paranoïaque et légèrement lâche pour toujours essayer de trouver une raison pour ne pas faire de choix. Allez… bouge ce foutu pied et dit quelque chose, n’importe quoi !

C’est ce que je fais, sans y croire vraiment et mes premiers mots ont du mal à sortir distinctement :

- Salut, on se connaît pas, mais j’ai déjà entendu parler de toi. Je me retiens de regarder ces cornes. Moi c’est Adélaïde… Et là je dis la première chose qui me passe par la tête. Je voulais te remercier, grâce à toi je ne suis pas restée très longtemps le centre de toute les rumeurs…

J’ai pas dit ça ??? Oh Mère Nature, qu’est-ce qui m’a prit. J’ai eu pour une fois le courage de faire le premier pas vers quelqu’un et voilà que je parle du sujet que justement je voulais éviter et en plus je la remercie d’avoir pris plus ou moins ma place. Pendant que j’y suis, je peux me mettre à fuir ou courir comme une folle asociale comme à mon habitude dès qu’une situation devient délicate pour être sûre qu'elle aussi me voit comme tous les autres élèves. Mais je me mord la langue et attend sa réaction...

© Yamashita sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Alchimiste

Messages : 111
Xp's : 121
Date d'inscription : 14/07/2015

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Une solitude partagée Ven 15 Jan 2016 - 13:04



Une solitude partagée

Le 17 Asmobor 1243

Finalement, la curieuse se décide à venir te voir. Tu te tournes vers elle et la regarde curieusement. Tu n'oses pas vraiment lui parler, tu sais que ceux sans cornes sont assez vite intimidés par toi. Mais elle te simplifie la tâche en prenant la parole : « Salut, on se connaît pas, mais j’ai déjà entendu parler de toi. Moi c’est Adélaïde… Je voulais te remercier, grâce à toi je ne suis pas restée très longtemps le centre de toute les rumeurs… » Et en fait non, il s'avère que ce soit devenu un peu plus compliqué. Tu ne t'attendais pas à ce qu'elle sorte ça. Bon au moins, elle est honnête, mais elle semble gênée de l'avoir dit. Et puis tu laisses un blanc s'installer. A vrai dire tu ne sais pas vraiment quoi répliquer. Peut-être lui rendre son salut ? « Hum... euh... Salut. »

Et c'est tout ? Tu vas t'arrêter là ? Elle a l'air d'en attendre un peu plus quand même. Tu la fixes, la détaillant du regard. Serait-ce cette fille dont parle de temps en temps tes amis ? Ils t'avaient dit qu'il y a avait une étrange fille qui n'arrive pas à approcher les autres et qui a un comportement bizarre. On te l'avait décrite vaguement : rousse, un peu plus âgée... C'est peut-être elle ? Et puis avec ce qu'elle t'a répliqué, tu as peu de doutes quand à son identité. Vas-tu écouter toutes ses rumeurs ? Elle n'a pas l'air très à l'aise avec les autres, elle ne doit pas trop savoir comment on se comporte avec ses congénères, vu la façon dont elle t'a abordé. Elle doit peut-être se dire que tu es différente des autres vu que tu n'es pas humaine... Ca te désolé un peu, d'être considérée comme si différente, mais au fond c'est dans le bon sens : peut-être s'attend t'elle à ce que tu sois plus gentille et compréhensive ? Après tout, vous avez un point en commun : toutes les rumeurs sont dirigées sur vous. Même si ces derniers temps, on parle plus de toi...

Ton regard se tourne vers les livres avant de revenir sur l'Ancienne. « Euh... Je suis contente pour toi d'avoir pu attirer les rumeurs, je sais que ça devient assez lourd à la fin... » Bon et ensuite ? Toi aussi tu ne sais pas trop comment te comporter. Tu restes finalement assez timide avec les autres. Même si tu cherches à faire abstraction de ce qu'ils pensent, tu ne peux pas t'empêcher de te poser mille questions : comment me trouve-t'il ? Ai-je l'air un monstre ? A t'il peur de moi ? ... « Et euh... Je suis Manaka, mais euh.. tu dois déjà le savoir vu que tu me connais sans que je te connaisse ... ? » Tu ne diffères pas trop de la demoiselle qui t'a abordé. Toi aussi tu ne sais pas vraiment comment te sortir de là... Trouver un sujet de conversation. Ah bah tiens, si elle est à la bibliothèque, vous devriez avoir un point commun ! « Toi aussi tu aimes lire ? Qu'est-ce que tu lisais avant que j'arrive ? » Un sujet simple et que tu aimes bien, en espérant qu'Adélaïde arrive à le continuer...


MADE BY BOOGYLOU

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageuse

Messages : 222
Xp's : 119
DC : Mère Nature, Marissa E. Iselk et Auxane Taël
Date d'inscription : 11/01/2012
Présentation : Fuyez
Carnet : Mes péripéthies

Feuille de personnage
Vie:
120/120  (120/120)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Libre
MessageSujet: Re: Une solitude partagée Sam 23 Jan 2016 - 19:14


.

Une solitude partagée
le 17 Asmobor 1243 avec Manaka H. Hildeguard


Cette absence de réponse et ce silence de quelques secondes me gênent terriblement. J’ai l’impression que le temps ne passe plus et je sens mes pommettes se réchauffer subitement pour prendre une pigmentation légèrement plus rosée. J’ai honte et aucun moyen de contrôler mon corps pour qu’il ne l’affiche pas. Je m’apprête à fuir. C’est ce que je fais à chaque fois que ma honte se montre, car bien souvent, les rires de mes camarades éclatent peu après. Pourtant, je n’entends toujours rien, à part un simple salut qui ne me rassure pas vraiment. On dirait qu’elle me détaille et ne sait pas encore comment prendre ma réaction. Jusqu’à ce que son attention se porte un léger instant sur notre première occupation.

Même si c’était ce que je recherchais, je fus surprise qu’elle accepte ma présence et surtout qu’elle ne cherche pas à me faire partir. Innocemment, une esquisse de sourire se loge au coin de mes lèvres quand elle se présente et cherche à me connaître. Ce n’a pas dû arriver depuis des mois. Le plus simple est passé, maintenant, il ne faut pas passer pour une folle et aborder le sujet des livres pourraient vite se retourner contre moi si je me montre trop passionnée. Combien d’élèves ont ricané en me voyant sans cesse la tête penchée au-dessus d’un ouvrage, préférant leur compagnie à celle des hommes.

Je préfère modérer mes propos :

- Par moment, c’est reposant. Je lisais une retranscription du carnet de voyage d’un Parlèms. Il décrit la Plaine Isolée très précisément.

Je préfère m’arrêter là et ne pas trop rentrer dans les détails. C’est déjà un grand pas pour moi d’avoir réussi à aborder quelqu’un. Peut-être ne devrais-je pas trop tenter Sydilia. J’essaye tant bien que mal de regarder Manaka dans les yeux, mais ses imposantes cornes attirent mon regard. Je préfère retourner vers la table où j’étais. Elle n’était qu’à quelques mètres, je récupère mon livre et jette un coup d’oeil à la bibliothèque. Nous étions seules au milieu des étagères, on ne pouvait pas voir l’entrée. C’était le moment, si j’avais eu le courage de lui parler, c’était justement, car il n’y avait personne.

Tant que l’heure ne serait pas passée ou que Manaka ne souhaitait pas me voir partir, j’avais bien l’intention de faire quelques efforts et ne pas me renfermer comme à mon habitude. Je refis un pas vers elle et lui dit amicalement :

- Pour ton prénom, je ne le connaissais pas. Les gens qui rient des autres ont tendance à ne pas vraiment les connaître. Je tire une chaise vers nous et m'assois, ainsi, j’affiche mon envie de poursuivre. Enfin bref. Pourquoi tu es restée enfermée ici ? Même si certains ont du mal avec ton...apparence, je ne t’ai jamais vraiment vu seule... Dis moi, comment as-tu réussi à te faire accepter d’eux ?

Il fallait bien l’avouer, si je lui parlais, c’est parce qu’au fond, je voulais comprendre comment elle avait réussi à garder la tête haute malgré tous les commérages horribles que certains avaient imaginés. J’avais envie de pouvoir être également capable de tenir tête à toutes ces rumeurs et ne plus me laisser subjuguée par la honte.

© Yamashita sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Alchimiste

Messages : 111
Xp's : 121
Date d'inscription : 14/07/2015

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Une solitude partagée Dim 24 Jan 2016 - 20:20



Une solitude partagée

Le 17 Asmobor 1243

Elle lisait donc un carnet de voyage. Toi aussi tu aimais ce genre de livre. On pouvait y trouver de nombreux détails croustillants, racontés sur le coup du moment. On vit donc le moment comme si on y était vraiment, on rentre dans le livre, on prend la place de cet aventurier... Tu penses réellement cela. Tu aurais pût décrire les sensations que tu ressentais en lisant un livre, cela prendrait des heures. Tu pourrais presque faire une thèse dessus. Mais Adelaïde ne semble pas trop vouloir continuer sur ce sujet alors tu t'abstiens. Ce n'est pas le moment de passer pour cette personne un peu trop accro aux livres, que tes amis n'hésitent pas à charrier. Ce sont tes amis, ils ont le droit et tu sais que tu ne vas pas les perdre. Mais elle, tu ne la connais pas. Tu ne sais pas ce qu'une autre personne pense de cette passion un peu trop grande pour les livres.

Elle s'éloigne pour revenir vers la table. Ah, c'est déjà fini ? Tu es un peu déçue, mais tu ne sais pas quoi dire pour la faire revenir. Tu te sens vraiment bête : il serait temps de passer outre tes cornes pour te montrer un peu plus avenante et te faire d'autres amis que ceux de ton village ! Au lieu de te tourner vers les livres tu fais un pas vers elle mais t'arrête lorsqu'elle aussi revient vers toi. Bon, au moins, vous avez la même envie toutes les deux ! Vous voulez apprendre à vous connaître, malgré la timidité qui fait obstacle à cela. Elle t'invite à t'asseoir à la table en parlant. Tu acceptes volontiers et prend place en face d'elle. A l'entente de ses dires, tu souris. C'est bien la première fois qu'une personne te jalouse presque pour ce que tu as ! Habituellement, on a plutôt tendance à trouver tes cornes de trop. « Et bien il n'y a pas vraiment de secret. J'ai été élevée avec ces personnes et ils m'ont toujours connu. Alors pour eux, je ne suis pas "bizarre". » Tu fais des guillemets avec tes doigts pour insister sur l'ironie de la chose. Tu te moques bien sûr des autres qui te considère encore comme étrange. Un liare a tout autant le droit de vivre qu'un humain sur cette terre ! « Et si je reste enfermée ici, c'est parce que je veux profiter du temps libre pour lire. Chez moi, il y a beaucoup moins d'ouvrages qu'ici. Alors je veux lire le plus possible de nouveaux livres et découvrir encore plus de choses. » Tu n'as cessé d'enlever ton sourire. Tu retrouves l'enthousiasme dont tu fais preuve lorsque tu discutes avec une personne que tu apprécies. Même si tu ne connais pas vraiment la demoiselle qui se tient en face de toi, tu sais qu'elle n'est pas méchante et que vous avez beaucoup en commun.

Tu la regardes et lui retournes ses questions. « Et toi alors ? Pourquoi n'es-tu pas dehors avec tes amis ? »


MADE BY BOOGYLOU

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageuse

Messages : 222
Xp's : 119
DC : Mère Nature, Marissa E. Iselk et Auxane Taël
Date d'inscription : 11/01/2012
Présentation : Fuyez
Carnet : Mes péripéthies

Feuille de personnage
Vie:
120/120  (120/120)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Libre
MessageSujet: Re: Une solitude partagée Sam 6 Fév 2016 - 20:35


.

Une solitude partagée
le 17 Asmobor 1243 avec Manaka H. Hildeguard

- Hm, je vois.

Je dis cela très doucement, dans un souffle, alors que j’affichais un léger sourire à sa manière d’ironiser ses propos. Il s’élargit peut-être un peu plus alors qu’elle m’avouait être passionnée de lecture et de découverte. Mais cela semblait un peu trop beau pour être vrai. La seconde d’après, j’étais en train d’hésiter, me demandant si elle ne se fichait pas de moi depuis le début avec quelques-uns de ses amis cachés derrière une étagère.

Mais la bibliothèque était toujours silencieuse. J’aurais presque pu être complètement détendue si elle ne m’avait pas renvoyé la question. Je n’avais pas envie d’avouer que je n’avais pas un seul ami entre ces murs, si ce n’est ma petite soeur. Pathétique. Un peu gênée, je réfléchis une seconde avant de lui répondre sans vraiment la regarder dans les yeux :

- J’apprécie la solitude de cet endroit. Et puis mes parents n’apprécieraient pas que je traîne dans la capitale… Ici ne c’est pas si mal.

Je taisais leur surprotection et cette solitude que je n’avais pas choisie. Mes doigts caressant la couverture du livre Parlèms, je me demandais si je ne pouvais pas être un plus honnête avec elle. Après tout, c’était une amie que j’espérais en elle et le fait qu’elle aime autant que moi la compagnie des livres aurait du me mettre plus à l’aise. Pourtant, j’avais du mal à croire qu’on puisse m’accepter pour moi-même.

Pour une fois, je cachais bien ma gêne et je commençai à partir sur un autre sujet, voulant parler de tout et de rien. J’essayais d’être le plus naturel possible, évitant d’avoir mes yeux fixés sur le livre ou les cornes de la Liare qui continuaient à m’intriguer. Je m’exprimais avec un petit sourire amical sur les lèvres :

- Sinon tu t’en sors à l’académie ? Certains cours ne doivent pas être très intéressants pour une personne avec une Vérité comme la tienne.

Indirectement, j’avais envie d’en savoir plus sur les capacités de la Liare. Depuis aussi loin que je me souvienne, c’était les mystères du monde qui m’attirait. Je voyais en la forêt une immense prison, Saona m’ennuyait, je ne faisais que la traverser chaque jour sous le regard protecteur de mes parents. Mais mon esprit s’envoler au-delà de la lisière, jusqu’aux immenses volcans des montagnes ou les récifs multicolores des Héléos.

Manaka m’apparaissait comme la seule personne digne d’intérêt de toute la capitale. Je n’y pensai pas, mais dans un sens, je pouvais me montrer indiscrète en m’intéressant ainsi à elle. Est-ce si différent des autres Anciens qui la critiquer, après tout, j’étais intimidée par elle, pour la même raison de leurs agissements. Bien sûr, je ne m’en rendais pas vraiment compte.

© Yamashita sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Alchimiste

Messages : 111
Xp's : 121
Date d'inscription : 14/07/2015

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Une solitude partagée Dim 7 Fév 2016 - 16:14



Une solitude partagée

Le 17 Asmobor 1243

Tu l'écoutes attentivement même si tu sens sa gêne qu'elle a du mal à cacher. Peut-être est-ce parce qu'elle veut éviter de fixer tes cornes, car tu as bien vu que son regard glissait facilement vers le sommet de ton crâne. Tu as évité de faire la remarque, tu t'étais habituée à ce que ceux qui ne te connaissent pas étaient facilement impressionnés par ceux deux cornes blanches qui sortaient de ton front. Mais tu penses que sa gêne est due à autre chose. Tu sais qu'elle ne te dit pas tout, mais c'est bien normal. Vous vous connaissez à peine ! Toi non plus, tu ne te confies pas pleinement aux inconnus. Après tout, tes parents t'ont toujours dit de se méfier des gens qu'on ne connait pas, et malgré le fait que tu sois dans l'adolescence, tu sais qu'il faut continuer de suivre ce conseil. Tu as beau parfois leur tenir tête, tu n'es pas non plus totalement immature et stupide au point de te mettre en danger.

Tu as l'impression qu'elle se voile la face, surtout avec sa dernière phrase. Certes, traîner dans la bibliothèque ce n'est pas si mal, même pour toi c'est carrément génial (mais ça, c'est parce que tu es une amoureuse des livres que peu de gens comprennent), mais tu sens son envie de se retrouver dehors avec des amis. Ses parents ont sûrement raison de lui dire que de traîner dans la capitale en toute innocence n'est pas ce qu'il y a de mieux, mais ils ont tord l'empêcher de sortir... Mais ce ne sont que des suppositions. Cependant, quelque chose te dit que tu n'es pas loin de la vérité.

Elle change de sujet en te demandant comment se passe les cours à l'Académie. Tu t'enfonces dans ton siège, appuyant ton dos contre le dossier. Tu réfléchis un instant à quoi elle pouvait penser en parlant de Vérité. Tu suis tout les cours assidûment, buvant les paroles de chacun de tes professeurs. Tu es sûrement, l'une des élèves les plus sérieuse de ta classe... Quoique, tu viens de penser au cours sur la maîtrise de la Vérité. Même si certaines choses sont assez générales, il est vrai que tu ne peux pas faire pousser de plante, ni même parler aux animaux. « Hum... oui tu as raison. Dans les cours où il faut se servir de la vérité, je suis un peu à part. Parfois je regarde les autres faire, ou sinon les professeurs m'exemptent de cours vu que de toute façon, ils ne peuvent pas m'expliquer comment me servir de la vérité de la nature ou autre... » Un sourire amusé se dessine sur tes lèvres. « Je crois aussi qu'ils ont peur que j'utilise ma vérité, on ne sait jamais, je pourrais faire cramer toute une salle de cours. » C'est avec une certaine innocence que tu dis ces propos, pourtant tu étouffes un rire. Pour toi, c'est une évidence qu'il ne se passera rien avec ta vérité, car de toute façon, tu ne sais même pas t'en servir ! Tu sais juste qu'à proximité d'un feu, tu arrives à l'éteindre en l'absorbant, chose que tu as toujours trouvé étrange. C'est assez perturbant, surtout en cours d'alchimie. C'est arrivé une ou deux fois, mais ça a suffit à effrayer ton professeur et tes camarades de classe. Tu revois leur expression quand ils ont vu le feu sous le chaudron s'éteindre quand tu l'as approché. Tu pouffes de rire, évitant d'exploser pour ne pas déranger le silence de la bibliothèque. « Pardon, je venais de penser aux quelquefois où ma vérité s'est déclarée. Ca a fait peur à tout le monde alors qu'il n'y avait rien. » La fille ne savait sûrement pas lire dans tes pensées, alors tu t'affaires à lui expliquer brièvement. « En fait j'arrive à éteindre des feux en étant à proximité. Je ne contrôle absolument pas cette capacité, mais il n'y a rien de dangereux. » Ton sourire ne quitte pas tes lèvres. Tu étais contente de parler ainsi avec une autre personne extérieure à ton village.

Tu retrouves ton sérieux et redevient curieuse. Tu as envie d'en savoir plus sur cette fille, et pourquoi tout le monde la trouve bizarre. Certes, elle est timide, mais de là à trouver quelqu'un de bizarre, tu trouves que c'est exagéré. « Ca se passe bien pour toi aussi les cours ? »


MADE BY BOOGYLOU

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Voyageuse

Messages : 222
Xp's : 119
DC : Mère Nature, Marissa E. Iselk et Auxane Taël
Date d'inscription : 11/01/2012
Présentation : Fuyez
Carnet : Mes péripéthies

Feuille de personnage
Vie:
120/120  (120/120)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Libre
MessageSujet: Re: Une solitude partagée Mar 23 Fév 2016 - 20:56


.

Une solitude partagée
le 17 Asmobor 1243 avec Manaka H. Hildeguard

Je préfère ne pas penser à ma situation et mes résultats pitoyables en cours de Vérité appliquée pour imaginer à la place la tête que pourrait bien faire le professeur si Manaka venait à réduire en cendres sa salle. Amusée par elle, mes lèvres s'étirent innocemment alors qu’elle continue de rire, mais moi, je reste attentive et l’écoute continuer. Surtout lorsqu’elle parle de peur. Je n’ai aucun mal à l’imaginer au milieu d’Anciens affolés par un feu un peu trop intense et c’est à mon tour de retenir mon rire.

Lorsqu’elle m’explique ce don qu’elle ne contrôle pas, j’ai l’impression de parler à une amie et naturellement, j’ai envie de lui confier aussi ma Vérité. Même mes parents ne sont pas encore au courant que je l’ai manifesté, je n’ai pas envie de devoir subir leur jugement sur le peu de contrôle que j’ai dessus. Puis mon sourire se dissipe alors que Manaka aborde la fameuse question. Les cours…

Je pourrais continuer à répondre à moitié ou mentir, mais cette fois, j’ai envie d’être honnête. Il faut dire que je n’y réfléchis pas à deux fois pour hésiter et lui répond d’une voix douce toujours teintée d’une petite gêne perceptible :

- Ce n’est pas merveilleux. Je suis facilement distraite quand les professeurs s’éternisent sur leurs explications. Et puis pour ma Vérité, les professeurs ne l’ont toujours pas vu…

Devrais-je vraiment lui raconter ? Ce n’était pas vraiment ce qu’elle me demandait, mais j’en ai trop dit. M’arrêter là serait ridicule et puis je n’ai pas envie me cacher derrière cette barrière que j’ai l’habitude de dresser devant les inconnus. Mes yeux roulent une fois de plus rapidement sur ses cornes, c’est étrange comme l’être qui est le moins susceptible de nous ressembler peut se révéler similaires.

J’ajoutais alors en évitant toutefois de croiser son regard :

- Elle s’est manifestée il y a quelques mois. J’ai pris peur et je me suis retrouvée entourée par des pics de terre. J’ai à peine réussi à en créer un intentionnellement depuis et il était tellement fin et tordu.

Je souriais timidement, au fond, j’avais honte de mes piètres capacités et à cet instant, je regrettais presque de ne pas avoir fui. C’était la deuxième personne à qui je racontais cela et pourtant, je ne me voyais toujours pas le dire à ma famille ou à ses professeurs qui ne prendraient pas longtemps pour me mettre des notes. Ce que je pouvais détester l’école, j’aimais la connaissance, mais je rejetais profondément la compétition.

Maintenant, je ne sais plus quoi ajouter. Cette Liare que j’ai eu le courage d’aborder me parait ne pas être si différente de moi, même si mes yeux ne peuvent s’empêcher d’examiner ses cornes. Il y a quelque chose en elle par contre que je ne comprends pas, moi, je n’ai pas le choix d’être ici, pourquoi préfèrait-elle la poussière des livres à la lumière du soleil. Une pensée m’échappe et je la formule dans un murmure :

- Qu’est-ce que tu recherches dans ces livres ?

© Yamashita sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Alchimiste

Messages : 111
Xp's : 121
Date d'inscription : 14/07/2015

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Une solitude partagée Jeu 10 Mar 2016 - 14:43



Une solitude partagée

Le 17 Asmobor 1243

Tu te pinces la lèvre inférieure pour retenir la gêne que tu avais occasionnée. Tu voyais bien à son regard et à ses dires que tu ne devais pas aborder le sujet. Tu la remercies intérieurement de répondre avec autant de courage et de franchise, car tu sais que ça n'a pas du être facile d'avouer quelque chose qu'elle essayait de cacher. Il faut dire que tu ne te rends pas compte que tu as des facilités en cours et que cela te semblait naturel de lui retourner la question. Tu penses que tout va bien, trop bien peut-être, et ne fait pas attention à la part d'ombre qu'il y a dans le coeur d'Adélaïde. Chacun à ses secrets, ces choses inavouables que certains aimeraient se débarrasser, mais sans se faire remarquer. Ta curiosité a tendance à te mener trop loin dans tes propos, et tu te dis à chaque fois que tu devrais tourner ta langue une dizaine de fois avant de sortir un mot. Mais comment pouvais-tu savoir que ce sujet est difficile à aborder ? Tu n'es pas devin, tu ne lis pas dans les pensées non plus. Pourtant, tu te persuades qu'avec plus d'attention et de réflexion, tu aurais pu lui éviter ce calvaire. Mais est-ce ainsi que doit se passer une conversation normale ? Réfléchir avant de parler ? L'amitié n'est-elle pas fondée en partie sur la franchise ? Tant de questions où ta réponse est seulement de te mordre les lèvres. Tu connais les réponses et pourtant tu t'obstines à avoir des regrets. Parce que tu es tout simplement trop gentille.

Elle te parle alors de sa vérité, sujet que tu lui as un peu forcé d'abordé en lui parlant de la tienne. Elle ne devait pas se sentir obligé ! Tu t'en veux encore plus, surtout pendant qu'elle t'en parle en évitant ton regard. Tu l'écoutes parler de pics de terre qu'elle peut faire apparaître, même si ce n'est pas très concluant. Néanmoins, cette capacité t'intéresse, t’impressionne même. La plupart des Anciens de ta classe font pousser simplement des plantes, faire apparaître de la lumière au bout de leurs doigts, mais aucun d'entre eux ne peut manipuler la terre. Tu imagines tout ce qu'elle peut faire avec de l'entraînement : elle peut dresser des murs, faire des statues et peut-être même plus ! Tu vois tellement de possibilités avec sa vérité, bien plus que la tienne, que tu la jalouserais presque. Car finalement, avec une vérité du feu, à part cramer tout ce qu'il y a autour du possesseur, tu vois difficilement ce qu'on peut faire de plus avec. Tu allais lui dire clairement le fond de ta pensée, pensant que cela pourrait la remotiver lorsque tu l'entend murmurer. Heureusement qu'il y a un silence de mort dans la bibliothèque, sinon tu ne l'aurais pas entendue !

Tu lui souris, ravie qu'elle ai abordé le sujet des livres, mais tu réfléchis un instant à ce que tu pourrais lui répondre. « Euh à vrai dire... Je sais pas trop. Il y a tellement de raisons pour lesquelles j'adore les livres, alors ce que je cherche vraiment... » Un instant de silence pendant lequel tu erres dans tes pensées. « Je dirais découvrir plus de choses, m'ouvrir de nouveaux horizons et voyager plus loin que la Forêt des Mirlis. En fait j'ai tellement envie d'apprendre tout ce qu'il y a à savoir sur Madelle que je suis persuadée que chaque livre peut m'apporter quelque chose. » Tu la regardes avant de rougir, légèrement gênée. Tu détournes le regard, timide d'avoir avoué quelque chose qui te tiens tant à coeur. « Tu dois me prendre pour une folle, en disant ça, j'ai l'impression que je passe mon temps que dans les livres... »

Tu te reprends, t'éclaircissant la gorge en toussant. « Toi aussi tu cherches quelque chose en particulier dans les livres ? » Retourner la question sur quelqu'un d'autre est un échappatoire trop facile. Tu te demandes si tu as bien fait, si ce n'est pas un peu trop égoïste de ta part. « Si tu n'as pas envie de répondre, ne te force pas, je ne t'en voudrais pas. » Tu rattrapes ta bêtise en lui souriant. Tu repenses à ses propos sur sa vérité. Tu penses que tu devrais vraiment lui raconter ce que tu te disais il y a un instant. « Et désolée de revenir sur ta Vérité, mais tu n'as pas à avoir honte. Moi, je la trouve super cool, bien plus que de faire pousser simplement des plantes ou d'aspirer du feu. » Tu affiches un sourire gêné. « Et euh voilà, je me disais qu'il fallait que tu saches ça. »


MADE BY BOOGYLOU

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une solitude partagée

Revenir en haut Aller en bas

Une solitude partagée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Une solitude partagée... [pv: Lac Ambré]
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» Éternelle solitude | Lumi |
» Dans la solitude du desert.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Le Monde des Humains :: La Forêt des Mirlis :: Saona-