AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Event °2] Lorsque la prophétie se réalise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar


Le Chasseur

Messages : 269
Xp's : 748
Date d'inscription : 12/03/2015

Feuille de personnage
Vie:
80/100  (80/100)
Prestige :
5/9  (5/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [Event °2] Lorsque la prophétie se réalise Sam 6 Fév 2016 - 19:06

La terre grondait sous les bottes de centaines de soldat s’avançant vers la tour. Elend comme la plupart des défenseurs se retrouvait caché dans une tranchée habilement camouflé par une couche de terre que maintenait en suspension plusieurs Anciens. Soudain, un hurlement retentit, bien trop proche de leurs positions, le dragon était là. Un frisson parcouru la colonne du Namès, il avait déjà aperçu la créature et le simple fait de la savoir juste au-dessus d’eux commençait à faire monter la panique en lui. Un filet de poussière brunâtre lui tomba sur le visage, il s’aperçut que le faux plafond s’effritait alors que l’Ancien juste devant lui tremblait comme une feuille. Elend retint un juron en comprenant que cet homme était celui en charge de leur camouflage, s’il cédait à la pression s’en était fini de l’effet de surprise et de toutes leurs troupes en général. Il ferma les yeux et adressa une prière pour que l’homme soit assez courageux pour se reprendre. Et par chance ce fût le cas.

Ils se rapprochèrent sans savoir qu’ils se précipitaient vers une mort certaine ou peut-être qu’ils ne s’en souciaient guère… Dans tous les cas, une fois à portée, la terre qui les dissimulait retomba tandis que la plupart des Arvèles foncèrent sur l’ennemi en vociférant des cris guerriers et massacrèrent les premiers Récleyès qui n’eurent pas le temps de réagir. Elend n’avait pas bougé de sa place et se contenta d’observer la scène en voyant le carnage que venait de faire ses compagnons d’arme, il avait du mal à croire qu’il faisait partie du bon camp. Cependant, une fois le désarroi passé, l’armée ennemie revint en force et les premiers soldats Arvèles tombèrent au combat. Le combat faisait rage et le bruit des armes s’entrechoquant était assourdissant, on aurait que plusieurs orages venaient d’éclater en même temps dans toute la région. La clairière, encore verte la veille, avait revêtu une couleur pourpre alors que des flaques boueuses mélange de terre et de sangs se formaient un peu partout sur le champ de bataille. Elend avait l’impression qu’une heure s’était passée, alors que le combat n’avait commencé il y a guère quelques minutes. Il déglutit, alors c’était cela, la guerre ? Cela n’avait rien d’épique et noble comme le décrivait les histoires, c’était une boucherie où chacun espérait pouvoir sauver sa propre vie, il n’y avait ni honneur, ni gloire juste du désespoir entremêler à la haine et à la peur. Le jeune Namès restait figé se demandant s’il était encore possible d’arrêter cette folie.

Une flèche vint se planter dans le torse d’un des anciens resté en retrait avec Elend, celui-ci voulut crier mais seule une écume écarlate sortit de sa bouche lorsqu’il s’effondra. Cette mort  et le fait que les soldats ennemis gagnaient de plus en plus de terrain déclencha un mouvement de foule dans les tranchées, certains cédant à l’effroi envoyèrent leur vérité vers les Récleyès sans réfléchir, quitte à toucher leurs alliés. D’autres se levèrent à leurs tours et coururent les armes afin d’endiguer l’avancé ennemi. C’est à ce moment qu’il la vît. Une jeune femme tournoyait, dague à la main, au milieu de trois Arvèles, le premier avait la gorge tranchée et tomba à terre tel un pantin désarticulé. Le second venait de se faire couper une articulation au niveau du genou et poussa un râle de douleur tandis que le troisième abattit son épée bâtarde dans le dos de la Recleyès. Néanmoins, la femme avait disparu et lame se planta dans le sol, de l’incompréhension pouvait se lire sur le visage du soldat qui se transforma ensuite en une grimace douloureuse lorsque qu’une pointe de métal jaillit de sa poitrine dans une gerbe de sang. La jeune femme aux cheveux blancs comme neige retira le couteau sans effort du dos de son agresseur puis d’un coup sec, le blessé qui n’avait pas réussis à se relever. Celle-ci d’un mouvement de main vint essuyer les gouttes de sang qui s’étaient projetés sur sa joue, les transformant en des traits rougeâtres venant barrer son visage. Elend la reconnut de suite, il s’agissait d’Elsa, la chef des espions, la personne avec qui il s’était entretenu et qui était sûrement responsable de la mort d’Edmund. Plusieurs soldats la chargèrent comprenant que trop bien la menace qu’elle représentait mais n’étant pas au fait de ces capacités, ils se firent annihiler en quelques secondes. Elsa se téléportait sans cesse portant de multiple coup précis au niveau d’organe vitaux tels que le cou, le cœur ou la rate. Même le soldat le plus aguerris aurait été désorienté par la danse macabre qu’elle exécutait. Bien sûr, une telle technique n’était pas sans conséquence, Elend était au courant que la Vérité de l’Espace demandait un prix lourd à payer, il était possible qu’à la fin de cette bataille, qu’Elsa n’aurait plus que quelques années à vivre. Alors que le dernier guerrier mordit la poussière, Elend se précipita sur elle.

Sur le moment Elend n’avait aucune idée de ce qui l’avait poussé à faire cela. Etait-ce car elle représentait un danger pour l’issue du combat et qu’il se sentait capable de la vaincre ? Ou était-ce le fait qu’il ne pouvait laisser une jeune fille sacrifier autant d’année de vie pour une raison aussi futile que la guerre ? Dans tous les cas, il retint sa respiration et devint invisible aux yeux de toutes personnes se trouvant sur le champ de bataille. Tout ce qu’il espérait alors qu’il se dirigeait vers la Récleyès était qu’aucuns projectiles ne viennent malencontreusement le toucher.

Elsa quant à elle avançait, combattant ses adversaires sans se soucier de ses camarades qui tombaient  à ses côtés. Un Ancien voulut l’immobiliser entourant sa cheville d’une racine, toutefois elle s’en dégagea puis en une fraction de seconda se retrouva en face du mage et leva sa dague afin de l’abattre sur le malheureux. Son geste fut stoppé, enfin le terme approprié aurait été contré, et son bras tressauta alors que la dague s’échappa de sa main, un fin liseré rouge vint parcourir sa main. Elle ne comprit pas d’où venait l’attaque et de ses yeux chercha son agresseur puis elle sentit un craquement au niveau de sa rotule. Elle avait l’impression qu’une personne venait d’y donner un coup, quel peuple maitrisait pareil Vérité ? Mais ce n’était pas fini et une pression vint s’exercer sur sa poitrine la déséquilibrant et la mettant à terre. Plaqué au sol, elle finit par le voir, un jeune homme aux cheveux blonds se trouvait sur elle, une lame collée contre sa gorge. Elle le reconnut immédiatement, l’espion de la dernière fois, celui qu’elle avait laissé s’échapper à son grand damne. Un sourire résigné et remplis de fierté apparut sur son visage, elle allait se faire tuer pour cette erreur mais elle était heureuse d’avoir pu servir le Ténébreux dans ses plans. Elle ferma les yeux, prêt à accepter son destin.

Elend était essoufflé alors que sa dague se pressait contre le cou d’Elsa, un mince filet de sang perlait le long du tranchant de la lame. Il avait réussi à protéger in extremis l’ancien et à maitriser dans le même moment la Recleyès, cependant faire un tel effort privé d’oxygène était des plus éreintants. Une nouvelle fois, il se retrouva face à face avec Elsa et à nouveau, il ne put s’empêcher de penser qu’elle était bien trop jeune pour se trouver ici. Une part de lui-même, lui criait de la tuer, elle avait tuée Edmund et tant qu’elle était en vie, elle serait une menace pour lui et tout Madelle. Toutefois, en la voyant ainsi, prête à donner sa vie pour une cause qui la dépassait. Il ne put passer à l’acte, cela le révoltait, cette fille avait été éduquée et formaté pour haïr le reste du monde, comme la plupart des Recleyes qui se trouvaient ici, ils ne méritaient pas de mourir pour si peu.  Tremblant et la menaçant toujours de sa dague, il brisa le silence du champ de bataille sous le fracas des armes.


" Tu vas m’écouter maintenant… Je veux bien comprendre que vous nous haïssiez, vous avez dû vous exiler pendant des années à cause de nos ancêtres. Mais voilà, c’est passé non ? Rien ne nous empêche de commencer sur de nouvelles bases…  Je veux bien que combattre soit plus simple comme méthode mais n’aurait pas été mieux d’essayer de s’intégrer ? Mince vous n ‘avez jamais entendu le dicton « Aimez-vous les uns les autres. Tout simplement parce que c’est notre intérêt égoïste dans le long terme » ! "



Avancement:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Espion

Messages : 153
Xp's : 227
Date d'inscription : 14/07/2015

Feuille de personnage
Vie:
80/100  (80/100)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Voir en MP
MessageSujet: Re: [Event °2] Lorsque la prophétie se réalise Dim 7 Fév 2016 - 22:31

L'infériorité de ces êtres transpirait de leurs membres comme leur peur apparente. Cet espace était souillé par les lambeaux de leurs corps, aucun dieu païen n’aurait voulu d’eux comme sacrifice. Ils démontrent la propre médiocrité de leurs confréries,Eliosa, pardonne-moi de t’apporter ces médiocres présents."

Je voyais cette prêtresse arrachait la vie d’un soldat étranger sans aucune émotion. Comment peut-on à ce point ne rien ressentir quand l’on commet un meurtre ? Pour qui ce prend-elle, cette névrosée ? Elle pourrait au moins sourire !

Tout près d’elle, dans ce brouillard ambiant de chocs de lames et de flèches était agenouillé une proie à moitié vivante, il ferait un repas excellent pour mes tentacules. Sans attendre, je me concentrais à leurs invocations, le sol se fracassant  sous leurs passages jusqu’à atteindre le malheureux, il eut à peine le temps de pouvoir respirer et de prier son dieu impie que les tentacules le transperçaient en plein dans son ventre, avant de l’écarteler vivant faisant gicler autour de lui, une mare de sang plus que bienvenue.  

Tandis que les morceaux –encore reconnaissable-  du corps se déposèrent sur le sol, je plongeais vers les hommes derrières lui, la lance entre mes dents prête à découper les premiers venus, un de ces vulgaires gueux humains pu me voir arriver, moi le Saint Patron des soldats, et pu esquiver la lame acérée de ma lance, ce qui ne fût pas le cas de son frère d’armes qui se retrouva quelques secondes après avec sa mâchoire entièrement ouverte. Je croisais la prêtresse humaine sur mon chemin, d'un geste de ma lance je la poussais hors de mon chemin:

Ta place est avec les insectes, hors de ma vue race inférieur !

Tandis que je terminerais ma course, un bruit sourd venant de la porte se faisait entendre, celle-ci  était presque brisée, l’on pouvait y avoir des visages impatients de tuer. Je décidais de leur apporter un peu d’aides dans leurs difficultés, je fonçais sur la porte défonçant ceux qui restaient à grands coups de lances et faisant sauter les derniers verrous.
« Bonjour, mes frères d’armes. Avant que vous m’entaillez, c’est l’heure de jouer et je vous présente le menu festin, à vous l’honneur ! Tuez-moi ces êtres inférieurs ! Mouhaha »

Avancement:
 


________________________________________________________________________


J’hausse les sourcils de surprise, un rire nerveux secouant ma maigre poitrine. Il ne m’en faut pas plus pour comprendre que le laquais de Losk’Otha est fou à lier.


Winter C. Eliwën rencontrant Rainhold pour la première fois.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Alchimiste

Messages : 133
Xp's : 240
Date d'inscription : 28/02/2015
Age : 25

Feuille de personnage
Vie:
96/100  (96/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Souvent les soirs, parfois le w-e en journée.
MessageSujet: Re: [Event °2] Lorsque la prophétie se réalise Dim 14 Fév 2016 - 15:45

Le dragon s'était retrouvé au sommet de la tour, étourdi par celui qui aida Auxane, et moi même, j'étais au sol. En regardant ce qui se passa autour de moi, je commençai à être dans une colère telle que mon armure prit une couleur flamboyante, et ma visière devint bleue. Plusieurs questionnements se déroulèrent dans ma tête...

"Pourquoi je n'ai pas réussi à étourdir le dragon lorsque j'étais dans les airs ? Pourquoi me suis-je retrouvé au sol telle une poupée? Pourquoi n'ai-je pas assez de puissance pour vaincre mon ennemi ? Pourquoi ?"

A la fin de ce mot, je commençai à sauter du sol au sommet de la tour, et un courant d'air envahit le champ de bataille. Au sommet de mon saut, je me mis à respirer un grand coup, avant d'atterrir telle une bête sauvage sur la tête du dragon, le provoquant. A mon atterrissage, je vis le Neith commencer à ouvrir sa gueule, prêt à balancer ses flammes, mais j'étais dans une fureur noire. Il n'avait pas à me provoquer comme ça. Je commençai à m'approcher de la gueule du dragon avec une aura meurtrière qui pouvait être détectée sur tout le champ de bataille, et donnais un coup de pied de toutes mes forces sous la gueule du dragon, le forçant à fermer sa bouche et l'étourdissant sur le coup. A cet instant, je le forçai à garder la bouche fermée à l'aide de mes mains, et ce quelque soit la résistance que l'animal pouvait essayer d'utiliser. Et ça marchait bien, c'était la 1re fois que j'utilisais autant de force contre un ennemi.

Si le dragon utilisait ses griffes, il serait tombé directement sur le champ de bataille, et ça serait un aussi gros désastre. Du coup, garder sa gueule fermée et le maintenir au sommet de la tour était une idée qui pouvait être bonne.

Je poussai un cri de colère, et essayai de prévenir les autres:

"JE L'AI, FINISSEZ LE TOUT DE SUITE!"


Avancement:

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Prêtresse d'Uraang

Messages : 710
Xp's : 246
DC : Marissa E. Iselk, Adélaïde Firloe et Mère Nature
Date d'inscription : 03/03/2012
Carnet : Recueil

Feuille de personnage
Vie:
40/110  (40/110)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Occupée
MessageSujet: Re: [Event °2] Lorsque la prophétie se réalise Dim 14 Fév 2016 - 16:57


Lorsque la prophétie se réalise

le 10 Malier avec Elend Reyes et Rainhold Von Bismuth

L’Humaine vit l’Héléo usé de sa Vérité sur le Récleyès qu’elle avait essayé de stopper. Auxane n’y prêta pas grande attention, comme le reste des soldats, chacun était concentré sur son propre combat, sa propre survie. Dans cet endroit, elle comprenait enfin ce que cela faisait de ne pas craindre la mort, elle avait pour la première fois l’impression de ressentir la vie. Plus de peur pour baisser son regard, en cet instant, elle était plus que jamais réveillée et cette sensation de retirer la vie d’un être vivant lui semblait tellement familière en si peu de temps. Comme si elle avait attendu cela durant sa courte existante.

S’en était fini de cette peur perpétuelle de la mort qui l'emprisonner dans une vie sans saveur. Alors que le bruit des armes et armes résonnait tout autour de la prêtresse, Auxane récupéra une autre courte lame sur le cadavre à ses pieds et elle l’envoya vers le Récleyès que l’Héléo avait dégagé de son pied. La pointe alla se loger dans la poitrine de l’homme qui tomba la seconde d’après en arrière. La jeune femme s’attaqua alors à sa prochaine victime. Une femme faisant une tête de plus qu’elle, la moitié de son crâne était rasée et son visage noirci par la terre.

Auxane fut projetée par la Récleyès qui créa un tremplin de terre sous ses pieds. La prêtresse vola quelques mètres plus loin et son dos se percuta contre la tour. Elle tomba lourdement en sol, une pierre frôlant de l’écraser. Au-dessus d’elle, se tenait le combat contre le dragon et celui-ci semblait devoir lutter en s’accrochant à même la tour pour ne pas tomber sur le champ de bataille. Cette seconde d'inattention aurait pu être fatale pour Auxane si un Ancien ne s’était pas interposé pour garder la Récleyès à distance qui changea de cible.

Auxane se décolla de la paroi de la tour, tenant son épée à deux mains, elle passait entre les soldats en reprenant son souffle, mais l’Héléo qu’elle avait aperçu juste avant la bouscula avant de foncer vers la porte. Lorsque la Tour Ouest fut ouverte, tous les regards se tournèrent ensemble comme dans un même geste vers la brèche. Cela eut pour effet de redonner de l’espoir aux Récleyès alors que les anciennes confréries à l’intérieur redoutaient cet instant.

La prêtresse, elle n’attendit pas plus longtemps et elle se rua sur l’Héléo ! C’était un traître ! Elle n’avait jamais apprécié les autres races, alors que sa famille était plutôt protectrice envers toutes les vies, elle, avait décidé d’être méfiante avec eux. Et en cet instant, toute sa rage se tourna vers cet individu. Laissant Uraang guider ses gestes, la Namès fondit derrière lui et l’assoma derrière la tête avec la poignée de son arme.

Jamais elle n’avait tenu ainsi un homme, même si elle n’était pas très grande, elle réussit à passer son épée devant la gorge de l’Héléo. Elle n’avait plus l’impression d’être elle-même. Attrapant le poignée de son adversaire pour lui faire lâcher son arme, la paume de la Namès se ressera sur sa prise si fort que sa Vérité du contrôle de la température s’activa. La lueur bleutée entourant la main de l’Héléo qui refroidissait rapidement.

Sa Vérité était toujours apparue en cas de réelle nécessité, là ce n’était pas le cas. Et pourtant, la Namès continuait de maintenir sa prise, n’essayant pas d’arrêter tout cela. Cette sensation nouvelle de puissance lui plaisait.


© Imaginary pour Epicode

Avancement:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Le Chasseur

Messages : 269
Xp's : 748
Date d'inscription : 12/03/2015

Feuille de personnage
Vie:
80/100  (80/100)
Prestige :
5/9  (5/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [Event °2] Lorsque la prophétie se réalise Lun 22 Fév 2016 - 16:43

Le souffle d’Elend était encore haletant tandis que l’adrénaline qui lui avait permis d’accomplir l’exploit de mettre à terre Elsa se dissipait. Son esprit n’était plus embrumé pas l’objectif de neutraliser la jeune femme et il reprenait conscience de ce qui l’entourait. Il était au milieu d’un champ de bataille, le fracas des armes tonnait dans son crâne tel un marteau frappant une enclume. Toutefois, le plus insupportable était l’odeur, mélange de terre soulevée, de sang, de transpiration et de mort. Rien d’étonnant quand on voyait tous ses hommes emplis de peur, de désespoir ou de haine qui s’entretuaient alors qu’ils baignaient dans leurs propres effluves et celles de leurs camarades et ennemis. Dieux, pourquoi ce genre de détail n’avait jamais été décrit dans les récits de bataille ? Surement, car les bardes n’y participaient guère et se contentaient d’observer  de loin ne se fiant qu’à leurs vues et ouïes pour les décrire ou peut-être était-il impossible de sublimer une pareille horreur avec de simple mots.

Alors que ce torrent d’informations le submergeait, son regard était fixé dans les yeux de la Réclèyès. Il était assis à califourchon sur elle de façon à entraver ses bras, espérant qu’elle ne puisse utiliser sa Vérité dans de telles conditions. Il n’avait vu son pouvoir que quelques fois mais c’était déjà assez pour élaborer des théories quand à son fonctionnement. Comme il l’avait déjà remarqué, elle pouvait se déplacer instantanément sur des courtes distances, ce qu’elle appelait des « sauts ». La seconde chose était qu’elle gardait ses vêtements d’un saut à l’autre ce qui pouvait s’expliquer de trois manières : soit elle pouvait décider de ce qu’elle transportait avec elle, ou bien elle ne transportait que les choses étant en contact avec elle, ou alors elle déplaçait tout ce qui l’entourait dans un certain rayon. Elend priait que pour la solution ne soit pas la première sinon sa manœuvre était compromise et cela en était fini de lui. La Recleyes resta muette quelques secondes et le fixait de ses grands yeux, elle n’essaya même pas de se dégager de son emprise. Puis un léger ricanement s’échappa de ses lèvres se transformant petit à petit en un immense fou rire.


"Vivre en harmonie avec les autres confréries ? Mince pourquoi, on n’y a pas pensé plus tôt ! T’es vraiment un benêt toi, pour croire des choses pareilles ! Tu ne sais pas ce que nous avons vécu ! Comment j’ai été éduqué ! Il n’y a plus de place dans mon esprit pour nourrir ce genre d’espoir alors finit ton travail, tue moi ou alors je ferais en sorte que tu regrettes ta décision. "

Elsa avait craché ses mots avec tant de véhémence qu’elle ne put retenir des larmes de colère et de haine qui vinrent perler le long de ses joues. Elend, quand à lui, resta figé face à la réaction de la Récleyès, il n’y avait donc aucune place aux négociations ? Il avait pensé qu’avec des efforts, les confréries pouvaient surmonter leurs différences afin de pouvoir cohabiter ensemble. Cependant, il ne voyait aucune issue dans les propos et les réactions de la jeune femme. Etait-ce vraiment peine perdue ? N’avait-il vraiment aucune option que de lui trancher la gorge ? Ce serait le moindre mal… Mais ça resterai tout de même faire le mal ! Ses dents grincèrent de frustration et sa main tremblait devant le choix cornélien que lui offrait la chef des espions. Le Namès inspira profondément et retira la lame de sous la gorge avant de la planter juste à côté de son visage. La réaction du jeune homme n’eut pour effet qu’attiser la fureur d’Elsa.

" Tu te crois noble à vouloir m’épargner ?! Même si j’accepte ta pitié, je ne pourrais pas me regarder en face, je préfère mourir que trahir le ténébreux ! Tu ne comprends pas cela et tu ne le comprendras jamais. "

Elle avait raison, il ne pouvait à peine s’imaginer une raison pouvant pousser une personne à ce genre d’extrême. Néanmoins, il n’allait pas abandonner pour autant, Frederick disait toujours qu’on était sûr de perdre seulement quand on arrêtait de combattre et il allait suivre son conseil. Si les deux choix que lui laissait Elsa ne lui convenaient pas, il n’avait qu’à en créer un troisième ! Sa main libre se glissa doucement dans la bourse accrochée à sa taille et en sortie une pierre grisâtre et à la forme arrondie. Il l’observa un moment, il s’agissait d’un memento, une pierre capable de contenir des souvenirs, des pensées enfin tout ce qu’il pouvait passer dans l’esprit d’une personne. Il jeta un coup d’œil à la Récleyès qui lorgnait sur le minéral d’un air interrogatif, elle ne semblait pas connaitre les pouvoirs de la gemme. Le moment délicat allait arriver, il allait devoir la convaincre d’exécuter ce qu’il allait lui demander de faire. Son autre main vint se refermer sur l’épaule de la jeune femme et le chasseur se concentra pour utiliser son « trust », il ne voulait pas qu’elle lui fasse simplement confiance, ça ne marcherait pas, mais bien plus, il voulait que quelque chose s’influx en elle pour qu’elle se sente obligé de lui obéir. En même temps, il s’adressa à la jeune femme d’un ton presque hypnotique.

" Tu vas prendre cette gemme et tu vas te concentrer très fort afin de lui transmettre la raison qui te pousse à faire tout cela, obéir au ténébreux, vouloir nous massacrer… "

Les yeux de la Récleyès devinrent comme vitreux et sans un mot, elle prit lentement la pierre qu’elle sera ensuite dans sa main. Elend essaya de déglutir alors que ses yeux étaient rivés sur le caillou, son éclat terne devint peu à peu un scintillement signe qu’il  venait de se charger. D’un geste un peu brusque il se jeta dessus, ouvrant la poigne de la jeune femme afin de récupérer la gemme qu’il fourra avec précipitation dans une de ses poches. Elsa semblait être encore hébétée soit par le pouvoir du Namès ou par le fait d’avoir la sensation d’avoir oublié quelque chose d’important. Il en profita pour reprendre sa lame et la brandit en l’air. Le jeune homme murmura une prière pour elle puis abattit le pommeau de l’arme sur sa tempe afin de l’assommer. Après s’être assuré qu’elle soit bien inconsciente, il se leva et lui jeta un dernier un regard. Il espérait que priver de sa raison de se battre celle-ci renoncerait, il s’était contenté de lui donner une chance d’avoir un nouveau départ, le reste ne tenait qu’à elle. Puis il se dirigea en courant vers la tour, dont les soldats ennemis s’étaient dangereusement rapprochés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Alchimiste

Messages : 119
Xp's : 151
Date d'inscription : 14/07/2015

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: [Event °2] Lorsque la prophétie se réalise Lun 22 Fév 2016 - 17:49



Lorsque la prophétie se réalise

10 Malièr 1248

Du haut de la tour, tu suis attentivement la suite des événements. Ton regard est plus porté vers le ciel que vers la terre. Tu vois un individu encapuchonné suffisamment fou pour sauter sur le dragon, et réussir par on ne sait quel miracle, à le déstabiliser. Le Neith est obligé de s'accrocher à l'édifice, faisant au passage tomber quelques pierres. Tu t'éloignes, dans un même mouvement que les soldats qui t'entourent, évitant de recevoir cette pluie de cailloux. Aussitôt, tu reconnais Mada s'élancer contre le dragon et à l'entraver en le saisissant par la gueule. Ainsi, il ne peut plus cracher de flammes. Tu souris en sentant l'espoir revenir autour de toi. Il y a des gens vraiment incroyables !

Soudain, tu oublies totalement ceux qui t'entourent. Ta cible, tu la vois parfaitement. Cette ouverture est si évidente. Le temps semble s'arrêter. Tu peux relire précisément ce passage sur les Neith, dans ce livre parlant des différentes espèces de dragons. Tu revois ce dessin, montrant leur point faible. En face de toi, tu as la poitrine du dragon. Son coeur, tu sais où il est. C'est son point faible. Le visage de ton mentor fait surface. Fait ce que tu dois faire quand tu dois faire ce qu'il faut. Ses yeux verts émeraudes brillent d'une leur provocatrice et ses dents trop blanches se dévoilent avec son sourire trop confiant. Alors qu'est-ce que tu attends ? Tire ! « Pas besoin de me le dire, je sais ! » Tu cries tes derniers mots pour toi-même. Tu couvres les mètres qui te séparaient du dragon rapidement. Arrivée à hauteur, tu concentres l'énergie que tu as accumulée lors du jet de flamme du Neith au bout de ton sceptre qui s'illumine d'une aura rougeoyante. Tu frappes l'air et une vague de flamme apparaît, brûlant la poitrine du reptile dans son point faible. Il montre des signes de douleurs mais ne peut pas crier, encore aux prises de Mada. Il va falloir faire vite si tu ne veux pas en faire trop endurer à ton ami.

Il faut quelque chose de plus puissant. Tire !

L'aura rouge se concentre au bout de ton sceptre. La lumière n'aura jamais été aussi concentrée. D'un geste, tu brandis ton spectre vers l'avant, la pointe touchant le coeur du dragon et aussitôt, un rayon rouge jaillit de ton arme, transperçant l'organe vital du Neith.

Ce dernier se tend, se tord de douleur, et dans un rugissement qui s'éteint et en s'accrochant péniblement aux pierres de la tour, celui qui était maître des cieux chute vers la terre. Mais tu avais oublié que vous n'étiez pas que en haut de la tour. Nombreux de tes camarades sont en bas à se battre. Et cette masse sombre et lourde est en train d'aller vers eux. « ATTENTION ! » Tu es naïve de crier car dans cette cohue, personne ne peut t'entendre. Mais c'est un réflexe que tu n'as pas pu t'empêcher de faire. Tu vois certains soldats s'écarter, stoppant leur duel, mais d'autres... Non tu ne sais pas. Tu vois juste le dragon allongé sur le sol avec peut-être des corps dessous. Et autour, la guerre suit son cours.

Les soldats du haut de la tour crient de joie avec cette victoire, mais toi non. Tu es enfin consciente de quelque chose.

La réalité, voilà ce qu'il en est.



MADE BY BOOGYLOU



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Espion

Messages : 153
Xp's : 227
Date d'inscription : 14/07/2015

Feuille de personnage
Vie:
80/100  (80/100)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Voir en MP
MessageSujet: Re: [Event °2] Lorsque la prophétie se réalise Mer 24 Fév 2016 - 0:36

Toute ma vie j’avais entendu ce moment, cet instant magique où des hordes humaines marcheraient sur d’autres hordes humaines inférieures. Au milieu de ces chocs de lames, même la pluie paraissait être une mélodie de joie. Le ciel c’était rapidement noirci et la pluie devenait torrentielle, se battre sans prendre en compte la prochaine rafale de vent mènerait quiconque à la défaite. J’étais impatient de voir les troupes Récleyés noyer les autres confréries sous le poids des armes et du nombre, une inondation qu’aucune d’entre elles n’avait pu voir venir. Une désolation qu’aucune armée ne pourrait contenir. Un fléau. C’était le mot, puisse Eliosa avoir aucune pitié des âmes qu’ils prendront.
Les autres humains me regardaient avec confusion, moi qui les avais galvanisés, je les damnais tous à une mort certaine à cet instant. Le désespoir pouvait se lire sur leurs yeux, c’était un spectacle des plus plaisants. De ce massacre, Eliosa me bénira. Tandis que les troupes Récleyés rentrées, j’exultais de joie à l’idée du massacre qu’il advienne ici :

« Gloire à Qartas ! Tuez-les tous ! »

Je n’eus pas le temps de me retourner qu’une de ces espèces inférieures essayer de m’assommer pour finalement m’accrocher à mon dos et me placer sa lame sous ma gorge. Je grognais rien qu’à l’idée qu’une telle saleté souille mon corps par sa présence.
Au moment où je voulais la transpercer par mes tentacules quelques choses se produisirent dans mon corps, ma main devenait littéralement bleutée, un froid glacial commençait à prendre place dans mon corps, je n’arrivais pas à user de ma Vérité, celle-ci semblait… si froide, si étrange… si figée.

« Qu’as-tu osé commettre comme péché ? Retire cela tout de suite avant que ça soit mes mains que je plante dans ton corps ! »

Cette satanée femelle avait une rage qui ne me permettait aucune erreur, je ne pourrais clairement pas la retenir longtemps et ce froid soudain m’empêchait toute offensive, j’étais acculé après une brillante réussite. Je ne pouvais pas finir comme cela, pas tant que cette bataille vivait au son de mes actions, tout reste encore à faire.

À cet instant, tandis que l’air commençait à me manquer et que la lame s’approchait de ma gorge je me rappelais ce que cela faisait de vivre avec un couteau sous la gorge, cet instant où une trop grande respiration pourrait être la cause d’une plaie dans la gorge. Je languissais de plaisir à l’idée de lui planter ma lance dans ses entrailles. Si cette pensée me fut revigorante, ce ne fût pas le cas mon souffle qui commençait à manquer, tant bien que mal je reculais de toutes mes forces contre une paroi de la porte, le choc lui fît lâcher prise un moment et je l’écrasais à mon tour contre le mur reprenant ma respiration. Je regardais ma main qui était d’un froid glacial et qui commençait à envahir mon corps, mon corps semblait être une citerne à côté, mes mains tremblées… à cet instant je n’avais envie que de lui perforer ses entrailles et d’en faire une fourrure, c’était à mon tour de lui passer Longinus derrière son dos. Elle avait peut-être réussi à me la faire lâcher un instant, mais une lance retourne toujours chez son maitre, pour finir dans le corps de sa prochaine victime.

« Oh tu sais, je vais prendre plaisir à t’écarteler. D’abord les côtes et puis la colonne vertébrale, peut-être même les pieds pour que tu ne fuis pas… mais d’abord, tu vas mourir femelle impie ! Tu vas retirer ce que tu m’as fait immonde, garce ! »

Tandis que j’admirais ses veines se gonfler tandis que je l’étranglais de ma main, me demandant si je devais attendre avant de la perforer, mon regard fût tourné vers le dragon qui semblait proche de la fin… un si beau bestiau, ça ferait une bonne chair à canon à balancer ici, ça calmerait les ardeurs de tous… sans ma Vérité cela serait difficile, mais le jeu en valait la chandelle. De plus, une retraite s’imposait au vu de ma situation plus que précaire, je pris la prêtresse par la peau du cou et l’envoya balader vers une troupe quelconque de soldats, à premières vues des gars venues la soutenir. La plupart d’entre eux tombèrent les uns sur les autres quand ils la rattrapèrent… Bandes de ploucs. Je la regardais droit dans les yeux, elle avait déjà goûté au sang et elle en redemanderait cela ne fait aucun doute qu’elle me suivrait. Ça pourrait devenir un excellent bouclier humain avec un peu de chance. Je connaissais son regard, celui de la férocité et de la rage, celui de la haine au moment où les valeurs dans lesquelles nous croyons sont bafouées, elle venait sans aucun doute de rencontrer cette chose qu’on nomme Vie.

Ma main restait globalement bleutée et je pouvais y ressentir l’insupportable froideur s’insufflait dans mon corps. J’aurais dû la tuer avant d’aller vers la tour, mais sans ma Vérité je n’avais aucune chance.

Tandis que je passais de pièce en pièce, je me retrouvais avec de plus en plus d’insectes me poursuivant. Ils avaient fini par m’encercler et je ne pouvais pas me permettre de perdre du temps ici, cette glace soudaine était plus une calamité qu’une aide.

Le temps dehors était de plus en plus assombrit aux rythmes que le champ de bataille se prolongé, malgré les fracas des armes je pouvais entendre la pluie battre contre les parois du château. Certaines salles devaient être inondées, je devais absolument en trouver une.

J’espérais ne plus revoir cette femme pour en finir ici. Tandis que je montais d’étage en étage, un énorme paladin me barrait la route. Armée d’une claymore et d’une armure plus étincelante qu’autre chose, il chargea et ce n’est qu’avec de la chance que je pus m’appuyer sur son armure pour esquiver. Le contact de ma main avec l’armure fût horrible, comme une brulure incendiaire, ma peau peinait à ne pas coller… et pourtant lorsque je le touchai une vague de froid parcourra mon corps et deux grands pics de glace l’embrochèrent si rapidement qu’il ne put rien faire. Il gisait là, au sol, perforé par ma main… je regardais de plus près ses pics et ce que j’avais pris comme une calamité était un véritable don d’Eliosa : ma propre vérité venait de se consolider, elle pourrait créer le chaos dont j’ai besoin. Elle obéirait à mon désir. Je devais être à la moitié de la tour et les escaliers pour le haut été impraticable, cet homme gisant à mes pieds me donnant des frissons et je balayais un peu par tout le terrain, créant des trous pour permettre à l’eau de rentrer, me créant mon propre terrain de chasse artificiel. Je découpais l’oreille de l’homme et l’attacha à une de mes bandoulières. Si cette femme me permettait de créer de la glace, je devais à tout prix la submerger. Tandis que je dessinais sur le front de l’homme le symbole des Héléos de Qartas, pour passer le temps en tout bien tout honneur, je l’entendis arriver, courant à travers les pièces, suivants les traces de sang et de glaces, remontant à moi. Et tandis qu’elle regarda la scène et que je retournais le corps, je préparais ma lance la faisant tournoyer autour de moi et déchiquetant coups après coups, le corps de ce pauvre paladin mutilé.

« Ce dignitaire n’a pas compris l’hospitalité de Qartas, peut-être devrais-je vous l’expliquer, être impie  ? »


________________________________________________________________________


J’hausse les sourcils de surprise, un rire nerveux secouant ma maigre poitrine. Il ne m’en faut pas plus pour comprendre que le laquais de Losk’Otha est fou à lier.


Winter C. Eliwën rencontrant Rainhold pour la première fois.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Prêtresse d'Uraang

Messages : 710
Xp's : 246
DC : Marissa E. Iselk, Adélaïde Firloe et Mère Nature
Date d'inscription : 03/03/2012
Carnet : Recueil

Feuille de personnage
Vie:
40/110  (40/110)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Occupée
MessageSujet: Re: [Event °2] Lorsque la prophétie se réalise Ven 26 Fév 2016 - 21:50


Lorsque la prophétie se réalise

le 10 Malier avec Elend Reyes et Rainhold Von Bismuth

Alors que l’Héléo se plaignait de sa situation, Auxane appuya un peu plus sa lame sur sa gorge, mais toute son attention reposait sur la main du traître qui venait de virer au bleu. La Namès pouvait ressentir la fraîcheur à travers ses doigts, elle ne comprenait rien à cela, mais le simple fait de vouloir tuer cet être abjecte intensifia sa Vérité qui commença à se répandre dans tout son corps. Elle eut même du mal à retenir les frissons qui le parcouraient et faisaient trembler sa main. Auxane faillit même lâcher prise alors qu’il proférait des menaces contre elle.

La prêtresse n’avait aucunement peur de perdre la vie, elle revoyait simplement la scène du meurtre de son ami. C’était à cause d’un être comme celui au bout de sa lame qu’il avait rejoint le monde des morts. Elle avait l’impression de sentir à nouveau la petite maison brûler, ses pensées étaient obscurcies par la mort qu’elle souhaitait donner et celle qu’elle avait vécu quelques semaines seulement auparavant.

Alors qu’elle se retrouvait l’instant d’après entre les mains de l’Héléo, elle ne se débattit même pas. Comme acceptant la mort, pour autant, lorsqu’il la balança contre une troupe d’Anciens et d’Arvèles, Auxane ne prit pas même le temps de les remercier ou de prendre une grande respiration avant de courir à la poursuite du traître. Jamais la prêtresse n’avait été aussi emplie de rage.

Ces jours passés dans cette tour dans l’attente de ce combat avait suffit à faire disparaître l’enfant fragile qui avait quitté le désert. Elle s’élança ainsi sans réfléchir à la poursuite de l’Héléo, avec pour seul courage sa détermination et sa promesse au dieu de la mort. Avant qu’elle ne le voit s’infiltrer dans les étages de la tour, un Récleyès aux bras de métal s’interposa. Auxane ralentit, mais elle ne prit pas peur et continua d’avancer assurément alors qu’un deuxième Récleyès se rua derrière elle.

Ses pas étaient lourds et malgré le brouhaha de la bataille, Auxane l’entendit foncer sur elle et elle eut tout juste le temps de s’écarter avant qu’il n’abatte son sabre sur elle. La demoiselle hésita un instant avant de choisir son adversaire, mais les soldats présents dans les hauteurs de la tour lui évitèrent de faire ce choix. Les anciennes confréries n’avaient pas l’intention de se laisser faire aussi facilement par les hommes de Sydilia.

Jetant du haut de la tour des potions de feu, l’une d’elle explosa entre les Récleyès qui furent brûlé à mort. L’un d’eux resta debout quelques secondes avant de tituber et de s’échouer devant la porte menant aux escaliers. Auxane avait pu ressentir le souffle chaud et elle plongea un instant à nouveau dans son souvenir. Cependant, le vacarme environnant l’obligea à continuer. De tous les côtés, les cris des soldats s’élevaient.

La prêtresse enjamba le corps calciné pour s’enfoncer dans la tour. Elle pouvait facilement suivre la trace de l’Héléo, de la glace recouvrait par endroit les murs. Le temps semblait avoir ralenti au fur et à mesure qu’Auxane montait les escaliers. Dehors, l’orage arrivait un ciel sombre et rougeoyant enveloppa le champ de bataille. La Namès se perdit dans cette contemplation le temps d’une seconde à travers une meurtrière.

Elle continua ensuite son ascension jusqu’à ce qu’elle entende le choc d’une armure. Auxane pouvait ressentir que la glace commençait à prendre possession des lieux, la prêtresse ralentit et continua prudemment. Elle ne cilla pas en voyant l’Héléo mettre en pièce le chevalier. Le moment de se mesurer à lui était arriver, si la jeune femme était restée silencieuse depuis le début de la bataille, elle décida enfin d’ouvrir légèrement ses lèvres pour lui répondre :

- Uraang est mon protecteur. Le blasphème ici c’est vous, vous venez de la mer, mais vous vous pavanez dans la peau d’un humain. Vous serez toujours des monstres marins oubliés dans l’océan. Ici ce n’est pas votre place !

Sûrement était-elle trop sûre d’elle. Il s’agissait aussi sûrement d’une facette, pour autant, le coeur de la Namès crier vengeance. Cet Héléo méritait de périr pour ne jamais retourner dans l’océan, tel était le jugement que la prêtresse trouvait adéquate. Il devait perdre son foyer comme il avait brisé les remparts de la tour. Son épée levait devant elle sans aucune difficulté. Elle ne craignait pas la lance de son adversaire.

Cependant elle n’était pas en position de force, elle n’avait pas besoin d’avoir suivi des années d’enseignement pour comprendre qu’en étant en contre bas et ayant un cadavre qui barre le chemin, elle risquait de s’exposer en s’avançant. L’endroit était désert, il fallait qu’elle prenne seule une décision. Il ne lui semblait pas avoir encore dépassé le laboratoire des neustro.

Il devait être quelques mètres plus haut, si elle arrivait à le faire reculer, peut-être pourrait-il poursuivre à la même hauteur dans cette pièce. Il fallait encore y arriver. Le moment n’était plus à la réflexion, chaque marche la rapprochait davantage de cet Héléo qui semblait pouvoir matérialiser des pics de glace partant de ses mains. Auxane n’avait jamais vu de telle Vérité, mais en rien cela ne l'impressionner ou l’hypnotiser.

Au contraire, voir une Vérité impure lui donner encore plus de rage. La sienne s’était calmée, même si elle avait l’impression que le bout de ses doigts la picotait et qu’elle pouvait à tout moment refaire tomber la température d’une personne. Se concentrant sur le bout de lance pour ne pas se laisser prendre par elle, Auxane fonça sur Rainhold en rasant la paroi gauche de l’escalier.

Elle dépassa le cadavre du chevalier et balança sa lame sur sa droite à l’horizontale pour essayer de faire tomber le sang de l’Héléo. Elle ne chercha pas à jouer la sécurité et continua d’avancer de quelques marches pour l’obliger à remonter encore un peu plus la tour à reculons. Auxane libéra sa rage et ramena sa lame en diagonale la remontant le plus possible en fauchant de toute la largeur la cage d’escalier. Le duel pouvait commencer.


© Imaginary pour Epicode

Avancement:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Espion

Messages : 153
Xp's : 227
Date d'inscription : 14/07/2015

Feuille de personnage
Vie:
80/100  (80/100)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Voir en MP
MessageSujet: Re: [Event °2] Lorsque la prophétie se réalise Mer 2 Mar 2016 - 20:52

« De la mer, dis-tu vermine ? Ne me compare pas à ces insectes Héléos qui se sont civilisés à votre façon. Je viens de la Mer de Glace, je viens de Qartas, là où tu ne pourrais survivre quand tant qu’esclave sexuelle. Là où le froid te brûlerait tes entrailles… d’ailleurs, je vais te montrer que même la glace brûle. Tu seras ma proie, mon jouet, lorsque je te ramènerai en trophée soit sûr que ta langue sera coupée et que tu seras violée, pitoyable enfant ! »

J’étais déçu, j’avais pris du temps et de l’effort pour déchiqueter ce chevalier et cette fourmi n’en a même pas pris note. Ces humains sont bel et bien des créatures inférieures pour ne pas remarquer ça et après c’est moi l’animal, stupide être inférieur, puisse Eliosa te punir.

Je la vis avancer vers moi comme une limace, je soulevai un bout du corps déchiqueté du chevalier et men servi comme bouclier.

« Si Uraang est ton protecteur, tu devrais me louer pour toutes les offrandes que je lui ai faites ! Regarde donc celle-ci : la vie de cet insecte va lui apporter satisfaction ! Haha ! Tu n’as aucune idée de la valeur de la vie, pauvre idiote. Prier un dieu de la mort et se plaindre de la mort, tu t’es pavanée durant tout ce temps dans ce camp, ceci est ta faute, ton échec ! Votre situation est désespérée, et tu sais quoi ? J’avais déjà prévenu les dignitaires Recleyes de vos failles… »

Je la regardais avec un sourire sadique avant de reprendre d’un ton enjôleur et sadique :

« j’ai décidé le résultat de cette guerre avant qu’elle ne commence. Et cela, par l’intermédiaire de l’espion que vous aviez recherché, j’aurais pu le tuer, mais c’était un excellent outil. Tout comme tu seras un excellent esclave. Il me tâte d’entendre ta peau se craquelai au fur et à mesure que je la brulerai, entendre des cris de détresse me donneront bien plus de plaisirs que les femmes de ta confrérie. Rien n’arrêtera la douleur qui se prolongera le long de ton corps, ni même la pluie, ni même Eliosa, tu as ouvert mon appétit et je vais te faire rôtir comme un bon repas de famille, mouhahaha, la chasse commence ! D’où je viens on laisse à la proie le premier coup et une fois que c’est fait, le jeu commence seulement ! Cours petites, cours ! Que je m’amuse en ces lieux décrépis ! Mon fouet sera ton destin ! »

À quoi jouer cet insecte ? Elle me lança son épée que j’envoyais à l’autre bout de la pièce sans difficulté.

« Une épée contre une lance ? Et pourquoi pas du bois contre du feu, ignorant ! »

Je matérialisai un pic de glace pour bloquer sa seconde attaque avant de la repousser et de la cisaille avec la glace.

« Tu ressens le feu ? Où tu as besoin que je t’embroche comme une viande sur un feu de camp, singe puant ! Dis-moi donc, quelle est cette chose qui te donne tant espoir, prêtresse impie ? La mort de tes semblables ? Je suis sûr que tu as tué toute ta famille et que tu t’en réjouis, tu ne prierais pas un Dieu de la mort sinon. Tu es vraiment pire que les Récleyès, tu es une brute à ranimer sous forme de cadavre. Oh oui ! J’utiliserais ton corps pour toute sorte de choses ! »


Elle ne cherchait pas à me charger sans raison, aucun combattant ne ferait ça. La situation n’était clairement pas en sa faveur, il y avait quelque chose de bien plus important entre ici et le sommet, quelque chose qui devait lui apporter un espoir et que je devrais détruire pour pouvoir profiter encore de son pouvoir, en aucun cas je ne pourrais l’affaiblir. Je chargeai vers elle avec ma lance droit sur elle, si elle voulait tant monter, qu’elle compte sur moi pour l’aider.


________________________________________________________________________


J’hausse les sourcils de surprise, un rire nerveux secouant ma maigre poitrine. Il ne m’en faut pas plus pour comprendre que le laquais de Losk’Otha est fou à lier.


Winter C. Eliwën rencontrant Rainhold pour la première fois.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Alchimiste

Messages : 133
Xp's : 240
Date d'inscription : 28/02/2015
Age : 25

Feuille de personnage
Vie:
96/100  (96/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Souvent les soirs, parfois le w-e en journée.
MessageSujet: Re: [Event °2] Lorsque la prophétie se réalise Sam 5 Mar 2016 - 18:17

Je tenais ardemment la gueule du dragon quand je vis Manaka viser le dragon. Je souriai à la vue de ce spectacle, et je sentais que ça allait être drôle. Depuis mes souvenirs avec Eileen, je n'avais jamais vu d'énergie enflammée autant concentrée. Lorsque l'attaque de Manaka fut lancée, je peinai à tenir le dragon alors que le rayon transperçait le Neith. Je n'arrivai pas à tenir étant donné la force exercée par le rayon, lâchant le dragon et le voyant tomber au sol. Je ne pouvais pas foncer le récupérer malheureusement.

En voyant le spectacle, j'étais emporté dans un souvenir que j'avais avec papa, lorsque j'acquis le don de vitesse extrême:

----

C'était un temps orageux, juste avant une tempête. Seth était dans un champ de bataille comme celui-ci, mais il était seul contre une armée de soldats. Lors de l'activation de sa Vérité, quelques secondes passèrent dans le noir le plus total. Après ces quelques secondes, une montagne de corps fut visible, avec Seth au sommet de cette montagne, qui présentait un visage sterne. Il regardait la pluie tomber, et la tempête se poursuivre. C'est lors de ce jour funeste qu'il a été surnommé "L'illusion de la tempête noire". Il disposait de la même armure que moi, mais sous une forme sombre, laissant présager un apocalypse.

----

En revoyant ce souvenir, je me rendis compte que j'étais dans un climat de guerre, alors qu'avant mon attention était concentré sur mon ennemi. Je devais trouver le dragonnier, et lui botter les fesses. Et si je trouve "L'Autre" personne, je devrai le buter aussi. Je descendis au sol, à proximité du Neith mort, et une dizaine de soldats Recleyès se mirent à s'approcher de moi. J'avais toujours mon aura meutrière qui était à son maximum depuis que j'ai fermé la gueule du dragon, et les soldats se mirent à m'attaquer, désespérés. Je les dégommais un à un, de la même façon que Seth avait fait lors de sa bataille. Strangulation instantanée, coups du lapin, coup de poing mortel sur le cerveau... J'enchaînais les coups à une vitesse extrême, avant de regarder le ciel en ayant la même posture que Seth, sur les cadavres que je venais de générer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Event °2] Lorsque la prophétie se réalise

Revenir en haut Aller en bas

[Event °2] Lorsque la prophétie se réalise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi
» Lorsque le passé revient en force. [Libre 1 personne]
» Event 5 : Ecriture & Dessin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Le Monde des Humains :: Les Chutes de veroni :: La tour ouest-