AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

De sang et d'acier [Nathaniel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Général d'Arvèles

Messages : 220
Xp's : 83
Date d'inscription : 31/01/2012

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Demandez par MP
MessageSujet: De sang et d'acier [Nathaniel] Jeu 30 Juil 2015 - 23:44

3 de Ciorel 1248


C’était bien connu que Ferèsis ne dormait jamais. Cette grande cité fortifiée était le siège de la présence des Arvèles dans ce territoire rude. C’était ici que résidait le Général et sa famille, même si d’autres villes auraient pu être choisi, l’imposante cité commandait tout ce que représentait le peuple Arvèles : une ouverture protégée sur le monde, un monde ouvert à tous, mais constamment protégé, un joyau dans le nord, à la frontière des terres bien plus sauvages… Même à cette heure qui aurait pu, chez d’autres confréries, ou en d’autres villes, paraître bien tardives, les rues de Ferèsis étaient encore bien animées. Les dernières lueurs du jour saluaient les marchands qui rangeaient enfin leurs présentoirs sur la place publique, mais les portes de tavernes s’ouvraient et se fermaient. Cette même place publique vivrait probablement une partie de la soirée au rythme de quelques artistes, et la vie continueraient ainsi jusqu’à ce que la nuit noire engloutisse la ville, et la vie continuerait, dans les bâtiments. Non, Ferèsis ne dormait jamais, mais ce n’était là que l’un de ses nombreux charmes.

Haut perché sur la muraille du bastion, le Général gardait un œil sur la cité qui s’étalait devant lui. Il attendait quelqu’un et veillait telle une véritable gargouille. Son regard était posé sur les grandes portes menant à la route sud. De si haut sur la montagne, il pouvait facilement voir arriver coursiers et voyageurs sur la grande route. Il avait vu passer, un peu plus tôt, des torches, mais ce n’était que quelques gardes qui finissaient leur ronde. Pas ceux qu’il attendait. Il avait donc repris son attente calmement. Il aurait pu retourner travailler, voir sa fille, s’occuper de ses hommes ou de ses armes, mais il avait besoin de ce moment de calme. Il se remémorait une soirée passée des années plus tôt, une soirée douce et incroyablement effrayante. Le militaire avait bien besoin de ce moment de calme, de solitude, s’enfermer dans des souvenirs et des pensées meilleurs… Il ne remarquait même plus l’animal posé à ses côtés, couché sur le rempart. Cette position aurait pu être dangereuse, si le magnifique lion blanc n’avait été une créature ailée. Alors qu’Hektor était complètement perdu dans ses souvenirs, c’est Ainren qui remarqua au loin les étrangers qui approchaient. Impossible qu’il n’en distingue l’odeur d’ici, ce qui encore une fois semblait vouloir laisser penser que ce lion était bien plus qu’il n’y paraissait. Il se releva sur ses pattes pour attirer l’attention de son ami, qui releva finalement la tête. Ainsi posé sur l’imposant mur de pierre, le lion ailé avait de quoi impressionner, et serait peut-être même vu par ceux au loin alors que la faible lueur de torche gardait le rempart éclairé.

Un soupir plus tard, le Général se mit en marche dans la forteresse. Les ordres qu’il adressa aux femmes de chambres étaient simples, concis : qu’on fasse préparer une chambre, ainsi qu’un repas sommaire pour la garde de son invité, un repas plus consistant pour celui-ci, il fallait s’assurer que le feu dans l’âtre du petit salon ne brûlait plus, que les fenêtres étaient ouvertes et que les torches brûlaient toujours et finalement de l’eau devrait être préparée pour que ses invités puissent prendre un bain. Ses instructions seraient certainement prises en compte, car même lorsqu’il s’adressait aux gens le plus calmement du monde, l’homme imposait une certaine autorité.

Une fois à l’extérieur, il fut rejoint par Ainren qu’il s’empressa de monter, avec l’aisance de l’habitude. S’il devait recevoir en sa demeure un noble, il le ferait avec le protocole dû. C’est donc monté sur l’imposant lion de neige, et accompagné par deux gardes, qu’il se mit à chevaucher en direction de la porte principale. Il croiserait ses invités peu avant la place publique. Déjà, les habitants de la forteresse murmuraient au sujet de la mystérieuse visite. On n’avait pas fait de secret que ces invités étaient des Parlèms de renom, mais la dernière visite officielle de ceux-ci remontait à plusieurs années auparavant. Même si les bonnes (et les moins bonnes) gens de Ferèsis avaient pour habitude de côtoyer les membres des autres confréries, un Parlèm attirerait bien plus les regards, les murmures et peut-être les poignards. Un incident politique serait bien mal venu, ainsi le Général appliqua au mot la coutume de rencontrer ses invités bien avant qu’ils ne rejoignent le bastion.

Hektor ravala toutes ses pensées, tenta de faire taire l’insulte qu’il avait ressentie des paroles de ce Slayer, à peine quelques semaines plus tôt. Il n’était peut-être pas prêt à faire une alliance avec eux, mais il devait certainement prendre son rôle au sérieux, et donner à cet étranger l’accueil dû à un homme de son rang. Peu avant la fontaine, dans la grande rue longée de flambeaux, il avait rejoint le petit groupe qui avait finalement franchi les portes de son domaine, avec, certes, quelques heures de retard.

Qu’on le respecte ou pas, qu’on le considère comme une brute épaisse ou non, le Général en imposait. Il avait gardé pour cette journée armes et armures. Ainsi vêtu d’une magnifique armure, une lourde cape flottant sur ses épaules, sa fidèle hache à ses côtés, son bouclier traversant son dos, ses cheveux longs attachés sommairement, décoré uniquement d’un modeste bijou de femme, il arriva sur sa monture, l’air fier et solide, à l’image que plusieurs partageaient de son peuple. Ses yeux d’un bleu si profond qu’il semblait noir à la faible lueur du feu, il observa ceux qui s’approchaient de lui. Les voyant à pied, il descendit d’Ainren, lui demandant silencieusement de rester à ses côtés, d’un simple mouvement de main dans son épaisse crinière blanche. Il fit quelques pas pour se retrouver face à cet étranger qui s’était en quelque sorte invité dans sa vie par ces missives partagées au cours des semaines précédentes. Bien qu’assez grand et imposant, le duc se retrouvait diminué par la simple taille physique de son hôte, mais cet étrange sentiment passerait certainement assez tôt, car le colosse qu’était Mariàn Arnstven avait un côté bien plus humain qu’on ne voulait le croire.

« Duc de Sombresang. » Il ne s’inclina que très légèrement avant de tendre sa main à l’inconnu pour lui serrer le poignet. Hektor savait que les Parlèms, tout comme eux, partageaient une culture guerrière. « Je vous souhaite la bienvenue à Ferèsis et sur le territoire Arvèles. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité

MessageSujet: Re: De sang et d'acier [Nathaniel] Dim 2 Aoû 2015 - 19:23

De sang et d'acier
Avec Hektor M. Arnstven ~ 3 de Ciorel 1248

« Mon Seigneur, une lettre est arrivé. Ne voyant aucune réaction, la jeune domestique continua : Elle est du Général Arnstven. »

La jeune domestique s'avança vers moi et me donna la lettre alors que je lui tendais ma main, elle vit alors ce que peu de personne avait pu voir dans leur vie: Un véritable sourire satisfait du Duc de Sombresang. Cette lettre qu'il tenait entre les mains été la descendante d'un bon nombre d'autres qui visaient à rendez-vous avec le Général de l'armée d'Arvèles, Hektor Mariàn Arnstven. Nathaniel avait entendu parler d'un rendez-vous qui s'était tenu entre ce Général et le fameux conseiller de la Lady, il avait aussi entendu que cella s'était mal passé. Si le jeune Duc voulait un rendez-vous, c'était pour calmer les choses après les désagréments causés par cet idiot de Conseiller, bien qu'il voulait aussi tentait de convaincre cet Hektor de s'allier à lui... Une alliance avec les Parlèms faciliteraient le commerce de Nathaniel et cet acte lui permettrait d'être mieux vu par sa communauté.

La lecture de la lettre finit, le sourire toujours aux lèvres il dit : «  le 3 de Ciorel, hein. » ce n'était rien d'autre qu'une pensée à lui même, une façon de se souvenir de cette date. Le jeune noble convia trois domestiques : L'un devait partir recruter des mercenaires pour la futur protection de son Seigneur alors qu'un autre devait s'occuper de récolter les vivres nécessaires ainsi que le moyen de transport tandis que le dernier s'occuperait de faire les bagages de Monsieur. Nathaniel aurait pu s'en occuper lui-même, mais il avait d'autres projets pour cette journée ; Heureusement que le Général avait accepté sinon cela aurait été bien fâcheux et le Duc aurait s'en doute mal pris la nouvelle...

Finalement apprêté, le Noble décida de manger. Un somptueux repas l'attendait après tout, dans quelques heures il serait sur la route et devrait se contenter de bien moins que ce qu'il avait l'habitude. Le voyage avait été prévu depuis les premières lettres, Nathaniel s'était occupé de l'itinéraire, de qui recruter, etc.. Il attendait juste la réponse du Général pour s'occuper des achats, enfin pour que ses domestiques s'en occupent. Le jeune garçon dégusta lentement son verre de sang... tout se passait comme il le voulait, le Duc n'avait plus qu'à convaincre Hektor pour arrivé à ses fins, mais est-ce que cela sera aussi facile ?

***

Plusieurs jours étaient passé depuis le début du voyage et la fin arrivée alors que l'on commençait à voir les remparts de Ferèsis au loin. Le trajet s'était passé sans embûche à part le petit groupe de voleurs qui avait tenté une attaque : tous morts... De leur faute, Nathaniel était en retard pour son rendez-vous avec le Général... cela faisait mauvaise impression.. Il aurait bien voulu les torturer plus que ça, maudits voleurs de pacotille.

Les portes étaient enfin là, lorsqu'ils furent franchi la décision du Duc fut de continuer à pied. Un garde avait été choisi pour rester avec le convoi afin de le protéger et d'éviter de perdre leur solution pour retourner à Arnlo tandis que trois autres gardes s'occupaient de protéger le jeune Noble et son domestique favoris qui l'avait suivi jusque Ferèsis. Nathaniel était un Parlèm qui n'aimait pas être protéger, il savait se défendre et trouvait que payer des gens moins compétents que lui revenait à balancer de l'argent par les fenêtres, enfin... Dans ce genre de situation où il n'avait pas vraiment de raison d'être protéger.

Alors qu'il marchait, il vu... Un monstre immense fait de d'acier et de poils long montait sur un lion blanc ailé.... Ah... ça devait être lui.

Le monstre descendit de sa bestiole et vint à la rencontre du Noble, les gardes autour de lui n'osaient même pas bouger alors qu'il l’appela par son titre tout en s'inclinant – bien que légèrement – avant de lui tendre sa main, Nathaniel lui serra le poignet sans attendre tout en esquissant un sourire tandis que l'énorme bonhomme lui souhaité la bienvenue... Cet homme était le Général de l'armée, Hektor M. Arnstven... Les rumeurs disaient vrai, un géant aurait l'air petit face à ce titan. On m'avait prévenu que Hektor défiait quelques lois établirent tel que la taille d'un être humain ou encore la taille maximum d'un biceps... Sous son armure qui devait pesé le poids du Duc, ses muscles étaient très développé et ses biceps faisaient la tête de ce dernier.

Nathaniel s'échappa de l'étreinte de la peur avant de sourire à nouveau, un sourire plus contrôlé, il ouvrit la bouche et dit : « Hé bien, je vous remercie d'un tel accueil, Général. Je ne m'attendais pas à être accueilli par vous-même, c'est un honneur. Je suis heureux que vous ayez accepté ma demande et je vous en suis reconnaissant. » Le jeune Duc n'avait eu que de minces informations sur le Général, il comptait bien utiliser ce petit plus pour plaire le plus au Titan. Tout en regardant le mastodonte dans les yeux, il reprit : « Oh, je tiens à m'excuser pour le retard dont je fais preuve, j'espère ne pas vous avoir trop embêté... Une attaque de voleur m'a fait perdre du temps... Nathaniel marqua une pose avant de reprendre en disant : Avez-vous prévu quelque chose, Général ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Général d'Arvèles

Messages : 220
Xp's : 83
Date d'inscription : 31/01/2012

Feuille de personnage
Vie:
100/100  (100/100)
Prestige :
1/9  (1/9)
Disponibilité Rp: Demandez par MP
MessageSujet: Re: De sang et d'acier [Nathaniel] Dim 9 Aoû 2015 - 19:30

Les yeux sombres comme les mers glacés d'Hektor étaient posés sur l'homme, alors qu'il se questionnait intérieurement : pourquoi chercher à se justifier ainsi ? Était-ce à cause de leur statut respectif ? D'un code personnel ? Il n'avait certes de doute sur la véracité des propos amenés par l'homme. La route avait été certes longue, même avec ce petit convoi qu'il entrevoyait un peu plus loin, ainsi les risques d'attaques, d'embûches et de détours étaient nombreux. Il était presque surprenant que le Duc soit arrivé à la journée convenue : n'eût été le cas, il ne lui en aurait nullement tenu rigueur. Qu'importe. Il était présentement maintenant, et alors que la soirée se mourait peu à peu, ils pourraient certainement discuter calmement.

La poignée de main échangée était d'une vigueur convenable, même si la main de l'homme ne pouvait encercler son avant bras, cela lui suffisait. Il y aurait probablement un certain malaise à rencontrer quelqu'un qui puisse véritablement le faire. Après celle-ci, l'homme se détourna légèrement pour regarder au loin, vers la forteresse qui siégeait un peu plus haut dans la ville. Il préférait ne pas s'attarder dans les rues, après tout, ces gens n'étaient pas nécessairement bien vus par tous les habitants de la grande ville montagneuse, et il valait mieux, ne pas trainer dans les rues avec ce genre de marques évidentes. Si le Duc tenait à sortir plus tard, il lui trouverait certainement une personne pour l'accompagner, c'était le genre de travail qu'aurait pu faire son écuyer, par exemple. Mais là n'était pas la question pour l'instant, puisqu'il était encore temps pour eux de discuter. Il restait sur ses gardes, face à cet homme qui l'avait lui-même joint, surtout à cause de ce qu'il s'était passé un peu plus tôt, mais il lui devait tout de même une oreille : c'était là son devoir. Il ne pensait pas une alliance avec les Parlèms possible, les connaissant comme trop... eux-mêmes, mais il se devait au moins d'ouvrir cette porte.

"Ne vous en faites pas pour le retard, lorsqu'on parcourt ce genre de distance, on ne peut jamais que prévoir le scénario moyen." On avait souvent décrit le Général Arvèles comme une bête sanguinaire, du moins était-ce le cas chez les Parlèms et chez ses ennemis (ce qui n'était pas exactement la même chose). Pourtant sa façon de s'exprimer montrait un certain niveaud d'éducation et de convenances sociales. Peut-être n'était-il pas aussi versé que Nathaniel dans l'art subtil de la conversation, mais il ne serait pas entièrement dénué d'intérêt. "J'espère que cela n'a pas été trop coûteux."

Il avait jeté un œil vers les hommes qui l'accompagnaient : ceux-ci semblaient relativement en bon état, ainsi à moins qu'un ou deux n'ait péri durant l'attaque, le militaire se doutait bien qu'il n'y avait eu là qu'un massacre, et il serait le dernier à pleurer sur leur tombe.

Lorsque ces formalités furent hors du chemin, il se détourna complètement pour s'engager lentement sur la grande route qui menait à la fermeture. Il marcherait au rythme de ses invités, à pieds, son fidèle compagnon non loin. Le Lion du Nord connaissait les convenances minimales, et il ne comptait pas en déroger. Direct et au point, il n'aimait certes pas les évènements mondains et ces conversations sans intérêt, mais il savait lorsqu'il devait faire un effort : "Il est de mon devoir d'accueillir mes invités de façon convenable. C'est aussi pourquoi je suis venu vous rejoindre ... vous imaginez bien que votre petite délégation ne passera pas inaperçu et je ne voudrais pas que les habitants interprètent mal votre présence."

Hektor marqua une pause mais se mit en route aux côtés de l'inconnu, à la tête du petit groupe, remontant la grande rue en direction de l'imposante forteresse de pierre. "Je n'ai rien prévu d'autre si ce n'est qu'une partie d'échecs et un verre d'alcool. Je ne sais de quoi vous vouliez m'entretenir, je n'ai donc pas pris trop d'initiative quant à votre séjour."

[HRP: Désolée s'il y a plus de fautes qu'en temps normal, j'ai dû faire avec Notepad... ^^;]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité

MessageSujet: Re: De sang et d'acier [Nathaniel] Dim 23 Aoû 2015 - 23:18


Alors que le géant commençait à partir, Nathaniel le suivit – lui même suivit par ses mercenaires et son domestique – tout en lui expliquant que l'attaque n'avait été coûteux que pour les bandits ayant eu la mauvaise idée de s'attaquer à lui.

Ses yeux fixaient le lion blanc alors qu'il continuait d'avancer, cette créature majestueuse l'intéressait vraiment, bien que l'idée de vendre cette beauté ne lui avait pas échappée – après tout elle devait valoir son pesant d'or – ce n'était pas ça qui l'intéressait le plus cette fois. Une monture aussi impressionnante imposait le respect et montrait la différence de niveaux entre les personnes, lorsqu'on voyait le Général sur cette monture, on savait tout de suite que peu d'hommes pouvaient ne serait-ce qu'imaginer pouvoir l'affronter dans un combat à mort et espérer survivre.

Le jeune Duc pensait qu'une monture aussi prodigieuse serait sûrement bénéfique, intérieurement il mit l'achat d'une monture dans sa liste des priorités. Alors qu'il commençait à rêver sur quelle créature se soumettrait à sa volonté, il fut ramené à la réalité par le Géant et ses dires concernant son arrivée.

Nathaniel était vêtu principalement de noir... Une tunique noir avec une cape à capuche descendant le long de son corps, son pantalon noir attaché par une ceinture qui portait son arme. Bien que le tissu était d'une qualité de premier choix, le seul attrait pouvant trahir son ascendance noble était le collier d'or agrémenté d'un rubis qu'il portait autour du cou. Le jeune homme comprenait l'inquiétude du Général, il pensait sûrement que la mort d'un noble Parlèm sur ses terres n'était pas une bonne chose... Surtout après la discussion avec le Conseiller. L'acte engendrerai sûrement une guerre, une information que même Nathaniel n'avait pas été que la Lady n'était autre que sa sœur adoptive qui n'hésiterai sûrement pas à le venger. L'information que le Général semblait ne pas avoir été les capacités défensives et offensives du Duc, le mort serait sûrement l'Arvèles qui oserait s'en prendre à lui, mais cela n'aurait pas aidée le jeune noble à faire ami-ami avec le Général.

Bien décidé à garder le plus possible – autant que sa volonté pourrait le supporter – son arme dans son fourreau, il repensa pendant quelques secondes qu'il n'avait pas vraiment trouvé d'informations compromettantes concernant le Général. Il se maudit lui-même de n'avoir pas user de sa Vérité alors qu'il était en contact avec l'avant-bras d'Hektor, il se promit de le faire dès que l’occasion se présenterait. Bien qu'il comptait s'allier avec le chef des armées, si celui-ci refusait de le suivre, le chantage serait ce que l'on pourrait considérer comme un plan B.

Alors que le Général lui annonçait les préparatifs de cette soirée, Nathaniel – qui jugeait que ce n'était pas le bon moment pour une discussion politique – lui répondit :

« Général, si cela ne vous dérange point, j'aimerai reporter toutes ces discussions politiques à plus tard. La route a été longue, j'accepte volontiers votre verre d'alcool et il me tarde de jouer aux échecs contre vous, bien que vos talents de stratège me feront sans doute défaut. Pourquoi ne pas plutôt faire un peu plus ample connaissance, apprenons à nous connaître autre que par les rumeurs qui circulent sur nous ? Et nous pourrions aussi nous comportait simplement comme deux hommes discutant entre  eux, sans les conventions sociales qui sont exiger d'habitude, laissons tomber la noblesse, les rangs, etc ? Aujourd'hui, je ne suis que Nathaniel. »

Le Duc de Sombresang qui n'aimait pas vraiment toutes ces mœurs qu'avaient la plupart des nobles profitait bien de sa demande, malgré le fait que cela visait surtout à simplifier la discussion et faciliter une futur entente. Il continua à suivre Hektor en direction de la forteresse, un peu songeur face au futurs événements.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: De sang et d'acier [Nathaniel]

Revenir en haut Aller en bas

De sang et d'acier [Nathaniel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Don de sang
» Monture sang-froid et homme lézard
» création de sang
» PAS DE FAUX RHUM , SANG , KAKA , KOK .......
» Il ne faut pas boire de sang.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Madelle :: La Fin :: Les Choses que nous oublions vite :: Rp's abandonnés-