AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Promenade automnale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar


Espion

Messages : 153
Xp's : 227
Date d'inscription : 14/07/2015

Feuille de personnage
Vie:
80/100  (80/100)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Voir en MP
MessageSujet: Re: Promenade automnale Jeu 20 Aoû 2015 - 1:58

Je regardais cet être divin me m’observant elle-même, l’ensemble de ses pommettes était soignées et il n’y avait là aucune aube de cerne ou d’imperfection. Personne ne l’avait jamais remarqué ? Comment c’était possible ? Il pouvait y avoir un millier d’êtres humains dans une salle, que je ne verrais qu’elle, uniquement elle. Je me perdais dans son regard, je n’avais envie que de déposer ma contre son épaule et de ressentir ses cheveux s’étaler sur moi. Plus le temps passait, moins je me voyais être séparé de cette douce créature.

C’était donné à très peu de gens que de voir un être aussi merveilleux, rêver devant soi. Elle ne risquerait pas de s’endormir de sitôt, mais je réussirais à l’épuiser pour qu’elle s’endorme contre moi, sa tête contre mon torse, reposant tout son poids sur moi. Ce soir nous n’étions qu’à deux, uniquement à deux.

J’aimerais me faire croire que durant ce laps de temps, la nuit avançait plus doucement qu’il n’était possible. Il était dur de vouloir rester éveiller pour gagner un défi, alors que je n’avais en tête que de m’endormir à ces côtés, parce que rien n’est ce qu’il parait, et en cette nuit, j’aurais aimé que traverses ce champs sur lequel nous passons la nuit, des milliers de lucioles pour éclairer son visage à travers l’obscurité, générant des zones d’ombres contrastantes avec des zones éclairées tout le long de son corps, jusqu’à nous entre voir comme si nous étions séparés par un abat-jour.
Je n’aurais jamais cru que lui dire ce que je ressentais pour elle fût tout aussi captivant à voir, à ressentir. Je pouvais la regarder pendant qu’elle parlait sans jamais me fatiguer, j’avais eu peur de son rejet, mais j’avais gagné bien plus. Ce n’était pas un son à la perche depuis une haute tour que j’avais faite, mais un grand plongeon dans un lac infini, où elle était l’essence même de toute vie du lac. Je pense que la bataille à la chute des morts m’a suffisamment marqué pour que je ne la reperdre jamais de vue. Dire que nous ne nous étions même pas reconnus après toutes ces années, je ne peux m’empêcher de m’en vouloir encore pour cela et ce que nous avions traversé. Tandis que j’avais été mêlé à toutes sortes d’intrigue et de plan, j’avais au moins quelqu’un de pur à protéger, loin de tous ces jeux d’apparence et d’enjeux politiques, elle était ce que je désirais plus que tout.


J’avais écumé de nombreuses routes et tavernes en forgeant des masques sociaux, mais il n’y avait qu’avec Anna que cela ne servait à rien, que c’était tout bonnement inutile. La plupart des gens ne comprenaient pas mon humour, eux même pensant que le sérieux menait le monde. Anna fut la première personne à se rendre compte qu’un sourire était le plus beau cadeau à offrir à quelqu’un, mais comme tout cadeau ; il faut le mériter.
Je n’avais jamais connu qu’elle, que je considérais comme ma famille, ce qui avait pu être existant avant, était avant. Je pense que lorsque je la rencontrai, j’étais plus qu’heureux que d’avoir quelqu’un avec qui partagé quelque chose, quelqu’un à qui apprendre la vie ne serait pas un problème. Tout simplement, une personne qui serait là pour moi, tout comme j’étais là pour elle. À travers vent et marée, simplement avancer petit par petit. Je donnerais tout pour elle, elle m’a permis de vivre de nombreuses années heureuses, ce fut le plus beau cadeau qu’elle m’a offert, en plus de son amour.

Je l’embrassais délicatement tout autour de son cou, savourant la sensation de sa peau.

« Oui, je m’en souviens. Je m’en veux encore de ne pas t’avoir reconnu directement à la chute des morts, c’est ce jour-là que j’ai vu que je ne voulais plus te quitter. Pourquoi soupires-tu ma belle ?»


Je n’avais jamais pu m’empêcher d’être naturel avec elle, c’était la seule personne à mériter cela de moi, et la seule qui le méritera pour toujours. Je me laissais enivrais par son regard plongeant.

« Si tu donnes ta vie pour moi, pour qui je donnerai ma vie ? Nous sommes faits pour tout parcourir ensemble, du fond des océans aux cieux les plus hauts. Jamais nous ne nous séparerons, tu seras toujours avec moi.»

Elle avait était surprise que je la rapproche de moi, mais restait sur moi, s’élevant même. Elle restait appuyée sur mes poignées, et le fait d’être dominé par une femme n’était pas une idée des plus déplaisantes à vrai dire, c’était même très plaisant. Je profitais qu’elle me chuchota ces tendres mots pour tout simplement la retournerais de côté et être aussi d’elle, je lui tenais ces poignets avec mes mains.

« Mademoiselle Senöe s’avoue donc vaincue face à ma stratégie ? Voici qui mérite bien une punition. Pour votre insolence à vouloir gagner »
Et je lui mordillais doucement les lèvres avant de l’embrasser.


________________________________________________________________________


J’hausse les sourcils de surprise, un rire nerveux secouant ma maigre poitrine. Il ne m’en faut pas plus pour comprendre que le laquais de Losk’Otha est fou à lier.


Winter C. Eliwën rencontrant Rainhold pour la première fois.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Guérisseuse

Messages : 116
Xp's : 439
Date d'inscription : 30/07/2015
Age : 27

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Promenade automnale Jeu 20 Aoû 2015 - 20:35

La jeune blonde scrutait le doux visage de son protecteur, depuis qu’ils s’étaient dévoilés leurs sentiments, Anna ne le voyait plus comme avant, comme si un voile était tombé et qu’elle voyait à présent la vraie beauté de l’homme qui se trouvait devant elle. Lorsqu’ils étaient jeunes la guérisseuse n’aurait jamais pensé qu’un jour son cœur battrait pour lui, cette idée même la répugnait quelques années en arrière, elle qui le considérait comme un grand frère.

Maintenant que la nuit était bien entamée, Anna se demandait bien si elle n’allait pas s’endormir sur le torse de son protecteur, elle qui ne voulait pas perdre le défi ne pouvait s’empêcher de rêver de pouvoir dormir collé près de son cœur, l’archère se sentirait tellement apaisée de passer la nuit à ses côtés, car elle le savait avec Rainhold, Anna ne craignait rien, il l’avait toujours défendue et la défendrait encore. La blonde le savait que si Rainhold la quittait, elle ne s’en remettrait jamais, déjà que ces dernières années avaient été pénibles, alors maintenant qu’elle l’aimait d’un amour brûlant, elle ne pouvait s’imaginer vivre sans lui, sans son odeur, sans sa gentillesse et sa tendresse. Son protecteur lui demanda alors pourquoi elle soupirait, c’est alors qu’elle leva le regard vers son amour.

-Je n’en sais rien, j’ai peut-être peur qu’on perde notre complicité.

Anna ne pouvait imaginer de perdre cette complicité, car certes ils s’aimaient maintenant, mais dans un couple les disputes prendraient sûrement la place de leur ancienne complicité. Suite à la dominance d’Anna sur Rainhold, la situation se corsa pour la jeune blonde et rapidement elle se retrouva sous son protecteur, et rosit légèrement, la guérisseuse se sentait un peu prisonnière de l’Héléos, ce qui ne lui déplaisait pas du tout au contraire, mais elle en fut gênée tout de même. Puis il lui demanda gentiment si elle s’avouait vaincu face à sa stratégie, Anna sourit timidement, à cet instant Rainhold lui mordilla les lèvres avant de l’embrasser amoureusement..

-Je doute que vous m’ayez vaincu mon cher

Elle sourit en disant cette phrase et le poussa de toutes ses forces afin de le faire basculer doucement sur le côté et remonta sur lui, l’archère lui tint les mains fermement en les plaçant au-dessus de la tête de l’Héléos

-Bismuth alors qu’est-ce qu’on dit à Senöe maintenant qu’elle a retourné la situation ?

La jeune blonde se leva doucement et se mit debout en observant les environs, c’était tellement magnifique Farras vu de nuit, qu’elle ne pouvait s’endormir maintenant sans profiter de ce beau spectacle. Les étoiles brillaient telles des petites boules lumineuses, la jeune blonde se tourna vers l’homme pour lequel elle donnerait son âme tout sourire

-C’est tellement beau ici, je n’étais jamais venue de nuit

La jeune archère pensait à toutes ces fois ou Rainhold l’avait sauvée, nourrie, elle ne le remercierait jamais assez d’avoir été là pour elle, quand elle voulait tout abandonner, tout lâcher, c’était sûrement pour ça que son amour grandissait de jour en jour à son égard. Elle se mit à penser à sa mère, pensait-elle à elle ? Se demandait-elle ce qu’Anna devenait ? Depuis son départ précipité elle n’avait jamais reçu de signe de vie de sa mère, c’est alors qu’elle toucha son oreille droite, pour sentir sa boucle d’oreille, la seule chose qui la liait encore à sa génitrice. Ce Bijou lui avait été offert pour ses quinze ans, cependant elle ne l’avait jamais enlevé malgré toute la rancœur qu’elle pouvait ressentir envers sa mère, c’était plus fort qu’elle.. Rainhold savait qu’elle avait quitté précipitamment sa famille, mais n’avait trop insisté sur le pourquoi de cette fuite, ni pourquoi elle s’était montré froide lors de leur première rencontre lorsqu’ils n’avaient qu’une quinzaine d’année.

-Tu repenses parfois à ta vie d’avant ?? Avant qu’on se rencontre ?

Anna était toujours debout, tournant le dos à Rainhold, pensive et perdue dans ses pensées, elle ne trouva pas important de se tourner pour le regarder cette fois-ci, et si cette nuit ils ne voulaient pas dormir, elle voulait lui raconter son passé, lui dire qui elle était vraiment, pourquoi ils s’étaient rencontrés, et pourquoi elle s’était montrée froide lors de leur première discussion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Espion

Messages : 153
Xp's : 227
Date d'inscription : 14/07/2015

Feuille de personnage
Vie:
80/100  (80/100)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Voir en MP
MessageSujet: Re: Promenade automnale Sam 22 Aoû 2015 - 0:30

L’hélos ne pouvait qu’afficher un visage satisfait de pouvoir fouiller le visage de la blondasse comme il le voulait, de le caresser comme bon lui semblait, mettant ses mains dans les cheveux de la douce guérisseuse. Il pouvait le faire maintenant depuis qu’ils ne faisaient plus qu’un. Il n’avait eu d’œil que pour elle depuis leur rencontre, mais il n’aurait jamais qu’il y avait quelque chose au-delà de cette contre. Elle, qui était sa protégée plus que tout.

Je regardais Anna, et je voyais qu’elle n’attendait qu’une chose c’était de s’endormir sur moi.

« On peut faire une exception(j'aime pas ce mot )… on peut reporter notre défi un autre soir, tu sais. T’es yeux se ferme tout seul tu sais, ce n’est pas élogieux de gagner un défi si tu es fatiguée, tu sais. »
Je pourrais ressentir encore une fois sa tête sur mon corps, son corps se laissant entièrement reposer sur moi pour s’endormir. Je pourrais apprécier ce spectacle rare, que d’avoir Anna dormant si très de moi.

Perdre notre complicité ? Eh bah, il était sûr que cette complicité risquerait d’être balancée à certains moments comme tout autre sentiment, mais une relation étant ce qu’elle était le naturel reviendrait vite au gallot.
« Tu n’as pas à t’inquiéter de ça. Profitons de ces moments entres nous, cela fait si longtemps. Notre complicité restera ce qu’elle est. »

Je pouvais observer Anna qui était sous ma dominance, et c’était un rare plaisir que je m’octroyais, elle pensait que je me laisserais faire comme cela ? Je la vis rosit légèrement, et j’en souris amusé.

« Senöe, on est gênée d’être dans ce genre de position ? Moi qui vous pense plus fière. »

Elle avait uneincroyable force malgré son corps frêle, si bien que les plus féroces guerriers auraient perdu le combat d’avance face à elle. Elle était maintenant de retour sur moi, me tenant les mains.

« Ce que je dis maintenant ? Tu t’es relevée un peu trop vite pour avoir retourné la situation. »

Je la voyais se relevait et observer le ciel, c’était un spectacle rare que j’avais déjà vu auparavant. Mais en le voyant la première fois, j’avais pensé à Anna, à ce qu’elle puisse voir ce magnifique endroit.

« Il y a d’autres endroits comme celui-ci à travers Madelle. Mais je voulais commencer par le plus proche à te montrer, le plus beau à mes yeux pour toi. »

En effet des lieux, comme cela il y en avait plusieurs que j’avais déjà vus. J’avais en tête de lui montrer un jour où l’autre la plage des Astres, et la mer qui menait à ma nation natale. C’était tout de même une région splendide à admirer le soir.

Je la voyais pensive, comme perdue dans ses pensées. Peut-être pensait-elle à avant, à notre jeunesse. Il faut dire que nous étions relativement inséparables malgré nos incessantes disputes, nous devions survivre tous les deux, j’imagine que ça a forgé plus que tous les liens qui nous unissent aujourd’hui même. Étrangement, je n’avais jamais eu une quelconque pensée pour ma passée, j’avais un objectif clair en vue pour en finir avec cela, mais je ne voulais guère en parler ni ruiner nos discussions quand nous étions jeunes. Je devais veiller sur elle, et cela impliquait de lui montrer comment se comporter pour qu’elle devienne plus forte d’elle-même. Je n’avais jamais cherché à savoir pourquoi elle était sur les routes, j’imagine que si je n’avais pas pu expliquer avec des mots sans bafouiller pour moi. J’aurais surement menti, niant mon parcours pour fuir la réalité. Notre passé était à nous, j’aurais aimé lui demander son histoire plus tôt, savoir tout de ma belle princesse aux beaux yeux bleus, mais elle devait se reconstruire tout comme moi. Je ne me serais pas pardonné de lui faire revivre des passages douloureux, quel qu’il soit.

« Ça m’arrive d’y penser, quand je dois honorer ma part du passé ou par moment de nostalgie. Avant que je devienne ce que je suis maintenant, ce qui m’a fait devenir ce que je suis. C’est vrai qu’il serait peut-être temps de connaitre nos histoires respectives, nos passées. Je n’avais jamais osé te le demander par peur de te faire fuir, de te faire revivre des passages douloureux. Si tu es prête aujourd’hui, je suis tout ouïe à t’écouter et te dire qui j’étais avant aussi. Ce que j’étais. »

Les cartes étaient maintenant à elle, je n’avais guère sommeil et vu la discussion qu’il y avait en vue, je ne pense pas que dormir serait la bonne solution. J’allais enfin savoir qui était vraiment Senöe, ce qu’elle fût, ce qui la changea, ce qu’elle était lorsque je la rencontrai. De ce mur de pierre froide qui ne s’était jamais attendri en ma présence à cette soirée, il s’était écoulé environ 10 ans. Dix ans que nous nous connaissons, dix ans a cassé brique par brique les barrières de son être pour la connaitre plus en profondeur, avançant pas par pas. Cette nuit, elle aussi, serait le monstre que j’étais.


________________________________________________________________________


J’hausse les sourcils de surprise, un rire nerveux secouant ma maigre poitrine. Il ne m’en faut pas plus pour comprendre que le laquais de Losk’Otha est fou à lier.


Winter C. Eliwën rencontrant Rainhold pour la première fois.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Guérisseuse

Messages : 116
Xp's : 439
Date d'inscription : 30/07/2015
Age : 27

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Promenade automnale Dim 30 Aoû 2015 - 23:36

Rainhold venait de lui dire qu’ils pouvaient reporter ce défi à un autre jour, même si l’envie de s’endormir sur son protecteur lui plaisait plus que tout au monde, elle ne pouvait se laisser berner par ces moqueries, car Anna le savait qu’il ne disait ça que pour au final la blondasse s’endorme et perde finalement leur défi. Mettant sa main sur la bouche de Rainhold, Anna sourit et répondit

-Tu ne gagnera pas comme ça à ce jeu Rain, je sais comment tu es.

Il n’avait pas si tort au final, la complicité était installée depuis maintenant plusieurs années entre eux, donc il était vrai que par moment celle-ci serait mise à rude épreuve, mais ne pouvait disparaitre en un instant, les sentiments et l’amour allaient s’entremêler et se mélanger avec leur complicité déjà existante, ce qui ne pouvait que leur présager un avenir encore meilleur, car ils s’étaient connus à un moment dur de leur vie, aussi bien pour Anna que pour Rainhold, et ces épreuves qu’ils durent traverser ensemble ne firent que les tirer vers le haut et surtout s’apprécier même s’ils avaient deux caractères complètements différents.

Puis Anna se releva alors pour observer le ciel, ce spectacle que l’horizon leur offrait pour leur première nuit ensemble, ce même ciel qu’ils les avaient abrités quelques années avant mais qu’elle n’avait jamais vu aussi beau, peut être que l’amour qui coulait dans ses veines lui donnait cette sensation de voir la beauté de chaque chose qui l’entourait, en tout cas c’était assez plaisant. Puis alors son bien-aimé lui parla alors de plusieurs endroits qui étaient beaux à voir, cependant il avait tenu à lui montrer Faras, du fait de sa proximité avec Mirlis, enfin c’est ce qu’Anna supposait.

Puis Anna se perdit dans ses pensées, lointains par moment, ses premiers instants auprès des siens, la première fois qu’elle rencontra Rainhold, leur première dispute lorsqu’ils n’étaient que de pauvres gamins perdus sans familles, sans repères. Anna se souvenait de sa fugue, ce jour-là ou tout avait basculé dans sa vie, cependant elle ne savait pas que loin de chez elle, la vie n’allait pas la gâter, loin de là. Avant de rencontrer Rainhold, elle s’était réfugiée dans un village non loin de Saona, après plusieurs jours de marches, et commença tout d’abord à chercher quelque chose à faire, un passe-temps pour se subvenir à ses besoins. L’Ancienne se fit alors exploiter dans une auberge, elle devait alors préparer les repas, les chambres, certains clients même lui proposaient des choses peu convenables même à son âge si peu avancé, ce qu’elle refusait catégoriquement à chaque fois, puis elle se fit mettre à la porte pour cette unique raison. Alors elle déambula plusieurs jours dans les ruelles, mangeant parfois même le reste des autres jusqu’à ce qu’elle posa son regard sur un jeune garçon qui n’était pas si différent qu’elle. C’était Rainhold, il lui apprit tout ce qu’elle devait connaître, et ne la laissa jamais tomber, ce fut pour Anna comme une corde de secours, malgré les mois chaotiques qu’elle venait de passer, elle n’arrivait jamais à se montrer grincheuse avec lui, il était toujours là pour la réconforter, et de fil en anguille, ils devinrent même inséparables.

Ce laps de temps qu’elle passa à errer entre la fugue et sa rencontre avec son bien-aimé, elle ne la raconta à personne, trop honteuse d’avoir été réduite à une esclave, mais c’était tout ce qui lui restait pour survivre, puis Rainhold lui fit revoir la vie en rose, elle mangeait à sa faim, dormait toujours au chaud même si ils dormaient ensemble, elle ne se sentait jamais seule, et toujours bien avec lui, c’était sûrement inévitable qu’ils finissent un jour en couple comme aujourd’hui. Puis son amant lui répondit sincèrement qu’il n’y pensait pas souvent, sauf pr moment de nostalgie, exactement comme elle, il était vrai que son passé ne la faisait pas du tout rêver, mais elle le laissait parfois dans un coin poussiéreux de sa mémoire, sans y toucher pendant parfois très longtemps. Il était alors prêt à écouter son passé, et Anna également voulait en savoir davantage sur son passé, même si elle savait qu’il était aussi douloureux que le sien, voir peut être même plus. Revenant vers Rainhold, elle s’assit en tailleur et détourna son regard vers une végétation peu lointaine pour commencer difficilement le récit de son passé.

-Bon déjà pour commencer je viens de Karnès, ma mère donc est une Namès et mon père était un Ancien qui a fui sa confrérie pour la femme qu’il aimait.

La jeune blonde fit une pause assez longue afin de choisir les bons mots pour la suite de son récit, Anna se montrait parfois crue dans ses propos sans s’en rendre compte.

-Mon père est mort très rapidement, je ne me souviens plus comment, ou plutôt j’ai dû me forcer à oublier ce passage, donc ma mère pauvre à décider de se remarier rapidement au lieu d’attendre un certain temps

A cet instant les yeux de la jeune blonde se remplirent de larmes, cependant aucun son ne se faisait entendre uniquement des reniflements, Anna détourna son regard pour ne pas croiser le regard de Rainhold, elle n’avait pas envie qu’il la voie aussi touchée par ce passé.

-Puis cette femme, ma mère, offrit rapidement le plus cadeau à cet homme que je n’arrivais pas à supporter, un garçon. Il lui prenait tout son temps, elle n’avait plus de temps pour moi, lorsqu’elle n’était pas avec son fils, elle était avec son époux, je me retrouvai souvent seule, donc j’ai décidé après avoir reçu un présent de ma mère, ses boucles d’oreilles, de partir

Anna rabattit ses cheveux en arrière afin de montrer les boucles qu’elle portait depuis tout ce temps à Rainhold, elle ne voulait rien lui cacher à cet instant, puis elle essuya ses larmes à l’aide de la manche de son chemisier et reposa son regard embué sur son amoureux.

-Je suis partie sans jamais me retourner, alors j’ai marché pendant jour et nuit, je suis arrivée près d’un village de Saona, j’ai cherché une occupation, car pendant tout ce temps je ne mangeais que des racines et des légumes qui poussaient par endroit. J’ai trouvé alors un emploi, enfin plutôt un esclavage, je n’avais que dix ans, je devais cuisiner, faire les chambres, parfois certains clients éméchés me proposaient des avances que je refusais, et puis ils ont décidé de me mettre à la porte.

La jeune blonde serrait les dents à présent, la tristesse d’auparavant laissa rapidement place à de la haine et de la rage, elle n’était qu’une jeune adolescente et les hommes voulaient parfois profiter du bon temps avec elle, cependant contrairement à ses collègues Anna ne se laissait pas faire.

-Puis je t’ai rencontré, et puis grâce à toi j’ai réussi à ravaler ma colère, à retrouver mon vrai moi, et même mettre de côté ce passé qui parfois revient à la surface, c’est peut-être même pour ça que maintenant je suis froide avec les gens que je ne connais pas, comme je t’ai parlé le mois dernier lorsqu’on se battait avec les morts vivants. Mais maintenant je me sens tellement bien, je suis enfin heureuse

Anna déposa alors un léger baiser sur la joue de Rainhold et se blottit dans ses bras.

-A toi alors, je veux tout savoir sur tout, avant de s’être rencontré, que faisais-tu ? Comment tu es arrivé vers moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Espion

Messages : 153
Xp's : 227
Date d'inscription : 14/07/2015

Feuille de personnage
Vie:
80/100  (80/100)
Prestige :
2/9  (2/9)
Disponibilité Rp: Voir en MP
MessageSujet: Re: Promenade automnale Jeu 3 Sep 2015 - 22:49

Anna venait de répondre par la négative à mon offre, pour une fois que je l’avais fait sans arrière pensé la voilà qui voulait continuer tout de même le défi à bout de force. Bon et bien, ça ne sera pas moi qui vais me plaindre de ça.

« Dommage, j’ai cru un instant que ça aurait fonctionné. J’étais pourtant sérieux, mais comme tu veux. Je vais donc bien gagner à ce défi, Anna. »

J’avais tenté d’être doux avec elle en cette soirée, mais ça sera pour une autre fois, moi qui voulais me reposer légèrement ça ne serais pas de tout repos ce soir. Depuis notre rencontre, ça n’avait jamais été de tout repos, mais c’était au final peut-être mieux ainsi, les tirailles communes entres nous deux nous permettaient d’oublier nos aléas communs et d’accentuer notre survie vers un but commun : la protection de l’autre. Cela se serait finalement peut-être fini comme ça, peu importe les différents choix et actions des deux êtres de peuples différents.

Je la regardais se relever et regarder le ciel, je restais assis à la contempler. Elle était bien plus majestueuse et grande qu’elle pouvait le laisser montrer aux premiers abords. Son corps fendait l’espace entre la forêt et les collines parfaitement, ses cheveux s’agitaient comme des étoiles filantes à mesure que le vent caressait son visage et ses yeux nous éclairaient comme le faisait la lune.

Je la connaissais suffisamment pour voir à travers son visage à quoi elle pensait, à ce que nous étions quand nous nous sommes rencontrées. C’était une brave fille perdue qui avait su lutter pour sa vie et avait gagné le respect du poulpe par sa ténacité et son entêtement. J’avais de mon côté, trouvé quelqu’un à qui léguer un quelconque héritage et permettre de survivre un peu plus longtemps. Vous auriez dû la voir quand je l’ai aperçu : la peau sur les os, faible, affamé, mais avançant toujours malgré la douleur, c’était drôle à voir comment elle pouvait se comporter avec moi et comment elle était insupportable envers les autres, non sans que cela me déplaise, c’était parfois même très cocasse.

J’écoutais attentivement son histoire sur sa famille tandis qu’elle tournait le visage pour éviter que je la voie pleurer, à ce moment-là je m’assis derrière elle et lui sécha ses larmes avec mains.

« Les larmes, ça fait évacuer, ne te retiens pas. »

Elle continuait son histoire relatant l’épopée de son ancienne vie et de sa relation avec sa famille, où elle finit par être délaissée et abandonnée. De son passé, de son enfance et de cette auberge où elle était plus de la viande humaine qu’une employée.

C’était maintenant à mon tour de lui expliquer le pourquoi du comment et le comment du pourquoi.

« Comme tu le voudras Anna, mais ça ne risque d’être joyeux. »

Je l’embrassais dans le cou pour lui montrer que je la remerciais qu’elle se soit confié à moi.

« Plus personne, ne te fera du mal où ne te considèreras pas à ta juste valeur, plus personne. Je te le promets. Ni ta mère ni les autres gens. Ils ne connaissent pas ta véritable valeur et ils ne méritent pas de la connaitre. Tu as su garder ta dignité là où nombre de personnes l’ont perdue, tu n’as pas à être honteuse de ça. Tu dois en être fière, tu t’es respectée et tu as affronté ce que tu devais affronter même si tu étais, comme moi, trop jeune pour devoir prendre ce genre de décision. Mais depuis tout ce temps, comment ta mère n’a pas pu te rechercher ? Je ne pense pas que tu as perdu quelque chose de valeur tu sais, tu as bien fait de prendre la route des anciens, tu as su trouver ton chez toi. »





« J’ai été le dernier enfant d’une vieille famille de noble Héléos qui passait plus son temps à se déchirer qu’à vivre. J’ai été mêlé très tôt aux diverses intrigues et à la violence aussi bien conjugale que par mes frères, aussi bien venant de ma famille que “d’associés” à eux. J’ai dû dilapidé la richesse familiale et extorquer mon silence contre leur argent pour me payer des cours auprès d’érudit qualifiait. Jusqu’à ce que je rencontre la jeune fille grâce à qui ma vérité se réveilla lors d’une journée sanglante. »

Je marquais une pause pour me remémorer son visage en regardant le ciel.

« C’était une érudite. Elle m’enseigna tout ce que je dois connaitre sur mon milieu et le monde. Elle m’enseigna aussi bien à aimer quelqu’un, qu’a tué quelqu’un dans le silence absolu. Avec elle et le roi Héléos, j’ai participé à de grandes vagues de nettoyages pour calmer les agitateurs, nous étions reconnu et ce succès attisés tout aussi bien des faveurs que de la jalousie.

Puis vient ce jour fatidique, après que je mettais fait prendre auprès de ma famille pour une extorsion ratée, l’érudit avait tout vu et entendu. Hors d’elle, elle tua l’ensemble de ma famille. Elle souffrait de psychose, elle s’en est voulu d’avoir fait ça. Tandis que moi, je n’ai rien ressenti ce jour-là. Pas de dégout, pas de joie, pas de haine, rien. Il y avait une certaine délivrance à savoir que je prenais l’ensemble du pouvoir avec elle, mais rien de plus. C’était comme si au fil du temps, nos sentiments s’étaient inter changé, elle ressentait ce que je devais ressentir et je ressentais ce qu’elle devait ressentir, c’est-à-dire rien.


Nous avions étendu notre réseau durant des mois, puis à la suite d’une mission qui a mal tournée, quelques mois avant notre rencontre, nous nous étions retrouvé à combattre dans une arène clandestine aussi bien contres des animaux que des esclaves à qui on avait promis la liberté si on nous occis. Pour racheter notre échec, nous devions combattre pour notre vie, nous avions un plan pour nous en sortir. Mais plus nous combattions, moins nos renforts semblaient venir pour nous aider. Et c’est ce jour-là, que nous avons dû choisir qui de l’autre avait la vie la plus précieuse à sauver. Sans aide, l’ultime moyen de nous échapper était dans la mort de l’autre. Aucun de nous ne voulait pas, nous avions tellement fait ensemble que nous ne pouvions penser faire cela, même en étant forcé. Mais nous n’avions guère le choix, où l’un d’entre nous allait mourir, car nous n’avions pas su prendre la décision qu’il fallait au bon moment. Nous étions affamés, essoufflés et blessés. Cette personne était bien plus compétente que moi, bien plus forte. Tout simplement meilleur, je l’adulais. Mais.. Mais, elle décida que je devais lui ôter la vie pour vivre et pour nous venger, pour la venger. Je dû tuer de mes propres mains, l’être qui avait était tout pour moi dans une salle miteuse sous le regard d’hommes hargneux. J’ai du tué la première personne que j’avais aimée, car elle préférait mourir de mes mains qu’autrement. Sa dernière leçon à m’apprendre ce jour-là, c’est que les larmes qui coulaient le long de mon visage seraient des armes contre l’ensemble des personnes qui nous avait fait du mal. Ce jour-là, je me suis promis de détruire toutes personnes travaillant avec ces bandits. De la couronne au malfrat, des nobles aux citadins. Je plongerais l’entièreté de la nation Héléos dans une guerre civile, relâchant tous les maux du monde sur eux, quitte à devoir faire un pacte avec le diable pour voir sombrer ce peuple, quitte à être hais. Ces à travers les dettes de sang, que la tristesse trouve son repos.

Par la suite, j’ai exploré les contrées, rassemblées des informations où je le pouvais, je vaguais là où je pouvais et je t’ai trouvé seule et perdue. J’ai œuvré à ça durant des années, et un jour se plan éclora, j’attends simplement que les troubles dans les régions reculées deviennent plus intéressants et que la résistance du peuple de glace défie le roi. À ce moment-là, la guerre commencera et je nettoierai ce monde des impuretés qui polluent l’eau. Il faut que tu saches que je suis une personne immonde, qui sera connue pour cela. Les Héléos sont connus pour être fidèles envers la couronne et pleins de qualités que je ne possède guère. Je suis un espion, un assassin, un meurtrier tout le parfait contraire de ce peuple si idyllique et tranquille que même les dieux nous ont abandonné. Et si un jour mon plan réussit, peut-être serais-je un tueur de roi ou pire. Ce qui m’a menait à toi, c’était le fait que dans tous ces champs de bataille aussi bien humains qu’Héléos, tu semblais appart et tu avais besoin d’aide. Personne ne m’avait jamais aidé, et si j’avais envie que ce cercle vicieux cesse il fallait que je t’aide. »


Je prenais une longue respiration après ce flot digne d’un discours, me demandant si elle fuirait où non à l’entende de cela, mais en tout cas c’était dit. Elle savait tout ce qu’elle devait savoir sur moi.


« Peu importe ce qui se passera, je serais toujours là pour toi. Mais même si nous devons tout les deux avancer, je ne peux pas pardonner aux autres les conséquences de leurs actes sur nous.»


Après celà, je la serrais fort posant ma tête sur son visage, et scrutant d'un air perdu les étoiles, à la recherche d'un signe quelconque...


________________________________________________________________________


J’hausse les sourcils de surprise, un rire nerveux secouant ma maigre poitrine. Il ne m’en faut pas plus pour comprendre que le laquais de Losk’Otha est fou à lier.


Winter C. Eliwën rencontrant Rainhold pour la première fois.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Guérisseuse

Messages : 116
Xp's : 439
Date d'inscription : 30/07/2015
Age : 27

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Envie de Rp !
MessageSujet: Re: Promenade automnale Ven 4 Sep 2015 - 17:15

La jeune blonde venait de verser quelques larmes en parlant de son histoire, aidée par son compagnon, elle se sentait beaucoup plus légère, beaucoup mieux dans sa tête, puis se prépara alors à écouter son histoire. Depuis toutes ces années, Anna n’avait jamais imaginé entendre enfin le passé de Rainhold, ce qui l’avait forgé depuis tout ce temps. C’était son tour, puis avant de commencer, il lui dit alors que son passé n’était pas joyeux, et c’est ensuite qu’il lui embrassa le cou, ce qui fit sourire la jeune blonde. Avant même qu’il commence son récit, Anna ramassa sa longue chevelure et la rabattit sur le côté gauche tout en s’adossant contre le torse de l’Helios.

Son amoureux lui dit alors quelques phrases qui lui remontèrent le moral à cet instant, il était certain que maintenant que la jeune guérisseuse était avec lui, rien ne pouvait l’atteindre, ni même la haine des autres, même la tristesse avait quitté son cœur depuis que Rainhold était entré dans son cœur. Puis il lui demanda comment sa mère n’avait pas pu la rechercher depuis ce temps, l’archère ignorait, enfin cependant elle n’avait jamais donné signe de vie à sa génitrice c’était donc comme si en quelque sorte elle était morte à ses yeux. Cependant maintenant qu’elle était partie de chez elle, Anna ne pouvait revenir en arrière en prétextant revenir voir sa mère, peut être que celle-ci ne voulait plus entendre parler d’elle, et puis même avec son Xiorn, maintenant elle était beaucoup plus libre dans ses mouvements, et Karnès n’était pas si loin finalement, mais son cœur n’était pas prêt, pas encore, revoir son beau-père et son petit demi-frère, ce n‘était pas encore le moment.

-Pour le moment je ne veux pas trop y retourner, elle doit penser que je dois être morte, je n’ai plus jamais donné de signe de vie depuis ma fugue.

Le jeune homme commença alors à parler, sur sa vie d’avant, sa famille dont les principaux liens étaient bâtis sur la violence, cela ne devait pas être joyeux tous les jours pensait la jeune blonde, mais elle ne coupa pas été resta silencieuse afin d’écouter la suite de son histoire et en connaître plus sur l’homme qui avait réussi à la refaire sourire. Anna comprit très vite alors que Rainhold avait été baignée dans le sang depuis sa tendre enfance, contrairement à elle, la jeune blonde n’avait jamais tuer quelqu’un jusqu’à ses seize ans une fois dans une auberge, deux bandits étaient rentrés avec violence, ce fut la première fois et Anna en fut choquée pendant plusieurs semaines.

Lorsqu’il parla de cette jeune fille, Anna comprit alors rapidement que c’était la même fille qu’il avait vu lors de leur quête aux chutes de la mort, sans même la connaitre, la jeune blonde voyait une sympathie naitre à l’égard de cette fille, cela était sûr qu’elle se serait tellement bien entendue avec elle, et puis elle ne pouvait que la remercier, car grâce à cette fille Rainhold était quelqu’un d’entier, de droit et de loyal, contrairement à d’autres qui n’étaient attirés que par le sang et l’appât du gain. Puis l’histoire mit les larmes aux yeux à Anna, en imaginant alors Rainhold dans une position plus que douloureuse, tuer la seule fille qui comptait à ses yeux, sa seule amie, pour manger, pour survivre…

La guérisseuse savait que la cruauté était maitresse dans ce monde, mais ne savait pas à tel point elle pouvait devenir maladive, pousser deux jeunes innocents à s’entretuer comme un combat de coq, pourquoi ? Pour se nourrir ? Tout prenait son sens alors, Rainhold ne semblait pas encore avoir ravalé cette douleur qui l’animait, si bien qu’il s’était promis de leur arracher la vie de ses propres mains, du plus bas échelon à la couronne. La jeune blonde serra alors la main de son protecteur en entremêlant alors leurs doigts, elle ne pouvait s’imaginer lui échapper, même pour venger son premier amour, elle ne pouvait le perdre encore une seconde fois, et peut être cette fois-ci ce serait définitif.

Puis son protecteur lui dit alors comment il l’avait rencontré, elle était seule, puis c’est alors que leur histoire d’amitié débuta, très rapidement. Puis son sang ne fit qu’un tour lorsqu’il se mit à lui parler de sa stratégie de son plan qui n’allait pas tarder à être prêt, et ça elle le savait qu’elle ne pouvait l’accompagner, pour ne pas le rendre plus faible, mais comment allait-t-elle faire face si elle apprenait sa disparition ? Puis son amant posa son menton sur sa chevelure, et Anna sentit alors un léger frisson lui parcourir l’échine.

-Si tu ne reviens plus ?

Anna était parfois assez pessimiste certes, mais là ce n’était pas forcément négatif, car après tout cela pouvait tout à fait arriver, Anna le savait que si Rainhold perdait la vie tragiquement, elle n’aurait plus l’envie de vivre, et irait même elle-même le rejoindre dans les profondeurs des océans, afin que leurs âmes soient réunis même après la mort. Puis elle tourna la tête vers lui (tel un Hibouuu xDD).

-Je pense que je viendrai te chercher dans les océans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Promenade automnale

Revenir en haut Aller en bas

Promenade automnale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» [Rang C] Une promenade qui tourne mal...
» Agréable promenade au bord de la source. [PV : Juxty.]
» Promenade avec minidou
» Une Promenade sous le clair de Lune [PV Evangeline + Elyane]
» Petite promenade pour se détendre (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: Le Monde des Humains :: La Terre de Faras-